Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Femmes éducatrices

Institutrices et femmes d’instituteurs dans l’Eure à la fin du XIXe siècle

Bernard Bodinier

Résumé

L’enquête départementale de 1887 permet de dresser un tableau de l’ensemble des instituteurs et institutrices. Ces dernières ne représentent alors que 45 % des enseignants et les religieuses sont plus nombreuses que les laïques dont elles approchent le nombre dans le secteur public.
Les institutrices laïques du secteur public sont jeunes (33 ans), célibataires à 60 %, ont peu d’enfants, sont surtout natives de l’Eure et sont moins bien payées que les hommes. Titulaires d’un brevet de capacité, elles sont parfois passées par le Cours normal (privé) des Andelys. Pour y entrer, elles font l’objet d’une enquête et doivent remplir certaines conditions ; la directrice les évalue tout au long de leur scolarité. L’exercice de la profession est marqué par de fréquents changements d’école et la surveillance de l’inspecteur qui rédige des rapports parfois très sévères.
La situation est en train d’évoluer avec les lois laïques, une plus grande sévérité envers les congréganistes, dont le nombre diminue, et l’ouverture de l’École normale de filles d’Évreux en 1888.

The 1887 departmental study allows to draw up a picture of all teachers. Females only represent 45% of all teachers with the nuns outnumbering the secular. In the public schools the number of nuns is almost similar to the number of secular teachers.
The secular female teachers from the public sector are young (33 years old), single in 60% of cases and have few children. They tend to come from the department of Eure and are paid less than men. Holding a “brevet de capacite” (a capacity degree), they have sometimes gone to the “cours normal” in Les Andelys, a private school for teachers. In order to be accepted, they have to be evaluated and meet certain criteria. The headmistress appraises them throughout their schooling. The job entails frequent changes of school and monitoring by an inspector who can write harsh reports.
The situation is changing with new secular laws, with a firmness towards the nuns whose numbers diminish and with the opening of “l’école normale” (public school for female teachers only) in Evreux in 1888.

Texte intégral

1Sous l’Ancien Régime, l’enseignement est assuré, lorsqu’il l’est, par des ecclésiastiques, en dehors de quelques institutions privées. La Révolution aurait voulu créer un enseignement public laïc mais le Consulat et l’Empire préfèrent autoriser le retour des congrégations enseignantes. Cependant, un enseignement primaire public se met progressivement en place. La loi Guizot oblige les communes à entretenir une école primaire élémentaire et elle décide de former des instituteurs dans les Écoles normales. Le département de l’Eure en ouvre une à Évreux dès 1832 pour les garçons mais pas pour les filles. En attendant, celles-ci continuent d’être enseignées majoritairement par les religieuses à qui les autorités confient une mission de service public. Progressivement toutefois, des institutrices laïques, formées à l’occasion par le Cours normal des Andelys, prennent en charge des écoles de filles. Où en est-on à la fin du XIXe siècle ?

  • 1 50 T 1, 60 T, 62 T 1 et 2, 70 T 1 à 91 (quelques dossiers en fait), 84 T 1, 1bis, 2, 2bis et 3, 86 (...)

2C’est ce que nous allons essayer de voir à partir de la série T1 des archives départementales de l’Eure, en centrant nos préoccupations sur trois points : personnel d’abord (combien sont-elles ces institutrices ou femmes d’instituteurs ? quelle est leur situation familiale ? quels sont leurs revenus ?) ; statutaire ensuite (où et comment sont-elles formées ? quel diplôme faut-il ?) ; professionnel enfin (comment se passe l’exercice de la profession ?). Tout en les comparant aux hommes et aux congréganistes.

Les femmes dans les écoles à la fin du XIXe siècle

Moins d’institutrices que d’instituteurs

3Avec 86,8 % des effectifs scolarisés, le secteur public l’emporte sur le privé et les laïcs ont trois fois plus d’élèves que les congréganistes dont le recul s’accélère. Les religieuses enseignent encore à 8 720 filles, soit un peu plus de 40 %, alors que les frères n’ont pratiquement plus d’audience, le laïc privé ne jouant qu’un faible rôle. L’ensemble du corps enseignant est ainsi réparti en 1887 :

Hommes

Femmes

Total

Public

Laïc

587

162

749

Congréganiste

7

140

147

Privé

Laïc

11

52

63

Congréganiste

18

148

166

Total

Laïc

598

214

812

Congréganiste

25

288

313

623

502

1125

4Le secteur public emploie près de 900 enseignants, soit 79,6 %, alors que le secteur privé, qui ne solarise que 13,2 % des élèves, en est à 229. Les 502 institutrices représentent 44,6 % d’un corps enseignant à dominante masculine, bien que le nombre de filles enseignées soit légèrement plus élevé. Mais la plupart des écoles mixtes sont dirigées par des instituteurs (seulement seize laïques dans le public). Les religieuses sont nettement plus nombreuses que les laïques dont elles approchent le nombre dans le public et qu’elles écrasent dans le privé. Le faible nombre de femmes est confirmé dans le public laïc où elles ne sont que 21,1 % des enseignants. Mais leur nombre a plus que doublé depuis 1871, ce qui fait progresser la laïcisation des filles.

