Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Femmes éducatrices

La formation professionnelle des mineures placées en internat de rééducation de la Libération aux années 19601

Anne Thomazeau

Résumé

Les années d’après-guerre constituent une période décisive pour le renouvellement des méthodes de prise en charge des mineur-e-s placé-e-s à l’Éducation surveillée, ce qui se traduit, notamment, par la mise en place, tant dans les établissements de filles que de garçons, d’un véritable enseignement professionnel. Ainsi, apprendre un métier et, si possible, obtenir un diplôme reconnu deviennent deux des principaux objectifs du placement et l’essentiel des volumes horaires quotidiens est consacré à cet enseignement. Cependant, dans le cas des filles, cet accent mis sur la formation professionnelle ne paraît pas dépourvu d’ambiguïtés puisque l’institution se donne également pour mission de préparer les élèves à leur futur rôle de maîtresse de maison. Comment sont articulées ces deux missions et quelle est leur importance relative ? Dans quelle mesure cette tension entre deux modèles d’avenir divergents est-elle propre aux internats de rééducation ou, au contraire, caractérise-t-elle l’ensemble de l’enseignement professionnel féminin ?

The post war period is a decisive turning point in the renewal of judiciary education authority’s methods. In both girls’ and boys’ institutions, the effect of this was the development of a real vocational training. Learning a job and if possible awarding a diploma became then two of the main goals of the internment in these institutions. A main part of the day was dedicated to professional training. In the case of girls this goal was coupled with another one: the Reform schools also trained their pupils to be housewives. How were the two missions articulated? What was the importance of each of them? Was this tension between two divergent models peculiar to Reform schools or, on the contrary, did it characterize female professional training as a whole?

Texte intégral

  • 1 Cette étude s’inscrit dans une recherche plus large sur la rééducation en internat des jeunes fill (...)
  • 2 D’autres formes de prise en charge, telles que les foyers de semi-liberté et l’éducation en milieu (...)

1Les années d’après-guerre constituent une période décisive pour le renouvellement des méthodes de prise en charge des mineur-e-s délinquant-e-s ou inadapté-e-s placé-e-s en institutions spécialisées par les juges des enfants. Dans un esprit de réforme, illustré notamment par l’ordonnance de 1945 sur l’enfance délinquante, affirmant le primat de l’éducation sur la répression, l’ambition des acteurs du secteur est de mettre en place un modèle innovant de prise en charge, rompant avec le passé pénitentiaire et l’héritage des maisons de correction, de redressement et de relèvement : l’internat de rééducation2. Parmi les principes pédagogiques qui sous-tendent ce nouveau modèle se trouve la formation professionnelle. Ainsi apprendre un métier et, si possible, obtenir un diplôme officiel deviennent deux des principaux objectifs du placement. Cet impératif ne concerne pas seulement les garçons, comme le souligne le rapport annuel de l’Éducation surveillée, en 1962 :

  • 3 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1962, p. 196.

La place de la femme est avant tout au foyer. Pourtant beaucoup de femmes sont obligées de travailler, soit que leur travail soit indispensable pour compléter les ressources du ménage, soit qu’elles vivent seules et qu’elles soient, parfois, des mères célibataires. La formation professionnelle des filles placées en internat doit pour cela tenir une place primordiale dans la rééducation et suivre l'évolution du marché du travail3.

  • 4 Le secteur de la prise en charge des filles est caractérisé par la forte implication des congrégat (...)

2Cependant, comme cet extrait permet de le deviner, dans le cas des filles, une argumentation paraît nécessaire pour justifier et légitimer la place de la formation professionnelle, tant celle-ci semble contredire un autre élément fréquemment évoqué par les différents acteurs du secteur : la vocation domestique des femmes. Comme le souligne Sœur Marie de Saint-Robert, religieuse du Bon-Pasteur d’Angers4 :

  • 5 Sœur Marie de Saint-Robert, Place et limite de l’orientation professionnelle au centre d’observati (...)

L’avenir de nos filles est problématique – comme tout avenir du reste – mais ce qui demeure certain, c’est qu’elles auront toutes à exercer la formation ménagère qu’elles auront reçue, bonne ou mauvaise. Tandis que les garçons sont marqués par leur profession, la femme devrait être marquée surtout par sa vocation féminine5.

  • 6 « Emploi du temps, IPES de Brécourt », 1967, Centre des archives contemporaines, 2000 0111-7. Les (...)

3Par conséquent, les acteurs paraissent unanimes pour affirmer que l’internat de rééducation pour filles a également pour mission de « préparer [les élèves] à leur futur rôle de maîtresse de maison, en veillant à leur formation familiale et ménagère »6.

4Il convient alors de se demander comment sont articulées ces deux missions mais aussi quelle est leur importance relative. C’est alors toute la question de l’éducation des filles et du travail féminin, et donc plus largement des rôles sociaux de genre dans la société d’après-guerre, qui est soulevée ; d’autant plus que cette tension entre deux modèles d’avenir divergents paraît caractériser également l’ensemble de l’enseignement féminin. Cette coexistence d’objectifs différents, voire divergents, dans l’éducation et la rééducation féminines, n’est-elle pas l’écho des tensions, au sein de la société d’après guerre, entre différentes conceptions du rôle des femmes, à une époque où les modèles sexués, ainsi que les représentations associées, évoluent ?

