Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

L’éducation des filles aux XVIe et XVIIe siècles

La relation au savoir d’une femme du début du XVIIe siècle

Mireille Habert

Resumen

L’originalité de Marie de Gournay n’est pas d’avoir été une femme de lettres à une époque où le savoir est encore refusé aux femmes. C’est d’avoir osé avouer sa formation d’autodidacte et, malgré tous les obstacles, d’avoir consacré sa vie à revendiquer pour les femmes le droit à l’instruction et à l’échange des idées. Il importe de rendre justice à son œuvre d’éditrice, de traductrice et d’écrivain, et d’admirer la ténacité avec laquelle elle n’a cessé de témoigner de sa confiance dans la fréquentation des Lettres considérée comme le meilleur moyen de progrès pour les femmes.

The originality of Marie de Gournay is not to have been a woman of letters in a period when knowledge was still refused to the women. It is to have dared to admit her self-taught’s formation and, in spite of all the obstacles, dedicated her life to claiming for women the right to education and to the exchange of the ideas. It is important to do justice to her work as an editor, a translator, and a writer, and admire the tenacity of this woman who kept giving evidence of the value for women of the company of Letters as the best way to advance.

Texto completo

  • 1 Voir l’ouvrage de Michèle Fogel, Marie de Gournay, Paris, Fayard, 2004.

1Marie Le Jars de Gournay1 n’a pas toujours été pour ses contemporains ce qu’elle est pour nous aujourd’hui, la « fille d’alliance » de Montaigne, l’éditrice attentive des Essais. Le nouveau type de femme qu’elle incarne en son siècle, à savoir la femme de lettres, se confond encore dans les esprits avec celui, souvent ridiculisé, de la « femme savante ». En 1638, l’auteur de la Comédie des Académistes la représente telle une « vieille sybille ridicule » qui s’obstinerait, face à Boisrobert et Serisay, à défendre les mots archaïques et exaspérer tout le monde à force de se réclamer de Montaigne :

  • 2 Saint-Evremond, La comédie des Académistes, pour la reformation de la langue française, Édition En (...)

Montaigne haïssait les menteurs et les fous.
Poursuivez, savantaux, à réformer la langue2.

  • 3 Voir Gisèle Mathieu-Castellani, « La quenouille ou la lyre : Marie de Gournay et la cause des femm (...)

2Il est vrai que Marie de Gournay n’a cessé de défendre contre les railleurs le droit des femmes au loisir studieux, l’otium, reconnu seulement aux dames de la plus haute société3. À la fois philologue, traductrice, poète, prosatrice, son œuvre illustre le combat mené par une femme contre les préjugés liés à sa condition de femme, d’une plume devenue le porte-parole du « grief des dames ».

3À travers l’examen des étapes de sa formation intellectuelle et de son cheminement dans le monde des lettres, nous nous proposons de voir par quels traits Marie de Gournay mérite d’être considérée comme une pionnière dans le combat des femmes pour l’accès au savoir.

La reconnaissance des esprits

  • 4 Marie de Gournay, Préface à l’édition des Essais, dans Michel de Montaigne, Les Essais, Édition di (...)

4« J’étais toute semblable à mon Père : je ne puis faire un pas, soit écrivant, ou parlant, que je ne me trouve sur ses traces : et crois qu’on cuide souvent que je l’usurpe »4. Les termes auxquels Marie de Gournay a recours, pour évoquer l’amitié singulière qui l’a un jour unie à Montaigne, sont les termes mêmes utilisés par Montaigne pour évoquer son amitié unique à l’égard d’Etienne de La Boétie. Lorsqu’elle se remémore ses premières réactions à la lecture des Essais, elle parle de « sympathie fatale », comme Montaigne parle de « force inexplicable et fatale » pour décrire l’élan de son âme vers celle de La Boétie. En 1595, dans la Préface des Essais, Marie de Gournay avoue :

  • 5 Ibid., p. 13.

On était prêt à me donner de l’ellébore, lorsque, comme ils me furent fortuitement mis en main au sortir de l’enfance, ils me transissaient d’admiration5.

