Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

La fillette dans le discours éducatif

L’éducation des filles et la littérature de poupée au XIXe siècle

Marie-Françoise Boyer-Vidal

Résumé

Le recours aux jeux et aux jouets dans le cadre d’une éducation familiale se développe dès le XVIIe siècle. Mais ce sont surtout le XVIIIe et plus encore le XIXe siècle qui en généraliseront l’usage. La littérature de poupée qui est spécifiquement destinée aux filles est, de ce point de vue, exemplaire. Très abondante au point de devenir un genre littéraire, elle amuse des générations de fillettes et les modèle selon les normes morales, culturelles et sociales d’une société bourgeoise triomphante. Les nombreux épisodes et illustrations relatifs à l’éducation de la poupée par sa jeune maîtresse attestent ce détournement du jeu à des fins éducatives. De ce point de vue, la littérature de poupée qui se situe à la jonction de trois outils pédagogiques majeurs : le livre, le jouet et l’image, apparaît bien comme un objet culturel de l’enfance privilégiée, au service d’une éducation du genre.

The educational use of games and toys developed inside families as early as the 17th century. But it was brought into general use mainly during the 18th and above all the 19th century. The doll literature, especially meant for girls, is very representative of this trend. It became a specific and very prolific type of literature, and generations of young girls had fun with these books, while being shaped to the moral, cultural and social values of the prevailing middle class. The most representative topic was the doll’s education by her young teacher, showing how the game activity was diverted towards educational purpose. From this point of view, the doll literature is at the crossroads of three major teaching aids: the book, the picture and the toy, and it actually appears as a cultural object for privileged children at the service of female education.

Texte intégral

  • 1 Gabriel Franay, Les mémoires de Primevère, Paris, Armand Colin, « Bibliothèque du petit Français » (...)

Je ne suis pas une petite fille, je suis une poupée, mais j’ai mené une existence bien remplie et je suis assez instruite pour pouvoir raconter mon histoire de façon à vous intéresser1.

Un album dont l’héroïne est une poupée

  • 2 Le prénom de Noël n’est pas identifié à ce jour.
  • 3 Mention en page de titre « Dédié aux Princesses Charlotte-Zénaïde-Julie, & Charlotte, filles de le (...)
  • 4 Michel Manson, « L’album d’A. Noël (1806) sur “Les jeux de la poupée” et ses avatars au XIXe siècl (...)
  • 5 L’exemplaire BNF porte la cote Ka 4,4 °, avec pour adresse d’éditeur « rue des Noyers, no 49 ».
  • 6 L’exemplaire MNE porte la cote 6.4.02.00, no inventaire 2003.00200, avec pour adresse d’éditeur «  (...)
  • 7 Dans l’« Avis de l’éditeur ».
  • 8 Jean-Louis Aubert (1731-1814), appelé l’Abbé Aubert, fabuliste, poète, journaliste et critique fra (...)

1En 1806, paraît un ouvrage destiné aux petites filles, Les jeux de la poupée ou les étrennes des Demoiselles. L’auteur, A. Noël2, graveur et marchand d’estampes, tient boutique à Paris, 16 rue Saint-Jacques. Ce très bel album, au format in 8° oblong illustré de sept gravures en taille-douce, constitue sans doute le premier du « genre » qui fait d’une poupée, le personnage principal. Il est dédié aux filles de Joseph Bonaparte et de Julie Clary3, alors âgées de cinq et quatre ans. Michel Manson a consacré une recherche4 à cet album qu’il a consulté au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France5. Pour notre part, nous ferons référence à l’ouvrage présent dans les collections du musée national de l’Éducation6. Ces deux éditions semblent être à la source de ce qui deviendra la littérature de poupée puisqu’elles en fixent les traits essentiels. La page de titre de notre exemplaire, finement gravée, indique que les estampes sont accompagnées d’une « explication en vers français », sorte de commentaire poétique de l’illustration qui vient en renforcer le sens. La modernité du projet apparaît d’emblée dans sa structure : un ensemble de gravures complétées chacune par un poème bref de huit à treize vers, et une alternance régulière de présentation avec page de droite, la gravure, page de gauche, le texte. Les deux se donnent à lire sans redondance, certains détails apparaissant dans l’illustration alors qu’ils ne sont pas évoqués dans le poème. Cette composition de l’album correspond au but visé puisque l’intention initiale de l’auteur est double : amuser et éduquer ou encore « peindre toutes les passions, mais en miniature7 ». À cette fin, le graveur s’est associé à un auteur, comme l’indique la mention très discrète du bas de la page de titre : « J. Aubert Scripsit ». Plusieurs hypothèses d’identification existent, la plus plausible étant celle du célèbre Jean-Louis Aubert8.

Les jeux de la poupée.
Musée national de l’éducation (640200/2003.00200-005e)

  • 9 Tableau III, « La poupée commence à marcher » ; Tableau IV, « Le déjeuner de la poupée » ; Tableau (...)

2A. Noël précise son dessein dans l’« Avis de l’éditeur » : « Il nous a semblé faire une chose agréable à l’enfance, en lui présentant un Recueil des scènes les plus frappantes qui se renouvellent chaque jour entre une jeune demoiselle et sa poupée ». De fait, chaque double page montre les relations de la fillette avec sa nouvelle poupée puisque le tableau initial intitulé « Lise trouve une poupée » se situe le jour de l’an et le poème d’accompagnement précise que le cadeau provient de la maman. On pressent ainsi comment, par un phénomène de transposition des relations mère-fille, la fillette va devenir l’éducatrice de son « enfant », c’est-à-dire de sa poupée. Le tableau suivant, « Ma sœur, regarde donc ma jolie poupée », constitue avec le premier, la phase initiale de la relation affective et l’étape indispensable de la reconnaissance parentale qui passe par une description laudative de la poupée et de ses charmes. Camille, la sœur aînée, présente tout au long de l’album, tient tout à la fois le rôle de témoin de l’éducation donnée, de confidente de la « petite mère » et sans doute de marraine. Les cinq tableaux suivants constituent le corps de l’album et sont consacrés à l’éducation de la poupée en suivant une double progression chronologique : dans les âges de la vie et dans le temps d’une journée9. Enfin, le dernier, l’endormissement, clôt l’histoire, ménage une ouverture par la naissance d’un jour nouveau, et se termine par un effet de style :

Ne redoutez pas les sorcières,
Les esprits ni les revenants :
Ce sont des fables, des chimères
Qui ne sont que dans les romans.

