Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Religion, éducation et novations

Mère de famille ou nonne : dialectique éducative au XVIIe siècle

Annie Tschirhart

Résumé

Tandis que se développent, dès le XVIe siècle, les collèges humanistes, régences latines et pensions pour les garçons, l’enseignement féminin se répand seulement à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. Les congrégations qui le prennent en charge ont pour objectif principal de donner une éducation essentiellement morale et religieuse. L’instruction des filles ne va donc pas de soi et la formation donnée n’a que deux objectifs : le couvent ou le mariage.
Pour illustrer cette dialectique éducative, nous avons choisi d’évoquer, dans un premier temps, les représentations sociales féminines aux XVIe et XVIIe siècles, puis de montrer leur influence à travers deux types d’enseignement : celui de Saint-Cyr avec Mme de Maintenon et celui de Port Royal.

While, the humanist secondary schools, latin regencies and boys boarding-school begin to emerge, from the 16th century, the female teaching is spreading only at the beginning of the second half of the 17th century. The congregations who take care of it have as a main objective to give an essentially moral and religious education. So, female teaching doesn’t matter of course and the given education has only two finalities: convent or marriage.
To illustrate this educational dialectic, we first have chosen to evocate the social female representations in the 16th and 17th centuries, and then, to show their influences with two different types of education, that of St Cyr with M me de Maintenon and of Port-Royal.

Texte intégral

Tradition et humanisme

1En matière de représentations de l’enfant, le XVIIe siècle constitue un point de rencontre entre un courant traditionaliste et des idées plus modernes issues du courant humaniste. Si la tradition considère l’enfance comme une période absurde, voire incompréhensible, dont il faut craindre la perversité, les principes humanistes prônent au contraire l’éducabilité de l’être humain, sa misère certes, mais aussi sa grandeur. Ainsi l’état d’infirmité (aetas infirma), qui caractérise la jeunesse, nécessite de l’éduquer dans des lieux spécifiques. Cette prise en charge est d’autant plus forte que les jeunes bénéficient, d’une part, de la lutte d’influence entre catholiques et protestants et, d’autre part, de l’investissement financier et idéologique de la bourgeoisie qui voit dans l’instruction de la jeunesse un moyen de former une élite et les cadres qui assureront son pouvoir naissant.

2Cette population scolaire est alors essentiellement masculine et, si l’on assiste au développement des collèges confessionnels entre la fin du XVIe et le XVIIe siècle, si le réseau scolaire est presque achevé vers 1650, indiquant ainsi que la plupart des élites sociales se sont ralliées à ce modèle éducatif, on doit constater que le collège de l’Ancien Régime a ignoré les filles.

Représentations féminines

  • 1 Des philosophes comme Pierre Primaudaye (1617) dénoncent ces représentations archaïques, et des mé (...)

3La raison de cette ignorance est liée aux représentations négatives de la femme issues des Anciens et légitimées par le savoir scientifique des médecins. Au XVe siècle, on pense que la femme est surtout dominée par l’influence dangereuse de la matrice, véritable animal pulsionnel et autonome qui échappe à sa volonté et qui, par ailleurs, comme l’indique Paracelse, occupe dans la hiérarchie des organes une place tellement éloignée de l’âme, de l’intelligence et de la raison, qu’elle explique et justifie le caractère peu raisonnable de la femme et son imperfection qui en fait « un mâle inachevé ». Par ailleurs, influencée par Galien, la théorie de l’inégale répartition des humeurs entre l’homme et la femme alimente le concept d’imperfection féminine qui tend à évoluer au cours des XVIe et XVIIe siècles, et à être remplacé par celui de « mystère féminin ». Cette transformation s’explique par la remise en cause, chez certains, de l’idée d’infériorité féminine. D’abord d’un point de vue religieux : comment Dieu aurait-il pu concevoir une compagne aussi imparfaite pour pérenniser l’espèce humaine ? Ensuite, les découvertes scientifiques et les travaux sur l’anatomie permettent aux médecins d’affirmer l’existence d’une spécificité physiologique de la femme et de rétablir ainsi l’égalité entre les sexes1.

  • 2 Jésus-Christ est entouré de femmes qu’il juge dignes de suivre son enseignement. Marie écoute ses (...)