5Séduite par le livre avant même d’avoir rencontré l’homme, obligée de patienter deux ans avant de pouvoir enfin recevoir directement de lui « toute la gloire, la félicité et l’espérance d’enrichissement de [s]on âme », Marie de Gournay a le bonheur, à vingt-trois ans, d’obtenir de Montaigne une rencontre à Paris, bientôt suivie d’un séjour de deux mois de Montaigne dans la propriété familiale de Gournay, en Picardie. Marie assiste alors à l’important travail de correction auquel s’attache Montaigne à partir de l’été 1588, dès la sortie des Essais des presses d’Abel l’Angelier. Pendant son séjour, Montaigne lui confie la tâche de noter sous sa dictée les corrections destinées aux chapitres XXII et XXIII du livre I, et XXI du livre II. La fin du chapitre XVII du livre II fait part de l’étonnement ressenti par Montaigne à l’égard de sa nouvelle secrétaire :

  • 6 Les Essais de Michel de Montaigne, Villey-Saulnier (éd.), Paris, PUF, 1963, p. 662.

Le jugement qu’elle fit des premiers Essays, et femme, et en ce siècle, et si jeune, et seule en son quartier, et la vehemence fameuse dont elle m’ayma et me desira long temps sur la seule estime qu’elle en print de moy, avant m’avoir veu, c’est un accident de très-digne consideration6.

  • 7 Ibid., p. 661.

6Montaigne souligne : « Si l’adolescence peut donner presage, cette ame sera quelque jour capable des plus belles choses »7.

  • 8 « Marie de Gournay, Lettre à Juste Lipse du 2 mai 1595 », dans Œuvres complètes, édition critique (...)

7En contrepoint, Marie de Gournay ne trouve pas de mots assez forts pour exprimer sa douleur lorsque lui parvient la nouvelle de la mort de son « second Père », survenue le 15 septembre 1592 : « j’étais sa fille, je suis son sépulcre, j’étais son second estre, je suis ses cendres »8.

8La piété due à l’œuvre de Montaigne fait alors découvrir à Marie de Gournay les principes du travail d’édition de texte. À la demande de la famille de Montaigne, pendant un an, elle s’applique à relire et corriger chez l’Angelier les épreuves de l’ultime version des Essais. Lorsqu’en juin 1595, l’édition terminée, elle se rend à Montaigne, sur l’invitation de la femme de Montaigne et de sa fille, c’est pour se livrer à une étude si minutieuse de tous les documents et papiers conservés sur place qu’elle est en mesure, deux ans plus tard, de produire une nouvelle édition. Toute sa vie, Marie de Gournay veillera avec un respect scrupuleux à l’exacte fidélité de l’édition des Essais, ne consentant qu’à regret à introduire, à la demande des imprimeurs, l'identification et l’inscription dans les marges des noms des auteurs cités par Montaigne (1611), la traduction des citations latines (1617), la biographie de Montaigne (1635).

  • 9 Les Advis ou les Presens de la Demoiselle de Gournay, Paris, Jean du Bray, 1641. La première publi (...)

9Cela dit, elle saura éditer plus tard puis rééditer en toute connaissance de cause ses propres œuvres chez Jean du Bray, intitulées Les Advis ou les Presens de la Demoiselle de Gournay9, en appliquant à son propre travail les principes observés pour les éditions successives des Essais : modernisation de l’orthographe et des formes syntaxiques et lexicales datées, élimination des obscurités.

La passion des lettres

  • 10 « L’Apologie pour celle qui écrit », reprise et augmentée plusieurs fois entre 1626 et 1641, aurai (...)
  • 11 « Copie de la vie de la Demoiselle de Gournay », dans Œuvres Complètes, Édition critique dirigée p (...)

10Plusieurs écrits à caractère autobiographique10 de Marie de Gournay nous renseignent sur le caractère autodidacte de sa formation. Elle a treize ans lorsque son père Guillaume Le Jars meurt, laissant à sa femme la charge de leurs six enfants. Malgré la retraite forcée de la famille à Gournay, en Picardie, « lieu reculé des commodités d’apprendre les Sciences par enseignement ni par conférence » Marie dira « avoir trouvé moyen, à des heures pour la plupart dérobées, [d’apprendre] les Lettres seules, et même le Latin, sans grammaire et sans aide, confrontant les Livres de cette Langue traduits en français, contre leurs originaux »11. Elle va en retirer le goût pour la traduction du latin au français, précoce manifestation de son attention aux questions de langue :

  • 12 Ibid., p. 793.