3Mais l’originalité de l’album tient essentiellement dans le fait que la poupée est animée : elle parle et manifeste des sentiments tout comme le ferait une fillette. Comme l’indique A. Noël : « Nous avons supposé que l’enfant voit toujours dans la poupée dont il s’amuse un personnage vivant, et c’est d’après cette supposition que nous avons fait parler notre petite héroïne ».

  • 10 A. Noël, op. cit., Tableau IV.
  • 11 A. Noël, Tableau VI.

4Ainsi, tout au long de l’album, un dialogue nourri s’établit entre la poupée et sa jeune maîtresse ; celle-ci conseille, promet ou réprimande. En bonne éducatrice, elle s’adresse directement à sa fille : « Qu’avez-vous donc, petite fille ? Vous ne mangez pas ce matin ? »10. Elle peut aller jusqu’à l’injonction : « Il faut dormir : entendez-vous ? »11

5L’apparence de la poupée gravée par A. Noël est assez troublante. Il est souvent difficile, dans l’iconographie, de la distinguer d’une fillette, hormis sa taille. Tout est mis en œuvre pour que la poupée ressemble à une enfant en miniature et bientôt, dans la littérature destinée aux filles, comme l’image de celles-ci. Il en résulte une adéquation entre poupée et fillette, toutes deux justiciables du même modèle de vertu. Progressivement, dans les livres de jeunesse, la poupée apparaît comme le double de sa maîtresse, susceptible de recueillir ses confidences, de la conseiller, de l’aider, voire de la trahir.

L’éducation de la poupée

6A. Noël précise son intention dès le début de l’album : « pour que cette petite Collection ne fût pas sans instruction, nous avons cru devoir joindre à chaque gravure une explication morale ». Il place J. Aubert dans la lignée des « auteurs célèbres qui n’ont pas dédaigné de descendre au ton simple de l’enfance, pour lui donner des leçons de morale » et parmi ceux-ci, les fabulistes. La leçon d’éducation délivrée par le poème s’appuie tantôt sur le personnage de la poupée-enfant, tantôt sur celui de la fillette-maman. À la beauté physique éphémère, l’auteur oppose les qualités du cœur (tableau II) ; au moment du déjeuner, il évoque le vilain défaut de la gourmandise et celui des caprices (tableaux IV et VI), tandis que la vocation maternelle est portée aux nues dans les autres pages. La patience, les soins constants, l’attention sans faille et l’abnégation sont ici présentés comme les vertus d’une mère exemplaire :

  • 12 Ibid., Tableau VII.

Dormez, dormez, mademoiselle,
Dormez pendant toute la nuit,
Pour qu’on ne fasse pas de bruit,
Votre maman en sentinelle
Couchera près de votre lit12.

7On notera même un conseil de puériculture :

  • 13 A. Noël, Tableau V.

Des vêtements bien propres et bien doux ;
Chauffez-lui bien sur-tout sa petite chemise ;
Ayez soin en l’enveloppant
Qu’aucune épingle ne la blesse13.

  • 14 Marie-Françoise Lévy, De mères en filles. L’éducation des Françaises, 1850-1880, Paris, Calmann-Lé (...)
  • 15 Mademoiselle Saint-Sernin, Les Jeux des jeunes Demoiselles, ou Historiettes morales relatives aux (...)

8L’album puise sa source dans l’intimité constante que la poupée partage avec la fillette car elle est une « amie d’intérieur », comme le souligne Marie-Françoise Lévy14. Cette relation, presque fusionnelle, ponctue les moments importants de la journée : lever, toilette, repas, promenades, exercices divers, visites et coucher. Habiller sa poupée et la tenir propre en lui prodiguant une toilette minutieuse constituent une première obligation pour la petite maman. L’entretien du linge et bientôt celui du trousseau, qui donne lieu à des travaux d’aiguille souvent très difficiles, se succèdent naturellement. D’autres ouvrages destinés aux jeunes filles témoignent des mêmes situations, tel Les Jeux des jeunes Demoiselles, ou Historiettes morales relatives aux jeux de l’enfance et de l’adolescence15. L’auteure, préceptrice de « jeunes personnes », délivre à travers une fiction moralisatrice nourrie d’anecdotes instructives, un répertoire des jeux d’extérieur destinés aux filles. Mais, dès que le mauvais temps survient et que le jardin devient impraticable, la poupée reprend la place centrale dans l’espace féminin :

  • 16 Ibid., p. 9.

Adrienne était la moins embarrassée. Une poupée toute neuve qu’on lui avait envoyée de Paris, étoit sa fidèle compagne, et le dirai-je ? les autres lui envioient son bonheur. Sous prétexte d’amuser la petite, on les voyoit fêter sa poupée, restaurer la coiffure ou les autres parties de sa toilette, lui faire des robes et même de jolis petits souliers en florence rose. Aussi, le petit meuble dans lequel Adrienne serroit la garde-robe de sa poupée, regorgeoit de chiffons16.