4Bien sûr, les découvertes scientifiques n’ont pas une influence immédiate sur les représentations de la femme, qui évoluent différemment selon les classes sociales et les lieux géographiques et n’intéressent que des milieux spécifiques. C’est pourquoi, les conceptions les plus communément partagées sont celles issues du christianisme et véhiculées par les Pères de l’Église. Pour saint Augustin, saint Thomas, la condition féminine décidée par Dieu se définit par la maternité et s’accompagne inexorablement de la souffrance de l’enfantement, offerte à Dieu, en échange du salut de l’âme et de la rédemption de l’humanité. Bien que Jésus-Christ ait accordé une place privilégiée à la femme2, les théologiens la considèrent avant tout comme créée pour l’homme et donc inférieure à lui.

  • 3 Ils considèrent que c’est au mari d’apporter les éclaircissements théologiques dont sa femme a bes (...)

5Cependant, deux évènements vont influencer considérablement l’évolution de ces représentations : l’invention de l’imprimerie et la Réforme. Le premier permet la multiplication des ouvrages et un accès plus facile aux textes sacrés. Le second réclame le droit pour tous les croyants, hommes ou femmes, d’accéder aux textes bibliques désormais traduits dans la langue maternelle. Malgré leurs réticences à l’égard d’un « sexe imbécile »3, les théologiens catholiques constatent, néanmoins, que la dévotion féminine constitue un atout majeur pour l’Église, dans la conversion des époux.

6L’Église de la Contre-Réforme leur accorde alors un rôle spirituel prépondérant dans le couple et reconnaît la nécessité de donner aux filles une instruction religieuse et familiale adaptée à leur faiblesse naturelle et à leur comportement. Ainsi, bien qu’exclues de l’enseignement secondaire, elles ne seront pas totalement abandonnées à leur ignorance. Elles vont bénéficier du nouvel intérêt porté à la jeunesse et à sa prise en charge physique et morale dans les congrégations religieuses dont nous allons évoquer la situation.

Situation de l’enseignement féminin au XVIIe siècle

  • 4 L’enseignement, l’aide à l’enfance abandonnée, les soins aux malades, l’accueil des filles repenti (...)

7Le XVIIe siècle est une période d’intense ferveur religieuse qui entraîne à la fois de nombreuses vocations, le renouveau des anciennes fondations et la création de nouvelles. Deux courants contradictoires caractérisent cette période. D’une part, sous l’influence du concile de Trente et pour répondre aux dérives de certaines congrégations, les ordres contemplatifs souhaitent revenir aux règles strictes de la clôture et à la séparation du monde qui caractérise la vie monastique. D’autre part, les nouveaux ordres s’orientent vers une vie active où les missions éducatives et charitables4 tiennent une grande place et nécessitent une ouverture sur le monde.

  • 5 Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe (...)

8Ainsi un certain nombre de congrégations, qui sont de véritables ordres avec vœux solennels et clôture, devront-elles concilier vie contemplative et enseignement. C’est le cas des Ursulines (1612), de la Congrégation Notre-Dame (1628) et des Visitandines qui voient le jour, en 1610, à Annecy, sous l’impulsion de François de Sales. Installées dans les villes, ces trois congrégations présentent d’autres points communs : leur enseignement est dispensé par des « filles issues de familles de notables »5 et s’adresse à la petite noblesse et aux filles de la bourgeoisie, en particulier marchande. Les finalités de cet enseignement diffèrent selon que les filles sont destinées à devenir religieuses ou à retourner dans le monde. Au sein de cet enseignement féminin, l’ordre des Ursulines connaît une prospérité particulière puisque à la fin du XVIIe siècle, il comprend 350 monastères, soit trois fois plus d’établissements que les Jésuites et compte dix mille nonnes en France pour trente mille religieux de tous ordres dont 3 500 jésuites. Ce qui prouve que l’enseignement dispensé aux filles est une véritable réussite.