5Pour tenter de cerner les caractéristiques et les spécificités de la formation professionnelle en internat de filles, nous chercherons, tout d’abord, à préciser quel est, selon les acteurs, le rôle joué par la formation professionnelle dans la rééducation des mineures, en étudiant les différentes vertus, mais aussi les limites, qui lui sont attribuées. Ensuite, en nous intéressant aux modalités pratiques de cette formation professionnelle – organisation du temps, disciplines enseignées, résultats –, nous verrons qu’elle n’est pas seulement un principe pédagogique, c’est une réalité prégnante dans le quotidien des internats. Enfin, nous essayerons de mettre en évidence les spécificités sexuées de cette formation et ses ambiguïtés, perceptibles notamment dans la façon dont est envisagé l’avenir des mineures.

La formation professionnelle : « élément de base d’une bonne rééducation »7

L’internat de rééducation, une « école professionnelle »8 ?

  • 8 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1951, p. 27.
  • 9 Andrée Algan, Enquête sur la rééducation en institution des filles délinquantes et inadaptées qui (...)
  • 10 Sœur Marie du Christ, Formation professionnelle et rééducation, mémoire pour l’obtention du diplôm (...)
  • 11 Jacques Bourquin, « Étude sur 55 adolescentes incarcérées au quartier des mineures de la prison de (...)

6Après guerre, un des principaux objectifs de l’internat de rééducation, pour les filles comme pour les garçons, est donc l’apprentissage d’un métier. Il ne s’agit plus de faire travailler les mineur-e-s, mais de leur dispenser une formation, validée dans la mesure du possible par un diplôme reconnu. Les arguments avancés en faveur de ce primat de la formation professionnelle sont multiples. Tout d’abord, puisque l’objectif de la rééducation est la réadaptation sociale des mineur-e-s après leur sortie de l’établissement, être à même « de subvenir totalement à ses besoins »9 paraît primordial. Or, selon les acteurs du secteur, dans la plupart des cas, les mineures sont, avant leur placement, « des filles sans métier »10. Certes, beaucoup ont déjà travaillé, souvent comme employées de maisons ou ouvrières d’usine, mais peu semblent avoir une réelle qualification professionnelle. Plus précisément, cette insuffisance de formation semble considérée comme un facteur important de l’inadaptation, ainsi que le remarque Jacques Bourquin : « c’est souvent cette carence de formation qui est alléguée comme une des causes de leur instabilité »11. Si le manque de formation professionnelle est perçu comme une des causes de l’inadaptation, il paraît logique que la formation professionnelle fasse partie du traitement proposé.

  • 12 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1951, p. 27.
  • 13 « Formation professionnelle des filles », op. cit., p. 1.
  • 14 « L’institution professionnelle d’Éducation surveillée pour filles de 16 à 21 ans », note interne, (...)
  • 15 Soeur Marie de Saint-Robert, op. cit., p. 49.

7Par ailleurs, cette importance accordée à la formation professionnelle permet à ces institutions marquées par le lourd héritage d’avant-guerre, et même du XIXe siècle, de se dégager de leur passé pénitentiaire et de leur image de « bagnes d’enfants ». Mettre l’accent sur la formation professionnelle, c’est éloigner l’institution de ses origines carcérales et la rapprocher de l’institution scolaire, comme l’indique notamment le remplacement progressif des termes de pupilles et de pénitentes par le mot élèves. Ce rapprochement est explicite dans le rapport de l’Éducation surveillée de 1951 : « Les Institutions publiques d’Éducation surveillée deviennent de plus en plus des centres d’apprentissage, équipés suivant les besoins d’une école professionnelle »12. Cette image d’institution professionnelle peut, de plus, favoriser l’« acceptation de la mesure de placement puisque c’est “en vue d’apprendre un métier” et non une mesure sans but apparent »13. Or, « obtenir l’adhésion des mineures à la rééducation de longue durée (environ trois ans) qui s’impose »14 est considéré comme une condition nécessaire de la réussite de la rééducation. Dans certains cas, la possibilité de suivre une formation professionnelle peut même apparaître comme une opportunité pour la mineure. Sœur Marie de Saint-Robert mentionne ainsi le cas d’une mineure pour qui « la délinquance a été […] une aubaine qui lui a ouvert de nouveaux horizons »15.

La formation professionnelle : un outil de rééducation

  • 16 « L’institution professionnelle d’Éducation surveillée pour filles… », op. cit.

8Plus encore qu’une « justification du placement »16, la formation professionnelle semble bien être considérée, en elle-même, comme un outil de rééducation, et ce même si le métier n’est pas exercé par la suite. Ainsi, le médecin psychiatre du centre d’observation de Chevilly-Larue écrit :

  • 17 Paul Le Moal, Étude sur la prostitution des mineures, problèmes sociaux, psychologiques et psychia (...)

Exerceront-elles plus tard le métier qu’elles auront appris ? Cela n’est pas sûr mais il faut se dire que l’apprentissage d’un métier constitue en soi-même une rééducation, ne serait-ce que dans la mesure où il nécessite attention, initiative, persévérance, méthode, etc. La profession reste donc dans la majorité des cas un facteur de progrès : elle valorise, elle sécurise, elle rend possible l’autonomie et la renforce : elle aide à la maturation de la personnalité17.

  • 18 « Formation professionnelle des filles », op. cit., p. 1.

9Dans la même logique, la direction de Brécourt évoque parmi les avantages de la formation professionnelle : « apprentissage par le métier du sens de l’effort, de la persévérance, de la maîtrise de soi. En un mot, formation du caractère »18.

  • 19 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1950, p. 55.

