Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Religion, éducation et novations

Présentation

Rémi Dalisson

Full text

1La trilogie abordée dans ce chapitre forme un redoutable ensemble de notions toutes intimement liées. Dans cette triade, les contradictions entre éducation et religion se nouent, les novations côtoient les régressions (ou leurs tentatives) et, en trois siècles, du XVIIe des congrégations enseignantes qui se tournent vers l’éducation secondaire pour les femmes au XIXe du scandale des cours Duruy pour jeunes filles en passant par le XVIIIe des Lumières et de l’Encyclopédie, un monde éducatif, et donc religieux, bascule. Tout y passe en effet, la question des rapports entre religion et société, la gestion de l’espace public, l’émancipation des femmes par rapport aux religions et à l’État, les rapports hommes/femmes dans la cité, la famille et l’école, rien ne manque, ni les tentatives de reprise en main religieuses, ni les novations philosophiques et éducatives (L’Émile) qui toujours hésitent entre Dieu, la nature et l’homme (et/ou la femme ?).

  • 1 Circulaire de Victor Duruy instituant les cours secondaires pour jeunes filles, 30 octobre 1867.

2Entre Chrysalide qui, en 1672 dans Les Femmes savantes réduisait « l’étude et la philosophie » d’une honnête femme à « faire son ménage, avoir l’œil sur ses gens et régler la dépense avec économie » et Victor Duruy qui voulait « une instruction forte et simple pour la femme qui offre au sentiment religieux l’appui d’un sens droit et aux entraînements de l’éducation une raison éclairée »1, on perçoit la logique du présent chapitre. Mieux, on peut prendre la mesure des contradictions, comme celle entre la « raison éclairée » et le sentiment religieux que mentionnait Duruy, qui entourèrent toutes les tentatives de réformes de l’éducation des filles.

3C’était l’antique lutte entre l’État et l’Église pour le contrôle de l’éducation des enfants en général et des filles en particulier qui se jouait alors et, plus profondément, deux visions philosophiques de la société française qui s’opposaient sur la longue durée. Cet antagonisme structurant l’Occident depuis l’Antiquité nous rappelle aussi que le combat des Lumières pour l’émancipation des filles et la séparation du spirituel et du temporel est toujours d’actualité en ce début de siècle, quand tant de jeunes filles n’ont aucun accès à l’éducation.

  • 2 Le 25 septembre 1555, la paix d’Ausbourg consacra la division de l’Empire germanique en deux confe (...)
  • 3 Louise Labé dans la dédicace de son ouvrage Œuvres, paru en 1555.

4La colère froide de Louise Labé qui annonçait, pendant la sanglante querelle entre Protestants et Catholiques que la paix d’Augsbourg2 avait figée que le « temps [est] venu que les sévères lois des hommes n’empêchent plus les femmes de s’appliquer aux sciences et aux études »3 se retrouve en filigrane dans les diverses expériences ici évoquées. Qu’y avait-il de changé en effet entre les « hommes qui nous privent de cette honnête liberté » évoqués par Louise Labé, et les propos de Monseigneur Dupanloup qui stigmatisait « la conspiration de l’impiété » qui, selon lui, guidait les timides projets émancipateurs de Duruy ? Peu et beaucoup à la fois en vérité.

5D’abord comme le montre fort bien Annie Tschirhart, une longue quête pour l’éducation des filles qui commença au tournant du XVIIe siècle, sur fond de représentation religieuse de la femme. C’était alors le temps des initiatives particulières (Saint-Cyr, Port-Royal) qui voyaient cependant l’Église garder toute sa place (et son pouvoir) dans la vie des femmes. La femme/mère soumise que l’on tentait alors timidement, et moins longtemps que les garçons, d’éduquer dans le beau monde (les précieuses, sur lesquelles il y aurait beaucoup à redire) bénéficia cependant de quelques avancées pédagogiques (des matières nouvelles, place du jeu) et philosophiques (Fénelon et son Traité de l’éducation des filles en 1687).

  • 4 Je pense ici à la première des trois contributions à l’article « Femme » dans l’Encyclopédie écrit (...)

6C’est pourquoi il est nécessaire de tenter de démythifier Saint-Cyr comme s’attache à le faire Dominique Picco, et de replacer l’institution dans son contexte, entre la tradition de soumission de la femme à l’Église et aux hommes et quelques avancées fort ambiguës des Lumières4. Érigée en modèle éducatif pour les filles, souvent a posteriori, l’institution de Madame de Maintenon ne le fut pas tant que cela. Elle eut certes ses spécificités, comme l’individualisation du travail ou la progressivité de l’enseignement, elle fut certes imitée en France (à Lille, à Paris) ou à l’étranger (en Russie). Mais, sous l’influence des contextes de chaque pays, ces « sœurs » s’éloignèrent vite du modèle initial d’autant qu’un mouvement d’émancipation vis-à-vis de l’Église s’amplifiait, et que les jeunes filles de bonne famille à présent éduquées rechignaient de plus en plus à prendre le voile.