9Cependant le niveau d’instruction de cet enseignement des filles n’est en rien comparable à celui de l’enseignement secondaire masculin dispensé dans le collège classique. Certes, dans les deux cas, l’objectif fondamental est bien de former des chrétiens et des chrétiennes qu’il faut protéger de l’influence pernicieuse du monde. Mais que ce soit chez les protestants ou les catholiques, l’enseignement masculin dispensé s’étend des classes de grammaire aux classes de rhétorique, parfois à la philosophie et permet, sur une durée de six années minimum, d’étudier les humanités. Par ailleurs, ces enseignements font l’objet de méthodes élaborées utilisant à la fois l’oral et l’écrit et soumises à une organisation pédagogique rigoureuse issue du modus parisiensis. On se préoccupe également de la place des sciences, de l’histoire et de la géographie et de celle des langues (maternelle et étrangères). Les congrégations composent leurs propres manuels scolaires et se soucient de la formation de leurs maîtres, comme le prouvent les différents traités élaborés à leur intention.

10Pour les filles, les ambitions sont moins grandes. Les congrégations suivent les instructions du concile de Trente qui indique que leur première mission est de veiller à la pureté et à l’innocence physique et morale des élèves, de leur apprendre les vertus convenant à une jeune fille bien élevée. La seconde, qui tend à se généraliser en France, est de leur donner un enseignement élémentaire qui les prépare à devenir des mères chrétiennes. Tel est le rôle fondamental et salutaire qu’elles doivent jouer au sein de la famille et de la société parce qu’elles sont les gardiennes des principes religieux inculqués. Dans cette optique, les Ursulines ont pour vocation de convertir la société et le monde. Néanmoins, leur prosélytisme s’accompagne d’une volonté de sécularisation qui se traduit par un assouplissement de la clôture. Les enfants sont autorisées à voir leur famille chez elles ou dans le pensionnat ; elles portent des vêtements séculiers. Quant à l’instruction reçue, en plus de l’orthographe et du calcul appliqués à la vie quotidienne, elle se compose de leçons de politesse, de cours de couture et d’enseignement ménager. Dans certaines écoles, on envisage même d’instruire en latin, géographie, histoire, zoologie, botanique mais les réticences sont nombreuses chez les parents et, surtout, les Ursulines ne possèdent pas suffisamment de connaissances pour assurer ces enseignements.

11En ce qui concerne la vie quotidienne, elle est douce. Les enfants ne sont pas élevées comme des religieuses et bénéficient d’une nourriture saine et équilibrée, d’eau chaude et de dortoirs chauffés. Pendant les récréations, elles sont autorisées à jouer, courir, comme l’exige l’hygiène physique, et à se parler. Ce confort inhabituel assure la réputation des Ursulines dans la bonne société.

Saint-Cyr

  • 6 Selon Mme de Maintenon, la gravité du mariage repose dans « l’édification qu’elles [les femmes] do (...)
  • 7 Mme de Maintenon, op. cit, 1705, p. 113.

12Formée par elles, Mme de Maintenon gardera et renforcera pour Saint-Cyr, créé en 1686, cet aspect séculier. Il s’agit pour elle de donner une éducation à des jeunes filles nobles et pauvres, en tenant compte à la fois de leur personnalité mais aussi de leur condition, qui doit les conduire au noviciat ou au mariage. Pour celles qui choisiront les ordres, elles seront accoutumées peu à peu à une vie humble, sobre et laborieuse, afin de pratiquer la pauvreté et se détacher des plaisirs du monde. Cependant, l’objectif de Saint-Cyr n’est pas de donner des religieuses mais de former des épouses et de futures mères de famille. C’est pourquoi, on inculquera à celles qui se destinent au mariage les valeurs domestiques6 : l’économie, la propreté, la conduite des domestiques, la gestion des affaires et l’éducation des enfants qui réclame une certaine pédagogie, à savoir des capacités de réflexion et d’observation, afin de découvrir leur humeur, leur particularité, leurs qualités et défauts. Ce sont d’ailleurs ces qualités que Mme de Maintenon essaie de développer chez les maîtresses de Saint-Cyr afin qu’elles trouvent la meilleure manière de guider leurs élèves. Elles doivent les instruire des devoirs de femmes du monde et des états qu’elles pourront être amenées à embrasser, ne pas hésiter à leur parler du mariage, car « c’est [dit-elle aux maîtresses] un état que plusieurs de vos demoiselles embrasseront, qui est approuvé par l’Église et que Jésus-Christ même a honoré de sa présence »7.

  • 8 Mme de Maintenon, Avis aux maîtresses des classes, 1706, p. 129.

