Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

La fillette dans le discours éducatif

Présentation

Gabriel-Robert Thibault

Texte intégral

1« La fillette dans le discours éducatif » : tel est le titre qui rend compte des interventions de Marie-Françoise Boyer-Vidal, Marie-Claude Hubert, Isabelle Smadja. Ce thème de la fillette dans le discours éducatif est développé depuis la littérature de poupée au XIXe siècle (M.-F. Boyer-Vidal), les récits pour la jeunesse à l’époque contemporaine (I. Smadja) et la construction d’histoire par des élèves de CM2 (M.-C. Hubert). Il conduit le lecteur au centre même d’un antique débat : celui de la création culturelle du genre féminin et du genre masculin évoqué par les poètes dans les mythes d’origine. À partir d’une matière biologiquement sexuée – la femme, l’homme –, un travail d’intensification des différences a été mené par les communautés. Cet effort vers plus de différenciation a emprunté, selon le contrat moral des sociétés – choix de valeurs issues d’un questionnement sur le bien, le mal, le devoir, le mérite, le sentiment de vérité –, diverses voies. Il a impliqué et il implique des rapports de force. Il a engagé et il engage des stratégies.

2Ce sont ces rapports de force plus ou moins visibles, plus ou moins violents, plus ou moins avoués et ces stratégies qui sont décrits et analysés à travers la littérature de jeunesse.

3Isabelle Smadja traite du XXe siècle à partir d’une sélection d’œuvres parmi lesquelles Harry Potter à l’école des sorciers de J.-K. Rowling dont elle est une spécialiste. Toutefois, avant de se lancer dans l’examen des récits retenus, elle pose, face à la revendication féminine contemporaine, quelques questions fondamentales :

4Que veulent-elles [les féministes] exactement ? Veulent-elles l’égalité avec les hommes, c’est-à-dire la reconnaissance qu’il n’y a pas de véritable différence de statut et de personnalité entre hommes et femmes ? Ou au contraire les femmes veulent-elles qu’on leur reconnaisse une véritable identité féminine ? Mais alors quelle est cette identité ?

5Ces questions sont lourdes puisque, dès lors qu’on n’a pas isolé des priorités d’action, on est conduit à des observations ponctuelles impuissantes à provoquer des réformes de l’ordre social.

6Isabelle Smadja a choisi l’un des aspects les plus graves, l’affrontement physique entre les hommes et les femmes. Elle rapporte les chiffres d’Amnesty International publiés en juin 2001 : en France, une femme sur dix est victime de violences conjugales. Face à ce constat, on se prend à regretter, avec Zoé Oldenburg, l’échec, contre les barbares du Nord, des premiers pas de la civilisation occitane inspirée par un humanisme féminin. Il est cependant vrai que du Moyen Âge à la Révolution, l’ordre religieux des Fontevristes, communauté mixte gouvernée, selon l’héritage courtois, par une femme, connut, dans le monastère des hommes, des révoltes contre l’abus d’autorité de la hiérarchie féminine.

7La littérature, les arts, les sciences et les techniques sont les grands terrains stratégiques de compétition des sexes. Marie-Françoise Boyer-Vidal nous entretient de la place de la littérature et des arts au XIXe siècle dans la construction du rôle des femmes. Elle s’appuie, pour cela, sur un album fondateur de la littérature éducative de poupée, l’ouvrage du graveur A. Noël, Les jeux de la poupée ou Les étrennes des demoiselles dont elle décrit un exemplaire conservé au musée national de l’Éducation à Rouen. L’album est présenté avec une exactitude de bibliophile. L’analyse profite ainsi d’un double étayage d’informations : une assise sémiotique, une assise narrative dont la combinaison manifeste l’importance de l’enjeu. La petite fille de l’album de A. Noël est initiée à ses devoirs de future femme par un apprentissage plaisant : manipulant une poupée, autrement dit un personnage sculpté, elle a un rôle de démiurge car il lui incombe de poursuivre le façonnage de sa protégée, d’en étendre et d’en animer la forme. On voit ici la mémoire culturelle subvertir l’intention propre de l’auteur. C’est en effet le pouvoir occulte de la femme qui est dessiné. M.-F. Boyer-Vidal n’exploite pas cette mémoire mais elle en ouvre la voie. Son propos reste centré sur l’idéal de la bourgeoisie française du XIXe siècle. Il est de montrer, à travers des activités liées aux périodes les plus emblématiques d’une vie conçue comme acte social, les valeurs dont la charge est dévolue aux femmes. Au-delà, cet article nous invite à la rencontre d’autres poupées éducatrices telle Pomme d’Api dans La leçon d’amour dans un parc de R. Boylesve qui, pareille à un être ayant beaucoup vécu, apaise sa maîtresse face aux déchaînements d’adultes reconduits dans les violences de l’élan vital et n’assumant plus aucun rôle communautaire.

