Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Éducations européennes

Présentation

Myriam Boussahba-Bravard

Texte intégral

1La variété des points de vue et des circonstances constitue la richesse de ces quatre articles qui offrent soit un autre modèle, un exemple individuel ou un complément à l’éducation parentale et institutionnelle des filles. Les actrices en sont Rosa Bonheur, femme peintre, les jeunes voyageuses russes, aristocrates en formation, les parents-éducateurs issus de la grande noblesse polonaise et Louise Otto-Peters, journaliste féministe allemande. Dans chacun des articles un média différent est étudié, la peinture qui autorise un mode de vie non conventionnelle, le journal intime, le précis d’éducation et enfin le titre de presse. Autant de productions culturelles qui commentent divers processus de formation, marginalisé pour Rosa Bonheur, informel pour les voyageuses russes, spécifique pour les enfants princiers polonais et émancipateur pour les femmes allemandes. L’ensemble des articles souligne le lien entre éducateurs et éduquées, lien qui détermine l’objectif des parcours éducatifs décrits. Pour Chantal Antier et les co-auteures Elena Gretchanaïa et Catherine Viollet, il s’agit de montrer l’influence de l’éducation sur les jeunes filles et donc d’évaluer leur réception individuelle. Quant à Izabella Zatorska et Marianne Walle, elles examinent des productrices d’éducation qui ont recours à la publication pour s’adresser au plus grand nombre, les lectrices allemandes de la presse et les précepteurs des élites polonaises et françaises. De tous ces contextes émerge un modèle d’éducation qui, normatif ou marginalisé, se réfère à l’objectif avoué de la formation en jeu c’est-à-dire d’une part l’émancipation, individuelle ou collective, et ses difficultés pour Rosa Bonheur et les bourgeoises allemandes, d’autre part la consommation culturelle des jeunes aristocrates russes et polonaises qui sert à consolider le mariage conventionnel et l’efficacité sociale des épouses.

2Autre thème transversal de cet ensemble de contributions, la découverte de l’« autre » dans sa différence linguistique et culturelle. Louise Otto-Peters développe modestement une rubrique littéraire à destination des femmes pour remédier à leur éducation déficiente dans Sächische Vaterlandsblätter avant de lancer un organe de presse par et pour les femmes le Frauen-Zeitung (1849-52) ; les nouvelles d’ailleurs concernant les femmes y trouvent leur place. En Pologne, les éducatrices aristocratiques construisent une éducation à partir de la langue et de la culture françaises, obligatoires au XVIIIe siècle, éducation qui reste pour autant polonaise. Les jeunes filles russes visitent les grandes villes européennes du début du XIXe siècle ; leur consommation culturelle remplit en partie les pages de leur journal intime projetant ainsi leur perception aristocratique et autocentrée. Pour autant, les séries de journaux intimes offrent une vision homogène du loisir éducatif comme formation aristocratique. Plus tard, Rosa Bonheur (1822-1899) construit son épanouissement artistique, et sa sécurité financière, grâce à une peinture animalière formidablement sexuée. Connue dans toute l’Europe, son succès pictural et financier lui permet d’afficher sa compagne (américaine) et d’obtenir des passe-droits sociaux (comme le port du pantalon) généralement refusés aux femmes.

3Quelle éducation et pour quoi faire ? Si les filles reçoivent généralement une éducation normative telle celle des jeunes Russes ou celle princière des jeunes Polonaises, leur vernis cosmopolite ne cache pas l’absence de réforme de la volonté éducative à l’œuvre. L’« autre » n’est pas une rencontre mais plutôt une décoration qui apporte la touche décisive à la compréhension des responsabilités d’État en Pologne ou à la compétition inhérente au marché du mariage en Russie. Au contraire, l’éducation saint-simonienne de Rosa Bonheur lui a appris qu’il était possible de s’opposer à la règle majoritaire et l’a sans doute soutenue dans ses choix de vie et d’œuvre, choix non seulement en marge des conventions de son époque mais aussi assumés par leur auteure. De même le journalisme de Louise Otto-Peters introduit un nouveau groupe à la confiance potentielle en soi, les femmes des classes moyennes ; les Allemandes du milieu du XIXe siècle annoncent ainsi leur marche vers l’émancipation à venir. Dans ces deux derniers cas, l’éducation marginale de Rosa Bonheur ainsi que la prise de conscience des femmes allemandes libérales qui renient les leçons de leur passé éducatif annoncent les combats de masse des Européennes à partir des dernières décennies du XIXe siècle. La remise en question de l’éducation traditionnelle des filles ainsi que la diffusion des réalités nationales et européennes déterminera alors un enjeu plus ambitieux : équiper les filles, certes futures épouses, pour leur indépendance économique et sociale de femmes.

Auteur

Maître de conférences, université de Rouen, GRHis

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540