Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Normandie

 | 
Jean-Paul Ollivier

Val-de-Reuil, « le chemin aux Errants » (Eure) : l’habitat antique et le hameau du haut Moyen Âge de la zone C

Val-de-Reuil, “Chemin aux Errants” (Eure): the ancient settlement and hamlet from the Early Middle Ages in zone C

Yves-Marie Adrian, Dagmar Lukas, Nicolas Roudié, Frédérique Jimenez et Aminte Thomann

Résumé

Le gisement fouillé sur la zone C du « Chemin aux Errants », à Val-de-Reuil (Eure), révèle des occupations plus longues et plus complexes que celles de la zone A, bien que probablement liées, tout en étant parfois discontinues. Celles qui se rapportent à l’Antiquité romaine puis au haut Moyen Âge s’y distinguent par l’ampleur ainsi que par la variété de leurs aménagements, essentiellement de nature domestique. Elles sont toutefois marquées par plusieurs ruptures ainsi que par un changement de statut.

Texte intégral

1Situé à quelques 700 m au nord du site présenté dans l’article qui précède, le gisement de la zone C de la carrière CEMEX livre des informations complémentaires et sensiblement différentes, notamment du point de vue chronologique, mais aussi en ce qui concerne les activités et statuts des populations. Les liens entre les gisements A et C semblent étroits pour la période antique.

Une vaste occupation du premier âge du fer

2En dehors de quelques vestiges mobiliers épars ou funéraire (sépulture individuelle isolée) attribuables au Néolithique, les éléments structurés les plus anciens appartiennent au premier âge du fer (Hallstatt D). Ces derniers correspondent à un habitat ouvert partiellement appréhendé dans l’emprise de fouille et fortement perturbé par les occupations postérieures. Une partie est à rapprocher de certains vestiges de la zone contigüe au sud (B), fouillée par la société Archéodunum (Moreau et Granier, 2012). Pris en globalité, ces aménagements forment deux, voire trois ensembles domestiques plus ou moins évidents, dont la chronologie s’échelonne entre le Hallstatt D1 et D3, montrant un certain déplacement de l’occupation depuis le sud-ouest vers le nord-est (fig. 1).

3L’habitat étudié sur la zone C s’articule autour de deux pôles principaux, éloignés de plusieurs dizaines de mètres. Ils sont constitués chacun par des creusements variés, répartis de manière plus ou moins diffuse, suivant un schéma assez classique des occupations domestiques de cette période (fours en forme de 8, fosses et quelques silos, probables trous de poteaux). L’un de ces pôles parait cependant associé à une vaste enceinte palissadée, incomplètement fermée et en partie détruite dans son tronçon oriental par les constructions gallo-romaines. Au moins trois ouvertures s’y distinguent, dont deux sont pourvues d’un aménagement de porte. Actuellement unique en Normandie orientale, la configuration de cette enceinte trouve par contre des comparaisons dans le nord ou l’est de la France (Desfossés, 1997 ; Lemaire et al., 2000 ; Desbrosse et al., 2012).

  • 1  Étudié par H. Delneff (INRAP).
  • 2  Étudiés par C. Bémili (INRAP).

4La culture matérielle de cet habitat hallstattien est surtout riche d’un important corpus céramique, bien conservé et très homogène1, qui contribue activement à la connaissance de ce matériel dans la région. Les restes fauniques sont par contre insuffisants pour donner une image claire des pratiques alimentaires et des activités afférentes2.

Une occupation légère du second âge du fer

5Après un hiatus de plusieurs siècles, l’occupation humaine reprend sur la zone C : elle se traduit essentiellement par la mise en place à la fin de La Tène d’un petit enclos bipartite, associé à un réseau fossoyé manifestement réalisé en plusieurs fois (fig. 1). Malgré les apparences, cette structuration ne paraît pas liée à un habitat pérenne, comme le montrent l’absence de tout aménagement à l’intérieur de l’enclos ainsi que la rareté des rejets effectués dans les fossés, qui se limitent à quelques dizaines de restes céramiques et fauniques dispersés. La fonction agro-pastorale de cet ensemble fossoyé peut donc être établie, et sans doute doit-il être mis en relation avec l’habitat installé plus au sud, sur la zone B, dont l’occupation a débuté dès La Tène C (Moreau et Granier, 2012). En incluant celui de la zone A (voir supra), ces ensembles fossoyés donnent un bon aperçu de l’organisation générale et de la densité de l’occupation humaine de cette partie du fond de vallée entre La Tène et l’orée de notre ère.

Fig. 1. Zones B et C : vestiges de l’âge du fer (DAO : S. Le Maho).

Fig. 1. Zones B et C : vestiges de l’âge du fer (DAO : S. Le Maho).

Un développement durant l’Antiquité

6L’Antiquité marque un tournant dans les différents ensembles archéologiques étudiés, que ce soit sur la zone A, avec l’émergence puis l’extension d’un sanctuaire, que sur la zone C, où un habitat de statut privilégié va se développer. Entre les deux pôles antiques par contre, l’occupation ne connait aucune suite (zone B).

Une première occupation modeste

7La période augustéenne ne révèle aucun changement notable sur la zone C : le réseau fossoyé mis en place précédemment perdure sans modification, y compris dans sa simple fonction agro-pastorale. Ce n’est qu’au cours du ier siècle qu’un modeste noyau d’habitat se met en place, marqué par l’édification d’un petit bâtiment pourvu d’une cave maçonnée, ainsi que par le creusement d’un puits à peu près au centre de la parcelle principale de l’enclos (fig. 2). La cave est une construction de seulement 4 m2 intérieurs, conservée sur un peu plus de 1,5 m de hauteur, réalisée avec des silex équarris liés au mortier orangé sableux. Quelques calcaires ont également été employés à des endroits précis. Par ailleurs, trois petites niches rythment les parois méridionale et occidentale (fig. 3). Dans sa configuration originelle, l’espace enterré forme un petit rectangle de 3,9 m par 2,6 (dimensions extérieures) sur lequel sera plus tard ajoutée au nord une autre maçonnerie, destinée à contrecarrer l’instabilité de la grave naturelle au niveau de l’escalier, manifestement en bois.

  • 3  Étude de C. Bémili (INRAP).

8Après une utilisation assez courte, l’édifice est partiellement démantelé puis remblayé avant la fin du siècle, à peu près au moment où le puits à eau est aussi condamné. Si la cave est surtout comblée avec des sédiments naturels remaniés, mêlés à quelques déchets, le puits reçoit quant à lui un riche dépotoir, associant un bel ensemble céramique du troisième quart du ier siècle, ainsi que d’abondants restes de faune, d’huitres et de poissons. Ces derniers révèlent une consommation alimentaire de qualité qui contraste avec la modestie des aménagements de cette période3.

Construction d’un complexe résidentiel et agricole

9Plusieurs décennies s’écoulent entre les dernières manifestations de la petite occupation du ier siècle et les nouveaux aménagements de grande ampleur, effectués durant la première moitié du iie siècle (fig. 4). Les données spatiales révèlent cependant une filiation étroite entre les deux habitats pourtant si différents : ainsi, le nouvel ensemble bâti s’insère exactement dans les limites septentrionale et méridionale de l’ancien enclos, comme s’il était conditionné par certains fossés. Ces données suggèrent d’y voir l’œuvre du même propriétaire, qui pourrait avoir choisi d’installer sa résidence, ou bien une nouvelle résidence, sur des terrains en sa possession jusqu’alors voués à des activités agricoles.