8Avec Marie-Claude Hubert, nous touchons à la fois les effets des textes lus puisqu’elle nous présente l’image de la femme dans les productions écrites des garçons et des filles de classe du cycle III et la question de l’apprentissage de la lecture à l’école primaire.

9Le premier mérite de ce travail est peut-être de nous ramener, par les cheminements qu’il provoque, au fondement de la littérature, à la nécessité d’explorer le cursus des écrivains par où s’opère la genèse des œuvres afin de se rendre sensible au caractère collectif des textes, au fait qu’ils sont des agglomérations de voix, celles de la famille, celles des maîtres... et que, parce qu’ils sont multiples, ils nécessitent une lecture multiple. Or, les retombées de la narratologie et de la sémiotique énonciative sur les pratiques de la lecture à l’école élémentaire sont telles qu’elles favorisent des approches mécanicistes où la construction d’une cohérence arrête souvent la saisie des degrés complexes de la réalité, réalité physique, réalité psychique. Autrement dit, elles n’engagent pas les élèves à entrer dans la diversité des voix, dans les nuances qu’elles imposent ; elles ne les conduisent pas vers une herméneutique, vers une interprétation du sens humain de la littérature. Virginie, l’héroïne de B. de Saint-Pierre est généralement présentée par les enseignants de notre époque comme une jeune fille passive et un peu sotte pour n’avoir pas voulu se dénuder et ainsi continuer à vivre. Cependant, d’autres lectures sont possibles. Depuis le thème antique des furies dont le sens n’est pas contredit par les observations cliniques des psychanalystes, il est possible de regarder Virginie comme une adolescente, pareille au remord, venue crier aux yeux de sa tribu, – sa mère, la mère de Paul et Paul lui-même –, son ressentiment. En dépit de leur rejet des hommes et des biens, ce cercle d’idéalistes l’a laissée partir pour de l’argent. Tous mourront de chagrin.

10Le schématisme des portraits moraux construits par des élèves de CM2 à partir d’une réflexion sur les traits sexués de l’espèce montre qu’il y a urgence à redévelopper l’esprit d’invention, le goût des hypothèses interprétatives poussées jusqu’au paradoxe. Pour cela est nécessaire une approche adaptée des œuvres les plus riches de toute la mémoire collective.

11Cette promenade introductive, issue du foisonnement des pistes offertes par nos intervenants ne peut se clore sans un regret, celui de l’absence d’Élisabeth Lemirre empêchée par des contraintes de temps. Elle devait nous présenter, en soulevant l’imbroglio des contes populaires – et des contes littéraires, un autre questionnement : comment, sous les apparences de la sagesse et du respect des conventions les contes offrent-ils aux filles des voies d’émancipation ? É. Lemirre, rééditrice du Cabinet des fées, est, avec Valérie de La Rochefoucauld, auteur de contes à la manière orientale. Elle est proche de Muriel Bloch, de Mimi Barthélemy, autant de femmes dont les interprétations dramatiques invitent à des considérations moins arrêtées sur les récits merveilleux. On peut d’ailleurs se demander si la querelle dite des « anciens » et des « modernes » ainsi que le concept de « lumière » et celui de « progrès » au XVIIIe siècle n’ont pas introduit, avec les idées de chronologie et d’évolution morale, un regard erroné sur le fonctionnement de la mémoire culturelle et plus précisément sur les textes relatant une expérience permanente dont relèvent la tension des sexes, l’expérience du sentiment existentiel.

Auteur

Maître de conférences IUFM de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540