Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Corps et éducation

Former les mères de demain : le projet d’Anna Thieck, une participante au concours Doyen-Doublié de 1899

Sandrine Roll

Résumé

En France, au tournant des XIXe-XXe siècles, la majorité des pédagogues pensent que « l’économie domestique est une science de première utilité » qu’il faut enseigner aux filles. Quelle instruction proposent-ils alors de mettre en place et dans quel but ? Cet article tente de répondre à ces questions en s’attachant à mettre en avant un point de vue féminin : celui d’Anna Thieck, une des participantes du concours « Doyen-Doublié » de 1899. Cette étude montre de quelle manière Anna Thieck envisage l’enseignement ménager comme un apprentissage de l’autonomie pour les femmes et insiste sur l’originalité pédagogique de son projet.

In France, around 1900, a majority of academics considered “home economics a priority science”, that must be taught to every girl. What type of teaching did they want to set up and for what purpose? This paper seeks to provide some answers, using a feminist approach: the one of Anna Thieck, who took part in the 1899 “Doyen-Doublié” competition. This study shows how Anna Thieck considered household teaching as a gateway to women autonomy and explores the originality of her educational project.

Texte intégral

  • 1 Michelle Perrot, « L’Éloge de la ménagère dans le discours des ouvriers français au XIXe siècle »,(...)
  • 2 Alfred Loulet, « Les Écoles ménagères en Allemagne », Revue pédagogique, vol. XXX, no 3, 15 mars, (...)

1Au tournant des XIXe-XXe siècles, partout, en Europe comme en Amérique, l’éducation ménagère des filles est l’objet d’une attention constante. En France, les pédagogues sont nombreux à demander qu’à côté des ouvrages de grammaire, de calcul, d’histoire, etc., le manuel d’économie domestique ait sa place et, que, chaque jour, des leçons théoriques et pratiques soient dispensées. Définie comme la science du ménage, il leur apparaît nécessaire que l’économie domestique soit enseignée par des institutrices soigneusement préparées à leur mission, respectant les règles d’une pédagogie rationnelle. Contrairement aux discours qui se contentaient jusqu’alors de faire « l’éloge de la ménagère »1, l’originalité des traités d’éducation ménagère de la période étudiée est contenue dans l’affirmation que la science du ménage ne s’apprend pas toute seule, qu’elle n’est pas innée chez la femme. Elle nécessite au contraire un apprentissage méthodique à l’école : « Tout le monde aujourd’hui s’accorde à reconnaître que l’économie domestique est une science de première utilité, et qu’il importe de l’enseigner avec le plus grand soin aux jeunes filles », écrit en 1897, un professeur d’école normale dans la Revue pédagogique2.

  • 3 Voir par exemple : Jackie Clarke, « L’organisation comme pédagogie. Paulette Bernège et la formati (...)

2Malgré l’abondance des discours sur l’enseignement ménager au tournant du siècle, la problématique de l’instruction ménagère est pour l’instant un chantier largement déserté par les historiens. Les quelques chercheurs qui se sont intéressés à cette question ont essentiellement travaillé sur la période de l’entre-deux-guerres et la promotrice de l’organisation scientifique du ménage, Paulette Bernège3. L’objet de cette communication est alors de montrer que le débat sur l’enseignement du ménage autour des années 1900 mérite aussi d’être abordé dans la perspective du genre.

  • 4 Archives de Reims, 173 W91. Les registres des délibérations municipales ont été consultés pour ret (...)

3La première école ménagère française est due, selon tous ceux qui réfléchissent à cette question de l’enseignement domestique, à madame Doyen-Doublié (1836-1878) qui, dès 1870, propose d’annexer une classe ménagère modèle à un asile de la ville de Reims4. Bien que la municipalité rémoise rejette dans un premier temps la demande d’Amélie Doyen-Doublié, cette dernière ne se décourage pas et, soutenue par son mari, elle fonde elle-même, en 1873, un établissement conforme à son ambition dans une petite maison qu’elle possède rue du Champ de Mars. Conseiller municipal de Reims dès 1870, puis adjoint au maire entre 1875 et 1881, avant d’occuper lui-même cette fonction, Octave Doyen-Doublié s’est activement impliqué dans l’évolution que connaît l’école après la mort de sa femme en mai 1878. En octobre 1878, la ville enregistre l’école au nombre des établissements communaux d’éducation et cette école connaît alors un certain succès auprès de la population ouvrière : alors qu’Amélie Doyen-Doublié a dû se battre pour trouver ses premières élèves, l’école en compte 100 en 1887 et en 1914 c’est deux cents jeunes filles qui y sont formées. Par son testament, Amélie Doyen-Doublié lègue à la ville de Reims une rente de 1 000 francs destinée à récompenser les efforts tentés en faveur du développement de l’éducation des femmes. Tous les cinq ans, un prix est offert à la meilleure auteure, il est spécifié qu’il doit s’agir d’une femme laïque, d’un traité destiné à vulgariser dans les classes laborieuses les préceptes de l’économie domestique et de l’accomplissement des devoirs familiaux. En 1887, le premier concours est mis en place par le conseil municipal qui rappelle alors son objectif :

  • 5 « Instruction publique – éducation des femmes : prix institués par Mme Doyen-Doublié », dans Recue (...)

[…] pour répondre autant que possible à la pensée de la donatrice, il s’agit moins de préconiser dans une œuvre littéraire les bienfaits de l’économie domestique que d’en inspirer le goût et d’en faciliter l’observance dans les ménages les plus modestes5.

  • 6 La presse pédagogique a servi de vecteur de diffusion pour ce concours.
  • 7 Anna Thieck, « Oser lutter », organisation de l’enseignement pratique du ménage dans les écoles fr (...)
  • 8 L’essentiel du message contenu dans ces débats est que le rôle des femmes est avant tout d’entrete (...)

