Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Religion, éducation et novations

Dupanloup et l’éducation des filles

Marc-Antoine Pottin

Résumé

Monseigneur Dupanloup (1802-1878) est connu pour son opposition à la circulaire Duruy de 1867 instaurant une première et éphémère éducation secondaire pour les filles. Chef de file de l’épiscopat français, il mena la polémique et son image reste entachée de cette faute originelle faisant de lui un opposant à l’instruction des filles et des femmes. La contribution revient rapidement sur la polémique, depuis la parution de la circulaire et celle des trois longues lettres de Dupanloup. Si les arguments du prélat sont d’abord d’ordre matériel, ils empruntent leur registre à la morale et, surtout, à la politique, en raison de la perte du contrôle de l’enseignement par l’Église. Durant la même période, et au-delà, l’évêque d’Orléans a aussi publié d’autres écrits sur l’éducation des filles, dont le contenu livre un tout autre visage de l’auteur qui pourrait n’être pas si loin de celui du Duruy.

Monseigneur Dupanloup (1802-1878), bishop of Orleans, is famous for his strong opposition at the Duruy’s project about the secondary lessons for the girls. The polemic was very important and Dupanloup wrote three letters to explain his point of view against the loss of the church power in x girls’ education. But at the same time the bishop published other works about the girls’ education and its importance for the society. The opposition between Dupanloup and Duruy may not be that important, and their vision of women education in the imperial France of that time very similar.

Texte intégral

1Monseigneur Dupanloup, l’évêque d’Orléans, connu pour sa contribution majeure à l’élaboration de la loi Falloux, est présenté habituellement comme un opposant à l’éducation féminine, notamment au travers des débats sur les éphémères cours secondaires féminins du ministre Duruy. Malgré cette opposition, l’apport de l’évêque est à nuancer ou à compléter par ses autres écrits sur l’éducation des filles. Ceux-ci laissent voir l’enjeu politique, et d’ordre sociétal, d’une éducation féminine fortement revendiquée et qui n’est pas contradictoire avec celle du ministre.

La polémique de 1867

La circulaire

2En octobre 1867, Victor Duruy publie une circulaire pour « fonder l’enseignement secondaire des filles, qui à vrai dire n’existe pas en France ». Il institue des cours de durée choisie entre trois ou quatre années de sept mois chacune avec deux leçons quotidiennes. Elles sont dispensées dans un bâtiment communal par les membres de l’enseignement secondaire, où les jeunes filles seront accompagnées de leurs mères, gouvernantes ou maîtresses de pension.

3En est le modèle l’enseignement spécial, venant d’être institué en juin pour les garçons :

  • 1 Circulaire du 30 octobre 1867 reproduite dans Dupanloup, 1868, p. 148-154.

Cet enseignement, caractérisé par la combinaison d’une instruction littéraire générale, de l’étude des langues vivantes et du dessin, avec des démonstrations pratiques des vérités scientifiques, peut en effet, s’il est convenablement approprié à sa destination nouvelle, devenir l’enseignement classique des jeunes filles de quatorze à dix sept ou dix-huit ans1.

4Cet enseignement en l’absence de latin ne peut mener au baccalauréat ni à une vocation professionnelle comme pour les garçons. Duruy donne la raison de ces cours :

  • 2 Ibid.

C’est au foyer domestique, dans le sanctuaire de la famille, que la jeune fille reçoit l’éducation du cœur et les premiers enseignements de la religion. Son instruction religieuse se poursuit et s’achève à l’église ou au temple, sous la direction des ministres de son culte. Mais pour fortifier son jugement et orner son intelligence, pour apprendre à gouverner son esprit et à se mettre en état de porter avec un autre le poids des devoirs et responsabilités de la vie, sans sortir du rôle que la nature lui assigne, il faut à la femme une instruction forte et simple, qui offre au sentiment religieux l’appui d’un sens droit et aux entraînements de l’imagination l’obstacle d’une raison éclairée2.

  • 3 Cité par Françoise Mayeur, « Dupanloup et Victor Duruy, le sens d’une polémique », dans Mgr Dupanl (...)

5Nous avons là une conception courante, pour l’époque, de la femme, de son imagination, et de son rôle social déterminé par sa nature, celui d’épouse et de mère. Cet enseignement en se plaçant après et au-dessus de l’enseignement de la religion ne la nie pas mais veut la corriger en séparant nettement le domaine du sentiment et celui de la raison hérité des Lumières qui corrige l’imagination religieuse. La finalité essentiellement politique est déjà énoncée dans une lettre programme de Duruy à Napoléon III où il conseille « d’organiser l’éducation des filles car une partie de nos embarras actuels proviennent de ce que nous avons laissé cette éducation aux mains de gens qui ne sont ni de leurs temps ni de leurs pays »3.

