Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Corps et éducation

Présentation

Françoise Simonnet-Tenant

Texte intégral

  • 1 Michelle Perrot, « Les intellectuelles dans les limbes du XIXe siècle », Nicole Racine et Michel T (...)

1« On instruit les garçons, tandis qu’on éduque les filles1. » Au chapitre de l’instruction, l’État n’a rien prévu pour elles jusqu’au milieu du XIXe siècle : la loi Falloux instaure en 1850 l’ouverture d’une école de filles dans chaque commune de plus de huit cents habitants et c’est seulement en 1867 que Victor Duruy ose la création de cours secondaires pour les jeunes filles de bonne famille. Les réticences à l’instruction des filles ne signifient pas pour autant que l’on ne se préoccupe pas de leur éducation : les soins des mères, la tutelle de l’Église puis les préceptes des médecins y pourvoient.

  • 2 La Science du monde, politesse, usages, bien-être, Paris, J. Lecoffre, 1859, p. 18 (cité dans Phil (...)

2La vague de l’hygiénisme véhicule une norme où le corps devient le siège de la morale : dès le XVIIIe siècle, la médecine a développé une réflexion d’ordre moral et prescriptif sur ce que doit être le bon modèle de la fille et de l’épouse. Les préceptes médicaux, vulgarisés, sont véhiculés par les manuels de savoir-vivre : « Une femme propre et soigneuse, déclare la comtesse de Bassanville, est presque toujours une femme honnête et vertueuse […]2. » Pour Juan Jiménez-Salcedo, la démarche de l’hygiénisme se situe, à la fin du XVIIIe siècle, dans un processus de découverte progressive du corps par la science. L’hygiénisme est une science prescriptive, et c’est là que se trouve son lien avec l’éducation. Les médecins hygiénistes, convaincus du lien entre santé physique et vertu morale, veulent éduquer les femmes à travers un système de protection de leur corps. Les travaux sur l’hygiène conjugale traitent du rôle conféré à la femme dans le cadre du couple marital. Tel est par exemple le cas de Jean-André Venel et de son Essai sur la santé des filles destinées au mariage (1776) dans lequel sont examinées les conditions préalables nécessaires à une maternité saine. Le mariage apparaît comme le mode obligé d’existence de la femme après la puberté tandis que le célibat fait l’objet d’une méfiance généralisée. Les médecins s’engagent volontiers dans une caractérisation pathologique du corps féminin dont la faiblesse physiologique prétendue favoriserait des troubles tels que les vapeurs ou la nymphomanie. Le regard physiologique porté sur les « maladies des femmes » n’exclut pas la prise en considération de l’imagination dont l’« échauffement » ne serait pas sans danger. Les médecins, qui se font souvent moralistes, redoutent les ravages du roman sur l’imagination féminine, que l’on n’hésite pas à charger des pires maux dont les fameux troubles nymphomanes. Aussi convient-il de mettre dans les mains des jeunes filles une littérature appropriée et modélisatrice.

  • 3 Rappelons que l’essoufflement du roman épistolaire vers 1840 a été relayé par l’incursion de la te (...)
  • 4 Cité par Philippe Lejeune, Le moi des demoiselles, Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, É (...)
  • 5 Le Journal d’Eugénie de Guérin, vanté par Barbey d’Aurevilly, Lamartine, Sainte-Beuve, Montalember (...)

3L’on sait qu’il est deux moments essentiels dans le destin d’une jeune fille au XIXe siècle : la première communion et le mariage. Ces deux moments sont largement mis en scène dans la littérature destinée aux jeunes filles bourgeoises du XIXe siècle. En 1858 est publié un roman-journal3, appelé à faire date, le Journal de Marguerite (ou Les Deux Années préparatoires à la première communion) de Mlle Monniot. Cette dernière propose au jeune lectorat féminin l’histoire de Marguerite, de sa dixième à sa douzième année, années d’attente du rite solennel de la première communion. L’histoire, racontée sous la forme d’un journal, va exercer une influence importante sur les petites filles et jeunes filles à venir en proposant un modèle d’écriture inscrit dans une perspective édifiante. L’institutrice demande à Marguerite de tenir un journal qui ressemble « à une confession » et qui soit « aussi sincère, aussi complet, aussi sacré4 ». Le succès de l’ouvrage est tel qu’il appelle une suite, Marguerite à vingt ans (1861), qui s’achève avec l’entrée de Marguerite au couvent et la clôture du journal. La réalité redouble la fiction, fournissant aux jeunes filles devenues jeunes femmes, d’authentiques journaux chrétiens dont le clergé recommande la lecture, tel le Journal d’Eugénie de Guérin5. Autre motif central de la littérature destinée aux jeunes filles bourgeoises : le mariage. En un siècle où le choix de l’époux est le moment décisif de l’existence d’une jeune fille et l’horizon de son éducation, le corpus particulier des « romans de mariage », présenté par Laurence Chaffin, est lu assidûment. Pour toute jeune fille du XIXe siècle, le mariage est la voie royale, offrant la possibilité d’acquérir une identité et d’endosser le rôle de mère qui légitime la place de la femme dans la société. Dans ce contexte, la littérature offre aux jeunes lectrices des modèles auxquels s’identifier. Même sur le mode romanesque, le mariage est représenté comme une affaire de raison et l’amour comme une discipline.

  • 6 Michelle Perrot, op. cit., p. 105.