Des institutrices laïques jeunes, célibataires…

5Les institutrices laïques du public ont en moyenne 33 ans contre près de 35 pour les hommes et plus de 45 pour les religieuses. Elles sont donc plutôt jeunes. Sur les 161 dont on connaît l’âge, six ont moins de 20 ans, soixante-dix-neuf de 20 à 29 ans et seulement seize plus de 50 ans. Plus de la moitié a donc moins de trente ans, ce qui n’est le cas que de 42 % des hommes du public laïc. Les religieuses sont nettement moins jeunes (16 % de trente ans ou moins) et plus vieilles (36 % de plus de cinquante ans).

6Ces institutrices laïques publiques sont célibataires à 60 %, ce qui n’est le cas que d’un instituteur sur cinq. Trente-quatre, soit la moitié des mariées, ont épousé un instituteur. Les hommes sont en général plus vieux que leurs femmes de quelques années, les couples d’instituteurs ayant des âges plus équilibrés. Les institutrices laïques du secteur privé sont pratiquement toutes célibataires.

7Instituteurs et institutrices ont en moyenne 1,36 enfant lorsqu’ils sont mariés. Le chiffre est quasiment identique (1,38) pour les couples d’instituteurs, les institutrices mariées à un non instituteur et les veuves en ayant nettement moins (un). Les enseignants ont donc peu d’enfants en général et les familles nombreuses n’existent pas chez les institutrices qui n’ont que quatre enfants au maximum.

8Les femmes d’instituteurs sont très majoritairement natives de l’Eure. Dans l’arrondissement des Andelys, 75 des 99 femmes mariées dont on connaît le lieu de naissance y sont nées. Les autres viennent des départements voisins ou proches, de Seine, Seine-et-Oise, Seine-Inférieure, Oise, Orne, les trois dernières arrivant de Lorraine, des Vosges et de l’Indre. Les instituteurs sont horsains pour seulement 18 sur 99, sans doute à cause de la présence de l’École normale d’Évreux. Les institutrices ne sont que huit sur treize à être natives du département et seulement deux de l’arrondissement, preuve d’un recrutement plus large, faute d’école normale. Les religieuses, tributaires de leur maison-mère, sont souvent étrangères à l’Eure, treize sur trente-sept seulement y étant nées. La Providence d’Évreux fournit le plus gros des effectifs. Quatorze femmes sont nées dans la commune où leur mari officie, ce qui n’est le cas que de deux hommes revenus donc enseigner dans leur village de naissance. On note une grande proximité entre les lieux de naissance dans de nombreux cas. Trois couples sont nés dans le même village. D’autres sont venus visiblement d’un autre arrondissement ou d’un autre département en étant déjà mariés.

9Les ménages d’enseignants sont donc peu nombreux et la très grande majorité des femmes d’instituteurs n’exerce pas d’autre profession en dehors de l’activité de maîtresse de couture. C’est le cas d’au moins 240 épouses, soit près de une sur deux. Rappelons toutefois qu’elles ne peuvent l’être que dans les écoles mixtes tenues par un homme. Une petite vingtaine seulement se livre à une autre activité : lingère, blanchisseuse, repasseuse, ouvrière en tapisserie, modiste, épicière, receveuse du télégraphe...

Des institutrices moins bien payées

  • 2 La moyenne départementale est de 886 F.

10Dès le début de leur carrière, les institutrices sont moins payées que les hommes : 600 contre 700 F. En moyenne, un instituteur de l’arrondissement des Andelys (où il n’y a pas de gros salaires) touche 1 128 F par an et une institutrice 8212, soit plus de 300 F de moins. Dans les couples d’instituteurs, l’homme gagne en moyenne 261 F de plus que la femme. Et pratiquement tous les hommes (111 sur 118 dans cet arrondissement) disposent de compléments de ressources provenant du secrétariat de mairie, du jardin et du verger, de leçons et cours d’adultes, de diverses activités (arpentage, bureau de bienfaisance, recette buraliste, télégraphe…). Et ces suppléments peuvent être substantiels : 600 F pour l’arpentage à Gaillardbois, 700 pour le secrétariat de mairie de Fleury-sur-Andelle. En moyenne, un instituteur laïc public de l’arrondissement des Andelys touche ainsi 272 F. Elles ne sont que 37 institutrices (sur 162), soit moins d’une sur quatre (22,8 %) à être dans la même situation. Neuf sont secrétaires de mairie, les autres donnent des leçons ou se contentent du jardin. En moyenne, chaque institutrice reçoit 117 F.

Devenir institutrice

Le brevet de capacité

  • 3 La loi Falloux du 15 mars 1850 décide que les lettres d’obédience tiennent lieu du brevet de capac (...)
  • 4 Aux appellations multiples : obligatoire, deuxième ordre, capacité, simple, facultatif, élémentair (...)

11On ne devient pas instituteur n’importe comment. Très vite, les laïcs doivent avoir un brevet de capacité à l’enseignement. Et il semble que la règle soit respectée, y compris dans le privé laïc, alors que seulement la moitié des institutrices congréganistes paraît avoir un brevet, les autres se contentant de la lettre d’obédience3. Pour enseigner, il faut donc un brevet de capacité4 qui comprend, au milieu du XIXe siècle, différentes épreuves mentionnées sur le diplôme : « instruction morale et religieuse, lecture, écriture, éléments de la langue française, calcul, système légal des poids et mesures ». À l’écrit : une page d’écriture, une dictée, un récit emprunté à l’histoire sainte, de l’arithmétique. À l’oral : une lecture, des questions sur le catéchisme et l’histoire sainte, l’analyse grammaticale d’une phrase écrite au tableau, des questions sur le calcul et les applications usuelles du système légal des poids et mesures. Et des épreuves facultatives pour l’enseignement primaire. Deux diplômes paraissent essentiels, tous deux dits « de capacité pour l’enseignement primaire, institutrices… », le premier – « brevet élémentaire » – s’obtenant aux environs de 15-16 ans, le second – « brevet supérieur » – trois ans plus tard, donc à la sortie de l’école « normale ».