9La fonction symbolique de la poupée qui renvoie au monde clos et domestique propre aux filles, s’affirme ainsi progressivement. Dans le texte de A. Noël, les termes qui désignent la poupée, sont variés : « petite », « ce joli visage », « Ma fille », « petite fille », « mon aimable Lise », « mon enfant », « mademoiselle », tandis que la fillette qui se prénomme Lise au premier tableau, devient « sa tendre mère », « mon sein » et, finalement, « Votre maman ». On constatera, au passage, que la poupée sort de l’anonymat. Elle acquiert un prénom, étape indispensable à la reconnaissance sociale et, par un transfert d’identité, original en 1806 qui deviendra fréquent dans les décennies suivantes dans la littérature de poupée, elle prend celui de sa jeune maîtresse, symbole de l’inversion d’une fonction sociale : la poupée devient enfant et l’enfant maman.

10En effet, les jeux partagés avec la poupée ne se limitent pas à l’entretien et à l’enrichissement de la garde-robe. A. Noël montre Lise apprenant à sa « fille » à marcher, à se tenir correctement, bref, lui donnant un cadre et des principes d’éducation. Le soin, l’ordre et un travail assidu sont sollicités dans le jeu et rappelés dans le tableau IV :

Attendez-donc : je me ravise,
Et sais pourquoi tout ce chagrin.
C’est que n’ayant point fait d’ouvrage,
Depuis le moment du lever,
Selon le précepte du sage,
Vous vous croyez indigne de manger.

11De fait, l’enfance est désignée, jusqu’au XIXe siècle, comme un âge « faible » ou « débile » dont il convient de se méfier des errances : occuper sans cesse cet âge de façon utile et éventuellement agréable, est une façon de contenir l’imaginaire enfantin. Ainsi, peu à peu, tout est mis en œuvre pour que la jeune lectrice revive, dans l’album, le jeu de rôle qui l’unit à sa poupée et intègre plus aisément les vertus féminines, sociales et morales, que la société attend d’elle lorsqu’elle sera à son tour épouse et mère. Une fonction normative émerge de ce premier album pour devenir bientôt le trait dominant de la littérature de poupée.

De la poupée éduquée à la poupée éducatrice

  • 17 Se reporter au répertoire complet dressé par Michel Manson, op. cit.
  • 18 Avec pour adresse « Chez Noël Jeune Graveur, rue des Noyers, no 47 ».
  • 19 Julie Gouraud, Mémoires d’une poupée, contes dédiés aux petites filles, Paris, V.- A. Waille, 1845

12L’ouvrage de A. Noël connut un vif succès. Il fut réédité à plusieurs reprises, donnant naissance à de multiples avatars éditoriaux17. Noël lui-même, édita, l’année suivante, en 1807, un autre album sur le même principe, consacré, cette fois, aux jeux des garçons. Il s’agit du Cahier de dessin représentant les Jeux de l’Enfance et de la Jeunesse avec une Explication et une Devise Morale18. Imité, il a inspiré de nombreux auteurs qui ont écrit pour les petites filles des fictions dont le personnage principal est une poupée animée, douée de sentiments et de parole. Les illustrations, toujours présentes, ne sont plus qu’un agrément du texte, et non l’inverse comme dans Les Jeux de la poupée. En revanche, ces livres illustrés sont lourdement chargés de valeur moralisatrice et éducative comme le révèlent souvent les préfaces, telle celle rédigée par Julie Gouraud en 1839 pour les Mémoires d’une poupée, contes dédiés aux petites filles19 :

Ce trompe-cœur, qu’on me passe le mot, où s’exerce la vocation de mère de famille ! premier enfant sur qui l’on apprend à soigner, à porter, à habiller, à aimer ceux qui doivent venir un jour ! Habiletés de ménage, habitudes laborieuses, adresses maternelles s’éveillent dans le cœur de la petite fille à l’entour de cette chère tête de carton […]. Heureux l’homme qui, cherchant la compagne de sa vie, peut choisir parmi celles qu’il entendit jadis causer avec leur poupée ! A celui-là, le passé révèle et garantit l’avenir, […] la poupée ! c’était lui-même dans le passé !

13De double de la fillette, la poupée devient le double du futur mari ! La plupart de ces livres illustrés adoptent un ton qui perd de sa légèreté et de sa grâce, au profit d’une théâtralisation systématique de l’acte éducatif. Néanmoins, nous y retrouvons les thèmes et les scènes initiés par A. Noël. Sans prétendre à l’exhaustivité sur un sujet aussi fécond, nous ferons référence aux titres les plus exemplaires.

  • 20 Ibid.
  • 21 Leïla Sebbar-Pignon, « Mlle Lili ou l’ordre des poupées », Les Temps modernes, no 358, mai 1976, p (...)

14La poupée est d’abord éduquée par sa « maman ». Elle reçoit un prénom, une cérémonie de baptême peut même être organisée pour l’occasion. Le premier chapitre des Mémoires d’une poupée20 intitulé « Les étrennes » présente Madame d’Aymard et sa fille de huit ans, Henriette, choisissant dans un magasin de jouets, la petite compagne idéale. C’est, en définitive, la mère qui choisit une poupée sans vêtement. Pour se l’approprier, Henriette commence par la vêtir en lui confectionnant un superbe trousseau et par lui donner un prénom très proche de « Merveille », Vermeille. Le corps de la poupée est l’objet de toutes les attentions mais il est, à la fois, caché et mis en valeur par les vêtements. Tantôt, la fonction sociale de la poupée est exigée, il lui faut alors être la plus belle, celle que toutes les autres petites filles admirent et convoitent, tantôt la fonction morale et familiale est attendue, alors la poupée se fait modeste et humble. Sur ce sujet, nous renvoyons à l’étude de Leïla Sebbar-Pignon qui a analysé cette tension entre lois de la représentation et « lois terroristes de l’éducation bourgeoise »21 dans la littérature de poupée.

  • 22 Baric, L’Éducation de la poupée, Paris, Arnauld de Vresse, 1857.