10Pour autant, la formation professionnelle n’est pas toute la rééducation, comme le précise le rapport annuel de l’Éducation surveillée, en 1950 : « la rééducation si elle dépend largement de cette instruction et de la connaissance d’un métier doit aller beaucoup plus loin et constituer une véritable conversion de tout l’être »19. D’ailleurs, dans certains cas, la formation professionnelle est considérée comme impossible, ou en tout cas peu adaptée. Ainsi, pour les filles dites très difficiles, la mise directe au travail semble être considérée comme la méthode de rééducation la plus adéquate. Dans un rapport du service de recherche de l’Éducation surveillée, sur la rééducation des filles, en 1966, il est signalé :

  • 20 Andrée Algan, op. cit., p. 103.

La majorité des praticiens spécialisés dans la rééducation des filles les plus difficiles estiment qu’une formule scolaire de formation professionnelle ne peut les « accrocher » : elles ont le plus souvent fréquenté un certain nombre d’institutions, certaines ont déjà gagné beaucoup d’argent par la prostitution ; elles ne sont capables de s’intéresser qu’à un travail concret, dans des conditions proches de celles qui les attendent à la sortie20.

11Il s’agit, par exemple, de travailler, contre une rémunération, dans des ateliers au sein de l’établissement mais pour des industriels de la région. La formation professionnelle ne paraît donc pas toujours suffisante, ni toujours adaptée ou absolument indispensable. Elle n’en reste pas moins un des principaux outils de la rééducation, outil autour duquel s’articule le reste de la prise en charge.

La formation professionnelle en internat de rééducation : une réalité

  • 21 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1962, p. 222. Pour les CAP d’emplois de maison et de col (...)
  • 22 Entretien avec MB, éducatrice à Brécourt au début des années 1960, 04/02/2006.
  • 23 « Organisation de l’enseignement professionnel », Session des 7 et 12 décembre 1949 à Marly, Archi (...)

12La formation professionnelle en internat de filles n’est pas seulement un principe pédagogique, elle est une réalité et une réalité de plus en plus large. Ainsi, le rapport de l’Éducation surveillée de 1962 souligne qu’un nombre croissant d’établissements dispense une réelle formation professionnelle et prépare leurs élèves à des diplômes officiels. En fait, la progression concerne surtout la préparation des CAP d’emplois de bureau : de 23 établissements en 1951 à 66 en 196121. De plus, l’enseignement professionnel devient tellement prépondérant qu’il apparaît comme la « colonne vertébrale »22 de la rééducation en internat, comme l’axe structurant la prise en charge autour duquel « les autres éléments gravitent »23.

La formation professionnelle : « colonne vertébrale » de la rééducation en internat

  • 24 En principe, cette observation est effectuée dans des établissements spécialisés : les centres d’o (...)
  • 25 Rapport d’observation, dossier de la mineure 372-2759, Archives du centre d’observation de Chevill (...)

13La prégnance de la formation professionnelle est perceptible dès le début de la prise en charge. En effet, avant qu’une mesure définitive ne soit prononcée, la mineure est théoriquement l’objet d’une observation et l’examen d’orientation professionnelle occupe une place centrale dans ce processus24. Ainsi, au centre d’observation de Chevilly-Larue, les aptitudes intellectuelles et manuelles sont systématiquement évaluées grâce à des tests psychotechniques et à des observations en situation, en classe et en atelier. Les résultats de cette observation professionnelle, ainsi que les souhaits de l’intéressée, sont ensuite mentionnés sur le rapport de synthèse adressé au juge. Dans certains cas, cet aspect est d’ailleurs particulièrement mis en valeur. À titre d’exemple, il est précisé pour une mineure placée à la fin des années 1940 : « Intelligente, capable d’être très aidée si elle apprend un métier qui lui plaise. La profession peut être en ce cas un élément de salut »25. Même si la proposition d’orientation professionnelle n’est évidemment pas toujours suivie, cet examen est d’autant plus important qu’il peut ne pas être sans conséquence. D’une part, la formation professionnelle conseillée à la mineure peut contribuer au choix de l’établissement de placement, surtout s’il s’agit d’une formation relativement rare, telle que la coiffure. D’autre part, cet examen d’orientation professionnelle peut être pris en compte par les établissements de placement pour accepter ou non la mineure, en fonction de ses aptitudes, de la place disponible dans telle section professionnelle, etc.

  • 26 « Emploi du temps, IPES de Brécourt », op. cit.
  • 27 Voir Véronique Blanchard, De Brécourt à Éva, corps de jeunes filles et action éducative de 1945 à (...)

14Ensuite, au sein des internats de rééducation proprement dits, la formation professionnelle occupe l’essentiel des volumes horaires quotidiens, comme le révèle clairement l’étude des emplois du temps. À titre d’exemple, nous pouvons étudier celui de Brécourt, en 196726, très similaire à celui de 1947, année de l’ouverture de cet établissement27. À l’internat de rééducation, les journées se suivent et se ressemblent. Tous les jours de la semaine, hormis le dimanche et, selon les cas, le samedi, sont organisés selon un emploi du temps identique. L’enseignement scolaire général, proche du niveau de l’école primaire – certaines préparent leur certificat de fin d’études primaires – représente une à deux heure (s) par jour. Les classes du matin relèvent, quant à elles, de la formation professionnelle : il s’agit notamment de préparer les épreuves théoriques des CAP. Les cinq heures restantes, soit plus de la moitié du temps de formation, sont consacrées à la formation pratique dans les ateliers.

