Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Religion, éducation et novations

Saint-Cyr, un modèle éducatif ?

Dominique Picco

Résumé

Entre 1686 et 1793, plus de 3 000 fillettes (entre 7 et 20 ans) fréquentèrent Saint-Cyr, maison d’éducation réservée à la noblesse désargentée. Les enseignements étaient assurés par les Dames de Saint-Louis, des religieuses rattachées à l’ordre de Saint Augustin, presque toutes anciennes élèves de la maison. Pour déterminer comment Saint-Cyr a pu fonctionner comme un modèle imité ou rejeté, il est nécessaire de réexaminer les composantes de cette éducation – organisation et fonctionnement interne, contenus et méthodes pédagogiques – tout en les replaçant dans le contexte du temps. En l’absence de plan d’étude, il faut travailler à partir des écrits de Mme de Maintenon, en sachant que ceux-ci ne donnent qu’une vision théorique de ce que devait être, pour la fondatrice, cette éducation. Pour déterminer ce que fut la réalité des enseignements délivrés et des méthodes employées par les Dames de Saint-Louis les inventaires des différentes bibliothèques, les cahiers de géographie sont d’un grand secours. Enfin, envisager cette éducation comme un modèle nécessite d’en dégager les influences au XVIIIe siècle, en France et à l’étranger, mais aussi au siècle suivant, à travers l’étude de quelques exemples.

Between 1686 and 1793, more than 3000 young ladies (between 7 and 20 years old) went to Saint-Cyr, an education house reserved to poor gentry families. The education was delivered by “Dames de Saint Louis” who where connected to Saint Augustin order and who used to be pupils at Saint-Cyr. To determine how Saint-Cyr used to work as a model for x women education, whether approved of or rejected it is necessary to look one more time inside the organisation of this form of education, to focus on its internal structures and its pedagogical contents. Without an official “plan” of education, we have to work with Madame de Maintenon writings; but these letters and instructions give only a theorical vision of education. That’s why to determine what the concrete reality of Saint-Cyr used to be, the use of libraries’ inventories and “cahiers de géographie” (geography note books) is necessary. Eventually, in order to consider Saint-Cyr education as a model, one needs to highlight, through some examples, its broad influence in France and in other European countries during the whole 18th century.

Texte intégral

  • 1 Archives départementales des Yvelines (ci-après abrégé ADY), D 111, D 115 à 1413 Q 80.
  • 2 ADY, D sup. 1 à 261.

1Par modèle, on entend communément un objet de référence à imiter, par exemple, un modèle d’écriture, de broderie. La Maison royale de Saint-Louis, établissement éducatif réservé aux filles de la vieille noblesse désargentée, ouvre ses portes en 1686, à Saint-Cyr, non loin de Versailles. Fondée par Louis XIV sur les conseils de Mme de Maintenon, elle est fermée par la Convention en 1793. Le souverain souhaite récompenser et fidéliser une noblesse « moyenne » aux fortes attaches provinciales, fournir des épouses pieuses et bien élevées aux gentilshommes, mais aussi faire passer à travers ces femmes des messages religieux, moraux et politiques à l’ensemble du corps social. Parmi les nombreux poncifs sur cette institution circule, dès le XVIIIe siècle, celui de « modèle d’éducation féminine ». Cherchant à démêler réalités et représentations, l’historien doit déterminer comment Saint-Cyr a pu fonctionner comme modèle, tout en replaçant cette éducation dans l’offre faite aux fillettes des XVIIe et XVIIIe siècles. En l’absence de plan d’étude, l’analyse s’appuie sur les écrits de Mme de Maintenon – vision théorique et figée de l’éducation proposée – mais également sur les inventaires des différentes bibliothèques1 et les cahiers de géographie2 qui permettent d’entrevoir la réalité des contenus et des méthodes.

2Aux XVIIIe et XIXe siècles, l’influence de cette maison, en France et à l’étranger, est indéniable, mais fonctionne-t-elle uniquement comme un modèle reproduit fidèlement ? Ne s’agit-t-il pas parfois de simples coïncidences liées au contexte ? Enfin, Saint-Cyr ne sert-il pas aussi de repoussoir ? Quelques exemples en France et à l’étranger amènent à réfléchir sur les différentes manières de copier un modèle éducatif, tout en permettant d’analyser l’espace entre discours et réalités des pratiques.

Dessiner le modèle

Un modèle social : des filles de la noblesse désargentée

  • 3 Sur l’ensemble de la période, l’âge moyen à l’entrée est de dix ans. Voir Dominique Picco, Les Dem (...)
  • 4 Soit uniquement du côté paternel ce qui permet l’entrée de petites-filles de robins ou de roturier (...)
  • 5 Ce critère ne devient obligatoire qu’après 1763. Auparavant, il est recommandé d’en faire état. Su (...)
  • 6 Ces frais ont été estimés par Daniel Roche à 700 livres par an au début du XVIIIe siècle. Voir « É (...)
  • 7 Livre des Demoiselles qui demandent pour entrer à la Maison Royale de Saint-Louis à Saint-Cyr, 171 (...)

3Deux cent cinquante petites filles admises à Saint-Cyr entre sept et douze ans3 ne ressortent, sauf cas exceptionnel, qu’âgées de vingt ans, sans jamais retourner dans leur foyer : la coupure par rapport au monde extérieur est totale. Des enfants en bonne santé et ayant une jolie mine sont sélectionnées en fonction de leur âge, la préférence étant toujours donnée aux plus jeunes, plus malléables sans doute. Les familles doivent répondre à un « profil » défini par les règlements et rappelé dans des brochures diffusées à tout le pays : appartenance à une noblesse ancienne et prouvée sur quatre degrés4, pauvreté attestée par l’évêque du diocèse et service armé du père5. La faiblesse des revenus justifie la prise en charge par l’État des frais de scolarité6 et d’une dot de 3 000 livres. Les demandes d’entrée ont sans doute été très nombreuses : les seules sources disponibles, pour le début du XVIIIe siècle, indiquent qu’en cette période de guerre de Succession d’Espagne, seule une demande sur quatre était satisfaite, de préférence des orphelines, filles de militaires, issues d’une grande fratrie7. La comparaison entre les critères définis par le pouvoir royal et le recrutement interroge sur le niveau de fortune des demoiselles. Certaines appartiennent à des lignages qu’il paraît difficile de considérer comme démunis : s’agit-il alors d’une pauvreté affectée pour la circonstance, d’une représentation liée à la difficulté de tenir leur rang ou encore de passe-droit ?

