Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Femmes éducatrices

Former des ouvrières : l’expérience de la section féminine de la Chambre des ouvriers et des employés de Vienne (1928-1934)

Paul Pasteur

Résumé

Sociales-démocrates et syndicalistes s’appuient sur la mise en place d’une section féminine à la Chambre des ouvriers et des employés de Vienne pour développer la formation des femmes salariées : formation professionnelle, formation militante, formation intellectuelle. La cheville ouvrière de cette entreprise est une intellectuelle sociale-démocrate Käthe Leichter qui sait nouer des liens privilégiés entre elles et les enseignées.

Social democrats as well as trade-unionists used the creation of the female section of the Vienna workers and employees Chamber to develop training for women employees: vocational training, along with militant and intellectual training. At the core of this project one finds Käthe Leichter, a social-democrat intellectual who managed to connect with the trainees in exceptional ways.

Texte intégral

  • 1 Walter Göhring, Der Gründungsparteitag der österreichischen Sozialdemokratie Neudörfl 1874, Wien-M (...)

1En matière de formation et d’éducation, les ouvrières et intellectuelles sociales-démocrates autrichiennes des années vingt et trente du XXe siècle disposent de concepts forgés par leur mouvement dans la seconde moitié du XIXe siècle et ont à leur disposition des structures de formation héritées des libéraux, des réformateurs sociaux ou des sociauxdémocrates eux-mêmes. La social-démocratie autrichienne a repris à son compte l’idée que la Bildung devrait permettre de résoudre, en partie, la question sociale. Que signifie ce terme Bildung ? C’est un terme polysémique dont la traduction française ne peut rendre qu’un aspect à la fois, et qui mêle culture, éducation, formation, instruction. Les slogans Bildung macht frei (La culture rend libre), Wissen ist Macht (Le savoir est le pouvoir) ont marqué les premiers militants ouvriers et premières militantes ouvrières. Selon eux, une éducation et une instruction suffisantes seraient la condition préalable pour imposer les droits politiques1. La social-démocratie s’inscrit dans la filiation de l’Aufklärung, version allemande des Lumières, et encore dans les années vingt et trente persiste l’idée qu’il suffirait d’« éclairer », d’instruire les masses pour qu’elles adhérent au bien-fondé du socialisme. Les femmes reprennent, elles aussi, cette matrice théorique.

  • 2 Paul Pasteur, Pratiques politiques et militantes de la social-démocratie autrichienne 1888-1934, P (...)
  • 3 La Jugendweihe, la Fête du printemps, le 1er mai.

2Pour la social-démocratie autrichienne, la formation passe d’abord par la parole, lors de conférences ou de cours, ensuite par la lecture, lecture du journal, des brochures de vulgarisation mais aussi de la littérature, par l’étude personnelle et enfin par la sociabilité2, selon les expressions de l’époque : par la convivialité prolétarienne, à savoir des loisirs largement encadrés et une culture festive ponctuant de nouveaux rites de passages3. Ce sont ces conceptions et pratiques qu’adoptent les militantes ouvrières investies dans le travail de la section féminine de la Chambre des ouvriers et des employés de Vienne, officiellement instaurée en 1928. Néanmoins, un département du travail féminin existe depuis 1925 ; améliorer la situation des femmes, développer la protection, soutenir les structures féminines dans les syndicats apparaissent comme ses principaux objectifs.

  • 4 Reichsvolksschulgesetz du 14 mai 1869. L’obligation scolaire effective ne sera guère acquise qu’ap (...)
  • 5 Friedrich Scheu, Ein Band der Freundschaft. Schwarzwald-Kreis und Entstehung der Vereinigung Sozia (...)