Emploi du temps simplifié de l’institution professionnelle d’éducation surveillée (IPES) de Brécourt – 1967 :

6 h 45

Lever : toilette et rangement Ménage

7 h 30

Petit déjeuner Rangement, vaisselle

7 h 55

Rassemblement et départ pour les classes

8 h 00

Classes

10 h 00

Ateliers

12 h 25

Arrêt du travail

12 h 30

Rassemblement et départ pour l’internat

12 h 40

Déjeuner Vaisselle puis temps restant libre

13 h 55

Rassemblement et départ pour les ateliers

14 h 00

Ateliers

16 h 15

Récréation

16 h 30

Ateliers

17 h 30

Enseignement général

18 h 25

Rassemblement et départ pour les activités

18 h 30

Activités dirigées (artistiques et sportives)

19 h 25

Fin des activités et rangement

19 h 30

Rassemblement

19 h 40

Dîner et épluchage Veillée

21 h 00

Arrêt de la veillée et toilette

21 h 30

Extinction des lumières et silence

  • 28 Sœur Marie de Saint-Robert, op. cit., p. 59.
  • 29 Paul Le Moal, op. cit, p. 206.

15De plus, tout comme pour les garçons, l’objectif du CAP a une telle importance qu’il finit par conditionner la durée du placement. D’une part, un séjour de deux ou trois années est considéré comme optimal et tend à devenir la norme, précisément parce que cela correspond au temps jugé nécessaire à la préparation de ce diplôme. D’autre part, obtenir le CAP peut permettre une sortie anticipée. En effet, le juge place souvent les mineures jusqu’à leur majorité, mais, dans les faits, elles quittent fréquemment l’institution avant leurs 21 ans, selon un système de sortie progressive. Dans ces conditions, obtenir son CAP, c’est multiplier les chances de trouver un emploi, d’être une candidate acceptable pour les foyers de semi-liberté et de raccourcir le délai avant la sortie. D’ailleurs, Sœur Marie de Saint-Robert précise que certaines filles, témoignant ainsi d’une claire compréhension de la logique du secteur, « pensent que l’apprentissage d’un métier les retiendrait trop longtemps en internat et elles refusent de l’aborder »28 ; tandis que Paul Le Moal remarque qu’au centre d’observation, beaucoup de mineures interrogées sur leur désirs professionnels « choisissent une activité qui n’exige pas d’apprentissage, parce que pour elles apprentissage = internat »29. La formation professionnelle occupe donc une place prépondérante dans la rééducation en internat. Reste à savoir quel est précisément l’enseignement technique dispensé.

Apprendre un métier rentable

  • 30 Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 46.
  • 31 « Formation professionnelle des filles », op. cit., p. 1.

16À sa sortie, pour subvenir seule à ses besoins, la mineure doit pouvoir exercer un métier régulier et suffisamment rétribué. Dans le cas contraire, selon Sœur Marie du Christ, la mineure se procurera de l’argent par tous les moyens « et recommencera vite sa vie de débauche, car reste faible et est une proie facile »30. Autrement dit, elle risque de se livrer au vol ou à la prostitution. Pour permettre aux mineures d’exercer un métier « rentable dès la sortie de l’internat »31, les responsables d’établissement tentent d’adapter leur offre de formation en fonction de trois critères principaux : d’abord, la préparation de diplômes officiels et de niveau jugé accessible pour la population des établissements, ensuite l’entraînement aux exigences de rendement des employeurs et, enfin, l’orientation des mineures vers des formations offrant de larges débouchés professionnels tout en étant compatibles avec l’objectif de rééducation.

  • 32 Dossiers des mineures, Brécourt, Archives départementales du Val-d’Oise, 688W1-526. L’échantillon (...)
  • 33 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1953, p. 69.
  • 34 Ibid., 1959, p. 78.
  • 35 Ibid., 1962, p. 98. Dans le cadre de cette intervention, des données quantitatives ne sont fournie (...)

17En ce qui concerne les diplômes, l’objectif prioritaire reste le CAP. Beaucoup de mineures le préparent et l’obtiennent. À titre indicatif, à Brécourt, sur l’ensemble des 69 mineures étudiées, 34,8 % ont ensuite quitté l’établissement en ayant obtenu un ou plusieurs CAP. Ce taux est de 42,8 % si l’on ne considère que les mineures ayant fait un séjour de plus d’un an, et de 52,7 % pour un séjour de plus de 18 mois32. En parallèle, pour celles qui ne paraissent pas aptes à obtenir un CAP, des préparations sont instaurées pour « différents diplômes professionnels plus accessibles à la moyenne des mineurs délinquants »33, tels que le certificat d’aptitude aux métiers, « examen moins difficile que le certificat d’aptitude professionnelle, axé plus sur les aptitudes pratiques que sur les connaissances théoriques »34 et, progressivement, le certificat de formation professionnelle des adultes. Selon le rapport de la direction de l’Éducation surveillée de 1962, pour l’ensemble des établissements privés, un quart environ des filles placées ont obtenu une qualification professionnelle35.

18Cependant, obtenir un diplôme ne paraît pas suffire à trouver du travail, et ce, malgré le contexte favorable des Trente Glorieuses. Ainsi, il est précisé, en 1953, dans le rapport annuel de l’Éducation surveillée :

  • 36 Ibid., 1953, p. 69.

La formation professionnelle doit également tenir compte des possibilités réelles de reclassement du jeune dans le monde du travail. Certes le CAP conserve sa valeur pédagogique, mais il importe […] de donner aux apprentis une aptitude au travail industriel que le CAP ne confère pas par lui-même […]. Aussi se préoccupe-t-on déjà dans certains établissements de l’Éducation surveillée d’habituer, la dernière année, les élèves au rythme du travail en usine36.

  • 37 Dominique Riehl, « Psychologie de l’adolescente à sa sortie de l’institution publique d’Éducation (...)