12Le nombre des candidates au brevet ne cesse d’augmenter. Elles sont 12 en 1848, 20 en 1860, 44 aux deux sessions de 1873, 77 à la session de juillet 1889. Les candidates de 1873 sont presque toutes domiciliées dans l’Eure. Elles ont de 16 à 36 ans mais la plupart ont 17-18 ans et appartiennent à des écoles publiques ou des institutions privées. Certaines sont déjà titulaires du brevet simple, voire institutrices, et demandent de passer le supérieur ou le premier ordre après avoir eu le second. Elles ne subissent donc que certaines épreuves, au choix, d’où le nom de brevet facultatif. 24 des 44 candidates sont reçues. Le pourcentage est meilleur en 1889 puisque 53 aspirantes sur 77 sont admises, dont 15 au brevet supérieur.

13Les titres de capacité exigés sont redéfinis à plusieurs moments, de même que le contenu des épreuves. En 1881, la loi décide que nul ne peut exercer les fonctions d’instituteur dans une école publique ou libre sans être pourvu du brevet de capacité pour l’enseignement primaire, ce qui abolit la loi Falloux. Quelques laïcs (hommes et femmes) et de nombreuses religieuses sont concernés. Les enseignants ont un an pour obtenir le diplôme en question mais des dispenses sont accordées. Le brevet élémentaire ou de deuxième ordre, obligatoire pour l’enseignement primaire, comporte une première série d’épreuves écrites se déroulant sur une seule journée : orthographe (10 minutes pour relire), écriture (1 h), composition française (1 h 1/2), arithmétique et système métrique (1 h 1/2), couture (1 h). La seconde comprend à l’oral : lecture expliquée, arithmétique, histoire nationale et instruction civique, géographie de la France, solfège, sciences physiques et naturelles, à raison de dix minutes par épreuve. Enfin, les postulantes doivent faire un croquis à main levée et de la gymnastique. Le brevet supérieur ou de premier ordre comprend lui aussi deux séries d’épreuves : composition française, arithmétique et sciences, dessin ; questions de morale et éducation, lecture expliquée, histoire de France depuis 1610, géographie de la France, arithmétique appliquée, physique, chimie et histoire naturelle, traduction à livre ouvert d’un texte étranger. L’histoire sainte et l’instruction religieuse, laïcisation oblige, ont disparu.

Du Cours normal à l’École normale

14Aucune institutrice de l’Eure n’est alors passée (en 1887) par une École normale. Il est vrai qu’il n’en existait pas en Normandie, sauf à Rouen depuis 1879. Seize d’entre elles, soit moins de 10 %, ont suivi un « cours normal » ou équivalent : huit aux Andelys, trois à Avranches, deux à Coutances, une à Alençon, une à Lisieux, la dernière étant passée par l’école primaire supérieure de Giromagny. Alors que du côté des hommes, la situation est radicalement différente : 276 ont suivi une école spécialisée, soit près de la moitié. Et pour 267, il s’agit de l’École normale, d’Évreux le plus souvent (pour 242), neuf ayant un autre parcours.

15On commence à se préoccuper de la formation des institutrices à la fin des années 1840. Il existait alors depuis 1837, aux Andelys, une école libre laïque de filles fondée par les demoiselles de La Boullaye. L’institution Sainte-Clotilde accueillait des filles de tout âge et comportait un internat. L’établissement recevait également des sous-maîtresses qu’on initiait à « l’art d’enseigner ». En 1847, le recteur y autorise la création d’un « Cours normal pour les institutrices », ce qui éviterait au département de financer une École normale. Mais rien ne se fait et le vote en 1854 par le Conseil général d’une subvention de 1 800 F pour « former quelques jeunes personnes qui voudraient se consacrer à l’éducation des filles à titre d’institutrices communales » n’est pas davantage suivi d’effet, bien que le préfet se soit beaucoup agité en enquêtant auprès de ses collègues sur ce qui se faisait alors. Il faut attendre 1869 pour qu’on en reparle. Le Conseil général est amené à se prononcer sur un triple choix : un Cours normal, une École normale ou l’envoi des postulantes dans un département voisin. C’est finalement l’institution des demoiselles de La Boullaye qui est choisie, malgré le soutien apporté par l’inspecteur d’académie aux demoiselles Quemin et Chauvin d’Évreux. Un Cours normal d’institutrices y est annexé au Cours normal libre. Deux élèves y font leur entrée en 1871. La directrice et les maîtresses adjointes ne reçoivent aucun traitement du département qui verse des bourses, de 450 F chacune, trois au départ, huit en 1887, la dernière année.

  • 5 Présidé par le préfet, il comprend l’évêque, un grand vicaire, deux conseillers généraux de droite (...)