Un modèle pédagogique

  • 8 Mme de Maintenon, L’esprit de l’institut des filles de Saint-Louis, Paris, Renouard, 1808, p. 63.
  • 9 Les rouges (7 à 10 ans), les vertes (11 à 14 ans), les jaunes (15 à 16 ans) et les bleues (jusqu’à (...)
  • 10 Mme de Maintenon, Entretien sur l’éducation des filles, Paris, Charpentier, 1854, p. 269.
  • 11 Mémoires de Manseau, intendant de la Maison royale de Saint-Cyr, Versailles, L. Bernard, 1902, p.  (...)
  • 12 Travail de groupe.
  • 13 Manseau, Mémoires, op. cit., p. 281.
  • 14 Mme de Maintenon, Entretien sur l’éducation … (1710), op. cit., p. 296.

4Les dames de Saint-Louis, maîtresses des demoiselles, très vite d’anciennes élèves de la maison – condition garantissant la pérennité des principes éducatifs –, « ne sont pas seulement engagées à instruire les demoiselles, mais à les élever, ce qui comprend tous les soins des mères envers leurs enfants »8 ; ces religieuses, rattachées à l’ordre de Saint-Augustin, doivent entourer leurs pensionnaires d’affection, mais sans aucune préférence. Les méthodes en usage mêlent tradition et modernité. La répartition des élèves en quatre classes9 et en bandes d’environ dix enfants résulte de la prise en compte des différences d’âges – « la manière d’instruire les rouges est différente de celle qui convient aux bleues »10 – mais aussi des capacités individuelles. Les demoiselles, placées sous la surveillance constante d’une maîtresse, sont en permanence occupées. Selon Manseau, premier intendant de Saint-Cyr, après la messe, la journée commence par « une leçon générale de lecture » puis « on les fait écrire et jeter » ; l’après-midi, après la récréation, « elles travaillent en broderie, tapisserie ou linge », puis « on leur montre l’orthographe » ; après la collation, elles reçoivent de nouvelles « leçons d’écriture, de lecture, et de jet »11. Seuls les « jours de récréation », dimanches et fêtes liturgiques, vêtures, entrevues avec les parents – au parloir, quatre fois par an – viennent briser le rythme ordinaire. Au fil des jours, les activités varient souvent et les enseignantes utilisent des méthodes diversifiées : du cours ex cathedra aux jeux, en passant par le recours à l’image et au travail par table12. Les apprentissages sont progressifs – « il faut leur dire peu de choses à la fois, afin qu’elles retiennent plus facilement »13 –, les dames encouragent l’émulation en usant de récompenses : bons points, rubans, fruits, pâtisseries ou « gants blancs »14, mais aussi de punitions. Celles-ci, rarement corporelles sauf exception, sont légères, l’objectif n’étant ni de faire souffrir, ni d’humilier mais de former.

Un modèle en termes de contenus ?

  • 15 Constitutions de 1686 dans Règle, Esprit de l’institut, Constitutions et règlements de la Maison d (...)

5« […] Ce qu’il faut apprendre aux demoiselles. Premièrement à connaître Dieu et la religion, à l’aimer par-dessus toutes choses »15. Comme dans toutes les maisons d’éducation pour filles, l’objectif prioritaire – issu de la place qu’accorde la réforme catholique aux femmes dans l’enracinement de la foi au sein des familles – est de faire de bonnes chrétiennes. Futures mères et éducatrices, elles reçoivent une solide formation religieuse et morale, afin de pouvoir la transmettre aux générations suivantes.

  • 16 Il s’agit uniquement, dans l’optique de Fénelon, de pouvoir comprendre la liturgie. Fénelon, Trait (...)
  • 17 Voir, par exemple, Mme de Maintenon, Entretien sur … (1716), op. cit., p. 342.
  • 18 Voir Anne Pièjus, « La musique des demoiselles », Les Demoiselles de Saint-Cyr, Maison royale d’éd (...)
  • 19 Voir Dominique Picco, « L’histoire pour les demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793) » dans Les femmes (...)
  • 20 Certaines cartes grand format du fond des Cahiers de Géographie sont montées sur des supports en b (...)
  • 21 Lettre à Mme de Berval, 1699. Citée dans Jacques Prévot, La première institutrice de France. Mme d (...)
  • 22 Ibid.

6Elles apprennent à lire – en français, puis en latin16 –, à écrire et à compter. La fondatrice souligne dans ses écrits la place essentielle qu’occupe, dans cette éducation de qualité, la maîtrise de la langue française, en donnant la priorité à l’oralité17 ; elles doivent savoir bien prononcer, d’où la place, parmi les exercices, du théâtre. Toutes étudient la musique, le chant dès la première classe, un instrument pour les plus douées, mais pas avant quinze ans18. L’histoire est enseignée à partir de la classe verte : histoire sainte pour une meilleure compréhension et assimilation des dogmes, puis histoire antique et surtout histoire moderne et nationale exaltant la monarchie absolue et Louis XIV19. La géographie permet de situer dans l’espace les événements passés20, apporte un savoir actualisé sur les différentes parties du monde et sur les provinces de France, dans l’optique des mémoires rédigés par les intendants pour l’instruction du duc de Bourgogne à la fin XVIIe siècle. L’emploi du temps n’omet pas le « travail », broderie ou tapisserie. Mme de Maintenon exalte d’ailleurs le travail, moyen traditionnel de lutte contre l’oisiveté et remède éventuel aux difficultés de ces familles21. Les éducatrices donnent à leurs élèves des règles d’hygiène, surveillent alimentation et développement corporel. Leur avenir dépend, en effet, en grande partie de leur corps qui, s’il n’est beau, doit au moins être présentable : « songez au tort que vous faites à une fille qui devient bossue par votre faute, et par-là hors d’état de trouver ni mari, ni couvent, ni dame qui veuillent s’en charger »22.

  • 23 L’étude des bibliothèques et des cartes de géographie révèle que, tout au long de la période, les (...)

7Rien de totalement neuf dans cette éducation : la plupart des contenus et des pratiques participent des conceptions de l’époque sur l’éducation des filles bien nées. Quelques originalités existent cependant : des méthodes individualisées, un souci d’adaptation à la noblesse en donnant à ces femmes les outils qui leur permettront de participer aux formes de sociabilité propres à leur milieu, la dimension politique de certains contenus, en lien avec les objectifs du fondateur. La spécificité de Saint-Cyr découle finalement de la volonté d’exhaustivité d’une éducation sexuellement et socialement différenciée, sans oublier le caractère évolutif des savoirs transmis23.

Copier le modèle

La Sainte et Noble Famille de Lille

  • 24 Voir Roger Baury, « Les Demoiselles de la Sainte et Noble Famille de Lille, 1686-1793 », dans Mona (...)

