Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Corps et éducation

Les romans de mariage au XIXe siècle

Laurence Chaffin

Résumé

Le mariage se présente comme un motif central de la littérature destinée aux jeunes filles bourgeoises du XIXe siècle. On observe dans les faits qu’il est, de toute évidence, un projet en germe dès qu’une fillette vient à naître et qu’il constitue un axe éducatif essentiel.
Les romans de mariage fleurissent dans ce contexte et avec l’essor de la littérature de jeunesse, offrent aux jeunes lectrices de multiples modèles auxquels s’identifier ou à disqualifier. Sans se présenter comme de véritables « traités », ils permettent à la jeune fille d’envisager cette nouvelle identité sous des aspects variés et surtout de façonner définitivement son esprit selon l’idée qu’une bonne épouse est avant tout une bonne mère et ne peut s’accommoder d’une vie ouverte sur le monde.
Il s’agit bien, encore une fois, de présenter l’espace de l’intime comme seul horizon d’attente possible et de faire la démonstration qu’une seule perspective est possible pour une jeune fille de raison, celle de la voie royale du mariage « raisonnable ».

Marriage proves a central motif in literature destined to nineteenth century bourgeois young ladies. To get married is a budding project as early as a baby girl is born and an essential axis in the child’s upbringing. Marriage novels flowered in this context, and along with the rise of youth literature they provided young reader with multiple models to which they could relate or which they could reject. Without being actual “treatises”, they enabled the young lady to contemplate this new identity and above all to definitively model her mind according to the idea that a good wife could be nothing but a good mother and should live mostly aside from the society of her time. Once again, they show the domestic intimate space as the only possible horizon and demonstrate that only one prospect is given to a reasonable young girl – the best way to a good marriage.

Texte intégral

  • 1 Nathalie Heinich, États de femme : l’identité féminine dans la fiction occidentale, Paris, Gallima (...)
  • 2 Anne Martin-Fugier, La bourgeoise au temps de Paul Bourget, Paris, Grasset, 1983, p. 16.
  • 3 Élisabeth Badinter, L’amour en plus, Paris, Flammarion, 1980, « Le Livre de poche », 1982, p. 53.

1La littérature destinée aux filles du XIXe siècle se fonde sur les préoccupations de ces dernières, aussi est-il tout naturel qu’une fois leur entrée dans le monde faite, aux alentours de l’âge de quinze ans, le seul motif qui vaille la peine d’être traité dans le domaine de la fiction est celui du mariage. Celui-ci colle de près à la réalité tant il est vrai qu’il demeure la préoccupation essentielle des mères et des filles. Comme le souligne Nathalie Heinich, la jeune fille du XIXe siècle n’a pas de perspective possible en dehors de celle de « la voie royale du mariage », au risque de devenir « une femme de mauvaise vie » ou de sombrer dans la marginalité en restant « célibataire à vie »1. Toute son existence, tournée vers ce possible lointain, organise son enfance, oriente son éducation et la place dans une perspective d’espoir. Il s’agit également pour elle d’échapper comme le rappelle Anne Martin-Fugier à « l’indignité de sa nature, à la chair et à la malédiction ancestrale qui pèse sur elle »2. Se marier devient une possibilité d’acquérir une identité, et d’endosser le rôle de mère afin de légitimer sa place dans la société. En outre, le mariage comporte à cette période une valeur spéculative, tout particulièrement dans les familles bourgeoises, qui pousse les parents à investir sur cet événement dès qu’une fille vient à naître. Ceci contraint la mère éducatrice à organiser ses principes sur un mode qui permette à sa fille de devenir une bonne épouse, une bonne mère et une bonne chrétienne, pour jouer le rôle de « souveraine domestique », tel que le définit Élisabeth Badinter3 – l’objectif final restant celui de la marier dans une strate sociale supérieure à celle dont elle est issue.

