Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

L’éducation des filles aux XVIe et XVIIe siècles

Le Dialogue de Placide et Sévère de Madeleine et Catherine des Roches : l’Antiquité grecque à l’appui de l’émancipation spirituelle des femmes au XVIe siècle

Maria Papapetrou-Miller

Résumé

En 1578, les dames Des Roches publient le Dialogue de Placide et Sévère dans leurs Œuvres. Deux interlocuteurs, représentant chacun des tendances diamétralement opposées au sujet du rôle de la femme et plus spécialement de son droit ou non d’accéder à l’éducation livresque, se livrent à une discussion dynamique. Sans inciter les femmes à abandonner leurs devoirs ménagers, Madeleine et Catherine des Roches choisirent la puissance du « logos » pour persuader les gens les plus tenaces de l’immense bénéfice qu’apporterait aux deux sexes la fréquentation des livres par les membres du sexe féminin. L’humanisme mettait à leur disposition un éventail de traités sur l’économie/οικονομία ou bien manière d’administrer la vie familiale, fournis par l’Antiquité grecque : Les Travaux et Les Jours d’Hésiode, La République de Platon, L’Économie de Xénophon, Les Œuvres Morales de Plutarque. Fortement influencées par leurs inspirateurs antiques, en faisant – pour la première fois – l’apologie du savoir livresque, les deux érudites les surpassent.

In 1578, Madeleine and Catherine Des Roches published the Dialogue de Placide et Sévère in their work entitled Œuvres. Two interlocutors, each one representing opposing attitudes towards women’s roles and especially their right or not to accede to education through reading, are having an energetic discussion. Without prompting women to abandon their household obligations, Madeleine and Catherine des Roches choose the power of “logos” in order to convince the most obstinate individuals of the great benefit that reading, on behalf of women, would bring to both sexes. Due to humanism, a large number of treatises, by ancient Greek authors, on economy/οικονομία, meaning the way to administer a household, were at their disposal. These were: Hesiod’s Works and Days, Plato’s Republic, Xenophon’s The Oeconomicus (“The Complete Householder”), Plutarch’s Moral Works. Greatly influenced by those who inspired them and praising, for the first time, knowledge obtained through reading, these two intellectuals go far beyond the ancients.

Texte intégral

Dieu forma dans la femme toutes les parties douces et aimables, mais il ne voulut point se mêler de la tête et en abandonna la façon au diable.

  • 1 Jean Névizan, professeur de droit à Turin. Cité par Victor du Bled dans La Femme dans la Nature. L (...)
  • 2 Maria Miller, L’Éducation féminine d’après quatre traités du XVIe siècle, mémoire de maîtrise, Uni (...)
  • 3 Guillaume Budé, Ramus, Jean Bodin, Jean Bouchet, Rabelais, Montaigne, Charron, etc.
  • 4 Lettre aux magistrats et aux conseillers allemands, Wittenberg, 1558.
  • 5 En 1526.
  • 6 En 1523. Une traduction française fut publiée à Paris, chez G. Linocier, en 1587.

1Voilà ce qu’affirmait un homme des « temps modernes1 ». Cette déclaration nous introduit dans l’atmosphère qui règne au XVIe siècle, reconnu comme le siècle de l’éducation féminine2, tout en résumant les préjugés au nombre infini qui entravaient la destinée intellectuelle des femmes. La Réforme, comme la Renaissance, ébranla le monde intellectuel. Depuis la Renaissance des lettres et la redécouverte de l’Antiquité classique, le problème se posait pour tous les hommes cultivés de trouver une forme d’éducation qui correspondît au mouvement des idées et aux besoins nouveaux des esprits. La science pédagogique date du XVIe siècle, qui vit apparaître de nombreux pédagogues. Mais beaucoup d’entre eux restèrent silencieux au sujet de l’instruction féminine3. S’ils daignèrent parler d’éducation, ce fut pour exclure les femmes non-aristocrates du droit de s’instruire, alors qu’au même moment Luther exigeait « en tous lieux des écoles pour nos filles et nos garçons »4. En France, la question suscita peu d’intérêt. On y vit paraître les traités des grands humanistes européens. Après Le Mariage chrétien d’Érasme5, Vivès publiait le premier traité complet de la vie féminine : Les Trois Livres pour l’instruction de la femme chrétienne dont le premier est pour les filhes, le deusième pour les femmes mariées, le tiers pour les veuves6. Ces deux prédicateurs chrétiens devinrent éducateurs et s’occupèrent de l’instruction féminine à l’instar des plus grands savants, philosophes, moralistes, érudits, théologiens et pédagogues de tous les temps : Platon, Aristote, Xénophon, Tertullien, saint Cyprien, saint Jérôme, saint Antoine, saint Augustin, Fulgence et d’autres.

  • 7 Les premières œuvres poétiques de M.D.R contenant un brief discours que l’excellence de la femme s (...)