8En 1686, année de l’inauguration de Saint-Cyr, ouvre, à Lille, la Sainte et Noble Famille, institution charitable destinée à l’éducation de pauvres filles nobles. En 1793, elle ferme ses portes. Ces coïncidences en termes de chronologie, de clientèle et d’objectifs, ne peuvent qu’attirer l’attention24.

  • 25 233 élèves contre 3 154 à Saint-Cyr.
  • 26 Hypothèse formulée par Roger Baury, op. cit., p. 468.
  • 27 Ibid.

9L’initiative de la création de cette modeste maison25 revient à quelques pieuses roturières. Forte de l’accord du magistrat de Lille et de l’évêque de Tournai, elle reçoit le soutien de Louis XIV sous forme de lettres patentes qui limitent les dotations à venir, peut-être pour éviter de concurrencer Saint-Cyr26. Les élèves, natives de Lille et de ses environs, sont choisies en priorité dans la parentèle des fondatrices puis parmi des pauvres, orphelines et campagnardes sans instruction. La Sainte Famille recrute différemment de Saint-Cyr, les deux institutions paraissent donc « moins concurrentes que complémentaires »27.

  • 28 Archives départementales du Nord, 199 H2 : règlement du 22 novembre 1684, art. 3. Cité par Roger B (...)
  • 29 Ibid.

10Objectifs et contenus pédagogiques, très proches de ceux de Saint-Cyr, correspondent aux usages du temps. Les fillettes, admises à l’âge de 7 ans, réparties en trois groupes d’âge, « petites », « médiocres », « grandes » – comme chez les ursulines –, sont élevées dans la « Sainte crainte de Dieu »28. Outre de multiples exercices de piété, le programme comprend « tout ce qui est propre pour être bonne économe ou ménagère », soit « bien lire, écrire, jetter [sic] très bien, apprendre la dentelle commune puis les figures, un an a [ sic] coudre, resarcir, et marquer, de la quelque mois a la tapisserie »29. S’y ajoutent, au cours du XVIIIe siècle, clavecin, tragédie, histoire, géographie, danse, visites d’abbayes des environs. À leur sortie, vers dix-huit ans, différentes voies, inégalement encouragées par la maison, s’offrent à elles : les dots les plus importantes vont à celles qui prennent le voile ; elles sont plus faibles pour les célibataires et se limitent au trousseau en cas de mariage.

  • 30 Hypothèse formulée par Roger Baury, op. cit., p. 509.

11Au terme de cette comparaison entre Saint-Cyr et la Sainte et Noble Famille, impossible d’y voir un modèle et sa copie conforme. Les deux maisons sont certes nées au même moment, mais les sources de la maison lilloise ne font aucune référence à Saint-Cyr : les similitudes de contenus et de destins des anciennes relèvent des conceptions dominantes. Souligner ressemblances et différences dégage la spécificité propre à chaque établissement ; ainsi, Roger Baury voit en la maison lilloise à la fois un « clone provincial » mais aussi un « anti-Saint-Cyr »30 crispé sur des particularismes locaux, face à l’aura nationale de la fondation du Roi Soleil.

La Maison royale de l’Enfant-Jésus

  • 31 Voir la biographie de Jean-Baptiste Languet de Gergy (1675-1750) dans Anne-Marie Armelin, Preuves (...)

12Aucune source ne mentionne de liens directs entre Saint-Cyr et la Maison royale de l’Enfant-Jésus, établie en 1732 à Paris, rue de Sèvres, par Jean-Baptiste Languet de Gergy31, curé de la paroisse Saint-Sulpice. Néanmoins les similitudes sont grandes.

  • 32 Jean-Joseph Languet de Gergy (1677-1753), protégé de Bossuet et de Mme de Maintenon, grand adversa (...)
  • 33 Jean-Baptiste Languet de Gergy, Mémoire pour la Maison royale de l’Enfant-Jésus, établie à Paris s (...)

13La première communauté charitable voit le jour en 1676 à l’initiative d’un desservant de la paroisse. En 1718, J.-B. Languet de Gergy, frère de l’évêque de Soissons32, la transforme en manufacture de mousseline, pour donner du travail aux miséreuses du quartier. Cependant de nombreuses « demoiselles de noble extraction, réduites dans une si grande pauvreté […] ne pouvaient espérer une éducation chrétienne et convenable à leur naissance […] » et il souhaite qu’elles y soient « […] élevées et instruites chrétiennement »33. De là, l’établissement affiche une double finalité : ouvroir pour les indigentes et internat gratuit, nettement séparé, pour les nobles.

  • 34 À partir des 80 âges d’entrée connus, la moyenne de dix ans et demi est presque identique à Saint- (...)
  • 35 Seize places sont prévues par les lettres patentes de 1751. Le roi en ajoute six en 1756. Les sour (...)

14La sélection entre des candidates, âgées de dix à douze ans34, fournissant preuves de deux siècles de noblesse et certificat de pauvreté est confiée à des administrateurs nommés par le roi et présidés par l’archevêque de Paris. Environ cent cinquante fillettes fréquentent l’établissement jusqu’en 178935 ; non seulement elles appartiennent au même milieu que les demoiselles de Saint-Cyr, mais elles sont parentes. D’autres liens existent entre elles : des familles refusées à Saint-Cyr se replient sur la maison parisienne ; des élèves de l’Enfant-Jésus partent pour Saint-Cyr. Dans les stratégies familiales, la rue de Sèvres est une solution de repli ou une antichambre de Saint-Cyr.

  • 36 Lettres patentes de 1751, art. 3, AN O1 360.
  • 37 J.-B. Languet de Gergy, op. cit. Cité dans Anne-Marie Armelin, op. cit., t. I, p. 3.
  • 38 AN S 7051-52.

15Les demoiselles « nourries, logées et entretenues gratuitement de linges et d’habits »36, jusqu’à dix-neuf ans reçoivent une solide formation religieuse. « On leur montre » aussi « à lire, à écrire, à compter chiffres et autre chose dont les connaissances sont très utiles dans les ménages et communautés »37. L’inventaire de 1790 atteste de la présence d’instruments de musique, piano forte, basse, violon et clavecin38. Si les sources sont peu bavardes sur les contenus intellectuels et artistiques, elles insistent sur le travail manuel :

  • 39 J.-B. Languet de Gergy, op. cit. Cité dans Martine Sonnet, op. cit., t. II, p. 435.

Dès la plus grande jeunesse, on les forme au travail, et l’on fait le capital de leur en donner le goût. Ce travail consiste à coudre, broder, faire et raccommoder des dentelles, repasser leurs linges, les coudre, les tailler, les monter, aussi bien que tous leurs habits39.

