Version classiqueVersion mobile

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Éducations européennes

Une éducation saint-simonienne au XIXe siècle. L’artiste peintre Rosa Bonheur (1822-1899)

Chantal Antier

Résumé

L’enseignement des filles commence à être pris en compte après 1815, mais l’éducation familiale ne change pas : elle est destinée à préparer au mariage. Les bouleversements de l’Histoire apportent cependant une remise en cause de la société et le développement de nouvelles idées dont s’emparent des sectes. Quelques femmes manifestent leur désir d’émancipation. Rosa Bonheur, artiste peintre de renom jusque dans les années 1875, est formée dans son enfance par son père affilié à des Sociétés secrètes issues du saint-simonisme qui revendiquent pour la femme un rôle de premier plan. La vie et l’œuvre de Rosa Bonheur en portent la marque en avance sur son temps.

Texte intégral

1Après les années 1830 et la Révolution de juillet qui renverse le roi Charles X, un espoir de liberté apparaît avec l’avènement de Louis-Philippe. Les idées libérales circulent dans de nombreux pays, en Irlande, en Belgique, en Italie, en Pologne, en Prusse, en France mais les souverains y sont opposés. Les patriotes épris de liberté se réunissent alors dans des sociétés secrètes souvent antiroyalistes. L’Église est, elle aussi, traversée de courants qui opposent traditionalistes et libéraux. Des catholiques français avec l’abbé de Lamennais à leur tête, Lacordaire et de Montalembert réclament :

  • 1 Journal L’Avenir, avec l’épigraphe, Dieu et Liberté, cité par Charles Chauvin, Lamennais ou l’impo (...)

La liberté de conscience, la liberté d’enseignement qui est la liberté de la famille, parce qu’il n’existe sans elle ni liberté religieuse, ni liberté d’opinion. Un régime vraiment libéral doit renoncer au monopole universitaire1.

  • 2 L’abbé Lamennais connu pour ses idées sociales se ralliera à Lamartine comme George Sand.
  • 3 Les Républicains attaquent le ministère Guizot sur la réforme électorale et organisent une Campagn (...)
  • 4 Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Furne et Cie, 1847, Livre I.

2Ils feront des émules auprès des romantiques Lamartine, Victor Hugo, George Sand. Le père de Rosa Bonheur lira à sa fille dans son enfance de nombreux passages des livres de Lamennais auxquels l’artiste se réfèrera plus tard. Les lamennaisiens2 se joignent à la secte des saint-simoniens pour applaudir à la Révolution de juillet 1830 et souhaitent une République. Mais l’avènement de Louis-Philippe arrête tout espoir malgré son désir d’introduire plus de démocratie dans le gouvernement. À partir de 1847, une campagne républicaine soutenue par les Banquets3 se développe et rallie les membres des sociétés secrètes comme les hommes politiques4.

3La Révolution de 1848 semble réaliser le rêve d’une deuxième République pour des députés comme Lamennais, Lamartine, Barbès, Victor Hugo encouragés par George Sand qui, enthousiasmée, publie des articles dans le Bulletin de la République et fonde un journal éphémère, La Cause du Peuple. Une Constitution avec de nouvelles libertés et le droit de vote au suffrage universel y compris des femmes est envisagée mais le suffrage universel masculin sera finalement seul reconnu. Le Second Empire arrête le processus de libéralisation sans toutefois l’abandonner, Napoléon III étant un ancien carbonaro et l’impératrice favorable aux thèses saint-simoniennes.

L’Éducation des filles

  • 5 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du Féminisme, Paris, La Découverte, « Repères », 2002, p. 27-36.

4Si l’instruction des filles fait des progrès, leur éducation sociale et civique n’est pas encore envisagée. Le XIXe siècle est l’époque des créations d’écoles catholiques, laïques, mutualistes et d’un lycée de filles en 1867 où les disciplines enseignées sont différentes de celles des garçons Mais se préoccupe-t-on de leur éducation à la responsabilité depuis le Code Napoléon5 ? Devant cette carence, des hommes et des femmes désirent mettre en œuvre une politique nouvelle d’éducation qui reste parfois utopique mais a le mérite de soulever des questions de fond. Bien des écrivains n’approuvent pas la reconnaissance d’un rôle nouveau des femmes comme Jules Barbey d’Aurevilly qui prophétise sombrement :

  • 6 Élisabeth Badinter, XY De l’identité masculine, Paris, Odile Jacob, 1992.

Un jour, Marie d’Agoult sera à l’Académie des Sciences morales et politiques, George Sand à l’Académie française, Rosa Bonheur à l’Académie des Beaux-Arts et c’est nous les hommes qui feront les confitures et les cornichons !6

  • 7 Simone Debout-Oleskiewicz, « Utopie et contre-utopie, les femmes dans l’œuvre de Fourier », dans C (...)

5En cela, il reproduit ce que pensent beaucoup de Français comme le note Fourier : « Les Turcs enseignent aux femmes qu’elles n’ont pas d’âmes, les Français qu’elles n’ont pas de génie ! »7.

  • 8 Théodore Zeldin, Une Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Larousse, 2005, p. 8.

