Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Discours et pratiques au Siècle des lumières

Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation de Mme de Genlis, une proposition au féminin pour le modèle éducatif des Lumières ?

Isabelle Brouard-Arends

Résumé

Le roman éducatif Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation publié en 1782 par Mme de Genlis pourrait être considéré comme le modèle au féminin de la fiction éducative écrite vingt années auparavant, en 1761, par J.-J. Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse. S’y déploient, en effet, une géographie languedocienne et une constellation familiale qui ne sont pas sans rappeler la communauté de Clarens. Cependant, Mme de Genlis fait œuvre originale en ne dissociant pas éducation masculine et féminine. Les deux enfants Adèle et Théodore, du baron et de la baronne d’Almane, sont élevés ensemble dans le projet commun d’en faire des adultes responsables, cultivés et prêts à assumer leurs futures fonctions sociales. L’originalité de l’ouvrage réside également dans le réseau analogique entre privé et politique, puisque est évoquée l’éducation d’un prince sous une gouvernance masculine qui pourrait faire songer à la fonction occupée par Mme de Genlis au même moment auprès des enfants d’Orléans.
Indéniablement, Mme de Genlis propose une réflexion fondée sur son expérience afin qu’elle devienne un modèle tutélaire pour ses lecteurs dont on sait qu’ils furent très nombreux.

The educational novel Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation published in 1782 by Mme de Genlis can be considered as a feminine model of the educational fiction written twenty years before, in 1761, by Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse. It evokes a Languedoc area family setting which is not unlike the community of Clarens. Nevertheless, Mme de Genlis is very original in not dissociating masculine and feminine education. The two children of Baron and Baroness D’Almane, Adèle and Théodore, are raised together in a common project to develop them into responsible and well read adults ready to assume their future functions in society. The originality of the work is also found in the analogy between the private and the political because it evokes the education of a prince under a masculine educator, which parallels the role that Mme de Genlis played at the same moment with the children of the Duke of Orléans. Undeniably, Mme de Genlis proposes a reflection based on her own experience so that it becomes a model for her readers that we know, numerous as we know they were.

Texte intégral

1Il convient, dans un premier temps, de revenir sur le titre posé de manière interrogative. Diverses questions sont, en effet, sous-jacentes à cette manière de considérer la question éducative par le biais d’une fiction romanesque : le procédé de métaphorisation, la fictionalisation, n’est pas sans conséquence sur la teneur des propos.

2L’ouvrage romanesque, pour Mme de Genlis, est, à la fois, relais du réel et relais sur le réel. Elle participe, en cela, d’une position communément partagée par un certain nombre d’hommes de lettres de son temps quant au pouvoir de la fiction. Elle est convaincue de la portée de ses propos à un moment où l’exemple rousseauiste, je veux parler de la Nouvelle Héloïse, est présent dans toutes les mémoires. La Nouvelle Héloïse, parue vingt ans auparavant, en 1761, reste l’œuvre de référence. La communauté de Clarens, espace géographique et social, en retrait des mondanités parisiennes, fascine toujours les consciences et il est certain que Mme de Genlis reprend à son compte cette source romanesque lorsqu’elle situe l’écriture des lettres dans une géographie languedocienne.

3Le modèle éducatif des Lumières : l’article au singulier implique, de ma part, un souci d’examiner l’œuvre de Mme de Genlis comme participant d’un projet commun aux réflexions des Lumières, discours modélisable, paradigme d’un devoir être et devoir faire dont Mme d’Almane, le protagoniste de ce roman épistolaire, la mère d’Adèle et Théodore, serait le support principal, support relayé par monsieur d’Almane dont l’attitude et les propos cautionnent en permanence ceux de son épouse. En parallèle à cette éducation privée est exposée l’éducation d’un prince par le comte de Roseville, le gouverneur récemment nommé, et ami de la famille. Il prend ses fonctions lorsque le prince a sept ans et demi et le quitte au cours de sa dix-neuvième année, marié et dans l’attente d’un nouveau-né. L’identité et le pays d’origine du prince restent inconnus, cette imprécision, volontaire, généralise ainsi les principes éducatifs exposés par le comte.

  • 1 Dans Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation de Mme de Genlis, Édition critique présentée par (...)