2Le sujet étant d’importance, la littérature comporte de très nombreux ouvrages s’intéressant à ce sujet et en offre de multiples illustrations. Trois filles à marier, de Madame de Stolz, permet de définir les qualités souhaitables à toute bonne épouse :

  • 4 Madame de Stolz, Trois filles à marier, Paris, Delhomme et Briguet, 1886, p. 64.

Qu’on ait étudié assez pour ne pas toujours parler chiffons, pour aimer à lire autre chose que des romans […], qu’on ait quelques talents, non d’artiste, mais d’amateur, de manière à occuper agréablement ses loisirs ; qu’on sache coudre. […] Qu’on soit bonne, aimable, courageuse, vaillante, qu’on puisse conduire un ménage, élever des enfants, œuvre principale ! Puis, à l’occasion, organiser un dîner, une soirée, un voyage…4

  • 5 Madame la Comtesse de Bassanville, L’entrée dans le monde ou les souvenirs de Germaine, Paris, Lib (...)
  • 6 Jeanne Sandol, Marthe, Paris, H. Gauthier, 1888, p. 138.
  • 7 Marie Deschard, pseudo. Marie Maryan, Les rêves de Marthe, Paris, Librairie Firmin Didot et Cie, « (...)
  • 8 Mathilde Aigueperse, Grande sœur, Paris, Lecoffre, 1893, p. 57.
  • 9 Gabrielle Hourbe, La discipline de l’amour : l’éducation sentimentale des filles et des garçons à (...)
  • 10 Madame de Stolz, op. cit., p. 30.
  • 11 Ibid., p. 50.

3L’ensemble de ces romans s’accorde à illustrer que la femme est faite pour mener « une vie utile » pour reprendre l’expression de la Comtesse de Bassanville5 et ne peut être « heureuse que du bonheur qu’elle donne et du sentiment des devoirs accomplis… »6. Ainsi, le mariage même sur le mode romanesque reste une affaire de raison et ne se perd guère dans les détours du sentiment amoureux. C’est « une erreur » comme le dénonce Marie Deschard dans Les rêves de Marthe « de croire que les hommes considèrent comme essentiel le besoin d’avoir à leurs côtés une compagne très spirituelle ou très savante »7, et « l’inclination raisonnée »8 évoquée par la sage Régine, personnage du roman de Mathilde Aiguerperse Grande sœur, reste la meilleure recette d’une union durable. Au bout du compte, ces histoires de mariage ressemblent peu à des histoires d’amour et comme le note Gabrielle Hourbe, « les demoiselles apprennent à faire abstraction de leurs plus secrètes aspirations pour s’appliquer à discerner le sentiment et l’homme les mieux adaptés au “bonheur” conjugal qu’on leur promet », et fait observer pour conclure que « l’amour est prudemment érigé en une discipline dont il convient de maîtriser la matière et les règles de conduite, et qu’il est dès lors possible d’enseigner »9. Cette discipline de l’amour est à l’œuvre dans la fiction et donne à voir des jeunes filles façonnées par une éducation dont aucun détail n’est laissé au hasard. Ainsi, Monsieur et Madame Delorges ont de grandes ambitions pour leur fille Séraphine, jeune héroïne de Trois filles à marier. Ils lui font subir un programme d’exception car, comme l’indique Madame de Stolz, « rien n’est sans importance dans le dossier d’une fille à marier »10. Elle sait lire à quatre ans, fait l’admiration du Casino de Trouville à huit, rayonne à seize, et éblouit à dix-huit. À ce terme, elle est prête, comme le disent ses parents, à faire « un mariage très riche »11. Pourtant, il ne s’agit pas de faire l’apologie d’un tel dispositif et sa réussite n’est qu’apparente. Séraphine ne peut constituer un modèle auquel il faudrait s’identifier, car comme son oncle le souligne :

  • 12 Ibid., p. 52.

[elle] manquait absolument de ce charme féminin qui ne se laisse voir que dans le secret du logis. Élevée pour le monde, elle jouait perpétuellement un rôle, et elle excellait pour peu qu’il fût brillant ; mais sous le simple costume de bonne maîtresse de maison, qui s’occupe réellement de ses principales affaires, elle eût été mauvaise pour employer le terme technique12.

