Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Activités artistiques et éducation

L’éducation physique des jeunes filles de 1880 à nos jours. Euphémisation et éducation à la différence

Florence Carpentier

Résumé

L’éducation physique se construit autour de plusieurs représentations : des représentations politiques de l’éducation, des représentations sociales du corps et des représentations sociales de l’homme et de la femme. C’est sur ce dernier point que l’article tente d’apporter un éclairage, à travers l’étude des discours officiels de la discipline depuis 1880, date de son entrée permanente dans le système scolaire.
Malgré l’évolution des finalités attribuées à l’éducation physique, nous pouvons constater que les décideurs politiques de cette discipline proposent inlassablement aux jeunes filles une version euphémisée de l’éducation physique donnée aux garçons, produisant ainsi ce que nous pouvons appeler une « éducation à la différence ».

Physical education at school is made with different representations: political representations of education, social representations of the body and social representations of man and woman. This article deals with this last point, by studying official directives on the subject since 1880, when physical education became compulsory at school.
Despite the evolution of the physical education’s goals, we can observe that politics have always been proposing to girls an euphemised version of physical education for boys, doing then what can be named an “education to difference”.

Texte intégral

  • 1 Loi sur l’enseignement de la gymnastique du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts, (...)

1L’éducation physique est une discipline d’enseignement obligatoire depuis le début de la IIIe République1. D’abord appelée « gymnastique » par les acteurs politiques, elle devient rapidement « éducation physique », puis « éducation générale et sportive » sous le gouvernement de Vichy, avant d’être l’« éducation physique et sportive » que l’on connaît aujourd’hui. La variété de ces appellations suggère que cette discipline scolaire a connu un certain nombre de remaniements. Souvent laissée en marge des autres disciplines d’enseignement, souffrant d’un manque de reconnaissance, l’éducation physique présente pour autant une histoire particulièrement riche. L’évolution de ses enjeux, de ses contenus et même de son statut se situe au croisement de plusieurs représentations : des représentations politiques de l’éducation (que doivent être les finalités de l’éducation ?), des représentations sociales du corps (quelle place accorde-t-on au corps dans la société ?) et des représentations sociales de l’homme et de la femme (dans quelles normes sociales doivent s’inscrire les deux sexes ?). C’est à ce dernier point que nous allons particulièrement nous intéresser en étudiant l’évolution des discours officiels de l’éducation physique.

2Mais tout d’abord, pourquoi pouvons-nous parler d’« éducation physique féminine » ? Quel est l’intérêt, la pertinence, de faire une histoire de cette discipline scolaire sous un angle apparemment unisexe ? Dans les programmes actuels de l’éducation physique, le législateur préconise de prendre en compte les différences entre les deux sexes pour adapter le cours et l’évaluation. Il semble donc que les acteurs mêmes de la discipline envisagent une éducation pour les filles et une autre pour les garçons, sur un postulat de la différence. De ce fait, l’histoire d’une éducation physique sexuée se justifie. Pourtant, pendant longtemps, les jeunes filles ont été injustement « oubliées » des historiens de cette discipline. Pour autant, ils ne parlent jamais d’« éducation physique masculine », ce qui sous-entend que, pour ces historiens, cette discipline serait naturellement destinée aux garçons. Est-ce à dire que l’éducation physique des filles est si marginale qu’elle ne saurait devenir objet de recherche ? S’il est vrai, nous le verrons, que la création de cette discipline scolaire se justifie uniquement pour les garçons, les finalités d’une éducation du corps ont ensuite largement intégré les filles. Pourtant, celles-ci sont restées d’éternelles secondes, à différents niveaux, et notamment dans les discours officiels. Pendant la période où l’école a séparé les filles des garçons, chaque discipline d’enseignement a naturellement adapté ses contenus aux deux sexes. Cette différenciation a cessé dans toutes les matières, sauf en éducation physique, dès que les classes sont devenues mixtes dans les années 1960. Cette exception confère à cette discipline scolaire un statut particulier et révèle un lien étroit entre ses enjeux et les représentations sociales des normes du masculin et du féminin.

3Ainsi, une histoire de l’éducation physique des jeunes filles se justifie par elle-même, pour combler ses propres lacunes. Mais elle se justifie d’autant plus qu’elle permettrait de souligner, en creux, les spécificités de l’éducation physique. S’interroger sur ce qu’a été l’éducation physique des filles, par opposition à celle des garçons, c’est mieux comprendre les enjeux accordés à cette discipline. Enfin, plus largement, cette nouvelle entrée dans l’histoire de la discipline permettrait d’illustrer les attentes sociales et les représentations vis-à-vis des filles et des garçons dans la société. En effet, les différenciations faites en éducation physique entre les deux sexes ne sont pas éloignées de celles en vigueur dans la société. À ce titre, l’éducation physique témoigne pleinement d’un contexte idéologique historiquement marqué, et son histoire subit, de fait, les mêmes évolutions.