  • 40 Luc Vincent Thiéry, Almanach du voyageur à Paris, contenant une description exacte et intéressante (...)
  • 41 J.-B. Languet de Gergy, op. cit. Cité dans Martine Sonnet, op. cit., t. II, p. 465.

16L’objectif est, comme à Saint-Cyr, de les rendre « propres à devenir de bonnes mères de famille et à savoir gouverner les biens de la campagne »40 ou, à défaut, d’entrer au couvent, solution que choisit, selon son fondateur, « la plus grande partie des demoiselles »41.

  • 42 J.-B. Languet de Gergy, op. cit. Cité dans Anne-Marie Armelin, op. cit., t. I, p. 3.

17Copie, la Maison royale de l’Enfant-Jésus l’est certes en matière de clientèle et de choix de vie des anciennes élèves. Les contenus, plus modestes, semblent-ils, sont dispensés à l’aide de méthodes qui semblent, dans leur esprit, assez proches de celles en usage à Saint-Cyr : « on a […] égard à l’âge, l’esprit et aux talents de chacune »42.

Dépasser le modèle

L’Institut Smolny de Saint-Pétersbourg

  • 43 Lettre de Voltaire à Catherine II, 29 mai 1772, Besterman 16707.
  • 44 Ivan Betskii (ou Betskoï) (1703 ou 1704-1795), principal conseiller de la tsarine sur les question (...)

18« Votre Saint-Cyr […] est fort au-dessus de notre Saint-Cyr »43, écrit Voltaire à Catherine II à propos de l’Institut Smolny, fondé à Saint-Pétersbourg, en 1764, sur les conseils d’Ivan Betskii44. Cette maison d’éducation destinée aux filles nobles et bourgeoises est la première pierre d’une ambitieuse politique éducative destinée à régénérer la société russe en passant par les femmes, piliers d’un nouvel ordre social. Dans la bibliographie française, les rares allusions à cet établissement font systématiquement référence à Saint-Cyr. Ainsi, pour Hélène Carrère d’Encausse, Smolny délivre :

  • 45 Hélène Carrère d’Encausse, Catherine II, Paris, Fayard, 2002, p. 356.

[une] éducation, inspirée des idées de madame de Maintenon : éducation générale incluant notamment langues étrangères, éducation morale, mais aussi arts d’agrément. La danse, le chant faisaient partie intégrante du cursus, et des représentations semi-publiques permettaient aux familles de constater l’aisance et les dons que cette éducation développait.45

  • 46 Ivan Ivanovitch Betskii, Plans et les statuts des différents établissements ordonnés par Sa Majest (...)
  • 47 Son séjour dura cinq mois, de l’automne 1773 au début de l’année 1774. Voir Arthur M. Wilson, Dide (...)
  • 48 Voir Étienne Falconet, Correspondance de Falconet avec Catherine II, Éd. Réau, p. 223-224.
  • 49 Voir Maciej Forycki, « Denis Diderot et le Saint-Cyr pétersbourgeois », dans Chantal Grell, Arnaud (...)
  • 50 Denis Diderot, Mémoires pour Catherine II, Paris, Garnier frères, 1966, p. 84-91.
  • 51 Ibid., p. 193 et 194.
  • 52 Ivan Ivanovitch Betskii, op. cit., t. I, p. 281.

19Les principes appliqués à Smolny sont exposés par Betskii lui-même. Ses Plans et statuts, traduits en français, ont été publiés à Amsterdam, en 1775, par Diderot, qui y ajouta une introduction inspirée de ses propres conceptions éducatives46. Au cours de son séjour en Russie47, il a rencontré deux dames attachées à cette maison, Sophie de Laffont et sa fille. À plusieurs reprises, accompagnant l’impératrice à Smolny, il a été séduit par la familiarité de ses relations avec « ces enfants qui ne sont pas plus hauts que des choux »48. Il a assisté à des représentations et s’est engagé à adapter des pièces du répertoire français à ce jeune public, promesse qu’il ne tint pas, comme Voltaire49. Des entretiens de Diderot avec la tsarine sont nés quelques textes où, à côté de conseils pour pallier les risques de séduction des élèves, il suggère la mise en place de cours d’anatomie50. Faire découvrir à ces adolescentes le fonctionnement de leurs organes, les réalités de la grossesse et de l’accouchement, lui semble indispensable pour les préparer à leur vie future51. Le philosophe a su convaincre puisque le Plan de Betskii prévoit pour les grandes : « un petit cours d’anatomie qui donne aux demoiselles des connaissances de leurs organes, et des accidents auxquels ils sont assujettis, afin de les prévenir par des ménagements et des précautions nécessaires »52.

  • 53 George K. Epp, The Educational Policies of Catherine II : the era of enlightment in Russia, Frankf (...)
  • 54 P. M. Maïkov, Ivan Ivanovitch Betskii, Saint-Pétersbourg, 1904, t. I, p. 253-256.

20Récapitulant les origines possibles de la filiation entre Smolny et Saint-Cyr, Georges K. Epp53 reprend les conclusions d’un ouvrage beaucoup plus ancien54. Maïkov, comparant les statuts de Saint-Cyr avec le Plan de Betskii, démontre que ce dernier n’a pas décalqué la fondation louis-quatorzienne ; il s’en est à la fois inspiré et démarqué. Le public scolaire paraît calqué sur celui de Saint-Cyr :

  • 55 Ibid., t. II, p. 274-275.

Cet établissement a pour objet principal les demoiselles dépourvues de fortune ; ainsi aux titres de noblesse, il sera bon de joindre un état des biens du père ainsi que de ses services ; et au cas qu’il aurait [sic] été blessé ou tué de le marquer55.

  • 56 Les deux cent quarante places réservées aux bourgeoises participent de la volonté de Betskii et de (...)

21Néanmoins à côté des deux cents places réservées à la noblesse, d’autres le sont à la bourgeoisie56, différence fondamentale par rapport à Saint-Cyr ; cependant, les sources ne permettent pas de discerner si elles bénéficient toutes des mêmes enseignements. Admise dès l’âge de six ans, pratiquement coupée de son milieu familial, la fillette est prise en charge par l’État ; dotée de cinquante roubles à son entrée, elle les récupère, majorés des intérêts, à sa sortie, vers dix-huit ans.

  • 57 P. M. Maïkov, Ivan Ivanovitch Betskii, op. cit., p. 293.
  • 58 Ibid., p. 277-278.