2Le XVIe siècle étant très favorable au développement intellectuel, plus de femmes en profitèrent qu’au siècle précédent. Marguerite de Navarre, qui incarne l’aristocrate érudite du XVIe siècle, Jeanne d’Albret ou la reine Margot surent bénéficier aussi bien de l’imprimerie que des enseignements des savants humanistes de la cour. Néanmoins, elles ne composèrent guère de traités pédagogiques. À cette tâche s’adonnèrent les bourgeoises érudites Marie de Romieu, Madeleine et Catherine des Roches. La première consacre ses écrits à l’instruction de la femme mondaine7, les secondes soulignent surtout les bienfaits de l’éducation.

  • 8 Madeleine et Catherine des Roches, Œuvres et Secondes Œuvres, éd. Anne Larsen, Genève, Droz, 1998.
  • 9 Anne Larsen, « La réflexivité dans les dialogues de Catherine des Roches », dans J.-Ph. Beaulieu e (...)
  • 10 Anne Larsen, art.cité, p. 62.
  • 11 Pour une biographie complète voir Anne Larsen, « Madeleine and Catherine des Roches », « Marie de (...)

3Le Dialogue de Placide et Sévère fait partie des Secondes Œuvres des dames des Roches8, publiées à Poitiers en 1583. Les deux interlocuteurs délibèrent – en prose entremêlée de vers – sur l’accès des femmes à la formation intellectuelle. C’est une apologie de la lecture s’adressant aux maris, aux pères, aux misogynes, enfin à tous les hommes – ou femmes – désirant établir l’harmonie dans leur foyer. Avec le Dialogue d’Iris et Pasithée lui faisant suite – où pour la première fois on accorde un privilège aux voix féminines au sein d’un genre qualifié de masculin9 –, il constitue « une réponse articulée au sujet contesté de l’éducation des femmes »10. L’Antiquité grecque s’était bien sûr penchée sur la question. Femmes lettrées versées en latin, en grec et en italien, qui fréquentaient les cercles humanistes, tenaient leur propre salon littéraire et bénéficiaient des apports de connaissances nouvelles, Madeleine et Catherine des Roches11 sont redevables aux philosophes grecs. Nous avons cherché à identifier les sources antiques du dialogue et à évaluer l’ampleur de leurs apports, tant au niveau de la conception de l’œuvre qu’au niveau des idées exprimées.

4Les deux interlocuteurs sont les porte-parole d’esprits opposés : d’un côté, l’esprit antique et antiféministe et, de l’autre, l’esprit moderne du XVIe siècle sur lequel la Réforme a laissé ses empreintes bienfaisantes. Leurs prénoms ne sauraient être plus appropriés au rôle assigné à chacun dans l’œuvre. Selon le Dictionnaire de la langue française par É. Littré, l’adjectif « placide » signifie « qui garde son calme et sa douceur ». « Sévère » signifie « qui impose rigoureusement les choses, qui n’a point d’indulgence ; qui exige une exactitude rigoureuse ». Subséquemment, Placide réagit aux invectives de Sévère posément et sagement. En le voyant à l’ouverture du Dialogue, Placide décrit Sévère comme « ayant la face merveilleusement refrognée ». Sévère décide de s’approcher de Placide bien « que ce ne soit pas ma coustume d’acoster gueres de peuple » (p. 35v). À la salutation de Placide il répond : « je n’aime personne en ce monde que moy ; aussi n’ay-je occasion d’aimer aucun ».

5Pourquoi la misère de Sévère ? La cause réside du côté des femmes. Il s’anime d’une misogynie non dissimulée et sans bornes et l’on comprend vite à quoi cela est dû. Au fur et à mesure que le dialogue avance, se dresse le portrait des femmes autour des protagonistes. Sévère a une épouse et une fille. Placide a aussi une fille, Pasithée. Sa femme est décédée. Elles ne sauraient être plus différentes les unes des autres – Placide le signale, d’ailleurs –, laissant sur les hommes l’empreinte de leur caractère et vice versa.

6Femme pudique, l’épouse de Placide éleva sa fille vertueusement. Ainsi, voit-il à présent son « desiderable pourtrait » « en la face et aux coutumes » de sa fille, qui incarne la femme vertueuse digne d’une mère dont le souvenir attendrit toujours Placide. Pasithée est dite « aussi douce et debonnaire à son Pere, que Medée a voulu estre cruelle et mauvaise au sien ». Confinée à la maison, elle traite son père avec obéissance et respect. Placide se déclare satisfait : elle est « Comme je veus, et qu’il me semble qu’elle doit » (p. 35v°), autant que Madeleine serait de sa fille Catherine, Pasithée étant sans doute faite à son image.