Fig. 2. Zone C : principaux aménagements du ier siècle (DAO : S. Le Maho).

Fig. 2. Zone C : principaux aménagements du ier siècle (DAO : S. Le Maho).
  • 4  Il l’était aussi de manière indirecte par l’importance des petits moellons calcaires dans les cont (...)

10Le plan du nouvel habitat adopte certains traits communs des sièges de grands domaines fonciers de type villa, disposés au sein de vastes espaces clos. Ici, le complexe résidentiel possède une forme allongée particulièrement prononcée, avec un logis principal situé au centre, adoptant un plan en U tourné vers l’est (fig. 5). L’édifice, très mal conservé, révèle toutefois certaines composantes de son organisation intérieure, avec une galerie de façade desservant quatre pièces principales, plutôt modestes, séparées par des couloirs (pourvus d’escaliers ?). Un petit ensemble chauffé (thermal ?) se distingue dans la partie méridionale. Si la taille du corps de logis reste somme toute peu importante (de l’ordre de 570 m2), l’ensemble de la construction atteint une certaine ampleur (1 650 m2) par la présence de deux importantes galeries, longues de 46 m et larges de 5 m, sans doute pourvues de colonnades, et chacune prolongée par des pièces. L’une d’elles, située au nord-est, est dotée d’un système de chauffage (fig. 6). Cette partie de l’édifice était la mieux conservée et a donc permis des observations satisfaisantes sur les techniques de construction, pratiquement disparues ailleurs : l’emploi du petit appareil calcaire pour les murs est ainsi montré4.

Fig. 3. Petit bâtiment avec cave constituant la principale composante de l’habitat du ier siècle (DAO : S. Le Maho ; clichés : D. Honoré et D. Delafoy). Fig. 1. Zones B et C : vestiges de l’âge du fer (DAO : S. Le Maho).

Fig. 3. Petit bâtiment avec cave constituant la principale composante de l’habitat du ier siècle (DAO : S. Le Maho ; clichés : D. Honoré et D. Delafoy). Fig. 1. Zones B et C : vestiges de l’âge du fer (DAO : S. Le Maho).

11Outre sa forme peu commune, l’originalité du bâtiment résidentiel se traduit par la présence d’un long bassin de presque 39 m de long pour 5,5 m de large, barrant complètement la façade principale, et donc l’accès au logis (fig. 5). Ce bassin participe ainsi à la « mise en scène » de la résidence et en particulier de son entrée principale. Son importance est renforcée par la découverte de plusieurs éléments lapidaires appartenant à des bassins et fontaines circulaires ou rectangulaires (alvea et labri), qui montrent que l’eau jouait un rôle significatif dans la scénographie de l’établissement, probablement au niveau de la cour d’honneur.

Fig. 4. Zone C : plan d’ensemble de l’habitat construit au iie siècle (DAO : S. Le Maho).

Fig. 4. Zone C : plan d’ensemble de l’habitat construit au iie siècle (DAO : S. Le Maho).

12En arrière du logis, à l’ouest, divers bâtiments complètent l’ensemble résidentiel. Ils sont pour la plupart inscrits à l’intérieur d’un vaste espace clos de murs correspondant sans doute à une cour des communs (fig. 4). Certaines de ces constructions étaient si mal conservées, avec une récupération presque complète des fondations et un arasement général, qu’elles sont dépourvues de tout indice fonctionnel tangible (fig. 4, F, J et K : habitat servile et/ou bâtiments d’exploitation ?). Seul un balnéaire peut être clairement identifié dans l’angle nord-ouest de cette cour arrière, grâce à son foyer ainsi qu’à certaines données architecturales spécifiques (fig. 4, G). Il est par ailleurs environné de deux aménagements particuliers, un réservoir d’eau à l’ouest et une latrine au nord.

  • 5  Étude d’A. Giosa (doctorant à l’université de Paris Nanterre).

13À l’extérieur du mur d’enceinte, deux autres bâtiments très différents sont quant à eux destinés aux activités économiques de l’établissement, sous une forme quelque peu inhabituelle : le premier est un entrepôt étroit mais massif de 244 m2 (180 m2 nets), sans doute pourvu d’un étage, comme le montrent l’importance de ses fondations (jusqu’à 1,5 m) ainsi que la présence de quatre gros piliers internes, tout aussi profondément ancrés (fig. 4, N et fig. 7). Le deuxième est au contraire un bâtiment étendu (1 100 m2) mais d’architecture légère (fondations peu profondes de 0,40 m en moyenne), manifestement destiné aux animaux, comme le révèle une analyse des taux de phosphates dans son périmètre5 (fig. 4, R, et fig. 8). L’hypothèse d’une vaste écurie peut être avancée. Quelle que soit leur fonction, les architectures respectives de ces deux bâtiments agricoles semblent inédites en Gaule (Lukas et Adrian, 2017).

Fig. 5. Détail du logis du iie siècle, des équipements identifiés et des aménagements de jardin (DAO : S. Le Maho).

Fig. 5. Détail du logis du iie siècle, des équipements identifiés et des aménagements de jardin (DAO : S. Le Maho).

Fig. 6. Vue du pavillon nord, partie la mieux conservée du logis (cliché : Y.-M. Adrian).

Fig. 6. Vue du pavillon nord, partie la mieux conservée du logis (cliché : Y.-M. Adrian).
  • 6  Et sans doute à un emplacement récemment diagnostiqué par M. Le Saint Allain, alors à la Mission a (...)
  • 7  L’acidité plus forte des sédiments de fond de vallée encaissant ou remplissant le canal pondère to (...)
  • 8  Centre de recherche archéologique de la vallée de l’Oise.

14D’autres aménagements participent à l’occupation du iie siècle. Parmi eux se distingue un long canal en eau, aménagé en limite de la terrasse de grave et de la plaine humide marquant le fond de vallée, non loin du cours de l’Eure (fig. 4). Suivi sur plus de 320 m, le creusement est large de 6 à 8 m, pour une profondeur de 0,50 m, excepté dans la partie située à l’intérieur de l’enceinte maçonnée de l’établissement, où le creusement atteint 0,80 m. Ce canal parait avoir été dépourvu de tout dispositif de berge, du moins à la lecture qui a pu en être faite. Son remplissage se compose en partie inférieure d’une importante sédimentation naturelle marquée par de fins dépôts sablonneux fluviatiles, dans lesquels se trouvait une importante malacofaune caractéristique des eaux vives, et en partie supérieure d’un envasement puis d’un remblaiement volontaire, intervenu durant l’Antiquité tardive (fig. 9). Ces différentes données ainsi que la disposition générale de l’aménagement hydraulique, certainement connecté à l’Eure à plusieurs centaines de mètres en amont6, suggère d’y voir un système d’exploitation piscicole. Aucun aménagement spécifique, comme des alvéoles, n’a cependant été observé dans la partie la plus profonde servant de bassin, tandis qu’aucun reste de poisson n’a été découvert in situ7, alors que ces derniers sont bien présents dans les principaux dépotoirs accompagnant cette phase d’habitat. Selon Y. Dréano (CRAVO)8 et B. Clavel (CNRS), les restes consommés associent surtout un large choix de poissons de rivière (brochets, perches, aloses, anguilles, truites) à quelques espèces maritimes (carrelets, dorades), parmi lesquelles se distingue du maquereau espagnol associé à de la sauce d’importation.