19Cela semble être le cas dans l’établissement public de Brécourt, dans lequel, selon la directrice : « la formation professionnelle méthodique (donnée en fonction des aptitudes des élèves et du marché du travail) déborde l’enseignement technique scolaire et habitue les apprenties à l’esprit et au rendement d’un atelier normal »37.

  • 38 Patrice Pelpel et Vincent Troger, Histoire de l’enseignement technique, Paris, L’Harmattan, 2001, (...)
  • 39 Nombre d’établissements maintiennent, en plus, une formation agricole et certains proposent des sp (...)
  • 40 Andrée Algan, op. cit., p. 40.
  • 41 « Formation professionnelle des filles », op. cit., p. 1.

20Enfin, pour faciliter l’entrée de la mineure sur le marché du travail, il faut qu’elle puisse bénéficier d’une formation offrant de larges débouchés tout en étant compatible avec l’objectif de la rééducation. Dans les internats de rééducation, comme d’ailleurs dans l’ensemble de l’enseignement technique, les filles préparent des CAP de spécialités considérées comme féminines. Trois groupes de métiers semblent dominer : métiers du vêtement et du textile en général – « Le vêtement est aux filles ce que la mécanique est aux garçons »38 – ; emplois de bureaux (secrétariat, sténodactylo…), formation souvent réservée aux « intelligentes » ; et enfin, emplois de maisons, de collectivité ou encore de service comme la coiffure39. Cependant, tous les métiers féminins ne semblent pas être considérés comme adaptés à la rééducation des mineures. Ainsi, des caractéristiques comme la moralité des conditions de travail sont prises en compte pour énoncer un certain nombre de contre-indications spécifiques. Certains métiers semblent ainsi unanimement proscrits, comme « les professions mettant les élèves en contact avec des milieux marginaux (serveuse de bar […]) ou avec des milieux de luxe excessif (haute couture, haute coiffure […]) »40. D’une façon générale, le « travail artisanal » paraît « préférable »41 au travail en usine.

  • 42 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1962, p. 196.

21Enfin, une grande attention est portée aux débouchés des formations proposées et la nécessité de « suivre l’évolution du marché du travail »42 est régulièrement rappelée. Par exemple, en conclusion de son étude, Sœur Marie du Christ souligne l’importance :

  • 43 Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 49.

[…] d’un authentique et nécessaire « réalisme » : cela signifie connaissance de la vie ouvrière, des débouchés, des problèmes de la main-d’œuvre féminine, etc. Cette connaissance nécessite de notre part une perpétuelle évolution, une constante mise à la page43.

22Cette insistance révèle une volonté de dispenser une formation de qualité et réellement professionnalisante. Cependant, ces principes ne sont pas toujours suivis comme l’illustre le cas de la couture. Nombreux sont les constats d’un manque de débouchés dans cette spécialité et d’une réorientation nécessaire en confection ou vers d’autres branches. Pour autant, le maintien de l’apprentissage de la couture est très fréquent et est souvent justifié par son utilité extraprofessionnelle. Ainsi Sœur Marie du Christ écrit, en 1955 :

  • 44 Ibid., p. 18-19.

Même si cette orientation ne devient plus rentable, il semble nécessaire de continuer à donner des notions dans une branche qui reste essentiellement féminine ; les connaissances seront utilisables le jour où la jeune fille, devenue épouse et mère de famille, aura l’occasion d’habiller en partie ses enfants et de réaliser ainsi quelques économies44.

23Cela ne concerne d’ailleurs pas seulement l’apprentissage féminin en internat de rééducation, puisque des propos du même ordre sont tenus par la directrice de l’école normale d’apprentissage de Toulouse en 1954 :

  • 45 H. Brussin, « Les enseignements pratiques dans les sections industrielles de jeunes filles », L’en (...)

Et si à l’heure actuelle, il est important de donner aux jeunes filles qui fréquentent nos établissements un enseignement pratique de qualité, bien adapté aux besoins, qui leur permette de trouver facilement une place, il est bien évident que la contribution de cet enseignement aux activités de la femme dans sa maison, n’est pas un de ses moindres mérites45.

  • 46 Patrice Pelpel et Vincent Troger, op. cit., p. 194.

24Il apparaît alors clairement que, en internat de rééducation ou ailleurs, l’enseignement technique féminin est, comme le soulignent Patrice Pelpel et Vincent Troger, caractérisé par « une ambiguïté constante entre l’aspect professionnel de l’enseignement dispensé, et son aspect domestique et moral qui se marque en particulier par la constance de l’enseignement ménager »46.

Les ambiguïtés d’une formation professionnelle féminine

« La bonne formation ménagère indispensable à toute femme »47

  • 47 Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 14.
  • 48 Selon Sœur Marie du Christ, cela concerne les filles qui restent un an ou moins. Sœur Marie du Chr (...)

25Toutes les jeunes filles placées en internat de rééducation reçoivent un enseignement ménager. Pour quelques-unes, cette formation est la seule reçue : c’est le cas pour certaines mineures « débiles » et, parfois, pour celles dont le placement est de courte durée48. Cependant, la plupart des mineures reçoivent cette formation en plus de leur formation professionnelle proprement dite. Comme l’explique la directrice de l’établissement public de Brécourt dans le cas des filles, apprendre un métier ne saurait suffire :

  • 49 « L’institution professionnelle d’Éducation surveillée pour filles… », op. cit. Précisons que dans (...)