7En revanche, la femme et la fille de Sévère sont désobéissantes et irrespectueuses. Sévère se déclare « pauvre homme » « misérable et « affligé de leurs importunitez ». D’après ses premières plaintes : « J’ay une Femme rioteuse, facheuse, dédaigneuse ; j’ay une Fille éventée, affetée, éfrontée. Cependant, il faut que je soufre en despit de moy le chagrin de l’une, et la vanité de l’autre ». Peu après il avouera que sa femme, « par sa déplaisante vie [le] fait mourir à toute heure » (p. 35), et qu’il est « aux liens d’une sotte, qui [le] gourmande incessamment » (p. 40v °). « Fille ennuyeuse », Iris, ainsi nommée en raison de « ses façons variables » (p. 41v°), constitue une « charge inutile », faisant le contraire de son devoir et de la volonté de son père. La plus grande des « trotieres », il est impossible de la retenir à la maison : elle est « à la fenestre, à la porte, en la rüe, en visite, elle n’a point de repos » (p. 36).

8Voilà donc des portraits fort contrastés : comblé, Placide détient la clé du bonheur conjugal et familial ; Sévère est malheureux comme mari et comme père. Fait significatif, les filles sont calquées sur leur père.

  • 12 Camille Aubaud, Lire les femmes de lettres, Paris, Dunod, 1993, p. 30.

9Placide assume un double rôle : celui de diagnostiquer le mal et d’apprendre à son interlocuteur comment ramener son épouse et sa fille au chemin de la vertu. Le diagnostic montre que Sévère prive sa femme et sa fille des connaissances renfermées dans les livres. Cela tient à sa conception générale de la femme : elle est inférieure à l’homme, dépourvue de raison, avis qui souleva la réaction de Marie de Romieu – elle rédigea un Bref discours sur l’excellence des femmes, où elle établit la supériorité de la femme sur l’homme – et de Nicole Estienne, qui écrivit une Apologie ou défense pour les femmes. Ces essais où l’identité féminine se définit en réaction contre la misogynie régnante12, restent cependant au niveau de la querelle des sexes.

10Placide propose son remède : la fréquentation des livres. Mais il entreprend une mission hardie, de longue haleine. La guérison est retardée par un Sévère réticent, méfiant, têtu, constamment en position de défense, apeuré et moqueur. En face de lui se dresse un homme respectueux vis-à-vis des femmes, un adepte de l’égalité des sexes. Un virulent dialogue s’engage, qui porte l’écho des voix des contemporains d’un côté, celui des philosophes anciens de l’autre.

  • 13 Klitos Ioannides, Le philosophe et le musicien dans l’œuvre de Platon, Centre de recherches de Kyk (...)
  • 14 Robert Flacelière et Jean Irigoin, Plutarque, Œuvres morales. De la vertu morale, 3, Paris, Les Be (...)

11Au début Sévère demande à Placide où est sa fille. Il répond qu’elle est dans sa chambre, en compagnie des « ames sans cors » et des « cors sans ames, faisant marcher les premiers dans un chariot ailé, donnant aux autres espritz et mouvements ». Placide décrypte aussitôt « l’énigme » : « Ces Cors animez par elle sont des Lutz et Violes que sa main fait resonner. » Qui ne connaît le rôle éthique et thérapeutique que la musique jouait dans la vie des Grecs ? À partir d’un ensemble de traditions les pythagoriciens avaient élaboré la théorie de la purification de l’âme par la musique, propre à la charmer13, car « tout ne peut pas, par la raison, être détourné du mal, mais que l’âme a besoin d’autre chose qui, de concert avec la volonté, persuade, façonne, soigne, afin qu’elle devienne capable de suivre la direction et les enseignements de la philosophe ». C’est l’avis de Plutarque14.

12« Les Âmes élevées dans le chariot ailé sont les belles Sentences de Plutarque et de Sénèque, volantes sur les ailes de ses pensers, et propos » (p. 36). Si la musique ne dérange point Sévère, imaginer ces livres aux mains des femmes l’outrage :

Comment Placide ? luy permettez-vous bien de lire telz Auteurs ? Et ne craignés-vous point de les profaner, laissant passer leurs noms seulement par la bouche d’une Fille ?

13Pendant la dispute ainsi déclenchée déferle une série d’arguments. Aux yeux de Sévère les femmes sont des « imbeciles » et des « bestioles », la lecture de ce qui leur plaît les rendrait incontrôlables ; toute femme savante est un monstre ; leur devoir est de rester à la maison ; leur main doit toucher la quenouille, non pas le livre (p. 37vo) ; les lettres leur sont entièrement inutiles. Il n’admet ni la lecture des Écritures, ni celle du droit, ni celle de la médecine, puisque les femmes instruites « dédaignent leurs maris, faisant les sufisantes » ; « les Femmes qui excedent la commune aiment peu leurs maris » (p. 39vo) ; les femmes vertueuses sont rares ; il craint qu’une femme instruite voudrait le commander et ayant un esprit subtil elle pourrait le tromper (p. 41). Quasiment persuadé mais anticipant les objections de sa femme, Sévère interroge Placide sur l’utilité de l’éducation qui excéderait la sienne « Je n’ay point sçeu tout cela et suis aussi sage qu’une autre » : en quoi lui pourrait-elle profiter, « seroit-elle plustost mariée ? » (p. 41vo)