22Sa Majesté Impériale choisit la supérieure qui dirige l’Institut et nomme les enseignantes ; les textes ne précisent pas si elles sont obligatoirement religieuses mais toutes doivent savoir « se faire aimer et respecter »57 et pratiquer une pédagogie de la persuasion, sans châtiments corporels, comme à Saint-Cyr. Les pensionnaires réparties en « 4 âges composés de cinquante demoiselles, chacun, et habillées, le premier, de brun ; le second de bleu ; le troisième de gris ; le quatrième de blanc »58 reçoivent des enseignements différents. De six à neuf ans :

  • 59 Ibid., p. 278-279.

1er le catéchisme et les devoirs de religion, 2e un choix de petits contes moraux, 3e les langues russienne et étrangère, 4e le calcul, 5e le dessin et la miniature, 6e la danse, 7e la musique vocale et l’instrumentale, 8e enfin l’art de broder, de tricoter, de coudre et d’employer le fil ou le coton, la laine ou la soie, en un mot, tous les ouvrages de main qui conviennent au sexe59.

  • 60 Ibid., p. 279.
  • 61 Ibid., p. 280.
  • 62 Ibid., p. 278-281.

23Dans la seconde classe, s’y ajoutent « 1er la géographie, 2e l’histoire, 3e la partie de l’économie qui leur sera nécessaire dans la suite »60. Puis entre douze et quinze ans, elles bénéficient « 1er d’un cours de littérature, 2e d’une partie de l’architecture et du blason, 3e du soin alternatif de l’économie »61. Aux plus âgées, on « récapitulera les études des autres âges ; on y ajoutera un cours de physique expérimentale et un petit cours d’anatomie […], une direction alternative et plus particulière de l’économie » et « une bibliothèque choisie »62. Si catéchisme et assistance à la messe sont obligatoires, la religion n’occupe pas à Smolny une place essentielle ; elle est remplacée, pour Voltaire et Diderot, par le service de l’État dans cette société régénérée. Les objectifs politiques sont ici fort différents de ceux du modèle saint-cyrien.

  • 63 Lettre de Voltaire à Catherine II, 29 mai 1772, Besterman 16707.

24Le Plan de Betskii aborde de nombreux aspects de la vie intérieure de l’établissement, avec bien des similitudes par rapport à Saint-Cyr – importance de l’hygiène et des structures de soins, visite des parents en présence d’une maîtresse – mais aussi de notables différences. Les élèves apprennent, par exemple, à cuisiner, fabriquent leurs propres vêtements et sont autorisées à se faire des présents. Des représentations théâtrales sont données devant un public choisi, extérieur au personnel d’encadrement. Voltaire voit là une ressemblance avec le Saint-Cyr du Grand siècle, si différent de celui du XVIIIe siècle, d’où les élèves sortiront « très dévotes et très honnêtes, tandis que les Russes de Smolny joindront à ces deux bonnes qualités celle de jouer la comédie comme elles faisaient autrefois chez nous »63.

  • 64 Voir Ivan Ivanovitch Betskii, op. cit., t. I, p. 277.
  • 65 Voir Wladimir Troubetskoï, « Quelques smolianki et une saint-cyrienne imaginaire », dans Chantal G (...)

25À l’issue de leur scolarité, les smolianki reçoivent des « certificats de conduite »64, en rien comparables à des diplômes. Certaines restent dans la maison comme « dames », c’est-à-dire comme institutrices, d’autres retournent dans le monde où elles deviennent gouvernantes dans de grandes familles, obtiennent des places de dames d’honneur à la Cour et, pour certaines, font de prestigieux mariages65.

26L’analyse des informations disponibles sur Smolny montre les limites de l’exportation du modèle saint-cyrien. S’il existe bien certaines similitudes – mais ne sont-elles pas liées au contexte ? –, les originalités sont nombreuses, non seulement sur des points de détail, mais aussi quant aux objectifs fondamentaux.

La fondation des maisons de la Légion d’honneur

  • 66 24 frimaire an XIV (15 décembre 1805).

27Au sortir de la Révolution française, l’intérêt pour l’éducation des filles réapparaît, un des piliers de la nouvelle société voulue par Napoléon Bonaparte. La création, en 1802, de l’ordre de la Légion d’honneur inaugure une nouvelle forme de distinction des serviteurs de l’État, mêlant les différents groupes sociaux. Fin 1805, l’Empereur envisage d’y adjoindre deux établissements scolaires, l’un pour les garçons et l’autre pour les filles des soldats morts à Austerlitz, un projet qui prend corps à partir du décret dit « de Schönbrunn »66.

  • 67 Ce terme est repris du titre du premier chapitre du livre de Rebecca Rogers, Les Demoiselles de la (...)
  • 68 Ibid., p. 19.

28Toute analyse de la « genèse »67 des maisons de la Légion d’honneur achoppe sur Saint-Cyr. Comme le remarque Rebecca Rogers, si « le rapprochement entre les écoles de Mme de Maintenon et de Napoléon Ier fut fait dès l’origine, il mérite qu’on s’y attarde »68. À en croire Hortense de Beauharnais, le fondateur se serait placé d’emblée par rapport à Saint-Cyr :

  • 69 Hortense de Beauharnais, Mémoires de la Reine Hortense, Paris, Plon, 1927, t. II, p. 294.

Je ne me bornerai pas à élever un petit nombre de filles. Je n’aime pas les petites choses, elles ne servent à rien. Saint-Cyr n’était qu’une guirlande de fleurs offerte à Madame de Maintenon par l’amour de Louis XIV. Deux cent cinquante filles nobles n’étaient rien pour lui pour 8000 familles de pauvres gentilshommes. J’élèverai quatre à cinq cents filles ou point et je réformerai les mœurs69.

  • 70 Lettre de Finkenstein, 15 mai 1807, cité par Rebecca Rogers, op. cit., p. 332-335.
  • 71 Ibid., p. 332.

29S’il s’agit ici surtout de faire plus et mieux que l’illustre monarque, d’autres écrits manifestent la volonté impériale de fonder des établissements scolaires sur de nouvelles bases. La lettre de mai 1807, adressée par Napoléon au comte de Lacepède, premier grand chancelier de la Légion d’honneur, est essentielle70. Posant finalités et contenus de l’éducation, jetant les bases du fonctionnement interne de ces maisons, l’empereur cherche à se démarquer de Saint-Cyr : « Gardez-vous de suivre l’exemple de l’ancien établissement de Saint-Cyr où l’on dépensait des sommes considérables et où l’on élevait mal les demoiselles »71.

  • 72 Madame Campan, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1988, p. 26.
  • 73 Madame du Hausset, Mémoires sur Louis XV et Madame de Pompadour, Paris, Mercure de France, 1988, p (...)
  • 74 Connue sous le prénom d’Elisa, Marianna est née en 1777 et fut admise à Saint-Cyr en 1784.