La réaction de Dupanloup

  • 4 Lettre à Mme de Menthon, 10 octobre 1867, dans Lettres choisies de Mgr Dupanloup, publiées par M. (...)

6Peu avant, Mgr Dupanloup écrit à la comtesse de Menthon que : « de graves raisons me forcent à m’occuper d’une manière très précise et très immédiate d’une réforme dans l’éducation des filles »4.

  • 5 Mgr Dupanloup, M. Duruy et l’éducation des filles, lettre de Mgr d’Orléans à un de ses collègues, (...)
  • 6 Mgr Dupanloup, Seconde lettre de Mgr l’évêque d’Orléans sur M. Duruy et l’éducation des filles, Pa (...)

7Un écrit du 16 novembre 1867, M. Duruy et l’éducation des filles5, est le point de départ d’une campagne contre l’initiative du ministre suivi d’une seconde lettre en décembre6.

8Mgr Dupanloup y conteste le jugement de Duruy sur l’éducation secondaire pour les filles puis s’inquiète de la moralité des cours, notamment à cause des lieux où ils devaient être dispensés. Il reproche surtout de confier des jeunes filles à des professeurs masculins car « l’enseignement secondaire des filles est aux mains des femmes, je demande qu’il ne passe pas aux mains des hommes ». Ensuite, il pose le problème du passage de la femme dans la sphère publique : « Les jeunes filles sont élevées pour la vie privée, dans la vie privée, je demande qu’elles ne soient pas conduites aux cours, aux examens, aux diplômes, aux distributions qui préparent les hommes à la vie publique ». Enfin il dénonce le défaut d’orthodoxie des professeurs :

  • 7 Mgr Dupanloup, M. Duruy et l’éducation des filles, op. cit., successivement p. 15 et p. 27.

M. Duruy est-il bien sûr, au point de vue des doctrines, de ses 3 000 professeurs ? […] oui, je crains pour un pareil enseignement l’habileté, le talent même d’un professeur incroyant ou sceptique, et le vent qui souffle aujourd’hui jusque sur nos grandes écoles n’autorise que trop nos alarmes7.

  • 8 Mgr Dupanloup, La femme chrétienne et française, dernière réponse à M. Duruy et à ses défenseurs, (...)
  • 9 « C’est une conspiration de Libres Penseurs contre la femme chrétienne et française ». Mgr Dupanlo (...)

9Cette argumentation politique est reprise dans un ouvrage assez développé, La femme chrétienne et française8, dans lequel Mgr Dupanloup voit dans la politique ministérielle une conspiration des adversaires de l’Église9, dont témoigne cet écrit, une réponse aux divers journaux menant alors campagne pour la circulaire. Il accuse le ministre d’avoir élargi la Loi d’éducation primaire de mars 1867 à l’enseignement secondaire alors que cela avait été refusé par le Parlement. Pour lui, la circulaire est une révolution :

  • 10 Mgr Dupanloup, La femme chrétienne et française, op. cit., p. 17. Voir aussi une synthèse de Franç (...)

Votre œuvre est inouïe : elle est dans l’énoncé, dans le fond, dans le but, dans les détails, dans toute la nature des choses, et elle sera bien plus encore dans l’exécution, si on ne vous arrête pas ; car, au fond, ce dont il s’agit et ce que vous voulez, c’est par l’enseignement que vous « fondez », révolutionner l’éducation des filles10.

10Pour l’évêque plus que des questions de programme, de méthodes et de lieux, il s’agit d’une question politique d’une « campagne contre la femme chrétienne et française » servie par deux moyens :

  • 11 Mgr Dupanloup, La femme chrétienne et française, op. cit., p. 35.

11Le premier est la mise en place d’un quasi-monopole de l’Université sur tout le système d’enseignement et la perte des acquis sur la liberté d’enseignement de la loi de 1850 : « C’est la contrainte morale que vous établissez sous le nom de liberté, et bientôt le monopole de l’État sous le nom de concurrence »11.

12Le second plus important vise à arracher la femme à l’influence cléricale :

  • 12 Ibid., p. 42.

Les ennemis du christianisme savent quelle est dans la société humaine l’influence de la femme et de la mère chrétienne, et ils sentent que, s’ils ne parviennent pas à s’en emparer ils ne pourront rien contre la religion12.

  • 13 Voir Françoise Mayeur, « Les évêques français et Victor Duruy » dans Revue d’Histoire de l’Église (...)

13La polémique de Mgr Dupanloup, suivie diversement par de nombreux évêques, repose donc non pas sur des aspects pédagogiques moraux mais sur des aspects pleinement politiques bien voulus par le ministre13. Elle semble alors en contradiction avec la pensée de l’évêque manifestée dans d’autres écrits.