4C’est le sujet du troisième concours, posé en 1899, qui m’intéresse ici tout particulièrement, parce qu’il demande aux participantes de réfléchir à la meilleure manière d’organiser l’enseignement pratique du ménage dans les écoles fréquentées par les filles de la classe ouvrière6. Je me propose d’analyser l’un des textes répondant à ce concours. Mon choix s’est porté sur un essai de 25 pages rédigé par Anna Thieck en raison tout d’abord du peu de sources dont nous disposons. Une lecture attentive de ce texte m’a de plus rapidement paru justifiée en raison du caractère tout à fait singulier de l’auteure : il s’agit d’une institutrice, socialiste adhérant à certaines idées féministes – elle lit La Fronde. Débutant par des propos retentissants : « L’enseignement primaire des filles n’est pas à améliorer, il est à créer »7, son texte aborde des sujets d’une grande diversité et dessine quelques particularités des débats sur l’enseignement alors en vigueur à la fin du XIXe siècle8. L’étude minutieuse de cet essai, portant en exergue l’expression « oser lutter », nous permet d’appréhender la spécificité d’une vision féminine de l’enseignement du ménage. Elle nous permet également d’ébaucher une définition de l’expression : « l’enseignement du ménage », qui n’est pas uniquement, me semble-t-il, l’enseignement ménager mais l’enseignement de toutes les connaissances et savoir-faire indispensables aux filles pour administrer un ménage.

5À travers l’étude de cet « essai d’amélioration », pour reprendre les mots de l’auteure, je souhaite tout d’abord montrer que l’enseignement domestique est perçu par Anna Thieck comme un instrument en faveur de l’autonomie des femmes. Cela m’amènera ensuite à me demander quels sont, selon elle, les enseignements utiles aux jeunes filles du peuple : je mettrai ainsi l’accent sur la valeur pédagogique originale de son projet.

Un enseignement qui cherche à valoriser l’autonomie des jeunes filles

« Oser lutter »

  • 9 Elle écrit sous le pseudonyme Albana, dans L’Opinion. Journal politique, littéraire et commercial (...)
  • 10 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 6. Voir aussi ses nombreux articles sur (...)
  • 11 Albana, « Electro-magnétisme, vitalisme, dynamisme vital, dynamisme ou déséquilibre de l’être huma (...)
  • 12 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op cit., Avant-propos.
  • 13 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., Avant-propos.
  • 14 Ibid., Avant-propos ; et Albana, « Nos Fils », Les Colonies, 3 octobre 1899, « Causerie pédagogiqu (...)

6L’essai d’Anna Thieck, abordé dans la perspective du « genre » est particulièrement significatif pour comprendre de quelle manière certaines femmes tentent de glorifier leur rôle de mère tout en essayant de devenir des sujets autonomes. Les réflexions de l’auteure sont inévitablement fortement influencées par son expérience personnelle. Mais, disons-le tout de suite, nous savons peu de choses sur sa vie. Les rares informations sur Anna Thieck proviennent de son propre texte et de l’analyse des quelques articles qu’elle publie en 1899. Élève de l’école normale de Paris, pourvue du brevet supérieur, elle a été institutrice et réside à Fort-de-France, en Martinique, au moment de la rédaction de son essai. Sa situation familiale, mère de quatre enfants dont elle semble avoir seule la charge, la contraint à s’assumer matériellement, en rédigeant des articles dans les journaux de la localité9. Elle publie alors des études sur l’alcoolisme qu’elle cherche à combattre au moyen du végétarisme, régime alimentaire qu’elle associe à « l’art de bien se porter »10, et prône des méthodes médicales plutôt singulières11. L’idée de concourir lui vient, écrit-elle, alors qu’elle « est dans un moment de découragement moral et d’infortune matérielle »12 ; ce parcours explique qu’elle s’intéresse particulièrement à l’éducation des filles pauvres dont le destin peut être analogue au sien. Elle garde de son expérience un souvenir, semble-t-il, douloureux mais fort instructif. Ainsi écrit-elle : « Je bénis donc ces heures d’adversité qui m’ont presque obligée de faire ce travail. J’ai acquis des richesses morales bien autrement précieuses que les richesses matérielles »13. Loin de la figure traditionnelle de la mère par sa situation professionnelle, Anna Thieck semble également l’être par ses méthodes d’éducation très libres, qui favorisent « la discussion et la critique, [et] non la soumission aveugle »14. Très attentive à ce que ses enfants acquièrent, grâce à leur éducation, des valeurs de justice et de morale, c’est, tout d’abord, comme elle le souligne, avec l’expérience de mère, qu’elle réfléchit à la question posée par Amélie Doyen-Doublié. Nul doute qu’elle a dû être l’objet de nombreuses critiques, mais elle semble faire fi des reproches qui lui sont adressés et termine l’avant-propos de son texte avec une touche de philosophie :

  • 15 Ibid., Avant-propos.

L’opinion, les préjugés, les traditions qui prétendent régler mes convictions et mes affections, disent : qu’une femme altérée de vérité et de liberté, qui ose penser autrement que les autres, agir et écrire selon sa conscience et son cœur, est incapable d’élever ses enfants, et n’est plus digne de leur affection. Qu’importe ma personne ! si mon idée triomphe et si mon rêve se réalise15 !

  • 16 Sur Julie Daubié, voir Agnès Thiercé, Julie-Victoire Daubié, « Femme savante ». De la condition éc (...)
  • 17 Julie Daubié, La Femme pauvre au dix-neuvième siècle, t. III, Paris, 1re éd. 1866, rééd. de 1870 r (...)