Fig. 7. Grenier ou entrepôt (DAO : S. Le Maho).

Fig. 7. Grenier ou entrepôt (DAO : S. Le Maho).

Un niveau de vie élevé

  • 9  Étude de C. Bémili (INRAP) et N. Morrand (CRAVO).

15Les restes de poissons, les fruits de mer (huitres, bulots et moules), ainsi que les déchets fauniques trouvés en grande quantité (plus de 13 000), témoignent d’une consommation aisée, identique à celle d’un milieu urbain privilégié9. Si la faune se compose bien évidemment de la triade bœuf-porc-capriné, dont surtout le bœuf et le jeune porc pour leurs parties destinées à la viande, elle intègre aussi des volailles (surtout le coq) ainsi que des espèces sauvages, en particulier le lièvre. Le cheval, normalement peu consommé à cette période, est assez bien représenté.

Fig. 8. Bâtiment destiné aux animaux (DAO : S. Le Maho ; cliché : Balloïde photo).

Fig. 8. Bâtiment destiné aux animaux (DAO : S. Le Maho ; cliché : Balloïde photo).
  • 10  Études de L. Leconte (INRAP) et de Q. Sueur (doctorant à l’université de Lyon 2).
  • 11  Étude de P. Petit (INRAP).

16Sans surprise, le mobilier associé à cette phase d’habitat abonde dans le sens de ces appréciations, montrant une présence significative de vaisselle métallique, complétée de différents accessoires d’ornement ou d’ameublement raffinés en alliage cuivreux, voire en argent et en or10. Le corpus métallique est ainsi riche de plusieurs centaines d’objets qu’il n’est évidemment pas possible d’évoquer dans le détail. Le matériel ferreux y est bien représenté, sans toutefois montrer de caractéristiques particulières : il comprend de rares outils agricoles (dont une serpette), mais surtout une importante quincaillerie et serrurerie11. S’y signale entre autres un lot d’objets en fer trouvés dans une même fosse, évoquant le travail de récupération d’un forgeron alors que le site est en cours de démantèlement, au iiie siècle.

Fig. 9. Coupe du canal bordant l’habitat antique. La couche fluviatile claire est bien visible au fond du creusement (cliché : Y.-M. Adrian).

Fig. 9. Coupe du canal bordant l’habitat antique. La couche fluviatile claire est bien visible au fond du creusement (cliché : Y.-M. Adrian).
  • 12  Étude de L. Féret (INRAP).
  • 13  ÀLillebonne, 11 exemplaires d’amphores de type Gauloise 4 ont été recensés (Laubenheimer et Marliè (...)

17La céramique12, tout comme la verrerie, montrent une composition beaucoup plus classique, marquée par des assemblages essentiellement culinaires et de service, ponctués de quelques rares vases (notamment en verre). En revanche, une part très importante d’amphores à vin provenant de Narbonnaise se signale, avec pas moins de 28 individus de type Gauloise 4, pour seulement trois de type Dressel 20 à huile. Cette proportion singulière pour la région, bien supérieure à ce qui s’observe généralement en ville à la même période13, pose bien sûr question, notamment sur le statut du propriétaire et sur d’éventuels liens étroits entretenus avec la Narbonnaise. En effet, l’importance du vin du sud de la Gaule ne parait pas seulement être un signe d’aisance, comme le montrent les données livrées par la riche villa d’Aubevoye, « Le Chemin Vert » (Eure), dans la vallée de la Seine, où seulement trois amphores vinaires ont été recensées au sein d’un complexe résidentiel de très grand standing (Guillier, 2011).

L’habitat tardo-antique

  • 14  Plus de 1 200 monnaies ont été découvertes. Parmi elles, les monnaies antiques constituent la très (...)
  • 15  Dont la perte a cependant pu intervenir au cours de la première moitié du ive siècle.

18Plusieurs données montrent que l’établissement est largement affecté par une crise dès le début du iiie siècle. Celle-ci est surtout matérialisée par une importante séquence de démolition du logis, depuis la toiture jusqu’aux équipements intérieurs (vitres, sols et placages, enduits peints). L’évolution des autres bâtiments n’est pas toujours déterminée, faute d’indices tangibles, à l’exception du balnéaire isolé (fig. 4, G), démoli entre le iiie et le ive siècle. L’occupation semble ensuite diminuer après le milieu du iiie siècle, si ce n’est pour ainsi dire disparaitre pendant plusieurs décennies, jusqu’au début du ive siècle. En effet, en dehors d’un bon nombre de monnaies14, parmi lesquelles figurent de nombreux antoniniens ou billons émis durant la période 275- 315 environ15, aucun signe d’occupation pérenne ne se signale au tout début du Bas-Empire.

Une nouvelle occupation, avec des activités diversifiées

19Au cours de la première moitié du ive siècle, le site est réoccupé et remis en valeur (fig. 10), avec une réhabilitation partielle de la résidence : ceci est en particulier montré par la découverte de morceaux de plusieurs vitres caractéristiques du Bas-Empire (verre soufflé verdâtre riche en bulles, fig. 11), issus pour la plupart de la partie méridionale du corps de l’ancien logis du iie siècle, notamment autour de la plus grande pièce chauffée, ainsi que dans les remblais de son comblement (fig. 10).

Fig. 10. Zone C : principaux faits de l’habitat tardo-antique (milieu ive-milieu ve siècle ; DAO : S. Le Maho).

Fig. 10. Zone C : principaux faits de l’habitat tardo-antique (milieu ive-milieu ve siècle ; DAO : S. Le Maho).

20Parallèlement et a contrario de ces signes forts d’une réhabilitation, plusieurs faits témoignent de l’état délabré et même sans doute partiellement démoli du logis : les plus explicites sont deux séchoirs aménagés au cours du ive siècle à l’intérieur des espaces résidentiels antérieurs. L’un se trouve au nord, dans une ancienne pièce de vie, tandis que l’autre est installé au niveau de la liaison entre la grande galerie méridionale et le corps de logis (fig. 10). L’installation de ces deux séchoirs, dont un conséquent (fig. 12), prouve que les espaces concernés ont alors changé de fonction. Elle suggère aussi que certaines portions de toiture ne sont plus en place.

21La présence de ces deux grands séchoirs indique sans conteste une activité agricole, tout comme l’aménagement de quelques cabanes excavées au sud de l’ancien ensemble résidentiel du Haut-Empire (fig. 10). Le comblement de l’une d’elles, daté du début du ve siècle, a livré de nombreux morceaux de pattes de bœuf (métapodes) découpés pour la tabletterie, artisanat également illustré par la découverte de plusieurs bois de cerfs taillés ou sciés dans un autre contexte détritique de l’occupation romaine tardive.

Fig. 11. Fragments de verre à vitre du ive siècle montrant la réhabilitation du logis du iie siècle (cliché : Y.-M. Adrian).

Fig. 11. Fragments de verre à vitre du ive siècle montrant la réhabilitation du logis du iie siècle (cliché : Y.-M. Adrian).

La présence d’une élite au cours du Bas-Empire

  • 16  À notre connaissance, il n’en existe qu’un seul exemplaire à Rouen (Seine-Maritime, fouilles de la (...)