30L’opinion de Napoléon fait écho à la mauvaise réputation de Saint-Cyr, à la fin du XVIIIe siècle. Jusque dans les hautes sphères du pouvoir, les rumeurs allaient alors bon train : Mme Campan expose, dans ses Mémoires, les « préventions » du cardinal Fleury à l’égard de cette maison72. Deux témoins, Mme du Hausset et le marquis d’Argenson, prêtent à Louis XV le terme de « bégueules » pour désigner les demoiselles73. Par sa proximité géographique et politique du centre du pouvoir monarchique, la période révolutionnaire n’a fait que renforcer cette image négative. L’opinion de Napoléon n’est pas fondée uniquement sur une réputation : sa petite sœur Marianna y a été pensionnaire74. Non seulement il lui a rendu visite plusieurs fois, mais il a pu constater les résultats d’une telle éducation :

  • 75 Lettre à Joseph Fesch, 5 juin 1792. Napoléon Bonaparte, Correspondance générale, Tome I : Les appr (...)

Elle [Marianna] est grande, bien taillée, sait coudre, lire, écrire, faire des coiffes, danser et quelques mots d’histoire. […] Du reste elle est absolument neuve. Elle ne se souvient de rien, pas plus que si elle fût née à S[aint]t-Cyr. Elle est aristocrate. Si elle me supposait être du parti de la Nation, elle ne voudrait jamais me voir, m’a-t-elle dit75.

  • 76 Voir André Duret, « Histoire du pensionnat de Luçon : “Le petit Saint-Cyr” », dans L’histoire reli (...)

31Le modèle éducatif de Saint-Cyr est paradoxal, fait de traditions liées aux conceptions des XVIIe et XVIIIe siècles mais aussi d’originalités découlant des objectifs assignés par le pouvoir royal à une maison réservée aux filles issues d’une certaine noblesse. Ce pensionnat, connu partout en France et en Europe, grâce au prestige de ses fondateurs, fut imité en son temps et au siècle suivant, mais sans jamais que la copie soit conforme au modèle et ce même si, dans le discours, il est un référent incontournable. Points communs et différences ont été soulignés. En France, ni la Sainte et Noble Famille de Lille, ni la Maison royale de l’Enfant-Jésus de Paris ni même le pensionnat de Luçon, pourtant surnommé « le petit Saint-Cyr »76, ne sont des reproductions exactes de Saint-Cyr. Remarque encore plus pertinente pour Smolny : exporté dans un autre pays, appliqué à une autre réalité sociale, en une époque où projets politiques, utopies des despotes éclairés et des philosophes des Lumières se mêlent, le résultat n’est qu’un pâle reflet du modèle.

32Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, il existe néanmoins un indéniable point commun entre ces écoles. Derrière la clôture, aucune n’est à l’abri de l’air du temps, soit la désaffection, parmi ces jeunes filles nobles, pour l’état religieux. Sorties de Saint-Cyr, de la Sainte et Noble Famille, de la Maison royale de l’Enfant-Jésus, du pensionnat de Luçon, comme d’autres maisons d’éducation, elles sont de moins en moins nombreuses à prendre le voile.

  • 77 Voir Dominique Picco et Karen Taylor, op. cit., et Marc Levatois, « L’enseignement des matières “n (...)

33Le début du XIXe siècle, époque de la fondation des maisons de la Légion d’honneur manifeste le rôle de repoussoir que joue alors le modèle saint-cyrien. En passant outre l’affirmation catégorique « tout sauf Saint-Cyr », certains héritages sont pourtant flagrants. Au-delà de la traditionnelle continuité entre les rubans et couleurs des classes, on peut retenir parmi les contenus intellectuels et à titre d’exemple, la filiation entre la géographie enseignée à Saint-Cyr et à Saint-Denis dans les premières décennies du XIXe siècle77.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baury Roger, « Les Demoiselles de la Sainte et Noble Famille de Lille, 1686-1793 », dans Monarchies, noblesses et diplomaties européennes, Mélanges en l’honneur de Jean-François Labourdette, études réunies par Jean-Pierre Poussou et al., Paris, PUPS, 2005, p. 463-509.

Duret André, « Histoire du pensionnat de Luçon : “Le petit Saint-Cyr” », dans L’histoire religieuse dans les pays charentais à l’époque moderne, Éd. Archives départementales de Charente-Maritime, 2000.

Forycki Maciej, « Denis Diderot et le Saint-Cyr pétersbourgeois », dans Chantal Grell, Arnaud Ramière de Fortanier, L’éducation des jeunes filles nobles en Europe XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUPS, 2004.

Picco Dominique et Taylor Karen, « Géographie à l’usage des demoiselles de Saint-Cyr », Itinéraires spirituels, enjeux matériels en Europe, Mélanges offerts à Philippe Loupès, Pessac, PUB, 2005, p. 149-178 et Jacquemin Hélène, Livres et jeunes filles nobles. L’exemple de la Maison Royale de Saint-Louis de Saint-Cyr (1686-1793), TER de maîtrise, sous la direction d’Anne-Marie Cocula et Dominique Picco, Université Bordeaux-III, 2005.

Roche Daniel, « Éducation et société dans la France du XVIIIe siècle : l’exemple de la Maison royale de Saint-Cyr », Cahiers d’histoire, Lyon, t. XXIII, 1978, no 1, p. 3-24, repris dans Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988.

Rogers Rebecca, Les Demoiselles de la Légion d’honneur, Paris, Plon, 1992.

Sonnet Martine, L’éducation des filles à Paris au XVIIIe siècle, thèse de doctorat 3e cycle, sous la direction de Daniel Roche, EHESS, 1982, t. I.

Notes

1 Archives départementales des Yvelines (ci-après abrégé ADY), D 111, D 115 à 1413 Q 80.

2 ADY, D sup. 1 à 261.

3 Sur l’ensemble de la période, l’âge moyen à l’entrée est de dix ans. Voir Dominique Picco, Les Demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793), doctorat Paris I, sous la direction de Daniel Roche, 1999, chapitre I. À paraître.

4 Soit uniquement du côté paternel ce qui permet l’entrée de petites-filles de robins ou de roturiers.

5 Ce critère ne devient obligatoire qu’après 1763. Auparavant, il est recommandé d’en faire état. Sur les modalités du recrutement voir Dominique Picco, Les Demoiselles de Saint-Cyr…, op. cit.