13Les jeunes filles sont élevées « chrétiennement, raisonnablement et noblement »8 et l’on vise plus à éduquer par la raison qu’à instruire. Les connaissances ne sont là que pour former le jugement. Les maîtresses doivent donc servir de modèle et faire respecter la discipline, la dévotion sans ostentation, la simplicité au quotidien et la gaieté. C’est une éducation ouverte sur le monde où l’on privilégie les jeux de l’esprit, les conversations et déclamations, et les représentations théâtrales (Racine écrit pour elles Esther et Athalie) qui connaissent un grand succès auprès de la cour.

  • 9 Mme de Maintenon fait appel au talent de Mlle de Scudéry (1607-1701), célèbre pour ses romans et s (...)

14À partir de 1692, Mme de Maintenon, sous l’influence d’un catholicisme rigoureux, pense avoir fait fausse route et laissé trop de liberté intellectuelle à ses filles. Elle obtient de Louis XIV de transformer l’institution en un monastère régulier rattaché à l’ordre de Saint-Augustin. Sévérité et austérité remplacent brutalement le régime libéral précédent. Tous les livres sont interdits, hormis l’Imitation de Jésus-Christ, et l’instruction est réduite à sa plus simple expression9. On revient donc à l’éducation traditionnelle et, plus encore, à l’esprit de l’abbaye de Port-Royal qui constitue un exemple illustre de l’enseignement monastique donné aux filles.

Port-Royal

  • 10 Dès la constitution de leur société, les jansénistes accordèrent beaucoup d’importance à l’éducati (...)
  • 11 Nicole, moraliste et logicien enseigna la philosophie et les humanités et publia ses réflexions pé (...)
  • 12 Par l’autorité et la force de son esprit, par la diversité de ses relations, Jean Duvergier de Hau (...)
  • 13 Fontaine, secrétaire de M. de Saci, Mémoires, 1700, écrit : « On tâchait de les laisser dans une h (...)

15Bien qu’il ne concerne qu’une centaine d’enfants et d’adolescents10, et qu’il ne s’étende que sur une trentaine d’années (1639-1661), l’enseignement de Port-Royal doit sa notoriété aux personnes illustres qui y participèrent11, à l’aspect novateur de ses méthodes et de ses ouvrages pédagogiques, et, surtout, à la lutte sans merci que lui livrèrent les Jésuites et Louis XIV. L’éducation janséniste, destinée à la formation d’une élite, est marquée par l’esprit de Saint-Cyran12 qui considère l’enfance comme misérable, digne de pitié et de sollicitude. Profondément marqué par le péché originel, l’homme n’a d’autre issue que la réformation apportée par l’éducation. Celle-ci, comme chez les humanistes, doit commencer le plus tôt possible, non pour faire acquérir de bonnes habitudes, mais parce que l’enfant, incapable de discernement, peut céder à tout moment aux tentations du démon et trouver le plaisir et le divertissement dans les vices qui s’offrent à lui. De là, l’élaboration des principes d’une éducation austère reposant sur la surveillance permanente, la séparation d’avec un monde dangereux susceptible de mettre en péril l’innocence enfantine13.

16Les maîtres préconisent une hygiène de vie indispensable au développement harmonieux du corps et de l’âme, avec une nourriture frugale mais suffisante, des exercices tels que la danse, la natation, le cheval et la chasse, qui sont également en faveur dans les autres congrégations. Le refus de l’émulation et de tout ce qui peut flatter la vanité ou l’orgueil de leurs enfants, voire les tromper, les conduisent à condamner les romans, le théâtre et les divertissements de la société. Seuls la bonté des maîtres, leur charité à l’égard des jeunes garçons, la qualité d’un enseignement dispensé à de petits groupes dans une atmosphère presque familiale, avec de longues récréations, un cloisonnement moins rigide de l’emploi du temps et des cours en plein air, permettent d’adoucir les rigueurs d’une éducation chrétienne, essentiellement individuelle et fondamentalement tournée vers le renoncement.

  • 14 Ce règlement a été adressé à M. de Singlin, le 15 avril 1657, à sa demande. Voir Isidore Carré, op (...)
  • 15 Octave Gréard, Mémoire sur l’enseignement secondaire des filles, Paris, Hachette, 1887, p. 55, déc (...)