Conceptions éducatives de Mgr Dupanloup

  • 14 Mgr Dupanloup, Quelques conseils aux femmes chrétiennes qui vivent dans le monde sur le travail in (...)
  • 15 Mgr Dupanloup, Femmes savantes et femmes studieuses, publié d’abord dans Le Correspondant en avril (...)
  • 16 Mgr Dupanloup, Lettres sur l’éducation des filles et sur les études qui conviennent aux femmes dan (...)

14Deux ouvrages antérieurs à 1867, Quelques conseils aux femmes chrétiennes qui vivent dans le monde sur le travail intellectuel qui leur convient14 puis Femmes savantes et femmes studieuses15, approfondissant le thème du précédent, publiés ensemble sous le titre de La femme studieuse en 1869, donnent une autre vision de l’éducation féminine. La véritable pensée de Mgr Dupanloup se trouve dans un livre posthume, les Lettres sur l’éducation des filles16 qui reprend de larges extraits des précédents et, surtout, donne de nombreux témoignages de lectrices en réaction à la publication des premiers ouvrages.

Les écoles de filles : un constat sévère

15L’évêque déclare que « dans les pensionnats, la grande et forte instruction chrétienne est médiocre » à cause de la brièveté des études et des préoccupations mondaines des parents. Il dénonce aussi le manque de formation des enseignantes : « Chez la plupart des jeunes maîtresses elles-mêmes dans les pensionnats, l’éducation, non disciplinée, n’offre aucun fond de solidité logique et morale, aucune méthode, aucune raison suivie » et il lance cet appel solennel où il reconnaît la situation difficile des établissements religieux :

  • 17 Ibid., notamment p. 219 à 352, et p. 277 : « On retire les filles du couvent à l’âge où elles pour (...)

Qu’on me permette de supplier, de conjurer les ordres voués à l’éducation de la jeunesse d’établir des juvénats bien dirigés, où l’on commence par former et établir fortement ce grand niveau solide d’instruction et surtout d’éducation dans les futures institutrices, car il faut évidemment que les maîtresses soient mises dans la lumière avant leurs élèves17.

16Le constat n’est donc pas loin d’être le même que celui de Duruy dans sa circulaire.

Une formation d’élite domestique

17L’évêque s’adresse particulièrement « aux dames que l’on appelle du grand monde » qu’il appelle à s’astreindre au travail intellectuel en leur proposant un vaste programme de lectures.

  • 18 Bossuet et les Oraisons funèbres, Bourdaloue, Massillon, Pascal et les Pensées, Nicolas et ses Ess (...)
  • 19 Voir par exemple le scandale du cours que Mgr Dupanloup a donné à la Sorbonne durant lequel il att (...)

18Pour la littérature, la liste proposée privilégie le XVIIe siècle et notamment les œuvres des moralistes, sans exclure ni le théâtre ni les chroniques18 ; l’absence des auteurs du XVIIIe siècle et d’auteurs contemporains est manifeste et reflète la pensée de Mgr Dupanloup sur les Lumières, en particulier à propos de Voltaire19. Les langues vivantes sont étudiées en ce qu’il y a de plus « élevé et de meilleur dans les littératures étrangères ». L’éducation est donc essentiellement littéraire et semble assez proche des programmes des écoles de filles proposés par Duruy. La différence est ailleurs.

  • 20 Voir la querelle entre Dupanloup, défenseur des Humanités classiques, et Mgr Gaume et son « vers r (...)

19Latiniste brillant et défenseur des lettres latines dans les collèges de garçons20, Dupanloup recommande cette étude aussi pour les filles, contrairement aux us de l’enseignement féminin et aux programmes de l’enseignement spécial.

  • 21 Mgr Dupanloup, Lettres, op. cit., p. 66-68.

20L’objectif, d’abord religieux, est de permettre aux filles de suivre les offices et lire l’Évangile et l’Imitation. Il est aussi didactique et social : les mères, préceptrices « naturelles » désignées, doivent être capables de superviser l’enseignement de leur progéniture masculine. Pour cela, la maîtrise du latin, objet central des études secondaires classiques, est indispensable. Les études d’histoire sont recommandées brièvement ; à l’instar de Fénelon, Mgr Dupanloup incite à l’étude du droit pour former à la bonne conduite des affaires21.

  • 22 Ibid., p. 225.

21Il conseille d’« épurer l’art » à « l’école des grands maîtres », et d’éviter l’art païen et sensualiste pour les arts d’agrément : « On n’enseigne pour ainsi dire que l’écorce de l’art ; on ne va pas jusqu’au fond »22, déclare t-il, ce qui aboutit à des « talents sans âmes ».

  • 23 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., successivement p. 79 et p. 81.

22Dans le domaine des sciences avec l’histoire naturelle vue par Mgr Dupanloup comme œuvre de création divine, il insiste sur « l’agriculture pratique » comme une école du jugement qui demande l’acquisition des qualités d’observation. Cet enseignement agricole lui semble utile car les « femmes peuvent beaucoup pour retenir leur famille à la campagne » et éviter ainsi les dangers de la corruption urbaine. On y acquiert des notions d’économie sociale qui « expliquent comment la richesse se forme par le travail et les vertus domestiques »23 et comment « le meilleur capital de l’homme est le capital moral » pour lutter contre les idéaux socialistes.