4Enfin, il importe de considérer comment le fait d’être femme et de se revendiquer comme éducatrice influence la teneur du discours. Il l’influence d’une manière que nous pourrions considérer comme paradoxale : s’affirme la légitimité de l’éducation maternelle à l’égard de la fille comme du garçon, se révèle un personnage maternel instruit (et non savant !), soucieux avec son époux de l’ordonnancement et de la gestion de leur domaine, confirmé par son entourage familial et amical dans l’importance de sa fonction alors que, dans le même temps, les positions relatives à l’éducation du prince sont très en retrait quant au rôle octroyé à la femme dans la conduite éducative. La lettre XXV1 du deuxième tome est, sur ce point, particulièrement éloquente ! Voici un extrait de cette lettre :

Le comte de Roseville au baron.
Je souscrirai sans peine, mon cher baron, à tout ce que vous dites en faveur des femmes : je crois qu’on pourrait citer plus d’une mère en état d’élever son fils aussi bien, et peut-être mieux que le meilleur père ou le plus habile instituteur. Qui de nous peut se flatter de les égaler en délicatesse, en finesse, tandis qu’elles peuvent s’élever aux qualités qui doivent nous caractériser, le courage et la grandeur d’âme ? Je pense, comme vous, que l’éducation qu’elles n’auront pas ou dirigée ou perfectionnée, ne sera point entièrement finie, mais ce principe n’est rigoureusement vrai qu’à l’égard des particuliers ; et voici sans doute une des différences des plus frappantes qu’on puisse remarquer dans les deux plans d’éducation, d’un particulier (quelle que soit l’élévation de son rang), et d’un prince fait pour régner. Il est important au bonheur de votre fils qu’il ait, en général, une opinion avantageuse des femmes ; c’est surtout le désir de leur plaire qui le fera paraître aimable ; ce sont leurs suffrages qui rendront son existence véritablement agréable dans la société, et qui le retiendront dans la bonne compagnie. La femme que vous lui choisirez sera certainement digne de sa tendresse ; il faut donc qu’il ait pour elle un sentiment profond d’estime et une confiance entière ; mais un prince, fait pour régner, n’est pas né pour vivre dans ce qu’on appelle le grand monde : les femmes ne peuvent contribuer aux succès qu’il doit désirer ; sa gloire et sa félicité dépendent uniquement de l’estime du guerrier, du magistrat, du citoyen vertueux, des suffrages de la nation et de l’amour du peuple. L’épouse qu’on lui donnera ne sera point choisie pour son mérite personnel, c’est la politique seule qui la fera préférer : peut-être sera-t-elle dure, implacable, impérieuse ; peut-être joindra-telle à beaucoup d’incapacité le vain désir de dominer. Il est donc important que le prince soit décidé d’avance à ne point se laisser gouverner par elle. Au reste, je ne prétends point inspirer à mon élève du mépris pour les femmes en général, mais je veux qu’il sache s’en défier, et qu’il soit convaincu d’une vérité dont je suis persuadé moi-même, c’est qu’on doit toujours les tenir éloignées des grandes affaires : elles peuvent nous égaler par la raison, mais bien rarement par la prudence.

5Mme de Genlis trace la ligne de conduite du gouvernant, elle implique une très nette séparation. « Gestion politique » et « gestion conjugale » sont exclusives l’une de l’autre alors que le modèle privé représenté par monsieur et Mme d’Almane implique une complémentarité des rôles et des fonctions.

6Les circonstances de la rédaction et de la publication méritent d’être précisées : lorsque Mme de Genlis termine son roman épistolaire Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation, en 1781, pour une publication en janvier 1782, elle n’a que trente-six ans et éprouve déjà la lassitude d’une vie consacrée précocement à la mondanité et dont elle se délivre en 1779 par son entrée à Bellechasse, pavillon construit à la demande du duc de Chartres sur le terrain du couvent du Saint-Sépulcre, selon les plans préparés par Mme de Genlis. Elle s’y installe avec sa mère, Mme de Saint-Aubin, ses deux filles, Caroline et Pulchérie, les deux jeunes princesses, mademoiselle d’Orléans et mademoiselle de Blois et leurs femmes de chambre. À partir de cette époque, Mme de Genlis partage sa vie entre ses occupations d’éducatrice et les moments réservés à une sociabilité choisie, auprès du duc et la duchesse de Chartres, sa famille et quelques amis qui lui rendent visite le soir dans le cadre de l’intimité familiale. Le samedi, elle tient salon, de six à neuf heures et demie, où elle reçoit artistes et hommes de lettres parmi lesquels Buffon, La Harpe, Marmontel. À cette période de sa vie, elle est une femme, une épouse, une mère, une amie entourées !

  • 2 Je reprends à dessein, le terme de gouverneur voulu par Mme de Genlis !

