Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

La fillette dans le discours éducatif

Filles et jeunes filles des romans contemporains pour la jeunesse

Isabelle Smadja

Résumé

L’étude de quelques romans pour la jeunesse, choisis pour leur qualité, révèle une évolution du statut de la fille. Les filles n’ont plus comme seul et unique souci de se marier avec un prince charmant, mais deviennent de plus en plus capables d’une pluralité de fonctions. Dans À la Croisée des mondes, Pullman a fait de Lyra une exploratrice hardie et fougueuse, qui choisit de poursuivre ses études plutôt que de se marier. Dans Harry Potter, Rowling a créé Hermione, jeune fille généreuse et dynamique, seul personnage de ce roman à s’émanciper du collège pour en critiquer quelques-uns des fondements, comme l’exploitation d’« elfes de maison ». Reste que les images déposées dans notre imaginaire disparaissent parfois moins vite que les idées et que certains stéréotypes – filles plus intuitives et sensibles, garçons plus réfléchis et autonomes… – resurgissent au fil des histoires.

The analysis of some novels belonging to children’s literature reveals an evolution in the status of girls in fiction. Girls are no longer single-minded in getting married with a “Prince Charming”, but they become more and more able to perform a plurality of functions. In The Dark Materials by Philip Pullman, Lyra is a female explorer, who chooses to pursue her studies instead of getting married. In Harry Potter, Rowling creates the young Hermione, a generous and dynamic girl: she is the only character in this series to be emancipated enough from school to be capable of criticizing some of its foundations, like the exploitation of the house-elves. Yet, the images imprinted in our mind sometimes disappear more slowly than ideas, and some stereotypes such as feminine intuition and sensitivity versus masculine thoughtfulness and independence – resurface as the stories unfold.

Texte intégral

1« Du côté des filles »…, ce pourrait être un hommage à Proust. Mais non, derrière ce titre, à la fois ouvert et mystérieux, se trouve un site internet, empreint de naïveté et de lucidité, sur la littérature de jeunesse. En voici un extrait, qui donne le ton :

D’accord : la famille des albums illustrés existe effectivement dans la réalité. Papa, débordé par son travail, se repose en rentrant […]. Maman prépare le dîner et s’occupe du ménage (les albums ne disent pas si elle a fait, elle aussi, sa journée de travail à l’extérieur).
Ce schéma, voulons-nous le questionner ou l’entériner ? Voulons-nous montrer aux enfants cette famille-là comme la seule famille autorisée, cette vie quotidienne comme la seule possible ? […] Pouvons-nous espérer des structures familiales plus égalitaires et plus variées, si nous ne les proposons pas tout de suite aux enfants qui vont vivre ?

2Indirectement, cet extrait répond à la question : pourquoi se préoccuper des personnages féminins dans la littérature pour la jeunesse ? Rappelons tout d’abord, en guise de justification d’un intérêt porté à la féminité, quelques chiffres, chiffres terribles et éloquents. Extraits d’un rapport de la commission européenne au travail, ils nous apprennent que dans l’ensemble des pays de l’Union européenne, une femme sur cinq subit, au cours de sa vie, des violences avec séquelles infligées par son mari ou son compagnon. Une campagne lancée par Amnesty International en 2000 précise : « Quand on parle de violence liée au genre en ce qui concerne les femmes, on se réfère aux cas d’actes de violence dirigés contre une femme parce qu’elle est une femme ».

  • 1 http://www.femmes-egalite.gouv.fr/grands_dossiers/dossiers/violences/

3En France, l’enquête nationale sur les violences envers les femmes, publiée en juin 20011, nous apprend qu’une femme sur dix est victime de violences conjugales, et que six femmes en meurent chaque mois. Les femmes continuent d’assumer 80 % des tâches familiales, alors que 80 % d’entre elles ont, par ailleurs, un emploi rémunéré. Elles forment la majorité des chômeurs, des smicards, des travailleurs à temps partiel (83 %). De plus la grande pauvreté touche à 80 % des femmes.

  • 2 René Descartes, Discours de la méthode, Deuxième partie, Œuvres et lettres, Paris, Gallimard, « Bi (...)