22Les déchets et mobiliers de l’habitat tardo-antique sont abondants et très diversifiés, donnant une image relativement fiable et surtout particulière de la population. Si la céramique (moins de 2500 restes) et la verrerie (une cinquantaine de fragments) ne présentent aucune caractéristique particulière, ce n’est pas le cas du riche mobilier métallique qui témoigne du statut aisé et sans doute même élitaire de ses propriétaires : l’expression la plus forte est fournie par trois fibules arquées ou en arbalète trouvées aux abords immédiats du logis sans doute partiellement réhabilité (fig. 13). L’une d’elles, malheureusement très incomplète, est pourvue d’un placage d’or. Exceptionnels dans la région16, ces accessoires vestimentaires sont traditionnellement associés à la présence de hauts fonctionnaires impériaux ou de gradés militaires. La présence de trois exemplaires ne peut donc pas être due au hasard. En outre, ces fibules ne sont pas les seuls témoignages d’un niveau de vie aisé, puisque de multiples objets en alliage cuivreux (surtout des appliques de ceinture et de harnachement, ainsi que des éléments de ceintures masculines) ou en argent (deux cuillères) se rapportent également à cette période. Une partie d’entre eux semble correspondre à des accessoires militaires.

Fig. 12. L’un des séchoirs du Bas-Empire installés au cœur du logis du iie siècle (cliché : D. Lukas).

Fig. 12. L’un des séchoirs du Bas-Empire installés au cœur du logis du iie siècle (cliché : D. Lukas).

Fig. 13. Trois fibules arquées cruciformes ou en arbalète trouvées aux abords du logis réhabilité au ive siècle (cliché : S. Le Maho).

Fig. 13. Trois fibules arquées cruciformes ou en arbalète trouvées aux abords du logis réhabilité au ive siècle (cliché : S. Le Maho).

23L’important corpus faunique appuie cette appréciation, montrant une consommation alimentaire de qualité assortie de quelques singularités, comme la présence d’espèces chassées peu communes tels que l’aurochs, le grand sanglier et le grand cerf, auxquels s’ajoute celle d’au moins un ours imposant. Parallèlement, une activité bouchère, notamment bovine, est avérée. Associée à la tabletterie, cette boucherie est assurément le fait d’une population modeste travaillant pour quelques élites dont le rôle (militaire ?) au sein de l’organisation locale du territoire pose évidemment question.

Une toute autre occupation à partir du haut Moyen Âge

24À la différence de la zone A, où l’occupation ne semble guère dépasser l’orée du ve siècle, celle de la zone C reprend à l’époque mérovingienne. En effet, les données livrées par la céramique mettent clairement en évidence un hiatus entre la fin de l’occupation romaine tardive, peu après le milieu du ve siècle, et les premières manifestations, durant la première moitié du vie siècle. Outre cette interruption, le nouvel habitat qui se développe, d’abord timidement, ne montre aucun lien avec le précédent, en particulier par le statut de sa population.

Genèse du hameau mérovingien et carolingien

25À l’origine, l’habitat mérovingien est de faible ampleur et semble se cantonner dans deux endroits : près de l’ancien bâtiment résidentiel gallo-romain, sur ou bien au contact des aménagements de l’Antiquité tardive, et au sud, non loin d’un ancien bâtiment agricole (fig. 14). L’attrait pour les ruines antiques semble manifeste à ce moment, tout en restant délicat à interpréter, au regard de la seule lecture du plan : simples sources de matériaux, ou bien abris ponctuels ? Le rôle de ces constructions a sans doute varié, mais la plupart du temps, il semble que les aménagements domestiques du haut Moyen Âge les aient en quelque sorte évités. Il est possible que les édifices antiques aient été trop dégradés pour être d’une quelconque utilité, en dehors d’une simple récupération de pierres. Ou, au contraire, les élévations de certains bâtiments étaient encore suffisamment conséquentes pour être réutilisées à moindre frais.

Fig. 14. Zone C : plan général de l’occupation alto-médiévale (vie-xe siècles ; DAO : S. Le Maho).

Fig. 14. Zone C : plan général de l’occupation alto-médiévale (vie-xe siècles ; DAO : S. Le Maho).
  • 17  Les résultats du diagnostic (responsable : C. Beurion, INRAP, 2009) comme ceux d’une autre fouille (...)

26Quelle que soit la réponse, les deux premiers noyaux d’habitat se mettent en place au cours de la première moitié du vie siècle, comme le montrent des éléments céramiques peu nombreux mais fiables, ainsi que du mobilier métallique parmi lequel figurent une fibule ansée digitée, deux boucles de ceintures et d’autres accessoires caractéristiques du vie siècle. Une intéressante imitation de tremissis byzantin appartient également au début de l’occupation mérovingienne, tandis que deux sceatas illustrent plutôt sa fin. L’habitat groupé se développe ensuite rapidement pour atteindre une large extension aux viie-viiie siècles. À cette époque, environ 6 ha semblent investis de manière plus ou moins importante, avec une densité plus forte dans la partie ouest et sud-ouest de l’emprise (fig. 14). Ceci se matérialise par une multitude de creusements en tous genres, parfois contigus, parmi lesquels quelque 150 cabanes excavées pour la plupart relatives à la période mérovingienne. De fait, se dessine clairement une bonne partie des limites de l’habitat alto-médiéval17, seule sa bordure orientale ayant échappé à l’emprise de la fouille.

27Le hameau est ensuite marqué par un certain déplacement vers l’est et le sud-est entre les viiie et ixe siècles. Il paraît dès lors plus réduit, sa surface étant de l’ordre de 3 ha, tandis que surtout, la densité des aménagements décroit sensiblement, parallèlement à une évolution structurelle sensible (disparition complète des cabanes excavées et développement de greniers massifs sur poteaux). À cette époque, si certains secteurs habités auparavant continuent à être occupés, d’autres semblent désormais désaffectés : ceci concerne en particulier toute la partie occidentale, là où l’occupation mérovingienne avait été la plus dense, qui ne révèle plus aucune manifestation humaine après le viiie siècle.

Un chemin traversant le hameau

28Bien qu’il paraisse éparpillé et désordonné au premier abord, l’habitat mérovingien puis carolingien est en réalité organisé autour d’un chemin orienté nord-sud (fig. 14). Son origine reste incertaine car rien ne permet de montrer qu’il ait un antécédent antique ou tardo-antique, bien que cette dernière datation paraisse vraisemblable. Quoi qu’il en soit, il est évident que ce cheminement joue rapidement un rôle majeur dans le développement de l’habitat mérovingien. Cet axe de circulation est uniquement matérialisé par un long espace dépourvu de vestiges, large de 6,5 à 7,5 m, nettement visible dans le foisonnement d’aménagements fossoyés répartis au sud de l’ancienne villa. Son tracé est moins perceptible dans la moitié septentrionale du site car les structures en creux y sont beaucoup moins denses. D’ailleurs, au-delà de l’ancienne cour antique, ce chemin s’estompe, faute de négatif ou bien de délimitation. Il constitue pourtant de toute évidence un moyen de communication avec les habitats voisins de Léry et de Poses, au nord, ainsi que de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie, au sud. Parallèlement, il est probable que des cheminements latéraux plus discrets structurent aussi le cœur de l’habitat : quelques alignements d’aménagements, tout particulièrement plusieurs cabanes excavées à l’ouest, ainsi que certains ensembles de trous de poteaux, en constituent les principaux indices.