4Dans ce trajet très codifié et contraignant qu’est un destin féminin, il est néanmoins des individus pour ouvrir des brèches, des filles au caractère bien trempé pour affirmer leur désir d’autonomie intellectuelle. « Dans l’appropriation des savoirs, les femmes ont déployé un immense effort d’autodidaxie, notamment par la lecture privée, par cette “école de la chambre” dont, dès le XVIIe siècle, la philosophe bourguignonne Gabrielle Suchon vantait les mérites6. » C’est à trois destins singuliers que s’intéresse Geneviève Guilpain, ceux de Justine Guillery (1789-1848), de Claire Pic (1848-1931) et de Catherine Pozzi (1882-1934). Les écrits de ces trois femmes (mémoires et journaux intimes) esquissent des parcours certes différents, mais où s’expriment une rébellion contre les savoirs réservés aux filles et la volonté d’une certaine autonomie intellectuelle. Si Claire Pic ne semble pas avoir pu échapper au contrôle paternel, Justine Guillery et Catherine Pozzi ont choisi la voie autodidacte pour se forger leur propre culture et se créer une identité originale en rupture avec les modèles proposés de « l’ange du foyer » et de la femme raisonnablement instruite. Leurs parcours illustrent les difficultés auxquelles ont été confrontées des femmes, avides de connaissances intellectuelles et peu soucieuses de se conformer à un ordre social rassurant. L’on sait que le XIXe siècle et le début du XXe siècle n’ont pas épargné celles qui osaient ainsi affirmer leur soif de savoir et leurs ambitions intellectuelles, celles que l’on appelait bas-bleus et que l’on moquait.

  • 7 Anne Martin-Fugier, La bourgeoise, [Grasset & Fasquelle, 1983], Paris, Hachette Littératures, 2007 (...)

5C’est sans doute dans ce contexte qu’il faut replacer l’exergue de l’ouvrage d’Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères à l’étranger et en France (1908) : « Ni bas-bleu ni pot-au-feu ». « Pour n’être pas un bas-bleu, il est donc nécessaire qu’une fille qui fait des études mâtine de pratiques ménagères ses activités intellectuelles. Inversement, le pot-au-feu réclame de l’intelligence, et les livres d’enseignement ménager affirment tous qu’il en faut pour être une bonne maîtresse de maison7. » D’ailleurs on n’hésite pas à parler de « science du ménage », et cette dernière fait l’objet d’un enseignement et d’une réflexion pédagogique. C’est ce dont témoigne l’intervention de Sandrine Roll consacrée au projet d’Anna Thieck. Au tournant des XIXe et XXe siècles, on considère que la « science du ménage » n’est pas innée et qu’elle doit faire l’objet d’un apprentissage méthodique. La première école ménagère française serait due à madame Doyen-Doublié (1836-1878). Par son testament Amélie Doyen-Doublié lègue à la ville de Reims une rente de mille francs destinée à récompenser les efforts tentés en faveur du développement de l’éducation des femmes. Des prix sont alors attribués tous les cinq ans aux auteures laïques d’ouvrages qui proposent les meilleures actions pour « vulgariser dans les classes laborieuses les préceptes de l’économie domestique et de l’accomplissement des devoirs familiaux ». En 1899, le sujet proposé au concours est le suivant : « Comment conviendrait-il d’organiser l’enseignement pratique du ménage dans les écoles que fréquentent les enfants de la classe ouvrière ? » Sandrine Roll analyse la réponse d’Anna Thieck, institutrice socialiste adhérant à certaines idées féministes. Si l’essai exalte la figure de la mère-éducatrice, il démontre que les femmes, pour accomplir cette fonction, doivent être autonomes moralement et financièrement. Le projet d’éducation des femmes pauvres d’Anna Thieck vise à inculquer une morale sociale non religieuse qui garantisse un dévouement volontaire, et il comporte des propositions novatrices : promouvoir les exercices sportifs, combler l’ignorance des femmes sur le fonctionnement de leur propre corps, donner la priorité à la réflexion sur les exercices de mémoire…

6Ces quatre interventions mettent en évidence les contraintes diverses qui pèsent sur les existences féminines. Néanmoins les modèles et préceptes imposés ne peuvent masquer totalement les prémices de l’autonomisation des femmes, tentatives qui restent souvent le fait de pionnières, agissant dans une relative solitude.

Notes

1 Michelle Perrot, « Les intellectuelles dans les limbes du XIXe siècle », Nicole Racine et Michel Trebistch (dir.), Intellectuelles, Du genre en histoire des intellectuelles, Paris, Éd. Complexe, 2004, p. 103.

2 La Science du monde, politesse, usages, bien-être, Paris, J. Lecoffre, 1859, p. 18 (cité dans Philippe Perrot, Le corps féminin, XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Seuil, 1984, p. 108).

3 Rappelons que l’essoufflement du roman épistolaire vers 1840 a été relayé par l’incursion de la technique diariste dans la fiction.

4 Cité par Philippe Lejeune, Le moi des demoiselles, Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Éd. du Seuil, 1993, p. 358.

5 Le Journal d’Eugénie de Guérin, vanté par Barbey d’Aurevilly, Lamartine, Sainte-Beuve, Montalembert, a été publié en 1862. En 1925, l’on en est déjà à la cinquante-neuvième édition.

6 Michelle Perrot, op. cit., p. 105.

7 Anne Martin-Fugier, La bourgeoise, [Grasset & Fasquelle, 1983], Paris, Hachette Littératures, 2007, p. 264.

Auteur

Maître de conférences. Université de Villetaneuse-Paris XIII

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540