4Si ce constat d’une inégalité « toujours encore là » incite à questionner la littérature pour la jeunesse, c’est que, plus sans doute que ne le font les romans pour adultes, la littérature juvénile apporte une pierre décisive à la construction des cultures. En effet, l’âge où on lit ces livres n’est pas encore un âge où l’on peut prendre une distance suffisante pour critiquer : on les lit avec toute la naïveté de l’enfance et avec cette naïveté qui nous fait admettre sans critiquer. L’enfance est l’âge des préjugés, disait déjà Descartes2, l’âge où nous « préjugeons » en ce sens que nous assimilons des connaissances sans être en état de les juger. À cela s’ajoute le fait que, plus tard, devenus grands, nous avons un rapport si affectif, si nostalgique même, à notre enfance que nos lectures d’alors, idéalisées, acquièrent une valeur beaucoup plus forte que les romans que nous lirons ensuite. La littérature de jeunesse n’est pas donc seulement le miroir de la société mais également, en quelque sorte, nos racines culturelles, racines si fortes que nous résisterons sans doute longtemps avant de les critiquer. Aussi, puisque cette littérature contribue à la construction des cultures et d’une identité féminine, quelle image, et quel modèle à suivre pour les filles ou les jeunes filles, délivre-t-elle ? Et, plus précisément, comment les auteurs contemporains – hommes et femmes – construisent-ils leurs personnages féminins ? Les progrès occidentaux en matière de féminisme, si souvent notés – moins souvent appliqués – se font-ils sentir dans les romans pour la jeunesse ?

5Pour répondre à ces questions, je réfléchirai dans un premier temps à l’identité féminine que l’on cherche aujourd’hui à instaurer, en montrant combien elle se distingue de l’idéal féminin traditionnel et combien, dans la littérature juvénile traditionnelle et les contes de fées, « la fille littéraire » s’oppose au « garçon littéraire ». Dans un second temps, j’analyserai le statut de la fille dans quelques romans contemporains pour la jeunesse, afin de voir dans quelle mesure la distinction entre filles et garçons s’estompe aujourd’hui.

L’identité féminine en question : l’idéal d’hier et d’aujourd’hui

6En premier lieu, il est nécessaire de s’arrêter un temps sur la question de l’idéal féminin que les écrivains sont censés, aujourd’hui, nous proposer. En effet, dès qu’on a entre les mains un ouvrage travaillé, d’un bon auteur pour la jeunesse, on perçoit une volonté constante de lutter contre les inégalités entre hommes et femmes, mais également une grande difficulté à trouver quel statut donner aux filles au sein du monde moderne et, de ce fait, à leurs personnages féminins. La difficulté se concentre autour d’un problème que, schématiquement, on pourrait formuler ainsi : mais, au fond, toutes ces femmes qui ont une revendication féministe, que veulent-elles exactement ? Veulent-elles l’égalité avec les hommes, c’est-à-dire la reconnaissance qu’il n’y a pas de véritable différence de statut et de personnalité entre hommes et femmes ? Ou au contraire les femmes veulent-elles qu’on leur reconnaisse une véritable identité féminine ? Mais alors quelle est cette identité ? Et s’il y a une identité féminine, est-ce qu’on ne retombe pas finalement dans le travers qu’on voulait dénoncer, qui consiste à enfermer la femme dans un cadre très rigide et des stéréotypes ?

  • 3 Jean-Jacques Rousseau, Émile, ou De l’éducation, Livre premier, Paris, Flammarion, « GF », 1966, p (...)
  • 4 Alain Renaut, La Libération des enfants, Paris, Calmann-Lévy, 2002, p. 277.

7« Les femmes [affirmait Rousseau il y a deux siècles] ont cessé d’être mères ; elles ne le seront plus ; elles ne veulent plus l’être »3. Commentant cette phrase, le philosophe Alain Renaut la considère, « par opposition à la montagne de préjugés que véhicule sur les femmes l’œuvre de Rousseau » comme « fournissant l’une des meilleures formulations du problème soulevé par la condition féminine à l’âge démocratique »4. Et Alain Renaut de poursuivre en présentant comme un « fait peu contestable » le refus des « femmes modernes » à être mères « au sens traditionnel d’une maternité à laquelle elles se trouveraient destinées et vouées » :

  • 5 Alain Renaut, op. cit., p. 277-278.

Les femmes [écrit-il] ne se reconnaissent plus dans une maternité qui serait leur destination […]. Mères, les femmes ne le seront plus sur ce mode, parce qu’une telle destination n’est plus conforme à l’idée que les Modernes, donc aussi les femmes modernes, se font de leur liberté, se font d’elles comme êtres libres, c’est-à-dire comme des êtres dont l’humanité se situe dans la capacité de s’arracher à toute naturalité susceptible de les définir, y compris celle-là5.