29Au centre, un espace vide de forme grossièrement quadrangulaire d’environ 500 m2 parait assurer la connexion entre le chemin principal et un ancien bâtiment agricole antique autour duquel va se développer un cimetière communautaire. Cet espace s’apparente à une véritable petite place, qui va être conservée pratiquement tout au long de l’occupation alto-médiévale : elle ne sera qu’en partie investie à la période carolingienne par quelques sépultures ainsi que par un petit groupe d’aménagements, dont deux cabanes alignées selon la même orientation que le chemin.

Un cimetière communautaire et des sépultures dispersées au cœur du hameau

30Alors qu’il existe depuis environ un siècle, l’habitat groupé se dote au cours du viie siècle d’un espace funéraire communautaire propre, selon un phénomène aujourd’hui de mieux en mieux documenté en Gaule mérovingienne mais jusqu’à présent mal perçu dans la région (Carré dir., 2011, p. 103). Celui-ci est installé au centre du hameau, autour d’un édifice antique dont l’état pose évidemment question (fig. 14 et 15). Il est probable que cette imposante construction, aux murs épais, marque toujours le paysage, d’une manière ou d’une autre. Les réutilisations d’édifices antiques à des fins funéraires (Le Maho, 2004) suscitent toujours les mêmes questionnements quant à l’état de conservation des constructions lorsque leur périmètre ou leurs abords accueillent un cimetière plusieurs siècles après leur abandon. Si les bâtiments sont en ruines, cette création funéraire est-elle symbolique ? S’ils sont encore en élévation, les constructions font-elles l’objet d’une remise en état partielle ou même complète ? Et à quelles fins ? On pourra ici naturellement s’interroger sur une possible transformation en église funéraire.

31Quels que soient ces aspects, le groupe funéraire principal se compose de 223 sépultures, dont 195 sont des inhumations individuelles primaires, plus ou moins bien conservées (fig. 15 et 16). Ailleurs, 20 sépultures plus ou moins dispersées semblent, pour la plupart, accompagner l’occupation alto-médiévale. Leur répartition n’est pas homogène, certains secteurs ayant été privilégiés par rapport à d’autres (fig. 14). Plusieurs d’entre elles sont ainsi installées au sein de noyaux d’habitat contemporains, pouvant même recouper des aménagements domestiques abandonnés (fig. 17).

32Seule une quinzaine de tombes a livré du mobilier, essentiellement métallique, fournissant des repères chronologiques plus ou moins précis pour l’horizon mérovingien récent. Une petite dizaine de contenants en plâtre, malheureusement très dégradés, participe également au jalonnement chronologique de l’ensemble funéraire formant le cimetière (Carré et Hincker, 2015). Par ailleurs, 27 recoupements, dont 24 au sein de la zone sépulcrale, alimentent la chronologie : il s’agit essentiellement de recoupements entre tombes, ou bien de l’installation de tombes sur des structures domestiques. Pour étoffer les datations, 18 squelettes du cimetière ainsi que 12 des sépultures isolées ont fait l’objet d’une datation C14 (laboratoire Beta Analytic de Miami, Floride). L’ensemble des données permet de montrer l’échelonnement des inhumations à partir du vie siècle (un individu, inhumé isolément) et surtout entre le viie et le début du xe siècle.

Une population majoritairement laborieuse

33En prenant en compte les corps en position primaire comme secondaire, la population étudiée compte au moins 274 individus, composés à part égale d’enfants et d’adultes. En raison du faible nombre de marqueurs chronologiques (seulement une soixantaine de tombes datées de manière plus ou moins précise), l’étude anthropologique a été menée sur la population dans son ensemble, tandis que l’évolution générale du groupe funéraire n’a pas pu être vraiment déterminée. Les repères disponibles suggèrent toutefois une extension depuis le centre du groupe funéraire, installé d’abord au sud de l’ancien bâtiment antique, vers les abords occidentaux et orientaux (fig. 15).

Fig. 15. Plan du cimetière alto-médiéval installé autour d’un bâtiment agricole antique, au sein d’un secteur d’occupation des viie-viiie siècles (DAO : S. Le Maho et F. Jimenez).

Fig. 15. Plan du cimetière alto-médiéval installé autour d’un bâtiment agricole antique, au sein d’un secteur d’occupation des viie-viiie siècles (DAO : S. Le Maho et F. Jimenez).

Fig. 16. Tombes en coffrages et en sarcophages de plâtre (très dégradés) au sein du cimetière alto-médiéval (cliché : A. Thomann).

Fig. 16. Tombes en coffrages et en sarcophages de plâtre (très dégradés) au sein du cimetière alto-médiéval (cliché : A. Thomann).

Fig. 17. Sépulture de la fin du viie ou de la première moitié du viiie siècle, installée sur deux cabanes excavées antérieures (cliché : Y.-M. Adrian).

Fig. 17. Sépulture de la fin du viie ou de la première moitié du viiie siècle, installée sur deux cabanes excavées antérieures (cliché : Y.-M. Adrian).

Fig. 18. Fibules les plus représentatives de l’habitat mérovingien (vie-début du viiie siècle ; cliché : S. Le Maho).

Fig. 18. Fibules les plus représentatives de l’habitat mérovingien (vie-début du viiie siècle ; cliché : S. Le Maho).

34Le recrutement est sans conteste celui d’un hameau de condition modeste, marqué par un taux élevé de mortalité infantile, tandis que les âges au décès des adultes révèlent une population composée d’une majorité d’individus ayant des conditions de vie très rudes et une mortalité précoce. Les pratiques funéraires confirment un niveau social modeste : les sujets sont généralement inhumés dans des contenants en bois, certains sont visiblement habillés. Les sarcophages en plâtre, peu nombreux, sont trop mal conservés pour pouvoir observer d’éventuels décors ; ils sont largement réoccupés, préférentiellement par des hommes adultes.

35L’analyse paléopathologique confirme ces tendances : en effet, la population inhumée montre de nombreux signes de carences et de stress dès le plus jeune âge. L’hygiène dentaire est désastreuse. Par ailleurs, un très fort impact de la tuberculose s’observe, sans doute de manière endémique : ces signes se voient à tout âge et elle est l’origine du décès d’une part non négligeable des enfants. L’étude des phénomènes dégénératifs et des marqueurs d’activité des actifs (adultes et sub adultes) indique que toutes les régions anatomiques sont touchées, chez les hommes comme chez les femmes, avec peut-être quelques spécificités qu’il est encore difficile de percevoir. Le contexte permet naturellement d’évoquer le travail agricole, mais il parait probable qu’une partie de la population, notamment féminine, ait effectué des travaux artisanaux.

36La sélection des sujets placés hors du cimetière ne peut être vraiment caractérisée : pour quelques petits groupes, des hypothèses d’appartenance à une même famille ou à une catégorie socioprofessionnelle peuvent seulement être avancées. Un individu mort par violence puis placé ou jeté dans un puits à l’extérieur du cimetière parait quant à lui clairement exclu de la communauté.

37Un groupe d’individus, préférentiellement masculins, se distingue toutefois parmi la population, grâce à des marqueurs indiquant un niveau social plus élevé : ils portent les traces de maladies métaboliques associées à un certain embonpoint et des signes d’activité équestre. Ils ont par ailleurs une mortalité plus tardive. Parmi eux, certains sont polyfracturés ou polytraumatisés, témoignant peut-être d’actions de combat. Ce groupe, dont la chronologie s’étend entre le début du viie et la fin du viiie siècle (plus rarement jusqu’à la fin du ixe siècle), accueille une proportion plus importante d’individus inhumés en sarcophage de plâtre ou bien détenteurs d’éléments de vêtement ou de dépôt d’objets.