6 Ces frais ont été estimés par Daniel Roche à 700 livres par an au début du XVIIIe siècle. Voir « Éducation et société dans la France du XVIIIe siècle : l’exemple de la Maison royale de Saint-Cyr », Cahiers d’histoire, Lyon, t. XXIII, 1978, no 1, p. 3-24, repris dans Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988.

7 Livre des Demoiselles qui demandent pour entrer à la Maison Royale de Saint-Louis à Saint-Cyr, 1711-1716, Ms. XVIIIe, BNF Mss. Fr. 11677 et États des Demoiselles qui demandent pour entrer à Saint-Cyr dans Registres des demandes et bons originaux du Roi, du Régent et de divers ministres pour l’admission des Demoiselles depuis octobre 1710 jusqu’au 2 août 1734, Ms. XVIIIe, BNF Mss. Fr. 11678.

8 Mme de Maintenon, L’esprit de l’institut des filles de Saint-Louis, Paris, Renouard, 1808, p. 63.

9 Les rouges (7 à 10 ans), les vertes (11 à 14 ans), les jaunes (15 à 16 ans) et les bleues (jusqu’à 20 ans).

10 Mme de Maintenon, Entretien sur l’éducation des filles, Paris, Charpentier, 1854, p. 269.

11 Mémoires de Manseau, intendant de la Maison royale de Saint-Cyr, Versailles, L. Bernard, 1902, p. 60.

12 Travail de groupe.

13 Manseau, Mémoires, op. cit., p. 281.

14 Mme de Maintenon, Entretien sur l’éducation … (1710), op. cit., p. 296.

15 Constitutions de 1686 dans Règle, Esprit de l’institut, Constitutions et règlements de la Maison de Saint-Louis à Saint-Cyr, BNF, 8o Lk (7) 8625.

16 Il s’agit uniquement, dans l’optique de Fénelon, de pouvoir comprendre la liturgie. Fénelon, Traité de l’éducation des filles, Paris, éd. Klincksiek, 1994, p. 97.

17 Voir, par exemple, Mme de Maintenon, Entretien sur … (1716), op. cit., p. 342.

18 Voir Anne Pièjus, « La musique des demoiselles », Les Demoiselles de Saint-Cyr, Maison royale d’éducation (1686-1793), Catalogue de l’exposition Saint-Cyr, Maison royale (Versailles, Grande Écurie, février/mai 1999), Paris, Somogy-Éditions d’Art, 1999, p. 174-181 et Le théâtre des demoiselles. Tragédie et musique à Saint-Cyr à la fin du Grand Siècle, Paris, Société française de musicologie, 2000.

19 Voir Dominique Picco, « L’histoire pour les demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793) » dans Les femmes et l’écriture de l’histoire, 1400-1800, Sylvie Steinberg et Jean-Claude Arnould (dir.), Rouen, PURH, 2008, p. 493-511.

20 Certaines cartes grand format du fond des Cahiers de Géographie sont montées sur des supports en bois pour permettre l’accrochage. ADY, D sup. 1 à 261.

21 Lettre à Mme de Berval, 1699. Citée dans Jacques Prévot, La première institutrice de France. Mme de Maintenon, Paris, Belin, 1981, p. 146.

22 Ibid.

23 L’étude des bibliothèques et des cartes de géographie révèle que, tout au long de la période, les religieuses ont actualisé leur savoir par l’acquisition de cartes et d’ouvrages récents. Voir Dominique Picco et Karen Taylor, « Géographie à l’usage des demoiselles de Saint-Cyr », Itinéraires spirituels, enjeux matériels en Europe, Mélanges offerts à Philippe Loupès, Pessac, PUB, 2005, p. 149-178, et Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles. L’exemple de la Maison Royale de Saint-Louis de Saint-Cyr (1686-1793), TER de maîtrise, sous la direction d’Anne-Marie Cocula et Dominique Picco, Université Bordeaux-III, 2005.

24 Voir Roger Baury, « Les Demoiselles de la Sainte et Noble Famille de Lille, 1686-1793 », dans Monarchies, noblesses et diplomaties européennes, Mélanges en l’honneur de Jean-François Labourdette, études réunies par Jean-Pierre Poussou et al., Paris, PUPS, 2005, p. 463-509.

25 233 élèves contre 3 154 à Saint-Cyr.

26 Hypothèse formulée par Roger Baury, op. cit., p. 468.

27 Ibid.

28 Archives départementales du Nord, 199 H2 : règlement du 22 novembre 1684, art. 3. Cité par Roger Baury, op. cit., p. 471.

29 Ibid.

30 Hypothèse formulée par Roger Baury, op. cit., p. 509.

31 Voir la biographie de Jean-Baptiste Languet de Gergy (1675-1750) dans Anne-Marie Armelin, Preuves de noblesse pour l’entrée à la Maison royale de l’Enfant-Jésus, « Les cahiers nobles », 1968, no 34, p. 3-4.

32 Jean-Joseph Languet de Gergy (1677-1753), protégé de Bossuet et de Mme de Maintenon, grand adversaire du jansénisme, fut aumônier de la duchesse de Bourgogne, avant de devenir, en 1715, évêque de Soissons puis, en 1730, archevêque de Sens. Élu à l’Académie française en 1712, il est membre du conseil privé, à partir de 1747.

33 Jean-Baptiste Languet de Gergy, Mémoire pour la Maison royale de l’Enfant-Jésus, établie à Paris sur la paroisse Saint-Sulpice au-delà de la Barrière de Sèvres, Paris, Thiboust, 1747, Archives nationales (ci-après AN) G9 151. Il s’agit d’une requête adressée au roi, en 1742, afin d’obtenir des lettres patentes. Cette demande n’aboutira qu’en 1751.

34 À partir des 80 âges d’entrée connus, la moyenne de dix ans et demi est presque identique à Saint-Cyr.

35 Seize places sont prévues par les lettres patentes de 1751. Le roi en ajoute six en 1756. Les sources divergent quant au nombre exact de fillettes qui fréquentèrent l’établissement. Voir Martine Sonnet, L’éducation des filles à Paris au XVIIIe siècle, thèse de doctorat 3e cycle, sous la direction de Daniel Roche, EHESS, 1982, t. I, p. 176-177.

36 Lettres patentes de 1751, art. 3, AN O1 360.

37 J.-B. Languet de Gergy, op. cit. Cité dans Anne-Marie Armelin, op. cit., t. I, p. 3.

38 AN S 7051-52.

39 J.-B. Languet de Gergy, op. cit. Cité dans Martine Sonnet, op. cit., t. II, p. 435.

40 Luc Vincent Thiéry, Almanach du voyageur à Paris, contenant une description exacte et intéressante de tous les monuments, Paris, Hardouin, 1784. Cité dans Martine Sonnet, op. cit., t. II, p. 466.