3En Autriche comme ailleurs, la formation des femmes a longtemps été négligée. Certes, la loi d’empire sur l’enseignement primaire de 18694 a inscrit la scolarité gratuite et obligatoire de huit années pour les filles comme pour les garçons mais nombreuses, encore pour les générations qui nous intéressent, sont celles qui ont commencé à travailler à l’âge de 12 ans. Sous l’empire, les femmes n’ayant pas accès à l’université, seules quelques privilégiées partent étudier à l’étranger après avoir bénéficié d’un enseignement secondaire dans des institutions privées, dont celle tenue à Vienne par Eugenia Schwarzwald5 qui a formé, entre autres, Käthe Pick, épouse Leichter, dont je reparlerai longuement. La plupart des jeunes militantes ouvrières des années vingt n’ont eu qu’un accès limité au savoir, de plus la guerre mondiale les a précipitées encore plus tôt que prévu à la production. Les plus formées ont eu la chance de terminer la Bürgerschule, ce qui correspondrait au Certificat d’études en France. Toutes ces sociales-démocrates ont conscience que la formation est ce qui manque le plus aux femmes, elles désirent se battre pour ellesmêmes, pour leurs enfants mais aussi pour toutes les autres femmes.

  • 6 Paul Pasteur, « Le semeur, la semence et le fidèle combattant de l’avenir ou la masculinité dans l (...)

4Dans son effort de formation, le mouvement social-démocrate distingue très nettement deux groupes-cibles : les adultes et les enfants. Pour ces derniers, il convient de les former dès leur plus jeune âge dans un esprit socialiste, les filles bénéficient, certes, de ces actions mais en utilisant des références universelles masculines, on les prive de facto de modèles spécifiquement féminins6. Quant aux adultes, il s’agit de rattraper le retard de formation initiale et de les adapter aux exigences du marché du travail.

5Les femmes sont moins nombreuses à être présentes que les hommes dans les cours du soir et moins encouragées que leurs collègues masculins par les responsables sociaux-démocrates ou syndicaux à se former. Néanmoins, dans l’entre-deux-guerres, la soif d’apprendre reste inextinguible. Les jeunes militantes lisent tout ce qu’elles trouvent dans les bibliothèques ouvrières. Une pionnière du mouvement ouvrier, Adelheid Popp, explique qu’elle voulait avoir une éducation complète et qu’elle s’était procurée aussi des livres non socialistes :

  • 7 Adelheid Popp, La jeunesse d’une ouvrière, Paris, Maspéro, « Actes et mémoires du peuple », 1979, (...)

J’étudiai neuf volumes de l’Histoire universelle et le Livre des découvertes. Mais tous mes efforts restèrent vains, je ne pouvais contraindre mon esprit à cette littérature aride ; seul le passage sur l’écorce de liège me captiva, parce qu’il était en rapport avec ma profession7.

  • 8 Voir Gilbert Badia, Clara Zetkin, Féministe sans frontières, Paris, Éd. ouvrières, 1993.

6Ce lien avec le travail, avec l’activité professionnelle avait déjà été souligné par Clara Zetkin, la sociale-démocrate allemande, dès le début du vingtième siècle8. Les sociales-démocrates n’ont de cesse de renforcer ce lien entre formation et profession, voulant peut-être s’attirer les grâces des responsables syndicaux ou tenter de contrer leur hostilité envers le travail féminin.

  • 9 Loi du 21 juin 1919.

7Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la social-démocratie façonne avec les chrétiens-sociaux la nouvelle Autriche, une république démocratique et sociale, qui, entre autres, autorise l’entrée des filles dans les établissements d’enseignement secondaire et supérieur9 et c’est ce même gouvernement de coalition qui institue, par la loi du 26 février 1920, les Chambres des ouvriers et des employés. Ces chambres sont, dans l’esprit du législateur, le pendant des Chambres d’industrie et de commerce, donc des chambres patronales. Elles doivent permettre aux syndicats ouvriers de disposer d’un outil de recherches en matière économique et sociale et d’améliorer la formation des salarié-e-s.