  • 13 Francis Fleuriot-Kérinou, Zénaïde Fleuriot, sa vie, ses œuvres, sa correspondance, Paris, Hachette (...)
  • 14 Madame de Stolz, op. cit., p. 233.
  • 15 Ibid., p. 219.
  • 16 Ibid., p. 247.

4En réalité, Séraphine n’est qu’une enveloppe creuse dont la mère a négligé de creuser « le sillon de la famille ». Dès lors, on comprend que le « formatage » ne vaut que s’il est exercé par une mère qui a l’ambition de faire de sa fille une épouse vertueuse et non une femme brillante en société. Ce n’est pas le cas d’Émilienne qui triomphe dans l’éducation qu’elle inculque à sa fille Évangéline, troisième héroïne de ce même roman de Madame de Stolz. Elle a pour avantage de vivre en province et d’offrir à sa fille un cadre éducatif en accord avec les principes qu’elle souhaite lui inculquer. Il est d’ailleurs frappant d’observer, au travers de ces ouvrages, combien Paris constitue un facteur contaminant et semble empêcher une éducation adaptée aux jeunes personnes. La petite parisienne est nécessairement plus futile et n’est pas toujours en mesure d’acquérir le discernement souhaitable à toute future épouse. Ce sentiment dépasse la fiction puisque Zénaïde Fleuriot en faisait déjà état dans sa correspondance et témoignait de « l’étourdissement »13 qu’elle ressentait dès lors qu’elle séjournait dans la capitale. Évangéline a la chance d’avoir été élevée dans la petite ville de Ploërmel, qui compte alors 5 000 âmes, et « privée des fêtes brillantes que les jeunes filles rencontrent dans les grandes villes, elle n’en avait nulle idée et nul besoin »14. Ignorante de ce qui se passe ailleurs, Évangéline a pour seule référence sa mère dont le mari dit d’elle avec fierté qu’« elle sait faire d’une heure deux heures, et d’un franc deux francs »15. Là encore le façonnage est à l’œuvre, mais sur un mode positif. Émilienne est une mère exemplaire qui a fait de sa fille « un diamant à facettes »16 dont elle a assuré la taille. Comme dans le cas de Séraphine, il s’agit d’une entreprise de longue haleine mais cette fois-ci pensée d’une façon moins ostentatoire. Cette éducation est le « grand œuvre » d’une figure maternelle qui a veillé sans relâche et des années durant à ce que sa fille acquière les rudiments nécessaires à sa future vie d’épouse, et développe parallèlement des qualités de cœur afin de devenir une bonne mère. Ainsi, Évangéline est parfaite et donne grande satisfaction à ses parents. Elle sait se contenter de peu et adopter son comportement en toutes circonstances. Tout en elle n’est que perfection : aquarelle, chant, pâtisserie, couture. On observe par ailleurs une parfaite harmonie dans tout ce qui constitue la cellule familiale, la maison est « jolie », la servante a « une bonne tête », les aquarelles accrochées aux murs sont « délicieuses », et la mère par extension bien qu’affichant la quarantaine a encore « un charme fort aimable ». S’ajoute à cela une totale complicité entre la mère et la fille que l’on perçoit dès lors que « leurs regards se croisent ». Cette fois-ci, Madame de Stolz tente bien en offrant cette image d’Épinal à ses jeunes lectrices de faire l’apologie du mariage réussi et heureux. La manœuvre est simple et se fait par le prisme de la maternité. On comprend qu’une femme, pour être épanouie en ménage, doit avant tout s’investir dans son rôle de mère. Émilienne en témoigne, déclarant à propos de la demeure familiale :

  • 17 Madame de Stolz, op. cit., p. 169.

