Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Discours et pratiques au Siècle des lumières

Dialogues sur l’éducation des femmes : Mme d’Épinay, Galiani, Thomas, Diderot

Marianne Charrier-Vozel

Résumé

Le 14 mars 1772, Mme d’Épinay signale dans une lettre envoyée à l’abbé Galiani, la parution de l’Essai sur le caractère, les meurs et l’esprit des femmes […] de A.-L. Thomas. Selon elle, l’éducation a dénaturé les femmes pour en faire des êtres faibles. Diderot, dans la Correspondance Littéraire du 1er avril 1772, et Galiani dans son Croquis d’un dialogue sur les femmes, s’emparent de la question pour défendre le point de vue de Thomas sur la définition biologique des genres et non sur leur construction sociale : les femmes, victimes de leur corps, sont sensibles, excessives, imaginatives, donc incapables d’études approfondies et de bon sens. Dans sa correspondance avec Galiani, Mme d’Épinay se révèle plus hardie que dans les Conversations d’Émilie, son traité pédagogique. En définitive, elle revendique pour les femmes la liberté intérieure et le bonheur que procurent la culture et le travail intellectuel.

On March 14, 1772, M me d’Épinay announces in a letter sent to abbot Galiani, the publication of Treaty on character, manners and spirit of women […] by A.-L. Thomas. According to her, education denatured women and turned them into weak beings. Diderot, in Literary Correspondence of April 1, 1772, and Galiani in his Sketch of a dialogue on women, seize the question to defend the point of view of Thomas about the biological definition of genders and not about their social construction: women, victims of their body, are sensitive, excessive, imaginative, therefore unable of thorough studies and common sense. In her correspondence with Galiani, Mme d’Épinay appears bolder than in Emilie’s Conversations, her teaching treaty. Ultimately, she asserts for women, the inner freedom and happiness which culture and intellectual work gives.

Texte intégral

  • 1 Mme d’Épinay, Galiani, Correspondance, vol. III, 1772-1773, Paris, Desjonquères, 1994. La correspo (...)
  • 2 Antoine-Léonard Thomas, Qu’est-ce qu’une femme ? : un débat, A. L. Thomas, Diderot, Mme d’Épinay, (...)
  • 3 Galiani, « Croquis d’un dialogue sur les femmes », dans Mme d’Épinay, Galiani, Correspondance, vol (...)
  • 4 Diderot, « Sur les femmes », dans Antoine-Léonard Thomas, op. cit., p. 163-185.
  • 5 Mme d’Épinay, Conversations d’Émilie, texte présenté par R. Davison, Studies on Voltaire and the e (...)

1Le 14 mars 1772, alors qu’elle entretient depuis quatre ans une correspondance1 soutenue avec l’abbé Galiani, Mme d’Épinay signale la parution de l’Essai sur le caractère, les mœurs et l’esprit des femmes dans les différents siècles de A. L. Thomas2. Dans sa lettre, elle dénonce un « pompeux bavardage » fait d’« opinions reçues ». Selon elle, la différence des sexes tient de « l’éducation ou de l’institution » et non de la nature. Ainsi, les femmes sont-elles aussi courageuses et aussi robustes que les hommes. C’est l’éducation qui a produit une « contre nature » faite de « vertus factices » et de « vices très réels ». En réponse, l’abbé Galiani lui envoie, le 11 avril3, le Croquis d’un dialogue sur les femmes. Dans ce croquis, s’opposent, avec le marquis et le chevalier, le point de vue de Mme d’Épinay et celui de Galiani, qui n’a pas encore lu l’essai de Thomas. Dans la Correspondance Littéraire du 1er avril 17724, Diderot prend également parti. C’est à partir de ces quatre textes et des Conversations d’Émilie5, traité pédagogique publié en 1774 par Mme d’Épinay, que nous souhaitons nous interroger sur les spécificités et le rôle de l’éducation des femmes à la fin du XVIIIe siècle. Interrogations dont Mme de Miremont, une autre pédagogue de la fin du XVIIIe siècle, souligne les enjeux :

  • 6 Marianne Charrier-Vozel, « De l’éducation à la pratique selon Mme de Miremont : éducation, écrit p (...)