  • 24 Ibid., successivement p. 56 et p. 60.

23Mgr Dupanloup est très novateur au sujet de l’étude de la philosophie qui « n’est pas interdite aux filles ». Mais il ne s’agit « pas de subtilités métaphysiques ou des inutilités de la sciences ». Les ouvrages sont ceux de Fénelon, Bossuet, Pascal et, surtout, du Père Graty oratorien et ami de l’évêque. L’objectif est de lutter contre « une métaphysique détestable, matérialiste et athée »24.

  • 25 Mgr Dupanloup, Lettres, op. cit., p. 242.

24Mgr d’Orléans regrette les préjugés sur les philosophes qu’il attribue à l’image négative de Voltaire et Rousseau25 ; et de proposer alors aux jeunes filles

  • 26 Ibid.

[…] un choix convenable et mis à leur portée des plus beaux passages des écrits philosophiques de cette antiquité dont on dit qu’elle est une préface de l’évangile, et surtout de notre grand XVIIe siècle qui a consacré et porté si haut le nom immortel de la philosophie chrétienne26.

  • 27 Voir Jean Godel, « De quelques femmes de lettres et de leur influence sur la pensée de Mgr Dupanlo (...)
  • 28 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., p. 82.

25Il réaffirme clairement l’esprit apologétique de l’enseignement et défend la religion contre ses détracteurs27. Il n’en critique pas moins la faiblesse de l’éducation religieuse : « On sait mal son catéchisme et son évangile »28. Il propose un enseignement

  • 29 Mgr Dupanloup, Lettres, op. cit., p. 219.

[…] historique, dogmatique et moral qui s’élèverait par degrés et aurait pour but, en donnant la pleine connaissance des vérités de la foi et toute l’instruction nécessaire, de fortifier les intelligences et de leur inspirer l’habitude de la réflexion et du raisonnement29.

26N’est-ce pas ici une réponse aux allusions de Duruy, qui dans sa circulaire, dissocie l’usage de la raison et de la religion ?

27Le choix des disciplines enseignées est donc très traditionnel avec une référence constante à des visées apologètes même si l’évêque se montre novateur jusque dans les méthodes d’éducation.

Quelles méthodes pour cette éducation ?

  • 30 Ibid., p. 30-31.
  • 31 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., p. 93.

28La jeune femme doit organiser au mieux sa journée afin de se « ménager du temps pour la culture de son esprit ». L’évêque souligne les divers moments de la vie d’une femme propices à l’éducation intellectuelle : le début du mariage, la période où l’enfant étudie au collège30. Ensuite, il organise la journée avec les heures du matin consacrées aux occupations sérieuses et au travail studieux, et celles de l’après midi à la simple lecture et aux arts31.

29Cela demande l’établissement d’un règlement qui planifie les heures de travail et il programme un plan de lectures établi pour trois ou quatre mois selon les lieux de villégiature (ville ou campagne).

30La lecture est « l’occupation intellectuelle la plus simple et la plus facile » mais dans certaines conditions :

  • 32 Ibid., p. 98.

La plume à la main, avec attention et réflexion, appréciant ce qu’on lit, et fixant son appréciation par des notes, s’assujettissant au besoin à copier quelques-uns de passages les plus remarquables, ou indiquant dans un résumé rapide les idées qui auront le plus frappées32.

  • 33 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., successivement p. 99 et p. 105.

31Bien plus, Mgr Dupanloup encourage l’écriture en faisant un « examen critique et détaillé » pour « juger ce que l’on lit, comparer un auteur à un autre ». Ce travail n’est pas le journal, « écriture sans but et sans fin », où il voit « trop d’épanchement sans mesure », sauf pour les journaux de voyages dont on recommande la pratique. Les traductions de bons ouvrages et la correspondance avec la famille sont également louées. Il s’interroge : « Se peut-il qu’une femme compose des ouvrages » ? Rien dans la nature n’empêche « qu’une femme puisse écrire souvent avec plus de bon sens que tels ou tels écrivains »33, conclut-il.

  • 34 Netty du Boys, sous le pseudonyme de Paule d’Herpieux, publia dans les Annales religieuses et litt (...)
  • 35 Ibid., p. 104 et sur les opinions de Joseph de Maistre voir Femmes savantes au chap. I : « Que les (...)

32Elle peut même publier si les convenances de son intérieur, de son mari et de ses enfants ne s’y opposent pas et l’évêque encourage ses dirigées à le faire34. Ceci est une réponse aux préjugés du temps, notamment ceux de M. de Maistre35.