16Cette situation ne satisfait pas les Républicains qui sont en train de s’emparer du pouvoir politique. En février 1878, l’architecte du département propose au Conseil général d’installer une École normale de filles dans celle, devenue trop petite, des garçons, qui seraient transférés ailleurs. La loi de 1880 obligeant les départements à créer une École normale de filles dans les quatre ans, le Conseil général doit en débattre à sa session d’août 1880. La commission ad hoc propose l’association avec un autre département et donc de surseoir à la décision. En séance publique, le député républicain et maire d’Évreux, Lepouzé, réclame une École normale de filles à Évreux, solution proposée par l’inspecteur d’académie. Et il fait état de la réunion récente du Conseil départemental de l’Instruction publique5 qui a proposé à l’unanimité d’affecter l’École normale de garçons aux filles et d’en construire une autre pour les futurs instituteurs, proposition que confirme le préfet. Malgré cela, le Conseil s’oppose, à une large majorité, au projet défendu par la gauche, pour se contenter d’une association avec des départements voisins, que Versailles et Rouen refusent.

  • 6 Aujourd’hui école maternelle.

17La situation reste donc en l’état mais ne peut s’éterniser : il faudra appliquer la loi et le Cours normal des Andelys, passé sous la direction de religieuses, fait l’objet de critiques en raison de ses résultats médiocres au brevet. Dans ces conditions, il devient urgent d’agir. À la rentrée 1888, les filles emménagent dans l’ancienne École normale de garçons de la rue Victor Hugo6. Elles y restèrent jusqu’en 1937 où elles s’installèrent à Saint-Michel.

Élève-maîtresse

  • 7 Claudine à l’école, 1900, cité dans L’Histoire, no 302, octobre 2005, p. 27.

18Colette7 évoque le sort des élèves entrant à l’École normale :

Penser que tout ça va devenir des institutrices, qu’elles peineront de sept heures du matin à cinq heures du soir, et trembleront devant une directrice, le plus souvent malveillante, pour gagner 75 francs par mois ! Sur ces 60 gamines, 45 sont filles de paysans ou d’ouvriers ; pour ne pas travailler la terre ou dans la toile, elles ont préféré jaunir leur peau, creuser leur poitrine et déformer leur épaule droite… Mais, au moins, elles porteront un chapeau, ne coudront pas le vêtement des autres, ne garderont pas les bêtes, ne tireront pas les seaux du puits et mépriseront leurs parents ; elles n’en demandent pas davantage.

19Ce jugement paraît particulièrement sévère car si enseigner permet d’échapper à des conditions plus pénibles, c’est aussi un symbole de réussite sociale. L’instituteur jouit d’un prestige intellectuel certain et n’est-il pas celui qui transmet non seulement le savoir mais également les valeurs de la République ?

  • 8 AD Eure, 62 T 1.

20Pour entrer au Cours normal puis à l’École normale, il faut satisfaire à un certain nombre de conditions : faire l’objet d’une enquête de personnalité favorable, obtenir une bourse et passer un examen. Le rapport d’enquête de 18778 par l’inspecteur primaire à propos d’une jeune fille née en 1861 parle d’une « famille honorable et généralement estimée ». Le père, ouvrier charpentier, est « à la tête d’une petite fortune », donc il pourra payer la pension. « Cette jeune fille a toujours eu une conduite exemplaire et ses sentiments religieux n’ont pas cessé d’être satisfaisants ». La fille et le père s’engagent par écrit à rembourser les sommes dont elle serait redevable pour inexécution de son engagement à servir dix ans. Le médecin atteste « qu’elle a été vaccinée avec succès, qu’elle est d’une bonne et saine constitution, exempte de toute infirmité ou vice de tempérament qui pourrait la rendre impropre à l’enseignement ». Le dossier comporte encore un certificat de moralité du maire, du curé et de l’instituteur. Les premières bourses versées en 1872 par le Conseil général sont offertes à des filles d’instituteur. L’inspecteur d’académie regrette que la troisième ne soit pas attribuée. Il demande à ses inspecteurs primaires de lui trouver des candidates. Celui de Pont-Audemer lui répond, le 31 juillet 1872, à propos de la fille de l’instituteur d’Illeville-sur-Montfort :

  • 9 « Julitte et son soleille avet jauni les coteaux et les plaine. Les blai presque mûre frisonnaient (...)
  • 10 AD Eure, 62 T 1.

Cette pauvre demoiselle ne sait rien. Les quelques lignes9 que je vous envoie ont été corrigées et recopiées pour vous être transmises. Il en est de même de l’addition qu’elle n’a pu terminer que sur mes indications. Je n’ose même pas garantir son intelligence. Elle n’a que du bon vouloir ; c’est tout ce que je puis garantir10.

21La bourse est alors proposée à une pensionnaire de La Providence, fille du professeur de musique du lycée et sous-chef de la musique municipale d’Évreux.

  • 11 « 1 - Réduire au même dénominateur (théorie et pratique) les fractions suivantes : ½, 3/5, 5/12 et (...)

22Dans un premier temps, l’obtention de la bourse suffit pour entrer au Cours normal. Puis est organisé un examen. Pour s’y présenter, il faut avoir au moins quinze ans au 1er janvier (règlement de 1881) et le certificat d’études. En 1877, l’écrit – qui se déroule sur une seule journée – comporte quatre épreuves : écriture, orthographe, style et arithmétique. À l’oral, quatre épreuves également : catéchisme et histoire sainte, français, arithmétique, histoire-géographie de la France. En 1886, l’écrit est renforcé, avec cinq notes : orthographe, écriture, style, calcul et dessin. À l’oral : langue française, arithmétique11 et système métrique, histoire-géographie et résumé de leçon orale. Auxquels s’ajoutent des épreuves de musique et chant, couture et gymnastique. En 1896, le concours d’entrée à l’École normale comporte à l’écrit cinq épreuves (composition française, arithmétique, écriture, orthographe et dessin) et dix épreuves orales (français, arithmétique, histoire, géographie, sciences, résumé d’une leçon de lettres, résumé d’une leçon de sciences, chant, couture et gymnastique).