7Bien qu’à aucun moment, Anna Thieck ne mentionne Julie-Victoire Daubié dans son essai, on peut être frappé par la résonance de ces lignes avec les revendications de cette première bachelière qui intervient politiquement dans l’espace publique des années 1870, et dont les idées ont pu être connues grâce au système des concours lancés par diverses académies16. Le passage précédemment cité fait, me semble-t-il, clairement référence aux réflexions de l’auteure de La Femme pauvre17 qui considère que c’est grâce à l’écriture que les femmes peuvent s’impliquer dans les changements de leur temps.

8Ici précisément, il s’agit pour Anna Thieck de lutter grâce à des leçons d’économie domestique pour l’amélioration du sort des femmes de la classe ouvrière.

L’autonomie domestique et maternelle

  • 18 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 2.
  • 19 Ibid., p. 1.

9Anna Thieck désire l’amélioration du sort des femmes et surtout celle des ouvrières, qui malgré leur activité à l’atelier « sont destinées à être mères de famille et à avoir la responsabilité d’un ménage »18. On retrouve donc dans son discours, comme dans celui de Julie Daubié quelques années plus tôt, l’idée qu’idéalement la femme devrait être mère et femme au foyer avant toute chose. Mais, puisqu’elle travaille et souffre de sa situation, son analyse consiste alors à montrer que, face aux dures réalités de la vie, les frontières du « masculin » et du « féminin » doivent être redéfinies. Elle écrit, en effet, que « la femme est un être ayant une existence distincte et non un simple auxiliaire de l’homme »19. Cette indépendance ne bouleverse toutefois pas complètement les frontières des sexes, puisque l’autonomie proposée par Anna Thieck n’a pour objectif que de conformer pleinement les jeunes filles à leur « nature féminine » qui rend les femmes si serviables envers autrui. Elle établit un lien direct entre la mission sociale des femmes et l’enseignement :

  • 20 Ibid.

[La femme] a des devoirs à remplir envers la société et des responsabilités très graves à assumer. Il faut donc qu’elle connaisse exactement ses devoirs et sa responsabilité afin que l’humanité puisse être transformée par l’épanouissement moral et intellectuel de la femme20.

10Elle plaide alors pour une instruction qui, à la fois, libérerait les femmes du despotisme masculin, et leur permettrait de remplir leur mission au service du bonheur de la société. Toutes ses propositions éducatives et émancipatrices en faveur des jeunes filles sont justifiées par l’aspect maternel de l’identité des femmes. Ainsi tout changement, comme elle l’inscrit en exergue de son livre, n’est rien d’autre qu’un devoir de l’État en faveur du bien commun : « la République a intérêt à relever la femme, car de son émancipation et de son éducation dépend la grandeur du pays ».

11À ses yeux, l’instruction de la science domestique permet également de ne pas condamner à une vie de misère les jeunes filles qui ne pourraient pas compter sur la contribution matérielle d’un époux. Ainsi présentée, dans le cas de situations désespérées, comme une préparation indispensable au marché du travail, l’instruction de l’économie domestique semble une idée audacieuse.

  • 21 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 3.

À ceux qui disent que la femme n’est belle que dans sa maison, je répondrai, oui, à condition qu’elle puisse prendre un brevet de vie pour son mari, car s’il meurt le premier, que fera-t-elle avec plusieurs enfants, elle qui a été, selon les uns, le modèle des épouses en pensant uniquement à son mari, et à ses enfants. Qui leur donnera à manger, quand le principal soutien sera parti ?
À moins qu’elle possède un héritage, et ce n’est pas fréquent dans les ménages d’ouvriers, il va falloir que, du jour au lendemain, cet être à qui plusieurs refusent l’intelligence, la force et la capacité, devienne père, mère, soutien tout ensemble.
C’est que là, le métier appris servira ou tout au moins permettra de subvenir aux premières dépenses21.

12On voit dans cet extrait qu’Anna Thieck fait implicitement référence à sa propre expérience et que, comme Julie Daubié dans La Femme pauvre, elle s’identifie à l’ouvrière dont elle veut améliorer le sort. En mettant en avant l’existence de la solitude féminine et les difficultés de vie des ouvrières, l’auteure pointe les lacunes du système éducatif qui ne lui semble pas adapté à la vie future des jeunes filles. Elle dénonce alors les failles du système scolaire et propose un enseignement qui soit à même de répondre aux problèmes rencontrés par les futures mères :

  • 22 Ibid., p. 7.

Combien n’ai-je pas déploré souvent dans ma carrière maternelle tout le temps perdu, à l’École normale, à l’étude des sciences mathématiques absolument inutiles à une mère, alors que l’hygiène, la diététique, les soins à donner aux bébés, aux malades, sont absolument négligés, oubliés, devrais-je dire !
Oh, comme j’aurais changé ces leçons inutiles pour une leçon de savoir-faire pratique, et comme j’ai dû faire de mauvais plats avant de confectionner quelque chose de mangeable. Et que de tâtonnements et de gaspillages avant de savoir administrer ma maison ! Quel embarras pour faire la toilette de mon premier bébé et que d’angoisses et d’indécisions devant ses premières indispositions22.

  • 23 Michelet, La Femme, Paris, Hachette, 1861, p. 121.
  • 24 Anne Cova, Maternité et droits des femmes en France, XIXe -XXe siècles, Paris, Anthropos, 1997. Vo (...)