17Cette pédagogie qui tend à couper les enfants du monde est plus exigeante pour les filles car, contrairement aux garçons, elles sont élevées comme si elles devaient devenir religieuses. D’ailleurs, un éventuel retour dans le monde serait considéré comme une déchéance, un échec de l’éducation donnée puisqu’elles sont éduquées pour le Ciel, ce qui légitime leur vie ascétique qui isole volontairement chacune d’elles. La lecture du Règlement pour les enfants, écrit vers 1657 par Jacqueline Pascal (Sœur Euphémie)14, nous présente une éducation des plus austères, qu’elle-même juge difficile de faire appliquer avec exactitude car le silence continuel et la discipline peuvent provoquer l’abattement et l’ennui15.

18Le règlement comprend deux parties : les règles portant sur l’organisation de la journée des enfants et celles concernant la formation des maîtresses.

  • 16 Jacqueline Pascal, Règlement pour les enfants de Port-Royal, dans Isidore Carré, op. cit., p. 291  (...)

19Le déroulement de la journée destiné à des jeunes dont l’âge varie de quatre à dix-huit ans, a tout du rythme monacal, tant les exercices de piété, l’éducation religieuse et le travail manuel occupent le temps. Les exercices de piété sont nombreux et accompagnent les différentes activités de la journée depuis le lever, pendant les repas et jusqu’au coucher. En dehors de la sainte messe, les filles peuvent, selon leur âge, assister à tous les offices. L’éducation religieuse, ou instruction, dure trois quarts d’heure, donne lieu à des interrogations sur la leçon précédente et à une nouvelle leçon de catéchisme. On cultive la mémoire en faisant apprendre par cœur la théologie familière, l’exercice de la messe, le traité de la confirmation. Certaines apprennent le psautier entier. Le travail manuel doit être utile et l’on proscrit les travaux de pur agrément. Il a plusieurs objectifs : lutter contre la paresse, la négligence et la malpropreté ; apprendre à se rendre utile et à offrir son travail à Dieu en guise d’amour ; enfin, il doit accoutumer à la mortification car il est bon d’apprendre très tôt à se forcer de toujours faire ce qui rebute, parce qu’il existe un rapport inversement proportionnel entre ce qui plaît à Dieu et ce qui attire l’enfant, et que le travail ne doit pas être une source de plaisir16. Enfin, pour ce qui est de l’instruction profane, les plus grandes apprennent à lire aux plus petites et l’écriture est pratiquée tous les jours à la sortie de la messe, chacune devant s’exercer à écrire et aussi à composer. Les jours de fête seulement, une heure est réservée à l’arithmétique. Le plus souvent, le travail des enfants est solitaire. Pendant les récréations, les petites sont séparées des grandes. Elles peuvent jouer seules et à voix basse aux osselets ou au volant ; quant aux grandes, elles préfèrent travailler pour ne pas perdre de temps en futilité. D’ailleurs, J. Pascal affirme que rien ne les ennuie tant que les récréations et les jours de fête !

20Les relations sociales font l’objet d’une éducation à la civilité et sont caractérisées par une distance qui empêche la naissance d’amitiés et de toute familiarité entre les enfants. En effet, les Solitaires de Port-Royal pensent qu’il ne convient pas à un chrétien d’avoir de la familiarité avec qui que ce soit. Elles ne peuvent communiquer entre elles et la plupart des sujets de conversation concernant les religieuses, les visites reçues, les événements quotidiens, sont proscrits. Les confidences sont interdites et l’on ne doit pas parler de soi, que ce soit oralement ou par écrit. De toute façon, la plupart des activités se font dans le silence. On ne leur permet pas d’être séparées les unes des autres, et il n’est pas possible de s’isoler à deux ou trois. Elles doivent se tenir dans un espace dans lequel tout ce qu’elles disent est entendu de leurs maîtresses ; dans le cas contraire, la parole est proscrite. Dans cet espace imposé et limité, le regard est lui-même prisonnier et les filles se tiennent les yeux baissés.

  • 17 Jacqueline Pascal, op. cit., p. 288. Saint Jérôme préconisait pour la jeune fille le port de la ro (...)