Les hommes nous aiment trop ou trop peu, pour s’occuper de nous d’une manière qui nous soit directement utile. Il a fallu le courage de braver à la fois, la sévère censure de leur sexe […] et l’envieuse critique du nôtre6.

  • 7 Erving Goffman, L’Arrangement des sexes, Paris, La Dispute, Snédit et Cahiers de Crédef, Adref, 20 (...)

2Dans son Essai qu’il a lu devant l’Académie française dès 1770, Antoine-Léonard Thomas souligne les enjeux politiques de l’arrangement des sexes selon une problématique proche de celle que le sociologue Goffman7 développera deux siècles plus tard. Il suggère la complexité d’un débat sur les genres dans lequel, néanmoins, il se montre caricatural, particulièrement en ce qui concerne l’éducation :

  • 8 Antoine-Léonard Thomas, op. cit., p. 107.

Il semble que pour terminer cette grande question de […] rivalité entre les sexes, il faudrait examiner la force ou la faiblesse des organes ; le genre d’éducation dont les deux sexes sont susceptibles ; le but de la nature en les formant ; jusqu’à quel point il serait possible de la corriger ou de la changer ; ce qu’on gagnerait et ce qu’on perdrait en s’éloignant d’elle ; enfin l’effet inévitable et forcé que la différence des devoirs, des préoccupations et des mœurs doit produire sur l’esprit, l’âme et le caractère des deux sexes8.

  • 9 Ibid., p. 108-109.

3Constatant dans un tableau historique qui s’étend de la Grèce antique au XVIIIe siècle, l’absence des femmes aux côtés des grands hommes qui ont contribué au progrès de l’humanité, Thomas se demande si la « faute » doit en être attribuée à l’éducation ou à la nature. La réponse à cette question est capitale ; elle engage une série de présupposés philosophiques et ontologiques fondateurs de la représentation des genres. Si Thomas concède, à propos des « femmes nobles et guerrières » du Moyen Âge, que les « deux sexes s’élèvent, se renforcent, se correspondent ou s’amollissent ensemble »9, il observe une nature féminine spécifique et irréductible, qui s’exprime particulièrement dans l’imagination, le sens du sacrifice, l’inquiétude, la variété, la mobilité, et le courage de souffrir, appliquant ainsi le principe de psychologisation qui entérine la dissymétrie des sexes et que ne manqueront pas de dénoncer les féministes du XXe siècle.

  • 10 Antoine-Léonard Thomas, op. cit.
  • 11 Ibid.

4L’esprit féminin procède plus par « saillies » que par « efforts »10, il ne permet donc pas l’obstination et la persévérance qu’exige une démarche intellectuelle soutenue et nécessaire à la progression des connaissances : « Ce qu’il n’a point vu en un instant, ou il le dédaigne, ou il désespère de le voir. Il serait donc moins étonnant qu’elles n’eussent cette opiniâtre lenteur, qui seule recherche et découvre les grandes vérités »11.

  • 12 Diderot, op. cit., p. 170.
  • 13 Ibid., p. 180.

5Diderot entérine, dans sa réponse, ce point de vue : la nature a doté les femmes d’un organe qui est la source de tous leurs maux ; l’utérus explique notamment un caractère fantasque et le manque de rigueur : « C’est de l’organe propre à son sexe que partent toutes ses idées extraordinaires »12. Livrées à la démesure et à l’excès, les femmes ne savent pas faire usage de discernement et de bon sens, ce qui affecte leur démarche d’apprentissage : « Si nous avons plus de raison que les femmes, elles ont bien plus d’instinct que nous »13.

6Chaque mois ramène le même malaise. Dans son Dialogue sur les femmes, Galiani brosse également le portrait d’un être éternellement malade et victime de son corps :

  • 14 Galiani, op. cit., p. 252.

MARQ. Et pourquoi l’appelez-vous un être malade ? CHEV. Parce qu’il l’est naturellement. […] Leur caractère se ressent de cet état [presque] habituel. […] Elles ont l’imagination frappée constamment […]. Elles apprennent avec avidité, et oublient de même14.