13Ayant établi que la femme est avant tout mère – elle cite pour cela les paroles de Michelet : « dès le berceau, la femme est mère, folle de maternité »23 –, Anna Thieck présente la maternité comme une fonction sociale qui nécessite une formation spécifique. Elle s’attache alors à exalter la figure de la mère-éducatrice qui se dévoue au service de ses enfants et de la société. Son intention est de faire comprendre aux femmes qu’une bonne préparation à leur rôle de mère est indispensable. La réflexion d’Anna Thieck sur la formation des mères n’est guère étonnante puisque au tournant du siècle des hommes et des femmes de milieux complètement différents, pédagogues, médecins, hygiénistes, conservateurs ou réformateurs, sont de plus en plus nombreux à réfléchir à l’éducation de la petite enfance. Rappelons que les féministes également s’intéressent à la figure de la mère et se donnent pour mission de sensibiliser les femmes à la nécessité d’une formation maternelle24. Anna Thieck quant à elle insiste dans son texte sur l’illogisme de ceux qui pensent que les femmes en savent toujours assez. Ainsi s’écrit-elle :

  • 25 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 6.

Ceux qui refusent l’instruction ne pensent pas au but sacré de la vie d’une mère ! ! ! N’est-elle pas la nourrice à perpétuité de son enfant ? N’a-t-elle donc à le mettre au monde qu’une fois ? et qu’à lui donner le sein pendant une année ? Non, elle doit encore lui verser le lait de l’âme, lui faire une âme, lui ouvrir l’intelligence, lui dire le premier mot de toute chose, lui inspirer enfin la curiosité de la connaissance25.

14L’instruction envisagée par Anna Thieck a donc pour objectif de former des mères, mais également des femmes capables de travailler et d’être autonomes financièrement et moralement. Pour qu’elles puissent mener à bien leur tâche et leur rôle d’épouse et de mère autonomes, l’une des revendications d’Anna Thieck est de voir les femmes affranchies de la tutelle cléricale.

Affranchir les femmes des enseignements cléricaux

  • 26 Sur ce sujet, voir la réflexion de Jacques Rancière, « Sur l’histoire des femmes au XIXe siècle », (...)
  • 27 Elle cite en note un extrait d’un article de Clémence Royer paru dans La Fronde, le 20 février 189 (...)

15Répondant aux consignes de l’intitulé du sujet du concours, à savoir que les auteures doivent être laïques, le texte d’Anna Thieck est ouvertement une critique de l’enseignement catholique. Dans son texte, Anna Thieck invite les femmes à renoncer au traditionnel cloisonnement « religieux »26. Comme la féministe Clémence Royer, qu’elle cite, elle attribue la cause de toutes les dissensions entre les sexes à l’Église27 et déplore la tutelle sans limite du mari donnée par l’Église à des hommes, dont paradoxalement les préoccupations sont souvent éloignées de la culture catholique. L’époux écrit-elle :

  • 28 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 21.

[…] règne et gouverne sans avoir à rendre compte de son pouvoir qu’à Dieu, à qui il ne croit pas, et qu’à lui-même, à qui il croit trop. Il a dit à sa compagne d’après le code : Une fois mariée, tu ne penseras pas ou tu ne penseras que par moi, tu ne voudras pas ou tu ne voudras que par moi, tu ne sentiras qu’autant que j’aurai mis la main sur ton cœur pour en mesurer chaque battement et si tu te révoltes je t’appliquerai le principe d’autorité.
Malheur à celles qui se révoltent ! Si elles sont riches, elles se verront délaissées de toutes les amitiés ; pauvres, elles ne recevront aucun secours ; obligées de gagner la vie par leur travail elles verront se dresser contre elles mille obstacles à cause de leur énergie et de leurs idées trop avancées28.

  • 29 Ibid., p. 18.

16La lutte contre cette culture chrétienne qui impose aux femmes de faire preuve d’un esprit de sacrifice illimité passe alors par les enseignements dispensés aux filles. Ces derniers doivent leur apprendre à « penser par elles-mêmes » et non « leur prêcher la résignation et l’humilité chrétienne » à l’origine de la plupart des problèmes domestiques29.

  • 30 Ibid., p. 19.

Tous les maux dont nous souffrons viennent de la sotte éducation qu’on nous a donnée, on nous a tant dit que la modestie et l’humilité étaient les vertus d’une femme que nous n’avions pas appris à raisonner et à juger ; il faut une dose d’énergie et de volonté aujourd’hui pour oser essayer d’être soi ; indépendante30.

17Anna Thieck ne remet toutefois pas en cause le dévouement féminin, mais elle en critique la forme. L’éducation doit alors, à ses yeux, inculquer une morale sociale non religieuse qui garantisse un dévouement volontaire. L’éducation que souhaite voir se développer Anna Thieck est donc celle de la personnalité toute entière. Pour cela, elle propose des méthodes pédagogiques très précises basées sur l’expérience et les exercices pratiques.

Un projet pédagogique original

Que doivent apprendre les filles de la clase ouvrière ?

  • 31 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 3.

18Dénonçant les difficultés de vie des femmes pauvres, elle insiste sur la nécessité d’un enseignement spécialisé pour les filles qui conserverait toutefois une base générale. Elle leur enseignerait en priorité et sans « pruderie », précise-t-elle, « l’art d’être mère », elle leur apprendrait « à compter, administrer, se rendre compte des dépenses et des moyens de vivre très bien avec le moins d’argent possible »31 et elle compléterait cette formation par une culture intellectuelle.

  • 32 Ibid., p. 6.
  • 33 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 4.
  • 34 Ibid., p. 14.