6Les femmes elles-mêmes ne vont pas toujours au bout de leur combat, George Sand ne soutiendra pas vraiment le suffrage féminin par crainte de s’engager dans un mouvement politique. Ces mouvements qui s’inscrivent dans les crises et révolutions font hésiter les féministes comme le dit l’historien anglais Zeldin : « Le XIXe siècle rêvait de paix mais croyait aux vertus de la guerre. Certes, quelques femmes eurent le courage de protester mais elles étaient pénétrées des valeurs mêmes qui les opprimaient […] »8.

7Pourtant, de véritables sectes comme le fouriérisme et ses phalanstères, le saint-simonisme, les carbonari italiens ou charbonnerie, condamnées par le pape Pie VII dès 1821, diffusent des idées sociales qui accordent une place importante aux femmes. Au cours de la jeunesse de Rosa Bonheur, la secte la plus connue et la plus influente est celle des saint-simoniens parce qu’elle attire la grande bourgeoisie d’affaires par ses idées libérales.

Les saint-simoniens

8Le comte de Saint-Simon, ancien officier français de l’armée royale avant la Révolution, combat en Amérique avec La Fayette pour l’indépendance des États-Unis. Il est frappé par ce peuple jeune et désireux de produire davantage et mieux pour s’enrichir sous un gouvernement démocratique. En 1797, il se remet à l’étude et se convertit à l’idée de se rendre utile à l’humanité en travaillant sur des doctrines sociales et économiques qui doivent réorganiser la société : la religion, la famille, la propriété et le travail productif doivent se soumettre à l’économie et à la technique, tout en élevant l’être.

  • 9 Saint-Simon, Claude-Henri de Rouvroy (comte de), Œuvres 5, Catéchisme des industriels (4e cahier).(...)
  • 10 Michèle Riot-Sarcey, « L’affirmation d’une doctrine et l’organisation d’une religion alternative » (...)

9Il écrit Le Nouveau Christianisme publié en 1825 à titre posthume, attaque le catholicisme auquel la science doit se substituer et penche vers le socialisme. Pour organiser une nouvelle société sont indispensables les « producteurs » qu’ils soient industriels, penseurs ou artistes. Cette élite hiérarchisée doit être au service des plus défavorisés : « Le but de la société doit être l’amélioration du sort de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre »9. Peut-on parler d’utopie à propos de cette doctrine, comme l’écrit récemment Michèle Riot-Sarcey10 ?

10Beaucoup de scientifiques, de polytechniciens, d’industriels, de banquiers et d’artistes sont séduits par ces idées libérales qui les encouragent à trouver et à développer des marchés nouveaux en France et à l’étranger pour le bien-être de toute la société. À la mort de Saint-Simon, ses successeurs, Enfantin, Bazard et le banquier Olinde Rodriguès ne se contentent pas de promouvoir ses idées, ils les interprètent d’une manière politique en se faisant connaître sur les barricades contre Charles X. À la suite de cette action, ils organisent une sorte de confrérie à Paris puis un véritable couvent laïque dans une vieille maison de Ménilmontant. Cette « Religion nouvelle » se développe. Ses journaux, Le Globe dont Pierre Leroux est rédacteur et que George Sand soutient, Le Producteur, touchent un large public du monde des affaires, de l’industrie, de la banque, des arts et attirent de nombreux disciples convaincus, comme Michel Chevalier, futur conseiller économique de Napoléon III.

Une secte en évolution

  • 11 Simone Debout-Oleskiewicz, « Utopie et contre-utopie », op. cit.

11Raimond Bonheur, peintre et artiste, est sur la liste des adhérents en 1830. Il a connu Rodriguès à Bordeaux où il travaillait avant d’emmener sa famille à Paris. Il s’engage dans la phalange gouvernée par le Conseil des Apôtres dont le Père Enfantin deviendra finalement le seul pontife, l’Élu de Dieu, la Loi vivante à la recherche de la Femme-Messie qui doit créer l’harmonie entre homme et femme. Un collège de 16 membres constitue le clergé. Les fidèles sont répartis suivant leur conscience saint-simonienne en trois degrés d’élévation. Ils doivent porter une tenue vestimentaire dont les couleurs sont symboliques : le pantalon blanc (l’amour) gilet rouge (le travail) tunique bleu violet (la foi) boutonnée par derrière pour rappeler la nécessité de l’entraide et de la soumission. Les idées de Fourier s’inspireront de cette religion, chemin vers l’harmonie et moyen d’affranchir les femmes : « Notre apostolat consiste donc autant dans l’affranchissement de la femme que dans la réhabilitation de la chair »11.

12Raimond Bonheur accepte comme fonction dans la communauté, celle de jardinier, souffrant de sa pauvreté à côté des autres membres riches et instruits bien que chacun d’eux soit obligé de faire partie d’une brigade et doive participer à la bonne marche matérielle du couvent. Séduit par ces réunions où les débats intellectuels et spiritualistes le fascinent entre des hommes de la haute société, il entraîne sa fille Rosa à sa suite, avec l’accord de sa mère. Ils souhaitent lui donner une éducation libre et généreuse, en avance sur son temps.