Quelques uns croient qu’une femme ne peut entendre le latin, et que je traduis sur les traducteurs, notamment pour ce qu’ils savent que je l’appris de moi-même, confrontant des traductions aux originaux : dont encore il arrive, que je ne me hasarde point à le parler12.

  • 13 Étienne Dolet (éd.), La Manière de bien traduire d’une langue en aultre, Sens, Obsidiane, 1990, fa (...)

11Les termes par lesquels Marie de Gournay définit l’exercice de la traduction font écho à ceux de l’humaniste Étienne Dolet, auteur de La Manière de bien traduire d’une langue en aultre13 ; un traducteur doit non seulement posséder la parfaite maîtrise de l’une et l’autre langues, il doit privilégier le sens et non la lettre :

  • 14 Ibid., p. 790.

Il est requis pour traduire les ouvrages des anciens de parler notre langue aussi purement, vigoureusement, richément, figurément, succinctement, délicieusement qu’ils parlent la leur. Le traducteur doit être encore meilleur en français qu’en latin, pour s’aventurer dans cette aventure cimmérienne. S’il n’a l’intelligence harmonique et mystique, peu lui sert la grammaticale14.

  • 15 « Lettre sur l’art de traduire les orateurs », dans L’Ombre de la Damoiselle de Gournay, œuvre com (...)
  • 16 Son premier recueil, publié en 1594 sous le titre Le Proumenoir de Monsieur de Montaigne comporte (...)

12En 1617, la traduction de toutes les citations des Essais, « ceste immense nuée de passages induicts aux Essais, en la tres-difficile version desquels [j’ai] rompu la glace »15, permet à Marie de Gournay de donner la mesure de ses talents de traductrice. Le grand nombre de traductions du latin réalisées par elle tout au long de sa vie, dans la fidélité à la mission humaniste de restauration des lettres anciennes16, témoigne de son désir « de goûter le génie de cette langue et celui de ses grands auteurs ».

  • 17 « Sur la version des poètes antiques, ou des Métaphores », dans L’Ombre, op. cit., p. 422.

13Marie de Gournay a pris soin d’exposer dans divers traités sa conception de l’art de traduire. Qu’il s’agisse des rimes, du lexique, de la poésie, de la façon de rendre en français les métaphores, partout se manifeste un intérêt grandissant pour les questions de style17 tandis que se forge peu à peu une compétence de spécialiste. Non seulement on lui voit défendre dans la préface des Essais la langue de Montaigne, mais on la trouve au cœur des débats où se discutent point par point, dans les premières années du XVIIe siècle, les nouvelles prescriptions de Malherbe. On lui doit par exemple une défense vigoureuse des mots anciens contre les mots nouveaux, une mise en garde des contemporains contre les dangers d’une trop grande épuration du langage poétique. Fidèle aux valeurs des poètes de la Pléiade, elle accepte pourtant de reconnaître le mérite des auteurs nouveaux :

  • 18 Les Advis ou les Présens de la Demoiselle de Gournay, Paris, Jean du Bray, 1641.

Après tout il faut reconnaître, qu’en général cette troupe a réveillé parmi les écrivains quelque soin de Grammaire et de politesse, dont on lui aurait obligation si pour porter ces ornements en un degré trop haut, elle ne rompait l’arc à force de le bander18.

14Elle assiste en 1635 aux premières ébauches du projet de création de l’Académie française par Richelieu. Selon l’abbé Marolles :

  • 19 Michel de Marolles, Les Mémoires de Michel de Marolles, abbé de Villeloin, Paris, Éditions Sommavi (...)

[…] ce fut chez cette honnête Demoiselle où s’en conçut la première idée par tous ceux qui la visitaient tous les jours : M. M Ogier, de La Mothe le Vayer, L’Estoile, Cotin, Habert, abbé de Cerisy, mais encore trois frères de celui-là même : Jacques de Cerisai, intendant de M. le duc de la Rochefoucauld et Claude de Malleville19.

15Introduite dans le milieu des Lettrés, Marie de Gournay y a à la fois plu et déplu. Ceux qui la jugeaient assez savante pour l’accepter dans le débat sur les idées nouvelles n’ont pas toujours eu la délicatesse de retenir à son endroit des moqueries dont il convient d’examiner la nature.

