Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Discours et pratiques au Siècle des lumières

L’institution pour jeunes demoiselles de Strasbourg

Loïc Chalmel

Résumé

Qui se souvient aujourd’hui encore des éducateurs philanthropinistes et de leurs principes pédagogiques ? Pourtant, la création et le rayonnement de leurs établissements d’éducation au Siècle des lumières, contribua à la mise en place d’une « école nouvelle » au sein du paysage éducatif européen. L’Institution pour jeunes demoiselles de Strasbourg représente incontestablement la contribution la plus originale des disciples de Basedow (1723-1790) à la question de l’éducation des filles. Cette institution trouve naturellement sa place dans le réseau unissant les différents établissements créés par les « amis de l’humanité » en Europe, avec en arrière-plan le rôle des sociétés philanthropiques qui assurent la promotion officielle de leurs travaux pédagogiques, et les Loges maçonniques qui en assurent la promotion souterraine. Jean-Frédéric Simon (1747-1829) et Jean Schweighäuser (1753-1801), élèves d’Oberlin (1740-1826) et anciens collaborateurs de Basedow à Dessau, en seront les chevilles ouvrières.

Who remembers now the philanthropic educators and their principles? Yet the creation and the influence of these schools in the century of Enlightenment was partly responsible for the foundation of a ‘new school’ within the European educational landscape. The Strasburg institute for young ladies is undoubtedly the most original contribution of Basedow’s disciples on the question of girls’ education. This institute finds its natural place in a network uniting different schools created by these ‘friends of mankind’ in Europe, the official promotion of their pedagogical studies being made in the background by philanthropic associations, as well as Freemason groups for the underground promotion. Jean-Frédéric Simon (1747-1829) and Jean Schweighäuser (1753-1801), both pupils of Oberlin (1740-1826) and former collaborators of Basedow in Dessau will be the central instruments in the implementation of this institution.

Texte intégral

1Le 26 octobre 1777, après presque deux années de service au philanthropinum de Dessau, Jean-Frédéric Simon (1747-1829) et Jean Schweighäuser (1753-1801) se décident à regagner Strasbourg. Ces jeunes disciples de Jean-Bernard Basedow (1723-1790) bénéficient dans leur ville natale, de l’admiration de leurs concitoyens éclairés pour les succès remportés à Dessau. Les plus éminents pédagogues de la vallée du Rhin supérieur sont alors profondément touchés par les idées philanthropinistes. Ils sont rapidement pris en charge par leur famille intellectuelle naturelle : la Société philanthropique et la Loge « Ferdinand aux neuf étoiles ». Ces deux institutions leur apportent un soutien tant public qu’arcane, en leur fournissant une première occasion de développer leurs talents pédagogiques à la maison des orphelins dont ils sont les gestionnaires, puis dans la réalisation de leur projet de fondation d’une institution pour jeunes filles.

2Le chancelier de Bâle Isaac Iselin (1728-1782), co-fondateur de la Société helvétique réformiste de Schinznach, à la plume duquel rien de ce qui concerne l’éducation en Europe n’échappe, porte un regard admiratif sur ses protégés, et résume dans ses « Éphémérides de l’humanité » les débuts prometteurs de Simon et Schweighäuser sur le sol français :

  • 1 Isaak Iselin, Ephemeriden der Menscheit, oder Bibliothek der Sittenlehre, der Politik und der Gese (...)

[…] Ils étaient cependant dans l’idée de se défaire de Strasbourg, pour exécuter leur autre important projet : fonder une maison d’éducation pour jeunes demoiselles à Colmar ; mais seulement pour quelques années ; pour toujours, seulement si leur grand projet devait rester sans effet (à Strasbourg). Mais les autorités, la direction de la maison des orphelins, les philanthropes, tout le public étaient si pleinement contents d’eux, étaient si enchantés à propos des heureux fruits de leur zèle, qu’on les persuada de rester à Strasbourg, de fonder leur pensionnat pour jeunes demoiselles dans cette ville, et de poursuivre leur enseignement dans l’orphelinat local. Leur programme d’éducation fut ratifié, et introduit solennellement le 22 avril de cette année1.

  • 2 Voir Lettres de Jean-Frédéric Simon au Prêteur royal, 9 avril, 7 mai, 16 mai, 20 mai 1779, Archive (...)