  • 12 Ce banquier prononça l’oraison funèbre de Raimond Bonheur en 1849, rappelant ses convictions saint (...)
  • 13 Médecin dans l’armée de Napoléon Ier, il reçut la Légion d’honneur pour son dévouement aux blessés

13Ce couvent est en fait une sorte de pensionnat ou de séminaire pour la formation des apôtres. La communauté vit des dons des adhérents et d’emprunts aux banquiers et aux grands industriels qui adhèrent à la secte. Les familles ont le droit de rendre visite aux membres du couvent une fois par semaine. Rosa Bonheur se trouve ainsi mêlée aux enfants d’une riche bourgeoisie alors que la situation de sa famille relève de la pauvreté. Elle connaît l’abbé Châtel qui a constitué sa propre Église, le banquier Pereire, Talabot à la tête des Chemins de fer français, Hippolyte Carnot, ministre de l’Instruction publique, de Eichtal12, le médecin militaire Fabré-Palaprat13, personnalités qui joueront un grand rôle dans sa vie d’artiste.

Succès de la doctrine

14Le dimanche une sorte de culte est célébré qui attire parfois 10 000 personnes sur l’herbe autour du couvent où le Père suprême explique sa doctrine sur l’avenir de l’homme et de la femme, producteurs de richesses pour les plus pauvres, au grand scandale du gouvernement.

15La secte étend son influence dans de nombreux arrondissements parisiens et dans douze d’entre eux se créent des centres permanents d’éducation. Chaque centre comprend un médecin du corps, un médecin de l’âme (apôtre saint-simonien) et un adjoint pour la bonne marche de la communauté. De Paris, la doctrine de la secte trouve des relais, cinq « églises » s’ouvrent dans les grandes villes de province, mais aussi en Belgique et dans d’autres pays d’Europe.

  • 14 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, op. cit., p. 34.

16Les saint-simoniens seront condamnés en 1832 pour atteinte aux bonnes moeurs. Le Père Enfantin est libéré après un an de prison, il a tenu à se faire défendre par deux jeunes femmes et s’est présenté au tribunal accompagné de quarante jeunes filles dont Rosa Bonheur en costume, ce qui ne semble pas l’avoir enchantée. Cette provocation du Père Enfantin tenait à montrer qu’aucune pression n’était exercée sur ces jeunes filles qui lui étaient dévouées. Néanmoins, les « saint-simoniennes se dispersent ou s’organisent par petits groupes », les unes sont en quête de la Mère qui doit définir la « loi morale », d’autres gagnent l’Ecole sociétaire avec Victor Considérant, « la plupart se réfugient dans le silence »14.

Rosa Bonheur et l’éducation des sectes

  • 15 Exposition de la Doctrine, Première année, Neuvième séance, p. 262, texte cité par Michèle Riot-Sa (...)

17« Il n’existe qu’un très petit nombre d’êtres privilégiés qui, soutenus et excités par la pensée qu’ils ont une mission à remplir, puissent triompher d’une première éducation défectueuse »15. C’est pour cela que le père de Rosa Bonheur veut lui donner toutes ses chances en la confiant au couvent de Ménilmontant.

  • 16 Prosper Enfantin, Le Livre nouveau, (non édité), Paris, Bibliothèque de l’Arsenal.

18Les enfants portent un uniforme et un bonnet très voyants ce que Rosa Bonheur supporte mal devant les huées des gamins de la rue. La nouveauté de cette secte est d’accueillir dans son sein des garçons et filles dont l’éducation sera commune pendant la petite enfance pour préparer, l’égalité des sexes dans tous les domaines. À l’enseignement des sciences, de la géographie, de l’astronomie, de la musique s’ajoute la religion fondée sur la bonté et l’entraide entre les individus et entre les humains et la nature : « Tous les êtres émanent, absorbent et s’approprient à des degrés divers les substances émanées par les êtres vivants environnants »16.

19Les animaux font donc partie de cette grande chaîne universelle et sont dotés d’une âme difficile à discerner, ce qui frappe beaucoup Rosa Bonheur et marquera sa recherche en peinture animalière.

  • 17 Anna Klumpke, Rosa Bonheur, sa vie, son œuvre, Paris, Flammarion, 1908.

20Son instruction est assez superficielle et incomplète et s’arrête à 14 ans. Elle doit alors travailler comme couturière pour aider sa famille, puis chez un coloriste. Ses dons pour le dessin se manifestent mais les écoles de dessin ne sont pas ouvertes aux filles. Son père essaie de la dissuader car l’art ne lui a pas permis de faire vivre ses quatre enfants, finalement devant sa détermination, il sera son premier professeur. Elle connaît les difficultés matérielles à cause des idées utopiques de son père fidèle au travail bénévole de la secte. La pauvreté de la famille entraîne la mort prématurée de sa mère et son enterrement dans une fosse commune, ce qui restera une souffrance pour Rosa Bonheur. Elle est pourtant reconnaissante de l’éducation choisie par son père et dira plus tard dans ses Mémoires : « J’ai compris ce qu’il y avait de noble dans la nature de mon père et les angoisses de ma mère dont les péripéties ont exercé une influence incroyable sur moi »17.