Culture matérielle et économie

38Les activités pratiquées au sein du hameau sont surtout documentées par de nombreux artefacts et écofacts. Le mobilier comprend un corpus céramique souvent fragmentaire mais très caractéristique (plus de 6 000 restes), ainsi qu’un important matériel métallique illustrant de façon plus ou moins équilibrée les quelques 400 ans d’occupation entre les vie et xe siècles. Très volumineux, le corpus métallique se compose d’environ 800 objets en alliage cuivreux ou en fer illustrant la parure (accessoires vestimentaires et domestiques ; fig. 18), ainsi que les activités ou des pratiques diverses (agriculture et équipement varié). Le nombre d’objets métalliques contraste fortement avec les quelques accessoires, dépassant rarement la dizaine, généralement trouvés sur les sites ruraux de cette période dans la région (Carré dir., 2011, p. 86). Cette quantité et cette variété d’objets métalliques doivent toutefois être pondérées par leur mode de découverte (emploi de détecteurs de métaux), ainsi que par la nature favorable du terrain naturel, peu acide et de toute évidence peu affecté par les pratiques agricoles récentes. Du reste, la qualité du sédiment a aussi constitué un atout pour la conservation de la faune (plus de 9 000 restes), ainsi que des restes carpologiques.

  • 18  Étude de M. Derreumeaux (CRAVO).
  • 19  Par S. Coubray (INRAP).

39Pour la période mérovingienne, le spectre carpologique18 correspond à des cultures d’hiver dominées largement par le blé, accompagné du seigle et dans une moindre mesure, de l’orge. Les légumineuses (pois, lentilles, vesces) complètent l’alimentation de base. Des évolutions se font ensuite sentir durant les viiie et ixe siècles : un accroissement des cultures céréalières et des légumineuses se perçoit par l’augmentation du nombre et de la densité des contextes carpologiques. Leur composition change également, montrant une part plus grande du seigle, accompagnant le blé comme céréale de base. Enfin, une nette diversification et une amélioration de l’alimentation s’entrevoient par l’augmentation des légumineuses, surtout des pois, ainsi que des fruits. Le raisin fait par ailleurs son apparition à partir des viie-viiie siècles. Par contre, les études environnementales ne permettent pas de documenter le paysage environnant : les informations sont trop lacunaires ou bien réservées aux périodes plus anciennes. Seule l’étude anthracologique19 livre des informations indirectes, révélant notamment une exploitation accrue des forêts de coteaux, et surtout celles de la vallée, durant le haut Moyen Âge, ainsi que des landes intégrées dans l’économie rurale (pacage, fourrage, combustible).

40Au final, la céréaliculture est ici, comme presque partout, l’activité la plus perceptible. La distribution chronologique et spatiale des installations de stockage (silos et greniers) révèle plusieurs phénomènes dont leur absence, ou tout au moins leur très forte sous-représentation, au vie siècle et durant une partie du viie siècle. La croissance puis l’importance du stockage sont par contre significatives durant la période carolingienne, en particulier aux viiie-ixe siècles, et sont ainsi cohérentes avec les observations de l’étude carpologique. Cette augmentation du stockage est essentiellement le fait du développement, si ce n’est de l’apparition de greniers massifs sur quatre poteaux durant la période carolingienne (fig. 19), alors même que les silos enterrés décroissent en nombre comme en volume.

Un habitat essentiellement tourné vers l’élevage ?

  • 20  Étude de G. Jouanin (CRAVO) et J.-H. Yvinec (INRAP).

41Les restes osseux20 constituent évidemment l’essentiel de la documentation dans ce domaine. Dans la triade habituelle bovidés-caprinés-suidés, les caprinés tiennent ici une place prépondérante durant tout le haut Moyen Âge, montrant l’importance de l’élevage dans l’économie de l’habitat dès sa mise en place au vie siècle. L’âge d’abattage indique que l’élevage ovin est plutôt tourné vers le lait et la laine. Or, sur quelques sites du nord de la France, cette prépondérance est caractéristique d’élevage de fond de vallée ou de terrain siliceux (Frère et Yvinec, 2009). Mais des choix édictés par les élites peuvent également conditionner ces orientations : ainsi, plusieurs sites voisins témoignent de pratiques pastorale différentes, tels celui de Léry où, à la même période, l’élevage concerne essentiellement les bovidés, tandis que celui de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie pratique un élevage ovin tourné vers la viande (Carré et al., 2011).

  • 21  Étude de B. Clavel (CNRS) et Y. Dréano (CRAVO).

42Parallèlement, des suidés ont été élevés pour la viande, tandis que les bovidés ont d’abord fourni la force de travail, comme l’attestent les traces de pathologies liées à la traction. Bien qu’ils aient la même fonction, les équidés sont ici très sous-représentés. L’élevage des volailles apparait quant à lui marginal, tout comme la pêche, dont de très faibles restes ont été collectés, alors qu’ils sont abondants pour l’Antiquité21. Cette part restreinte de produits pêchés est d’autant plus surprenante que l’Eure est toute proche, tandis que du poisson de mer se distingue dans l’assemblage consommé.

Fig. 19. Exemples de greniers massifs sur poteaux carolingiens et comparaison avec un exemplaire d’Honguemare-Guénouville (Eure ; DAO : S. Le Maho et N. Roudié).

Fig. 19. Exemples de greniers massifs sur poteaux carolingiens et comparaison avec un exemplaire d’Honguemare-Guénouville (Eure ; DAO : S. Le Maho et N. Roudié).

D’autres activités, en particulier la métallurgie

  • 22  Étude de P. Lorquet (INRAP).

43La plupart des activités sont évoquées par quelques restes ou indices ténus (dont des outils ou accessoires, voire quelques aménagements spécifiques) sur lesquels il n’est pas utile de s’étendre ici. S’y signale sans surprise le tissage. Seule la métallurgie constitue un volet assurément non négligeable et spécialisé des activités menées sur place à la période mérovingienne22. Les déchets recueillis sont en effet surtout caractérisés par une forte proportion de gros culots de forge d’épuration, témoignant de la volonté d’obtenir des pièces importantes ou des lingots de fer. En outre, les observations macroscopiques indiquent une haute technicité, correspondant à un travail de spécialistes. Très largement surreprésenté au sein des restes métallurgiques découverts, ce travail d’épuration met en évidence une production dépassant les besoins mêmes du hameau et qui semble à première vue apparaitre au moins au vie siècle pour perdurer au viie siècle, avant de disparaître avant la période carolingienne, peut-être au profit d’une forge installée tout près, à Léry, de l’autre côté de l’Eure (Roudié dir., 2015).