Une féministe

16Publié en 1594, le Proumenoir de Monsieur de Montaigne est à la fois la première œuvre de Marie de Gournay et, de son propre aveu, un « roman discourant », un récit truffé de digressions morales. L’histoire d’Alinda et de Léontin, qui « s’achève en tragédie », comme le rappelle l’édition de 1599, est destinée à apporter une leçon édifiante aux femmes que guette l’amour trompeur. Une citation intégrale de la plainte que Catulle prête à Ariane offre à la romancière le moyen d’indiquer à ses compagnes des voies nouvelles :

  • 20 Le Proumenoir de Monsieur de Montaigne, première édition, fo 41-41v °.

Ces vers de la chétive Ariadné devraient être écrits partout dans les heures des dames », tant il est vrai que « la plupart des fautes que les femmes commettent aujourd’hui contre la pudeur, ce n’est pas paillardise mais sottise »20.

  • 21 Ibid., fo 43 v °-44. Selon Constant Venesoen, Études sur la littérature féminine au XVIIe siècle, (...)

17Pour lutter contre l’ignorance, le seul moyen est l’instruction. La voie qu’ouvre aux femmes Marie de Gournay est la fréquentation des lettres, qui seule permet de fortifier l’âme, de résister aux pièges de la séduction, et même de « reculer devant l’idée du pestilent désastre de dépendre d’autrui »21. Supprimées de l’édition de 1599, les digressions étendues du Proumenoir fournissent bientôt matière à publication séparée sous deux titres, le « Grief des Dames » et l’« Égalité des hommes et des femmes ».

18L’« Égalité des hommes et des femmes » défend l’idée que même si l’homme est supérieur aux autres animaux par l’intelligence, il n’y a pas lieu de distinguer l’homme et la femme, égaux aux yeux de Dieu, en dehors des nécessités de la reproduction de l’espèce. Peut-être parce qu’elle-même a choisi de consacrer sa vie à l’étude plutôt qu’au mariage, Marie de Gournay ne perd jamais une occasion de dénoncer les préjugés qui limitent le rôle de la femme au rôle domestique :

  • 22 « Égalité des hommes et des femmes », dans L’Ombre, op. cit., p. 468.

La femme se trouverait digne d’être faite à l’image du Créateur, de jouir de la très sainte Eucharistie, des mystères de la Rédemption, du Paradis, de la Vision, voire possession de Dieu, non pas des avantages et privilèges de l’homme : serait-ce point déclarer l’homme plus précieux et plus haut que toutes choses, et partant commettre le plus22 grief des blasphèmes ?

  • 23 Ibid., p. 466.

19La thèse de l’égalité des sexes, étayée d’arguments et d’exemples empruntés aux auteurs de la tradition morale et philosophique, Platon, Plutarque, Sénèque, Tacite, Erasme, s’enrichit d’arguments qui accusent la différence d’éducation comme la cause principale du fossé entre l’homme et la femme. Marie de Gournay dénonce l’incompatibilité qu’instaure artificiellement la société entre la condition féminine et la vie publique : ni Socrate, ni saint Paul, ni même le Christ, n’aurait pu « sans scandale se mêler jeune à toutes heures du jour et de la nuit parmi les presses »23, s’il avait été créé femme et non homme. L’essai démasque ironiquement la sottise du comportement auquel le jeu social contraint la femme :

  • 24 Le Proumenoir, première édition, op. cit., fo 50-50vo.

[…] être femme pudique, selon le monde, ce n’est pas garder la pudicité, c’est dépouiller l’ingénuité, renoncer à la franchise des paroles, des mœurs, et encore du jugement, observer pour étroite religion autant de milliasses de cérémonies que la fantaisie humaine en peut inventer, et n’avoir point autre règle de bien vivre que l’opinion populaire ni autre béatitude que son approbation24.

20Quant au « Grief des Dames », il dénonce l’injustice de ceux qui « dédaign[ent] les femmes, sans les ouir et sans lire leurs écrits » et l’humiliation de la femme de lettres réduite au mépris et aux brocards sous l’effet du préjugé :

  • 25 « Apologie pour celle qui escrit », dans L’Ombre, op. cit., p. 648.