Nous l’aimons beaucoup ; c’est là qu’est née Évangéline. La mère résumait par ce mot, toute l’histoire de sa maison, […] l’enfant remplissait cette maison toute entière, l’animait, l’égayait. Évangéline ! C’était le dernier mot de tout17.

5De même, cette complicité mère/fille atténue l’instrumentalisation de la jeune fille et va même jusqu’à la légitimer. Partant, elle met fin à toute opposition qui pourrait naître chez une jeune personne peu docile et inscrit la littérature, qui se met en charge de l’illustrer, dans un dispositif démonstratif qui cherche à prouver que les jeunes demoiselles doivent se soumettre sans partage à leur mère et ne pas les contrer. Cela ne vaut évidemment que dans le cas de mères « acceptables », lorsque cela n’est pas le cas, la fiction rétablit l’ordre des choses.

6Si les romans de mariage justifient les moyens utilisés pour arriver à ces fins, ils ne masquent pas pour autant les difficultés que peut comporter la recherche du candidat idéal. Ainsi certains facteurs créent de la tension. En premier lieu, il convient de relever le problème du temps qui passe et qui soumet l’épouse potentielle à la dictature du vieillissement. Cette « course contre la montre », qui accompagne souvent la recherche d’un mari, prend parfois un caractère obsessionnel chez certaines mères :

  • 18 Julie Lavergne, Lydie Dartel, Tours, Alfred Mame et fils, 1889, p. 115.

La dame y pensait jour et nuit, mais elle oubliait complètement que sa fille, à force d’aller dans le monde, avait perdu la santé, la fraîcheur, et ces grâces naïves qui sont le plus grand charme d’une jeune personne18.

7explique Julie Lavergne dans son roman Lydie Dartel. La situation est encore plus critique lorsque la jeune personne n’a pas toute la grâce requise, comme c’est le cas d’Eudoxie Dumont-Pinchon qui

  • 19 Ibid., p. 111.

était de ces jeunes personnes que nulle toilette ne réussit à embellir. Ni brune, ni blonde, ni grande, ni petite, ni bien ni mal faite, ni bonne ni méchante, ses malicieuses compagnes de pension l’avaient surnommée le magasin des négations19.

8Cependant dans le registre des filles « difficiles à marier », le poids le plus lourd à porter pour la jeune demoiselle, reste sans doute celui de l’héritage familial. Ses origines et sa réputation ne doivent comporter aucune part d’ombre. Ainsi, Lydie Dartel, qui incarne en vertu de ses qualités une figure très positive de future mariée, se voit freinée dans ses projets, sa mère ayant choisi d’embrasser une carrière d’actrice. Lionel, l’époux potentiel au profil idéal, tente de se rassurer quant au bien fondé de son union avec Lydie en déclarant :

  • 20 Julie Lavergne, op. cit., p. 58.

Mais sa mère a toujours eu la réputation d’une honnête femme.
D’ailleurs, elle n’est entrée au théâtre qu’à l’étranger, et sous un autre nom que celui du père de Mlle Lydie. Personne ne sait que Mme Dartel et Palma Reichoff n’étaient qu’une seule et même personne.
D’ailleurs, elle est morte, et ce n’est pas elle qui a élevé sa fille20.

  • 21 Ibid., p. 52.
  • 22 Ibid., p. 111.
  • 23 Zénaïde Fleuriot, Raoul Daubry, Paris, Hachette, 1879, p. 10.
  • 24 Ibid., p. 71.