4L’étude des discours officiels de l’éducation physique permet d’appréhender une histoire institutionnelle de cette discipline. Elle en est évidemment une histoire incomplète, qui ne reflète pas, par exemple, l’histoire des conceptions et des idées ou celle des pratiques enseignantes. Un fossé existe d’ailleurs entre les discours et les pratiques, entre le « dire » et le « faire ». Tantôt les textes officiels avalisent des pratiques déjà existantes, tantôt ils les précèdent. Il convient donc de ne pas faire d’amalgame entre ces différentes histoires. Les textes officiels de l’éducation physique sont avant tout des textes politiques, c’est-à-dire qu’ils répondent d’abord à des enjeux ou à des besoins ponctuels d’ordre politique avant d’être pédagogiques. Enfin, ils cristallisent des moments importants de l’histoire de cette discipline, inscrite dans un contexte éducatif et politique particulier. Ainsi, les publications irrégulières des textes officiels suivent trois logiques différentes : une logique politique (à des moments de ruptures politiques comme sous le gouvernement de Vichy ou dans un moindre mesure lors de l’avènement de la Ve République), une logique éducative (lorsque le Ministère concerné engage des réformes éducatives importantes) et une logique interne à la discipline (lorsque l’histoire même de l’éducation physique impose de nouveaux textes).

5Depuis 1880, une dizaine de textes officiels font donc référence pour les enseignants d’éducation physique. Le premier texte paraît en 1882 sous le nom de « Manuel de gymnastique et des exercices militaires ». Il est suivi par deux autres textes, avant la Première Guerre mondiale, en 1891 et 1908. Pendant cette période, les finalités de la discipline évoluent déjà. Puis, dans l’entre-deux-guerres, en 1923, des « Instructions officielles » sont publiées pour la première fois sous cet intitulé. Elles sont remplacées en 1941, sous le gouvernement du maréchal Pétain, par de nouvelles directives, que l’on tente d’oublier dès la fin de la guerre en rédigeant un nouveau texte en octobre 1945. C’est ensuite la rupture politique de la Ve République qui va déclencher une nouvelle réflexion autour de l’éducation physique (et de l’école en général). Sous l’ère gaullienne, de premières instructions paraissent en 1959, puis des secondes en 1967. Enfin, les dernières directives ministérielles marquent également des changements politiques puisqu’elles paraissent au début du premier septennat de François Mitterrand, puis après l’élection de Jacques Chirac. Au cours de ces vingt dernières années, les textes officiels connaissent une évolution notable dans le sens d’une complexification. Pour la première fois, en 1985 et 1986, des instructions différentes sont données pour le collège et pour le lycée. Et de 1996 à 2001, chaque cycle du système secondaire possède un programme qui lui est propre.

6Dans tous ces textes, aussi différents soient-ils, une constante demeure malgré tout : l’éducation physique féminine, reléguée systématiquement au second plan, est toujours construite en fonction de l’éducation physique des garçons. Elle en est une déclinaison, une adaptation aux caractéristiques présumées des filles et, finalement, nous verrons qu’elle en est souvent une euphémisation. Cela signifie que l’étude de l’éducation physique des filles ne peut se faire qu’à l’aune de l’étude de l’éducation physique des garçons : il faut comprendre quelles sont les finalités attribuées à celle-ci pour comprendre les transformations subies par celle-là.

7C’est pourquoi nous allons suivre une périodisation en trois temps, construite autour de trois grandes finalités attribuées à l’éducation physique des garçons depuis 1880 : des finalités militaires, médicales puis culturelles et scolaires.

Une éducation physique militaire, et donc masculine

  • 2 Sur les courants de gymnastiques du XIXe siècle, voir Jean Zoro (dir.), Images de 150 ans d’EPS, P (...)
  • 3 À peu près en même temps que Francisco Amoros en France, Friedrich Jahn développe dans le royaume (...)

8L’éducation physique devient obligatoire à l’école avec les réformes du ministre Jules Ferry dans les années 1880, dans un contexte qui lui est favorable. En effet, le XIXe siècle est un moment clé dans l’histoire des pratiques physiques et du sport, en France comme en Europe. À partir des années 1820, plusieurs salles de gymnastique s’ouvrent à Paris et dans les grandes villes sur l’initiative de plusieurs fondateurs, dont les méthodes sont souvent inspirées de l’étranger. Le colonel Francisco Amoros, marquis espagnol réfugié en France après la restauration de Ferdinand VII, ouvre ainsi les premiers gymnases destinés à la fois aux militaires et aux élèves. Fort d’un succès important auprès de l’armée (plus que de l’école) ainsi que de la population, ce type d’initiatives privées, sur le modèle amorosien ou non, se poursuit tout au long du siècle, avec Napoléon Laisné, par exemple, Phokion Clias, Antoine Triat ou Eugène-Moïse Paz. Les exercices de gymnastiques proposés trouvent largement leur place dans la préparation militaire des Français, qui ne consistait jusqu’au début du siècle qu’à de simples maniements d’armes2. Cependant, ces nouveautés militaires n’empêchent pas, en 1870, l’armée française, offensive, d’être balayée en quelques semaines par l’armée prussienne prise pourtant « par surprise ». C’est une humiliation politique pour Napoléon III évidemment, mais c’est aussi une humiliation physique, qui va être attribuée, notamment, à une mauvaise préparation physique des militaires français, comparés aux soldats prussiens. Sur le modèle de l’ennemi vainqueur3, une importante formation physique et militaire va être mise en place en France. C’est alors dans un souci essentiellement revanchard que l’idée d’une éducation physique pour les garçons va progressivement entrer à l’école, pour devenir obligatoire au moment du remaniement scolaire de Jules Ferry, dix ans plus tard. On comprend dès lors qu’avec cette finalité militaire explicite, l’éducation physique des premières heures soit destinée aux garçons, et que les filles en soient privées.