8En 1925, Käthe Leichter, âgée de trente ans, rare femme titulaire d’un doctorat d’économie politique soutenu à Heidelberg et sociale-démocrate engagée, se retrouve sans travail. Elle espérait obtenir à Francfort-surle-Main le poste d’assistante du sociologue Carl Grünberg, mais elle n’est pas recrutée et reste avec son mari, journaliste, à Vienne. Un des plus influents dirigeants du Parti social-démocrate de l’époque, Wilhelm Ellenbogen, lui propose de s’occuper du département du travail féminin à la Chambre des ouvriers et des employés de Vienne. Elle accepte et se met immédiatement au travail. Son ambition est de former des femmes, des ouvrières, d’en faire des citoyennes conscientes et, accessoirement, de les gagner au socialisme.

  • 10 Herbert Steiner, Käthe Leichter. Leben und Werk, Wien, Europaverlag, 1973, p. 73.
  • 11 Ibid.

9De nombreux fonctionnaires de la Chambre des ouvriers et des employés qui, verbalement, se prononcent pour l’égalité des droits des femmes, voient d’un mauvais œil l’arrivée d’une femme dans une fonction dirigeante10. Ce n’est qu’après une lutte acharnée que Käthe Leichter obtient qu’on attribue à son nouveau service une secrétaire à mitemps. Rapidement, elle devient très populaire auprès des secrétaires et des employées de la Chambre des ouvriers et des employés. Cellesci refusent même de soutenir les listes proposées par les syndicats lors de l’élection au Comité d’entreprise et exigent que K. Leichter figure sur ces listes. Cette dernière devient ainsi l’élue des catégories de personnel les plus défavorisées au Comité d’entreprise11.

  • 12 Käthe Leichter, « Das Referat für Frauenarbeit der Wiener Arbeiterkammer », dans Handbuch der Frau (...)
  • 13 Un an après son entrée en fonction, sa première publication porte sur les employées de maison pour (...)

10Jusqu’à la mise en place de ce département du travail féminin, personne n’avait eu l’idée de centraliser les données et les études sur le travail féminin ; celles-ci étaient réparties dans différents services. Les statistiques ne prenaient pas encore en compte l’entrée des femmes dans de nouveaux secteurs professionnels, les indications sur les conséquences des mesures de rationalisation sur les femmes n’étaient pas quantifiées. Käthe Leichter centralise donc toute la documentation sur le travail féminin, épluche les statistiques des caisses maladie, des commissions industrielles, des Chambres des ouvriers et des employés, des syndicats. Elle étudie les rapports des inspecteurs du travail, des centres d’orientation professionnelle, des offices responsables de l’apprentissage, des écoles techniques. Son but est de dresser un tableau du travail féminin en Autriche12 pour mieux mettre en évidence les inégalités et les injustices dont sont victimes les femmes. Mais Käthe Leichter ne désire pas uniquement travailler avec des statistiques, des tonnes de documents, elle veut rencontrer les femmes qui travaillent. Elle initie ainsi des enquêtes13.

  • 14 Wilhelmine Moïk en assure le secrétariat et travaille en étroite collaboration avec Anna Boschek m (...)
  • 15 Rudolfine Muhr (5 septembre 1900 à Vienne - 27 octobre 1984 à Vienne). Issue d’une famille ouvrièr (...)
  • 16 Entretien avec l’auteur, juillet 1983.
  • 17 Les syndiquées sont nettement moins nombreuses que les adhérentes aux partis politiques. Les syndi (...)
  • 18 Témoignage de Rosa Jochmann, entretien avec l’auteur, juillet 1982.
  • 19 Herbert Steiner, op. cit., p. 74.