9En définitive, la seule chose qui puisse sauver Lydie est de ne pas avoir été éduquée par sa propre mère. À toutes ces difficultés, liées au temps qui passe, à une mauvaise inclination de la nature, à des origines peu reluisantes, à des problèmes familiaux, se greffe un obstacle majeur : celui de la dot. Nombreuses sont les héroïnes de ces romans qui, bien que fort aimables et bien faites de leur personne, voient leur avenir sous de sombres auspices, celle-ci leur faisant défaut. Le mariage relève alors, tel que le dit Éléonore, amie la plus proche de Lydie Dartel, de « la providence »21. En effet, et comme le souligne Monsieur de Martinvast, toujours dans ce même roman : « une fille doit surtout avoir de beaux yeux… à sa cassette »22. Ainsi, la jeune Charlotte, héroïne du roman de Zénaïde Fleuriot, Raoul Daubry, bien que « charmante »23 et nourrissant de tendres sentiments pour le Comte d’Aulnoy, ne peut envisager une union avec lui en raison de sa faible dot. Elle en fait d’ailleurs le constat en rapportant avec lucidité « que l’on admire beaucoup les jeunes filles sans dot qui ont une certaine beauté et un certain esprit mais qu’on ne les épouse jamais ». Elle envisage, quant à elle, de se faire « religieuse »24 pour contourner le problème. La dot constitue un élément majeur du mariage et une fille qui en est dépourvue part avec un fort handicap.

  • 25 Gabrielle Hourbe, op. cit., p. 299.
  • 26 Zénaïde Fleuriot, op. cit.
  • 27 Gabrielle Hourbe, op. cit., p. 296.
  • 28 Ibid., p. 189.
  • 29 Ibid., p. 296.

10Comme nous l’avons déjà mentionné, le mariage d’une jeune fille est un acte extrêmement codifié pour lequel chaque paramètre est pensé. Il en va de même pour les lieux où il se joue, « espaces distincts »25, évoqués par Gabrielle Hourbe. Ainsi, tous les ouvrages qui en font leur motif narratif se déroulent-ils dans des salons, ou sont-ils axés autour de scènes de bal où les jeunes gens sont susceptibles de se rencontrer, bien que la part du hasard soit pratiquement inexistante. De même, parallèlement aux mères qui œuvrent pour marier leurs filles au mieux, on voit souvent apparaître des femmes charismatiques qui orchestrent les scènes se déroulant dans ces lieux. Une des plus caricaturales est sans doute Madame Guerblier dans Raoul Daubry26 qui, depuis le salon de son hôtel particulier du Boulevard des Invalides où elle reçoit le lundi, organise la vie sociale de son entourage et joue le « rôle actif et influent » dans le « jeu amoureux » dont parle Gabrielle Hourbe27 à propos de ces endroits très convoités au XIXe siècle. Elle exerce des pressions considérables sur les personnes qui le fréquentent, dont elle peut faire et défaire la réputation tout à loisir. Gabrielle Hourbe note que faire les honneurs d’un salon pour une jeune fille est « un exercice qui n’a rapidement plus de secret pour elle »28. Les plus futées comprennent également très vite que mieux vaut s’attirer les grâces de celle qui reçoit. Ils trouvent un prolongement dans la fréquentation des promenades, notamment celle de Longchamp à Boulogne, qui représentent alors « un haut lieu de représentation sociale et de mondanité »29, de l’opéra ou du théâtre. Tous ces endroits donnent l’occasion à une jeune fille en quête de mari de se faire remarquer, apprécier et convoiter.

  • 30 Mathilde Aigueperse, op. cit., p. 69.
  • 31 Mathilde Aigueperse, op. cit., p. 69.
  • 32 Zénaïde Fleuriot, Tranquille et Tourbillon, Paris, Hachette, 1880.