Parmi notre vulgaire, on fagotte à fantaisie l’image d’une femme lettrée : c’est à dire qu’on compose d’elle une fricassée d’extravagances et de chimères. Et quelle que soit après celle de ce nom qui se présente, on ne la voit plus que sous la forme de cet épouvantail25.

  • 26 Ibid., p. 744.

21Le « Grief des Dames » dénonce les nombreuses discriminations dont une femme cultivée fait l’objet en ce premier XVIIe siècle. Le goût pour l’étude, le caractère clandestin, secret, de la formation de Marie de Gournay rendent encore plus frappants les détails fournis par l’auteur sur les affronts subis. Mais son témoignage ne construit pas seulement l’image d’une femme victime du « décri général des femmes studieuses »26. Il révèle la façon dont le manque de ressources aggrave, à cette époque, les phénomènes de discrimination. Car c’est surtout en raison de la modestie de son statut social, après la mort de sa mère et l’établissement par ses soins de tous ses frères et sœurs, que Marie de Gournay devient une cible désignée à la moquerie des railleurs. Ses écrits soulignent la difficulté pour une femme de lettres d’exister par elle-même en tant que femme :

  • 27 « Apologie pour celle qui escrit », dans L’Ombre, op. cit., p. 771.

La dépense est le seul sot et malheureux moyen de se faire pratiquer, connaître et priser en France, surtout pour les femmes, qui ne peuvent se faire connaître par les affaires27.

  • 28 Ibid., p. 749.

22Son Apologie qui contient précisément un exposé minutieux de sa dépense témoigne de la relative déchéance consécutive au non-paiement des rentes familiales par le pouvoir royal. Le témoignage de Marie de Gournay est éclairant quant à la façon dont la pauvreté peut contredire aux règles du jeu social et intellectuel. Avec ironie, Marie de Gournay cite l’auteur de Gusman d’Alfarage dénonçant le sort réservé au pauvre vertueux : « Chétif qu’il est ! On lui vend les heures de l’horloge, on lui fait acheter la lumière de midi »28.

  • 29 Ibid.

23Malgré son savoir, Marie de Gournay semble avoir eu toute sa vie le sentiment de son impuissance à modifier l’opinion de « ces mespriseurs du sexe », qui ne cessent de répéter, « surtout s’ils sont nourris à la Cour », que « les sçavantes sont des escervelées »29. Condamnée dès sa naissance à la futilité, la femme qui dépasse trente-cinq ans a-t-elle d’autre choix que de s’incliner devant la confiscation de la parole par les hommes ?

  • 30 « Des sottes ou presomptives finesses », dans L’Ombre, op. cit., p. 548-549.

Quoy, de ces fins, qui font vanité, ou plutost point d’honneur, de courre et trepigner apres les femmes jeunes, ouy mesme sans dessein et sans espoir de leur amour, et de fuïr celles qui passent trente ou trente-cinq ans, quelque agreable conversation qu’elles ayent, et quelque fade que l’ayent ces premieres ? N’est-ce pas s’enroller par ambition au rang des bestes, où le corps emporte l’ame ? […] Et si ne croira-on pas que j’en parle pour mon interest : ma mauvaise fortune m’exposant si fort au mespris de ces specieuses personnes-là, qu’elles ne daignent pas s’amuser à songer quel aage j’ai : qui s’appelle tantost le double de cestuy-là30.

Une orpheline

  • 31 Montaigne, Essais, livre III, chap. VIII, op. cit., p. 922.

24Marie de Gournay semble avoir toute sa vie gardé la nostalgie de la pratique de la conférence et de l’échange des idées, tels que les avait définis Montaigne dans le chapitre III, VIII des Essais, intitulé De l’art de conférer : « Le plus fructueux et naturel exercice de notre esprit, c’est à mon gré la conférence. J’en trouve l’usage plus doux que d’aucune autre action de nostre vie »31.

25La rencontre loyale avec l’adversaire est pour Montaigne l’occasion d’un apprentissage et d’un enrichissement mutuels :

  • 32 Ibid., p. 923-924.

J’entre en conférence et en dispute, avec une grande liberté et facilité […] Nulles propositions m’estonnent, nulle creance me blesse, quelque contrariété qu’elle aye à la mienne. Quand on me contrarie, on esveille mon attention, non pas ma cholere : je m’avance vers celuy qui me contredit, qui m’instruit32.