3L’idée d’appliquer les principes philanthropinistes à l’éducation des jeunes filles, déjà envisagée à Dessau, témoigne incontestablement de l’intérêt des philanthropes et des francs-maçons pour cette question. Pourtant, il semble bien que l’administration d’alors, hostile à des projets pédagogiques novateurs jugés subversifs, s’ingénie à multiplier les obstacles administratifs de toute nature. Il faut une certaine dose de courage et de patience pour supporter cet état de choses, et, sans le soutien indéfectible de la Société philanthropique, il ne fait pas de doute que Simon eût définitivement renoncé à s’établir à Strasbourg2. Après bien des efforts, s’ouvre en 1779, à la Krutenau, la première école de filles strasbourgeoise. Sous la houlette du couple Simon et, à l’origine seulement, de Schweighäuser, les familles protestantes disposent désormais d’une structure éducative unique en son genre, dont le programme, en dépit des artifices rhétoriques rendus nécessaires à son habilitation par les autorités civiles, reste fortement empreint des principes philanthropinistes. Les réseaux maçonniques et philanthropiques sont mis à contribution, pour recruter à l’étranger les élèves nécessaires à la survie de l’institut : paradoxe fondamental d’un internat fondé à l’origine pour éviter aux familles locales d’envoyer leurs filles « chez l’étranger » ! En 1782, Schweighäuser se retire à cause de problèmes de santé, laissant Simon seul directeur de l’Institut d’éducation pour jeunes filles protestantes sous la protection du magistrat de Strasbourg.

  • 3 Le programme du pensionnat de la Krutenau est également publié par Wolke dans le journal du philan (...)

4Celui-ci juge alors opportun de relancer une campagne d’inscriptions, et choisit à cet effet les colonnes du Magazin für Frauenzimmer, dirigé par Seyblods3. Ce trimestriel germanophone présente en particulier le double avantage d’être destiné à des lectrices en âge de fréquenter l’institut et à leurs parents, ainsi que d’être distribué à la fois à Strasbourg, à Kehl en Allemagne et à Bâle en Suisse. Simon profite de cette occasion pour exposer au public une version revue et corrigée de son programme éducatif, en fonction d’une expérience de trois années acquise aux côtés de Schweighäuser, répartie sur trois volumes du Magazin für Frauenzimmer, intitulée : « Grandes lignes (esquisse) de l’institution d’éducation pour jeunes demoiselles de la société sous la protection du Magistrat de Strasbourg ». Il précise d’abord quelle doit être à ses yeux la finalité de toute éducation féminine :

  • 4 Jean-Frédéric Simon, « Grundrisses der Erziehungsanstalt für protestantische Frauenzimmer von Stan (...)

La principale vocation de chaque femme dans sa vie est bien celle-ci : c’est d’être une agréable dame de compagnie pour son futur mari, une maîtresse de maison intelligente, une éducatrice habile de ses enfants des deux sexes (pour le sexe masculin du moins pendant les premières années). Pendant sa formation l’éducateur doit en conséquence avoir toujours ce but sous les yeux. Ce doit être le fondement de tout institut éducatif, d’arriver à aider autant que possible la nature à atteindre cet objectif, en inculquant des connaissances, en adoucissant les mœurs, en formant le cœur, pour que des filles deviennent de bonnes dames de compagnie, mères de famille et éducatrices, et aient de l’agrément à atteindre une position, à laquelle elles aspirent4.

5C’est donc à contribuer à établir sur des bases solides la position « naturelle » de la femme dans la société bourgeoise du XVIIIe siècle que concourent tous les efforts de l’éducateur. La faible durée du séjour des demoiselles à l’institut doublée de la grande hétérogénéité des publics scolarisés sont ensuite présentés comme les principaux obstacles qui se dressent devant le pédagogue. Pour les contourner, Simon distingue alors nettement trois parties : l’éducation physique, les leçons et enfin l’éducation morale. Les principes de l’éducation physique sont déclinés comme suit :

  • 5 Jean-Frédéric Simon, op. cit.

Sa finalité doit être d’entretenir et d’accroître les forces naturelles à l’enfant, d’affermir sa santé et d’acquérir une dextérité corporelle. À cette fin, l’éducateur doit pourvoir absolument à un logement convenable et à ce qui en dépend, à une alimentation saine et modérée, se préoccuper de l’exercice et de la plus grande propreté. […] L’exercice physique sera procuré à nos pensionnaires par des promenades les beaux jours, par des jeux de société alertes en cas de mauvais temps, et par la danse, pendant toute la durée de leur séjour chez nous. Par ce moyen, elles reçoivent cette bienséance si utile à chacune, et qui contribue à hâter la vivacité et l’agilité au lieu de lui nuire, plutôt que les simagrées et les minauderies qui en tiennent lieu.
Si les parents proposent un plus grand renforcement du corps de leur fille, ils nous trouveront certainement disposés à l’exécuter, aussi loin que cela dépende de nous5.