Les derniers témoignages d’occupation

44Sans doute progressivement déserté au cours du xe siècle, comme le montre la nette diminution des aménagements, y compris funéraires, le hameau ne survit pas à l’An Mil. Ceci profite probablement au site proche de Léry, dont l’occupation se développe à la même époque de l’autre côté de l’Eure (Roudié dir., 2013 et 2015). Ce probable regroupement des populations s’inscrit dans le cadre de la formation des villages et de la mise en place de la féodalité. Dans les siècles qui vont suivre, deux réseaux de fossés, peu profonds, sont successivement aménagés, recoupant systématiquement les vestiges antérieurs. Si le premier n’est pas bien daté (xie-xiie siècles ?), le deuxième ensemble a livré quelques éléments mobiliers des xiiie-xive siècles, dont deux monnaies de Charles Ier de Valois et de Philippe le Bel. Ce dernier parcellaire semble associé à un chemin qui serait donc le successeur du chemin traversant l’ancien hameau alto-médiéval, tout en étant l’ancêtre direct du « Chemin aux Errants », qui constituait jusqu’au début du xxe siècle le principal axe de communication reliant Léry à Tournedos-sur-Seine et Porte-Joie. Non loin du chemin médiéval associé au deuxième réseau fossoyé a été trouvée une intéressante bulle en plomb du pape Innocent IV (1243-1253).

Conclusion

45Le gisement de la zone C livre une grande quantité d’informations, aussi diachroniques que variées, sur le peuplement de cette partie de la vallée de l’Eure et de la Seine. Ces informations sont encore plus riches si on les associe aux deux autres secteurs de fouille de la carrière CEMEX, en particulier la zone A.

46On retiendra surtout le développement inégal, et pour ainsi dire intermittent, des occupations humaines avant l’Antiquité. La plus ancienne intervient vers la fin du premier âge du fer et se traduit comme souvent par une occupation lâche, qui paraît s’être déplacée du sud-ouest vers le nord-est (de la zone A vers les zones B puis C). Après une interruption pratiquement complète durant toute La Tène moyenne, l’occupation reprend au cours de La Tène finale et va s’étendre continuellement, en particulier après le début de notre ère, avec la construction sur la zone A d’un petit temple carré en bois puis sans doute en pierres. Plus au nord, sur la zone B, un enclos domestique modeste voit aussi le jour durant La Tène finale. Il se complète sur la zone C d’aménagements fossoyés divers, parmi lesquels figure un simple enclos agro-pastoral.

47Alors que le sanctuaire de la zone A connaît des embellissements réguliers entre les ier et iie siècles de notre ère, l’occupation disparait complètement sur la zone B. Sur la zone C par contre, la première partie du Haut-Empire voit deux phases d’habitat très contrastées, qui aboutissent à la création d’un imposant complexe bâti au iie siècle. Il est alors très probable que les deux occupations, à vocations religieuse au sud et domestique au nord, soient étroitement liées, comme le montrent notamment leur proximité (de l’ordre de 700 m) mais aussi leur similitude d’orientation. Si le caractère privilégié de l’établissement étudié sur la zone C ne fait aucun doute, on peut toutefois s’interroger sur le statut exact de son propriétaire, qui appartenait peut-être à la classe des fonctionnaires impériaux. Ceci est en particulier montré par la localisation ainsi que la taille quelque peu démesurée des deux bâtiments agricoles, le grenier entrepôt et le vaste bâtiment destiné aux animaux, dont la fonction annonaire peut sérieusement être envisagée. D’autres aspects pourraient abonder en ce sens, tels que la forme et la taille du logis.

48Quoi qu’il en soit, les deux sites connaissent une importante phase de démolition et récupération au iiie siècle, dès le premier quart si l’on en croit les éléments disponibles sur la zone C. Les formes d’habitats qui suivent, au ive siècle, voire aussi au ve siècle, diffèrent radicalement des précédentes, tout en s’accompagnant sur la zone A d’un changement complet de fonction : un habitat, lieu d’une activité métallurgique soutenue, remplace désormais le sanctuaire. Sur la zone C par contre, le caractère privilégié persiste et paraît même croître (le fait de militaires ?) si l’on en juge simplement par la culture matérielle qui lui est associée. Ceci n’exclut pas la présence d’activités agro-pastorales, pour lesquelles il est cependant impossible de dire si elles se placent exactement dans la continuité des précédentes.

  • 23  Palais mérovingien attesté dès la deuxième moitié du viie siècle (Carré et Jimenez dir., 2008, p.  (...)

49Alors que l’occupation cesse peu après le début du ve siècle sur la zone A, elle connaît un changement profond sur la zone C. En effet, après une interruption de quelques décennies entre une partie de la deuxième moitié du ve siècle et le début du vie siècle, l’habitat qui s’y installe révèle un visage bien différent du précédent, que ce soit au niveau de sa forme, de sa culture matérielle et surtout, de son statut. Il est en effet manifeste qu’une nouvelle population, majoritairement laborieuse, investit le site abandonné, dans le cadre d’un simple hameau de maisons de terre et de bois organisé de part et d’autre d’un chemin. Quelques signes montrent toutefois la présence d’une certaine classe privilégiée, dont la relation avec le centre de pouvoir installé non loin au Vaudreuil (Eure)23, se pose naturellement. Bien qu’une activité métallurgique très spécialisée intervienne entre les vie et viie siècles, le hameau semble surtout tourné vers des activités agro-pastorales ordinaires, qui paraissent avoir connu une croissance presque constante entre le vie et le début du xe siècle, avant de connaître un certain déclin, précédant un abandon complet du site à l’orée de l’An Mil. ■

Bibliographie

Bibliographie

Carré F. (dir.), Adrian Y.-M., Zaour N., Moesgaard J.-C. et Devillers S. (2011) – Le haut Moyen Âge. Rouen, PURH, coll. L’archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances, t. I, 207 p.

Carré F., Ruas M.-P., Yvinec J.-H. et Marcoux N. (2011) – Le site rural de Porte-Joie (Tournedos-sur-Seine/Val-de-Reuil, Eure, France) : des espaces particuliers au sein de l’habitat du haut Moyen Âge. Catteddu I., De Vingo P. et Nissen Jaubert A. (dir.), Archeology and Rural Landscape: Rural Settlements in Their Natural, Economical and Social Environment. Actions of the Convention Medieval Europe, l’Europe en mouvement, 4e congrès international d’archéologie médiévale et moderne, Paris, 3-8 septembre 2007. Gênes, De Ferrari, p. 101-124.

Carré J. et Jimenez F. dir. (2008) – Louviers (Eure) au haut Moyen Âge. Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier. Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, coll. Mémoires, 18, 334 p.

Desbrosse V., Riquier V., Bocquillon H. et Kasprzyk M. (2012) – Les établissements ruraux palissadés hallstattiens en Champagne. Schönfelder M. et Sivers S., L’âge du fer entre la Champagne et la vallée du Rhin. Actes du 34e colloque international de l’AFEAF d’Aschaffenburg (Allemagne), 13-16 mai 2010. Mayence, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, p. 3-27.

Desfossés Y. (1997) – Les occupations laténiennes du site d’Étaples-Tubersent. L’exemple de la vallée de la Canche. Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, t. XV, p. 29-58.

Frère S. et Yvinec J.-H. (2009) – Élevage et alimentation carnée en Île-de-France durant le haut Moyen Âge. Bulletin archéologique du Vexin français, no 41, p. 11-19.

Guillier G. (2011) – La grande villa d’Aubevoye « Le Chemin Vert » (Eure). Premiers résultats de terrain. Actes des Journées archéologiques régionales de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010. Rouen, PURH, p. 77-83.

Hincker V. et Carré F. (2015) – Sarcophages de Normandie : une analyse comparée. Les sarcophages de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, Actes du 30e colloque international de l’Association française d’archéologie mérovingienne, Bordeaux 2009. Bordeaux, Aquitania, suppl. 34, p. 47-75.