9Le premier texte officiel de l’éducation physique est publié en 1882. Le document, assez sommaire, se contente d’énumérer plusieurs séries d’exercices divisées en catégories appelées « gymnastique », puis « exercices militaires », ce qui ne laisse aucun doute sur les finalités de cette nouvelle discipline scolaire. De plus, le texte est agrémenté d’un vocabulaire et d’une mise en forme militaire : « Le maître exécute et explique chaque commandement séparément ». Il est également préconisé que, « pour l’uniformité dans l’enseignement, les commandements d’avertissement doivent être précédés de celui d’attention et de ceux d’exécution… : commencez, cessez ; marche, halte ; en position, repos ». Enfin, on y parle des « élèves », mais aussi des « soldats ».

10Neuf ans plus tard, en 1891, le manuel est remanié de façon importante. Si le qualificatif « militaire » disparaît du titre du document, l’avant-propos explicatif reste pourtant clair sur les finalités de l’éducation physique :

  • 4 Avant-propos du « Manuel d’exercices gymnastiques et de jeux scolaires », 1891.

Dans un pays comme le nôtre, condamné pour longtemps encore peut-être à une continuelle veillée des armes, elle [la gymnastique] apparaît comme une nécessité patriotique et sacrée.
[…] La Commission a pensé qu’il suffirait de donner à l’armée des jeunes gens alertes, vigoureux, hardis et que l’armée se chargerait d’en faire rapidement des soldats disciplinés et exercés4.

11L’ombre de Sedan plane encore sur ce texte, où l’éducation physique à l’école est pensée comme une propédeutique à la préparation militaire des jeunes hommes. De fait, c’est explicitement « l’homme », individu sexué contraire de la femme, que cette éducation concerne. Il s’agit de développer sa force, son adresse, son énergie et sa virilité. Le cours d’éducation physique, annexe de l’armée, lieu et symbole social de la masculinité par excellence, exclut donc naturellement la jeune fille de son projet éducatif. Il faut attendre l’influence des médecins et une réorientation des finalités de l’éducation physique, pour que les jeunes filles aient droit de cité. Amorcé peu avant la guerre, ce changement majeur est surtout effectif après 1918.

L’éducation physique des médecins : les différences biologiques conditionnent l’éducation physique féminine

  • 5 Georges Demeny (1850-1917) étudie à la Sorbonne, en faculté de Médecine et au Collège de France. A (...)
  • 6 Pour ce concepteur, grâce à l’expérimentation et à la méthode scientifique, « l’éducation physique (...)

12L’intérêt des médecins pour l’exercice physique grandit à partir de la fin du XIXe siècle sous l’impulsion, principalement, des travaux de Georges Demeny5. Profondément positiviste, ce dernier fonde un courant scientifique6 de l’éducation physique dans un souci d’optimisation et de rendement du corps humain. Associé au laboratoire de chronophotographie du professeur Étienne Marey, ses travaux novateurs ouvrent la voix aux recherches de nombreux médecins, convaincus des bienfaits d’une pratique physique raisonnée par la science. En 1908, le discours médical influence donc déjà la rédaction du nouveau manuel d’éducation physique. Ce changement de monopole – du militaire au médical – dans les discours officiels et les conceptions de l’éducation physique a des conséquences importantes sur les finalités, les représentations de l’élève et les contenus. Il permet aussi d’inclure, pour la première fois, un projet pédagogique pour les filles.

13Celles-ci font une entrée timide dans le texte officiel d’avant-guerre. Les objectifs énoncés y sont nouveaux et attestent de l’influence des médecins, aux dépens de celle des militaires :

  • 7 « Manuel d’exercices physiques et de jeux scolaires », 1908.

L’éducation physique a pour objet de perfectionner l’homme et de l’améliorer par la pratique d’exercices méthodiques de jeux et de sports. Bien dirigée, elle entretient la santé, favorise le développement normal de l’enfant, accroît l’énergie physique et morale de l’adulte, maintient cette énergie dans l’âge avancé, rend adroit, fortifie le caractère et affermit la volonté. En résumé, elle augmente la valeur générale de l’homme tant au point de vue individuel qu’au point de vue social7.

14Puis, après huit pages détaillées de la leçon des « sujets » – apparemment masculins –, seule la dernière page, consacrée à la « répartition des exercices d’après l’âge des élèves », fait apparaître une prise en compte des deux sexes. Des différences qualitatives et quantitatives sont faites entre les filles et les garçons. D’une part, le législateur prévoit des activités spécifiques pour les unes (danses et sauts à la corde) et pour les autres (pratiques privilégiant la force). D’autre part, les tranches d’âge sont différentes pour les deux sexes et certaines activités sont spécialement aménagées pour les filles : les poids à soulever dans les exercices de renforcement musculaire sont plus légers et les distances de course à pied sont plus courtes.

15On a donc bien des représentations sociales différentes entre les deux sexes : la force doit être un attribut masculin, tandis que l’esthétisme et la grâce sont des attributs féminins. De plus, les différences faites sur les âges et les euphémisations de certains exercices montrent également la différenciation biologique des sexes en vigueur dans la société, et donc en éducation physique.

16Ces nouvelles orientations de l’éducation physique masculine et féminine vont se confirmer et s’accentuer dans la période de l’entre-deux-guerres dans un contexte différent mais favorable aux médecins. L’éducation physique s’ouvre alors réellement au « deuxième sexe ».

  • 8 Pour les plus connus, citons André Latarjet, Maurice Boigey, Philippe Tissié ou Georges Hébert.
  • 9 Bertrand During, La crise des pédagogies corporelles, Paris, Scarabée, 1981.
  • 10 Jean-Michel Delaplace, « Conceptions de l’éducation physique féminine en France entre les deux gue (...)