8De tels propos ne laissent pas d’étonner. Étonnement tout d’abord à la relecture de cette phrase : Rousseau aurait-il raison ? Les femmes auraient-elles cessé d’être mères, tout en continuant à enfanter ? N’auraient-elles des enfants que contre leur gré, ou s’agirait-il de soutenir que les femmes élèvent désormais leurs enfants hors de toute sollicitude maternelle ? Étonnement ensuite devant le commentaire d’Alain Renaut : les femmes refuseraient-elles aujourd’hui de se définir – et donc d’agir – comme des mères ? Et pourtant, jamais les enfants des Occidentaux n’auront été l’objet d’autant d’attentions et de discours. Et jamais le titre de parent n’aura été aussi glorieux qu’à l’heure actuelle. Alors, comment se sortir de la contradiction ? Faut-il penser que les femmes, désireuses d’assurer une fonction égale avec les hommes, veulent revendiquer la « parentalité », mais non « la maternité » ? Mais poursuivons l’analyse d’Alain Renaut :

  • 6 Ibid., p. 279-280.

Rousseau nous fournit les moyens de poser correctement, au moins en partie, le problème de la condition féminine moderne : qu’est-ce qu’une femme qui ne sera plus une mère, et qui ne voudra plus l’être, au sens où la femme refusera désormais son attachement à une identité qui la définirait et inscrira au contraire sa liberté dans l’arrachement à cette identité ?6

9Or cette question « qu’est-ce qu’une femme aujourd’hui ? », si souvent posée dans ce début du XXIe siècle, j’ai voulu l’aborder de biais par une analyse de la représentation de la fille dans la littérature contemporaine pour la jeunesse. Comment les auteurs pour la jeunesse résolvent-ils cette question si épineuse de l’identité féminine ? Et, puisque, décidément oui, Rousseau a raison, on peut difficilement clore un roman contemporain par la formule consacrée : « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants », sans qu’elle ne choque. Qu’advient-il de leurs héroïnes ?

10L’équilibre à atteindre pour s’accorder à la revendication féministe est délicat : d’un côté personne ne veut d’un personnage féminin qui soit l’exacte réplique du garçon, mais d’un autre côté pourtant, chacun sent que la revendication d’une égalité est entièrement légitime. Il s’agirait donc d’obtenir la reconnaissance d’une identité différente de celle des garçons, tout en refusant très franchement d’emprisonner la femme dans un statut prédéterminé. Or, aujourd’hui, on a bien admis qu’il faut dissocier l’identité biologique de la construction sociale et culturelle du féminin, mais on est loin de savoir quelle est cette identité féminine que nous appelons de nos vœux. Et pourtant, à peine la première phrase écrite, l’auteur apporte sa réponse à cette question, réponse qui, souvent, se situe entre modernité et tradition : reflétant l’esprit et les incertitudes de notre époque, elle véhicule aussi des modèles traditionnels tout droit issus des contes de fées.

11Brièvement, rappelons les modèles que les contes proposaient, afin de voir si l’on peut déduire de leur étude une opposition stricte entre « la fille littéraire » et le « garçon littéraire ».

12Dans les contes, la règle veut que ce soient aux garçons et aux hommes de vivre des aventures guerrières et d’explorer le monde, tandis que femmes et filles doivent rester au foyer. Traditionnellement en effet, comme le fait observer Jack Zipes, la littérature pour enfants réserve aux filles des histoires d’enfermements et de ménages à faire, privilégiant pour les garçons des épreuves plus valorisantes : explorations et conquêtes. On a, par exemple, souvent noté combien Cendrillon était un modèle de soumission : la jeune fille ne doit pas son salut à son inventivité ou sa révolte contre les conditions de vie inadmissibles que sa famille lui réserve mais, bien au contraire, au fait qu’elle est belle, obéissante et résignée, qu’elle sait chanter, y compris dans l’adversité, qu’elle est bonne couturière et bonne ménagère. À aucun moment, elle ne prend son avenir en main, ni pour aller chercher son prince, ni a fortiori pour penser à un autre destin que le mariage. Quant aux demi-sœurs de Cendrillon, rares sont dans les contes des portraits aussi caricaturés et qui déprécient autant ceux qu’ils dépeignent : on aura beau chercher chez Perrault un portrait de jeune garçon qui le décrive de manière aussi déplaisante, on ne le trouvera pas.

13Bref, les images de la féminité à l’âge des contes se divisent en jeunes filles serviles et résignées d’un côté, qui n’ont droit à une existence littéraire que si elles sont accompagnées de toutes les qualités qu’un homme peut attendre, et d’un autre côté en sorcières ou horribles marâtres.