19Dans les contenus d’enseignement propres au ménage, les propositions d’Anna Thieck font souvent preuve d’avant-garde. Conformément à ses convictions personnelles, elle souhaite que les élèves apprennent à modifier leurs habitudes alimentaires et adoptent un régime végétarien qui assurera, explique-t-elle, la santé du foyer. Elle s’efforcerait d’enseigner à ses élèves cet « art de bien se porter » et elle les encouragerait à « persuader leur mari de vivre sans viande, sans alcool et sans tabac »32. Agir pour que les hommes adoptent ce mode alimentaire semble trouver place, à ses yeux, à côté des luttes pour la tempérance. Elle admet toutefois que suivre un régime alimentaire strict et tenter de l’imposer à toute sa famille n’est pas suffisant pour régénérer la société. Anna Thieck poursuit alors sa démonstration en expliquant qu’il est indispensable que les jeunes filles, en tant que futures mères, attachent de l’importance aux exercices sportifs – la marche au grand air, la natation, par exemple. Aussi, désire-t-elle que les cours de gymnastique, rendus obligatoires par Jules Ferry, se généralisent. Cette culture physique a une double finalité : assurer un équilibre entre le corps et l’esprit des femmes et préparer parfaitement l’organisme des filles à la maternité. De la santé des femmes et de la place que l’école attribue aux leçons révélant les manières de la conserver dépend la régénération de la société. C’est d’ailleurs dans cette perspective qu’Anna Thieck souhaite intégrer dans les programmes de l’école primaire des leçons d’anatomie. Effrayée de l’ignorance des jeunes filles sur le fonctionnement de leur propre corps et de celui de tout être humain, elle insiste sur l’absence regrettable de cet enseignement. Elle présente alors les leçons d’anatomie comme les pré-requis indispensables à l’instruction des gestes médicaux utiles à toutes les mères. Concrètement, elle enseignerait aux élèves à prendre la température avec un thermomètre, à faire gargariser les malades de maux de gorge, à poser des bandages, à laver des plaies, etc. L’idéal, pour elle, serait que le programme de l’enseignement du ménage accorde une place prioritaire à ce qu’elle nomme « la science de la maternité »33. Elle explique alors qu’il est possible d’apprendre aux filles, sans qu’elles deviennent, précise-t-elle, « moins candides pour cela », la façon dont se déroule un accouchement34.

  • 35 Ibid.

20Qu’Anna Thieck entende organiser un modèle d’instruction populaire comprenant des cours d’anatomie et de médecine n’est pas surprenant : elle a elle-même acquis des notions médicales grâce aux enseignements de l’Union des femmes de France, association fondée à Paris en 1881, qui a pour objectif de venir en aide aux blessés ou malades de l’armée française. Ces leçons, par ailleurs, seraient complétées par des exercices d’herborisation qui auraient à la fois un intérêt pédagogique et hygiénique. La culture de quelques plantes médicinales « serait [écrit-elle] une récréation et procurerait l’agrément d’un exercice en plein air et ferait du bien au triple point de vue de la santé, de la gaîté et de la moralité »35.

  • 36 Charles Driessens est directeur d’une école de cuisine et d’économie domestique à Saint-Denis.
  • 37 Ibid., note de la page 8.

21Les matières plus classiques, comme la couture et la cuisine, trouvent évidemment leur place dans son programme. L’apprentissage à l’école de la couture a comme avantage de procurer des connaissances indispensables à celles qui auront besoin d’un salaire. Pour les autres, les notions acquises permettront de bien entretenir le linge de la famille. Informée de l’œuvre de Charles Driessens36, qu’elle présente comme « un des modestes bienfaiteurs de l’humanité »37, elle démontre l’utilité des cours de cuisine ménagère. Au nombre des avantages dont peut bénéficier un foyer dans lequel la mère sait cuisiner, elle cite : la confection de repas sains et économes, la joie de servir sa famille, le bonheur de manger chez soi au calme, loin des chahuts du comptoir, et l’économie de combustible puisque le poêle allumé pour la préparation culinaire réchauffe également la pièce. Parmi tous ces savoirs, on peut remarquer qu’aucune allusion au ménage, au blanchissage, au repassage n’est faite ; l’auteure a préféré s’intéresser à l’éducation maternelle.

  • 38 « L’éducation des femmes par Gustave le Bon », compte rendu de lecture, Revue pédagogique, t. XVII (...)

22Anna Thieck sait que rendre obligatoire l’enseignement du ménage dans le système éducatif, auquel il est déjà reproché de « surmener » les enfants, ne va pas être une chose aisée. Elle suggère alors d’éliminer des programmes d’enseignement primaire une foule de notions abstraites qui s’adressent uniquement à la mémoire et de les remplacer par des démonstrations et des exercices « pratiques » qui font appel à l’intelligence et au raisonnement. Cette proposition s’oppose aux idées communément admises que les femmes ont, par nature, une faible aptitude à la réflexion, au jugement et donc au raisonnement38.

23Le projet d’Anna Thieck est donc vaste, et c’est surtout lorsqu’on analyse la pédagogie à laquelle elle entend recourir pour inculquer toutes ces notions que son texte fait preuve de singularité.

Comment les enseignements doivent-ils être dispensés ?

  • 39 Albana, « Causerie pédagogique. L’Enfant. Discipline scolaire et Liberté », Les Colonies, 30 mai 1 (...)
  • 40 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., note de la page 3.
  • 41 Ibid., p. 5.