  • 33 « De l’impertinente amitié », dans L’Ombre, op. cit., p. 528-529.

26De même, Marie de Gournay évoque, dans son essai intitulé « De l’impertinente amitié », le service que rend à son ami celui qui le réprimande à bon escient. Un tel service fait partie des devoirs dus par l’homme à la raison, qui invite à fuir le mal et faire le bien : « Qu’ils voyent un peu quelle prérogative les Essais donnent aux paroles poignantes, voire acerées, sur le simple interest de la conversation ou conferance »33.

  • 34 Montaigne, Essais, livre III, chap. VIII, op. cit., p. 930.

27Or, pour Montaigne, la conférence est l’occasion de reconnaître les véritables qualités de l’esprit, qu’il s’agisse de soi-même, ou de l’interlocuteur. Pertinence, cohérence, rigueur s’ajoutent à l’honnêteté, sans que nul ne s’en laisse imposer par l’argument d’autorité : « la gravité, la robe et la fortune de celui qui parle donne souvent crédit à des propos vains et ineptes »34.

28Précisément, le principal argument du « Grief des femmes » est que les femmes ne peuvent se faire entendre dans le domaine des choses de l’esprit, du fait que les hommes leur refusent le droit à la parole, faute de les prendre au sérieux :

  • 35 « Grief des dames », dans L’Ombre, op. cit., p. 556-557.

Eussent les dames ces puissans arguments de Carneades, il n’y a si chétif qui ne les rembarre avec approbation de la pluspart des assistants, quand avec un sousris seulement, ou quelque petit branslement de teste, son éloquence muette aura dit : c’est une femme qui parle35.

29Dans l’essai Des sottes ou présomptueuses finesses la même protestation se fait entendre contre l’orgueilleux préjugé des hommes :

  • 36 « Des sottes ou presomptives finesses », dans L’Ombre, op. cit., p. 549, 552, 555.

Que peut-on dire de ceux aussi, qui croyent à chaque bout de champ, qu’on n’est pas capable de comprendre pertinemment ce qu’ils disent, ny de leur respondre à point nommé, nonobstant qu’ils soient faicts comme le reste de leur parroisse ? […] S’il est question d’un entendement ou d’un Escrit de femme, tel qu’il soit, ils croiroient se faire honte de manquer à les comter pour rien sans autre enqueste, et sans s’amuser à les considérer […] Ô que je dirais volontiers à ce grand nombre de messieurs les fins, s’ils étaient de mes amis, qu’ils se devaient contenter des âneries que l’ignorance leur fait faire, sans y ajouter celles que la suffisance présomptive y mêle36.

  • 37 Ibid., p. 558.

30Les torts sont à porter au compte de toute l’assistance, lorsque le public accorde sottement son crédit à la seule parole masculine : « cettuy-là disant trente sottises emportera neantmoins le prix, par sa barbe »37.

  • 38 « Le semblable avec le semblable », Préface à l’édition des Essais, op. cit., p. 46.
  • 39 « Grief des Dames », op. cit., p. 560.
  • 40 Ibid., p. 43.
  • 41 Préface à l’édition des Essais, op. cit., p. 44.

31Dans sa dénonciation douloureuse de l’absence autour d’elle d’esprits comparables à celui de Montaigne, son père spirituel, Marie de Gournay fait retentir un appel à tous ceux auxquels son âme aspirait à s’unir, selon l’adage latin invoqué dans sa grande Préface aux Essais : « pares cum paribus »38. Car même si « le vulgaire des Lettrés bronche à ce pas contre le sexe féminin »39, il reste que les grands esprits, animés de « la pregnante nécessité de sortir du désert »40, sont constamment en quête de leurs semblables et que « être inconnu, c’est aucunement n’être pas »41.

32Non seulement Les Advis ou Presens de la Demoiselle de Gournay réclament avec insistance pour leur auteur le droit d’être jugée selon des critères universels, « si les vers étrangers qu’elle emprunte sont appliqués avec dextérité », « si son livre peut se soutenir », « s’il apporte quelque génie, quelque jugement ou quelque rayon d’embellissement », mais l’œuvre entière retentit de la plainte de cette orpheline, trop tôt privée par la mort du Père spirituel de ces « excellentes conversations, l’aliment le plus cher des belles âmes ».