15Un autre épisode, repris de A. Noël, est celui de l’apprentissage par lequel la poupée acquiert les maigres rudiments d’une instruction telle qu’on la destinait alors aux filles : la scène de l’apprentissage de la lecture est la plus souvent représentée ; parfois, l’histoire, la géographie et les arts d’agrément sont évoqués. L’éducation de la poupée22 de Baric offre, de ce point de vue, une histoire exemplaire : Marie, jeune demoiselle de dix ans, demande une poupée qui parle à sa mère. Celle-ci la lui promet lorsqu’elle sera devenue « sage et instruite ». Marie fait tant et si bien qu’elle obtient enfin une poupée « merveilleuse » :

elle parlait, marchait, voyait, entendait, mangeait ; en un mot, se servait de tous ses membres et de tous ses sens comme une personne naturelle, et, dès qu’elle aperçut Marie, elle lui sauta au cou, en lui disant : - Bonjour, petite maman !. Mais toute son éducation était à faire.

16Marie va alors apprendre à lire à sa poupée, elle lui fait déchiffrer son alphabet :

Plus d’une fois, elle fut sur le point de perdre patience ; mais le souvenir et l’exemple de sa mère la continrent si bien, qu’elle parvint à apprendre depuis l’A jusqu’à Z à sa jeune élève, sans que celle-ci pût soupçonner la peine qu’elle avait donnée à sa petite maman.

17Parfois, la poupée de Marie triche et fait la paresseuse :

Mademoiselle Poupée, cependant, faisait semblant de lire : elle avait bien son livre sur les genoux, mais elle ne lisait pas du tout, et ne le regardait seulement pas. Elle pensait, comme toutes les paresseuses, au moyen de s’en aller, sans que sa maman s’en aperçoive, jouer dans la cour.

  • 23 Madame Doudet, La poupée de Bébé. Aventures merveilleuses d’une poupée qui parle, Paris, Théodore (...)

18De même, dans La poupée de Bébé23, la jeune Madeleine, âgée de six ans, a obtenu une magnifique poupée rapportée de l’Exposition par son papa, pour récompense de sa bonne conduite. Sitôt passée la phase préliminaire du baptême, elle va s’adonner à l’éducation de sa fille ; mais si la jeune maîtresse fait preuve d’un zèle remarquable, l’élève se montre plutôt rétive :

  • 24 Madame Doudet, op. cit., p. [9].

Madeleine, qui, d’habitude ne pouvait avoir cinq minutes les yeux sur un livre sans bâiller, était avec Lili d’une patience extraordinaire ; mais la tête dure de la poupée ne répondait guère aux soins de l’enfant ; le plus souvent Lili ne daignait même pas regarder son alphabet, ce qui impatientait l’humeur un peu vive de l’institutrice24.

  • 25 Francis Marcoin, La comtesse de Ségur ou le bonheur immobile, Arras, Artois Presses Université, «  (...)
  • 26 Télory, Les Dimanches de la poupée, Paris, Martinet, 1865, p. 9.

19Les mises en abyme de ce type constituent une scène attendue de la littérature de poupée ; ici, comme le souligne Francis Marcoin, l’objet du texte « est moins le message éducatif que l’observation d’une position d’éducateur, l’élaboration de ce message éducatif »25. Ces témoignages de résistance à l’apprentissage que nous rencontrons dans la fiction, sont précieux ; ils constituent des indicateurs sur les comportements des petites filles qui n’étaient peut-être pas aussi obéissantes que la littérature convenue voudrait nous le faire croire. En cas de mauvaise conduite, tout l’arsenal, familial mais aussi scolaire, des punitions et des récompenses est alors déployé : le bonnet d’âne, le martinet, le cabinet noir qui peut prendre l’aspect d’un cachot26 ou à l’inverse, la couronne de laurier, les félicitations, les récompenses, comme le spectacle de Guignol, et les livres de prix.

  • 27 Marie Laubot, Juliette et Blanche ou le ménage de la poupée, Paris, Bernardin-Béchet, 1869.

20Mais, c’est principalement sur l’éducation morale et sociale que l’accent est mis avec insistance. Les défauts les plus souvent stigmatisés sont la paresse, la désobéissance, la coquetterie et l’orgueil. Les sorties dans des cercles, toujours familiers, et les réceptions sont fréquentes : les fillettes et leurs poupées se reçoivent pour le goûter et partent en promenade. Le jardin des Tuileries et le jardin des Plantes sont alors volontiers évoqués dans les illustrations. Le caractère de représentation sociale est très marqué, la poupée, devant apprendre, comme sa maîtresse, à tenir son rôle dans la société. La scène du premier bal est, de ce point de vue, exemplaire. Dans ces saynètes, les toilettes, les accessoires, les codes de communication, les rituels sociaux sont toujours décrits avec précision. On suit la poupée dans les différents âges de la vie d’une jeune fille de la bourgeoisie jusqu’à ses fiançailles ou à son mariage : le récit prend alors fin, on peut abandonner la poupée au rôle mondain et domestique qu’elle a totalement intégré. Parmi les fiancés potentiels, le militaire revient le plus souvent ; dans cet univers strictement féminin, c’est une autre poupée costumée et grimée qui assure le rôle de prétendant. La chromolithographie du plat supérieur de l’album Juliette et Blanche ou le ménage de la poupée27 présente les personnages de la fiction dans un décor de théâtre à rideau rouge avec une scène centrale de mariage, celui de la poupée avec un militaire ; derrière, les fillettes semblent ravies et fières à la fois, tandis que leurs mères observent d’un œil complaisant et satisfait ce simulacre social. En effet, c’est le regard des mères, omniprésent, qui légitime cette éducation par transfert et lui donne tout son sens.

Juliette et Blanche ou le ménage de la poupée.
Musée national de l’éducation (640200/1977.03957)

  • 28 Zénaïde Fleuriot, Bouche-en-cœur, Librairie Hachette et Cie, « Bibliothèque rose illustrée », 7e é (...)
  • 29 Ibid., p. 249.