11Ces manœuvres trouvent leur acmé dans l’épisode du bal, moment crucial pour la plupart d’entre elles, dont la finalité est acceptée par tous ceux appelés à le fréquenter. Les descriptions de scènes de bal, quasi incontournables dans les ouvrages destinés à ces jeunes lectrices sont sans surprise. Mathilde Aigueperse ne cède pas à la règle dans Grande sœur en évoquant un bal de bienfaisance où l’on peut voir « une foule élégante et choisie » qui « se pressait dans les immenses salons, unanime à vanter le choix de l’orchestre, l’aménagement du buffet, les parfums des fleurs, tout en dansant “pour les pauvres” avec une joie réelle… »30. Ils se succèdent et se ressemblent mais restent quand même très attendus. Ainsi, même lorsque certains y vont sans grand enthousiasme comme c’est le cas de Paul, concernant la réception que nous venons d’évoquer, il ne manque pas et ce, malgré sa lassitude, de remarquer parmi une cohorte de « pauvres filles » qu’il juge « horribles », affublées « de robes blanches et de guirlandes de pâquerettes », une jeune demoiselle « petite, frêle, mais souverainement élégante […] avec une splendide chevelure blonde encadrant un visage aux traits fins et réguliers… »31. Le bal reste sans conteste l’endroit le plus favorable à la réalisation du projet. La preuve en est que l’on se désespère lorsque des jeunes filles comme Lydie Dartel, que nous avons déjà évoquée, ou Béatrix dans l’ouvrage de Zénaïde Fleuriot Tranquille et Tourbillon32, n’ont aucun goût pour l’exercice. Trouver un mari devient alors encore plus délicat.

  • 33 Marie Guerrier de Haupt, La cousine Lisbeth, Limoges, Eugène Ardant et Cie, 1890, p. 50.

12En se mariant, la jeune fille accepte avec résignation et compréhension de passer de la tutelle de sa mère à celle de son époux. Ce dernier est en telle position de force qu’il va parfois ériger des défauts en qualités pour affirmer une puissance qui lui est pourtant totalement acquise socialement. Cet état de fait est remarquable dans toutes les couches de la société et c’est ainsi que nous voyions Lucien envisager son prochain mariage avec Madeleine en lui proposant : « […] vous n’aurez à vous occuper que du soin de notre petit ménage, et vous quitterez ce magasin, où tout le monde a le droit de venir vous parler, ce qui me déplait fort, car vous savez que je suis jaloux… »33.

  • 34 Marie Lescot, Un peu, beaucoup, passionnément, Paris, Librairie Hachette et Cie, « Petite biblioth (...)
  • 35 Marie Lescot, op. cit., p. 79.
  • 36 Zénaïde Fleuriot, Sans beauté, Paris, Hachette, 1862.