14Par la bouche de Placide, Catherine des Roches réfute ces arguments un par un : « les Femmes et Filles sont plus dignes des letres que les Hommes, pour estre plus sobres, chastes et paisibles » ; « estant guidées par les bonnes letres, elles ne voudront rien faire qui ne soit raisonnable » ; la lecture permet aux unes de diminuer leur sottise, aux autres d’accroître leur sagesse par le moyen des livres, « qui leurs sont tres-necessaires, quand ce ne seroit que pour les retenir solitaires en la maison, sans estre oysives » (p. 36) ; les Muses ne sauraient que leur être profitables. Il recommande la lecture de la Bible – cela leur permettra de « maintenir leurs enfants en la crainte de Dieu, de leurs Peres, et d’elles-mêmes. Davantage, elles se guident heureusement par les preceptes des vertus, qui sont les plus riches benefices que l’on puisse aquerir » (p. 37r °) ; la lecture de la philosophie morale aiguisera leur esprit et permettra à leur mari de mieux les instruire. Placide recommande aussi la lecture des livres de droit et de médecine. Car « toutes letres leurs sont necessaires, aussi bien qu’à nous » (p. 38). En outre, « Il faut rechercher la verité de tout » (p. 39v°) ; en leur défendant les livres, les hommes dérobent à leurs yeux les exemples des femmes vertueuses qui pourraient les inciter à les imiter (p. 39r°) ; « Les pensées oysives causent les volontez lascives. Et les Femmes qui s’adonnent aux bonnes letres ne sentent ny l’un ny l’autre ». Placide conclut :

Mêmes les plus farouches sont moderez par la douceur, la douceur devient grande par la Raison, la Raison par la Science, la Science par les Livres. Et pource je maintiens qu’ilz doivent estre permis aux Femmes, comme la plus fidelle compagnie qu’elles puissent avoir (p. 42).

15Mais l’argument suprême de Sévère, exposé alors qu’il s’approche de Placide à l’ouverture du dialogue, s’inspire, à l’aveu de Sévère, de l’Antiquité :

O ! la grand peine que c’est d’avoir Femmes, ou Filles à gouverner ! Vray’ment, je ne m’estonne point, dont un renommé Philosophe pense les devoir tenir au rang des Animaux sans raison.

  • 15 Voir notamment 727b et 765b.
  • 16 Madeleine Lazard, Les avenues de Fémynie, Les femmes et la Renaissance, Paris, Fayard, 2001, p. 17

16Le philosophe qui, à la Renaissance, mérite le plus l’épithète de « renommé » est Aristote. Ses textes eurent une influence considérable sur la formation de la pensée arabo-islamique et le développement de la scolastique et du thomisme, et, par là, sur toute la pensée occidentale. Dans son traité de zoologie et de science naturelle De la génération des animaux, il relègue au rang des bêtes hommes et femmes. Les représentants de l’espèce humaine y sont, effectivement, analysés au même titre que les autres espèces animales. Il y distingue le mâle de la femelle, en vue d’exposer sa théorie sur la reproduction. Pourtant, c’est le complément choquant « sans raison » qui mérite notre attention. Selon la tradition héritée d’Aristote, la médecine posant toujours en principe que « la froideur et humidité sont qualités qui nuisent à la partie raisonnable »15, en déduira encore au XVIe siècle l’infériorité de la femme dans le domaine des lettres et des sciences16.

17Les détracteurs des femmes pouvaient aussi tirer de la matière propre à nourrir leurs idées misogynes de sa Politique (I, ΧΙΙI, 6-7). En y discourant des vertus et de l’âme, Aristote écrit : [l’âme] « possède par nature un élément dirigeant et un élément subordonné qui, tous deux, selon nos affirmations, ont leur vertu propre, l’un étant doué de raison et l’autre en étant dépourvu ». On peut questionner la validité de l’argument misogyne puisque, immédiatement après, parlant de la faculté de délibérer, selon lui « la femme […] la possède mais sans possibilité de décision ». Pourtant ses écrits foisonnent de déclarations antiféministes telles que : « la relation du mâle à la femelle est par nature celle de supérieur à l’inférieur, de gouvernant à gouverné ; (Politique I, V, 7) ; le chef de famille exerce son autorité sur sa femme […]. L’homme est par nature plus apte à commander que la femme (Politique I, ΧΙΙ, 1) ».

  • 17 Ibid.
  • 18 De la génération des animaux, Livre Ι, 716a. Voir texte établi et traduit par Pierre Louis, Paris, (...)

18Mais la Renaissance remit Aristote en question. Une meilleure connaissance de l’anatomie de la femme et la reconnaissance de sa « différence » privèrent de leurs arguments ceux qui identifiaient les deux sexes pour mieux souligner l’infériorité de la femme, contribuant, paradoxalement, à une amélioration de son statut17. En dépit de cela, Sévère demeure rigoureux. À son jugement, toutes les femmes sont pareilles et antagonistes des hommes. À la remarque de Placide, que leurs épouses respectives étaient probablement différentes, il répond sentencieusement : « toutes sont des Hommes adversaires », appelant la réflexion de Placide : « Mais toutes sont aux Hommes nécessaires ». Cette idée prône la complémentarité entre homme et femme, idée qui rejoint la théorie d’Aristote sur la reproduction : « comme principes de la génération on pourrait poser à juste titre le mâle et la femelle, le mâle comme possédant le principe moteur et générateur, la femelle le principe matériel »18.