7Le 6 janvier 1782, elle est nommée par le duc de Chartres gouverneur2 des princes dont le fils aîné, le duc de Valois, futur chef de la Maison d’Orléans, héritier du titre et de la fortune familiale et futur premier prince du sang. Elle assume désormais l’éducation de tous les enfants d’Orléans, le duc de Valois, le duc de Montpensier, le comte de Beaujolais, la princesse Adélaïde d’Orléans restée seule après la mort de sa jumelle. Cette nomination, contraire à tous les usages, fit scandale non seulement parce qu’il n’était pas convenable qu’une femme ordonne une éducation princière mais aussi pour des raisons morales. Certains sont choqués du lien particulier qui l’unit au père des enfants dont elle a la charge, je précise qu’elle est la maîtresse du duc de Chartres. Parut surprenant encore, la réunion en une même personne, femme qui plus est, des charges de gouverneur et de précepteur, ordinairement distinctes, en même temps qu’une éducation associant fille et garçon. La tradition voulait que le gouverneur et le précepteur aient des missions séparées et complémentaires.

8C’est dans ces circonstances particulières que paraît le roman éducatif de Mme de Genlis, Adèle et Théodore. Dans la préface à la seconde édition, elle affirme la légitimité et la nécessité de son entreprise parce que cet ouvrage est composé par une mère, une mère qui plus est, qui a une expérience d’éducatrice, la chose n’allait pas encore de soi, à l’époque !

  • 3 Essai sur l’éducation des hommes et particulièrement des princes par les femmes pour servir de sup (...)

9En 1781, Mme de Genlis publie les Annales de la vertu ou cours d’histoire à l’usage des jeunes personnes par l’auteur du théâtre d’éducation. En janvier 1782, Adèle et Théodore, roman éducatif auquel succèdent, la même année, Essai sur l’éducation des hommes et particulièrement des princes par les femmes pour servir de supplément aux Lettres sur l’éducation, paru chez Guillot, Paris, Amsterdam, et Les Veillées du château ou cours de morale à l’usage des enfants par l’auteur d’Adèle et Théodore, chez M. Lambert et J.-M. Baudouin, ouvrage qui aura lui aussi un grand succès. Son Essai confirme la légitimité de la présence d’une femme pour assurer l’éducation d’un prince. La femme « Dieu tutélaire de la maison »3 a une intelligence sensible, des qualités naturelles d’altruisme qui lui permettent de transmettre la vertu à son disciple sans contrainte et artifice. Elle dessine la figure d’un mentor au féminin qui garde les particularités propres à son sexe, un sexe qui n’est ni savant, ni pédant auprès duquel l’élève trouvera les ressources nécessaires pour assumer son destin futur. La gouvernance se construit sur deux principes, une éthique alliée à une sensibilité proprement féminine et la transmission d’un savoir complètement finalisé vers le rôle politique du prince. Ce faisant, elle n’ignore pas qu’elle va à l’encontre des règles de l’étiquette mais se défend par la nécessité de renouveler les principes de l’institution du prince, et elle est en contradiction avec son roman Adèle et Théodore !

  • 4 Lettres sur l’éducation, op. cit., p. 625 et p. 627. En remettant l’ouvrage à ses enfants, elle pr (...)

10Son roman épistolaire est une présentation de ce qui constitueront les lignes de force d’une pédagogie mise en pratique au quotidien dans la fonction qui lui est impartie. C’est, en quelque sorte, l’exposition d’une méthode éducative, offerte à tous ses lecteurs (et nous savons qu’ils furent nombreux), à un moment où elle devient le gouverneur d’enfants princiers, fille et garçon, qui prend valeur de contrat moral entre elle et une opinion publique dont elle sait fort bien qu’elle ne lui est pas toujours favorable. Elle s’adresse au père et à la mère, pour affirmer la complémentarité de leurs rôles. Elle sait, par ailleurs, qu’elle doit relever un défi : comment être femme et gouverneur ? Sa préface, audacieuse par le ton et l’indépendance adoptée, est une réponse à sa récente nomination décriée par certains. Notons également l’ambiguïté du texte, entre réalité et fiction : les prénoms des deux enfants, Adèle et Théodore se confondent avec les surnoms donnés aux enfants du duc d’Orléans. Le portrait de Mme d’Almane, mère entièrement dévouée à ses enfants, apparaît comme sa propre apologie. La confusion, la fusion [ ?] entre réalité et fiction est entretenue. À maintes reprises, Mme d’Almane fait référence à des œuvres qu’elle a écrites et qui sont bien évidemment des productions genlisiennes. Elle mentionne Les veillées du château, des pièces de théâtre, comme La Colombe ou L’enfant gâté jouées en sa demeure campagnarde qui ne sont autres que certaines pièces du théâtre privé de Mme de Genlis. J’évoquais, en préambule, le procédé de métaphorisation, il est porté à son comble lorsque, à la fin de l’ouvrage, Mme d’Almane remet à ses deux enfants, le jour de leur mariage, un présent de noce, qui est un ouvrage en trois gros volumes intitulé Lettres sur l’éducation, constituant une mise en abyme remarquable de l’ouvrage lui-même4.