33Au travers de la méthode, des possibilités offertes aux femmes d’écrire, des sujets abordés, l’évêque formule une conception féminine redevable à des modèles de femmes réelles.

Quels modèles proposés ?

  • 36 Voir Mgr Dupanloup, Femmes savantes et femmes studieuses, chap. II.

34Il s’agit de saintes comme Lioba, Perpétue, Radegonde, Hildegarde ; des reines comme Marie Stuart ; des écrivains comme Mmes de Sévigné ou de La Fayette, de Lézardière ou de Staël36.

  • 37 Mgr Dupanloup, Lettres, op. cit., p. 2.
  • 38 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., p. 5 à 68 et p. 58, qui recommande « l’existence de D (...)
  • 39 Mgr Dupanloup, Lettres, op. cit., p. 404 et p. 429.

35En matière de pensée éducative, deux grandes figures apparaissent comme références en matière d’éducation féminine : Fénelon et Mme de Maintenon. Fénelon dont le traité sur L’éducation des filles reste le modèle « qu’on pourra compléter mais qu’on ne dépassera jamais »37. Et de le citer souvent comme réflexion fondatrice sur la nature féminine, sur l’éducation des filles, au sujet de l’étude de la théodicée38, de l’occupation des jeunes filles, de la piété39. Il est l’appui théorique et la caution de l’évêque.

  • 40 Ibid., p. 2, p. 50, p. 159 à 442.

36L’œuvre de Mme de Maintenon est aussi souvent évoquée comme modèle d’étude et d’éducation40. Sont surtout admirés dans ses priorités pédagogiques et ses pratiques : l’allègement des programmes, l’exercice de la raison et du jugement, la durée de l’éducation, et le traitement de la discipline, les soins physiques et de tenue, les travaux d’aiguille et de ménage, la piété. Mais aussi la nécessité d’être enseignante par vocation, et l’établissement d’une juste distance éducative avec les jeunes filles qui prennent en compte leur désir. Mgr Dupanloup lui doit ses idées sur l’organisation pratique de l’éducation.

  • 41 Mgr Dupanloup, Femmes savantes et femmes studieuses, op. cit., p. 266 ; voir aussi Quelques consei (...)

37Parmi ses contemporains, une autre personnalité a fortement inspiré l’évêque d’Orléans, Mme Swetchine. Cette Russe née à Moscou, convertie en 1815 au catholicisme, arrive à Paris l’année suivante et reçoit dans son hôtel particulier de la rue Saint-Dominique de nombreuses personnalités : Montalembert, Lacordaire, Falloux, et bien sûr, Dupanloup. Elle meurt en 1857. L’évêque la considère comme un modèle contemporain de femme écrivain41 et recommande la lecture de ses ouvrages à ses dirigées.

38Un des traits communs à ces modèles catholiques, outre le milieu auquel ils appartiennent, est une certaine marginalité. Fénelon est attaqué pour quiétisme, Mme de Maintenon a évolué dans ses conceptions éducatives premières à Saint-Cyr, Mme Swetchine a une double culture orthodoxe et catholique. Les reines et saintes présentées sont des exceptions, converties, résistantes aux mœurs des époques où elles vécurent. Cela est emblématique de la position même de Dupanloup qui se trouve par certains aspects assez novateur, par exemple par l’étude de la philosophie, par l’encouragement à écrire, par une réorientation de la piété vers un usage raisonné tout en conservant des cadres traditionnels.

Les objectifs de l’éducation

  • 42 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., p. 7-23. Voir les références à la création de la femm (...)

39La femme a des devoirs en fonction de son rôle d’épouse, de mère, et de chrétienne42.

  • 43 Mgr Dupanloup, Femmes savantes, op. cit., p. 208-209.

40Épouse, elle doit gagner l’estime de son mari dont elle est la « socia » et « l’adjutorium ». L’éducation d’une femme permet l’union des ménages en favorisant l’union des esprits. Ce thème est commun à Duruy, mais Mgr Dupanloup voit dans l’éducation un complément indispensable et nécessaire pour créer une « communauté de vie intellectuelle avec l’homme »43 et même suppléer à la carence masculine.

  • 44 Ibid., p. 200.
  • 45 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., p. 14 et 15.
  • 46 Ibid., p. 247. Voir les conférences 8 à 10 dans Conférences aux femmes chrétiennes, 1re éd., Paris (...)

41Mère, elle doit être capable d’instruire elle-même et de suivre les études44, elle est le premier maître des fils et l’exemple pour les filles45 : « J’exhorte fortement les mères selon la nature à se mettre en état, par tous les moyens que je leur indiquerai, d’élever elles-mêmes leurs filles, ou du moins de présider à leur éducation »46.

