Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Femmes éducatrices

Présentation

Martine Gest

Texte intégral

1Cette partie regroupe trois textes d’historiens qui décrivent des formations de jeunes filles et femmes en Autriche et en France aux XIXe et XXe siècles. Dans des lieux spécifiques comme la Chambre des ouvriers et des employés de Vienne, l’École normale d’Évreux, ou les internats de rééducation, elles reçoivent une instruction mais aussi une formation professionnelle. Toutes ont été, sont ou seront des actives mais la montée du chômage, les exigences administratives ou les décisions de justice les obligent à étudier pour améliorer leur condition matérielle. Dans ces articles, l’argent ou plus exactement son absence, les salaires inférieurs à ceux des hommes sont évoqués. Au fil des pages nous découvrirons aussi des figures d’éducatrices tutélaires comme Käthe Leichter, modèles pour leurs petites élèves comme ces très jeunes institutrices de l’Eure ou protectrices comme les religieuses du Bon-Pasteur d’Angers.

2Bernard Bodinier dans « Institutrices et femmes d’instituteurs dans l’Eure à la fin du XIXe siècle » nous décrit des institutrices laïques, jeunes (33 ans en moyenne) et célibataires !

  • 1 Jacques Ozouf « Les instituteurs de la Manche et leurs associations au début du XXe siècle », Revu (...)

3Si le taux de célibat féminin est moins élevé que celui du département voisin de la Manche où en 1897 seules 18 % des institutrices sont des femmes mariées (et 27 % en 1903)1 il est beaucoup plus élevé que celui du célibat masculin de 20 % dans l’Eure. Se marier n’a pas la même signification pour un instituteur et pour une institutrice : pour le premier fréquenter une jeune fille du village lui permet de s’enraciner et de participer aux activités locales masculines avec sa belle-famille. Pour la seconde il est nécessaire dans un métier qui mêle souvent vie publique et vie privée d’être une jeune fille à la réputation irréprochable. Les relations avec la gente masculine sont épiées et commentées par la communauté villageoise et il peut être risqué de refuser une demande en mariage émanant d’une personnalité locale.

  • 2 Jacques et Mona Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Gallimard, Seuil, 1992.

4Les rapports d’inspection cités révèlent des appréciations telles que « demandée par la municipalité » ou « a perdu la confiance de la municipalité et des familles », qui ne s’expliquent pas par l’exemplarité ou l’inconduite de l’institutrice concernée mais illustre la possibilité pour un maire de l’aider ou de lui nuire. L’institutrice doit aussi éconduire les coureurs non pas de dots mais de salaires contre lesquels toute bonne directrice d’École préviendra ses Normaliennes2.

  • 3 Théodore Bachelet, Cours Complet d’éducation à l’usage des demoiselles, Paris, A. Courcier (éd.), (...)

5Ce n’est qu’en 1920 que les salaires des instituteurs des deux sexes seront identiques, mais en cette fin du XIXe siècle, celui des institutrices est inférieur de 300 francs en moyenne à celui des instituteurs dans le département de l’Eure. La supériorité des revenus masculins s’explique par des compléments de ressources qu’ils peuvent obtenir. Si un secrétariat de mairie peut être exercé par des institutrices, ce n’est pas le cas de l’arpentage qui est une activité annexe exclusivement masculine des plus lucratives. C’est pendant leur formation à l’École que les Normaliens ont appris l’art de mesurer. Les filles, quant à elles, ont seulement des connaissances sur le système légal des poids et mesures exigées pour une des épreuves du brevet de capacité et les heures consacrées dans le cursus masculin à l’étude des relevés topographiques sont dédiées dans le cursus féminin à l’enseignement des activités ménagères, avec des aspects pratiques, y compris l’entretien des locaux de l’École. C’est un exemple de la différenciation genrée de la formation et des exigences différentes dans le recrutement dont on peut retrouver un écho dans la lecture de la préface du manuel d’histoire rédigé par Théodore Bachelet3 :

En publiant un Cours d’études à l’usage exclusif des jeunes filles nous avons voulu qu’il évitât le double écueil de l’érudition et de la futilité […] Il suffit aux jeunes filles qui se proposent de subir les examens pour l’obtention du brevet de capacité.

6Si le Recteur de l’Académie et le Conseil général de l’Eure se préoccupent assez tôt de la formation des institutrices ce n’est qu’en 1888 qu’une première promotion de filles pourra s’installer à Évreux dans les locaux laissés vacants par le départ des garçons, rue Victor Hugo. En 1937, l’École normale de filles s’installera à Saint-Michel dans un superbe bâtiment qui abrite 70 ans plus tard l’IUFM. Si avant 1888, le métier attirait peu de candidates, aujourd’hui les promotions d’étudiants et de stagiaires sont féminines à plus de 85 % !