  • 15 Mme d’Épinay, Galiani, op. cit., vol. IV, lettre du 18 mars 1775, p. 231.

7À 15 ans, lorsque « la gorge pousse », l’éducation qui a contribué à élever les femmes au-dessus de l’instinct, « est effacée en entier »15. Pour Thomas, Diderot et Galiani, la femme, faible dans sa constitution, doit mener une vie retirée, sous la protection de la force physique, morale et intellectuelle de son compagnon. Mais pour Mme d’Épinay, cette représentation des sexes se nourrit de lieux communs. Dans sa lettre du 14 mars 1772, elle affirme que :

  • 16 Ibid., vol. III, lettre du 14 mars 1772, p. 33.

[…] les hommes et les femmes sont de même nature […] la faiblesse de notre constitution et de nos organes appartient certainement à notre éducation et est une suite de la condition qu’on nous a assignée dans la société16.

8Pour affirmer l’égalité des sexes, Mme d’Épinay reprend dans sa lettre, l’argument du courage développé par Thomas et dont, à ses yeux, les femmes font preuve en de nombreuses occasions. L’éducation, menée par les hommes et mise au service d’un modèle de société qui subjugue les femmes, a produit un sous-être, alors qu’elle aurait dû être une voie de perfectionnement et d’épanouissement des jeunes filles :

  • 17 Ibid.

Il faudrait sans doute plusieurs générations pour nous remettre telles que nature nous fit, nous pourrions peut-être y gagner, mais les hommes y perdraient trop, ils sont bien heureux que nous ne soyons pas pires que nous ne sommes, après tout ce qu’ils ont fait pour nous dénaturer par leurs belles institutions, etc.17

9Les pédagogues devraient donc s’appliquer à rendre à la femme une nature que partagent les deux sexes alors qu’ils ont institutionnalisé, dans l’intérêt masculin, l’infériorité intellectuelle de la femme que Mme d’Épinay dénonce dans la « Douzième conversation d’Émilie » :

  • 18 Mme d’Épinay, op. cit., Douzième conversation, p. 238-239.

Je ne me permets point de fixer les bornes du savoir aux personnes de notre sexe [...]. Du temps de notre enfance ce n’était pas l’usage de rien apprendre aux filles : on leur enseignait les devoirs de la religion [...], on leur donnait un fort bon maître à danser, un fort mauvais maître de musique et tout au plus un médiocre maître de dessin. Avec cela un peu d’histoire et de géographie […]. Voilà à quoi se réduisaient les éducations soignées. Surtout on ne vous parlait jamais raison ; et quant à la science, on la trouvait très déplacée dans les personnes de notre sexe, et l’on évitait avec soin toute espèce d’instruction18.

  • 19 Michel Bozon, « Sexualité et genre », dans J. Laufer, C. Marry, M. Maruani, Masculin-féminin : que (...)

10Mme d’Épinay, avant Pierre Bourdieu, dégage les mécanismes de la domination masculine fondée sur un processus de « sociabilisation du biologique et de biologisation du social »19. C’est à partir de ce constat qu’elle fixe, dans les Conversations d’Émilie, le contenu de son programme pédagogique destiné aux filles et mené par les mères selon un principe d’identification. Car jusqu’à présent, l’éducation revient à une personne extérieure à la famille.

11Selon une vision que ne partage pas Mme d’Épinay, Thomas, partisan de la définition biologique des genres, attribue aux femmes un certain nombre de rôles qui leur reviennent naturellement et que l’éducation devra renforcer. Ces activités, rôles et fonctions participent d’un habitus au féminin ; ils mettent en scène une série de postures qui forment un système explicatif de l’arrangement des sexes tel que le conçoit Thomas. Parmi les vertus féminines, il relève les vertus familiales, religieuses et sociales.

  • 20 Diderot, op. cit., p. 174.

12Les vertus familiales sont celles que la femme acquiert dans ses rôles d’épouse et de mère et dont le bonheur se confond avec le plaisir de son mari et le sourire de son enfant. Diderot s’interroge alors sur le rôle de la femme au soir de sa vie : « Qu’est-ce alors qu’une femme ? Négligée de son époux, délaissée de ses enfants, nulle dans la société, la dévotion est son unique et dernière ressource »20.