6Après avoir décliné les principes de l’éducation physique Simon en vient au programme de l’enseignement proprement dit. À nouveau, il nous l’expose en deux parties : la « scientifique » qui reste principalement l’affaire des hommes et les travaux manuels, apanage de la gent féminine. L’influence de Dessau est incontestable dans la première partie ; mais au-delà d’un véritable effort d’adaptation au public concerné, de réelles innovations voient le jour, dont certaines semblent aujourd’hui encore attribuées au mouvement de l’éducation nouvelle, plus qu’aux philanthropinistes du XVIIIe siècle :

  • 6 Johann Matthias Schöeckh, Allgemeine Weltgeschichte für Kinder, Leipzig, Weidmanns, 1779.
  • 7 Jean-Frédéric Simon, op. cit., no 6, p. 556-559.

En dehors de la religion, sont dispensés des cours de lecture et d’écriture en français et en allemand et les rudiments de l’art du calcul. Nous allons les habituer, à mettre par écrit à leur façon, de petits récits, qu’elles ont entendus lors des cours, afin qu’elles apprennent à ordonner leur pensée, à s’exprimer clairement, de telle sorte que la correspondance à venir (pour laquelle nous leur donnerons nous-même l’occasion et les directives) devienne une occupation agréable. Il leur sera montré comment rédiger des quittances et autres documents de même nature ; on leur en donnera en même temps des modèles afin qu’elles puissent s’exercer à bien écrire. Une fille dotée de capacités moyennes pourra y parvenir dans les deux langues en un assez court laps de temps d’environ 18 mois, et être en mesure de conduire une conversation dans les deux langues ainsi que de lire un livre adapté à sa compréhension. Elle pourrait développer tant de goût aux connaissances précédemment citées, la progression générale des savoirs à acquérir lui paraître tellement évidente que pour peu qu’elle en possédât l’inclination et les capacités, elle pourrait se perfectionner elle-même. Et ainsi, l’objectif dans lequel beaucoup de parents nous confient leurs filles serait atteint.
L’enseignement de la seconde période prolonge celui de la première, dont les filles ont cependant pu également profiter au sein de la maison paternelle. Les connaissances religieuses sont désormais développées ; les règles de la grammaire allemande et française sont données succinctement (aussi loin qu’il est nécessaire à une demoiselle de les connaître). L’histoire générale du monde sera apprise d’après le manuel de Schöeckh6 pour les enfants, en liaison avec la géographie, grâce auquel ces deux sciences perdent beaucoup de leur sécheresse.
Pour le réinvestissement et l’application de ces deux savoirs, un bon journal sera lu avec elles, d’où l’on extraira les points les plus importants pour les demoiselles. On accompagnera aussi les pensionnaires des connaissances les plus nécessaires tirées de l’étude de la nature des arts et des métiers d’après le livret que nous avons édité à ce propos et dont nous allons poursuivre la rédaction […]. Le calcul et la calligraphie dans les deux langues seront poursuivis. L’un des exercices les plus assidus des pensionnaires consistera en la rédaction de lettres […]. On peut arrêter dans cette période des dispositions pour que la pensionnaire puisse prendre des cours de dessin et de musique. Mais les parents les paieront séparément. La durée de la période pendant laquelle tout ceci peut être dispensé n’est pas déterminable à l’avance ; elle dépend principalement des capacités des pensionnaires. Si les parents nous confient plus longtemps leurs enfants durant la première période, on pourra grâce à cela déjà faire une initiation au dessin, à la musique, etc.
L’enseignement féminin sera distribué entre les deux périodes. Il consiste en tricot (filage, si la demande en est faite), couture, fabrication de filets, broderie ; cordons de montre, rubans de canne et ménage ; laver et raccommoder les bas de soie ; il sera dispensé en partie par ma femme, en partie par des gouvernantes lesquelles garderont toujours un certain contact avec les pensionnaires. Pour les travaux plus délicats, les pensionnaires doivent déjà avoir atteint un certain âge, et si elles veulent parvenir à une certaine habileté à cela, leur emploi du temps ne doit pas être surchargé par d’autres cours, par exemple la musique, etc. Les parents sont invités à requérir parmi les travaux proposés ceux qu’ils considèrent comme les plus utiles pour leurs enfants, pendant leur séjour dans notre institut. Elles pourront cependant apprendre suffisamment de tout pour pouvoir porter un jugement sur le travail d’autrui.
Pour habituer nos pensionnaires au coup d’œil si indispensable aux bonnes ménagères sur les soins du ménage, il leur sera proposé de pourvoir à différents travaux domestiques de telle sorte qu’elles soient contraintes, dès qu’elles s’acquittent de l’un avec une certaine habilité, d’en entreprendre un autre.
Nous pouvons offrir aux seules pensionnaires qui restent longtemps chez nous, un enseignement plus précis dans les arts ménagers, autant que cela reste possible dans notre maison.
Pour finir, nous donnons à nos pensionnaires, dès lors qu’elles sont capables d’une réflexion plus mûre, un compte-rendu de notre manière de traiter nos propres enfants en bas âge et cherchons de cette manière à les préparer à leur état futur de mères7.