33La première lecture des Essais, faite à la fin de l’adolescence, avait incité Marie de Gournay à donner sa confiance aux choses de l’esprit ; introduite au sein de la communauté des lettrés par Montaigne et par l’érudit hollandais Juste Lipse, Marie de Gournay a voulu, malgré la privation brutale du soutien de Montaigne, se montrer digne de son statut de fille spirituelle de Montaigne. On ne peut être qu’admiratif devant l’étendue de son savoir et devant le caractère militant d’une œuvre animée de la conviction que, malgré tout, « les femmes françaises ont l’avantage sur les autres de pouvoir polir leur esprit par l’usage de la conversation ».

34Il importe de rendre justice à la ténacité de cette femme qui, malgré des difficultés grandissantes à obtenir du monde la reconnaissance à laquelle elle aspirait, n’a cessé de témoigner de la valeur pour les femmes de la fréquentation des Lettres comme de la meilleure voie vers le progrès.

Bibliografía

BIBLIOGRAPHIE

Dolet Étienne (éd.), La Manière de bien traduire d’une langue en aultre, Sens, Obsidiane, 1990, fac-similé de l’édition princeps de 1540.

Fogel Michèle, Marie de Gournay, Paris, Fayard, 2004.

Mathieu-Castellani Gisèle, « La quenouille ou la lyre : Marie de Gournay et la cause des femmes », dans Montaigne et Marie de Gournay, Actes du colloque de Duke (31 mars-1er avril 1995) réunis et présentés par M. Tetel, Paris, Champion, 1997.

Notas

1 Voir l’ouvrage de Michèle Fogel, Marie de Gournay, Paris, Fayard, 2004.

2 Saint-Evremond, La comédie des Académistes, pour la reformation de la langue française, Édition Enea Balmas, Paris, Nizet, 1976, acte II, scène 3.

3 Voir Gisèle Mathieu-Castellani, « La quenouille ou la lyre : Marie de Gournay et la cause des femmes », dans Montaigne et Marie de Gournay, Actes du colloque de Duke (31 mars-1er avril 1995) réunis et présentés par M. Tetel, Paris, Champion, 1997, p. 177-194.

4 Marie de Gournay, Préface à l’édition des Essais, dans Michel de Montaigne, Les Essais, Édition dirigée par Jean Céard, Paris, La Pochothèque, Le Livre de Poche, 2001, p. 40.

5 Ibid., p. 13.

6 Les Essais de Michel de Montaigne, Villey-Saulnier (éd.), Paris, PUF, 1963, p. 662.

7 Ibid., p. 661.

8 « Marie de Gournay, Lettre à Juste Lipse du 2 mai 1595 », dans Œuvres complètes, édition critique par Jean-Claude Arnould, Paris, Champion, 2002, p. 1937.

9 Les Advis ou les Presens de la Demoiselle de Gournay, Paris, Jean du Bray, 1641. La première publication des Avis par Toussaint du Bray avait eu lieu en 1634. La dernière édition précède de quatre ans la mort de Mlle de Gournay.

10 « L’Apologie pour celle qui écrit », reprise et augmentée plusieurs fois entre 1626 et 1641, aurait été composée « dès le bas âge du roi Louis XIII » ; le poème intitulé « Peinture de Mœurs » date de 1626.

11 « Copie de la vie de la Demoiselle de Gournay », dans Œuvres Complètes, Édition critique dirigée par Jean-Claude Arnould, Paris, Champion, 2002, p. 1862.

12 Ibid., p. 793.

13 Étienne Dolet (éd.), La Manière de bien traduire d’une langue en aultre, Sens, Obsidiane, 1990, fac-similé de l’édition princeps de 1540.

14 Ibid., p. 790.

15 « Lettre sur l’art de traduire les orateurs », dans L’Ombre de la Damoiselle de Gournay, œuvre composée de mélanges, Paris, J. Libert, 1626, p. 794.

