Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Discours et pratiques au Siècle des lumières

Présentation

Bernard Bodinier

Résumé

L’enquête départementale de 1887 permet de dresser un tableau de l’ensemble des instituteurs et institutrices. Ces dernières ne représentent alors que 45 % des enseignants et les religieuses sont plus nombreuses que les laïques dont elles approchent le nombre dans le secteur public.
Les institutrices laïques du secteur public sont jeunes (33 ans), célibataires à 60 %, ont peu d’enfants, sont surtout natives de l’Eure et sont moins bien payées que les hommes. Titulaires d’un brevet de capacité, elles sont parfois passées par le Cours normal (privé) des Andelys. Pour y entrer, elles font l’objet d’une enquête et doivent remplir certaines conditions ; la directrice les évalue tout au long de leur scolarité. L’exercice de la profession est marqué par de fréquents changements d’école et la surveillance de l’inspecteur qui rédige des rapports parfois très sévères.
La situation est en train d’évoluer avec les lois laïques, une plus grande sévérité envers les congréganistes, dont le nombre diminue, et l’ouverture de l’École normale de filles d’Évreux en 1888.

The 1887 departmental study allows to draw up a picture of all teachers. Females only represent 45% of all teachers with the nuns outnumbering the secular. In the public schools the number of nuns is almost similar to the number of secular teachers.
The secular female teachers from the public sector are young (33 years old), single in 60% of cases and have few children. They tend to come from the department of Eure and are paid less than men. Holding a “brevet de capacite” (a capacity degree), they have sometimes gone to the “cours normal” in Les Andelys, a private school for teachers. In order to be accepted, they have to be evaluated and meet certain criteria. The headmistress appraises them throughout their schooling. The job entails frequent changes of school and monitoring by an inspector who can write harsh reports.
The situation is changing with new secular laws, with a firmness towards the nuns whose numbers diminish and with the opening of “l’école normale” (public school for female teachers only) in Evreux in 1888.

Texte intégral

1Quelle éducation pour les filles en cette deuxième moitié du XVIIIe siècle ? Tel pourrait être le titre commun à ces quatre communications dont les préoccupations s’entrecroisent. Jusqu’alors, en dehors des petites écoles tenues par les religieuses et des institutions pour jeunes filles généralement installées dans des couvents, et malgré l’influence du modèle éducatif de Saint-Cyr dont la postérité est toutefois faible, cet enseignement est resté marginal et orienté vers les attributions traditionnelles de la femme. « Un cercle anthropologique et épistémologique relie les notions d’éducation et de vocation de la femme en un nœud gordien étranglant sa destinée. Ainsi l’éducation des filles est déterminée en amont par une certaine image de la femme et de ses vocations et cette éducation induit en aval ces mêmes vocations. En fait de vocations, il s’agit de rôles qui découlent de la détermination biologique et de la détermination sociale » (Laurence Sieuzac). La vocation maternelle induit donc la vocation domestique. Et il est difficile d’y échapper. Le programme de l’Abbaye-aux-Bois, cité par Laurence Sieuzac, comprend certes de l’écriture, de la lecture et de l’arithmétique, mais il reste basé sur l’instruction religieuse, les savoirs ménagers et les arts d’agrément. Il ne s’agit pas de développer la culture et l’intelligence des filles mais de former des chrétiennes futures éducatrices. Toutefois, cette éducation est contestée aussi bien par Diderot ou Marivaux que par Cécile de Volanges.

2Avec les Lumières et la multiplication des salons tenus par des femmes (qu’on pense à Mesdames de Lambert, de Tencin, du Deffand, Geoffrin ou Mlle de Lespinasse), qui y accueillent écrivains, philosophes et artistes, on pouvait s’attendre à ce que l’intérêt pour l’éducation des filles suscitât des débats, des propositions, voire des réalisations. De fait, plus de deux cents ouvrages parlant de l’éducation des filles paraissent entre 1750 et 1790, de L’Émile de Rousseau (1762) à Adèle et Théodore de Mme de Genlis (1785), en passant par l’Essai sur le caractère, les moeurs et l’esprit des femmes dans les différents siècles (Thomas), les Conversations d’Émilie (Mme d’Épinay), Des femmes et de leur éducation (Choderlos de Laclos), le Traité de l’éducation des filles (Mme de Miremont)… Témoigne encore de cet intérêt le sujet du concours de Châlons-sur-Marne : « Quels seraient les meilleurs moyens de perfectionner l’éducation des femmes ? ».