  • 19 Anne Bignan, « Essai sur Hérode », dans Les Petits Poèmes grecs, L. Aimé-Martin (éd.), Paris, Desr (...)
  • 20 Aristote, L’Économique, texte établi par B.-A. van Groningen et André Wartelle, Paris, Les Belles (...)

19Un esprit identique conditionne d’autres œuvres grecques, les traités d’économie. C’est là que Madeleine et Catherine des Roches cherchent les remèdes pour guérir Sévère. L’humanisme mettait à leur disposition certains des traités sur l’οικονομία ou manière de gérer la vie familiale, fournis par l’Antiquité : Les Travaux et les Jours d’Hésiode qui se placent à la tête de toutes les œuvres didactiques et gnomiques grecques, puisque le temps n’a pas épargné les traités antérieurs, dans lesquels, en adressant à son frère Persès des maximes de sagesse et de vertu, d’économie domestique et rurale, l’auteur cherche à susciter chez tous ses contemporains le goût du travail19 ; La République (IV et VII) et Les Lois (IV et VIII) de Platon, où le philosophe vise à construire une figure de l’administration des biens dans la cité idéale ; L’Économique de Xénophon, disciple de Socrate, où Ischomachos, propriétaire d’un domaine rural, raconte comment, par de bons conseils, il a fait de sa jeune épouse une maîtresse de maison accomplie ; L’Économique d’Aristote qui traite, comme celui de Xénophon dont il s’inspire20, de problèmes pratiques liés à la réalité quotidienne de la famille. Enfin, il y a les Œuvres morales de Plutarque, où dominent les préceptes de mariage et l’enseignement de la vertu féminine, principale source d’inspiration des dames des Roches, comme la suite de notre étude le montrera.

  • 21 Eva Kushner, Le Dialogue à la Renaissance, Droz, « Histoire et Poétique », 2004, p. 39-40.
  • 22 Texte établi et traduit par Pierre Chantraine, Paris, Les Belles Lettres, 1971, notice, p. 7.

20Avant d’en examiner les idées, attardons-nous à la forme du texte étudié, le dialogue, genre philosophique vivant créé par Platon. Les dames des Roches optèrent pour cette « forme privilégiée d’échange intellectuel », non seulement parce que comme « forme ouverte il se prête à l’exposition des idées », mais aussi à cause du « prestige dont jouissent les genres pratiqués au cours de l’Antiquité »21. Parmi les vingt-huit dialogues authentiques attribués à Platon, citons les exemples de La République, dialogue politique entre Socrate, Glaucon, Polémarque, Thrasymaque, Adimante et Céphale et des Lois, dialogue entre un étranger d’Athènes, Clinias et Mégillos le Lacédémonien. Dans L’Économique de Xénophon, Ischomaque rapporte à Socrate des conversations échangées entre sa femme et lui-même22. L’intérêt du dialogue est accru par trois données qui sont constamment présentes chez les auteurs grecs. Premièrement, une rencontre fortuite s’effectue : Placide et Sévère se livrent à un dialogue, suite à une rencontre due au hasard, qui a lieu vraisemblablement devant leur maison. « Voici nostre voisin Severe qui s’en vient » sont les premières paroles prononcées par Placide. Pour expliquer son attitude renfrognée, il suppose qu’il « a veu dans sa maison quelque personne qui luy fâche, et s’en plaint tout à part luy » (p. 35). Sévère interrompt son monologue– complainte :

Mais je voy le vieilard Placide venir en ça, lequel ayant en sa maison même charge inutile que moy, d’une Fille ennuyeuse, me pourra bien dire comment il se deporte envers elle, afin que je prenne son exemple, s’il me semble bon. Or je m’en vais le saluer…

21Deuxièmement, l’un des interlocuteurs sollicite le conseil de l’autre qui, troisièmement, est un vieillard. On se fie, il est vrai, à la sagesse d’un protagoniste d’âge avancé, sachant les bénéfices que l’on peut en tirer. Socrate, dans La République, avoue à Céphale : « j’aime à converser avec les gens d’un grand âge ; il me semble qu’il faut apprendre d’eux, puisqu’ils nous ont devancés sur une route que nous aurons peut-être aussi à parcourir » (La République, 328e). L’Athénien des Lois est aussi un vieillard.

22Lesquels des traités légués par l’Antiquité grecque influencèrent les dames des Roches au niveau des idées exprimées ? Nul besoin de les retracer, toute référence à des sources antiques accroît forcément le prestige de son auteur, et les dames des Roches le savent. En effet, trois noms sont directement cités : Plutarque, Xénophon et le latin Sénèque.