16 Son premier recueil, publié en 1594 sous le titre Le Proumenoir de Monsieur de Montaigne comporte à la fois la traduction du second livre de l’Énéide de Virgile, celle d’une épigramme de Catulle, et un « Bouquet poétique » dont plusieurs poèmes sont des imitations d’épigrammes grecques. Le Proumenoir s’ouvre sur une histoire tragique, naguère contée à Montaigne, inspirée du Second Discours des champs Faez de Claude de Tallemont, et émaillée de citations latines et grecques. La scène de l’innamoramento emprunte par exemple, pour peindre l’émoi du héros, les vers célèbres du livre IV de l’Énéide qui peignent l’amour naissant de Didon pour Énée : « Ille mi par esse Deo videtur » (fo 13), « Incipit effari mediaque invoce resistit. » (fo 13 vo) Alors qu’une longue citation grecque directement tirée d’Homère, rapportant la douleur d’Hélène à la mort d’Hector (fo 53 vo), accompagne le désespoir d’Alinda, la princesse trahie, une autre citation due à Catulle, fait longuement retentir dans la bouche de l’héroïne la plainte d’Ariane abandonnée (fo 40 vo et 41 vo). Le recueil de 1626 intitulé « L’Ombre de la Damoiselle de Gournay » ajoute à ces premières réalisations la traduction partielle du livre I de l’Énéide, celle, également partielle, du livre IV, placée directement sous l’autorité et dans le prolongement de la traduction du même livre, interrompue par la mort, donnée par le cardinal Du Perron. Dans L’Ombre figurent également les traductions d’une des Héroïdes d’Ovide et de plusieurs textes de prosateurs : un extrait du livre I des Histoires de Tacite, la harangue de Marius au peuple romain de La Guerre contre Jugurtha de Salluste, ainsi que la Seconde Philippique de Cicéron, dans laquelle en 1626 on pouvait voir un moyen pour la traductrice de manifester son soutien à Théophile de Viau, au moment du procès du poète.

17 « Sur la version des poètes antiques, ou des Métaphores », dans L’Ombre, op. cit., p. 422.

18 Les Advis ou les Présens de la Demoiselle de Gournay, Paris, Jean du Bray, 1641.

19 Michel de Marolles, Les Mémoires de Michel de Marolles, abbé de Villeloin, Paris, Éditions Sommaville, 1656-1657, t. III, p. 289.

20 Le Proumenoir de Monsieur de Montaigne, première édition, fo 41-41v °.

21 Ibid., fo 43 v °-44. Selon Constant Venesoen, Études sur la littérature féminine au XVIIe siècle, 1990, Birmingham, Alabama, « Mlle de Gournay a compris très tôt pour son compte que l’émancipation intellectuelle de la femme de son temps exigeait le sacrifice de sa sexualité, des plaisirs de l’amour et du confort de la dépendance ».

22 « Égalité des hommes et des femmes », dans L’Ombre, op. cit., p. 468.

23 Ibid., p. 466.

24 Le Proumenoir, première édition, op. cit., fo 50-50vo.

25 « Apologie pour celle qui escrit », dans L’Ombre, op. cit., p. 648.

26 Ibid., p. 744.

27 « Apologie pour celle qui escrit », dans L’Ombre, op. cit., p. 771.

28 Ibid., p. 749.

29 Ibid.

30 « Des sottes ou presomptives finesses », dans L’Ombre, op. cit., p. 548-549.

31 Montaigne, Essais, livre III, chap. VIII, op. cit., p. 922.

32 Ibid., p. 923-924.

33 « De l’impertinente amitié », dans L’Ombre, op. cit., p. 528-529.

34 Montaigne, Essais, livre III, chap. VIII, op. cit., p. 930.

35 « Grief des dames », dans L’Ombre, op. cit., p. 556-557.

36 « Des sottes ou presomptives finesses », dans L’Ombre, op. cit., p. 549, 552, 555.

37 Ibid., p. 558.

38 « Le semblable avec le semblable », Préface à l’édition des Essais, op. cit., p. 46.

39 « Grief des Dames », op. cit., p. 560.

40 Ibid., p. 43.

41 Préface à l’édition des Essais, op. cit., p. 44.

Autor

Maître de conférences en littérature française à l’IUFM de la Réunion. Sa recherche de doctorat consacrée à Montaigne l’a tout naturellement portée à s’intéresser à l’œuvre de celle qui fut sa « fille d’alliance », Marie de Gournay. Ses recherches actuelles portent sur les représentations comparées du féminin en Europe et dans l’Océan indien.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540