14À la fin d’une étude sur La petite fille dans la forêt des contes, Pierre Péju se posait la question « qu’est-ce qu’une petite fille ? », avant de livrer cette réponse assez brutale :

  • 7 Pierre Péju, La petite fille dans la forêt des contes, Paris, Robert Laffont, 1981, p. 128.

[…] une petite fille, c’est ce qui, traditionnellement, n’est désiré qu’en second. En principe, le désir d’enfant est désir de garçon. Dans beaucoup de cas, la naissance de la fille est perçue comme un ratage. L’enfant en gloire, « l’enfant-roi », c’est toujours un garçon7.

15Ce constat accablant, que Pierre Péju dressait à partir d’une étude de contes de fées traditionnels, il nous fallait le questionner dans notre monde : la fille est-elle encore aujourd’hui, dans les romans contemporains, une « catastrophe », lorsqu’elle est la première ? Comment les auteurs vivent-ils l’ascension féminine qu’eux-mêmes parfois appellent de leurs vœux, donnant à une petite fille le statut d’« enfant-reine », d’« élue », comme la jeune Kira dans L’Élue de Lois Lowry, ou la petite Lyra dans À la croisée des mondes de Philip Pullman ?

16Si on s’en tient à la paralittérature, la déception guette : souvent construite à la demande des éditeurs pour s’intégrer à un cadre très rigide de romans pour filles ou, à l’inverse, pour garçons, elle se réduit le plus souvent à des stéréotypes, les filles ayant comme ambition essentielle, pour ne pas dire la seule, d’être amoureuses. Les activités physiques, la débrouillardise, et l’ouverture sur le monde demeurent typiquement masculines, tandis que la lecture, l’écriture, et l’introspection narcissique restent des activités spécifiquement féminines. Parallèlement, se trouvent des ouvrages qui veulent échapper – sans trop de réflexion – au reproche sexiste et être au goût du jour : ils créent alors de manière très artificielle des portraits de filles totalement calqués sur le modèle des garçons et sans aucune identité féminine propre. Paradigmatique de ce phénomène, le jeu vidéo Les Sim’s, prenant acte de la revendication féministe, la résout très simplement en ne différenciant pas hommes et femmes, sinon par leur seule apparence physique, et le jeu innove même en permettant à certains hommes d’être « enceints ».

17En revanche, si on regarde du côté de la bonne littérature, les choses sont bien différentes : comme pour rattraper le temps perdu, les écrivains créent de plus en plus d’héroïnes, bien qu’on soit encore loin d’une stricte égalité. Certains thèmes traditionnellement réservés aux garçons, comme celui du Robinson sur son île, sont même parfois investis par des filles. Par exemple, là où Michaël Morpurgo, dans Le royaume de Kensuké, conserve la figure du garçon explorateur, Érik Orsenna parvient à dresser un portrait plus contrasté de Jeanne, l’héroïne de La grammaire est une chanson douce : féminine par sa relation affective aux mots de la langue française, Jeanne traverse des épreuves plus masculines lorsqu’elle explore les îles de la grammaire, et y rencontre, sans en être gênée, de nouveaux amis. Et, inversement, il arrive parfois, même si cela reste rare, que certains thèmes traditionnellement réservés aux filles, comme la rédaction d’un journal intime ou la lecture, soient choisis par des jeunes garçons, comme dans Il faut sauver Saïd, de Brigitte Smadja.

La fille littéraire aujourd’hui : entre désir d’émancipation et survivance du passé

18L’étude de quelques-uns de ces romans pour la jeunesse révèle une évolution du statut de la fille que l’on résumera en trois points. En premier lieu, la relation que les filles y entretiennent avec leur avenir et notamment avec l’éventualité d’un mariage et/ou d’une maternité s’est modifiée : les filles n’ont plus comme seul et unique souci de se marier avec un prince charmant, mais deviennent de plus en plus capables d’une pluralité de fonctions. Paradigmatique de cette évolution, la jeune Hermione, dans Harry Potter, a une personnalité complexe, qui laisse la voie à de multiples possibilités d’existence : résolument tournée vers l’engagement humanitaire et social, Hermione est également sensible et intelligente, ce qui ne l’empêche en rien de développer des qualités presque maternelles, prenant sous son aile protectrice le maladroit Neville ou l’immature Hagrid. À l’opposé, le pauvre Ron Weasley devient, au sixième tome, totalement obnubilé par son aventure amoureuse, tout se passant comme si J.-K. Rowling l’avait malicieusement investi de stéréotypes féminins.