21L’arrestation du Père Enfantin, son départ avec quelques disciples à sa sortie de prison pour l’Egypte et la déviation des principes de base du saint-simonisme amènent la dispersion de nombreux disciples.

  • 18 Ibid.

22Les fidèles qui restent, dont Raimond Bonheur, cherchent un autre support moral et un cadre de vie que leur fournit le médecin saint-simonien Fabré-Palaprat. Il prend la tête des Chevaliers du Temple. Cette secte existe déjà, proche du saint-simonisme dont elle a accueilli certains de ses disciples comme Carnot. Datant du Moyen Âge, elle est basée sur un esprit chevaleresque, le religieux et l’ésotérique, s’appuient sur un Évangile nouveau et en partie inventé, dit de saint-Jean. Rosa est rebaptisée dans la Cour des Miracles, habillée en blanc et entourée de chevaliers portant des glaives, elle suit ainsi un véritable chemin initiatique à une heure nocturne qui l’a angoissée à jamais18. Elle reçoit un nouvel enseignement, très proche des saint-simoniens mais fondé sur la connaissance de l’Esprit créateur, d’un Christ androgyne, rappelant l’harmonie homme-femme d’Enfantin et sa religion d’amour.

Une personnalité atypique

  • 19 Ibid.

23Ces deux expériences de religiosité mystique, les rencontres avec des hommes novateurs du milieu des affaires et des arts, d’enfants de la grande bourgeoisie marquent la vie de Rosa Bonheur : « Ces péripéties ont exercé une influence incroyable sur ma vie, les paroles entendues chez les Frères n’ont point été sans m’influencer pour m’éloigner du mariage »19.

  • 20 Marie-Jo Bonnet, Les deux amies. Essai sur le couple de femmes dans l’art, Paris, Éd. Blanche, 200 (...)

24La liberté sexuelle de la secte du Père Enfantin, la glorification de la femme et la reconnaissance d’une égalité des sexes influencent profondément Rosa Bonheur à l’âge de l’adolescence et sa vie d’adulte. Sa recherche de la nature, son besoin de donner et de recevoir de l’amour marquent toute sa vie et son œuvre. Après avoir aidé financièrement sa famille selon les maximes d’amour apprises dans la secte, elle vit avec une jeune femme, Nathalie Micas qu’elle initie à la peinture et après sa mort, avec Anna Klumpke, jeune artiste américaine qui l’aidera dans son travail et lui rendra la joie de vivre. Cette forme de vie entre deux femmes est considérée au XIXe siècle comme une représentation d’une liberté, d’une émancipation de la femme et d’une modernité, dangereuses pour la société20.

  • 21 Ibid.

25On vient la voir dans son atelier parisien pour ses tableaux, mais aussi pour rencontrer une femme non conventionnelle, aux mœurs très libres, qui s’habille en homme, fume la pipe, ne craint pas de se rendre au Muséum d’Histoire naturelle de Geoffroy Saint-Hilaire et de travailler dans les abattoirs de la ville de Paris. En 1860, elle abandonne la capitale pour la campagne, ne supportant plus l’indiscrétion parisienne et l’éloignement de la nature qui l’inspire. Elle s’installe à By, à côté de Fontainebleau et s’entoure d’animaux qu’elle élève dans sa propriété nommée, Domaine de la parfaite Harmonie, souvenir de la secte des saint-simoniens et rappel de ses relations amoureuses. Sa manière de vivre surprend à la campagne, elle doit se soumettre à la demande d’un certificat d’agrément du maire pour porter un pantalon considéré encore comme attribut masculin : « Pourquoi ne serais-je pas fière d’être femme ? Mon père me disait qu’elle serait le Messie des temps futurs, je soutiendrai l’indépendance du sexe jusqu’au dernier jour »21.

26Elle reconnaît que les Françaises évoluent peu dans le domaine de l’émancipation du fait d’une éducation conservatrice très stricte encouragée par une société encore empreinte des rites monarchiques :

La Française n’est-elle pas capable d’user de sa liberté avec autant de discrétion que l’Anglaise ou l’Américaine ? Je ne doute pas que la pratique des institutions républicaines fasse bientôt entrer cette manière de voir dans l’esprit des mères et des pères de famille, des frères et des filles elles-mêmes. Cette fière doctrine je l’ai conçue quant à moi dès le début de ma carrière et je la soutiendrai aussi longtemps que je vivrai.

L’impératrice Eugénie proche des idées saint-simoniennes

27La République sombre avec l’avènement du Second Empire et Rosa Bonheur se tourne vers l’impératrice Eugénie dont elle connaît l’éducation libérale et l’intérêt pour les idées saint-simoniennes, comme la décrivent deux auteurs contemporains :

  • 22 Jean des Cars, Eugénie, la dernière impératrice ou les larmes de la gloire, Paris, Perrin, 2000, p (...)

Généreuse comme on l’est à cet âge, elle partage les idées sociales des saint-simoniens et voit, avec bonheur, le progrès des thèmes de Fourier qui propose l’Harmonie universelle autour de son phalanstère. Cette communauté de travailleurs vivant ensemble22.

  • 23 Jean des Cars cite dans la même page, la phrase de Jean Autin dans son livre L’Impératrice Eugénie(...)