  • 8 Cuisine, enfants, Église.

7Sur le plan des finalités, la vocation d’une « demoiselle » étant de devenir une mère de famille doublée d’une maîtresse de maison avisée, Simon prend garde de trop se démarquer de cette empreinte sociale, même s’il se montre prêt à « aller plus loin », pour peu que les capacités et la motivation d’une pensionnaire le lui permette. À l’exemple de Dessau, l’enseignement bilingue est promu dans une conception moderne, basée sur la communication. L’adoption des principes méthodologiques de Basedow, conditionne en outre l’aisance et la vitesse des apprentissages. Ce qui apparaît plus comme une nouveauté, c’est la volonté de réinvestir les compétences acquises dans cette perspective bilingue, dans la lecture et l’écriture au quotidien. Simon inventeur de la correspondance scolaire ? « […] la correspondance à venir (pour laquelle nous leur donnerons nous-même l’occasion et les directives) ». De fait, tout apprentissage linguistique, tant oral qu’écrit, semble faire l’objet d’un réinvestissement systématique à travers la conversation, la correspondance, l’analyse de la presse… S’esquisse alors un portrait de femme plus inattendu, assez éloigné des « trois K » (Küche, Kinder, Kirche8) communément admis à cette époque. Telle une fenêtre ouverte sur le monde, ces connaissances acquises par la communication génèrent la désystématisation, l’ouverture, la possibilité de s’affirmer en tant que sujet de son destin. L’amplitude de l’ouverture est essentiellement conditionnée par les capacités des pensionnaires, à laquelle Simon prétend adapter le rythme d’apprentissage. Au-delà des tâches ménagères et des travaux d’aiguille, un certain nombre de compétences techniques, dans le domaine de la comptabilité par exemple, ne sont pas sans rappeler l’enseignement technique cher aux piétistes.

8Simon achève enfin l’exposé de son programme par l’éducation morale, dans lequel transparaissent à la fois les principes de la religion naturelle, communément adoptés par les philanthropinistes, mais également le rôle moteur de l’amour, comme premier devoir des chrétiens, cher aux piétistes :

  • 9 Jean-Frédéric Simon, op. cit., no 7, p. 651-655.