41 J.-B. Languet de Gergy, op. cit. Cité dans Martine Sonnet, op. cit., t. II, p. 465.

42 J.-B. Languet de Gergy, op. cit. Cité dans Anne-Marie Armelin, op. cit., t. I, p. 3.

43 Lettre de Voltaire à Catherine II, 29 mai 1772, Besterman 16707.

44 Ivan Betskii (ou Betskoï) (1703 ou 1704-1795), principal conseiller de la tsarine sur les questions éducatives mais aussi dans les domaines culturel, artistique et architectural.

45 Hélène Carrère d’Encausse, Catherine II, Paris, Fayard, 2002, p. 356.

46 Ivan Ivanovitch Betskii, Plans et les statuts des différents établissements ordonnés par Sa Majesté impériale Catherine II, pour l’éducation de la jeunesse et l’utilité générale de Son Empire, Amsterdam, M.-M. Rey, 1775, 2 t.

47 Son séjour dura cinq mois, de l’automne 1773 au début de l’année 1774. Voir Arthur M. Wilson, Diderot, sa vie, son œuvre, Paris, Laffont, 1985, chap. 44.

48 Voir Étienne Falconet, Correspondance de Falconet avec Catherine II, Éd. Réau, p. 223-224.

49 Voir Maciej Forycki, « Denis Diderot et le Saint-Cyr pétersbourgeois », dans Chantal Grell, Arnaud Ramière de Fortanier, L’éducation des jeunes filles nobles en Europe XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUPS, 2004, p. 45-157.

50 Denis Diderot, Mémoires pour Catherine II, Paris, Garnier frères, 1966, p. 84-91.

51 Ibid., p. 193 et 194.

52 Ivan Ivanovitch Betskii, op. cit., t. I, p. 281.

53 George K. Epp, The Educational Policies of Catherine II : the era of enlightment in Russia, Frankfurt, Bern, Nancy, P. Lang, 1984, p. 50-57. Des notes de la main de Catherine II attestent de sa connaissance de Saint-Cyr et du modèle qu’il constitue pour elle. Ses informations viennent de Betskii qui, dans les années 1750, a séjourné à Paris et a peut-être visité Saint-Cyr, ou de son ambassadeur à Vienne. Plusieurs anciennes demoiselles de Saint-Cyr sont, en effet, venues s’installer au couvent de la Présentation, à la demande de Marie-Thérèse. Enfin, d’aucuns suggèrent que Sophie de Laffont fréquenta Saint-Cyr, en tant qu’élève, comme maîtresse ou en simple visiteur : aucune trace de son séjour dans les archives de la maison.

54 P. M. Maïkov, Ivan Ivanovitch Betskii, Saint-Pétersbourg, 1904, t. I, p. 253-256.

55 Ibid., t. II, p. 274-275.

56 Les deux cent quarante places réservées aux bourgeoises participent de la volonté de Betskii et de la tsarine de créer en Russie un « tiers-état ». Il était également possible d’admettre des pensionnaires payantes. Voir Ivan Ivanovitch Betskii, op. cit., p. 307.

57 P. M. Maïkov, Ivan Ivanovitch Betskii, op. cit., p. 293.

58 Ibid., p. 277-278.

59 Ibid., p. 278-279.

60 Ibid., p. 279.

61 Ibid., p. 280.

62 Ibid., p. 278-281.

63 Lettre de Voltaire à Catherine II, 29 mai 1772, Besterman 16707.

64 Voir Ivan Ivanovitch Betskii, op. cit., t. I, p. 277.

65 Voir Wladimir Troubetskoï, « Quelques smolianki et une saint-cyrienne imaginaire », dans Chantal Grell, Arnaud Ramière de Fortanier, L’éducation des jeunes filles…, op. cit., p. 157-167.

66 24 frimaire an XIV (15 décembre 1805).

67 Ce terme est repris du titre du premier chapitre du livre de Rebecca Rogers, Les Demoiselles de la Légion d’honneur, Paris, Plon, 1992.

68 Ibid., p. 19.

69 Hortense de Beauharnais, Mémoires de la Reine Hortense, Paris, Plon, 1927, t. II, p. 294.

70 Lettre de Finkenstein, 15 mai 1807, cité par Rebecca Rogers, op. cit., p. 332-335.

71 Ibid., p. 332.

72 Madame Campan, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1988, p. 26.

73 Madame du Hausset, Mémoires sur Louis XV et Madame de Pompadour, Paris, Mercure de France, 1988, p. 58. Le marquis d’Argenson est cité par Rebecca Rogers, op. cit., p. 21.

74 Connue sous le prénom d’Elisa, Marianna est née en 1777 et fut admise à Saint-Cyr en 1784.

75 Lettre à Joseph Fesch, 5 juin 1792. Napoléon Bonaparte, Correspondance générale, Tome I : Les apprentissages 1784-1797, Paris, Fayard, 2004, p. 110.

76 Voir André Duret, « Histoire du pensionnat de Luçon : “Le petit Saint-Cyr” », dans L’histoire religieuse dans les pays charentais à l’époque moderne, Éd. Archives départementales de Charente-Maritime, 2000, p. 125-137.

77 Voir Dominique Picco et Karen Taylor, op. cit., et Marc Levatois, « L’enseignement des matières “nouvelles” ou “sensibles” : un exemple, la géographie à Saint-Denis au XIXe siècle », dans Les Maisons d’éducation de la Légion d’honneur. Deux siècles d’apport à l’instruction et à l’éducation des jeunes filles, Jean-Pierre Kelche (dir.), Paris, L’Harmattan, 2007, p. 103-114.

Auteur

Ancienne élève de l’ENS Fontenay, agrégée, docteure en histoire, maître de conférences à Bordeaux-III, membre du CEMMC (Centre d’études des mondes modernes et contemporains) et du Centre de recherche d’histoire du château de Versailles (thème : la Cour vue de la province). Après une thèse d’histoire moderne, sous la direction de Daniel Roche, portant sur le recrutement des demoiselles de Saint-Cyr entre 1686 et 1793, elle a poursuivi ses recherches sur cet établissement en s’orientant vers l’étude de la vie à l’intérieur de l’institution (conditions de vie : santé, alimentation…), des contenus éducatifs (en particulier enseignement de l’histoire et de la géographie), mais aussi du devenir des anciennes élèves. Elle a coordonné un numéro spécial des Annales du Midi sur le thème : « Femmes d’affaires dans la France méridionale » ; et a participé à différents colloques en France et à l’étranger sur le rôle des relations familiales dans les transferts culturels entre les pays européens et sur le Siècle classique au cinéma.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540