Pour le garçon ce qui compte, tant dans le présent à l’IPES que pour l’avenir, c’est le métier et, éventuellement, un sport d’équipe ; l’internat pour lui est un hébergement. Pour la fille, le problème est tout à fait différent : certes l’apprentissage d’un métier compte,
a) en tant que justification du placement (vis-à-vis d’elle-même et des siens)
b) en tant que promotion sociale, mais, en son for intérieur, ce dont rêve la fille, c’est d’un mariage précoce et de la création d’un foyer. Ainsi, parallèlement à la formation professionnelle, faut-il prévoir une formation familiale, ménagère, sociale et morale, adaptée à la vocation féminine49.

  • 50 Gérard Bodé, L’enseignement technique de la Révolution à nos jours, t. II : 1926-1958, vol. I : te (...)
  • 51 G. Martraire, « L’enseignement ménager », L’enseignement technique et la formation professionnelle(...)

26La formation ménagère apparaît donc comme un complément nécessaire à la formation professionnelle, comme c’est d’ailleurs le cas dans l’ensemble de l’enseignement technique féminin après-guerre. En effet, la loi du 18 mars 1942, validée à la Libération, a rendu obligatoire pour toutes les jeunes filles « l’enseignement ménager familial ». Cet enseignement est intégré dans le programme des centres d’apprentissage par la loi du 21 février 1949 et les CAP féminins comprennent des épreuves d’éducation ménagère50. Selon une inspectrice de l’enseignement technique, « l’enseignement ménager est une nécessité sociale [et] a de plus une valeur éducative »51. En outre :

  • 52 G. Martraire, op. cit., p. 295.

Il permet de maintenir l’équilibre, l’harmonie entre la tâche professionnelle et les activités ménagères. La connaissance des devoirs qu’impose l’éducation des enfants dicte à la femme éclairée son attitude lorsqu’elle doit choisir entre la profession et sa vie familiale52.

27L’insistance sur la nécessité d’une formation ménagère n’est donc pas propre aux internats de rééducation. Cependant, il paraît possible de faire l’hypothèse que, dans le cas des filles placées, l’importance de l’éducation ménagère est encore accentuée puisqu’il s’agit non seulement de former des jeunes filles, mais aussi de les rééduquer. Or, les mineures placées sont le plus souvent perçues, du fait des carences éducatives de leur famille et, en particulier, de leur mère, comme ignorant jusqu’aux rudiments en la matière. À titre d’exemple, Sœur Marie du Christ constate :

  • 53 Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 14.

À l’arrivée, tout ou presque est à apprendre ; il n’est pas rare de voir des jeunes filles, même de milieu très modeste, qui n’ont jamais épluché de légumes ou tenu une aiguille. […] La plupart d’entre elles n’ont aucune notion d’ordre ni d’économie ; elles ne connaissent pas la valeur de l’argent et ne savent pas acheter53.

  • 54 Dominique Riehl, « L’éducatrice d’IPES », compte-rendu d’une conférence donnée lors de la première (...)

28L’enseignement ménager semble donc également considéré comme un outil de rééducation et la préparation au « rôle de future maîtresse de maison, d’épouse, de mère »54 est régulièrement mentionnée parmi les objectifs d’un séjour en internat.

  • 55 Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 15.

29Cette importance accordée à la formation familiale conduit logiquement à s’interroger sur la valeur et sur la fonction réellement attribuées à la formation professionnelle. Il est vrai que la formation ménagère peut être considérée comme professionnalisante. Ainsi Sœur Marie du Christ remarque que les jeunes filles qui ont reçu une formation ménagère « bien complète et bien comprise […] peuvent faire de bonnes employées de maison »55. Bien plus, la formation ménagère peut permettre d’obtenir le CAP d’arts ménagers, utile notamment pour travailler dans l’hôtellerie ou dans les collectivités. Pour autant, il convient de se demander comment est articulée cette importance de la formation ménagère, inscrite dans une logique d’assignation des femmes au foyer, et la forte et réelle volonté de donner un métier aux mineures.

Quel avenir après le placement ?

30Quelques éléments de réponse apparaissent en étudiant la façon dont est envisagé l’avenir des filles par l’institution mais aussi par elles-mêmes. Tout d’abord, même si avoir, à la sortie de l’établissement, un emploi suffisamment rétribué apparaît comme une condition de réinsertion sociale, il semble bien que le mariage et la maternité soient implicitement considérés comme des signes d’une rééducation réussie. Ainsi Sœur Marie du Christ écrit, à propos de jeunes filles « s’étant orientées uniquement vers une activité professionnelle » :

  • 56 Ibid., p. 47.

Ces jeunes filles, privées de joies familiales, ont besoin d’affection et il est nécessaire qu’elles s’orientent vers une vie normale, autrement elles perdront en l’espace de quelques mois tout le bénéfice de leur séjour56.

  • 57 « Formation professionnelle des filles », op. cit., p. 1.

31Bien plus, la formation professionnelle est même parfois présentée comme un facteur positif dans la réussite familiale. Ainsi, la direction de Brécourt cite parmi les différents avantages de la formation professionnelle : « Mariage facilité et dans un meilleur milieu »57.

  • 58 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1962, p. 209.
  • 59 Paul Le Moal, op. cit., p. 195. Il est, en fait, bien difficile de réellement savoir ce que devien (...)

32Quant aux mineures elles-mêmes, selon le rapport de l’Éducation surveillée de 1962, pour la plupart, « le mot “métier” n’évoque au début pas grand chose (c’est une affaire d’homme) »58. De même, selon Paul Le Moal, « si on les [les cent prostituées mineures étudiées] interroge directement sur la façon dont elles envisagent leur avenir, 67 % se voient mariées […]. Dans la même épreuve, 36 % font état d’une activité professionnelle »59.