42Chrétienne, la femme joue aussi un rôle social car, instruite et éduquée, elle élève le niveau intellectuel et moral d’une société, notamment par les conversations de salon et la stimulation qu’elles entraînent. Il s’agit de moraliser la société et la famille car

  • 47 Mgr Dupanloup, Femmes savantes, op. cit., p. 210-220 « les conversations solides stimulent l’ardeu (...)

[…] dans la famille dont elles [les femmes] créent en quelque sorte l’atmosphère morale, où tout peut s’élever et s’abaisser par leur influence, sentiments, idées, occupations ; dans la société, où l’emploi bien dirigé de leur instruction et de leur talent subsisterait quelque chose de solide à la frivolité et au creux des réunions de notre temps47.

  • 48 Pour la thèse de Joseph de Maistre, voir le chap. I de Femmes savantes.
  • 49 « Un grand nombre de conseils que j’ai donné aux uns peuvent aussi s’adresser aux autres », Quelqu (...)

43Voilà donc une réponse aux objections de M. de Maistre pour qui la femme qui étudie n’est que le singe de l’homme48. Ceci montre également que pour Mgr Dupanloup il n’y a pas de différence de nature entre les sexes, les mêmes conseils valent pour les hommes et pour les femmes49, il n’y a pas spécificité de nature mais de fonction.

  • 50 Mgr Dupanloup, Femmes savantes, op. cit., p. 172-188.

44Et l’évêque combat ces préjugés qui font que les femmes subissent « cette horrible compression intellectuelle » effectuée par les hommes et la société. Ce combat dépasse les femmes seules car, au travers de leur éducation, l’évêque lutte contre la frivolité de toute la société. Dans Femmes savantes, il consacre un chapitre aux suites funestes de la frivolité50. Il veut éduquer les femmes pour suppléer les maris défaillants surtout dans les milieux d’influences et de pouvoirs, d’où le choix d’une éducation pour les élites. En effet,

  • 51 Mgr Dupanloup, Femmes savantes, op. cit., p. 22.

Une femme supérieure oblige son mari à compter avec elle. Il est forcé se subir le contrôle d’un esprit intelligent, et il ne se sent pas libre de se livrer à tous les caprices. Et voilà pourquoi il fallait à ces maris vicieux des femmes stupides51.

45Finalement l’évêque cherche à corriger une société qui enferme la gent féminine dans un rôle subalterne et inférieur, et se raille des femmes instruites en les traitant de femmes savantes avec mépris.

  • 52 Ibid., successivement p. 11, 244 et 357.

46Plus profondément, sur un plan théologique, ne pas éduquer les femmes c’est contrer le plan divin, c’est refuser l’œuvre de Dieu en les empêchant « de ne pas atteindre leur développement, de ne pas être enfin telles que Dieu les avait faites » car « l’organisation naturelle de la femme est le bijou, la perle fine, le trésor d’un Dieu créateur ». Éduquer les filles devient alors participer à l’œuvre créatrice et équivaut ainsi à empêcher le gâchis intellectuel et moral52.

  • 53 Voir par exemple De la Haute éducation intellectuelle, Paris, Douniol, 1866, t. III, p. 530 : « L’ (...)

47Nous ne pouvons être étonné par cet objectif de la part d’un ecclésiastique, surtout si nous lisons les autres ouvrages de Dupanloup, notamment son traité de l’Éducation, où il indique clairement la visée théologique de l’acte éducatif53.

48La pensée éducative de Mgr Dupanloup sur l’éducation des filles, en dehors des polémiques, se révèle avant tout une pensée de formation chrétienne ; mais d’une chrétienne active dans la société de son temps, par son exemple et sa culture, et d’une femme engagée pour faire évoluer les mentalités hostiles au christianisme en évangélisant le milieu dans lequel elle évolue. Il rejoint là les intuitions de Duruy à Ferry sur le rôle de la femme dans la société.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages de Mgr Dupanloup

De la Haute éducation intellectuelle, Paris, Douniol, 3 vol. , 2e éd., 1866.

Quelques conseils aux femmes chrétiennes qui vivent dans le monde sur le travail intellectuel qui leur convient, Paris, Douniol, 1866.

M. Duruy et l’éducation des filles, lettre de M gr d’Orléans à un de ses collègues, Paris, Douniol, 1867.

Seconde lettre de M gr l’évêque d’Orléans sur M. Duruy et l’éducation des filles, Paris, Douniol, (décembre) 1867.

La femme chrétienne et française, dernière réponse à M. Duruy et à ses défenseurs, Paris, Douniol, (janvier) 1868.

La femme studieuse, Paris, Gervais, 1869.

Lettres sur l’éducation des filles et sur les études qui conviennent aux femmes dans le monde, Paris, Gervais, 1879.

Lettres choisies de M gr Dupanloup publiées par M. l’abbé Lagrange, 2 tomes, Paris, Gervais, 1888.

Conférences aux femmes chrétiennes, 7e éd., Paris, Tequi, 1re éd. 1880.