Laubenheimer F. et Marlière E. (2010) – Échanges et vie économique dans le Nord-Ouest des Gaules. Le témoignage des amphores du IIe siècle avant J-C. au IVe siècle après J.-C. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2 vol., 294 et 595 p.

Le Maho J. (2004) – Aux origines du paysage ecclésial de la Haute-Normandie : la réutilisation des édifices antiques à l’époque mérovingienne. Alduc Le Bagousse A. (dir.), Inhumations et édifices religieux au Moyen Âge entre Loire et Seine. Caen, Publications du CRAHM, p. 47-62.

Lemaire P., Malrain F. et Meniel P. (2000) – Un établissement enclos de La Tène moyenne à Vermand (Aisne). Études préliminaires. Revue archéologique de Picardie, no 1-2, p. 161-178.

Lukas D. et Adrian Y.-M. (2017) – Bâtiments d’exploitation et installations de production antiques en Haute-Normandie : panorama des découvertes récentes. Trément F. (dir.), Produire, transformer et stocker dans les campagnes des Gaules romaines. Actes du 11e colloque AGER, Aquitania, suppl. no 38, p. 635-656.

Moreau C. et Granier F. (2012) – Val-de-Reuil (Eure), « Le Chemin aux Errants », Une occupation rurale de premier et second âge du fer à la confluence de l’Eure et de la Seine. Actes des Journées archéologiques régionales de Haute-Normandie, Évreux, 6-8 mai 2011. Rouen, PURH, p. 27-48.

Roudié N. dir. (2013) – Honguemare-Guénouville « Le Hameau du Pin ». Les occupations protohistoriques et médiévales de la ZAC du Roumois, tranche 1 : Zone BC. Rapport final de fouille archéologique. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 2 vol., 248 et 219 p.

— (2015) – Léry « Rue du 8 mai ». Nouvelle occupation du premier Moyen Âge (fin viie-xe siècles) au cœur du village actuel. Rapport final d’opération d’archéologie préventive. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, 209 p.

Notes

1  Étudié par H. Delneff (INRAP).

2  Étudiés par C. Bémili (INRAP).

3  Étude de C. Bémili (INRAP).

4  Il l’était aussi de manière indirecte par l’importance des petits moellons calcaires dans les contextes détritiques du Bas-Empire ou même du haut Moyen Âge.

5  Étude d’A. Giosa (doctorant à l’université de Paris Nanterre).

6  Et sans doute à un emplacement récemment diagnostiqué par M. Le Saint Allain, alors à la Mission archéologique départementale de l’Eure (emplacement des sondages sur la fig. 2 de l’article de D. Lukas, supra).

7  L’acidité plus forte des sédiments de fond de vallée encaissant ou remplissant le canal pondère toutefois ce constat.

8  Centre de recherche archéologique de la vallée de l’Oise.

9  Étude de C. Bémili (INRAP) et N. Morrand (CRAVO).

10  Études de L. Leconte (INRAP) et de Q. Sueur (doctorant à l’université de Lyon 2).

11  Étude de P. Petit (INRAP).

12  Étude de L. Féret (INRAP).

13  ÀLillebonne, 11 exemplaires d’amphores de type Gauloise 4 ont été recensés (Laubenheimer et Marlière, 2010, vol. 2). À Évreux : 16 de type Gauloise 4 recensées pour environ 60 de type Dressel 20. À titre indicatif, la ville de Rouen concentre elle-même quelques 135 amphores de type Gauloise 4 de Narbonnaise, ce qui est de loin la quantité régionale la plus importante.

14  Plus de 1 200 monnaies ont été découvertes. Parmi elles, les monnaies antiques constituent la très grande majorité. Pas moins de 947 se rapportent au Bas-Empire (étude de F. Pilon, UMR 7041 équipe GAMA, Archéologie de la Gaule dans le monde antique).

15  Dont la perte a cependant pu intervenir au cours de la première moitié du ive siècle.

16  À notre connaissance, il n’en existe qu’un seul exemplaire à Rouen (Seine-Maritime, fouilles de la cathédrale, « Cour des Maçons », responsable : J. Le Maho, CNRS), tandis que seul un autre habitat rural, de statut privilégié, en a livré un exemplaire (Aubevoye, « Le Chemin Vert », Eure ; responsables : C. Maret et G. Guillier, INRAP). Un troisième exemplaire a été découvert au sein de l’agglomération d’Eu, « Bois L’abbé » (Seine-Maritime ; responsable : É. Mantel, SRA de Normandie).

17  Les résultats du diagnostic (responsable : C. Beurion, INRAP, 2009) comme ceux d’une autre fouille effectuée plus au sud (responsable : C. Moreau, Archéodunum, 2010) permettent en effet d’être affirmatif sur la réalité de l’extension méridionale de l’habitat alto-médiéval.

18  Étude de M. Derreumeaux (CRAVO).

19  Par S. Coubray (INRAP).

20  Étude de G. Jouanin (CRAVO) et J.-H. Yvinec (INRAP).

21  Étude de B. Clavel (CNRS) et Y. Dréano (CRAVO).

22  Étude de P. Lorquet (INRAP).

23  Palais mérovingien attesté dès la deuxième moitié du viie siècle (Carré et Jimenez dir., 2008, p. 16).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Zones B et C : vestiges de l’âge du fer (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 2. Zone C : principaux aménagements du ier siècle (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Fig. 3. Petit bâtiment avec cave constituant la principale composante de l’habitat du ier siècle (DAO : S. Le Maho ; clichés : D. Honoré et D. Delafoy). Fig. 1. Zones B et C : vestiges de l’âge du fer (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 4. Zone C : plan d’ensemble de l’habitat construit au iie siècle (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 5. Détail du logis du iie siècle, des équipements identifiés et des aménagements de jardin (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 6. Vue du pavillon nord, partie la mieux conservée du logis (cliché : Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 7. Grenier ou entrepôt (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 8. Bâtiment destiné aux animaux (DAO : S. Le Maho ; cliché : Balloïde photo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 9. Coupe du canal bordant l’habitat antique. La couche fluviatile claire est bien visible au fond du creusement (cliché : Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 10. Zone C : principaux faits de l’habitat tardo-antique (milieu ive-milieu ve siècle ; DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 11. Fragments de verre à vitre du ive siècle montrant la réhabilitation du logis du iie siècle (cliché : Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 12. L’un des séchoirs du Bas-Empire installés au cœur du logis du iie siècle (cliché : D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 13. Trois fibules arquées cruciformes ou en arbalète trouvées aux abords du logis réhabilité au ive siècle (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 14. Zone C : plan général de l’occupation alto-médiévale (vie-xe siècles ; DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 15. Plan du cimetière alto-médiéval installé autour d’un bâtiment agricole antique, au sein d’un secteur d’occupation des viie-viiie siècles (DAO : S. Le Maho et F. Jimenez).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 16. Tombes en coffrages et en sarcophages de plâtre (très dégradés) au sein du cimetière alto-médiéval (cliché : A. Thomann).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 17. Sépulture de la fin du viie ou de la première moitié du viiie siècle, installée sur deux cabanes excavées antérieures (cliché : Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 18. Fibules les plus représentatives de l’habitat mérovingien (vie-début du viiie siècle ; cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 19. Exemples de greniers massifs sur poteaux carolingiens et comparaison avec un exemplaire d’Honguemare-Guénouville (Eure ; DAO : S. Le Maho et N. Roudié).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/17375/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Auteurs

INRAP Grand-Ouest

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search