3Est-ce à dire que tout le monde est d’accord ? « Les hommes nous aiment trop ou trop peu pour s’occuper de nous d’une manière qui nous soit directement utile. Il a fallu le courage de braver à la fois la sévère censure de leur sexe et l’envieuse critique du nôtre » (Mme de Miremont, citée par Marianne Charrier-Vozel). Et c’est oublier l’opposition foncière de certains philosophes. Rousseau centre l’éducation de la fille sur sa vocation domestique de future épouse, mère et maîtresse de maison. Il préconise l’obéissance morale, la chasteté et ne prévoit pas d’enseignement littéraire ou scientifique. Les femmes doivent donc faire face à un sentiment quasi général d’hostilité. Thomas, Galiani et Diderot (qui dénonce pourtant l’éducation des couvents) défendent le même point de vue : l’esprit féminin est incapable d’une démarche intellectuelle soutenue ; l’utérus de la femme explique son caractère fantasque ; faible dans sa constitution, elle doit mener une vie retirée...

4Cela n’empêche pas plusieurs femmes – et quelques hommes – de parler, d’écrire, de proposer une autre éducation pour les filles, manifestant une réelle volonté de réforme pédagogique. Mme de Lambert, étudiée par Laurence Sieuzac, dénonçait, dans l’Avis d’une mère à sa fille (1728), les carences d’une éducation qui confortait les faiblesses féminines en privilégiant le paraître. Elle prévoyait un programme ambitieux, introduisait des matières comme l’histoire, la philosophie, le latin, la littérature et même, un peu, de sciences. Il s’agissait, déjà, d’apprendre aux filles à penser.

5Marianne Charrier-Vozel évoque les relations épistolaires entre Mme d’Épinay et son ami Galiani exilé à Naples. Elle y évoque le « pompeux bavardage » de Thomas sur les femmes. Selon elle, la différence des sexes ne tient pas de la nature. C’est l’éducation qui a produit une « contre nature » faite de vertus factices et de vices très réels. Mme d’Épinay réfute l’argumentation de Thomas, Diderot et Galiani : « La faiblesse de notre constitution et de nos organes appartient certainement à notre éducation et est une suite de la condition qu’on nous assigne dans la société ». Après avoir dégagé les mécanismes de la domination masculine et dénoncé une pédagogie faite par les hommes pour maintenir les femmes dans un état d’ignorance qui assure leur asservissement, elle dresse un programme pédagogique complet destiné aux filles et mené par les mères : belles-lettres, latin, philosophie, géométrie, mécanique… mais pas la danse et la poésie, arts destinés aux agréments des hommes. Elle admet toutefois que la femme savante doit se cacher, la société n’étant pas prête à accepter une femme libre.

6Isabelle Brouard-Arends consacre son exposé à Mme de Genlis dont le Adèle et Théodore répond au Rousseau de La Nouvelle Héloïse (1761). À travers le personnage de Mme d’Almane, la mère des deux enfants, Mme de Genlis affirme la légitimité de l’éducation maternelle, tant à l’égard de la fille que du garçon. Tout en tenant salon, elle éduque ses enfants. Surtout, elle accueille les filles puis les fils du duc de Chartres. Ce qui était choquant pour beaucoup : il n’était pas convenable qu’une femme assure une éducation princière, qui plus est à des enfants des deux sexes, à la fois comme gouverneur et précepteur. Elle présente dans son roman les lignes de force de sa méthode éducative qui n’est pas sexuée a priori. Il s’agit d’une pédagogie mise en pratique au quotidien. Pour elle, la femme est naturellement propre à l’état éducatif. Enfin le roman évoque l’éducation d’un prince dont les préceptes se fondent sur les mêmes présupposés philosophiques et moraux que ceux des autres enfants. Éclairée, instruite – mais pas savante –, la femme éducatrice délivre une éducation variée qui ne se limite pas à l’apprentissage des rudiments domestiques. Son modèle est bourgeois plus qu’aristocratique. Isabelle Brouard-Arends s’interroge aussi sur la teneur du discours tenu par une femme qui se revendique éducatrice.