21De la même manière que la poupée redoute d’être adoptée par une famille pauvre de mœurs frustes, elle exprime ses craintes d’une mésalliance et le rang social du fiancé apparaît toujours comme un facteur discriminant du choix opéré. Le rapt par les saltimbanques et les violences subies sous leur emprise constituent le second volet de la déchéance féminine fantasmée. La décadence sociale de Bouche-en-cœur28 illustre tout à fait les valeurs sociales et morales portées par la littérature de poupée : de l’hôtel particulier de sa première maîtresse, Simone de Gardeval, elle parvient, après divers avatars romanesques, dans une loge de concierges rustres et peu honnêtes, avant d’échouer chez un brocanteur comme une « pauvre épave ». Chaque passage est marqué par une perte des signes culturels et sociaux qui la distinguaient des autres poupées. Son salut, en fait sa rédemption, vient de la religieuse qui l’achète pour figurer dans la crèche de l’orphelinat : « Je n’étais plus un jouet, joli et choyé aujourd’hui et dédaigné demain ; j’étais un personnage en cette représentation touchante du mystère de la naissance du Christ »29. Ainsi, nous voyons comment ordre social, ordre moral et religieux sont omniprésents dans cette littérature.

  • 30 Gabriel Franay, op. cit., p. 30.
  • 31 Ibid., p. 99.

22Témoin de tous les instants, la poupée est aussi la proche confidente de la fillette et fait corps avec elle. Une ressemblance physique entre elles est fréquente et peut devenir troublante : la jeune Odette et sa poupée Primevère partagent la même blondeur, le même teint et une mine éveillée, si bien qu’il est parfois difficile de les distinguer. La poupée qui découvre sa maîtresse pour la première fois, la dépeint ainsi : « Nous avions, il est vrai, les mêmes cheveux de soie dorée, et ses jambes ainsi que ses mains étaient sans doute en biscuit, comme les miennes »30. Le premier travail d’Odette sera de coudre un vêtement de deuil à sa poupée, identique au sien puisqu’elle vient de perdre son père. Lorsque Olivier, frère d’Odette, doit rejoindre, sans sa sœur, le midi de la France pour raison de santé, celle-ci lui cède Primevère pour la représenter. Afin que le processus d’identification soit total, elle va jusqu’à maculer d’encre le tablier brodé de sa poupée à l’endroit précis où elle-même a taché, accidentellement, le sien ; elle accompagne son geste de ses paroles : « Tu comprends, il faut que tu me ressembles le plus possible, puisque tu dois me remplacer »31.

  • 32 Anonyme, Les malheurs d’une poupée, Épinal (no 747), 1880.
  • 33 Comtesse de Ségur, Les malheurs de Sophie, Paris, Librairie Hachette, « Bibliothèque rose illustré (...)
  • 34 Laura Kreyder, La passion des petites filles. Histoire de l’enfance féminine de la Terreur à Lolit (...)
  • 35 Gabriel Franay, op. cit., p. 189.

23Lorsque ce processus d’identification est mis en place, le moteur éducatif de la culpabilisation peut fonctionner pleinement. Une grande planche d’imagerie d’Épinal intitulée Les malheurs d’une poupée32 montre, à travers vingt imagettes, les déboires d’une poupée qui perd un de ses membres à chaque fois que la petite fille commet une faute, comme son père l’en avait avertie initialement : « Chaque fois que tu pécheras, ta poupée souffrira ». Au bout de huit jours, celle-ci se trouve réduite à un tronc que l’on expose à la fenêtre ! La jeune Lucie prend alors conscience de ses égarements et « jure d’être obéissante, laborieuse, douce, aimable et polie », ce à quoi elle parvient. Elle retrouve alors sa petite compagne ressuscitée. Les auteurs n’hésitent pas à nous donner maints détails des traitements barbares infligés par les fillettes à leurs protégées : délaissées, battues, éventrées, elles sont les victimes des sottises, négligences, caprices, désobéissances, méchancetés, mais aussi des curiosités et expérimentations de toutes les petites « Sophie »33 de la littérature du XIXe siècle. Le jardin, seul lieu d’ouverture pour les filles dans cet univers claustral34, est souvent le théâtre de scènes d’abandon, voire de mutilation des poupées. Les petites filles apparaissent alors comme des « ogresses »35.

  • 36 Anonyme, La Poupée merveilleuse, Épinal (no 421), 1880.

24Mais la poupée peut aussi conseiller la fillette, la guider, et par un procédé de substitution, elle devient même l’éducatrice morale et sociale de l’enfant. Dans une autre planche d’Épinal, La Poupée merveilleuse36, nous assistons à l’éducation exemplaire donnée par une poupée douée d’intelligence à sa jeune maîtresse qu’elle guide vers les honneurs.

  • 37 Julie Gouraud, Lettres de deux poupées, Paris, Librairie Hachette et Cie, « Bibliothèque rose illu (...)

25Ainsi, d’objet devenu sujet, elle s’érige ostensiblement en éducatrice et peut parfois dénoncer la mauvaise conduite de la fillette aux adultes ! Son regard amusé et lucide sur la société des hommes donne lieu à des récits tout à la fois moralisateurs et amusants dont la forme aboutie est sans doute l’échange épistolaire37.

  • 38 Anonyme, Les Jeux de la poupée, conversations d’une petite fille avec sa poupée, mêlées de Contes, (...)

26Enfin, la scène de la trahison de la petite fille par la poupée, parfois évoquée, a, d’une certaine manière, pour pendant celle du sacrifice de la poupée dans laquelle la « petite mère » renonce à son amie malgré tout l’amour qu’elle lui porte, pour l’offrir à une enfant très pauvre ou pour la vendre au profit d’une œuvre de charité. Cet épisode correspond à un âge où la fillette passe du stade d’enfant à celui de jeune fille et va faire sa communion. C’est l’image du sacrifice ultime d’elle-même auquel la jeune fille se prépare, qu’elle se retire du monde ou qu’elle y entre par le mariage. Dans Les Jeux de la poupée38, Victorine dépouille les robes de sa poupée de leurs plus belles dentelles pour les vendre et acheter du drap afin de confectionner la layette complète du nouveau-né d’une pauvre femme du pays. Le jeu à la poupée, comme apprentissage de la maternité, passe alors du symbolique au pratique. La poupée, objet « générationnel » a rempli son rôle, l’éducation inculquée par la mère à sa fille pourra être reproduite sur une nouvelle génération d’enfants.