11 Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation contenant tous les principes relatifs aux trois différents plans d’éducation des princes, des jeunes personnes, et des hommes : le titre attire d’emblée l’attention du lecteur par l’ampleur et l’originalité du dessein affiché : homme et femme, éducation privée et éducation à l’usage des princes se trouvent confrontées, organisées par le souci de proposer une conception unitaire capable de cimenter vie privée et vie publique.

12L’ouvrage ne reprend pas à nombre de traités d’éducation le partage habituel strictement marqué entre règles de vie à l’usage des garçons et à l’usage des filles. Mme de Genlis ne conçoit pas a priori une éducation sexuée même si le parcours éducatif est parfois plus précisément orienté vers l’un ou l’autre. L’espace éducatif est commun aux deux enfants, il s’appuie sur l’ordinaire domestique, maison, jardin, promenades aux alentours, toujours propices à l’acquisition de connaissances. Lorsque Adèle et Théodore sont adolescents, ils voyagent sous la tutelle parentale, pour parfaire leur instruction. C’est là une première particularité du projet et c’est ce qui le rend intéressant car la ligne de partage entre fille et garçon est le plus souvent marquée, dans les usages de l’époque, par le fait d’écrire un traité pour les garçons, Télémaque, par exemple ou à destination des filles, je vous renvoie au cinquième chapitre de l’Émile. Nous pourrions évoquer aussi Les conversations d’Émilie, de Mme d’Épinay, dialogue d’une grand-mère avec sa petite fille. La relation sexuée, de fille à fille, de femme à femme, dans cette œuvre, construit et légitime le discours éducatif.

13La deuxième originalité est l’évocation parallèle de la vie d’un jeune prince. Se dessinent ainsi tout au long du texte deux réseaux analogiques entre privé et politique. La conduite éducative à l’usage du prince se fonde sur les mêmes présupposés philosophiques et moraux. L’action et la morale politiques trouvent leur appui sur une éthique privée, à caractère bourgeois plus qu’aristocratique. Les lignes de partage existent, nous l’avons dit, mais les fondements de la construction du savoir et de la personnalité sont communs.

  • 5 Sur la question de l’institution du prince, se reporter aux ouvrages suivants : L’Institution du p (...)

14Mme de Genlis apporte sa contribution, dans ses Lettres sur l’éducation, au débat des Lumières sur le rôle accordé au gouverneur dans l’institution du prince5. Les lettres insérées au cœur des trois tomes, les trois lettres (XXIV, XXXVI, XLVII) du premier tome, les cinq lettres (I, IX, XXV, XXXVII, XLVI) du deuxième tome, les quatre lettres (XXVII, XXXVII, LIII, LXV) du troisième tome envoyées par le comte de Roseville, frère de Mme de Limours, amie de Mme d’Almane, au baron d’Almane, mis à part la dernière qui est adressée au prince au moment où le gouverneur laisse ses fonctions, rendent compte de l’inflexion majeure apportée en cette période historique : la reconnaissance du savoir pratique et de la science des faits aux dépens du savoir d’érudition (ce souci se manifeste de la même manière pour l’éducation d’Adèle et Théodore), jugé vain et peu apte à assurer au prince les qualités nécessaires pour un bon gouvernement. Elle aborde cette question au tome I, lettre XXVI, qui traite de l’instruction du prince. Les livres d’histoire et de morale en forment les lectures principales. Le prince doit être au fait de la constitution de l’état qu’il gouvernera, connaître l’art militaire et la géométrie pour comprendre l’art des fortifications. Le latin sera enseigné à partir de douze à treize ans et jusqu’à quinze ou seize ans. Dans la mesure où le prince est un protecteur des Lettres, il devra connaître la littérature. La musique, quant à elle, est exclue du champ de la formation. Le comte de Roseville insiste, par ailleurs, sur la nécessité d’imprimer des sentiments de compassion et de bienfaisance chez le prince, alors qu’il est encore jeune. La lettre XLVII du tome I est une leçon de morale pratique à partir d’une étude de cas sur une famille misérable que le prince prend sous sa protection. La lettre LIII du troisième tome et la dernière consacrée à l’institution princière peut être considérée comme une lettre programmatique : la jeune princesse a déclaré sa grossesse, il importe donc de choisir un précepteur pour l’enfant à venir. Sont affirmés les principes suivants : choisir un gouverneur non pour son appartenance à la haute aristocratie mais pour ses compétences reconnues et pour sa vertu remarquée, les parents doivent rester proches et soucieux de l’éducation donnée à leurs enfants, il faut maintenir le prince au sein de la cour, sans lui cacher le sort qui l’attend. Il est fait mention de la gouvernante, estimable et éclairée mais il est précisé qu’elle ne s’occupe de l’enfant que dans ses premières années. Indistinction sociale et distinction sexuelle, ce sont sur ces bases que s’évalue le choix du gouverneur. Sur ce point, la réserve de Mme de Genlis surprend : elle ne mentionne, à aucun moment, l’éventualité que le gouverneur puisse être une femme. Réserve ? Prudence ? Retrait volontaire pour mieux affirmer, implicitement, la place unique qu’elle occupe ?