21La relation au corps est austère. On a peu de temps à lui accorder puisqu’il est destiné « à servir de pâture aux vers »17. Il est le lieu de multiples témoignages de dévotion : stations debout durant les prières, multiples génuflexions et sainte messe suivie à genoux au milieu du chœur. Néanmoins, les religieuses de Port-Royal ont soin de nourrir correctement leurs pensionnaires, montrant ainsi leur attachement à la santé physique indispensable au fonctionnement de l’âme. Cependant, il convient d’apprendre très tôt à maîtriser son appétit, voire à le dompter et, dans ce but, elles autorisent les grandes, à partir de quatorze ans, à se dispenser de la collation si elles le désirent. Le corps participe également des pénitences : selon la faute commise, on doit baiser les pieds de celle qui a été offensée, ou bien porter un manteau gris, aller sans voile et sans scapulaire au réfectoire, et rester à la porte de l’église dans cet état. Lorsqu’elles sont privées de visite à l’église pendant plusieurs jours, elles restent à l’écart des autres et tiennent la porte à l’église. Les petites et les moyennes portent sur elles, en gros caractères, des billets où peut être inscrit un mot tel que paresseuse, négligente, menteuse, etc. Les plus grandes peuvent aussi être privées de voile et demander les prières des sœurs au réfectoire. Il faut éviter les erreurs à leur égard afin de ne pas aggraver la situation et leur nuire plus que les aider. C’est pourquoi la maîtresse doit prier Dieu pour demander le discernement nécessaire à l’éducation de ces jeunes filles.

  • 18 Jacqueline Pascal, op. cit., p. 323, préconise de connaître : « leurs inclinations, leurs vices et (...)
  • 19 Blaise Pascal, Pensées, Œuvres complètes, (1670) Paris, Seuil, 1963, (72-66), p. 508, conseille : (...)

22La seconde partie de l’ouvrage de J. Pascal est réservée au Règlement pour les maîtresses. Comme pour les maîtres des garçons, on préconise la tendresse et la charité, avec l’idée que rien ne doit être épargné pour rendre les enfants dignes de Dieu. La surveillance constante doit être sans réserve, à l’intérieur comme à l’extérieur des locaux, même au détriment d’un office. La maîtresse peut être aidée dans sa surveillance par deux sœurs qui lui servent en quelque sorte d’adjointes. En effet, qu’elles soient malades ou pas, les élèves ne peuvent être laissées seules. Pour rendre plus supportable cette présence continuelle, il est bon d’avoir une humeur égale à leur égard, de leur parler sans rudesse, tout en gardant ses distances et de ne pas leur témoigner une trop grande confiance. Les entretiens généraux doivent être consacrés à Dieu et à la joie de le servir. Il faut également exhorter les enfants à se connaître elles-mêmes18. Cette pratique de l’introspection n’a d’autre finalité que de mieux répondre aux vertus chrétiennes préconisées par les sœurs, en pratiquant la mortification privée ou publique qui atteste des progrès moraux réalisés19.

23Globalement, l’esprit de pénitence domine cette éducation que caractérise le refoulement des sentiments, le renoncement aux joies enfantines et terrestres, le silence et la solitude qui l’accompagne. L’épanouissement de ces enfants et adolescentes en est absent car il est nécessaire en priorité de dompter la nature rebelle qui est en chacune d’elles.

24Les expériences pédagogiques que nous venons d’évoquer montrent la difficulté de sortir de la dialectique éducative qui s’offre à l’enseignement religieux comme à l’enseignement séculier. On constate qu’à travers la formation des mères de familles ou celle de nonnes, c’est la question du statut social de la femme qui est posée.

  • 20 Élizabeth Jacquet de la Guerre (1665-1729), protégée de Louis XIV, fit carrière comme claveciniste (...)
  • 21 Le terme apparaît pour la première fois en avril 1654. Voir Roger Duchêne, Les précieuses ou Comme (...)