24L’institution qui lui semble la plus adaptée à l’instruction des filles du peuple est l’internat, dans lequel chaque jeune fille devrait passer un an. Cette proposition tout à fait singulière n’est toutefois pas surprenante de la part de cette auteure socialiste, convertie aux idées de Fourier. Elle désire que ce pensionnat fonctionne sur le modèle du « phalanstère » afin que les institutrices puissent alors agir à chaque instant sur l’esprit et l’intelligence des jeunes filles, et que les élèves puissent s’épanouir librement. Elle estime que la priorité ne doit pas être donnée au dressage intellectuel, qu’elle juge vain, mais plutôt au respect de la liberté des goûts de chaque enfant39. Pour répondre à son souhait, l’établissement devra alors, explique-t-elle, être spacieux afin que chaque fille puisse posséder une chambre qu’elle aura la charge d’aménager selon ses propres goûts. Anna Thieck considère cette activité comme un moyen d’acquérir des notions personnelles et affirmées de décoration. Elle stipule, de plus, la valeur utilitaire de cette démarche pédagogique qui rendra l’élève « capable de créer ces mille “riens” qui amènent le bien-être dans le foyer »40. Anna Thieck tient particulièrement à développer « le goût du bien, du vrai et du beau »41 des enfants qui ainsi, devenues femmes, seront capables de penser et de choisir par elles-mêmes.

  • 42 Ibid., p. 12.

25L’objectif de sa démarche pédagogique étant de rendre l’enseignement pratique et de solliciter toute l’attention des élèves, elle suggère de faire les leçons d’anatomie lors de visites dans les hôpitaux. Ces établissements de soins sont d’ailleurs à ses yeux les « annexes de l’école rêvée »42 :

  • 43 Ibid., p. 14.

Cette leçon d’anatomie ne serait pas apprise dans les livres, mais sur le corps humain, je rendrais la leçon si attrayante, je ferais tant chercher, réfléchir, penser ces jeunes têtes que toutes mes élèves aimeraient cette science que je trouve si admirable43.

26Pédagogiquement, cette méthode révolutionne les pratiques courantes, puisque les élèves sont invitées à réfléchir, juger et non à accumuler et mémoriser des connaissances.

  • 44 Albana, « Causerie pédagogique », Les Colonies, 25 novembre 1899. Dans cet article, Anna Thieck dé (...)
  • 45 Inspectrice, Pauline Kergomard dénonce le « dressage de la salle d’asile, “crime de lèse enfance”, (...)
  • 46 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 11.

27Convertie aux idées de Froebel et Pestalozzi44, elle estime également que la meilleure formation pour des futures mères consiste à les entourer régulièrement d’enfants. Pour que les jeunes filles acquièrent les qualités maternelles, elle préconise les visites fréquentes dans les asiles. Elle dénonce alors, tout comme Pauline Kergomard, la manière dont est faite l’éducation de la jeune enfance45. L’enseignement des tout-petits qui repose sur la « passiveté » est vu comme un « supplice ». Croyant fermement que la meilleure manière d’apprendre passe par des activités, elle suggère alors de substituer aux méthodes « d’inertie » en vigueur des travaux qui stimulent l’intérêt, donnent le goût de la découverte. Anna Thieck pense que remplacer les leçons magistrales par des exercices et des jeux, réalisés dans un climat de détente permettrait de développer les qualités et les capacités futures des enfants. Ainsi, elle est convaincue que « tout en jouant, on peut faire acquérir à l’enfant avec des exercices de jardinage, de cuisine, des notions de propreté et de dextérité les plus exquises »46. Dans une telle formation, le rôle de l’institutrice est alors primordial.

  • 47 Ibid., p. 25. Michèle Riot-Sarcey a montré que « la réforme du secondaire ne s’adresse pas aux fut (...)
  • 48 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 25.
  • 49 Pauline Kergomard, « Les femmes dans l’enseignement primaire. Étude sur les questions formant le p (...)

28Au terme de cette réflexion originale, qui remet en cause l’enseignement primaire, Anna Thieck aborde la question, de la sélection d’institutrices capables d’appliquer les méthodes pédagogiques qu’elle prône. Je tiens toutefois à préciser que ses réflexions sur les tâches des enseignantes montrent à quel point il est difficile pour l’auteure de dissocier son identité de mère et sa volonté de voir les femmes plus autonomes. Dans la même phrase, en effet, elle affirme que l’institutrice a la « mission noble de faire des citoyennes et de futures mères de familles »47. Pour mener à bien sa tâche, précise-t-elle dans la suite de son texte, l’institutrice doit jouir d’« assez de liberté dans sa position pour qu’elle se sente responsable et capable ». Les termes utilisés pourraient suggérer une prise de position « féministe » de la part de l’auteure, reconnaissant que les femmes ne sont pas éducatrices « par nature ». Mais, pour éviter toute méprise, elle s’empresse d’expliquer précisément, entre parenthèses, la signification des mots qu’elle emploie : « qu’elle [l’institutrice] soit moins fonctionnaire mais un peu plus mère »48. Comme Pauline Kergomard, elle estime donc que « la femme pour être institutrice n’a pas besoin de sortir de ses attributions naturelles : il lui suffit de les étendre »49. « Les femmes de demain » sont donc, à ses yeux, des citoyennes sociales dont l’un des devoirs est d’être de parfaites mères.

  • 50 « Congrès national de Reims. Communication de Madame Kergomard », Bulletin de la Ligue de l’enseig (...)

29Les filles et les femmes de la classe ouvrière ont été, au tournant des XIXe et XXe siècles, l’objet de nombreuses attentions. Elles occupent une place centrale dans les débats des pédagogues républicains qui estiment alors que « le devoir de l’école des filles est de faire une peur atroce de la fabrique à la femme »50, ou dans ceux des hygiénistes qui considèrent qu’elles ont une place centrale dans la lutte contre l’insalubrité et l’intempérance. C’est dans ce contexte qu’est née l’idée qu’un enseignement féminin orienté vers l’apprentissage des choses « utiles » concernant la vie domestique pourrait résoudre la question sociale. Réformateurs, inspecteurs, institutrices prennent alors la plume pour contribuer à ce qu’ils regardent comme une œuvre de première importance. Le texte d’Anna Thieck est révélateur de la mission assignée à cet enseignement : refaire les familles et régénérer la société. Mais, écrit dans le souci d’éviter les embarras pour permettre aux femmes de vivre le mieux possible, il présente également une réflexion originale. Grâce à l’enseignement ménager, tel qu’elle l’envisage – c’est-à-dire reposant sur un projet pédagogique et pas uniquement sur des assertions morales –, les femmes peuvent acquérir les moyens d’avoir une vie économiquement et intellectuellement autonome.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Beaufreton Maurice, L’Enseignement ménager, Paris, Gabalda et Cie, 1908.