  • 21 Mme d’Épinay, Galiani, op. cit., vol. IV, lettre du 1er septembre 1773, p. 86.

13N’est-ce pas ce constat que Mme d’Épinay, délaissée par Grimm, confie à son ami Galiani dans sa lettre du 1er septembre 1773 : « J’ai toujours subordonné mon sort et mes volontés à celles des autres, personne n’a subordonné son sort au mien, et après avoir ainsi passé ma vie, je mourrai seule et abandonnée. Voilà le sort des femmes »21.

  • 22 Antoine-Léonard Thomas, op. cit., p. 128.

14Thomas voit dans les vertus religieuses des dévotes un remède à cette solitude tandis que Mme d’Épinay explique ce goût pour la religion par les angoisses existentielles qu’engendre l’inactivité car les femmes sont exclues des affaires. La modestie, la douceur, l’indulgence, les prévenances sont des vertus sociales auxquelles les femmes doivent être préparées, selon Thomas : « Leur main délicate adoucit, pour ainsi dire, et polit les ressorts de la société »22.

  • 23 Diderot, op. cit., p. 172.

15Leur statut se confond avec celui d’un être mineur et irresponsable, que loue en définitive Diderot dans un éloge ambigu : « O femmes ! vous êtes des enfants bien extraordinaires ! »23.

  • 24 Marianne Charrier-Vozel, « La réponse de Mme le Prince de Beaumont à l’Année Merveilleuse de l’abb (...)

16À partir de ces constats divergents sur la nature des deux sexes, quelle est plus précisément la finalité attribuée à l’éducation des femmes ? Quelle pédagogie est la mieux adaptée à leur nature d’« enfant » ? Quel contenu les préparera à remplir leur rôle social ou leur permettra au contraire de s’en affranchir ? Enfin, la femme savante est-elle le fruit d’une éducation réussie ou la figure d’une femme virilisée et dénaturée comme nous l’avons étudiée dans un travail précédent sur l’Année Merveilleuse de l’abbé Coyer qui imagine que les femmes se transforment, le 1er août 1748, en hommes et les hommes en femmes ?24

17Auteur des Conversations d’Émilie qui connurent un énorme succès dès leur publication, Mme d’Épinay, se pose en pédagogue avertie mais sa réflexion diffère, selon qu’elle est exprimée dans la sphère privée ou dans la sphère publique.

18Confidentielle, la lettre du 4 janvier 1771 envoyée un an avant la lecture de l’essai de Thomas, à son ami Galiani exilé à Naples, révèle des préoccupations et des exigences qui ne s’accordent pas avec la représentation sociale des genres et qui doivent donc être tues dans les Conversations. Le discours épistolaire met en cause des manières d’être et des codes qui assignent des places et contient, latentes, les problématiques de la vérité et de l’artifice, de la soumission et de la résistance, du bonheur et de la souffrance. L’épistolière est plus hardie que la pédagogue. Dans sa lettre, elle dénonce une pédagogie faite par les hommes pour maintenir les femmes dans un état d’ignorance qui assure leur asservissement. Cette pédagogie repose sur le choix des matières et domaines enseignés, ainsi que sur une didactique qui n’est pas en prise avec le réel :

  • 25 Mme d’Épinay, Galiani, op. cit., vol. II, lettre du 4 janvier 1771, p. 25.

Pour pouvoir faire un usage utile de ses connaissances en quelque genre que ce soit, il faut pouvoir joindre la pratique à la théorie sans quoi on n’a que des notions très imparfaites. Que de choses dont il ne leur est pas permis d’approcher ! Tout ce qui tient à la science de l’administration, de la politique, du commerce leur est étranger et leur est interdit25.

19L’éducation est alors le moyen de s’affranchir d’un destin cruel car la culture est source de nombreuses satisfactions intérieures, une fois les rôles accomplis selon les attentes de la société :

  • 26 Ibid.