11Pour ses futures recherches, elle désire travailler plus étroitement avec la jeune section féminine des Syndicats libres créée en 192814 et avec le Comité féminin du Parti social-démocrate. Elle regroupe rapidement autour d’elle, de manière informelle, des collaboratrices efficaces qui forment un premier cercle d’intervention. Pour la plupart, il s’agit de jeunes femmes, syndicalistes ou responsables politiques, cumulant souvent les deux fonctions. A priori, Käthe Leichter n’est pas attendue par les jeunes ouvrières. Rudolphine Muhr15, déléguée du Comité d’une entreprise de la métallurgie, se souvient avoir rencontré Käthe Leichter pour la première fois en 1929 lors d’une conférence rassemblant les déléguées d’entreprise. Elle se demandait mais que peut donc savoir une Frau Doktor des problèmes d’une ouvrière de la métallurgie ? de notre combat dans les entreprises ? de l’opposition des hommes au travail féminin ? Mais Käthe Leichter n’a qu’à parler, elle convainc alors les plus réticentes16. Toutes les sources soulignent ses qualités intellectuelles mais aussi ses facilités de contact et le regard attentif porté aux autres. En un mot, elle subjugue les jeunes militantes et sait utiliser son rayonnement pour les faire progresser, elle parvient à les gagner à la cause du travail féminin. Elle les oblige à s’investir, à se dépasser pour parfaire leurs connaissances. Ces facilités de contact, sa capacité à exiger des autres le meilleur d’elles-mêmes ont fait d’elle une pédagogue militante reconnue par toute une génération. Elle réinvestit à une plus large échelle les enseignements de la libérale Eugenia Schwarzwald. Son ambition est de former les cadres féminins qui formeront la masse des femmes et pas uniquement les syndiquées17 ou les adhérentes du Parti social-démocrate (qui sont, rappelons-le, dans les années 1930 plus de 220 000). Elle repère dans les réunions les ouvrières qui prennent la parole, elle se renseigne sur elles et les invite à se former, en rejoignant tout d’abord le cours pour les délégués d’entreprise à la Chambre des ouvriers et des employés. Dans ces cours, il ne s’agit pas seulement d’écouter mais de discuter et de prendre la parole. « Käthe Leichter nous aidait à surmonter notre sentiment d’infériorité, elle nous aidait à nous imposer dans une discussion et aussi à penser », se souvient l’une d’elles18. Elle encourage les jeunes ouvrières à prononcer leur premier discours, à rédiger leur premier article, en général dans la feuille de branche ou dans Arbeit und Wirtschaft, l’organe des Syndicats libres. Henriette Denk se souvient combien Käthe Leichter s’y entendait pour aider à surmonter timidité et pusillanimité et à développer chez les jeunes femmes une « nouvelle confiance en soi »19. Très obstinée, elle ne laissait pas les jeunes femmes tranquilles tant qu’elles n’avaient pas rendu le manuscrit demandé ou fait telle ou telle chose exigée d’elles. Toutes ces jeunes femmes racontent combien les premières tâches que leur a confiées Käthe Leichter leur ont provoqué des crises d’angoisse. Toutes avaient peur de ne pas être à la hauteur, qu’il s’agisse d’une intervention à la radio ou d’une contribution pour les ouvrages collectifs que Käthe Leichter dirigeait. Toutes décrivent le même phénomène : je n’y arriverai pas, j’en suis incapable, puis la mise au travail, les hésitations et dans un dernier temps l’aide apportée par Käthe Leichter. Elles soulignent toutes que, dans cet investissement, le rapport personnel à Käthe Leichter joue un rôle déterminant. Environ quatre-vingt-dix femmes ont été encouragées par Käthe Leichter à écrire, à prendre des responsabilités. Dans leur pratique, presque toutes reproduiront ce modèle. Elles ont compris la nécessité d’encourager les « élèves » et perçu combien il est important de donner confiance aux jeunes femmes qui en manquent cruellement.

  • 20 Walter Göhring (Hrsg.), Käthe Leichter Gewerkschaftliche Frauenpolitik historische Dimension und p (...)

12Les contacts étroits que tisse K. Leichter avec les militantes ouvrières lui permettent de mieux appréhender la réalité quotidienne du travail des femmes et des problèmes spécifiques rencontrés par les militantes et par l’ensemble des femmes20. La section féminine de la Chambre des ouvriers et des employés figure parmi les premières institutions à s’être interrogées sérieusement en Autriche sur le chômage et ses conséquences pour les femmes.