19D’autres romans montrent des filles qui vont jusqu’à refuser de se marier afin d’avoir des fonctions publiques de responsabilité ; et, dans le cadre de romans assez pessimistes quant à l’avenir de la planète, comme À la croisée des mondes ou L’Élue, elles choisissent d’essayer de sauver le monde plutôt que de se marier et d’avoir des enfants.

20À ce premier changement, s’ajoute un souci très net de ne pas exclure du cadre littéraire des filles dont l’apparence physique n’est pas parfaite. Rappelons-nous : Cendrillon, Aurore, Peau d’Âne… n’acquéraient leur droit à l’existence littéraire que du fait de leur exceptionnelle beauté. Il était intéressant de se demander si la règle était toujours d’usage, ou s’il arrivait qu’on ne se soucie plus de savoir si les filles sont belles ou non. Dans de nombreux cas, l’égalité entre filles et garçons est acquise : les héroïnes ne sont pas plus préoccupées de leur beauté que les garçons. Bien plus, dans L’Élue, la jeune orpheline conduite à sauver le monde, a une infirmité de naissance, et dans À la croisée des mondes, la jeune héroïne, Lyra Parle d’Or, construit son identité en opposition totale avec celle de sa mère, une femme séduisante et très coquette.

21Cependant, même quand les auteurs créent des personnages de filles qui sont en rupture avec l’image traditionnelle de la fille littéraire, et qui deviennent des exploratrices peu soucieuses de leur apparence physique, elles sont, malgré tout, peu à peu rejointes par leur destin. C’est le cas par exemple de Lyra : Philip Pullman – en homme soucieux de lutter contre le déséquilibre entre fille et garçon dans la littérature pour la jeunesse – a opté pour une petite fille certes, mais en la décrivant comme une personne audacieuse, dynamique, curieuse de tout, et constamment en quête d’aventures et d’exploits guerriers. Élevée par des hommes, dans l’enceinte d’une université où son compagnon de jeux est un garçon, Lyra est décrite dans un premier temps comme une sauvageonne chez qui toute trace de féminité semble avoir été gommée. Le premier portrait que l’auteur dresse de son personnage est, de ce point de vue, assez révélateur de l’effort consenti pour faire de cette fillette ce que nous avons coutume d’appeler un « garçon manqué » :

  • 8 Philip Pullman, À la croisée des mondes, t. I : Les Royaumes du Nord, Paris, Gallimard, « Folio Ju (...)

Par bien des côtés, Lyra était une barbare. Ce qu’elle aimait pardessus tout, c’était escalader les toits du collège et cracher des noyaux de prune sur la tête des Érudits qui passaient en dessous, […] courir à toute allure dans les rues étroites de la ville, voler des pommes sur le marché, ou livrer bataille8.

22Suit une description de batailles entre bandes rivales, chacun « bombardant de terre glaise ses rivaux avant de les rouler dans cette substance visqueuse, si bien qu’à la fin du combat, vainqueurs et vaincus ressemblaient à un troupeau de golems vociférants ». Bref, si on s’en tenait à cette seule description, on pourrait être déçu. Mais Philip Pullman n’en reste pas là, loin s’en faut. À la figure de garçon manqué, insouciant et intrépide, auquel Lyra se conformait au début du roman, va faire place le portrait d’une jeune fille sensible et courageuse, qui accompagne dans ses derniers instants un petit garçon mourant. C’est dire que, petit à petit, presque en catimini, Lyra est rejointe par son destin et se trouve entraînée, par la force des choses, à tenir un rôle plus maternel que guerrier.

23Au début de ses aventures, son rêve est de participer à une expédition au Pôle Nord afin d’étudier des phénomènes surnaturels qui s’y déroulent. Mais elle est entraînée dans une aventure différente : soucieuse d’enquêter sur une disparition d’enfants, elle aboutit bien au Pôle Nord, mais parce qu’elle est sur la trace de voleurs d’enfants. Et, lorsqu’elle est témoin de la souffrance des enfants volés, mutilés afin de satisfaire l’ambition des adultes, Lyra se révolte et endosse l’habit d’une mère, ayant pour seul objectif de sauver des enfants, jusqu’à ce point culminant qui clôt le premier tome :

  • 9 Philip Pullman, op. cit., p. 481.