La poupée merveilleuse.
Musée national de l’éducation (640100/1979.19219)

  • 39 Outre Baric, on peut citer notamment Brochard, illustré par Adrien Marie. (L’éducation de la poupé (...)
  • 40 La Poupée Modèle, journal des petites filles, 48 rue Vivienne (au coin du boulevard Montmartre).
  • 41 L’écolier illustré paraît chez Ch. Delagrave dès 1880.
  • 42 Emma Faucon, Alphabet de la poupée, Paris, Émile Guérin, 1893.

27La mode du thème de la poupée dans la seconde moitié du XIXe siècle est telle que le même titre « L’éducation de la poupée » se retrouve sous plusieurs signatures d’auteur39. En 1862, paraît La Poupée Modèle, journal des petites filles40 ; chaque mois, des anecdotes historiques ou mythologiques et des lectures pour la jeunesse sont proposées aux petites filles, mais aussi des travaux de cartonnage, d’aiguille, de couture pour habiller « leurs enfants » et des recettes pour les goûters et dînettes. Bientôt, d’autres périodiques comme L’écolier illustré41, vont également proposer des activités de couture, de bricolage et des histoires qui reprennent les mêmes thématiques. Des « alphabets de la poupée » sont aussi publiés en nombre42. Nous percevons, dans tous ces produits éditoriaux, outre une manne commerciale, un discours convenu de la société qui construit une littérature répondant à la fois à sa perception de l’état de petite fille, à sa vision de la condition féminine et à la place qu’elle accorde à la femme. Mais, pour autant, que connaissons-nous réellement des pratiques de jeux des fillettes et de la réception qu’elles avaient de ces lectures moralisatrices ? Le détournement et l’appropriation sont des éléments déterminants du jeu et de la lecture dont il demeure difficile de prendre la mesure.

  • 43 Les deux premiers albums de Gilbert Delahaye Martine en voyage et Martine à la ferme paraissent en (...)
  • 44 Association européenne « Du côté des filles », Quels modèles pour les filles ? Une recherche sur l (...)
  • 45 Claudine Dannequin, « La voix des filles dans les romans pour la jeunesse », Études de linguistiqu (...)
  • 46 Marc Soriano, Guide de littérature pour la jeunesse. Courants, problèmes, choix d’auteurs, Paris, (...)
  • 47 Hélène Montardre, L’image des personnages féminins dans la littérature de jeunesse française conte (...)

28La littérature de poupée à proprement parler, qui est inspirée d’un monde bourgeois essentiellement féminin, n’existe plus au XXe siècle ; certes, l’imagerie traditionnelle continue, au début du siècle, à diffuser les histoires et les contes populaires, tels ceux de la poupée animée. On notera aussi que certaines figures emblématiques des livres pour l’enfance, comme « Martine »43, ont des silhouettes stéréotypées de poupées potelées aux vêtements tellement lisses qu’ils sembleraient sortir d’une boîte. La poupée et les jeux de rôle qui lui sont attachés, se retrouvent dans l’iconographie de la littérature de jeunesse contemporaine ; la poupée véhicule toujours une certaine image de la femme et induit des modèles et des représentations de la condition féminine qui peuvent être partiaux. À ce propos, on se reportera avec intérêt aux travaux de l’association européenne « Du côté des filles »44 et aux explorations linguistiques qui tentent de mettre en relation le genre des personnages de la littérature de jeunesse avec les modes de communication qu’ils utilisent45. Marc Soriano, pour sa part, avait déjà jeté les bases d’une réflexion sur l’hypothétique existence d’une littérature spécifiquement destinée aux filles46. Hélène Montardre, quant à elle, a essayé de mesurer l’impact des modèles féminins proposés par la littérature de jeunesse de ces dernières décennies sur les jeunes lecteurs47.

  • 48 Gudule, La poupée aux yeux vivants, Paris, Nathan, 1999.
  • 49 Cécile Bertrand, Toi, mon adorée, Paris, École des loisirs, 2001.
  • 50 Nadja, Méchante, Paris, École des loisirs, 2000.
  • 51 Thierry Lenain, Pas de pitié pour les poupées B…, Paris, Syros jeunesse, 1997.
  • 52 Journal scolaire Freinet « La Ronde no 67 » de l’école de filles Kléber-Charmilles à Troyes d’octo (...)

29L’exploitation littéraire du thème de la poupée, sans doute victime d’une image stéréotypée et trop normative, connaît un infléchissement certain autour des années 1970. Les relations entre la fillette et son jouet, lorsqu’elles sont évoquées, sont plus troubles, mélange d’amour et de haine. Les poupées animées deviennent inquiétantes et hostiles aux petites filles comme dans La poupée aux yeux vivants48, Toi, mon adorée49, Méchante50, ou encore, Pas de pitié pour les poupées B…51. Mais la poupée, qui est à la fois un jouet très représenté et un personnage narratif privilégié de la littérature de jeunesse, appartient durablement à l’histoire de l’enfance, de la littérature et de l’éducation. Son image est présente dans l’inconscient collectif. Les valeurs complexes et parfois contradictoires qu’elle incarne, résistent aux inflexions historiques. En guise d’illustration, nous ferons référence à cet extrait d’un journal scolaire Freinet52, qui puise, inconsciemment, son inspiration dans les plus belles pages des ouvrages de la littérature de poupée du XIXe siècle :

Une poupée merveilleuse.
Moi, je voudrais une poupée mais une vraie poupée !
Qu’elle ait de grands cheveux et des boucles d’oreilles.
Qu’elle puisse marcher toute seule, qu’elle parle et qu’elle mange !
Je la sortirais en lui donnant la main, elle me tiendrait compagnie.
Le soir, elle coucherait à côté de moi ;
Le matin, elle changerait de toilette et irait à l’école avec moi.
Je l’appellerais Martine.
Ah ! si j’avais cette poupée-là, ce serait un vrai miracle.