Cova Anne, Maternité et droits des femmes en France, XIXe -XXe siècles, Paris, Anthropos, 1997.

Frank Louis, L’Éducation domestique des jeunes filles ou l’éducation des mères, Paris, Larousse, 1904.

Heller Geneviève, Propre en ordre. Habitation et vie domestique 1850-1930 : l’exemple vaudois, Lausanne, éd. D’en Bas, 1979.

Jost G., « Économie domestique », dans Ferdinand Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1882-1887, p. 789.

Loulet Alfred, « Les Écoles ménagères en Allemagne », Revue pédagogique, vol. XXX, no 3, 15 mars, 1897.

Luc Jean-Noël, L’Invention du jeune enfant au XIXe siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris, Belin, 1997.

Mace Jean, « L’École ménagère de Reims », Bulletin de la Ligue de l’enseignement, no 20, août-octobre 1883, p. 501-507.

Martin Martine, Femmes et société : le travail ménager (1919-1939), Thèse de doctorat de 3e cycle, sous la direction Michelle Perrot, Paris – VII, 1984.

Mayeur Françoise, L’Éducation des filles en France au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1979.

Martin-Fugier Anne, La Place des bonnes. La domesticité féminine à Paris en 1900, Paris, Grasset et Fasquelle, 1979.

Moll-Weiss Augusta, Bruhnes Henriette, Les Écoles ménagères à l’étranger et en France, Paris, Arthur Rousseau, 1908.

Piffault Alphonse, La Femme de foyer. Éducation ménagère des jeunes filles, Paris, Delagrave, 1910.

Roch Éline, Ce que vaut une femme (ouvrage ayant obtenu le prix Doyen-Doublié), Paris, Picard, 1893.

Saffroy Lucie, « Économie domestique (l’) », dans Ferdinand Buisson, Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1911, p. 517.

Schefer, Bergevin J., « Ménager (enseignement) », dans Ferdinand Buisson, Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1911, p. 1285.

Sohn Anne-Marie, Chrysalides. Femmes dans la vie privée (XIXe -XXe siècles), 2e vol. , Paris, Publications de la Sorbonne, 1996.

Sourdillon Mme, « L’Enseignement ménager à l’école primaire », Annuaire de l’enseignement primaire, 18e année, 1902, p. 448-478.

Strauss Paul, « L’Éducation ménagère », Revue Encyclopédique, 02/04/1898, p. 281-286.

Thieck Anna, « Oser lutter », organisation de l’enseignement pratique du ménage dans les écoles fréquentées par les filles d’ouvriers. Essais d’amélioration selon la question proposée par Mme Doyen-Doublié, par testament, Saint-Pierre Martinique, imprimerie du journal Les Colonies, 1899.

Thierce Agnès, Histoire de l’adolescence (1850-1914), Paris, Belin, 1999, p. 121-124 et 161-163.

Notes

1 Michelle Perrot, « L’Éloge de la ménagère dans le discours des ouvriers français au XIXe siècle », Les Femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, p. 133-152.

2 Alfred Loulet, « Les Écoles ménagères en Allemagne », Revue pédagogique, vol. XXX, no 3, 15 mars, 1897, p. 218.

3 Voir par exemple : Jackie Clarke, « L’organisation comme pédagogie. Paulette Bernège et la formation d’une nouvelle classe moyenne dans les années 1930 et 1940 », Travail genre et sociétés, no 13, avril 2005, p. 139-157 ; Ellen Furlough, « Selling the American Way in Interwar France : Prix Uniques and the Salon des Arts Ménagers », Journal of Social History, 1993, vol. XXVI, no 3, p. 491-519 ; Martine Martin, « La Rationalisation du travail ménager en France dans l’entre-deux-guerres », Culture technique, no 3, 1980, p. 157-165, « Ménagère : une profession ? Les dilemmes de l’entre-deux-guerres », Mouvement social, juillet-septembre 1987, no 140, p. 89-106.

4 Archives de Reims, 173 W91. Les registres des délibérations municipales ont été consultés pour retracer l’évolution de cette école, mais il manque les années 1860 à 1873 et l’année 1881.

5 « Instruction publique – éducation des femmes : prix institués par Mme Doyen-Doublié », dans Recueil des actes administratifs, Reims, 1887, p. 239.

6 La presse pédagogique a servi de vecteur de diffusion pour ce concours.

7 Anna Thieck, « Oser lutter », organisation de l’enseignement pratique du ménage dans les écoles fréquentées par les filles d’ouvriers. Essais d’amélioration selon la question proposée par Mme Doyen-Doublié, par testament, Saint-Pierre Martinique, imprimerie du journal Les Colonies, 1899.

8 L’essentiel du message contenu dans ces débats est que le rôle des femmes est avant tout d’entretenir le foyer et de s’occuper des enfants. Les pédagogues reconnaissent alors que cette mission nécessite sans cesse acquérir des compétences par le biais de l’éducation.

9 Elle écrit sous le pseudonyme Albana, dans L’Opinion. Journal politique, littéraire et commercial de Fort-de-France, et dans Les Colonies, de Saint-Pierre.