23Le nombre de candidates, fonction du nombre de bourses attribuées, varie mais il est faible, avec une tendance à l’accroissement : trois en 1871, cinq en 1881, huit en 1887. L’effectif augmente sensiblement avec l’École normale (10 en 1888, 17 en 1897), sans pour autant rattraper celui des garçons (24 en 1891 contre 13). Le Cours normal des Andelys (et l’École normale après lui) fonctionne selon un système reposant sur trois niveaux dont les effectifs reflètent les entrées successives. La première section est celle des aspirantes au brevet supérieur, la deuxième celle des postulantes au brevet de deuxième ordre, la troisième celle des « première année ». Les promotions peuvent être affectées par des redoublements, des démissions ou des renvois. Une élève-maîtresse meurt en février 1884 après quatre jours de maladie. Le recteur fait alors remarquer que des plaintes avaient été faites sur la tenue de la maison.

24Le règlement de 1877 organise la vie et le travail des élèves. L’emploi du temps occupe les six jours de la semaine, commence à 5 h 3/4 et se termine à 21 h. La journée débute par la prière, suivie de l’étude de l’histoire sainte et le catéchisme, à moins que ce ne soit par la messe. Le déjeuner (à 8 h) est suivi des cours qui s’interrompent à midi (dîner et récréation). Ils redémarrent à 13 h 30 sans interruption, sauf un quart d’heure pour le goûter, jusqu’à 18 h, pour le souper et une récréation. Le travail reprend ensuite jusqu’au coucher. Ce qui donne, par semaine, un total de 59 h 1/4 ainsi réparties :

Histoire

11 h 30

Grammaire

1 h 30

Travail manuel

8 h 45

Lecture

1 h 30

Instruction religieuse et messes

7 h 45

Étude libre

1 h 30

Français

6 h

Chant, solfège

1 h 15

Géographie

5 h 15

Poésie

1 h

Calcul, arithmétique

5 h

Composition

1 h

Orthographe

2 h 30

Comptabilité

1 h

Écriture

2 h

Pédagogie

1 h

Dessin

2 h

Lecture récréative

0 h 45

25La rigueur est de mise dans la coiffure et la tenue vestimentaire (« Cet amour vain et futile d’une chose sans mérite réel dénote un esprit léger, superficiel et est indigne d’une âme chrétienne »). Le travail se fait en silence, aussi bien à l’étude qu’en cours (« leur unique devoir est d’écouter attentivement les explications de la maîtresse ») ou au réfectoire. Les récréations sont également réglementées, de même que la promenade bihebdomadaire qui se fait en rang. Des récompenses et des punitions sont prévues.

  • 12 AD Eure, 62 T 1.

26Chaque trimestre, la directrice évalue les élèves12 au point de vue du caractère (« bon, timide, peu formé, un peu susceptible, porté à la frivolité… »), la conduite (d’assez bonne à très satisfaisant), les devoirs religieux (d’assez bien à très bien), l’application (« parfaite, satisfaisante, elle laisse à désirer, elle lui sert peu car elle ne sait même pas étudier… »), l’aptitude (« intelligence très lente, mémoire bien rebelle, a du bon sens mais aussi de l’étourderie…, c’est un bon petit sujet mais il faut la modérer dans l’étude parce que la tête n’est pas forte… »), les progrès (de fort peu à très satisfaisant), enfin l’état de santé. La directrice émet un avis positif sur les jeunes filles du Cours normal public :

  • 13 Ibid., 60 T.

La plupart […] paraissent douées d’heureuses dispositions morales et intellectuelles […] et on peut espérer qu’elles deviendront des institutrices sérieuses, sincèrement pieuses et dévouées à la tâche qui leur sera confiée. Deux seulement paraissent peu susceptibles d’être formées, l’une par défaut d’intelligence, l’autre à cause d’une légèreté et d’un penchant à la frivolité qui font craindre qu’elle ne comprenne jamais le sérieux de la carrière qu’elle se propose d’embrasser […] La directrice et les maîtresses […] exercent sur les élèves une surveillance assidue et maternelle. Elles s’efforcent de leur inspirer l’amour de la religion qui leur donne le courage du devoir, de leur apprendre le respect de l’autorité, de les pénétrer d’estime pour leur vocation et de la nécessité de bien remplir les obligations qu’elle impose13.

27La directrice a dû séparer, à la demande du Conseil général, les élèves-maîtresses des autres élèves de l’institution, ce qui s’est révélé positif.

  • 14 Qui comporte des draps, des vêtements de jour (l’uniforme) et de nuit, des chapeaux d’hiver et d’é (...)