25Dans ce domaine, on peut dire que, si l’Église a partagé les représentations de ses contemporains, elle ne les a pas aggravées. Mieux, elle est devenue l’institutrice de la jeunesse. Elle a permis à un certain nombre de femmes de jouer un rôle non négligeable, aussi bien dans la création de fondations que dans le domaine de la charité et de la santé. Les arts ne leur ont pas été étrangers et les couvents ont formé d’excellentes musiciennes qui se sont consacrées essentiellement à l’exercice et à la composition de la musique vocale religieuse20. Néanmoins, doit-on en conclure que la femme n’a pas d’autre vocation que la famille ou la religion ? Rappelons le rôle qu’ont joué les femmes dans le courant précieux21 dans les années 1630 et après la Fronde. Songeons à ces femmes intellectuelles ou femmes d’esprit telles que la marquise de Rambouillet, puis Mlle de Scudéry qui, à travers le phénomène du salon, ont participé à une vie intellectuelle très intense, ont enrichi la langue française, développé le genre épistolaire et peutêtre donné naissance au roman psychologique. Enfin, en relevant la condition de la femme et le niveau de la conversation, elles ont joué un rôle de civilisatrices des mœurs. Par l’intermédiaire de la préciosité, qui fut loin d’être jugée ridicule, contrairement à ce qu’en a dit Molière, s’affirme un mouvement social, celui de ces jeunes bourgeoises qui, à travers les réflexions sur le mariage, réclament le droit de pouvoir enfin disposer de leur cœur et de leur vie.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Carré Isidore, Les pédagogues de Port-Royal, Paris, Delagrave, 1887.

Chartier Roger, Compère Marie-Madeleine, Julia Dominique, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1976.

Duchêne Roger, Les précieuses ou Comment l’esprit vint aux femmes, Paris, Fayard, 2001.

Gréard Octave, Mémoire sur l’enseignement secondaire des filles, Paris, Hachette, 1887.

Laporte Jean, La doctrine de Port-Royal, Saint-Cyran, t. I, Paris, PUF, 1923.

Mme de Maintenon, Lettres et entretiens sur l’éducation des filles, Éd. 1761, rééd. Paris, Hachette, 1886.

Notes

1 Des philosophes comme Pierre Primaudaye (1617) dénoncent ces représentations archaïques, et des médecins tels qu’André Dulaurens rétablissent l’égalité entre les sexes, en affirmant l’existence d’une différenciation qui se précise, à partir du milieu du XVIe siècle, grâce à une succession de découvertes : les trompes de Fallope, la notion d’œuf et d’embryon avec Harvey, en 1650, l’existence d’ovaires et d’ovules, en 1672, avec Régnier de Graaf. Enfin, c’est en 1678 que le Hollandais Huygens évoque les travaux de son compatriote Leeuwenhoek et la découverte des spermatozoïdes.

2 Jésus-Christ est entouré de femmes qu’il juge dignes de suivre son enseignement. Marie écoute ses paroles ; c’est à des femmes qu’il apparaît lors de sa Résurrection et c’est elles qui doivent prévenir les Apôtres ; c’est encore à des femmes qu’il annonce l’Ascension.

3 Ils considèrent que c’est au mari d’apporter les éclaircissements théologiques dont sa femme a besoin.

4 L’enseignement, l’aide à l’enfance abandonnée, les soins aux malades, l’accueil des filles repenties.

5 Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1976, p. 235.

6 Selon Mme de Maintenon, la gravité du mariage repose dans « l’édification qu’elles [les femmes] doivent à leur mari, le support, l’attachement à sa personne et à tous ses intérêts [...], le soin de l’éducation des enfants qui s’étend bien loin, celui des domestiques et du ménage qui sont plus indispensables aux mères de familles que les prières de surérogation que quantité d’entre elles ont coutume de faire », dans Entretien avec les dames sur le mariage, 1705, p. 114.

7 Mme de Maintenon, op. cit, 1705, p. 113.

8 Mme de Maintenon, Avis aux maîtresses des classes, 1706, p. 129.

9 Mme de Maintenon fait appel au talent de Mlle de Scudéry (1607-1701), célèbre pour ses romans et ses Conversations morales publiées en dix volumes entre 1680 et 1690. Elle commande les deux derniers, qui sont lus quotidiennement par les demoiselles. Elle leur substituera ses propres Conversations.

10 Dès la constitution de leur société, les jansénistes accordèrent beaucoup d’importance à l’éducation des enfants et créèrent en 1643, à Port-Royal des Champs, les Petites Écoles, qui s’installèrent en partie à Paris, rue Saint-Dominique d’Enfer. Dès 1660, les Jésuites obtinrent du roi que ces écoles soient fermées, les maîtres chassés et emprisonnés.