17Après 1918, la chute de la natalité est un problème pour le gouvernement et un certain nombre de médecins8, dans la lignée de G. Demeny, propose leurs propres solutions : prévention du surmenage scolaire, lutte contre la sédentarité et aussi formation de génitrices robustes, garantes du patrimoine génétique de la race. En effet, la menace d’une dégénérescence de la race française est un souci permanent, profondément ancré dans les mentalités de la population française, en particulier dans les années 1920 et 19309. Ainsi, le développement d’une éducation physique pour les filles trouve son sens dans ces préoccupations nationales, en se centrant principalement sur l’eugénisme et l’esthétisme10.

  • 11 Celui-là même qui revalorisa l’enseignement féminin en l’alignant sur l’enseignement masculin à pa (...)

18Les Instructions officielles du 20 juin 1923, présentées par le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts, Léon Bérard11, expriment les buts, idéaux et principes de l’éducation physique à l’école. Avec l’apport de nouvelles connaissances médicales, une nouvelle valorisation du jeune transparaît sous diverses formes : un changement d’appellation (on parle d’« enfant » et non plus d’« élève »), une prise en compte des âges physiologiques et un souci de la santé physique. Toutefois, si cet « enfant » n’est pas explicitement sexué, la description de ses vêtements ne laisse aucun doute : le législateur ne s’adresse dans un premier temps qu’aux garçons.

  • 12 « Instructions officielles du 20 juin 1923, éducation physique ».

L’enfant qui se présente à la leçon d’éducation physique doit avoir la pleine liberté de ses mouvements ; il doit donc se débarrasser de sa coiffure, de son faux-col, de sa cravate ; au cours de la leçon, il se dévêtira progressivement, si la température le permet12.

19Il faut encore attendre la fin du document pour comprendre que ces instructions s’adressent également aux jeunes filles : « Tout ce qui vient d’être dit convient aux filles comme aux garçons ». Pour autant, cet avertissement apparemment égalitaire est relativisé par quelques recommandations :

  • 13 Ibid.

Il appartient aux institutrices de choisir les jeux et les mouvements les mieux adaptés au sexe féminin, ceux qui donnent de l’agilité et de la grâce plutôt que ceux qui donnent de la force. Toutes les fois que ce sera possible, on aura soin, dans les écoles de filles, d’associer la musique à la gymnastique13.

20Dans un souci eugéniste, fort dans les années d’entre-deux-guerres, l’éducation physique sert particulièrement à produire de futures génitrices (faire et élever de beaux enfants en bonne santé) ainsi que de bonnes épouses (belles à séduire et agréables aux yeux de leur époux). Le garçon, quant à lui, se prépare à être fort, robuste pour assurer le rôle qui sera le sien au sein de la famille et de la société. L’éducation physique se conforme donc parfaitement aux attentes sociales et se positionne ainsi indéniablement du côté de l’ordre. Ce choix n’est pas étonnant puisqu’il confère à la discipline une reconnaissance, un statut justifié, au sein du système éducatif. Le corps, cette enveloppe charnelle méprisée de la philosophie chrétienne, prend ici un sens en servant la Nation et en se faisant support de la morale. Pour cela, l’éducation physique va mettre du temps à se défaire de sa tutelle médicale.

21Sous le régime de Vichy, rupture politique importante, les nouvelles Instructions officielles de 1941 se chargent d’un discours idéologique pétainiste, où l’on retrouve des finalités nationalistes et patriotiques. L’eugénisme (pour les deux sexes), la volonté de faire une nation forte et surtout obéissante sont les piliers de cette nouvelle « éducation générale et sportive ». Les médecins ont donc plus que jamais le contrôle de la santé des élèves. De nouveaux exercices utilitaires, de plein air, composent la leçon des garçons. Toutefois, l’éducation physique féminine garde ses finalités et ses différences, pour répondre aux attentes du triptyque « Travail, Famille, Patrie ». Si la pertinence d’une éducation physique pour les filles est largement admise, les précautions d’usage sont toujours présentes :

  • 14 « Instructions – Tome premier, les activités d’éducation générale », 1er juin 1941.

La jeune fille a, comme le jeune homme, besoin de force, de courage, de maîtrise de soi, d’esprit de méthode. […] La méthode exposée dans la présente notice est donc valable, dans son ensemble, aussi bien pour les filles que pour les garçons. Toutefois, son application à l’éducation féminine demande certaines adaptations. […]
On utilisera prudemment les exercices aux agrès, et, parmi eux, les exercices à l’échelle horizontale, à la poutre d’équilibre et aux barres parallèles. Par contre, on réservera une place importante à l’éducation rythmique, qui développe la souplesse et la grâce. Les travaux manuels seront orientés vers les tâches de l’avenir, celles que réclameront les enfants, la maison, le jardin ; c’est pendant l’adolescence que les femmes et les mères, gardiennes des foyers et de la race, doivent se préparer à leur mission14.

22Rupture politique, donc, mais continuité pédagogique en ce qui concerne l’éducation physique féminine. Après la Seconde Guerre mondiale, alors que le souci de la race française disparaît des discours officiels, les textes de l’éducation physique varient peu dans leur manière de différencier les garçons et les filles, et ce malgré le bond en avant symbolique des femmes dans l’obtention du droit de vote en 1945. La différenciation biologique des sexes reste le paradigme en vigueur.