Le corps de Roger gisait dans ses bras. Elle le déposa délicatement dans la neige et se retourna. Derrière elle, régnaient la souffrance, la mort et la peur ; devant elle, s’étendaient le doute, le danger et des mystères insondables9.

24Pullman livre avec ce roman une image contrastée et toute en nuances de la fille littéraire : exploratrice pleine de hardiesse et de fougue, Lyra prend un temps les traits d’une Mère Courage avant de refuser tout net le rôle de mère de famille ou de femme mariée qu’on pense qu’elle va tenir : la fin de la trilogie la montre préférant sacrifier son amour pour Will, un garçon de son âge, afin de retourner dans son monde pour y faire des études. Réciproquement, Harry Potter, qui possède à sa création des traits qui le féminisent, puisqu’il emprunte certains de ses traits au personnage féminin de Cendrillon, est littéralement, à chaque nouvel épisode de ses aventures, contraint au combat, du fait de la haine tenace que lui voue Voldemort. Lui également, est rejoint peu à peu par son destin pour se mouler progressivement dans une figure masculine plus affirmée qu’elle ne l’était au départ.

25La référence au roman de J.-K. Rowling nous incite à réfléchir à une autre évolution attendue. La primauté traditionnelle du garçon sur la fille existe-t-elle encore ? Aboutit-on encore au constat de Pierre Péju affirmant que, dans les contes, « les filles sont une catastrophe quand elles sont les premières » ? Et de fait, on peut se poser la question : que se serait-il passé si la moto du géant Hagrid avait déposé devant le « 4, Privet Drive », la maison des Dursley, un berceau contenant une petite orpheline au lieu de Harry Potter ? Cette dernière aurait-elle eu droit aux mêmes marques de respect et aux mêmes honneurs de la part des sorciers lorsque, à onze ans, elle les aurait rencontrés ? Et, parallèlement, l’ouvrage de J.-K. Rowling aurait-il obtenu le même succès, y compris auprès des jeunes garçons lecteurs, si son univers avait donné de meilleurs rôles aux femmes ? Certes, entre garçon et fille, il fallait bien que l’auteur choisisse.

26Certes encore, J.-K. Rowling a su créer, avec Hermione, un personnage féminin haut en couleurs et qui occupe, du fait de sa personnalité généreuse et dynamique, une place de choix. Mais on ne peut s’empêcher d’émettre quelques regrets devant ce constat : dans une époque où on voudrait tant voir l’égalité des sexes acquise, le jeune héros des aventures les plus lues en ce début du XXIe siècle demeure un garçon. N’oublions pas cependant que l’auteur est une femme, ce qui témoigne à soi seul d’une réelle évolution des mentalités.

  • 10 Voir pour cette distinction Umberto Eco, Interprétation et surinterprétation, Paris, PUF, « Formes (...)

27De toute façon, il faut nuancer les propos : si, d’un côté, les auteurs veulent mettre en place une égalité de principe, d’un autre côté, on s’aperçoit que « l’intention du texte » diffère parfois de « l’intention de l’auteur »10. Par exemple, dans les premiers tomes des Harry Potter, la description des filles est péjorative : les groupes de filles gloussent de rire à l’approche des garçons, elles crient, pleurent ou s’extasient beaucoup plus que les garçons qui témoignent de plus de discernement et de moins de futilité. Or de tels passages diffèrent singulièrement de l’intention de l’auteur, qui, sans être féministe au sens fort du terme, revendique, une image positive de la féminité. Dans le cas très particulier des Harry Potter, où une forme d’interactivité s’est mise en place, le décalage entre ce que dit le texte et ce que l’auteur voulait qu’il dise a pu être atténué par J.-K. Rowling elle-même, qui s’est efforcée dans les trois derniers tomes de modifier l’image négative des filles qu’elle avait inconsciemment introduite. Elle a ainsi répondu aux accusations de sexisme en affirmant son attachement à Hermione, et sa volonté d’en faire un personnage essentiel, capable d’assumer seule de grandes responsabilités.

28Mais indépendamment même de ces réaménagements, le roman de Rowling témoigne des précautions à prendre en matière de critique : si une première lecture incite à déplorer le sexisme de certains passages, une lecture plus attentive du texte et de sa structure contraint à nuancer cette position, Rowling parvenant fréquemment à un brouillage des genres. Par exemple, les hommes sont habillés en capes de sorcières et volent sur des balais, au même titre que les femmes. Quant au héros, bien qu’il soit un garçon, il retient quelque chose de Cendrillon, et, lorsqu’il se contemple dans un miroir magique et pleure devant l’image de ses parents morts, il ne correspond pas, loin s’en faut, au stéréotype du garçon littéraire.