11 Nicole, moraliste et logicien enseigna la philosophie et les humanités et publia ses réflexions pédagogiques en 1670 dans L’éducation d’un prince. Lancelot, grammairien, auteur des Méthodes de Port-Royal pour apprendre les langues latine, grecque, italienne et espagnole. Arnauld, théologien, collabora à la Grammaire générale , à la Logique. Coustel, Règles d’éducation des enfants (1687). Varet, l’Éducation chrétienne (1668). Pascal se retire à Port-Royal des Champs en 1655, à l’âge de 35 ans.

12 Par l’autorité et la force de son esprit, par la diversité de ses relations, Jean Duvergier de Hauranne, dit Saint-Cyran (1616-1695), est un personnage éminent, voire essentiel, dans la France de la première moitié du XVIIe siècle. Richelieu ne s’y est pas trompé, qui l’a maintenu en prison pendant cinq ans.

13 Fontaine, secrétaire de M. de Saci, Mémoires, 1700, écrit : « On tâchait de les laisser dans une heureuse ignorance de toutes les choses dont la connaissance leur pouvait nuire, et de toujours tenir leurs yeux fermés, afin qu’ils ne vissent jamais aucun de ces objets dont la seule vue peut faire à l’âme des plaies mortelles », dans Isidore Carré, Les pédagogues de Port-Royal, Paris, Librairie Delagrave, 1887.

14 Ce règlement a été adressé à M. de Singlin, le 15 avril 1657, à sa demande. Voir Isidore Carré, op. cit., p. 286.

15 Octave Gréard, Mémoire sur l’enseignement secondaire des filles, Paris, Hachette, 1887, p. 55, décrit la vie des jeunes filles : « Qu’on se représente ces journées de quatorze et de seize heures, se succédant et s’appesantissant sur la tête des pauvres petites sœurs pendant six ou huit ans, dans cette solitude morne, sans que rien n’y apportât le mouvement de la vie, rien que le son de la cloche annonçant le changement d’exercice ou de pénitence : et l’on comprendra le sentiment de tristesse de Fénelon lorsqu’il parle des ténèbres de la caverne profonde où l’on tenait enfermée et comme ensevelie la jeunesse des filles ».

16 Jacqueline Pascal, Règlement pour les enfants de Port-Royal, dans Isidore Carré, op. cit., p. 291 : « Il faut qu’elles soient toujours prêtes de rendre à Dieu leurs devoirs, ne s’attachant qu’à cela ».

17 Jacqueline Pascal, op. cit., p. 288. Saint Jérôme préconisait pour la jeune fille le port de la robe de bure pour l’éduquer à ne pas rechercher les vêtements élégants du monde ou, au contraire, pour mieux l’en dégoûter.

18 Jacqueline Pascal, op. cit., p. 323, préconise de connaître : « leurs inclinations, leurs vices et leurs passions, et sonder jusqu’à la racine de leurs défauts. Il est bon qu’elles connaissent aussi à quoi leur naturel les porte, afin de retrancher en elles ce qui peut déplaire à Dieu, et changer leurs inclinations naturelles ou spirituelles ».

19 Blaise Pascal, Pensées, Œuvres complètes, (1670) Paris, Seuil, 1963, (72-66), p. 508, conseille : « Il faut se connaître soi-même. Quand cela ne servirait pas à trouver le vrai cela au moins sert à régler sa vie, il n’y a rien de plus juste ».

20 Élizabeth Jacquet de la Guerre (1665-1729), protégée de Louis XIV, fit carrière comme claveciniste et pédagogue. Elle a composé de la musique profane et religieuse, musique de théâtre et instrumentale.

21 Le terme apparaît pour la première fois en avril 1654. Voir Roger Duchêne, Les précieuses ou Comment l’esprit vint aux femmes, Paris, Fayard, 2001, p. 179.

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’éducation, spécialiste de la discipline scolaire et des formes disciplinaires dans l’histoire du système éducatif français. Elle a publié Quand l’État discipline l’école, Paris, L’Harmattan, 2005. Elle a contribué à la formation des Conseillers principaux d’éducation à l’IUFM de Rouen pendant 13 ans et, à ce titre, est co-auteur de l’ouvrage des « Annales du concours » CPE, Vuibert.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540