Les Dimanches de la poupée.
Musée national de l’éducation (640200/1993.00453-005e)

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Dannequin Claudine, « La voix des filles dans les romans pour la jeunesse », Études de linguistique appliquée, no 52, oct.-déc. 1983, p. 57-66.

Kreyder Laura, La passion des petites filles. Histoire de l’enfance féminine de la Terreur à Lolita, Arras, Artois Presses Université, « Études Littéraires », 2003.

Levy Marie-Françoise, De mères en filles. L’éducation des Françaises, 1850-1880, Paris, Calmann-Lévy, 1984.

Manson Michel, « L’album d’A. Noël (1806) sur “Les jeux de la poupée” et ses avatars au XIXe siècle », dans Jean Perrot, Jeux graphiques dans l’album pour la jeunesse, Créteil, CRDP de l’Académie de Créteil, université Paris-Nord, 1991, p. 199-219.

Marcoin Francis, La comtesse de Ségur ou le bonheur immobile, Arras, Artois Presses Université, « Études Littéraires et Linguistiques », 1999.

Montardre Hélène, L’image des personnages féminins dans la littérature de jeunesse française contemporaine de 1975 à 1995, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 1999.

Sebbar-Pignon Leïla, « Mlle Lili ou l’ordre des poupées », Les Temps modernes, no 358, mai 1976, p. 1795-1828.

Soriano Marc, Guide de littérature pour la jeunesse. Courants, problèmes, choix d’auteurs, Paris, Flammarion, 1975, 568 p.

Ouvrages de littérature de jeunesse et imagerie populaire cités

Anonyme, Les Jeux de la poupée, conversations d’une petite fille avec sa poupée, mêlées de Contes, Fables et Historiettes, Paris, Amédée Bédelet, 1840, 79 p.

Anonyme, La Poupée merveilleuse, Épinal (no 421), 1880.

Anonyme, Les malheurs d’une poupée, Épinal (no 747), 1880.

Baric Jules Jean Antoine, L’Éducation de la poupée, Paris, Arnauld de Vresse, 1857, 16 p.

Brochard André-Théodore (Docteur), Marie ADRIEN ill., L’Éducation de la poupée, Paris, Ch. Gillot, 1881, 24 p.

Doudet (Madame), La poupée de Bébé. Aventures merveilleuses d’une poupée qui parle, Paris, Théodore Lefèvre, « Bibliothèque de Bébé », 1878, [43] p.

Faucon Emma, Alphabet de la poupée, Paris, Émile Guérin, 1893, 72 p.

Fleuriot Zénaïde, Bouche-en-cœur, 7 éd., Librairie Hachette et Cie, « Bibliothèque rose illustrée », 1908, 250 p.

Franay Gabriel, Les mémoires de Primevère, Paris, Armand Colin, « Bibliothèque du petit Français », 1898, 290 p.

Gouraud Julie, Lettres de deux poupées, Paris, Hachette & Cie, « Bibliothèque rose illustrée », 1864, 322 p.

Gouraud Julie, Mémoires d’une poupée. Contes dédiés aux petites filles, Paris, V.-A. Waille 1845, 341 p.

Laubot Marie, Juliette et Blanche ou le ménage de la poupée, Paris, Bernardin-Béchet, 1869, 28 p.

Noël A., Les jeux de la poupée ou Les étrennes des Demoiselles, Paris, A. Noël, 1806, [30] p.

Saint-Sernin (Mademoiselle), Les Jeux des jeunes Demoiselles, ou Historiettes morales relatives aux jeux de l’enfance et de l’adolescence, Paris, chez A. Nepveu libraire, 1820, 76 p.

Segur (Comtesse de), Les malheurs de Sophie, Paris, Librairie Hachette, « Bibliothèque rose illustrée », 1859, 316 p.

Telory, Les Dimanches de la poupée, Paris, Martinet, 1865, 16 p.

Telory, La Poupée merveilleuse, Paris, Paul Ducrocq, 1865, 32 p.

Notes

1 Gabriel Franay, Les mémoires de Primevère, Paris, Armand Colin, « Bibliothèque du petit Français », 1898, p. 15.

2 Le prénom de Noël n’est pas identifié à ce jour.

3 Mention en page de titre « Dédié aux Princesses Charlotte-Zénaïde-Julie, & Charlotte, filles de leurs Altesses Impériales le Prince et la Princesse Joseph ».

4 Michel Manson, « L’album d’A. Noël (1806) sur “Les jeux de la poupée” et ses avatars au XIXe siècle », dans Jean Perrot, Jeux graphiques dans l’album pour la jeunesse, Créteil, CRDP de l’Académie de Créteil, Université Paris-Nord, 1991, p. 199-219.

5 L’exemplaire BNF porte la cote Ka 4,4 °, avec pour adresse d’éditeur « rue des Noyers, no 49 ».

6 L’exemplaire MNE porte la cote 6.4.02.00, no inventaire 2003.00200, avec pour adresse d’éditeur « Rue St Jacques, no 16 ».

7 Dans l’« Avis de l’éditeur ».

8 Jean-Louis Aubert (1731-1814), appelé l’Abbé Aubert, fabuliste, poète, journaliste et critique français, né à Paris.

9 Tableau III, « La poupée commence à marcher » ; Tableau IV, « Le déjeuner de la poupée » ; Tableau V, « On se dispose à coucher la poupée » ; Tableau VI, « Le coucher de la poupée » ; Tableau VII, « On berce la poupée ».