23La référence directe à Xénophon, accompagnée du titre de son œuvre La Ménagerie, apparaît tout naturellement au cours de l’argumentation centrée autour de la femme de Sévère. Aussitôt qu’il déclare leurs relations aussi mauvaises que possible, Placide lui demande habilement si elle est savante. Voici la suite :

Sévère
Ho, ce n’est qu’une grosse beste, qui ne sçait pas honorer son mari ; ny ordonner son ménage, ce que je veus qu’elle aprenne seulement, et non pas à frequenter les livres. Il ne luy faut autre Docteur que ma voix.

24Placide conteste l’efficacité des efforts jusque là fournis par Sévère dans le but de corriger sa femme, mais aussi son honnêteté. Le second proteste : « Mes plaintes ne sont point fauses, mais ouy bien les Femmes, comme j’en fais ordinaire preuve. » Placide discerne le mal et suggère un remède :

Ce mal vous est justement deu, puisque la guerison estant en vostre puissance, vous ne voulez pas la recevoir. La Femme d’Ischomache aprendroit à la vostre à faire son devoir, si vous luy commandiez de lire la Menagerie de Xenophon (p. 37).

  • 23 Selon Robert Flacelière et Jean Irigoin, Plutarque, Œuvres morales, t. I, 1re partie, Introduction (...)
  • 24 Ibid., p. cclxxxv.
  • 25 Ibid., p. vii.
  • 26 Plutarque, Œuvres morales, op. cit., t. II, Traités 10-14, Notice, p. 144.

25L’œuvre recommandée par Placide n’est autre que L’Économique. D’autres œuvres de l’Antiquité sont également citées. L’Économique d’Aristote ne figure pas parmi elles, mais il y a trois renvois spécifiques à des œuvres de Plutarque : à sa Philosophie morale (p. 37vo), aux Préceptes de mariage (p. 41) et aux Illustres vertus des Dames excellentes (p. 42vo). Le premier concerne les Œuvres morales, terme impropre23, par lequel on désigne communément tous les ouvrages conservés de Plutarque autres que les Vies parallèles. Dans la tradition, la collection de ces ouvrages – au nombre de soixante-quinze ou quatre-vingts environ – commence par quelques traités de morale, d’où le titre de Moralia qui s’est étendu indûment à l’ensemble. Cette œuvre montre en Plutarque un moraliste, un psychologue, un érudit au courant de l’histoire et de toutes les sciences de son temps, un philosophe, un métaphysicien, un théologien. Quelques-uns des traités sont connus en Occident dès la fin du XIVe siècle grâce à des traductions24. Plutarque fut remis à l’honneur à la Renaissance. La traduction française de Jacques Amyot en 1559 contribua à sa notoriété. Sa gloire recèle de précieux trésors d’expérience humaine et de réflexion sur la vie et sur le monde, trésors de science et de sagesse, qui faisaient dire à Montaigne : « Son instruction est la cresme de la philosophie »25. Les Préceptes de mariage ou Γαμικά Παραγγέλματα est un des traités compris dans les Œuvres morales, comme d’ailleurs aussi les Illustres Vertus des Dames excellentes (p. 42vo), Γυναικών αρεταί, troisième œuvre de Plutarque mentionnée dans le Dialogue de Placide et Sévère. Les Préceptes de mariage, « chant d’hyménée », discours philosophique sur le mariage, est dédié aux jeunes époux Pollianos et Eurydice, élèves de Plutarque26.

26La référence à la Philosophie morale suit la déclaration pompeuse de Sévère : « J’aimerois mieux une Femme simple, qu’une qui voudroit subtiliser ses opinions. Aiant apris ce que vous dites, elles s’estiment trop fortes (p. 37v °). » En guise de réponse Placide forme, à la manière de Plutarque, une « similitude » :

Les Femmes simples et de foible entendement ressemblent ces rares nüées qui, craignant de fondre, vont fuïant l’Astre journalier ; ou s’il passe an travers d’elles, il n’y reste aucune trace de ses raions. Mais comme la nue espaisse reçoit la clarté du Soleil, redoublant plusieurs fois en elle cete belle face qui la rend illustre, ainsi la Femme prudente, aiant rendu son esprit fort par les discours de la Philosophie morale, reçoit humblement tel image que luy veut donner son Mari, de qui le bien-aimé pourtrait paroist toujours en ses pensées, en ses paroles, et en toutes ses actions (p. 37vo-38).

27Il s’agit d’un amalgame de deux images employées par Plutarque dans les préceptes neuf et quatorze des Préceptes de mariage. Le précepte neuf enseigne la prudence :

  • 27 Ibid., p. 149.

La lune, lorsqu’elle est éloignée du soleil, nous la voyons claire et brillante, mais elle s’obscurcit et se cache quand elle s’en approche ; la femme sage doit tout au contraire se faire voir surtout quand elle est avec son mari, mais garder la maison et se cacher en son absence27.