15Reprenons la question initiale, une proposition au féminin ? Certes, nous pouvons considérer, malgré les ambiguïtés relevées, que cet ouvrage constitue bien un progrès dans la prise en compte de l’importance d’une présence féminine dont le relais principal est évidemment la mère. Il n’est, cependant, pas exclusif. Mme de Genlis présente la femme comme « naturellement » propre à l’acte éducatif. Les personnages féminins qui ne s’occupent pas de leurs enfants, existent bien sûr : Mme de Gerville ou Mme d’Olcy, par exemple, sont présentées comme des femmes dénaturées, perverties par la société mondaine (nous retrouvons, ici, le modèle rousseauiste). L’avancée est aussi dans le fait que l’éducatrice est une femme de savoir, elle a de l’instruction, elle connaît l’histoire, la littérature, peut parler plusieurs langues, l’anglais, l’italien. Elle n’est donc pas reléguée à l’apprentissage de rudiments domestiques, elle est femme éclairée et non femme savante ! C’est dans ce nouveau rapport au savoir que se révèle le plus, me semble-t-il, la prise en charge féminine de l’éducation.

16La particularité de ce roman éducatif réside aussi dans le fait qu’une aristocrate (et qui revendique cette appartenance) propose un modèle de vie et un modèle éducatif (pour Mme de Genlis, les deux sont indissociables), construits à partir d’un idéal de mœurs bourgeoises.

Notes

1 Dans Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation de Mme de Genlis, Édition critique présentée par Isabelle Brouard-Arends, Rennes, PUR, 2006, p. 337.

2 Je reprends à dessein, le terme de gouverneur voulu par Mme de Genlis !

3 Essai sur l’éducation des hommes et particulièrement des princes par les femmes pour servir de supplément aux Lettres sur l’éducation, Amsterdam et Paris, Guillot, 1782, p. 11.

4 Lettres sur l’éducation, op. cit., p. 625 et p. 627. En remettant l’ouvrage à ses enfants, elle précise : Vous y trouverez une peinture fidèle et des mœurs et du monde. […] Ma méthode est bonne, mon système n’est point chimérique et mon ouvrage n’est point un roman.

5 Sur la question de l’institution du prince, se reporter aux ouvrages suivants : L’Institution du prince au XVIIIe siècle, Actes du huitième colloque franco-italien des sociétés française et italienne d’études du XVIIIe siècle, édités par G. Luciani et C. Volpilhac-Auger, Centre international d’études du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, 2003 ; Le Savoir du Prince, du Moyen Âge aux Lumières, sous la direction de Ran Halévi, Paris, Fayard, 2002 ; Jean Meyer, L’éducation des princes du XVe au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2004.

Auteur

Professeure à l’université de Rennes II et appartient au laboratoire du CELAM. La plupart de ses travaux porte sur l’écriture des femmes des Lumières. Elle a récemment publié une édition critique d’Adèle et Théodore, de Madame de Genlis, parue aux PUR en 2006. Elle a, par ailleurs, dirigé l’ouvrage collectif Lectrices d’Ancien Régime, PUR, 2004 et, avec M.-E. Plagnol-Diéval, Femmes éducatrices des Lumières, PUR, 2007.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540