29Cela dit, les auteurs restent tributaires de certaines traditions : ils créent des héroïnes qui souffrent plus que les garçons, et, surtout, ont intériorisé leurs souffrances : tandis que les garçons se révoltent contre ce qu’ils perçoivent comme une injustice, les filles sont plus résignées. L’analyse de deux romans d’un même auteur, Lois Lowry, peut servir de terrain d’observation des différences entre garçon et fille dans leur traitement littéraire : ces deux ouvrages, Le passeur et L’Élue, sont en effet très proches par leur thème : tous deux mettent en scène une communauté qui a perdu la mémoire de son passé, et tous deux demandent à un enfant exceptionnellement doué de conserver ou de retrouver les souvenirs du passé. Enfin, dans les deux romans, cet enfant, au début très coopératif, va peu à peu se révolter contre le monde dans lequel il vit. Mais si dans l’Élue, cet enfant est une fille de douze ans, dans Le passeur, c’est un jeune garçon. Or, quand on compare ces deux histoires, on constate que la jeune Kira a un don artistique, qu’elle a acquis de manière purement intuitive. Bien plus, lorsqu’elle s’aperçoit qu’elle tisse très bien, que les fils bougent entre ses doigts par une sorte d’inspiration, elle accepte son don sans se poser de question. À l’inverse, Jonas a un don beaucoup plus rationnel ou intellectuel, qui consiste à mémoriser des informations dans son esprit. Et, parallèlement, la toute première fois qu’il prend conscience de ce don, il est très sceptique et tente de rationaliser ce qui vient de se passer, d’en donner une explication. Les deux romans reproduisent ainsi un schéma stéréotypé, où la femme, plus intuitive, se distingue du garçon, plus scientifique. Par ailleurs, là où le garçon n’hésite pas à s’aventurer hors de chez lui dans des contrées inexplorées, la fille, en gardienne du foyer, privilégie la permanence et le confinement. Kira demeure dans sa communauté afin d’essayer de la changer de l’intérieur : ne pouvant se résoudre à abandonner une petite orpheline qu’elle a prise en charge, elle refuse de partir avec son jeune compagnon dans une contrée moins cruelle. Jonas, en revanche, quitte les siens en emportant Gabriel, le bébé qu’il veut sauver, afin de trouver une autre communauté où fonder une nouvelle vie. Enfin, le monde dans lequel se déroule l’enfance de Kira est beaucoup plus étouffant que l’univers de Jonas qui développe, en dépit de tous ses défauts, un espace de liberté suffisant pour que le garçon ait eu, dans son enfance la possibilité de s’épanouir.

30L’étude de ces romans de Lois Lowry nous conduit à constater sa ferme volonté de refuser les inégalités entre hommes et femmes, et de donner aux femmes et aux filles les mêmes droits qu’aux hommes à être héros d’une fiction. Aussi naturelle que cette revendication puisse paraître aujourd’hui, l’égalité est loin d’être acquise et, ne serait-ce que par cette seule exigence, Lowry fait figure de résistante. Elle s’évertue en outre à lutter contre un certain nombre de partis pris : aux préjugés qui voudraient que l’homme soit naturellement plus à même d’occuper des fonctions de responsabilités et que la femme soit, pour sa part, plus apte à s’occuper des enfants, elle oppose dans Le passeur le couple, qu’elle voudrait paradigmatique, des parents de Jonas, lui, infirmier dans une maternité, elle, juge.

31Et pourtant, la puissance des traditions est telle que les préjugés qu’elle voulait dénoncer ressurgissent peu à peu. Ainsi, comme pour témoigner de la difficulté pour une femme d’atteindre les sommets d’une hiérarchie sociale, Lowry fait mourir l’adolescente du Passeur qui devait prendre la place de son père : elle ne peut se résoudre à la cruauté du monde, son hypersensibilité la rendant trop vulnérable. C’est à Jonas que revient la tâche de mener à bien l’entreprise avortée par Rosemary, et de se sauver avec un nourrisson pour trouver une autre communauté moins barbare. De même encore, donner au père de Jonas une fonction traditionnellement réservée aux femmes est un échec : l’absence de sensibilité dont il fait preuve lui permet de tuer sans aucun remords les bébés « non conformes ».