Joignant le geste à la parole, elle apprend même à sculpter le bois puisque dans la libre société de demain, chacun devra posséder un métier manuel23.

  • 24 Journal officiel du Second Empire.

28Eugénie soutient la fondation du lycée Camille Sée par Victor Duruy en 1867 et se réjouit de voir que Napoléon III prend comme conseiller économique, Michel Chevalier, saint-simonien. Elle apprécie les tableaux de Rosa Bonheur mais aussi sa manière de vivre et lui rend visite depuis le château de Fontainebleau. En 1865, étant Régente, en l’absence de l’empereur parti en Algérie, elle lui remettra la croix de chevalier de la Légion d’honneur et l’invitera avec celui-ci à son retour, au château en soulignant : « J’ai voulu noter que le génie n’a pas de sexe. Vous aurez un décret spécial en tête du journal Le Moniteur »24. Rosa Bonheur apprécie les honneurs rendus à son art mais aussi à sa personnalité de femme et de saint-simonienne comme elle le rapporte dans ses Mémoires. En 1894, le président Carnot lui remettra la croix d’officier de la Légion d’honneur et elle rappellera, dans son discours, son passé et celui de son propre père :

Mon père saint-simonien m’a enseigné la grandeur et la sainteté du rôle que la femme est appelée à jouer dans la société de l’avenir et m’a persuadé de la nécessité d’abolir les préjugés qui empêchent la jeune fille de se considérer comme la seule gardienne de sa dignité.

29L’influence et le sens de la communauté des membres des sociétés secrètes aideront beaucoup Rosa Bonheur dans sa carrière de peintre. Les commandes de la cour de l’empereur, du duc de Morny, des banquiers comme d’Eichtal lui permettront de travailler sans souci financier à ses débuts. Reconnaissante à Napoléon III de son soutien, elle proposera d’armer un bataillon pour aider l’empereur en 1870, le maire du village l’en dissuadera, son apparence masculine et sa vie étant déjà peu appréciées dans le village. Grâce à sa renommée internationale due à la vente de ses tableaux auprès de tous les souverains européens, son manoir sera épargné par les troupes prussiennes et les paysans viendront s’y abriter.

Influence des sectes sur son art

  • 25 Jacques-Raymond Brascassat, (1840-1867) dessinateur et peintre néo-classique, admiré pour ses tabl (...)

30Passionnée de dessin, elle ne peut dans sa jeunesse que se contenter de copier les tableaux du Louvre, ses compagnons de peinture lui donnent le surnom de Petit Hussard puisqu’elle est la seule femme. Dans son affirmation de vouloir peindre, elle s’oppose dans ses choix de sujets à son père qui voudrait qu’elle surpasse madame Vigée-Lebrun, portraitiste de la cour ou Madeleine Lemaire « l’impératrice des roses ». Il accepte pourtant de lui donner ses premiers cours de dessin, avant qu’elle ne travaille avec le peintre Brascassat25. Elle se lance dans la peinture des animaux et de la nature dont elle veut faire apparaître l’âme, comme elle l’a appris des saint-simoniens. Son tableau exposé au Salon de 1848, Le Labourage nivernais obtient tous les suffrages des critiques et une médaille du gouvernement. Plusieurs fois récompensée aux Salons suivants, pour sa manière de peindre les animaux, mâles pour la plupart, taureaux, chevaux sauvages, bœufs et moutons, elle est très appréciée en raison de l’intérêt nouveau de la société pour les paysans et les travaux de la terre. Comme George Sand avec ses romans, elle bénéficie de cette nouvelle mode de la découverte de la nature et des débuts des peintres impressionnistes.

Les critiques

  • 26 Théophile Thoré, Salon de 1845 dans la revue L’Artiste de la même année.

31Consciente que sans salon, il est impossible d’être reconnue, Rosa expose dès ses 19 ans en 1841, mais certains critiques la jugent mièvre et charmante pour ne pas dire sans envergure : « Ce n’est pas de l’art ! Oui mais c’est du charme ; c’est vermeil comme un sourire de seize ans et pur comme une larme ! »26.

32Plus tard, le critique Émile Cantrel rappelle la ressemblance des thèmes choisis par l’artiste et par George Sand dans ses romans, en marquant cependant son étonnement devant la vigueur du trait de Rosa qui n’a rien de la souplesse féminine admise par le public.

  • 27 Rosa Bonheur lit également Alexandre Dumas fils. Dans sa bibliothèque deux livres sont exposés, Le (...)
  • 28 Émile Cantrel, « Galeries du XIXe siècle, Mademoiselle Rosa Bonheur », dans la revue L’Artiste, 18 (...)

Il y a une très intime parenté entre les deux talents. Mademoiselle Rosa Bonheur lit souvent George Sand27, c’est son auteur de prédilection et je ne serais pas surpris que madame Sand ait les mêmes préférences pour les paysages de Rosa Bonheur. Elles sont toutes deux des femmes supérieures que l’Europe nous envie, deux génies frères. Il est à remarquer que Rosa Bonheur par des qualités mâles que son jeune talent manifeste dès les premières années de début échappe à la loi de la nature qui veut que dans les créations d’art, les femmes soient inférieures aux hommes28.