  • 21 Il faudrait aussi prendre en considération la presse féminine sociale-démocrate, Die Frau mais, su (...)
  • 22 Articles dans le supplément féminin d’Arbeit und Wirtschaft et dans Die Frau in der Metallurgie.

13La section féminine de la Chambre des ouvriers et des employés de Vienne dispose d’appuis et de relais impressionnants21. La social-démocratie est un vaste mouvement. À Vienne le parti organise 32 % de la population adulte et elle gère non seulement la municipalité mais aussi de nombreuses associations. Un réseau informel de militantes se constitue et se propose d’offrir aux femmes des cours spécifiques où elles ne sont pas en concurrence avec les hommes et où elles ne sont pas sous le regard, souvent moqueur ou narquois, de ceux-ci. Le cadre de ces cours va de la Chambre des ouvriers aux syndicats, en passant par le parti ou les universités populaires fonctionnant dans les différents arrondissements de la capitale. Ce réseau tente aussi d’aller au-delà, en offrant une meilleure information aux femmes, sur la protection maternelle et infantile, sur les dangers des maladies contagieuses (la tuberculose fait encore des ravages à Vienne), une timide information en matière de sexualité et, à partir de 1930, il s’agit aussi de gagner les femmes à la lutte antifasciste22.

  • 23 Paul Pasteur, « Les sociales-démocrates autrichiennes des années d’après guerre » dans Corinne Bou (...)

14Les actions menées par la section féminine de la Chambre des ouvriers et des employés ont permis de dégager des cadres intermédiaires féminins. Ces dernières, est-ce un simple hasard, se retrouveront dans leur immense majorité investies dans la résistance à l’État autoritaire corporatiste chrétien entre 1934 et 1938, certaines poursuivent le combat contre le nazisme, sont déportées comme Käthe Leichter qui, parce que juive, est assassinée par les nationaux-socialistes en 1942. Celles qui survivent forment les cadres de la Seconde République après 1945 et restent aux postes de commande dans le parti, dans les syndicats, aux Chambres des ouvriers et des employés jusque dans les années 1970. Bien qu’oubliant assez souvent une partie de leurs revendications et des acquis des années vingt et trente23, elles ont, néanmoins, assuré la permanence des revendications féminines au sein de la social-démocratie, dont celle de la formation, jusqu’à l’apparition du mouvement autonome des femmes.

Notes

1 Walter Göhring, Der Gründungsparteitag der österreichischen Sozialdemokratie Neudörfl 1874, Wien-München, Jugend & Volk, p. 54.

2 Paul Pasteur, Pratiques politiques et militantes de la social-démocratie autrichienne 1888-1934, Paris, Belin, « Europes centrales », 2003, voir chap. IV : « La formation sociale-démocrate, base de tout l’édifice ».

3 La Jugendweihe, la Fête du printemps, le 1er mai.

4 Reichsvolksschulgesetz du 14 mai 1869. L’obligation scolaire effective ne sera guère acquise qu’après la Première Guerre mondiale.

5 Friedrich Scheu, Ein Band der Freundschaft. Schwarzwald-Kreis und Entstehung der Vereinigung Sozialistischer Mittelschüler, Wien-Köln-Graz, Böhlau, 1985.

6 Paul Pasteur, « Le semeur, la semence et le fidèle combattant de l’avenir ou la masculinité dans la social-démocratie autrichienne 1888-1934 », dans Le mouvement social, Paris, Éd. de l’atelier, janvier-mars 2002, p. 35-53.