28Avec l’École normale, la situation ne change pas radicalement. Les dossiers des candidates contiennent les mêmes renseignements : état-civil, engagement décennal, renseignements sur la famille, son honorabilité, sa situation pécuniaire, l’état sanitaire de la postulante, ses sentiments moraux, son caractère, son aptitude et son goût pour les études. En 1897, huit admises avaient préparé le concours dans des cours complémentaires (trois à Vernon, deux à Gisors, une à Évreux, Saint-Girons et Murat), les huit autres dans des écoles communales. Elles ont le certificat, quelques-unes le brevet, les autres préparant ces diplômes en même temps que le concours. Une a même les deux brevets de capacité pour l’enseignement primaire, l’élémentaire obtenu en 1894 et le supérieur (1897). Elles ont de quinze à vingt ans et en moyenne seize ans. Leurs parents sont instituteur (trois), cultivateur (deux), veuve d’instituteur, chef de gare, domestique (mère seule), domestique (mère divorcée, père cultivateur), représentant en assurances, militaire, facteur, ouvrier sabotier, chef d’équipe au chemin de fer, ravaleur, commis d’économat. Elles habitent majoritairement dans l’Eure (neuf), mais viennent aussi de Paris (trois), du Mans, de l’Ariège, de la Haute-Marne et du Cantal (une demoiselle Pompidou, fille d’un cultivateur). L’accès à la profession n’est plus réservé aux enfants d’enseignants même si la « reproduction » demeure importante. Il est aussi devenu un moyen de promotion sociale pour des filles du peuple. Il n’y a plus de bourse à l’École normale puisque les frais sont supportés par l’État. Mais les normaliennes doivent se doter d’un trousseau14 qui vaut environ 500 F en 1896 mais peut faire l’objet d’une aide du Conseil général.

L’exercice de la profession

La carrière

29La statistique de 1887 donne l’ancienneté de 120 institutrices laïques du secteur public. Cela va de 6 mois à 37 ans, avec une moyenne de douze années et demie. La moitié est en poste depuis moins de dix ans, quatre seulement depuis plus de trente ans. Ce qui reflète la jeunesse des institutrices. Les hommes ont des carrières plus longues, de même que les religieuses qui détiennent les records de longévité (64 années de service pour une sœur de 88 ans à Louviers).

30La stabilité dans le poste n’est pas la règle. Ainsi, pour 1887, une petite soixantaine d’enseignantes du secteur public (dont quelques religieuses) fait l’objet d’un changement, en plus des quatorze nouvelles nommées. La moitié de ces mutations se fait à la fin du mois d’août. Vingt-six institutrices obtiennent un nouveau poste et une bonne dizaine une direction d’école. Huit sont mises en congé d’inactivité pour faire valoir leurs droits à la retraite ou attendre une place qui les rapprocherait du mari, comme l’institutrice de Collandres qui obtient d’être nommée à Louviers où elle rejoint son mari épousé récemment. Quatre démissionnent. L’institutrice congréganiste de Juignettes est confirmée sur son poste mais comme laïque cette fois. Enfin, sept obtiennent un congé plus ou moins long, pour maladie, grossesse ou convenance personnelle. Et ces congés s’accompagnent d’une clause surprenante : la directrice de l’école maternelle de Brionne, en congé de deux mois, garde son traitement mais « elle prélèvera une somme de 50 F pour sa suppléante ».

  • 15 AD Eure, 86 T 3.

31Ces demandes d’affectation font l’objet de commentaires15 de la part de l’inspection. Mlle Bellanger, aux Andelys, « consent à quitter son poste à condition d’être remplacée par sa sœur ». Mlle Chauvin, nommée à Saint-André, est « très bien notée, mérite de l’avancement, est capable de réussir dans la direction d’une école importante ». Mlle Delamare est « demandée par la municipalité » de Bosrobert. On trouve cependant des mutations forcées : « n’a pas réussi, a perdu son autorité sur les élèves », « institutrice ne manquant pas de bonne volonté mais si peu instruite et si peu intelligente qu’elle est incapable de diriger une école même d’importance minime », « a perdu la confiance de la municipalité et des familles », « s’est rendue coupable de la plus grande négligence professionnelle et a de plus des habitudes d’intempérance », « des difficultés avec l’institutrice titulaire et l’adjointe. Légèreté de conduite et inconvenances de langage constatées par l’enquête de l’inspecteur primaire ». Une institutrice est ainsi mutée des Baux-de-Breteuil à Vatteville, dans « un poste de disgrâce », à la demande du maire de la commune, ce déplacement étant « devenu urgent par suite de la légèreté de conduite de Mlle Mang qui a fait l’objet d’un rapport spécial ». Elle avait déjà changé de place pour avoir « complètement échoué dans les fonctions d’institutrice adjointe à Verneuil ; doit être attachée à une école moins importante en attendant qu’elle puisse obtenir un poste dans une école maternelle ». Ce qui ne laisse pas d’étonner quant à l’intérêt porté aux tout jeunes enfants qui pourraient donc récupérer les maîtresses les plus médiocres. Mlle Sellier, la jeune institutrice (elle a vingt-cinq ans) directrice de la salle d’asile publique de Louviers, demande à la quitter pour raison de santé. Mais le véritable motif de sa requête, dit l’inspecteur, est une rixe qu’elle a eue dans la rue avec la fille du maire, Bricard : « Elle a passé, à tort sans doute, du moins c’est mon sentiment, pour être la maîtresse du maire ».

L’inspection

32Elle rythme la carrière des enseignants. Les congréganistes ne font pas l’objet d’une vindicte particulière quand ils assurent convenablement leur tâche mais les choses évoluent. En 1879, l’inspecteur note que « si les adjoints congréganistes sont bien inférieurs sous le rapport de l’instruction aux adjoints laïques », la situation est encore pire pour les religieuses :

  • 16 AD Eure, 3 T 1.