33À la demande de l’impératrice Eugénie, Raimond Bonheur ouvre une école impériale de dessin qui sera confiée à Rosa à la mort de son père. La distribution des prix est présidée en 1859 par Eugène Houssaye, inspecteur général des Beaux-Arts qui marque bien les différences des classes sociales des jeunes filles de l’École et les places qu’elles peuvent espérer, chacune selon leur rang.

  • 29 Léon Roger-Milès, Atelier Rosa Bonheur, Société d’Édition artistique, 1900.

Il en est parmi vous qui du dessin s’élèveront à la peinture. J’espère les retrouver un jour dans les Expositions et apprécier toute l’excellence de l’École. D’autres en plus grand nombre, se serviront de leur jeune talent dans les fabriques pour ces mille féeries de la mode. Celles-ci dessineront des ornements, peindront des éventails, fantaisies qui côtoient l’industrie mais qui sont encore de l’art. Enfin d’autres, devenues mères de famille répandront sur tous les travaux d’intérieur le charme que l’Art donne à tout ce qu’il touche29.

34Il en profite pour faire l’éloge de Rosa Bonheur qui comprend et peint la Nature de l’intérieur :

  • 30 Paul Potter, peintre hollandais, 1625-1654.

Si la nature est le Maître des Maîtres, on peut dire que mademoiselle Rosa Bonheur a pris la nature comme atelier, depuis Paul Potter, nul n’a compris plus intimement, plus profondément, plus poétiquement, l’œuvre primitive de Dieu, l’arbre, la prairie, la bête30.

35En 1847, Théophile Gautier, critique d’Art, fait chorus à propos du tableau, Bœufs et taureaux du Cantal : « Mademoiselle Rosa Bonheur marche en première ligne à la tête des peintres d’animaux ».

36La Révolution de 1848, plus démocratique, permet au Salon de s’ouvrir à toutes les œuvres, la famille Bonheur peut exposer, père et frères. La peinture de Rosa Bonheur ne l’empêche pas de sculpter également des bronzes d’animaux qu’elle abandonnera rapidement pour laisser à son frère l’honneur et les avantages financiers d’être le sculpteur de la famille.

Un Art qui s’exporte

37Ses voyages en France et en Angleterre, ses relations avec toutes les têtes couronnées, son succès à la cour de Napoléon III, son entente avec des marchands de tableaux, ses ventes de lithographies, rendent jaloux certains artistes et les Salons ne l’honorent plus. Ses protecteurs impériaux ont disparu, ses commandes pour les pays européens augmentent. Son éloignement de Paris, sa continuité dans le choix de ses sujets animaliers en pleine période impressionniste, enfin son mode de vie conduiront son œuvre à l’oubli en France. Aux États-Unis, grâce à sa compagne avec qui elle a voulu célébrer un mariage et à qui elle lègue ses biens, ses œuvres gardent une grande renommée auprès des associations féministes américaines dont fait partie Anna Klumpke. Ses tableaux de Buffalo Bill, venu la voir dans son atelier lors d’un spectacle à Paris et qui représente pour elle la nature et les grands espaces, plaisent infiniment aux Américains.

38Le 20 mai 1899, à sa mort, elle se fait enterrer au Père-Lachaise dans la tombe de Nathalie Micas, dans la crainte de n’avoir pas de sépulture personnelle, souvenir de sa mère et sans relations avec sa famille qu’elle a dépouillée de ses biens pour son amie. Il y a beaucoup de monde à son enterrement, mais elle n’avait demandé la présence que d’une journaliste, Marguerite Durand de La Fronde qui dépose une immense gerbe de fleurs, en reconnaissance des articles de Rosa Bonheur sur l’importance de l’émancipation de la femme par l’art.

  • 31 Écho de Paris, 28 mai 1899.

39 L’Écho de Paris du 29 mai fait paraître un article peu élogieux sur les raisons de son succès de peintre : « Un garçon dans un corps de femme, ce fut à cette anomalie qu’elle dût un succès hâtif et durable ! »31.

40En raison de sa richesse, elle sera accusée par ses proches d’avoir été inféodée aux partis d’argent et de n’avoir pas mérité sa Légion d’honneur. Le compositeur Bizet dément cette assertion en lui dédicaçant une chanson après la remise de la croix par l’impératrice, en concluant : « On pourrait signer de confiance à la remise du ruban car le ruban n’est pas une faveur ! ».

Le Féminisme de Rosa Bonheur

  • 32 Le musée Rosa Bonheur de Bordeaux ouvre en 1997. Il comporte une statue de l’artiste, une autre es (...)
  • 33 Eugénie Niboyet, (1796-1883) saint-simonienne dès 1829, dirige à Lyon des périodiques de cette doc (...)