28Le précepte quatorze affirme la nécessité pour une femme d’accorder son humeur à celle de son mari :

  • 28 Ibid., p. 150.

Tout comme un miroir orné d’or et de pierres précieuses n’est d’aucune utilité s’il ne donne pas un reflet ressemblant, de même une épouse riche n’offre non plus aucun avantage si elle ne modèle pas sa vie sur celle de son mari ni ne met son caractère en accord avec le sien28.

29On décèle dans le Dialogue les échos de la pensée de Plutarque qui, s’adressant à Eurydice dans la conclusion, lui recommande :

Avant tout de vivre dans la familiarité des préceptes des sages et des hommes de bien, et d’avoir toujours à la bouche les maximes qu’étant jeune fille tu as recueillies auprès de nous, afin de faire la joie de ton mari et l’admiration des autres femmes grâce à cette parure d’une exceptionnelle splendeur qui s’acquiert sans dépense.

30Plutarque illustre son traité d’exemples de femmes vertueuses :

  • 29 Plutarque, Œuvres morales, op. cit., p. 165.

Les perles de cette femme riche, les étoffes de soie de cette étrangère, il n’est pas possible de se les procurer ni de s’en revêtir sans les acheter fort cher, tandis que les parures de Théano, de Cléobouliné, de Théagénès, de l’antique Claudia, de Cornélie, la fille de Scipion, et de toutes celles qui furent dignes d’admiration et de célébrité, ces parures, il est possible de les porter gratuitement, de s’en parer et de mener ainsi une vie pleine à la fois de gloire et de bonheur29.

31Les dames des Roches procèdent d’une manière identique. L’exemple de Cléobuline et de Cornélie renforce, dans la chanson de Pasithée, la réponse à l’argument que la femme doit garder le silence (p. 39ro - 40vo), sujet auquel on reviendra. Mais notons tout de suite que c’est Plutarque qui nous renseigne sur le rôle de Cornélie éducatrice de ses fils, dans la Vie des Gracques.

32Bien entendu le penchant des anciens pour les exemples est loin de distinguer les écrits des dames des Roches seules. Nourries de leurs lectures classiques, elles prennent l’Antiquité comme point de départ sans toutefois s’y limiter. Au contraire, elles affichent la volonté d’élargir l’éventail de noms de femmes illustres tant géographiquement que diachroniquement, désirant sans doute transmettre le message d’une présence perpétuelle. Outre Agnodice, héroïne légendaire, elles évoquent les Romaines Emponine, Arrie et Porcie, qui accompagnèrent leurs époux dans la mort (p. 39v ° et 40), les premières exaltées par Plutarque dans le traité De l’amour, la troisième dans les Vies parallèles (Vie de Brutus), puis Eumétis ou Cléobuline, fille du sage Cléobule, louée pour son intelligence dans la Vie de Cléobule de Plutarque. Elles ajoutent Arété (fille et disciple du philosophe Aristippe de Cyrène), les Byzantines Eudoxie et Théodore. Enfin elles énumèrent celles « dont nostre siecle est riche », au dire de Placide : la docte Sigée (Luisa Sigea), du Portugal, Olympia Morate, de Ferrare, Hippolyte Taurelle (Ippolita Torella, épouse de Baldassare Castiglione) de Mantoue, Probe (Proba Falconia), poétesse, Clémence Isore (Isaure). De « celles qui decorent la France », elles citent Diane Morel.

33Les dames des Roches, avec Xénophon, Aristote de L’Économique et Plutarque, mais aussi Érasme et Vivès, concèdent au mari un rôle de guide spirituel et s’accordent sur une instruction destinée à former une excellente épouse et mère. Tous partagent aussi la conviction de Placide sur les bénéfices apportés aux femmes par la culture et la philosophie :

Apres avoir veu ce que les livres enseignent sans courroux et sans flaterie […] elles tâchent de faire leur devoir envers leurs espoux, leurs ménages, leurs familles, leurs parens, se maintenant humbles, modestes, et officieuses envers tout ce qui leur apartient (p. 40).

34On doit cependant signaler des différences fondamentales entre le Dialogue et les traités des anciens, y compris ceux de Plutarque, pour lesquels les dames des Roches semblent avoir une prédilection. Chez Xénophon, l’enseignement s’adresse à une jeune épouse de quinze ans, Plutarque destine ses Préceptes de mariage à des nouveaux mariés. Sévère traverse, par contre, une crise dans son mariage. Y a-t-il de l’importance dans ce détail ? Il nous semble que oui. Sévère affronte des problèmes réels, que Placide a su éviter en mettant en pratique ses enseignements, d’où leur caractère plus persuasif. Déjà mariés depuis des années, les protagonistes ont chacun une fille. Cette nouvelle structure familiale permet aux dames des Roches, en sortant d’une relation de couple, de briser le schéma envisagé traditionnellement par les philosophes grecs. Cela leur permet aussi de revendiquer davantage et pour un cercle plus élargi de femmes. Elles accordent donc aux filles, qui n’assument pas encore le rôle d’épouses ou des mères, le droit d’acquérir des connaissances livresques. Preuve en est le contraste entre Iris et Pasithée, qui motive les discussions, et le fait que les écrivaines leur cèdent entièrement la parole au dialogue suivant. Mais elles envisagent, en outre, une femme vertueuse sans mari. Comble de l’audace, elles sollicitent pour les femmes le droit non seulement à la parole, mais aussi à la théologie, au droit et à la médecine ! Bref, une égalité absolue avec les hommes. Malgré ce qui les sépare, nous pouvons affirmer que la pensée de Madeleine et Catherine des Roches s’accorde parfaitement avec celle de Plutarque, parce qu’il leur aura insufflé la hardiesse de traverser des frontières jusque là non franchies. Pourquoi ce moraliste ?