Elle a grande raison, les devoirs de mère, de fille, d’épouse une fois remplis, de se livrer à l’étude et au travail, parce que c’est un moyen sûr de se suffire à soi-même, d’être libre et indépendante, de se consoler des injustices du sort des hommes, et qu’on n’est jamais plus chérie, plus considérée d’eux que lorsqu’on n’en a pas de besoin26.

20L’enrichissement personnel est la source du bonheur au féminin. Mais pour le Chevalier, personnage qui représente l’opinion de Galiani dans son Croquis et qui est en accord avec le point de vue défendu par Thomas, les femmes ne sont pas de bonnes élèves car la nature en fait des êtres de chair et non d’esprit. L’éducation qu’elles recevront se conforme donc à leur nature qu’elle ne prétend pas corriger ou dresser ; elle relève de « l’instinct » et non de la culture. À Mme d’Épinay qui se plaint de l’ingratitude de son fils, Galiani, antirousseauiste, qui ne croit pas en la possibilité du perfectionnement de la nature humaine et donc encore moins, féminine, par l’éducation, répond :

  • 27 Ibid., lettre du 19 janvier 1771, p. 36.

Avez-vous jamais eu le délire de croire à Rousseau et à son Émile ? […] Avez-vous cru que l’éducation, les maximes, les discours puissent rien à l’organisation des têtes ? Si vous y croyez, prenez-moi un loup et faites-en un chien si vous pouvez27.

  • 28 Diderot, op. cit., p. 185.
  • 29 Antoine-Léonard Thomas, op. cit., p. 111.
  • 30 Ibid., p. 155.

21Les femmes superficielles et versatiles, incapables de réflexion et de principes, ne sont pas destinées à des études profondes : tout au plus apportent-elles au philosophe, selon Diderot, de « l’agrément dans les matières les plus épineuses »28. Diderot, pourtant hostile à l’éducation conventuelle dont il dénonce le caractère inhumain dans la Religieuse, fait écho à la pensée de Thomas selon laquelle les femmes sont incapables d’érudition car réfractaires à la discipline et à un effort constant : « La femme ne s’intéressera qu’aux idées du moment et ne maîtrisera pas les grands systèmes de connaissance »29. Pourtant Mme d’Épinay revendique, dans sa lettre du 4 janvier 1771, un programme complet d’instruction, dans lequel figurent les Belles-Lettres, le latin traditionnellement interdit aux femmes par Fénelon et Rollin, la philosophie, la littérature étrangère, la métaphysique, la géométrie, la mécanique et même l’architecture. Elle ne retient pas la danse et la poésie, des arts destinés aux agréments des hommes et conformes à la nature et au rôle des femmes revendiqués par Thomas : « En apprenant elles veulent plaire plutôt que savoir, et amuser plutôt que s’instruire »30. Thomas souligne pourtant la gloire des femmes savantes à la Renaissance, en Italie, qui prêchent, se mêlent de controverse, occupent des chaires de philosophie, haranguent en latin et écrivent en grec. Il reconnaît même l’injustice faite aux femmes désireuses de s’instruire.

  • 31 Mme d’Épinay, Galiani, op. cit., vol. II, lettre du 17 septembre 1771, p. 196.

22Thomas ne manque pas de rappeler que l’écriture et la création sont en fait inutiles aux femmes dont les grâces seules attirent les hommages. La femme est plus douée pour la conversation orale, telle que la définissent les nombreux manuels épistolaires du XVIIIe siècle. Dans la correspondance avec Galiani, l’âge de Mme d’Épinay, la confidentialité et l’amitié autorisent la libre expression. Exilé, Galiani attend avec impatience de Mme d’Épinay qu’elle l’informe des productions littéraires françaises et de la vie intellectuelle des salons parisiens qu’il a dû quitter. Il la charge même de s’occuper de la publication de son manuscrit sur les Monnaies et d’en modifier, si besoin, certains passages. Mme d’Épinay familière de Grimm et de Diderot, rédacteurs de la Correspondance Littéraire à laquelle elle collabore parfois, n’hésite pas à envoyer de longs développements à son ami qui lui reproche une écriture encyclopédique : « En vérité, ma belle dame, ceci passe la raillerie ; est-ce vous qui m’écrivez ou est-ce Voltaire, Diderot, feu M. Rouelle, un chimiste, un vendeur d’orviétans ? »31

23La correspondance révèle une ironie qui tranche avec l’ensemble des préceptes relevés dans les manuels pédagogiques de l’époque ; elle procède du plaisir et constitue un remède à la solitude :

  • 32 Ibid., Lettre du 4 janvier 1771, p. 24.