41L’historiographie de ce peintre adulé au XIXe siècle jusque dans les années 1875, est peu importante en France, du fait de la méconnaissance de ses tableaux, à Paris ; un seul est au Musée d’Orsay. Depuis, un musée de Bordeaux porte son nom et permet de connaître ses œuvres32. Son mode de vie intéresse davantage que sa peinture ou son féminisme. Il est fort différent et moins engagé que celui d’autres femmes comme Eugénie Niboyet, saint-simonienne ou de Flora Tristan, fouriériste33. Rosa (Rosalinda) est marquée par la pauvreté jusqu’à quarante ans avec la charge de toute une famille d’artistes. Son militantisme a été peut-être freiné par la nécessité de tractations financières avec des marchands de tableaux qui la harcèlent pour vendre ses œuvres avant même qu’elles ne soient terminées.

42Bien que n’étant pas opposée au mariage comme les saint-simoniens, sa jeunesse vécue d’une manière masculine pour l’époque, la mort prématurée de sa mère et l’absence d’une sépulture pour l’honorer ont joué un rôle dans sa recherche de femmes à aimer et également maternelles. Elle indique dans ses Mémoires ce qu’elle doit à ses deux amies successives sur le plan matériel et à leur aide dans la peinture de ses tableaux.

43Ce type d’éducation diffère de celui des jeunes filles du XIXe siècle, habituellement suivies et enseignées par leur mère ou par des religieuses dans un couvent. Rosa Bonheur, au contraire, a reçu une éducation hors norme d’un père très présent, qui a formé sa conscience au sein de sectes socialisantes. Il l’a fortement influencée dans sa vie personnelle et ce sont les doctrines saint-simoniennes qui lui ont permis ses choix de vie et de thèmes artistiques. Elle a poursuivi son combat pour l’indépendance et la liberté des femmes en artiste solitaire, en dehors de prises de position politique comme elle l’affirme dans ses Mémoires et comme sa vie le démontre. Elle a eu foi dans la République et également dans le régime impérial, son éducation l’a portée davantage à réaliser son destin de femme peintre et à s’attacher à l’humain et à la Nature plutôt qu’à des idées.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adler Laure, Les femmes politiques, Paris, « Points actuels », Le Seuil, 1994.

Alem Jean-Pierre, Enfantin, Le prophète aux sept visages, Paris, J.-J. Pauvert, 1963.

Badinter Élisabeth, XY De l’identité masculine, Paris, Odile Jacob, 1992.

Barbey d’Aurevilly Jules, Les Bas-bleus, Paris, sn, 1878.

Bonheur Rosa, Lettres à Nathalie Micas, Bibliothèque Marguerite Durand.

Bonnet Marie-Jo, Les deux amies. Essai sur le couple de femmes dans l’art, Éd. Blanche, Paris, 2000.

Cars (des) Jean, Eugénie, la dernière impératrice ou les larmes de la gloire, Paris, Perrin, 2000.

Chauvin Charles, Lamennais ou l’impossible conciliation, Paris, Desclée de Brouwers, 1999.

Chauvin Jean-Pierre, Les marges du christianisme, Paris, Beauchesne, 2001.

Debout-Oleskiewicz Simone, « Utopie et contre-utopie », Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, PUF, 1997.

Duby Georges et Perrot Michèle (dir.), Histoire des Femmes en Occident, tome IV, Le XIXe siècle, Paris, Plon, 1991.

Enfantin Prosper, Le livre nouveau, non publié, Bibliothèque de l’Arsenal.

Klumpke Anna, Rosa Bonheur, sa vie, son œuvre, Paris, Flammarion, 1908.

Lamartine (de) Alphonse, Histoire des Girondins, Paris, Furne et Cie, 1847, Livre I.

Miquel Pierre, L’école de la nature, Maurs-la-Jolie, Éd. De La Martinelle, 1985.

Mirecourt (de) Eugène, Rosa Bonheur « Les contemporains », Paris, Sartorius et Soret, 1856, vol. XIV.

Riot-Sarcey Michèle, Histoire du Féminisme, Paris, La Découverte, « Repères », 2002.

Roger-Miles Léon, Atelier Rosa Bonheur, Société d’Édition artistique, 1900.

Saint-Simon Claude-Henri de Rouvroy (comte de), Œuvres 5, Catéchisme des industriels (4e cahier). Quelques opinions philosophiques à l’usage du XIXe siècle, Paris, E. Dentu, 1875.

Sand George, Correspondance, Paris, Classiques Garnier, 1982, t. XV.

Thore Théophile, « Critique du Salon de 1845 », L’Artiste.

Zeldin Théodore, professeur à l’Université d’Oxford, Préface du livre Une Histoire du monde, au XIXe siècle, Paris, Larousse, 2005.

Presse et revues

Catalogue de l’exposition Rosa Bonheur, Musée Goupil, Bordeaux 1998.

Catalogue Rosa Bonheur, All Nature's Children, Dahesh Museum, New York, 1998.

Revue Artiste, article de Cantrel Robert, dans chapitre Galeries du XIXe siècle, « Mademoiselle Rosa Bonheur, 1859 », Fonds Rosa Bonheur, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

Delacroix Eugène, critique d’art, articles et coupures de presse, juillet 1853, Fonds Rosa Bonheur, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

Lettres de l’impératrice Eugénie, documents, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

La Fronde, journal dirigé par Marguerite Durand, article sur l'enterrement de Rosa Bonheur, 26 mai 1899, Fonds Rosa Bonheur, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

Notes

1 Journal L’Avenir, avec l’épigraphe, Dieu et Liberté, cité par Charles Chauvin, Lamennais ou l’impossible conciliation, Paris, Desclée de Brouwers, 1999. Son pamphlet, De l’Université impériale oblige Lamennais à s’exiler en 1815, au retour de Napoléon Ier.