  • 5 Pour ce siècle, l’ouvrage le plus complet est celui de Françoise Mayeur, Histoire générale de l’en (...)
  • 6 Tout le monde aura reconnu la Restauration (1815-1830), la Monarchie de Juillet (1830-1848), la Se (...)

7La fondation de la très impériale Maison de la Légion d’honneur en 1805 et ses nouvelles prétentions éducatives, souvent opposées à celle de Saint-Cyr, illustrèrent alors parfaitement le poids des Lumières, de la Révolution française, mais aussi la matrice que fut le XIXe siècle en matière d’éducation féminine. La querelle entre l’État et l’Église s’y cristallisa, sur fond de scolarisation massive (loi Guizot de 1833, projet Carnot en 1848)5 et d’innombrables ambiguïtés, bien illustrées par l’ambitieux programme éducatif de Victor Duruy sous le Second Empire. La personnalité et l’œuvre du farouche opposant à Duruy que fut Monseigneur Dupanloup, bien analysées par Marc-Antoine Pottin, peuvent alors se lire comme une parabole sur l’enjeu que fut l’éducation des femmes dans ce siècle si changeant avec ses cinq régimes politiques différents6 et ses querelles philosophiques et politiques incessantes à travers le républicanisme, l’absolutisme, le libéralisme, le (ou les) christianisme, voire le socialisme.

8Sa querelle avec le très libéral Victor Duruy, qui n’avait pourtant rien d’un révolutionnaire, à propos des « cours secondaires pour jeunes filles », incarna en effet la nouvelle concurrence que l’État entendait faire à l’Église en la matière. Elle poussa une frange toujours grandissante de l’Église à s’interroger sur cet enjeu et donc à se remettre en question. Dans ce cas aussi, la pensée de Dupanloup fut trop souvent caricaturée et simplifiée. On y trouvera en effet autant de novations (sur l’égalité des sexes par exemple) que de tradition (sur la femme au foyer, la maternité) qui illustrent bien les multiples facettes du libéralisme d’alors.

  • 7 Edmond Scherer, sénateur républicain de 1875 à 1889 à propos de l’école, cité par Yves Gaulupeau, (...)
  • 8 Je pense aux querelles récurrentes depuis 1989 sur le voile, au refus de quelques filles d’assiste (...)

9Ce libéralisme mâtiné de préoccupations sociales pour éduquer les filles, c’est la Troisième République qui le reprendra à son compte en voulant « enlever la femme du prêtre pour la faire participer à la vie générale et à la culture »7. Mais elle se garda de lui donner trop d’éducation supérieure, comme le montrèrent le tollé suscité par la création des lycées de jeunes filles par Camille Sée et la date tardive (1925) de l’alignement des cursus entre lycées de filles et de garçons, sans parler du refus du suffrage féminin qui dura jusqu’à la fin de régime. Mais c’est là une autre histoire de l’éducation des filles que les trois études qui suivent ce modeste préambule annoncent et qui se poursuit encore quand les intégrismes religieux réclament le retour de la femme au foyer et une séparation entre les sexes dans l’espace public8, alors que la laïcité « à la française » est partout battue en brèche.

Notes

1 Circulaire de Victor Duruy instituant les cours secondaires pour jeunes filles, 30 octobre 1867.

2 Le 25 septembre 1555, la paix d’Ausbourg consacra la division de l’Empire germanique en deux confessions, luthérienne et catholique, selon le principe cujus regio, ejus religio. Pour ces deux religions, la place des femmes dans la cité – et dans le culte – est centrale.

3 Louise Labé dans la dédicace de son ouvrage Œuvres, paru en 1555.

4 Je pense ici à la première des trois contributions à l’article « Femme » dans l’Encyclopédie écrite par l’Abbé Mallet et qui concède aux femmes « un droit d’égalité mais aussi la permanence de la « réelle supériorité de l’homme » dans la religion chrétienne. Voir aussi celle de De Jaucourt dans le même article qui parle de « principe de l’égalité des droits entre les sexes » violé par « un accord réciproque ».

5 Pour ce siècle, l’ouvrage le plus complet est celui de Françoise Mayeur, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. III, « De la Révolution à l’école républicaine », Paris, NLF, 1981.

6 Tout le monde aura reconnu la Restauration (1815-1830), la Monarchie de Juillet (1830-1848), la Seconde République (1848-1852), le Second Empire (1852-1870) et la Troisième République (1870-1914, puis 1940). On pourrait y ajouter la Commune de Paris qui émancipa, bien avant Ferry, les femmes à l’école et ailleurs.

7 Edmond Scherer, sénateur républicain de 1875 à 1889 à propos de l’école, cité par Yves Gaulupeau, dans La France à l’école, Paris, Découvertes Gallimard, 1992, p. 61.

8 Je pense aux querelles récurrentes depuis 1989 sur le voile, au refus de quelques filles d’assister à certains cours à l’école (EPS, biologie voire histoire) et aux municipalités, de gauche comme de droite, qui ont accordé des créneaux horaires séparés selon les sexes pour les piscines.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540