Chaque secteur de l’enseignement a pour finalité la formation directe ou indirecte du cœur. Des bonnes actions, des récits édifiants seront racontés pendant le travail manuel. Si l’entretien venait à fatiguer, des passages enrichissants seront lus et commentés à haute voix. En dehors de la leçon de religion habituelle, une histoire biblique leur sera lue après la prière commune du matin, afin qu’une certaine pensée religieuse, exposée alors avec chaleur et dignité, puisse marquer nos pensionnaires pour toute la journée. Récompenses et punitions doivent avoir la plus grande influence sur le cœur. Nous cherchons donc à former chaque fille de telle sorte que l’amour de toutes les personnes avec lesquelles elle est en contact, soit sa plus grande récompense, le manque de cet amour sa plus grande punition. C’est pourquoi chaque pupille, lorsqu’elle nous sera confiée, jouira dans les premières semaines d’une liberté totale. Son caractère se révèle ainsi, on apprend à la connaître, on s’attache à elle. À partir du moment où cela est acquis, l’amour de ses gouverneurs lui est devenu nécessaire ; ainsi regarde-t-elle ces derniers plutôt comme des amis expérimentés, se laisse plus facilement diriger par eux, est sensible aux récompenses et aux punitions que nous avons instaurées. Et afin que par-là il règne entre tous les maîtres et les directrices une certaine harmonie, pour que chacun puisse constamment être instruit par les autres de la plus grande ou de la plus insignifiante satisfaction, un journal moral est introduit, dans lequel les personnes chargées de la surveillance marquent la conduite des pensionnaires qui leur sont confiées, et lorsqu’une autre les remplace, le lui transmet. Cette dernière survole alors rapidement ce qui s’est passé en son absence, témoigne de la bienveillance à la pupille méritante, de la froideur à la fautive. Ce journal passe enfin entre les mains de tous les gouverneurs (supérieurs), qui adoptent tous le même comportement. L’opinion cordiale précédente est immédiatement présente à nouveau, dès que la pupille montre à travers son comportement qu’elle s’améliore véritablement en cherchant à reconquérir cet amour.
Pendant les heures de cours, quelques marques seront écrites sur un tableau spécial, sans distinction entre les pupilles, en guise de satisfaction. Si l’enseignant est mécontent, il ne porte alors aucune marque. Ce relevé sera consigné le soir dans un livre spécial, et afin que les parents nous approuvent et éprouvent aussi le désir de nous soutenir, un extrait du journal moral comme du relevé précédent leur sera remis chaque trimestre, à comparer avec quelque autre, dont on ne révèlera cependant jamais l’identité du propriétaire.
Certaines affections néfastes, telle la surcharge stomacale, tirent leur punition naturelle d’elles-mêmes. Nous les laisserons ressentir, mais de telle sorte qu’il ne puisse en résulter aucun dommage pour l’avenir. Les règles de la bienséance, que personne ne doit pourtant confondre ni avec l’ouverture du cœur et le caractère droit, tellement opposés au fade bavardage, ni avec une affectation mal à propos si répandue, seront inculquées à nos pensionnaires en toutes occasions. Quand on manque à cela seulement, quand trop d’oublis se commettent, des amendes modiques payées avec l’argent de poche sont prescrites. Les directeurs se soumettent eux-mêmes à ces règles. L’argent est économisé et employé pour des actions de bienfaisance ou dans un autre but, qui peut procurer de l’agrément aux pensionnaires. Le plus grand nombre de leurs voix en décide.
Et comme ces punitions sont à acquitter avec l’argent de poche, il serait aussi souhaitable à l’avenir, comme on l’a fait jusqu’ici, qu’une somme équivalente soit fixée à toutes nos pensionnaires, afin que pour une punition identique, les uns ne souffrent pas plus que les autres, lorsque l’un a une rentrée d’argent hebdomadaire plus importante, et l’autre moindre. Celle-ci a jusqu’à présent été fixée à 24 sols. Au demeurant, l’autorisation, le nombre et la fréquence à laquelle nos pensionnaires doivent participer aux distractions publiques, tel le chant, les spectacles, etc. dépendra de la détermination des parents. Suivre en cela leur volonté de la manière la plus précise sera pour nous une règle sacrée9.

9La direction morale des pensionnaires est présentée comme largement collégiale : l’univocité des réponses adultes se porte garante de la crédibilité de l’équipe éducative dans son ensemble. Lors d’un processus de structuration compliqué par l’éloignement des repères familiaux, la personnalité des adolescentes doit, selon Simon, pouvoir se confronter à des auctores crédibles et soudés entre eux. Le pardon demeure la règle lorsqu’une faute est reconnue : l’amour retrouvé, qui succède à tout déséquilibre dans la relation aux autres ou à l’adulte, est dans cette perspective la base de la confiance qui permet à l’autre de grandir. On peut être irrité ou critique par rapport aux outils de contrôle de la conduite morale et de l’application au travail développés par Simon et son équipe. Ils ont cependant le mérite d’exister et de rendre ainsi les règles du jeu explicites pour les différents partenaires de la relation éducative que sont les parents, les pensionnaires, les professeurs, les gouvernantes, etc. Au-delà d’une incontestable fonction de surveillance, qui peut sans doute se révéler insidieuse à certains égards, ils encouragent les élèves à prendre conscience de leur comportement général et à réfléchir sur la portée de leurs actes.

10Le texte de présentation du programme de l’institution des demoiselles de la Krutenau s’achève par quelques commentaires sur les modalités pratiques d’inscription qui renseignent les parents sur les conditions économiques permettant l’accès à la formation.