10 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 6. Voir aussi ses nombreux articles sur le végétarisme publié dans L’Opinion : Albana, « Végétarisme et Alcoolisme », L’Opinion, 29 avril, 10 et 13 mai, 7 juin 1899.

11 Albana, « Electro-magnétisme, vitalisme, dynamisme vital, dynamisme ou déséquilibre de l’être humain », Les Colonies, 1er et 27 juillet 1899. Albana, « déséquilibre mental ou albanisme. Réponse à l’article du Courrier du 2 août 1899 », Les Colonies, 26 août 1899.

12 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op cit., Avant-propos.

13 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., Avant-propos.

14 Ibid., Avant-propos ; et Albana, « Nos Fils », Les Colonies, 3 octobre 1899, « Causerie pédagogique », Les Colonies, 25 novembre 1899.

15 Ibid., Avant-propos.

16 Sur Julie Daubié, voir Agnès Thiercé, Julie-Victoire Daubié, « Femme savante ». De la condition économique, morale et politique de la femme sous le second empire, mémoire de maîtrise sous la direction de Michelle Perrot, Paris 7, 1990 (Bibliothèque Marguerite Durand) ; Raymonde Albertine Bulger, Lettres à Julie-Victoire Daubié (1824-1874), New York/Frankfurt/Paris, Peter Lang, 1992.

17 Julie Daubié, La Femme pauvre au dix-neuvième siècle, t. III, Paris, 1re éd. 1866, rééd. de 1870 reproduite par « Côté-Femmes », 1993.

18 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 2.

19 Ibid., p. 1.

20 Ibid.

21 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 3.

22 Ibid., p. 7.

23 Michelet, La Femme, Paris, Hachette, 1861, p. 121.

24 Anne Cova, Maternité et droits des femmes en France, XIXe -XXe siècles, Paris, Anthropos, 1997. Voir le chapitre consacré aux images de la maternité.

25 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 6.

26 Sur ce sujet, voir la réflexion de Jacques Rancière, « Sur l’histoire des femmes au XIXe siècle », dans Georges Duby, Michelle Perrot (dir.), Femmes et histoire, Plon, 1993, p. 49-61.

27 Elle cite en note un extrait d’un article de Clémence Royer paru dans La Fronde, le 20 février 1899 : « La France sera donc en guerre civile permanente, tant que les femmes ne seront pas affranchies du joug de l’Église, en dépit des appels à l’union des citoyens pleins de bonnes intentions, mais qui manquent d’intelligence au point de croire qu’il peut y avoir union entre des esprits divisés ».

28 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 21.

29 Ibid., p. 18.

30 Ibid., p. 19.

31 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 3.

32 Ibid., p. 6.

33 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 4.

34 Ibid., p. 14.

35 Ibid.

36 Charles Driessens est directeur d’une école de cuisine et d’économie domestique à Saint-Denis.

37 Ibid., note de la page 8.

38 « L’éducation des femmes par Gustave le Bon », compte rendu de lecture, Revue pédagogique, t. XVIII, no 11, 15 novembre 1890, p. 456-457.

39 Albana, « Causerie pédagogique. L’Enfant. Discipline scolaire et Liberté », Les Colonies, 30 mai 1899.

40 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., note de la page 3.

41 Ibid., p. 5.

42 Ibid., p. 12.

43 Ibid., p. 14.

44 Albana, « Causerie pédagogique », Les Colonies, 25 novembre 1899. Dans cet article, Anna Thieck décrit les méthodes du pédagogue Suisse.

45 Inspectrice, Pauline Kergomard dénonce le « dressage de la salle d’asile, “crime de lèse enfance”, [et] préconise dès le début des années 1880 le respect de la liberté du petit, la reconnaissance du jeu comme une forme essentielle de son activité et la suppression des exercices trop scolaires », Jean-Noël Luc, La Petite enfance à l’école, XIXe -XXe siècles, textes officiels relatifs aux salles d’asile, aux écoles maternelles, aux classes et sections enfantines (1829-1981), Paris, Economica Institut national de recherche pédagogique, 1982, p. 28. Voir aussi Jean-Noël Luc, L’Invention du jeune enfant au XIXe siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris, Belin, 1997, p. 390-392 : ces pages sont consacrées au « métier d’enfant » selon Pauline Kergomard.

46 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 11.

47 Ibid., p. 25. Michèle Riot-Sarcey a montré que « la réforme du secondaire ne s’adresse pas aux futures citoyennes, mais aux “mères des citoyens” ». L’introduction de l’économie domestique dans les programmes de l’éducation primaire semble revêtir la même fonction. Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, « La Découverte », 2002, p. 60.

48 Anna Thieck, Organisation de l’enseignement…, op. cit., p. 25.

49 Pauline Kergomard, « Les femmes dans l’enseignement primaire. Étude sur les questions formant le programme du congrès international de 1889 », Revue pédagogique, t. XIV, no 5, 15 mai 1889, p. 419.

50 « Congrès national de Reims. Communication de Madame Kergomard », Bulletin de la Ligue de l’enseignement, août, septembre, octobre 1897, p. 302.

Auteur

Doctorante en sciences historiques, École doctorale des Humanités (EA 3400) Université Marc Bloch, Strasbourg
Elle rédige une thèse sous la direction de Rebecca Rogers : « De la ménagère parfaite à la consommatrice responsable. Une histoire culturelle de la nouvelle femme de foyer au tournant des XIXe-XXe siècles ». Elle est intervenue sur « Le Comité des dames de la Ligue de l’enseignement et l’enseignement ménager (1901-1014) » à paraître dans l’ouvrage Former pour l’industrie et le commerce, l’enseignement technique français, XIXe-XXe siècle.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540