13Les romans de mariage s’accordent à illustrer que le monde de l’intime s’articule autour du personnage de l’épouse, et plus particulièrement autour de celui de la mère, mais que le ton est donné par le mari. C’est ce que l’on peut observer dans l’ouvrage de Marie Lescot, Un peu, beaucoup, passionnément, qui met en scène Monsieur de Varsange, vieux veuf éploré, remarié depuis peu à la jeune et jolie Laurence Bertin. Cet époux d’un autre âge et usé par le chagrin ne « cadre » pas dès le début sa jeune épouse et manque de discernement quant à la viabilité de leur union. « Son humeur morose », dont il pressent qu’elle ne convient pas à « un nouveau marié », en fragilise les fondements et le pousse à inviter sa jeune épouse « à sortir, à se distraire », tout en avouant plus tard, qu’il « fut un tort » de « ne la suivre que rarement »34. Les effets ne se font guère attendre, la jeune femme prend goût « au mouvement », « au plaisir » et les « habitudes mondaines » viennent déliter leurs relations. Ce mari délaissé se replie peu à peu dans un échec matrimonial dont il se sent responsable, n’ayant su imposer dès le début une ligne de force à sa nouvelle union. La situation devient peu à peu incontrôlable et leur mariage ne sert plus qu’à offrir un cadre de débauche à la jeune femme qui se trouve en manque de repères. Le château où ils demeurent prend des allures de « Tour de Babel », fréquenté par de « jeunes freluquets parisiens qui ne respectent rien » et dans lequel « le désordre règne »35. Ainsi, le mari doit s’imposer en maître et, s’il vient à défaillir, le mariage ne peut y résister. Cette défaillance n’est pas toujours aussi appuyée que dans le cas de Monsieur de Varsange, mais, même lorsqu’elle reste ténue, elle a des conséquences désastreuses sur le mariage. La très futile Madame Perceval, dans Sans beauté de Zénaïde Fleuriot36, en témoigne. Son union aurait pu être parfaite, si elle n’avait commis l’erreur d’épouser un homme effacé et trop affecté par un récent veuvage, pour apporter les fondements nécessaires à son épanouissement. Très vite le mariage tourne au fiasco, les deux époux s’éloignent l’un de l’autre, l’un se réfugiant dans sa bibliothèque et l’autre dans sa garde-robe, laissant place à un abîme d’incompréhension. Les exemples de cette nature sont suffisamment nombreux pour avancer qu’une jeune mariée ne peut endosser son rôle avec aisance que si l’homme qu’elle a épousé est capable d’en fixer le cadre. Le mariage, institution sociale totalement codifiée, ne peut en aucun cas supporter le moindre dysfonctionnement, et dès lors que l’un des protagonistes ne joue pas correctement sa partition, il remet en cause sa viabilité. Il ne constitue plus alors qu’un champ de ruines où le désenchantement s’incarne jusque dans les moindres détails. Cet éloignement des deux époux s’accompagne de déception et, surtout, met à jour le décalage entre la vie rêvée et la vie ordinaire. De même, il se produit de façon quasi systématique lorsque l’épouse ne s’investit pas suffisamment dans sa tâche première mais se laisse attirer par les sirènes de la frivolité. Ainsi et presque fatalement, un mari s’éloigne de sa femme lorsqu’il la juge trop superficielle, car elle ne peut plus alors incarner l’image de l’épouse idéale et endosser le rôle de mère. On peut penser que ce genre d’illustration sonne comme une mise en garde auprès des futures jeunes épousées, sensée les inviter à se centrer davantage sur le monde intime de leur foyer si elles souhaitent conserver un mari à leurs côtés. Le désenchantement n’est pas représenté avec fatalisme mais plutôt comme la conséquence d’une attitude inadaptée. In fine, si une jeune mariée est trop frivole, elle encourt le désintérêt de son mari et ne pourra assumer son rôle de mère, et par extension, si elle n’est pas en mesure d’assumer son rôle de mère, alors elle se réfugiera dans la frivolité provoquant ainsi l’éloignement du mari. Le message est clair et ne laisse guère place à la fantaisie, d’après ce qu’en disent les ouvrages destinés aux jeunes personnes du XIXe siècle. Pour être heureuse en ménage, il n’y a qu’une solution : être une bonne épouse pour être une bonne mère, et inversement, être une bonne mère pour être une bonne épouse.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aigueperse Mathilde, Grande sœur, Paris, Lecoffre, 1893.

Badinter Élisabeth, L’amour en plus, Paris, Flammarion, 1980, « Le Livre de poche », 1982.

Bassanville Anaïs (comtesse de), L’entrée dans le monde ou les souvenirs de Germaine, Paris, Librairie d’éducation, 1878.

Deschard Marie, Les rêves de Marthe, Paris, Librairie Firmin Didot et Cie, « Bibliothèque des mères de famille », 1879.

Fleuriot Zénaïde, Sans beauté, Paris, Hachette, 1862.

Fleuriot Zénaïde, Raoul Daubry, Paris, Hachette, 1879.

Fleuriot Zénaïde, Tranquille et Tourbillon, Paris, Hachette, 1880.

Fleuriot-Kerinou Francis, Zénaïde Fleuriot, sa vie, ses œuvres, sa correspondance, Paris, Hachette, 1898.

Guerrier de Haupt Marie, La cousine Lisbeth, Limoges, Eugène Ardant et Cie, 1890.

Heinich Nathalie, États de femme : l’identité féminine dans la fiction occidentale, Paris, Gallimard, « NRF essais », 1996.

Hourbe Gabrielle, La discipline de l’amour : l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, Paris, Plon, 1997.

Lavergne Julie, Lydie Dartel, Tours, Alfred Mame et fils, 1889.