Les institutrices congréganistes n’ont souvent qu’une instruction insuffisante, qu’elles ne développent guère non plus lorsqu’elles sont placées à la tête d’une école parce qu’elles n’en ont ni le temps, ni les moyens. Sous le rapport pédagogique, leur infériorité est encore plus notoire. Au lieu de développer l’intelligence des élèves, de former leur jugement, elles cultivent presque exclusivement leur mémoire et en font des machines à compter et à écrire. Il y a cependant quelques exceptions que je me plais à constater16.

33À partir du vote des lois laïques, les congréganistes sont particulièrement surveillées et sanctionnées à l’occasion, comme ces religieuses qui ont osé faire classe le 14 juillet 1880, première Fête nationale : « un défi, une provocation, un scandale ». Plus sérieuse est l’application de la loi de 1881 qui exige un diplôme et se traduit par des demandes d’éviction. À Acquigny, le 2 septembre 1881, le conseil municipal

  • 17 AD Eure, 70 T 1/1.

décide à la majorité qu’une institutrice sans brevet ne peut donner les garanties nécessaires sous le rapport de l’instruction et demande le remplacement de l’institutrice congréganiste par une institutrice laïque brevetée17.

  • 18 Ibid., 3 T 2.

34Le 11 juin 1898, l’inspection académique adresse aux inspecteurs primaires une circulaire leur demandant d’examiner la situation des religieuses : « Vous aurez à pressentir à ce sujet les représentants les plus autorisés du parti républicain dans la commune et le canton18 », auxquels ils ne devront pas manquer « d’exposer combien le maintien en fonction d’institutrices âgées, fatiguées et incapables est préjudiciable non seulement aux intérêts des élèves et des familles mais aussi au pays et à la République elle-même ».

35Les institutrices laïques peuvent faire tout autant que les sœurs les frais de la sévérité des inspecteurs. Celle d’Ailly, née en 1852, titulaire ayant le brevet complet, est inspectée en 1878 et 1880. La capacité passe de « très instruite » à « médiocre », le zèle de « très grand » à « médiocre », le caractère de « bon mais vif » à « revêche », l’influence de « assez grande » à « ordinaire », le reste restant sans grand changement. Le premier rapport fait état de réserves sur la tenue générale de la classe et émet des doutes sur la préparation, les résultats des enseignements étant le plus souvent jugés « passables », sauf en instruction religieuse, lecture, écriture et travaux à l’aiguille où ils sont qualifiés de « bons ». Suit le commentaire :

  • 19 Ibid., 70 T 1/1.

Je trouve l’école en désarroi parce que depuis plusieurs jours [la visite a lieu le 27 décembre !], on fait des lettres, des cahiers, des cartes, des travaux à l’aiguille en vue du jour de l’an et on néglige les exercices réguliers. Les élèves ne me répondent pas d’une manière satisfaisante ; la maîtresse, qui n’est pas satisfaite non plus, leur dit des choses, sinon grossières, du moins déplacées dans la bouche d’une institutrice. Le chien, le chat et les poules ont l’air d’être chez eux dans la classe. Après mon inspection, j’adresse une verte semonce à Mme Bréauté qui fond en larmes et m’assure qu’elle ne sera plus reprise à négliger sa classe au profit de travaux futiles. Elle est, je crois, suffisamment punie comme cela. Au moment d’envoyer mon rapport, je reçois une lettre d’excuses de Mme Bréauté, qui prend pour l’avenir les meilleures résolutions19.

36C’est sans doute pour cela que l’inspecteur rajoute la mention « bonne institutrice » sur la première page. Dans son rapport de 1880, il se montre fort mécontent :

  • 20 AD Eure, 70 T 1/1.

Après avoir constaté que l’institutrice est intelligente (elle a son brevet supérieur), que son enseignement est peu méthodique et que les résultats sont des plus faibles, M. l’Inspecteur général (qui a fait la visite) lui a donné quelques conseils bienveillants qu’elle a accueillis d’une façon inconvenante. Aussi M. Lescoeur m’a-t-il chargé de vous prier de vouloir bien adresser un blâme à cette maîtresse et l’inviter à faire plus de cas à l’avenir des avis qu’on lui donne20.

37La situation générale est toutefois loin d’être aussi catastrophique. Inspectée en 1881, la nouvelle directrice de l’école de filles des Andelys, âgée de vingt-deux ans seulement, montre un zèle « ardent ». Alvina Dorée fait l’objet de rapports tout aussi élogieux. Fille de l’instituteur d’Appeville, elle prend la nouvelle classe des filles alors qu’elle n’a que seize ans, en 1867. Le premier rapport fait état d’une

  • 21 Ibid., 70 T 1/4.

école dont la tenue est fort bonne même sous le rapport disciplinaire. L’instruction des élèves y est bonne et soutenue. Du reste, jusqu’ici, le père a surveillé le côté des filles comme autrefois. Toutefois, il faut reconnaître que la fille fait preuve d’une aptitude remarquable. Il y a du reste chez cette jeune institutrice une véritable vocation qui se révèle depuis bien des années21.

38L’année suivante, alors que la gratuité absolue a rendu cette école fort nombreuse (une soixantaine de filles), la tenue est toujours « fort bonne », l’institutrice jouissant « de la confiance générale ». Et cela continue les années suivantes :

  • 22 Ibid.

Non seulement capable mais encore très zélée et a d’ailleurs toute l’aptitude du père […], très considérée dans le pays […], discipline excellente à tous les points de vue […], cette école par son animation tranche sur les autres écoles que je visite22.