10 A. Noël, op. cit., Tableau IV.

11 A. Noël, Tableau VI.

12 Ibid., Tableau VII.

13 A. Noël, Tableau V.

14 Marie-Françoise Lévy, De mères en filles. L’éducation des Françaises, 1850-1880, Paris, Calmann-Lévy, 1984, p. 38.

15 Mademoiselle Saint-Sernin, Les Jeux des jeunes Demoiselles, ou Historiettes morales relatives aux jeux de l’enfance et de l’adolescence, Paris, chez A. Nepveu libraire, 1820.

16 Ibid., p. 9.

17 Se reporter au répertoire complet dressé par Michel Manson, op. cit.

18 Avec pour adresse « Chez Noël Jeune Graveur, rue des Noyers, no 47 ».

19 Julie Gouraud, Mémoires d’une poupée, contes dédiés aux petites filles, Paris, V.- A. Waille, 1845.

20 Ibid.

21 Leïla Sebbar-Pignon, « Mlle Lili ou l’ordre des poupées », Les Temps modernes, no 358, mai 1976, p. 1809.

22 Baric, L’Éducation de la poupée, Paris, Arnauld de Vresse, 1857.

23 Madame Doudet, La poupée de Bébé. Aventures merveilleuses d’une poupée qui parle, Paris, Théodore Lefèvre, « Bibliothèque de Bébé », 1878.

24 Madame Doudet, op. cit., p. [9].

25 Francis Marcoin, La comtesse de Ségur ou le bonheur immobile, Arras, Artois Presses Université, « Études Littéraires et Linguistiques », 1999, p. 210.

26 Télory, Les Dimanches de la poupée, Paris, Martinet, 1865, p. 9.

27 Marie Laubot, Juliette et Blanche ou le ménage de la poupée, Paris, Bernardin-Béchet, 1869.

28 Zénaïde Fleuriot, Bouche-en-cœur, Librairie Hachette et Cie, « Bibliothèque rose illustrée », 7e éd., 1908.

29 Ibid., p. 249.

30 Gabriel Franay, op. cit., p. 30.

31 Ibid., p. 99.

32 Anonyme, Les malheurs d’une poupée, Épinal (no 747), 1880.

33 Comtesse de Ségur, Les malheurs de Sophie, Paris, Librairie Hachette, « Bibliothèque rose illustrée », 1859, 316 p.

34 Laura Kreyder, La passion des petites filles. Histoire de l’enfance féminine de la Terreur à Lolita, Arras, Artois Presses Université, « Études littéraires », 2003, p. 210.

35 Gabriel Franay, op. cit., p. 189.

36 Anonyme, La Poupée merveilleuse, Épinal (no 421), 1880.

37 Julie Gouraud, Lettres de deux poupées, Paris, Librairie Hachette et Cie, « Bibliothèque rose illustrée », 1864.

38 Anonyme, Les Jeux de la poupée, conversations d’une petite fille avec sa poupée, mêlées de Contes, Fables et Historiettes, Paris, Amédée Bédelet, 1840.

39 Outre Baric, on peut citer notamment Brochard, illustré par Adrien Marie. (L’éducation de la poupée, Paris, Ch. Gillot, 1881.).

40 La Poupée Modèle, journal des petites filles, 48 rue Vivienne (au coin du boulevard Montmartre).

41 L’écolier illustré paraît chez Ch. Delagrave dès 1880.

42 Emma Faucon, Alphabet de la poupée, Paris, Émile Guérin, 1893.

43 Les deux premiers albums de Gilbert Delahaye Martine en voyage et Martine à la ferme paraissent en 1954.

44 Association européenne « Du côté des filles », Quels modèles pour les filles ? Une recherche sur les albums illustrés, Paris, « Du côté des filles », 1997.

45 Claudine Dannequin, « La voix des filles dans les romans pour la jeunesse », Études de linguistique appliquée, no 52, oct.-déc. 1983, p. 57-66.

46 Marc Soriano, Guide de littérature pour la jeunesse. Courants, problèmes, choix d’auteurs, Paris, Flammarion, 1975, p. 256-265.

47 Hélène Montardre, L’image des personnages féminins dans la littérature de jeunesse française contemporaine de 1975 à 1995, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 1999.

48 Gudule, La poupée aux yeux vivants, Paris, Nathan, 1999.

49 Cécile Bertrand, Toi, mon adorée, Paris, École des loisirs, 2001.

50 Nadja, Méchante, Paris, École des loisirs, 2000.

51 Thierry Lenain, Pas de pitié pour les poupées B…, Paris, Syros jeunesse, 1997.

52 Journal scolaire Freinet « La Ronde no 67 » de l’école de filles Kléber-Charmilles à Troyes d’octobre-novembre 1955.

Table des illustrations

Légende Les jeux de la poupée.Musée national de l’éducation (640200/2003.00200-005e)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Juliette et Blanche ou le ménage de la poupée.Musée national de l’éducation (640200/1977.03957)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende La poupée merveilleuse. Musée national de l’éducation (640100/1979.19219)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1749/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Les Dimanches de la poupée. Musée national de l’éducation (640200/1993.00453-005e)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1749/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

Auteur

Chargée de documentation et de recherche INRP/Musée national de l’éducation (Rouen)
Après avoir enseigné les lettres, est actuellement chargée de documentation et de recherche au Musée national de l’Éducation, service de l’INRP, où elle est responsable du développement du fonds patrimonial de littérature enfantine. Elle est également membre du Laboratoire de recherche du CIVIIC de l’université de Rouen. Ses publications se situent au croisement de l’histoire de l’éducation et de l’histoire des publications pour la jeunesse. Elle a notamment publié « Madame Leprince de Beaumont », dans Jean Houssaye (dir.), Les Femmes pédagogues, Paris, Fabert, 2008 ; « Ex-præmio et livres de prix au XIXe siècle », dans Trois siècles de publications pour la jeunesse au Musée national de l’Éducation, Lyon, INRP, 2008.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540