23Les finalités de la discipline, quant à elles, restent sanitaires, sous tutelle médicale, jusqu’au début de la Ve République. Si cela peut encore se justifier dans les années qui suivent la guerre, le changement de contexte social et économique va ensuite rapidement rendre l’éducation physique hygiénique obsolète et ennuyeuse. Le développement du sport en particulier, synonyme de modernité et de dynamisme, correspond désormais aux nouvelles valeurs de la société française engagée dans ses « Trente Glorieuses ». Lorsque la Ve République est proclamée en 1958, le nouveau haut-commissaire de la Jeunesse et des sports, Maurice Herzog, donne une nouvelle orientation sportive à l’éducation physique. De médicales, les finalités de la discipline deviennent alors culturelles. Cependant, malgré une mutation des représentations sociales, notamment de la femme, amorcée dans les années 1960, nous allons voir que l’éducation physique reste longtemps attachée à ses anciennes normes inégalitaires pour les jeunes filles.

Finalités culturelles et scolaires pour une éducation à la différence

  • 15 Réformes du ministre J. Berthoin, en 1959, puis réformes des ministre et recteur C. Fouchet et J. (...)
  • 16 D’après une circulaire du 22 décembre 1952, les géminations des classes sont dues « à de difficile (...)
  • 17 Les réformes du ministre J. Berthoin en 1959 marquent le début de la mise en place officielle de l (...)
  • 18 L’apparente égalité institutionnelle entre les filles et les garçons masque cependant des représen (...)
  • 19 Ce que confirme Michaël Attali dans son étude sur la revue professionnelle : « Le genre dans la re (...)

24L’avènement de la Ve République correspond aussi à des réformes importantes du système scolaire15. La mixité des écoles, amorcée par endroits après la guerre pour des raisons matérielles16, est également mise en place au début du mandat présidentiel de Charles de Gaulle17. Plus qu’un simple changement structurel, cette nouveauté suppose une rupture dans les représentations sociales : la jeune fille, en tant qu’élève, est mise sur un même pied d’égalité que le garçon. Les contenus d’enseignement et les finalités, jusque là sexués, répondant à des attentes sociales différentes pour les hommes et pour les femmes, deviennent désormais identiques pour les deux sexes18. Pourtant, malgré le désir souligné d’être en phase avec les attentes du système éducatif, l’éducation physique a bien du mal à avaliser ce changement majeur19.

  • 20 L’histoire des instructions officielles de 1959 est celle d’un conflit institutionnel et idéologiq (...)
  • 21 La « Commission Trincal », nommée en 1965 par Maurice Herzog, est en effet composée volontairement (...)

25Après un premier texte officiel publié en 1959, et rendu aussitôt obsolète20, la discipline se dote de nouvelles instructions en 1967. Fruits d’une commission composée de représentants de tous les acteurs de la discipline21, les instructions officielles présentent des finalités ambitieuses, car très étendues, pour l’éducation physique et sportive. Marquées par l’avènement des sciences humaines et sociales, en particulier par la psychologie, elles proposent un développement « total » de l’enfant, dans la logique d’une philosophie moniste :

  • 22 « Instructions officielles du ministre aux professeurs et maîtres d’éducation physique et sportive (...)

Pour améliorer la nature de l’individu, elle [l’éducation physique et sportive] s’adresse à la fois à son corps et à son esprit. La corrélation étroite entre ce qui fut longtemps considéré comme deux entités distinctes nous interdit d’établir a priori une hiérarchie entre elles et il est certain qu’en développant, par exemple, les qualités motrices de l’enfant, on sollicite et on atteint son psychisme22.

  • 23 Ibid.
  • 24 Dans les années 1960, les loisirs sportifs connaissent un engouement sans précédent grâce notammen (...)

26Héritage tenace, la santé fait aussi partie des objectifs de la discipline, qui souhaite ainsi pouvoir « [agir] sur l’individu dans sa totalité, et [contribuer] à la formation de sa personnalité en l’aidant à s’épanouir physiquement, intellectuellement et moralement. »23 Toutefois, le principal but de l’éducation physique en 1967 est essentiellement culturel. Le sport, dont les années 1960 représente l’âge d’or24, est alors considéré comme un fondement culturel de la société moderne : l’éducation physique et sportive devient donc une liaison nécessaire entre les jeunes et la société qui les entoure.

  • 25 « Instructions officielles du ministre aux professeurs et maîtres d’éducation physique et sportive (...)

27Au regard de ces finalités, culturelles, psychologiques et de santé, il semble que pour la première fois l’égalité fille/garçon puisse être adoptée, conformément à l’évolution du système scolaire. De fait, le législateur a le souci de préciser lorsqu’il parle de « l’enfant », qu’il s’agit « du jeune homme ou de la jeune fille ». Pourtant, des différenciations volontaires et précises sont encore faites dans la répartition des activités pour les deux sexes. Ainsi, « la danse et les activités d’expression (mime) sont particulièrement recommandées chez les sujets jeunes (classes maternelles) et chez les jeunes filles » et « on utilisera de préférence les sports de combat pour les garçons, les différentes formes de danse pour les jeunes filles »25. La classification très précise des activités au collège et au lycée donne ensuite la répartition des sports proposés. Beaucoup s’adressent à tous les élèves mais certains restent encore estampillés « féminins » : la gymnastique non sportive, la danse et l’expression corporelle, tandis que d’autres épreuves ne sont, elles, que pour les garçons. D’autre part, l’analyse détaillée des attentes montre la même différence quantitative soulignée dans les années 1920 : on s’attend à ce que les filles courent et nagent moins vite, sautent et lancent moins loin. Les techniques sportives mêmes sont choisies en fonction du sexe. Si le saut ventral est imposé aux garçons pour le saut en hauteur, les filles, elles, n’y ont le droit qu’avec beaucoup de précautions.