39Cette institutrice, qui emmène ses élèves aux offices auxquels ils assistent sur des bancs réservés et sous sa surveillance, est « à féliciter ».

40L’enseignement primaire est en train d’évoluer profondément en cette fin de XIXe siècle, du fait des lois laïques, de l’hostilité envers les congréganistes… La création de l’École normale de filles permettra d’assurer une meilleure formation aux institutrices à qui il reviendra de prendre en charge l’enseignement du maximum de filles, pour donner « des compagnes républicaines aux hommes républicains », selon l’expression de Camille Sée répondant à Mgr Dupanloup, qui voulait « élever les filles sur les genoux de l’Église ». Il restait cependant beaucoup à faire pour que les objectifs poursuivis soient atteints et que l’égalité garçons-filles (y compris dans les programmes) et celle des institutrices – aujourd’hui largement majoritaires – avec les instituteurs deviennent la norme.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Delhomme Danielle, Les premières institutrices laïques, Paris, Mercure de France, 1980.

Ozouf Jacques, Nous les maîtres d’écoles, Autobiographies d’instituteurs de la Belle Époque, Gallimard, « Archives », Paris, 1973.

De nombreuses études s’intéressent à l’institutrice de village :

Bastide Huguette, Institutrice de village, Paris, Mercure de France, 1970.

Bodin Marguerite, L’institutrice, Paris, Doin, 1922.

Deries Léon, L’institutrice au pays normand, Saint-Lô, Barbaroux, 1899. Journal d’une institutrice, Paris, Colin, 1902.

Frapie Léon, L’institutrice de province, Paris, Fasquelle, 1897.

Reiter M., Une institutrice au XIXe siècle, Nîmes, Lacour, 1996.

Et on n’aurait garde d’oublier l’abondante littérature romanesque.

Notes

1 50 T 1, 60 T, 62 T 1 et 2, 70 T 1 à 91 (quelques dossiers en fait), 84 T 1, 1bis, 2, 2bis et 3, 86 T 3 et 4, 91 T, 110 T. La base de l’étude repose sur 68 T 13 et 14 : Statistiques et rapports généraux, Questionnaire annuel par écoles : renseignements sur la commune, le nombre d’élèves, la propriété du bâtiment, le nombre et la superficie des salles de classe, le mobilier et la bibliothèque scolaire, l’état-civil et le traitement de l’instituteur, 1887.

2 La moyenne départementale est de 886 F.

3 La loi Falloux du 15 mars 1850 décide que les lettres d’obédience tiennent lieu du brevet de capacité.

4 Aux appellations multiples : obligatoire, deuxième ordre, capacité, simple, facultatif, élémentaire, supérieur…

5 Présidé par le préfet, il comprend l’évêque, un grand vicaire, deux conseillers généraux de droite et deux de gauche (Corbeau et Lepouzé).

6 Aujourd’hui école maternelle.

7 Claudine à l’école, 1900, cité dans L’Histoire, no 302, octobre 2005, p. 27.

8 AD Eure, 62 T 1.

9 « Julitte et son soleille avet jauni les coteaux et les plaine. Les blai presque mûre frisonnaient au vent charge de lours épie. Par ainten la chanson du griyon le cri éguet de la louette au aplele langoureux de la caye aa croupie sur son nit ronpait seule le vaste silence des campagne ». AD Eure, 62 T 1.

10 AD Eure, 62 T 1.

11 « 1 - Réduire au même dénominateur (théorie et pratique) les fractions suivantes : ½, 3/5, 5/12 et 7/60. 2 - On estime qu’il y a en France 240 000 ouvrières employées à faire de la dentelle ; la production annuelle a une valeur de 65 000 000 de francs et la valeur de la matière première est les 0,27 de la valeur totale. Trouver le montant des salaires de toutes ces ouvrières et le salaire quotidien de chacune d’elles, en supposant qu’elles travaillent en moyenne 240 jours par an ». AD Eure, 62 T 1.

12 AD Eure, 62 T 1.

13 Ibid., 60 T.

14 Qui comporte des draps, des vêtements de jour (l’uniforme) et de nuit, des chapeaux d’hiver et d’été, un nécessaire de toilette, un parapluie et une ombrelle…

15 AD Eure, 86 T 3.

16 AD Eure, 3 T 1.

17 AD Eure, 70 T 1/1.

18 Ibid., 3 T 2.

19 Ibid., 70 T 1/1.

20 AD Eure, 70 T 1/1.

21 Ibid., 70 T 1/4.

22 Ibid.

Auteur

IUFM de Rouen. Professeur émérite des universités en histoire moderne et contemporaine. Spécialiste d’histoire rurale (seigneurie, biens nationaux, répartition et transfert de propriété…) au XVIIIe siècle et sous la Révolution, il a publié en collaboration avec Éric Teyssier et François Antoine L’évènement le plus important de la Révolution ? La vente des biens nationaux en France et dans les territoires annexés (1789-1867), Éditions du CTHS et de la Société des Études robespierristes, Paris, 2000. Il s’intéresse aussi à l’histoire de Louviers, de l’Eure et de la Normandie. Il a dirigé l’ouvrage L’Eure de la Préhistoire à nos jours, Éditions Bordessoules, Saint-Jean-d’Angély, 2001 et a publié plusieurs études sur l’école dont Cent ans de politique scolaire à Louviers (1789-1914), publication du CNDP-CDDP de l’Eure, 1984.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540