  • 10 Euloge Schneider, Discours sur l’éducation des femmes prononcé à la Société des Amis de la Constit (...)

11Pour se faire une idée de la modernité du plan de Simon et Schweighäuser sur l’intérêt d’éduquer les filles, il est utile de le comparer avec les principes défendus douze ans plus tard, par le citoyen Philibert Simond (1755-1794), alors membre de la Société des Amis de la Constitution. Notons par ailleurs qu’à la même époque, le Jacobin Euloge Schneider (1756-1794), pourtant ami de Simon, tient un raisonnement très proche de celui de son homonyme sur le fond10, ce qui semble montrer que de telles conceptions font l’objet d’un large consensus parmi les révolutionnaires strasbourgeois :

  • 11 Philibert Simond, Discours sur l’éducation des femmes prononcé à la Société des Amis de la Constit (...)

Maintenant, où faut-il placer une fille pour qu’elle reçoive la meilleure éducation tant pour elle que pour la société ?
Je pense qu’il faut la laisser à côté de la mère qui l’a mise au monde, parce que la première condition pour bien élever un enfant, c’est de l’aimer, et l’amour ne peut se vendre, ni se remplacer ; j’ajoute que devant l’affection maternelle disparaissent la moitié des efforts qu’aurait à se faire une maîtresse salariée, pour suivre une jeune fille dans tous ses minutieux détails, développer ses faibles moyens et prévenir ses petits écarts. (On me demandera pourquoi j’abandonne aux mères l’éducation de leurs filles, en leur reconnaissant si peu de dispositions pour y travailler avec succès ? Je réponds, que toute femme qui n’a pas des mœurs peut en prendre, et que dès lors qu’elle est apte à élever sa fille ou à soigner son éducation chez elle ; et qu’en général toute fille qui entre dans un pensionnat du vivant de sa mère, en est la honte et la confusion).
Une fille se doit d’abord à ses parents, puis à la patrie, successivement à son époux, et finalement à ses enfants : en restant auprès de ses parents, elle a sous les yeux le tableau pratique de tous ces devoirs, et nulle part elle ne peut les trouver réunis dans un cadre aussi instructif, aussi rapproché et si bien à sa portée.
L’éducation privée paraît d’autant plus faite pour les filles, qu’elle les prépare à la vie sédentaire qui est nécessairement la leur par la nature de leurs fonctions ; plus elles sont connues et produites, moins elles méritent de l’être ; elles sont peut-être plus caressées, mais elles sont moins recherchées ; on les aimerait davantage pour maîtresses, mais on ne les épouserait pas sans frayeur, et il est bien difficile de les familiariser avec la société, sans leur en faire contracter les dangereuses et coûteuses habitudes.
Leur position subordonnée semble leur interdire l’érudition et les sciences comme une parure dangereuse capable de les dégoûter des soins domestiques qui, malgré leur petitesse apparente, n’en sont pas moins indispensables au maintien des familles.
Il me semble que le père et la mère doivent intervenir habituellement dans l’éducation de leurs filles comme de leurs enfants11.

12Si grâce au prospectus obligeamment publié par le Magazin für Frauzimmer, l’on peut se faire à présent une idée du fonctionnement de l’institut des jeunes demoiselles sur le papier, que sait-on réellement à propos des pensionnaires, de leur nature, de leur nombre, de l’impact que l’établissement a pu avoir dans les milieux éducatifs de son époque ? La découverte récente, dans la correspondance maçonnique des de Turckheim [Jean (1749-1824) et Bernard Frédéric (1752-1831)] des lettres de Pierre Bourcard, permet peut-être, à travers les angoisses exprimées par un père, de s’en faire une idée plus précise. Les échanges épistolaires entre ces deux dignitaires francs-maçons, attestent en outre des liens étroits qui unissent les Loges suisses et alsaciennes et constituent un témoignage inédit du soutien inconditionnel accordé par les « Frères » aux pédagogues philanthropinistes.

13Pierre Bourcard, ou plus exactement Peter Burckhardt (1742-1817), est membre d’une vieille famille très considérée, de la ville de Bâle. Il est remarquable que, bien que germanophone de naissance, il utilise un français à la syntaxe parfois approximative, dans sa correspondance avec les Turckheim, autres germanophones natifs. Membre du Petit conseil et du Conseil secret à l’époque de la correspondance, il devient Oberstzunftmeister en 1789, puis bourgmestre à deux reprises, entre 1790 et 1798 puis en 1811, et enfin Landmann de la Suisse en 1812. Homme politique de première importance dans son pays, il est en outre membre du Grand Orient de France et Grand Maître des Loges maçonniques de Suisse. « La jeune Bourcard » est envoyée à la Krutenau par ses parents au mois de mars 1781, à une époque où Simon et Schweighäuser assurent collégialement la direction de leur institution pour jeunes demoiselles.