  • 60 Voir, pour les années 1960, Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des a (...)

33Malgré quelques hésitations et l’accent mis sur la formation professionnelle, la perception de l’avenir des mineures placées semble donc s’inscrire dans une logique de prédestination domestique des femmes. Il est vrai que, dans la société d’après-guerre, le modèle de la femme au foyer, et surtout de la mère, reste très prégnant et influence, au moins en partie, les projets d’avenir de toutes les jeunes filles60.

34Cependant, les modèles sexués, ainsi que les représentations associées, semblent alors en pleine évolution, comme cela est, d’ailleurs, souligné dans le rapport de l’Éducation surveillée de 1962 :

  • 61 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1962, p. 208.

La femme a découvert sa personnalité propre et son indépendance visà-vis des autres et particulièrement du mari. Elle a pris conscience qu’elle pouvait être quelque chose pour et par elle-même, qu’elle pouvait tenir sa place à elle dans le contexte social. Son désir d’une profession est aussi un désir de réalisation de la personnalité. Cet état d’esprit se rencontre, toutefois, surtout dans un milieu féminin plus évolué où l’on sent naître et s’affirmer un sentiment d’aversion pour les tâches domestiques, absorbantes, fastidieuses, terre à terre61.

35Ainsi, la distorsion existant entre la qualité de la formation dispensée et l’avenir envisagé peut sans doute être lue comme l’écho de ces tensions entre différentes conceptions du rôle social des femmes au sein de la société française.

36Même si elle n’est pas dénuée d’ambiguïté, la formation professionnelle occupe une place prépondérante dans la prise en charge des mineures en internat de rééducation de la Libération au milieu des années 1960. Ensuite, son importance semble diminuer, tandis que d’autres aspects sont mis en avant comme la coopération avec les familles des mineur-e-s ou la nécessité d’une approche plus psychothérapeutique. En fait, en même temps, et peut-être plus encore que l’importance de la formation professionnelle, c’est l’ensemble du modèle de rééducation en internat qui est contesté à la fin des années 1960, tandis que se développent, de plus en plus, les prises en charge en foyers de semi-liberté ou en milieu ouvert.

Notes

1 Cette étude s’inscrit dans une recherche plus large sur la rééducation en internat des jeunes filles délinquantes et inadaptées, de la Libération aux années 1970, dans le cadre de la préparation d’un doctorat d’histoire contemporaine, sous la direction d’Anne-Marie Sohn et de Jean-Noël Luc.

2 D’autres formes de prise en charge, telles que les foyers de semi-liberté et l’éducation en milieu ouvert, se développent également, mais cette étude se limite aux internats de rééducation pour filles de 14 à 21 ans.

3 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1962, p. 196.

4 Le secteur de la prise en charge des filles est caractérisé par la forte implication des congrégations. Jusqu’aux années 1960, environ les trois-quarts des jeunes filles placées sont confiées à des religieuses. Le Bon-Pasteur d’Angers est l’une des principales congrégations spécialisées dans l’accueil des filles « difficiles ».

5 Sœur Marie de Saint-Robert, Place et limite de l’orientation professionnelle au centre d’observation, mémoire pour l’obtention du diplôme d’éducatrice, École de formation psycho-pédagogique, Paris, 1953, p. 64, Arch. du Bon-Pasteur d’Angers.

6 « Emploi du temps, IPES de Brécourt », 1967, Centre des archives contemporaines, 2000 0111-7. Les IPES (institutions publiques puis professionnelles d’Éducation surveillée) sont des établissements publics de rééducation.

7 « Formation professionnelle des filles », Brécourt, vers 1956, p. 8, Archives D. Riehl, CNAHES, en cours de classement. L’ensemble de ce fonds a été consulté sous dérogation, comme, d’ailleurs, la plupart des archives citées ici.

8 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1951, p. 27.

9 Andrée Algan, Enquête sur la rééducation en institution des filles délinquantes et inadaptées qui font l’objet d’une décision judiciaire, Service de recherche de l’Éducation surveillée, Vaucresson, 1966, p. 8.

10 Sœur Marie du Christ, Formation professionnelle et rééducation, mémoire pour l’obtention du diplôme d’éducatrice, École de formation psycho-pédagogique, Paris, 1955, p. 4, Arch. du Bon-Pasteur d’Angers.

11 Jacques Bourquin, « Étude sur 55 adolescentes incarcérées au quartier des mineures de la prison de Fresnes », Rééducation, mars-avril-mai 1969, p. 29.

12 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1951, p. 27.

13 « Formation professionnelle des filles », op. cit., p. 1.

14 « L’institution professionnelle d’Éducation surveillée pour filles de 16 à 21 ans », note interne, n.d., Centre des archives contemporaines, 91 0162-5.

15 Soeur Marie de Saint-Robert, op. cit., p. 49.

16 « L’institution professionnelle d’Éducation surveillée pour filles… », op. cit.

17 Paul Le Moal, Étude sur la prostitution des mineures, problèmes sociaux, psychologiques et psychiatriques observés auprès de cent prostituées mineures, Paris, Les éditions sociales françaises, 1965, p. 209. Cette étude porte sur un échantillon de cent prostituées mineures placées au centre de Chevilly-Larue, mais cette affirmation peut être étendue à l’ensemble des mineures de Justice.

18 « Formation professionnelle des filles », op. cit., p. 1.

19 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1950, p. 55.

20 Andrée Algan, op. cit., p. 103.

21 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1962, p. 222. Pour les CAP d’emplois de maison et de collectivité, le nombre d’établissements augmente peu, tandis que pour les industries du vêtement, il reste stable.