28Ainsi, même si les différences entre filles et garçons se lissent dans ce texte officiel, le caractère genré de certaines activités physiques demeure très présent et les exemples inégalitaires sont pléthore, malgré le contexte scolaire et social. L’éducation physique, dont les contenus se sont modernisés en même temps que la société des années 1960, est donc restée à l’heure du début du siècle en ce qui concerne les représentations des filles et des garçons. Mais plus important encore, ce texte, de référence pour les enseignants, oblige à « démixter » les classes, c’est-à-dire à aller à l’encontre de l’évolution de l’école et de ses valeurs. Cette particularité, les acteurs de l’éducation physique vont peiner à s’en défaire, même lorsqu’il devient évident pour la société française que cette différenciation est rétrograde, y compris dans le cadre de la politique européenne.

  • 26 À partir de 1958, l’éducation physique et sportive dépend d’un haut-commissariat de la jeunesse et (...)
  • 27 Toutefois, l’éducation physique conserve aussi des finalités qui lui sont propres : éducation à la (...)

29De 1966 à 1981, par un jeu de glissement institutionnel26, l’éducation physique et sportive n’est plus régie par le ministère de l’Éducation nationale, comme les autres disciplines scolaires. Cette particularité l’entraîne dans une crise identitaire qui se caractérise par un ensemble de mesures gouvernementales visant son éviction du système éducatif. C’est finalement l’élection d’un socialiste, François Mitterrand, à la présidence de la République, qui permet un retour de la discipline sous la tutelle logique du ministère de l’Éducation nationale. Débarrassés de tout contrôle intermédiaire de la Jeunesse et des Sports, les législateurs de la discipline ont désormais le souci de réorienter les missions de l’éducation physique et sportive vers les nouvelles finalités de l’école : lutte contre l’échec scolaire, lutte contre les inégalités de l’école, lutte contre le chômage des jeunes27. Les Instructions officielles paraissent en 1985 et 1986 et montrent une progression notable vers une indifférenciation entre les sexes : la nouvelle programmation des activités sportives ne laisse plus apparaître désormais de différences entre les garçons et les filles. Toutefois, une remarque brève mais significative laisse comprendre que la mixité n’est pas encore entrée dans les moeurs pédagogiques :

  • 28 « Instructions officielles pour les collèges, Éducation physique et sportive », 16 juillet 1985.

L’enseignant d’éducation physique et sportive peut constituer, dans la perspective d’une pédagogie différenciée, des groupes de travail homogènes ou hétérogènes selon les moments de son enseignement. La même remarque vaut pour la mixité28.

30Finalement, dans la série de textes officiels rédigée pendant le premier mandat présidentiel de Jacques Chirac, une nouveauté apparaît : les législateurs ont désormais le souci d’expliquer les différences faites entre les garçons et les filles. Se cachant toujours derrière un discours apparemment égalitaire, les rédacteurs continuent de limiter la mixité au nom de la nécessaire prise en compte des différences sexuelles, volontiers proclamées. Si celles-ci ne sont pas précisées, le texte laisse entendre qu’il s’agit de différences de niveau physique :

  • 29 « Programme du cycle central du collège, classes de cinquième et de quatrième », 13 février 1997.

La mixité doit être encouragée mais, sous peine de produire l’inverse des résultats recherchés, elle ne peut être conduite dans l’ignorance des différences. Dans la perspective d’une culture commune, il convient d’en tenir compte dans le choix et la mise en œuvre des activités proposées. L’enseignant peut organiser le travail de la classe par sous-groupes ; selon les besoins, il alterne les critères de niveau et d’affinité, en veillant à ce qu’aucun élève ne soit exclu29.

31D’autre part, l’évaluation, indicateur précieux des réalités d’une discipline scolaire, reste adaptée au deux sexes, au nom de la même cause :

  • 30 « Programme des enseignements de la classe de seconde générale et technologique, Éducation physiqu (...)

Compte tenu de la spécificité de la discipline et des différences qui peuvent exister entre les garçons et les filles, il conviendra de moduler l’évaluation en construisant, par exemple, des barèmes différents pour les uns et les autres30.

  • 31 La loi d’orientation sur l’éducation du 10 juillet 1989 affirme que les établissements d’enseignem (...)
  • 32 Depuis le milieu des années 1980, le Comité international olympique, qui sert de référence et souv (...)

32Si, nous l’avons vu dans les textes précédents, l’évaluation différenciée entre les filles et les garçons est loin d’être une idée nouvelle, la volonté de se justifier explicitement exprime peut-être, selon nous, le malaise suscité par cette « aberration scolaire ». Alors que l’égalité entre les sexes est recherchée à l’école31, dans le milieu du Travail, mais aussi dans le monde du sport institutionnel32, il devient de plus en plus difficile pour les acteurs de l’éducation physique et sportive d’assumer ce que l’on est tenté d’appeler une éducation à la différence.

Conclusion

  • 33 Michelle Zancarini-Fournel, « Corps des femmes et genre des corps (XIXe-XXe siècles) » dans Jean S (...)
  • 34 Sur ce thème, lire Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

33L’inégalité des sexes proclamée, prise en compte et donc encouragée dans les textes officiels actuels de l’éducation physique et sportive est une donnée inhérente à l’histoire de cette discipline. On peut comprendre qu’elle le soit lorsque l’éducation physique sert à former des soldats. Cependant, l’évolution des finalités aurait alors dû permettre une nouvelle prise en compte égalitaire des deux sexes, surtout lorsque le contexte social et scolaire l’encourage. Or, il n’en est rien. Force est de constater que l’éducation physique et sportive, aujourd’hui encore, reste une forteresse de la masculinité, voire un organe reproducteur de la domination masculine. Une domination physique, qui prend sa source au siècle des Lumières, quand pour la première fois « le corps des femmes devient alors le lieu de la redéfinition de la relation entre hommes et femmes et du modèle des deux sexes »33. Malgré l’ouvrage précurseur de Simone de Beauvoir en 1949, sa remise en question de la différenciation biologique des sexes et la construction du concept de genre en usage dans les sciences sociales à partir de 1968, il semble que ceux pour qui le corps est enjeu de pouvoir34 n’aient pas avalisé ces changements de représentations.