7 Adelheid Popp, La jeunesse d’une ouvrière, Paris, Maspéro, « Actes et mémoires du peuple », 1979, p. 81-82.

8 Voir Gilbert Badia, Clara Zetkin, Féministe sans frontières, Paris, Éd. ouvrières, 1993.

9 Loi du 21 juin 1919.

10 Herbert Steiner, Käthe Leichter. Leben und Werk, Wien, Europaverlag, 1973, p. 73.

11 Ibid.

12 Käthe Leichter, « Das Referat für Frauenarbeit der Wiener Arbeiterkammer », dans Handbuch der Frauenarbeit in Österreich, Wien, Arbeiterkammer, 1930, p. 542 et suivantes.

13 Un an après son entrée en fonction, sa première publication porte sur les employées de maison pour laquelle 2 831 réponses ont été collectées. Les deux tiers des employées de maison travaillent plus longtemps que le temps légal de treize heures par jour, un tiers des interrogées avait été au chômage dans les deux années qui venaient de s’écouler. Le syndicat des employées de maison a pu s’emparer des résultats de cette enquête pour intervenir plus concrètement en vue de l’amélioration et du respect de ces conditions de travail.

14 Wilhelmine Moïk en assure le secrétariat et travaille en étroite collaboration avec Anna Boschek mais aussi avec Käthe Leichter.

15 Rudolfine Muhr (5 septembre 1900 à Vienne - 27 octobre 1984 à Vienne). Issue d’une famille ouvrière, elle commence à travailler à l’âge de 14 ans comme manœuvre dans une usine de la métallurgie. Elle devient déléguée d’entreprise, puis elle occupe des fonctions dans le syndicat de la métallurgie au début des années trente. Elle milite aussi au sein du Parti social-démocrate. À l’époque de la lutte antifasciste, elle rejoint le mouvement des Révolutionnaires Socialistes et elle milite au sein du Secours ouvrier socialiste mis en place par Wilhelmine Moik. Elle fut arrêtée à plusieurs reprises. En 1939, elle est internée puis libérée. Elle se consacre alors à soutenir moralement et matériellement tous ses camarades internés ou déportés. En 1945, elle participe à la reconstruction du Parti socialiste et de son secteur féminin. Elle fut secrétaire des femmes socialistes de 1959 à 1963. De 1945 à 1949, elle siège au conseil municipal de Vienne, puis, elle est députée à la Diète régionale de Vienne, avant de rejoindre le Conseil fédéral où elle siège jusqu’en 1969.

16 Entretien avec l’auteur, juillet 1983.

17 Les syndiquées sont nettement moins nombreuses que les adhérentes aux partis politiques. Les syndicats libres regroupent en 1927 environ 174 000 femmes, soit 22 % des effectifs.

18 Témoignage de Rosa Jochmann, entretien avec l’auteur, juillet 1982.

19 Herbert Steiner, op. cit., p. 74.

20 Walter Göhring (Hrsg.), Käthe Leichter Gewerkschaftliche Frauenpolitik historische Dimension und politische Aktualität, Wien, Österr. Gewerkschaftsbund, 1996.

21 Il faudrait aussi prendre en considération la presse féminine sociale-démocrate, Die Frau mais, surtout, la revue hebdomadaire Die Unzufriedene, ainsi que l’activité de Marianne Pollak, journaliste à Das Kleine Blatt.

22 Articles dans le supplément féminin d’Arbeit und Wirtschaft et dans Die Frau in der Metallurgie.

23 Paul Pasteur, « Les sociales-démocrates autrichiennes des années d’après guerre » dans Corinne Bouillot, Paul Pasteur (textes réunis par), Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone après 1945, Paris, Belin, « Europes centrales », 2005, p. 95-113.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Rouen, co-directeur de la revue Austriaca. Il a publié Pratiques politiques et militantes de la social-démocratie autrichienne (Belin) ; Être syndiqué (e) à l’ombre de la croix potencée (Publications de l’université de Rouen) ; Les États autoritaires en Europe 1919-1945 (A. Colin). En collaboration avec Marianne Walle, Femmes en Autriche au XXe siècle (Austriaca no 42) ; avec Corinne Bouillot, Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone après 1945 (Belin).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540