7Le deuxième article « Former des ouvrières : l’expérience de la section féminine de la Chambre des ouvriers et des employés de Vienne 1928-1934 », de Paul Pasteur, nous apprend qu’en 1928 Käthe Leichter, est chargée par un des dirigeants du Parti social-démocrate de s’occuper du département du travail féminin à la Chambre des ouvriers et des employés de Vienne. Cette intellectuelle est attachée à l’idée héritée de la période de l’Aufklärung d’émancipation par la culture et partage avec les sociaux-démocrates la conviction qu’il faut développer la formation des prolétaires et spécifiquement des femmes. Elle accomplit d’abord un premier travail de recherche collectant et analysant des données statistiques concernant le travail féminin, tâche jamais accomplie jusque là. Elle réalise aussi des questionnaires auprès des ouvrières dont la synthèse étaye des revendications syndicales argumentées. Cet imposant labeur lui procure aussi une vaste connaissance théorique du travail féminin en Autriche et lui confère la crédibilité nécessaire face à un auditoire d’ouvrières.

8« Pédagogue militante », Käthe Leichter développe des cours pour les déléguées d’entreprise à la Chambre des ouvriers et des employés. Éducation ouvrière pour des femmes qui n’ont reçu qu’une instruction primaire ? Formation professionnelle ? Formation au militantisme syndical et politique ? Les trois formes d’action semblent coexister dans ce qui n’est pas une école de cadres mais plutôt une structure d’éducation ouvrière originale. Elle associe des qualités intellectuelles et relationnelles exceptionnelles. Par des contacts personnels bienveillants elle incite de nombreuses jeunes femmes à faire un discours, rédiger un premier article, intervenir à la radio… Grâce à sa persuasion, elles s’initient à l’éloquence et à la rhétorique syndicale sans risques excessifs. Se dessinent les contours d’une société de 90 militantes qui ont été directement influencées par les méthodes et la pensée de Käthe Leichter et qui s’efforceront de transmettre son héritage à d’autres femmes en utilisant les mêmes procédés, pour les inciter à s’investir dans le syndicalisme et la politique. Celles d’entre elles qui survivront aux persécutions et à la guerre joueront un rôle important dans la social-démocratie autrichienne jusqu’aux années 1970.

  • 4 Anne Thomazeau « Rééduquer en internat des jeunes filles délinquantes et inadaptées (1945-1975 env (...)

9Enfin, avec Anne Thomazeau, nous abordons « La formation professionnelle des mineures placées en internat de rééducation de la libération aux années 1960 ». La création des internats de rééducation après 1945 et le choix de développer une formation professionnelle comme procédé de prise en charge des mineures délinquantes et inadaptées sont les caractéristiques essentielles de cette période. La vie dans ces établissements s’éloigne de celle du monde carcéral pour se rapprocher du modèle scolaire, à une exception près : un emploi du temps réglementaire très chargé. Toutes les jeunes délinquantes objet d’un placement ne peuvent pas accéder à une formation : certaines parce qu’elles n’ont pas les aptitudes intellectuelles suffisantes, d’autres parce qu’elles sont jugées trop « difficiles » pour être soumises pendant une période suffisamment longue à la rigueur de l’internat. Le temps de la rééducation fixé par le juge peut être pensé par les filles pour contourner la décision : certaines refusent une orientation proposée qui induirait une durée de placement trop longue mais d’autres, en obtenant rapidement un CAP, peuvent plus rapidement « sortir » et ainsi se libérer par le travail. Les filières de formation proposées sont « féminines » : CAP de bureau, d’emploi de services et des métiers du textile. Un enseignement ménager s’ajoute obligatoirement à cet apprentissage technique. Selon les religieuses dirigeant les internats, les filles qui leur sont confiées rêvent toutes de se marier et de créer une famille : aspiration réelle, supposée, imposée ? Dans un article précédent4, Anne Thomazeau démontrait que les Institutions professionnelles d’éducation surveillée formaient les jeunes prostituées mineures à un métier leur permettant de gagner de l’argent honnêtement. Cependant, les éducatrices semblent plus retenir, comme critères d’une rééducation réussie, le mariage et la maternité que la réussite professionnelle.

10L’évolution de la société française après 1968 trouvera un écho particulier dans le domaine de l’éducation surveillée comme le dit un rapport de l’Éducation de 1962, « La femme a découvert sa personnalité propre et son indépendance vis-à-vis des autres et particulièrement du mari ». Les structures et la formation des internats féminins devront s’adapter.

Notes

1 Jacques Ozouf « Les instituteurs de la Manche et leurs associations au début du XXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1963.

2 Jacques et Mona Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Gallimard, Seuil, 1992.

3 Théodore Bachelet, Cours Complet d’éducation à l’usage des demoiselles, Paris, A. Courcier (éd.), 2 vol. , 1871-1872.

4 Anne Thomazeau « Rééduquer en internat des jeunes filles délinquantes et inadaptées (1945-1975 environ) », Trames, no 12, 2005, « Éducations féminines ».

Auteur

PRCE histoire-géographie. Historienne, formatrice à l’IUFM de Rouen. Elle a co-édité avec Marie-Françoise Lemonnier-Delpy le numéro de TRAMES consacré à Éducations féminines.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540