Ouvrages sur Mgr Dupanloup

Faguet Émile, Mgr Dupanloup, un grand évêque, Paris, Hachette, 1914.

Godel Jean, « De quelques femmes de lettres et de leur influence sur la pensée de Mgr Dupanloup au sujet de l’éducation intellectuelle des femmes » dans Françoise Mayeur et Jacques Gadille (dir.) Éducation et images de la femme chrétienne en France au début du XXe siècle, Lyon, Éd. L’Hermès, 1980.

Lagrange François, Vie de Monseigneur Dupanloup, Paris, Poussielgue Frères, 1884, 3 vol.

Mayeur Françoise, « Les évêques français et Victor Duruy » dans Revue d’histoire de l’Église de France, 1971, no 159, t. LVII ; « Dupanloup et Victor Duruy, le sens d’une polémique », dans « Mgr Dupanloup et les problèmes politiques de son temps », Actes du colloque des 17-18 novembre 1978, dans Bulletin de la société d’archéologique et historique de l’Orléanais, 1980, p. 49-61.

Notes

1 Circulaire du 30 octobre 1867 reproduite dans Dupanloup, 1868, p. 148-154.

2 Ibid.

3 Cité par Françoise Mayeur, « Dupanloup et Victor Duruy, le sens d’une polémique », dans Mgr Dupanloup et les problèmes politiques de son temps, actes du colloque des 17-18 novembre 1978, dans Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, 1980, p. 63.

4 Lettre à Mme de Menthon, 10 octobre 1867, dans Lettres choisies de Mgr Dupanloup, publiées par M. L’abbé Lagrange, Paris, Gervais, 1888, t. II, p. 206.

5 Mgr Dupanloup, M. Duruy et l’éducation des filles, lettre de Mgr d’Orléans à un de ses collègues, Paris, Douniol, 1867.

6 Mgr Dupanloup, Seconde lettre de Mgr l’évêque d’Orléans sur M. Duruy et l’éducation des filles, Paris, Douniol, (décembre) 1867.

7 Mgr Dupanloup, M. Duruy et l’éducation des filles, op. cit., successivement p. 15 et p. 27.

8 Mgr Dupanloup, La femme chrétienne et française, dernière réponse à M. Duruy et à ses défenseurs, Paris, Douniol, (janvier) 1868.

9 « C’est une conspiration de Libres Penseurs contre la femme chrétienne et française ». Mgr Dupanloup, La femme chrétienne et française, op. cit., p. 47.

10 Mgr Dupanloup, La femme chrétienne et française, op. cit., p. 17. Voir aussi une synthèse de François Lagrange, Vie de Monseigneur Dupanloup, Paris, Poussielgue Frères, 1884, t. III, chap. 5.

11 Mgr Dupanloup, La femme chrétienne et française, op. cit., p. 35.

12 Ibid., p. 42.

13 Voir Françoise Mayeur, « Les évêques français et Victor Duruy » dans Revue d’Histoire de l’Église de France, 1971, no 159, t. LVII, et aussi Dupanloup, Lettres choisies, op. cit., p. 210, « Une lettre adressée à un évêque sur l’aspect politique de la question ».

14 Mgr Dupanloup, Quelques conseils aux femmes chrétiennes qui vivent dans le monde sur le travail intellectuel qui leur convient, Paris, Douniol, 1866. Cet ouvrage est un appendice important au traité De la Haute éducation intellectuelle.

15 Mgr Dupanloup, Femmes savantes et femmes studieuses, publié d’abord dans Le Correspondant en avril 1867 puis réuni avec les Quelques conseils dans La femme studieuse, Paris, 1869 ; cité ici Femmes savantes.

16 Mgr Dupanloup, Lettres sur l’éducation des filles et sur les études qui conviennent aux femmes dans le monde, Paris 1879, Publication de l’abbé Lagrange, posthume à Mgr Dupanloup (ici cité Lettres).

17 Ibid., notamment p. 219 à 352, et p. 277 : « On retire les filles du couvent à l’âge où elles pourraient le mieux en profiter, ou bien elles y sont condamnées aux travaux forcés de la musique ; ou bien enfin elles sont promises en mariage, et elles le savent. Bref, la jeune fille qui suit posément, raisonnablement ses classes supérieures est par là ce fait un phœnix de l’éducation ».

18 Bossuet et les Oraisons funèbres, Bourdaloue, Massillon, Pascal et les Pensées, Nicolas et ses Essais de morale, Fénelon et L’éducation des filles, Racine avec Athalie ou Esther, Mme de Maintenon, La Bruyère et Mme de Motteville, Corneille avec Polyeucte, Mme de Sévigné.

19 Voir par exemple le scandale du cours que Mgr Dupanloup a donné à la Sorbonne durant lequel il attaqua Voltaire en 1841, dans Émile Faguet, Mgr Dupanloup, un grand évêque, Hachette, 1914, p. 28-30.