32C’est dire que les images déposées dans notre imaginaire disparaissent moins vite que les idées, plus modernistes, que nous voulons laisser paraître. Écrire, c’est plus souvent entrer en dialogue avec le silencieux passé des œuvres littéraires qu’avec le tumultueux présent de notre quotidien. On n’écrit pourtant qu’avec son époque, imprégné de l’esprit du temps. Aussi, la littérature est-elle souvent à la croisée des chemins entre modernité et tradition lorsque, par exemple, elle doit résoudre le problème de l’alliance ou du divorce entre féminité et maternité. Ni Lyra, ni Kira, ni bien sûr Rosemary, la jeune suicidée du Passeur, ne « se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ». Kira refuse tout net la proposition de Matt, qui lui conseille de le suivre, lui et son père, dans leur communauté pour trouver un mari : rendre le monde meilleur est une tâche plus urgente que de faire naître des enfants dans un monde en ruines.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Descartes René, Discours de la méthode : Œuvres et lettres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1953.

Eco Umberto, Interprétation et surinterprétation, Paris, PUF, « Formes sémantiques », 2001.

Lowry Lois, L’Élue, Paris, Gallimard, « Folio Junior », 2001 ; Le passeur, Paris, L’École des loisirs, « Medium », 1994.

Morpurgo Michaël, Le royaume de Kensuké, Paris, Gallimard Jeunesse, 2000.

Orsenna Érik, La Grammaire est une chanson douce, Paris, Stock, 2001.

Péju Pierre, La Petite fille dans la forêt des contes, Paris, Robert Laffont, 1981.

Pullman Philip, À la croisée des mondes, tome I : Les Royaumes du Nord ; tome II : La Tour des Anges ; tome III : Le Miroir d’Ambre, Paris, Gallimard, « Folio Junior », 2000-2005.

Renaut Alain, La Libération des enfants, Paris, Calmann-Lévy, 2002.

Rousseau Jean-Jacques, Émile, ou De l’éducation, Livre premier, Paris, Flammarion, « GF », 1966.

Rowling Joanne Kathleen, Harry Potter à l’école des sorciers, Paris, Gallimard, « Folio Junior », 1997.

Smadja Brigitte, Il faut sauver Saïd, Paris, L’École des Loisirs, « Neuf », 2003.

Smadja Isabelle, Harry Potter, les raisons d’un succès, Paris, PUF, « Sociologie d’aujourd’hui » 2001 ; Le temps des filles, Paris, PUF, « Hors collection », 2004.

Zipes Jack, Les contes de fées et l’art de la subversion, Paris, Payot, 1986.

Notes

1 http://www.femmes-egalite.gouv.fr/grands_dossiers/dossiers/violences/

2 René Descartes, Discours de la méthode, Deuxième partie, Œuvres et lettres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1953, p. 133-134.

3 Jean-Jacques Rousseau, Émile, ou De l’éducation, Livre premier, Paris, Flammarion, « GF », 1966, p. 48.

4 Alain Renaut, La Libération des enfants, Paris, Calmann-Lévy, 2002, p. 277.

5 Alain Renaut, op. cit., p. 277-278.

6 Ibid., p. 279-280.

7 Pierre Péju, La petite fille dans la forêt des contes, Paris, Robert Laffont, 1981, p. 128.

8 Philip Pullman, À la croisée des mondes, t. I : Les Royaumes du Nord, Paris, Gallimard, « Folio Junior », 2000, p. 49.

9 Philip Pullman, op. cit., p. 481.

10 Voir pour cette distinction Umberto Eco, Interprétation et surinterprétation, Paris, PUF, « Formes sémantiques », 2001, p. 61-80.

Auteur

Professeure agrégée de philosophie Lycée Loritz, Nancy
Agrégée de philosophie, elle enseigne au lycée Loritz à Nancy. Elle a soutenu un doctorat de lettres et sciences humaines sur les Images et usages de la folie dans le théâtre contemporain et a publié aux Presses universitaires de France La folie au théâtre. Regards de dramaturges sur une mutation, 2004 ; Harry Potter, les raisons d’un succès, 2001 ; Le Seigneur des Anneaux ou la tentation du mal, 2003 ; Le temps des filles, 2004 (qui étudie l’image de la fille dans quelques romans contemporains pour la jeunesse). Elle a également contribué à la rédaction d’ouvrages collectifs sur le théâtre contemporain et sur la littérature pour la jeunesse. Elle dirige actuellement, avec Pierre Bruno, un ouvrage collectif sur Harry Potter et la critique littéraire, qui comportera des contributions de psychiatres, de spécialistes de la critique littéraire ou de la littérature pour la jeunesse et de journalistes.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540