La réputation d’une femme bel esprit ne me paraît qu’un persiflage inventé par les hommes pour se venger de ce qu’elles ont communément plus d’agréments qu’eux dans l’esprit ; d’autant qu’on joint presque toujours à cette épithète l’idée d’une femme savante et la femme la plus savante n’a et ne peut avoir même que des connaissances très superficielles. Il me prend envie de disserter ceci pédantesquement32.

24Cependant, Mme d’Épinay ne manque pas de rappeler que la femme savante doit se cacher, car la société n’est pas prête à accepter une femme libre :

  • 33 Mme d’Épinay, Galiani, op. cit., vol. II, lettre du 4 janvier 1771, p. 25.

Quoi qu’il en soit [,] une femme qui avec de l’esprit [,] du caractère [,] n’aurait encore qu’une légère teinture des choses qu’elles doivent renoncer à approfondir serait encore un objet très rare, très aimable, très considéré, pourvu qu’elle n’y prétendit pas33.

  • 34 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, « Points Essais » no 483, 2002, p. 51.

25La question de l’éducation des femmes, de leur accès au savoir et de leur place dans la société relève donc de la problématique de l’habitus qui a voué de tout temps les femmes « symboliquement à la résignation et à la discrétion »34.

  • 35 Élisabeth Badinter, Émilie, Émilie ou l’ambition féminine au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, « L (...)
  • 36 Ibid., p. 280.

26Dans Émilie, Émilie35, Élisabeth Badinter s’interroge sur les ressorts de l’ambition féminine au XVIIIe siècle. Fille unique d’un père âgé et aristocrate, Mme d’Épinay appartient à la noblesse de province. Comme les jeunes filles de son milieu, l’éducation qu’elle a reçue au couvent s’attache à développer des valeurs morales et à la préparer à son rôle d’épouse. Mariée en 1745 à son cousin fermier général qui la trompe rapidement et dont elle se sépare en 1747, elle trouve dans l’éducation de ses enfants puis de sa petite-fille, Émilie de Belzunce, un remède à la mélancolie. Vers l’âge de trente ans, elle devient la maîtresse de Grimm qui sera le célèbre fondateur de la Correspondance Littéraire. Avec lui, elle partage « la même passion de la culture »36 et rédige même certains articles du journal sans les signer. Sa conception de l’éducation des femmes, novatrice et révolutionnaire car elle revendique pour ses sœurs, le droit au bonheur intérieur qu’apporte la culture, semble s’expliquer par la singularité du parcours d’un individu dont on découvre, au-delà du traité pédagogique, la richesse de la pensée dans la correspondance échangée pendant plus de dix ans avec son ami Galiani.

Notes

1 Mme d’Épinay, Galiani, Correspondance, vol. III, 1772-1773, Paris, Desjonquères, 1994. La correspondance comprend 5 volumes.

2 Antoine-Léonard Thomas, Qu’est-ce qu’une femme ? : un débat, A. L. Thomas, Diderot, Mme d’Épinay, Préf. par Élisabeth Badinter, Paris, POL, 1988.

3 Galiani, « Croquis d’un dialogue sur les femmes », dans Mme d’Épinay, Galiani, Correspondance, vol. III, 1772-1773, Paris, Desjonquères, 1994, p. 249-259.

4 Diderot, « Sur les femmes », dans Antoine-Léonard Thomas, op. cit., p. 163-185.

5 Mme d’Épinay, Conversations d’Émilie, texte présenté par R. Davison, Studies on Voltaire and the eighteenth Century, 342, Oxford, Voltaire Foundation, 1996.