20 Voir la querelle entre Dupanloup, défenseur des Humanités classiques, et Mgr Gaume et son « vers rongeur ou le paganisme dans l’éducation », dans les années 1851 ; à ce propos, voir Daniel Moulinet, Les classiques païens dans les collèges catholiques ? Le combat de Mgr Gaume, Cerf, 1995, en particulier p. 113-190.

21 Mgr Dupanloup, Lettres, op. cit., p. 66-68.

22 Ibid., p. 225.

23 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., successivement p. 79 et p. 81.

24 Ibid., successivement p. 56 et p. 60.

25 Mgr Dupanloup, Lettres, op. cit., p. 242.

26 Ibid.

27 Voir Jean Godel, « De quelques femmes de lettres et de leur influence sur la pensée de Mgr Dupanloup au sujet de l’éducation intellectuelle des femmes », dans Françoise Mayeur et Jacques Gadille (dir.), Éducation et images de la femme chrétienne en France au début du XXe siècle, Lyon, Éd. L’Hermès, 1980, p. 57-58.

28 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., p. 82.

29 Mgr Dupanloup, Lettres, op. cit., p. 219.

30 Ibid., p. 30-31.

31 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., p. 93.

32 Ibid., p. 98.

33 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., successivement p. 99 et p. 105.

34 Netty du Boys, sous le pseudonyme de Paule d’Herpieux, publia dans les Annales religieuses et littéraires du diocèse d’Orléans une vie de sainte Bathilde (en 1864 en plusieurs livraisons) et Mme la comtesse Alexandre de Menthon publia Les deux filles de sainte Chantal, Marie Aymée et Françoise ; là encore sans nom d’auteur mais avec une lettre à l’éditeur. Sur ces écrits voir Jean Godel, Éducation et image de la femme chrétienne, p. 52-53.

35 Ibid., p. 104 et sur les opinions de Joseph de Maistre voir Femmes savantes au chap. I : « Que les femmes ne doivent pas s’adonner à des connaissances qui contrarient leurs devoirs… que dès qu’elle veut émuler l’homme, elle n’est qu’un singe », p. 123.

36 Voir Mgr Dupanloup, Femmes savantes et femmes studieuses, chap. II.

37 Mgr Dupanloup, Lettres, op. cit., p. 2.

38 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., p. 5 à 68 et p. 58, qui recommande « l’existence de Dieu et les lettres sur la religion. Et le christianisme présenté aux hommes du monde ».

39 Mgr Dupanloup, Lettres, op. cit., p. 404 et p. 429.

40 Ibid., p. 2, p. 50, p. 159 à 442.

41 Mgr Dupanloup, Femmes savantes et femmes studieuses, op. cit., p. 266 ; voir aussi Quelques conseils, op. cit., p. 9.

42 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., p. 7-23. Voir les références à la création de la femme dans la Genèse (chap. 2, verset 21) où la femme est l’aide de l’homme « Adam vero non inveniebatur adjutor similis eius », d’après le texte de la Vulgate, la femme est l’aide de l’homme autant que son vis-à-vis ; de leur union naît la société.

43 Mgr Dupanloup, Femmes savantes, op. cit., p. 208-209.

44 Ibid., p. 200.

45 Mgr Dupanloup, Quelques conseils…, op. cit., p. 14 et 15.

46 Ibid., p. 247. Voir les conférences 8 à 10 dans Conférences aux femmes chrétiennes, 1re éd., Paris, Jules Gervais, 1881.

47 Mgr Dupanloup, Femmes savantes, op. cit., p. 210-220 « les conversations solides stimulent l’ardeur pour l’étude en ouvrant de nouveaux horizons à l’esprit ».

48 Pour la thèse de Joseph de Maistre, voir le chap. I de Femmes savantes.

49 « Un grand nombre de conseils que j’ai donné aux uns peuvent aussi s’adresser aux autres », Quelques conseils, p. 2.

50 Mgr Dupanloup, Femmes savantes, op. cit., p. 172-188.

51 Mgr Dupanloup, Femmes savantes, op. cit., p. 22.

52 Ibid., successivement p. 11, 244 et 357.

53 Voir par exemple De la Haute éducation intellectuelle, Paris, Douniol, 1866, t. III, p. 530 : « L’œuvre de l’éducation n’est rien moins que la noble et grande tâche de faire resplendir dans l’homme l’image de Dieu ».

Auteur

Conseiller principal d’éducation, formateur à l’IUFM de Rouen. Il s’intéresse aux relations entre religion et éducation au XIXe siècle, d’abord dans les petits séminaires, et aussi au rôle des femmes dans la vie religieuse et la famille à travers l’exemple de Thérèse de Lisieux (DEA en sciences des religions, Paris IV). Il travaille actuellement sur Monseigneur Dupanloup et ses approches de l’éducation.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540