14À l’automne suivant l’entrée de mademoiselle Bourcard à la Krutenau, son père écrit à son ami Turckheim, pour lui rapporter à quel point la réputation de l’établissement dans lequel réside son enfant est salie dans sa ville natale, et combien les envieux s’ingénient à lui nuire. Voici un extrait significatif de cette lettre, qui porte la mention marginale autographe du destinataire « Simon et Schweighäuser » :

  • 12 Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, Fonds de Turckheim, carton 78 1/1.

La pension où ma fille est n’a pas laissé de souffrir un peu des calomnies de ses ennemis, ou de ceux qui s’intéressent pour des pensions dans d’autres villes ; la retraite de la petite Bourcard, lui a causé aussi du dommage ici, dans l’esprit des personnes prévenues, les récits de la modicité de la nourriture, de malpropreté, cherté et d’autres faussetés y ont ajouté du discrédit, ce qui me fait de la peine pour nos amis communs, pour lesquels je suis prévenu de cœur et d’âme, cependant je crois que vos bons et amicaux conseils, pourront leur être de grande utilité pour détruire ces bruits mal fondés, en persuadant le public du contraire. Je les ai déjà prévenus en partie pour leur utilité m’intéressant beaucoup à ce qui les regarde, j’ai pensé vous en toucher deux mots à leur avantage, attendant de vos chères nouvelles […]12.

  • 13 12 octobre 1781, 21 octobre 1781, janvier 1782, juin 1782, 8 novembre 1782.

15Le propos est à nouveau clos par la signature maçonnique de celui qui nomme son correspondant « Monsieur mon très révérend frère ». D’après Bourcard, l’institut des philanthropinistes alsaciens a donc des ennemis qui cherchent à en discréditer l’organisation, opposant les avantages affichés publiquement dans le prospectus, à des accusations de cherté, malpropreté, pingrerie etc. Le maître maçon met ces accusations sur le compte de la jalousie et d’une concurrence supposée… Mais bien qu’il ne semble ne pas s’en formaliser et qu’il réaffirme son soutien à Simon et Schweighäuser, on sent poindre une certaine inquiétude sous sa plume ; ainsi suggère-t-il à son frère Turckheim de prodiguer des conseils bienveillants à nos deux pédagogues. Les lettres suivantes13 témoignent de l’évolution de ce sentiment d’inquiétude implicite jusqu’à la visite de Bourcard à l’institut au printemps 1782. À cette occasion, Jean-Frédéric Simon ne manque pas de faire sentir à son hôte le devoir de solidarité qui s’impose au nanti vis-à-vis du plus démuni. Sa « prière » semble avoir porté ses fruits, puisqu’il obtient un soutien assez considérable de 1 200 louis de ses mentors suisses et strasbourgeois, ce qui n’empêchera néanmoins nullement la faillite financière finale de l’institution des demoiselles. Une fois encore, on ne peut être que frappé de la constance de ces soutiens philanthropiques et maçonniques vis-à-vis du jeune pédagogue : le philanthropinum de Simon représente bel et bien une vitrine du projet éducatif voulu par les amis de l’humanité :

  • 14 Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, Fonds de Turckheim, carton 78 3/3.

[…] Un mot de notre M. Simon, je me suis donné toutes les peines du monde, dans les jours de mon voyage, pour lui, à savoir s’il en retirera quelque fruit. […] M. Simon peut être sûr et certain de mon appui le plus nerveux qu’il soit possible en tout temps, mais il m’aurait fait plaisir qu’il eut supprimé dans la prière de table dont je vous parlai, l’exhortation qu’il m’adressa en quelque façon, que l’opulent doit soulager et seconder celui qui est dans le besoin, si je n’avais jamais rien fait ç’aurait été en place, aussi j’eusse paru fait de marbre, on ne peut pourtant pas tout faire, on a famille et autres enfants auxquels il faut aussi penser. Ceci entre-nous très révérend frère, et pour vous dire seulement que de moi-même je ferai toujours le possible envers M. Simon pourvu que lui-même ne m’y provoque pas. Quant aux 600 louis dont vous me parliez je vous prie positivement de les employer jointes à la même somme qu’y destinés la vôtre pour payer ses dettes les plus criardes et dès que je serai de retour à Bâle j’aurais soin de vous le bonifier avec remerciement de les avoir avancés, et vous dirai mon retour […]14.