6 Marianne Charrier-Vozel, « De l’éducation à la pratique selon Mme de Miremont : éducation, écrit pédagogique et roman », dans Lionello Sozzi, L’Educazione dell’uomo e della donna nella cultura illuministica, Turin, Memorie dell’Accademi delle Scienze di Torino, Classe di Scienze Morali, Storiche e Filologiche, Série V, vol. XXIV, fasc. III, 2000, p. 153.

7 Erving Goffman, L’Arrangement des sexes, Paris, La Dispute, Snédit et Cahiers de Crédef, Adref, 2002.

8 Antoine-Léonard Thomas, op. cit., p. 107.

9 Ibid., p. 108-109.

10 Antoine-Léonard Thomas, op. cit.

11 Ibid.

12 Diderot, op. cit., p. 170.

13 Ibid., p. 180.

14 Galiani, op. cit., p. 252.

15 Mme d’Épinay, Galiani, op. cit., vol. IV, lettre du 18 mars 1775, p. 231.

16 Ibid., vol. III, lettre du 14 mars 1772, p. 33.

17 Ibid.

18 Mme d’Épinay, op. cit., Douzième conversation, p. 238-239.

19 Michel Bozon, « Sexualité et genre », dans J. Laufer, C. Marry, M. Maruani, Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris, PUF, 2001, p. 170.

20 Diderot, op. cit., p. 174.

21 Mme d’Épinay, Galiani, op. cit., vol. IV, lettre du 1er septembre 1773, p. 86.

22 Antoine-Léonard Thomas, op. cit., p. 128.

23 Diderot, op. cit., p. 172.

24 Marianne Charrier-Vozel, « La réponse de Mme le Prince de Beaumont à l’Année Merveilleuse de l’abbé Coyer : pour une nouvelle sensibilité masculine », dans K. Astbury et M.-E. Plagnol-Diéval, Le mâle en France 1715-1830, représentations de la masculinité, p. 39-47, Peter Lang (éd.), « French Studies of the Eighteenth and Nineteenth Centuries », vol. XV, Oxford, Bern, Bruxelles, Frankfurt, New York, 2004.

25 Mme d’Épinay, Galiani, op. cit., vol. II, lettre du 4 janvier 1771, p. 25.

26 Ibid.

27 Ibid., lettre du 19 janvier 1771, p. 36.

28 Diderot, op. cit., p. 185.

29 Antoine-Léonard Thomas, op. cit., p. 111.

30 Ibid., p. 155.

31 Mme d’Épinay, Galiani, op. cit., vol. II, lettre du 17 septembre 1771, p. 196.

32 Ibid., Lettre du 4 janvier 1771, p. 24.

33 Mme d’Épinay, Galiani, op. cit., vol. II, lettre du 4 janvier 1771, p. 25.

34 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, « Points Essais » no 483, 2002, p. 51.

35 Élisabeth Badinter, Émilie, Émilie ou l’ambition féminine au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, « Le Livre de poche » no 5952, 1983.

36 Ibid., p. 280.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Rennes I. Après avoir soutenu une thèse sur l’écriture épistolaire de madame Riccoboni, elle a publié de nombreux articles sur les épistolières et les romancières du XVIIIe siècle, ainsi que sur les secrétaires. Elle s’intéresse à l’éducation des femmes et à leur accès à l’écriture au XVIIIe siècle : « L’autoportrait de l’épistolière, entre réalité et fiction », dans B. Diaz, J. Siess (éd.), L’épistolaire au féminin : correspondances de femmes (XVIIIe-XXe siècle), Presses Universitaires de Caen, 2006. Elle s’intéresse aussi aux rapports féminin/masculin : « Féminité et masculinité : la pluralité des genres selon Mme Riccoboni et Choderlos de Laclos », dans S. van Dijk et M. van Strien-Chardonneau, Féminités et masculinités dans le texte narratif avant 1800 – la question du genre, Peeters (éd.), Louvain-Paris-Sterling, Virginia, 2002 ; « La réponse de Mme le Prince de Beaumont à l’Année Merveilleuse de l’abbé Coyer : pour une nouvelle masculinité ? », dans K. Atsbury, M.-E. Plagnol-Diéval, Le Mâle en France, représentations de la masculinité 1715-1830, Peter Lang, 2004.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540