7Si Mme de Genlis met en pratique son programme, rares sont les réalisations. C’est l’une d’entre elles qu’évoque Loïc Chalmel, avec l’institution pour jeunes demoiselles (protestantes) de Strasbourg, fondée en 1779, par Simon et Schweighäuser, élèves d’Oberlin et collaborateurs de Basedow à Dessau. Cette fondation trouve naturellement sa place dans le réseau unissant les établissements créés par les sociétés philanthropiques et soutenus par les francs-maçons. L’idée d’appliquer les principes philanthropiniques à l’éducation des filles avait déjà été envisagée à Dessau. Il s’agit de faire de la future femme une agréable dame de compagnie pour son mari, une maîtresse de maison intelligente et une éducatrice habile de ses enfants des deux sexes. Dans ce but, Simon développe un projet éducatif qui comporte éducation physique et morale à côté de l’enseignement proprement dit. On est donc loin des trois K (Kinder, Küche, Kirche – les enfants, la cuisine, l’Église). Simon insiste cependant sur les aspects pratiques : rédaction de quittances, lecture du journal, tricot, travaux domestiques… L’originalité tient encore au fait que l’enseignement est bilingue (français-allemand) et aux amendes pour non respect des règles de vie. L’institut a des ennemis et malgré le soutien, parfois critique des philanthropes et des francs-maçons, il est contraint de fermer en 1783, faute de moyens.

8Dans les faits (Laurence Sieuzac évoque aussi cet aspect), la tradition se perpétue, décevant les attentes de filles comme Manon Roland. Et il faudra attendre la Révolution pour que de nouvelles perspectives s’ouvrent pour les femmes. À l’image d’une Olympe de Gouges, elles prennent la parole, manifestent et réclament une éducation générale, voire technique, qui favoriserait leur émancipation… Mais, sacralisées comme déesses de la raison ou de la liberté, elles ne tardent pas à être déçues : les révolutionnaires mettent fin à la sortie dans le siècle d’une femme qui leur a fait peur et que le Code civil renvoie à la maison et à la domination masculine.

9Ces quatre communications, centrées sur des projets novateurs mais qui n’aboutissent pas à une généralisation dans la réalité, montrent le chemin qui reste à parcourir pour que les filles obtiennent une éducation et un enseignement dignes ou semblables à celui des garçons. Peut-on regretter que leurs auteurs n’évoquent guère la part de l’allégeance aux discours éducatifs masculins qu’on retrouve à l’occasion dans les programmes des penseurs de la seconde moitié du XVIIIe siècle ? Et qu’ils ne disent mot des transformations proposées à ce moment-là pour les garçons ?

Auteur

Professeur émérite des universités en histoire moderne et contemporaine. Spécialiste d’histoire rurale (seigneurie, biens nationaux, répartition et transfert de propriété…) au XVIIIe siècle et sous la Révolution, il a publié en collaboration avec Éric Teyssier et François Antoine L’évènement le plus important de la Révolution ? La vente des biens nationaux en France et dans les territoires annexés (1789-1867), Éditions du CTHS et de la Société des Études robespierristes, Paris, 2000. Il s’intéresse aussi à l’histoire de Louviers, de l’Eure et de la Normandie. Il a dirigé l’ouvrage L’Eure de la Préhistoire à nos jours, Éditions Bordessoules, Saint-Jean-d’Angély, 2001 et a publié plusieurs études sur l’école dont Cent ans de politique scolaire à Louviers (1789-1914), publication du CNDP-CDDP de l’Eure, 1984.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540