  • 15 Loïc Chalmel, Philanthropinisme et pédagogie au XVIIIe siècle, Berne, Paris, Peter Lang, 2004, p.  (...)

16Quelques mois plus tard, en 1783, l’expérience de cette première institution éducative pour jeunes demoiselles protestantes s’achève, faute de moyens suffisants. Simon pense alors en avoir fini avec les tracasseries financières et les suspicions de toutes sortes ; la suite lui prouvera le contraire. La rumeur couve sous la cendre et ses adversaires politiques vont l’attiser à nouveau afin de nuire gravement à sa réputation pendant la période révolutionnaire15, ce qui montre une fois de plus, s’il en était besoin, à quel point l’éducation des filles est généralement perçue comme une perte de temps, au sein de l’opinion publique de ce XVIIIe siècle finissant !

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Chalmel Loïc, Philanthropinisme et pédagogie au XVIIIe siècle, Berne, Paris, Peter Lang, 2004.

Lantoine Albert, Histoire de la franc-maçonnerie française, Paris, Nourry, 1927-1935.

Porset Charles, Revauger Cécile, Franc-maçonnerie et religions dans l’Europe des Lumières, Paris, Champion, 1998.

Raulet Gérard, Aufklärung. Les Lumières allemandes, Paris, Flammarion, 1995.

Renaud Theodor, « Johann Friedrich Simon, ein Strassburger Pädagog und Demagog (1751-1829) », dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, Heidelberg, Carl Winters, 1908, no 23.

Notes

1 Isaak Iselin, Ephemeriden der Menscheit, oder Bibliothek der Sittenlehre, der Politik und der Gesetzgebung, Bâle, Schweighauser, 1780, p. 110-112.

2 Voir Lettres de Jean-Frédéric Simon au Prêteur royal, 9 avril, 7 mai, 16 mai, 20 mai 1779, Archives municipales de Strasbourg, A. A. 2244.

3 Le programme du pensionnat de la Krutenau est également publié par Wolke dans le journal du philanthropinum de Dessau : Paedagogische Unterhandlungen oder philanthropisches Journal und Lesebuch, Dessau, 1779-1784.

4 Jean-Frédéric Simon, « Grundrisses der Erziehungsanstalt für protestantische Frauenzimmer von Stande, unter dem Schuze des Magistrats zu Strasburg », dans Seybolds, Magazin für Frauenzimmer, Strasbourg, Levrault, Kehl, der gelehrten Zeitungs Expedition, Basel, Cerini, Buchhändler, 1782, no 5, p. 456-461.

5 Jean-Frédéric Simon, op. cit.

6 Johann Matthias Schöeckh, Allgemeine Weltgeschichte für Kinder, Leipzig, Weidmanns, 1779.

7 Jean-Frédéric Simon, op. cit., no 6, p. 556-559.

8 Cuisine, enfants, Église.

9 Jean-Frédéric Simon, op. cit., no 7, p. 651-655.

10 Euloge Schneider, Discours sur l’éducation des femmes prononcé à la Société des Amis de la Constitution séante à Strasbourg, par Euloge Schneider, l’un de ses membres, Strasbourg, Treuttel, 1792.

11 Philibert Simond, Discours sur l’éducation des femmes prononcé à la Société des Amis de la Constitution établie à Strasbourg par Philibert Simond, vicaire général de M. l’évêque du Bas-Rhin et membre de cette société, Strasbourg, Heitz, 1792, p. 13-14.

12 Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, Fonds de Turckheim, carton 78 1/1.

13 12 octobre 1781, 21 octobre 1781, janvier 1782, juin 1782, 8 novembre 1782.

14 Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, Fonds de Turckheim, carton 78 3/3.

15 Loïc Chalmel, Philanthropinisme et pédagogie au XVIIIe siècle, Berne, Paris, Peter Lang, 2004, p. 198-205.

Auteur

Professeur de sciences de l’éducation à l’université de Rouen. Il a publié Le pasteur Oberlin, PUF, 1999 ; Jean Georges Stuber (1722-1797). Pédagogie pastorale, Peter Lang, 2001.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540