  • 35 « Éducation physique et sport - Une nouvelle approche politique et institutionnelle », Réunion des (...)
  • 36 Jean Saint-Martin et Thierry Terret, « Quand le genre s’apprend… » dans Jean Saint-Martin et Thier (...)

34Pour autant, dans un futur proche, l’éducation physique et sportive devra répondre aux attentes de la Commission européenne et des ministres européens du sport dont elle dépend. Un récent rapport, paru en 2002, fait état d’une hétérogénéité dans les pays en matière d’égalité des sexes et souligne que les grilles d’évaluation et les barèmes différents pour les filles et les garçons « vont à l’encontre du principe d’égalité »35. Le législateur français est donc particulièrement attendu sur ce point, car « si le genre se “fabrique”, alors l’école est sans aucun doute l’une des entreprises les plus efficaces »36.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Attali Michaël et Saint-Martin Jean, L’éducation physique de 1945 à nos jours, les étapes d’une démocratisation, Paris, Colin, 2004.

Zoro Jean (dir.), Images de 150 ans d’EPS, Paris, Éd. amicale EPS, 1986.

Notes

1 Loi sur l’enseignement de la gymnastique du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts, Jules Ferry, 27 janvier 1880.

2 Sur les courants de gymnastiques du XIXe siècle, voir Jean Zoro (dir.), Images de 150 ans d’EPS, Paris, Éd. amicale EPS, 1986.

3 À peu près en même temps que Francisco Amoros en France, Friedrich Jahn développe dans le royaume de Prusse et dans toute l’Allemagne un vaste mouvement associant la pratique physique et l’affirmation de l’identité nationale. Le pays compte près de 2 000 sociétés de gymnastique en 1865, bien plus qu’en France. Ce modèle va servir, paradoxalement, d’exemple aux Français après la défaite de Sedan. Dans Jean Zoro (dir.), op. cit.

4 Avant-propos du « Manuel d’exercices gymnastiques et de jeux scolaires », 1891.

5 Georges Demeny (1850-1917) étudie à la Sorbonne, en faculté de Médecine et au Collège de France. Après avoir fréquenté le gymnase d’A. Triat, il s’investit aussi dans le développement de la gymnastique, dans le système scolaire, puis plus tard dans le milieu militaire, à l’École de Joinville. Ses méthodes de préparation physique s’inspirent directement de ses propres recherches menées en physiologie et en chronophotographie. Il développe l’essentiel de ses réflexions dans son ouvrage Les bases scientifiques de l’éducation physique, publié en 1901. Voir Jean Zoro (dir.), op. cit.

6 Pour ce concepteur, grâce à l’expérimentation et à la méthode scientifique, « l’éducation physique devient, sinon une science, du moins une application de la science à l’éducation », cité par Yvon Léziard, « Les rapports théorie/pratique dans les conceptions de l’éducation physique : permanence ou changement ? Étude de trois périodes significatives », Revue française de pédagogie, no 116, juillet-août 1996, p. 51-64.

7 « Manuel d’exercices physiques et de jeux scolaires », 1908.

8 Pour les plus connus, citons André Latarjet, Maurice Boigey, Philippe Tissié ou Georges Hébert.

9 Bertrand During, La crise des pédagogies corporelles, Paris, Scarabée, 1981.

10 Jean-Michel Delaplace, « Conceptions de l’éducation physique féminine en France entre les deux guerres : vers une gymnastique gynécologique ? » dans Pierre Arnaud et Thierry Terret (dir.), Histoire du sport féminin, Paris, L’Harmattan, 1996, t. II, p. 69-79.

11 Celui-là même qui revalorisa l’enseignement féminin en l’alignant sur l’enseignement masculin à partir de 1924. Voir Maurice Crubellier, L’enfance et la jeunesse dans la société française, 1800-1950, Paris, Colin, 1979.

12 « Instructions officielles du 20 juin 1923, éducation physique ».

13 Ibid.

14 « Instructions – Tome premier, les activités d’éducation générale », 1er juin 1941.

15 Réformes du ministre J. Berthoin, en 1959, puis réformes des ministre et recteur C. Fouchet et J. Capelle en 1963. Voir Antoine Prost, Éducation, société et politiques, Paris, Seuil, 1997.

16 D’après une circulaire du 22 décembre 1952, les géminations des classes sont dues « à de difficiles problèmes de recrutement des maîtres […] et au souci de ne pas disperser de précieuses ressources ». Citée par Michel Volondat, « Mixité et éducation physique », Les Amis de Sèvres, no 105, 1982, p. 123-135.

17 Les réformes du ministre J. Berthoin en 1959 marquent le début de la mise en place officielle de la mixité dans les écoles, « réforme capitale qui passe inaperçue », souligne Antoine Prost dans Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, NLF, t. IV, 1981.