Lescot Marie, Un peu, beaucoup, passionnément, Paris, Librairie Hachette et Cie, « Petite bibliothèque de la famille », 1895.

Martin-Fugier Anne, La bourgeoise au temps de Paul Bourget, Paris, Grasset, 1983.

Sandol Jeanne, Marthe, Paris, H. Gauthier, 1888.

Stolz (Madame de), Trois filles à marier, Paris, Delhomme et Briguet, 1886.

Notes

1 Nathalie Heinich, États de femme : l’identité féminine dans la fiction occidentale, Paris, Gallimard, « NRF essais », 1996, p. 37.

2 Anne Martin-Fugier, La bourgeoise au temps de Paul Bourget, Paris, Grasset, 1983, p. 16.

3 Élisabeth Badinter, L’amour en plus, Paris, Flammarion, 1980, « Le Livre de poche », 1982, p. 53.

4 Madame de Stolz, Trois filles à marier, Paris, Delhomme et Briguet, 1886, p. 64.

5 Madame la Comtesse de Bassanville, L’entrée dans le monde ou les souvenirs de Germaine, Paris, Librairie d’éducation, 1878, p. 16.

6 Jeanne Sandol, Marthe, Paris, H. Gauthier, 1888, p. 138.

7 Marie Deschard, pseudo. Marie Maryan, Les rêves de Marthe, Paris, Librairie Firmin Didot et Cie, « Bibliothèque des mères de famille », 1879, p. 53.

8 Mathilde Aigueperse, Grande sœur, Paris, Lecoffre, 1893, p. 57.

9 Gabrielle Hourbe, La discipline de l’amour : l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, Paris, Plon, 1997, p. 373.

10 Madame de Stolz, op. cit., p. 30.

11 Ibid., p. 50.

12 Ibid., p. 52.

13 Francis Fleuriot-Kérinou, Zénaïde Fleuriot, sa vie, ses œuvres, sa correspondance, Paris, Hachette, 1898, p. 76.

14 Madame de Stolz, op. cit., p. 233.

15 Ibid., p. 219.

16 Ibid., p. 247.

17 Madame de Stolz, op. cit., p. 169.

18 Julie Lavergne, Lydie Dartel, Tours, Alfred Mame et fils, 1889, p. 115.

19 Ibid., p. 111.

20 Julie Lavergne, op. cit., p. 58.

21 Ibid., p. 52.

22 Ibid., p. 111.

23 Zénaïde Fleuriot, Raoul Daubry, Paris, Hachette, 1879, p. 10.

24 Ibid., p. 71.

25 Gabrielle Hourbe, op. cit., p. 299.

26 Zénaïde Fleuriot, op. cit.

27 Gabrielle Hourbe, op. cit., p. 296.

28 Ibid., p. 189.

29 Ibid., p. 296.

30 Mathilde Aigueperse, op. cit., p. 69.

31 Mathilde Aigueperse, op. cit., p. 69.

32 Zénaïde Fleuriot, Tranquille et Tourbillon, Paris, Hachette, 1880.

33 Marie Guerrier de Haupt, La cousine Lisbeth, Limoges, Eugène Ardant et Cie, 1890, p. 50.

34 Marie Lescot, Un peu, beaucoup, passionnément, Paris, Librairie Hachette et Cie, « Petite bibliothèque de la famille », 1895, p. 71.

35 Marie Lescot, op. cit., p. 79.

36 Zénaïde Fleuriot, Sans beauté, Paris, Hachette, 1862.

Auteur

Effectue son doctorat en littérature française, sous la direction de Françoise Mélonio, Paris IV-Sorbonne. Elle a publié « Le roman de poupée ou du modelage des consciences », dans La Revue des livres pour enfants, avril 2005, no 222 ; « Le succès d’une femme auteur : le cas Zénaïde Fleuriot » dans Histoires littéraires, Janvier-février 2006, no 25, et a participé au Dictionnaire du livre de jeunesse, sous la direction d’Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot, Éditions du Cercle de Librairie, à paraître.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540