22 Entretien avec MB, éducatrice à Brécourt au début des années 1960, 04/02/2006.

23 « Organisation de l’enseignement professionnel », Session des 7 et 12 décembre 1949 à Marly, Archives D. Riehl, CNAHES, en cours de classement.

24 En principe, cette observation est effectuée dans des établissements spécialisés : les centres d’observation. Dans les faits, seulement un dixième environ des filles placées font l’objet d’un placement préalable en centre d’accueil ou d’observation, selon le rapport de l’Éducation surveillée de 1962 (p. 197). Pour les autres, cette phase d’observation peut se faire soit au sein même de l’établissement de placement, au début du séjour, soit, et de plus en plus au fil de la période, en milieu ouvert.

25 Rapport d’observation, dossier de la mineure 372-2759, Archives du centre d’observation de Chevilly-Larue.

26 « Emploi du temps, IPES de Brécourt », op. cit.

27 Voir Véronique Blanchard, De Brécourt à Éva, corps de jeunes filles et action éducative de 1945 à nos jours, maîtrise de Sciences et Techniques, Jean-Jacques Yvorel (dir.), Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 1997, p. 20-25.

28 Sœur Marie de Saint-Robert, op. cit., p. 59.

29 Paul Le Moal, op. cit, p. 206.

30 Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 46.

31 « Formation professionnelle des filles », op. cit., p. 1.

32 Dossiers des mineures, Brécourt, Archives départementales du Val-d’Oise, 688W1-526. L’échantillon étudié est constitué de l’ensemble des mineures entrées dans l’établissement au cours de trois années (fin des années 1940, début des années 1950, début des années 1960) quelle que soit la durée du placement.

33 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1953, p. 69.

34 Ibid., 1959, p. 78.

35 Ibid., 1962, p. 98. Dans le cadre de cette intervention, des données quantitatives ne sont fournies qu’à titre indicatif. En effet, il n’est pas possible de proposer de façon synthétique et pertinente des statistiques globales précises, étant donné la diversité des établissements de placement, des formations dispensées, des diplômes préparés, des caractéristiques des mineures placées, ou encore des méthodes de calcul des résultats professionnels.

36 Ibid., 1953, p. 69.

37 Dominique Riehl, « Psychologie de l’adolescente à sa sortie de l’institution publique d’Éducation surveillée », Sauvegarde de l’enfance, no 3-4, 1950, p. 172.

38 Patrice Pelpel et Vincent Troger, Histoire de l’enseignement technique, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 194.

39 Nombre d’établissements maintiennent, en plus, une formation agricole et certains proposent des spécialités originales et pas spécifiquement féminines, telles que la céramique au Bon-Pasteur de Cannes ou l’imprimerie au Bon-Pasteur de Pau.

40 Andrée Algan, op. cit., p. 40.

41 « Formation professionnelle des filles », op. cit., p. 1.

42 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1962, p. 196.

43 Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 49.

44 Ibid., p. 18-19.

45 H. Brussin, « Les enseignements pratiques dans les sections industrielles de jeunes filles », L’enseignement technique et la formation professionnelle, Paris, Rombaldi, 1954, p. 276.

46 Patrice Pelpel et Vincent Troger, op. cit., p. 194.

47 Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 14.

48 Selon Sœur Marie du Christ, cela concerne les filles qui restent un an ou moins. Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 15.

49 « L’institution professionnelle d’Éducation surveillée pour filles… », op. cit. Précisons que dans les internats de garçons, une préparation militaire est souvent dispensée en sus de la formation professionnelle.

50 Gérard Bodé, L’enseignement technique de la Révolution à nos jours, t. II : 1926-1958, vol. I : textes officiels, Paris, INRP-Economica, 2002, p. 69-70.

51 G. Martraire, « L’enseignement ménager », L’enseignement technique et la formation professionnelle, Paris, Rombaldi, 1954, p. 297.

52 G. Martraire, op. cit., p. 295.

53 Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 14.

54 Dominique Riehl, « L’éducatrice d’IPES », compte-rendu d’une conférence donnée lors de la première session de formation des éducateurs, au centre d’observation de Savigny-sur-Orge, du 4 au 28 novembre 1947, archives du centre d’exposition « Enfants en Justice » de Savigny-sur-Orge, sans cote.

55 Sœur Marie du Christ, op. cit., p. 15.

56 Ibid., p. 47.

57 « Formation professionnelle des filles », op. cit., p. 1.

58 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1962, p. 209.

59 Paul Le Moal, op. cit., p. 195. Il est, en fait, bien difficile de réellement savoir ce que deviennent les jeunes filles après leur sortie, même si certaines donnent régulièrement de leurs nouvelles.

60 Voir, pour les années 1960, Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, 2001, chap. V : « Les voies sexuées du bonheur », p. 219-264.

61 Rapport annuel de l’Éducation surveillée, 1962, p. 208.

Auteur

Professeure agrégée d’histoire à l’université de Rouen. Elle prépare un doctorat d’histoire contemporaine sur la rééducation en internat des jeunes filles délinquantes et inadaptées, de la Libération aux années 1970, à l’ENS-LSH, sous la direction d’Anne-Marie Sohn et de Jean-Noël Luc. Elle a déjà publié « Rééduquer en internat des jeunes filles délinquantes et inadaptées (1945-1975) », TRAMES, no 12, 2005 ; « Entre éducation et enfermement : le rôle de l’éducatrice en internat de rééducation pour filles, de la Libération au début des années 1960 », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, no 7, décembre 2005.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540