18 L’apparente égalité institutionnelle entre les filles et les garçons masque cependant des représentations tenaces, ainsi que des effets vicieux de nouvelles filières « féminines » et « masculines ». D’après Rose-Marie Lagrave, « Une émancipation sous tutelle, éducation et travail des femmes au XXe siècle » dans Françoise Thébaud (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, Perrin, t. V, 2002, p. 581-627.

19 Ce que confirme Michaël Attali dans son étude sur la revue professionnelle : « Le genre dans la revue EPS » dans Jean Saint-Martin et Thierry Terret (dir.), Sport et genre, Apprentissage du genre et institutions éducatives, Paris, L’Harmattan, vol. III, 2005, p. 283-302.

20 L’histoire des instructions officielles de 1959 est celle d’un conflit institutionnel et idéologique. Commandées par le haut-commissaire responsable de l’éducation physique, Maurice Herzog, les nouvelles prescriptions officielles sont rédigées par les membres de l’Inspection générale, dont les idées en matière d’éducation physique sont très conservatrices. Plutôt que d’avaliser la modernisation de la discipline dans les années 1950, ces derniers préfèrent conserver les finalités sanitaires et hygiéniques des instructions de 1945. C’est pourquoi M. Herzog, choisit finalement de rejeter dès leur parution ces instructions non conformes à la politique générale de modernisation de la société française de C. de Gaulle. Il faut attendre 1967 pour que de nouvelles instructions officielles traduisent réellement l’évolution de la discipline, amorcée dans les pratiques enseignantes. Sur l’histoire politique de l’éducation physique dans les années 1960, voir Jean-Luc Martin, « Du projet politique aux instructions officielles d’EPS en France », STAPS, no 42, 1997, p. 47-57.

21 La « Commission Trincal », nommée en 1965 par Maurice Herzog, est en effet composée volontairement d’acteurs politiques, mais aussi d’enseignants et de concepteurs de l’éducation physique, d’acteurs syndicaux et des représentants de l’Inspection générale. Cette diversité a été pensée notamment dans le double but d’apaiser et d’unifier les acteurs de la discipline, répartis dans des courants de pensée différents. Voir Michaël Attali et Jean Saint-Martin, L’éducation physique de 1945 à nos jours, les étapes d’une démocratisation, Paris, Colin, 2004.

22 « Instructions officielles du ministre aux professeurs et maîtres d’éducation physique et sportive », 3 mai 1967.

23 Ibid.

24 Dans les années 1960, les loisirs sportifs connaissent un engouement sans précédent grâce notamment à l’augmentation du temps libre, à l’enrichissement de la population, à l’urbanisation et la tertiarisation de la société, et enfin grâce au développement de la télévision qui retransmet volontiers les compétitions sportives. En l’espace de dix ans, de 1958 à 1968, le nombre de licences sportives fédérales double presque, passant de 2 498 894 à 4 721 207, sans compter les pratiques dites « libres ». D’après Yves Travaillot, « Les années 1960 et 1970 : âge d’or de la féminisation du sport ? » dans Jean Saint-Martin et Thierry Terret (dir.), op. cit., p. 93-108.

25 « Instructions officielles du ministre aux professeurs et maîtres d’éducation physique et sportive », 3 mai 1967.

26 À partir de 1958, l’éducation physique et sportive dépend d’un haut-commissariat de la jeunesse et des sports, placé sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale. Il devient sous-secrétariat en 1963, puis ministère autonome de la Jeunesse et des Sports à partir de 1966, emmenant ainsi sous sa coupe l’éducation physique et sportive. La discipline se trouve dès lors tiraillée entre les attentes du système éducatif dont elle dépend et les finalités du ministère qui la gère désormais. Ce statut particulier et instable est notamment à l’origine de la crise identitaire qu’elle subit.

27 Toutefois, l’éducation physique conserve aussi des finalités qui lui sont propres : éducation à la santé, développement et épanouissement physique, psychologique et social de l’enfant.

28 « Instructions officielles pour les collèges, Éducation physique et sportive », 16 juillet 1985.

29 « Programme du cycle central du collège, classes de cinquième et de quatrième », 13 février 1997.

30 « Programme des enseignements de la classe de seconde générale et technologique, Éducation physique et sportive », 31 août 2000.

31 La loi d’orientation sur l’éducation du 10 juillet 1989 affirme que les établissements d’enseignement « contribuent à favoriser l’égalité entre les hommes et les femmes ».

32 Depuis le milieu des années 1980, le Comité international olympique, qui sert de référence et souvent d’initiateur dans le monde du sport, a instauré un politique d’égalité des sexes au sein de son institution et des Jeux olympiques. Il a également engagé les Fédérations sportives internationales à faire appliquer ces principes dans tous les pays du monde, même si pour beaucoup d’entre elles, l’égalité entre les sexes risque d’être un vœu pieux pendant longtemps encore.

33 Michelle Zancarini-Fournel, « Corps des femmes et genre des corps (XIXe-XXe siècles) » dans Jean Saint-Martin et Thierry Terret (dir.), op. cit., p. 15.

34 Sur ce thème, lire Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

35 « Éducation physique et sport - Une nouvelle approche politique et institutionnelle », Réunion des ministres européens du sport, Varsovie, Pologne, 12-13 septembre 2002.

36 Jean Saint-Martin et Thierry Terret, « Quand le genre s’apprend… » dans Jean Saint-Martin et Thierry Terret (dir.), op. cit., p. 11.

Auteur

Maître de conférences à l’IUFM de Rouen, membre du Centre d’études des transformations des activités physiques et sportives (EA 3832). Elle est spécialisée dans l’histoire du sport et de l’éducation physique.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540