2 L’abbé Lamennais connu pour ses idées sociales se ralliera à Lamartine comme George Sand.

3 Les Républicains attaquent le ministère Guizot sur la réforme électorale et organisent une Campagne des Banquets pour rallier les mécontents.

4 Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Furne et Cie, 1847, Livre I.

5 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du Féminisme, Paris, La Découverte, « Repères », 2002, p. 27-36.

6 Élisabeth Badinter, XY De l’identité masculine, Paris, Odile Jacob, 1992.

7 Simone Debout-Oleskiewicz, « Utopie et contre-utopie, les femmes dans l’œuvre de Fourier », dans Christiane Fauré, Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, PUF, 1997, p. 317-340.

8 Théodore Zeldin, Une Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Larousse, 2005, p. 8.

9 Saint-Simon, Claude-Henri de Rouvroy (comte de), Œuvres 5, Catéchisme des industriels (4e cahier). Quelques opinions philosophiques à l’usage du XIXe siècle, Paris, E. Dentu, 1875, 314 p.

10 Michèle Riot-Sarcey, « L’affirmation d’une doctrine et l’organisation d’une religion alternative » dans Le siècle des saint-simoniens, du Nouveau christianisme au canal de Suez, Paris, BnF, 2006, p. 42-49.

11 Simone Debout-Oleskiewicz, « Utopie et contre-utopie », op. cit.

12 Ce banquier prononça l’oraison funèbre de Raimond Bonheur en 1849, rappelant ses convictions saint-simoniennes.

13 Médecin dans l’armée de Napoléon Ier, il reçut la Légion d’honneur pour son dévouement aux blessés.

14 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, op. cit., p. 34.

15 Exposition de la Doctrine, Première année, Neuvième séance, p. 262, texte cité par Michèle Riot-Sarcey dans son article dans Le siècle des saint-simoniens, op. cit., p. 46.

16 Prosper Enfantin, Le Livre nouveau, (non édité), Paris, Bibliothèque de l’Arsenal.

17 Anna Klumpke, Rosa Bonheur, sa vie, son œuvre, Paris, Flammarion, 1908.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Marie-Jo Bonnet, Les deux amies. Essai sur le couple de femmes dans l’art, Paris, Éd. Blanche, 2000, 305 p.

21 Ibid.

22 Jean des Cars, Eugénie, la dernière impératrice ou les larmes de la gloire, Paris, Perrin, 2000, p. 63.

23 Jean des Cars cite dans la même page, la phrase de Jean Autin dans son livre L’Impératrice Eugénie, Fayard, 1990.

24 Journal officiel du Second Empire.

25 Jacques-Raymond Brascassat, (1840-1867) dessinateur et peintre néo-classique, admiré pour ses tableaux d’animaux.

26 Théophile Thoré, Salon de 1845 dans la revue L’Artiste de la même année.

27 Rosa Bonheur lit également Alexandre Dumas fils. Dans sa bibliothèque deux livres sont exposés, Les Femmes qui tuent et Les Femmes qui votent datant de 1880.

28 Émile Cantrel, « Galeries du XIXe siècle, Mademoiselle Rosa Bonheur », dans la revue L’Artiste, 1859.

29 Léon Roger-Milès, Atelier Rosa Bonheur, Société d’Édition artistique, 1900.

30 Paul Potter, peintre hollandais, 1625-1654.

31 Écho de Paris, 28 mai 1899.

32 Le musée Rosa Bonheur de Bordeaux ouvre en 1997. Il comporte une statue de l’artiste, une autre est érigée dans le XVe arrondissement de Paris.

33 Eugénie Niboyet, (1796-1883) saint-simonienne dès 1829, dirige à Lyon des périodiques de cette doctrine. En 1848, à Paris, elle crée avec d’autres femmes, le Club d’émancipation des femmes avec un journal, La Voix des Femmes, tout en se défendant de donner place à « l’immoral ».

Auteur

Docteure en histoire internationale. Elle a enseigné l’histoire-géographie en collège, lycée et en École de Commerce. Elle a publié plusieurs articles sur les femmes et la Grande Guerre dans des revues spécialisées (Guerres mondiales et Conflits contemporains, Revue historique des Armées, etc.) et sur les femmes comme l’artiste-peintre Rosa Bonheur, la Comtesse Greffulhe, mécène et femme politique, madame Brunschwig et le droit de vote des femmes. Par ailleurs, elle est l’auteure de La Grande guerre en Seine-et-Marne, Hommes et femmes dans la tourmente, Presses du village (1998) ; Les soldats des colonies dans la Première Guerre mondiale, Éditions Ouest-France, 2008, et de nombreux ouvrages en collaboration : La Guerre de 14-19, Magnard 1988 ; Histoire du monde au XXe siècle, Larousse, 2005 ; Les Espionnes de la Grande Guerre, Éditions Ouest-France, 2008.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search