  • 30 Plutarque, Œuvres morales, op. cit., notice, p. 140.

Plutarque est un des tout premiers à accorder à la femme une telle place dans la vie conjugale et dans l’intimité de son mari, et même le premier à établir une doctrine complète, combien délicate sur bien des points, souvent riche encore d’enseignements et satisfaisante de nos jours, de l’union totale entre l’époux et l’épouse30.

  • 31 Robert Flacelière, L’amour en Grèce, p. 205-208, cité par Ibid., p. 142.
  • 32 Ibid., p. 141, note 3.

35On a souligné l’aspect hardi et précurseur de la pensée de Plutarque qui n’hésite pas à ajouter à la théorie platonicienne, la leçon reprise de Socrate : « […] de l’égalité fondamentale des deux sexes », et même la théorie stoïcienne de « l’union intégrale », formulée par Antipater de Tarse dans son traité Sur le mariage31. Placide ne révèle-t-il pas l’idée bien plus intrépide que « les Femmes et Filles sont plus dignes des letres que les Hommes, pour estre plus sobres, chastes et paisibles » ? (p. 36). Si le traité de Plutarque Qu’il faut aussi instruire les femmes n’était pas perdu32, il aurait probablement permis de voir formulées les mêmes convictions.

  • 33 Anne Larsen, « La Réflexivité… », art. cité, p. 62.

36Précurseurs elles aussi, les dames des Roches ne sortent pas seulement du cadre familial composé du couple seul. Contrairement à l’affirmation d’Anne Larsen que le dialogue « ne se soucie de dégager de nouvelles possibilités imprévues »33, elles dépeignent clairement, par la bouche de Placide, le portrait de la femme de la Renaissance. C’est une femme libre, affranchie, sous la tutelle d’aucun homme. Sévère s’exclame : « O quel mal-heur de voir une femme sçavante !… c’est un monstre ». Placide le rassure qu’elles sont parfois :

Les plus excellentes choses du monde […]. Les monstrueuses Beautez, Graces, Vertus, et Sciences d’Iocasie la rendirent admirable entre les Hommes, et luy donnerent moyen de se passer d’eux toute sa vie, demeurant en perpetuelle virginité (p. 36vo).

  • 34 Étienne Pasquier. Voir sa lettre à M. Pithou (1597), citée par Anne Larsen, « Legitimising the Dau (...)
  • 35 Étienne Pasquier, op. cit., p. 560.
  • 36 Anne Larsen, « Catherine des Roches’s “La Femme Forte descritte par Salomon” » (1579), Allegorica  (...)

37Venant de la main d’une femme vouée au célibat et fortement attachée à sa mère au point de soulever les critiques des gens qui lui portaient la plus grande admiration34, on s’autorise à croire que dans l’esprit de Catherine des Roches, savoir et chasteté sont en pleine harmonie. Catherine légitime, de nouveau, son propre statut de vierge-intellectuelle, comme elle le fit en 1579 en paraphrasant « La femme forte descritte par Salomon » des Proverbes 31 :10-3135. Les Écritures servirent alors de moyen pour valider des idéologies opposées concernant les rôles des femmes dans l’Europe moderne36.

38La femme dépeinte par les dames des Roches est aussi douée de parole, nullement condamnée au Silence imposé aux femmes depuis l’Antiquité. Au fil de la discussion, Sévère lance une nouvelle objection : « Mais celles qui sont tant habiles veulent souvent parler, et je me fâche de tant de caquet ». En guise de réponse, Placide appose une chanson composée par sa fille Pasithée et destinée à un jeune homme qui partageait l’avis de Sévère : « le Silence devoir séeler leurs bouches ». La chanson, de neuf strophes, commence ainsi :

Je pense bien que le Silence
Est l’ombre du vrai ornement,
Comme la discrete Eloquence,
Lumiere de l’entendement.

39Après la strophe sept Placide insère la sentence :

Lors vus connoistrez que les dames
Sont dignes de philosopher,
Voiant ce beau nombre de femmes
Entre les hommes triompher (p. 40vo).

  • 37 Plutarque, op. cit., Préceptes 31 et 32, p. 157.

40Voilà une vaillante opposition aux philosophes anciens et aux éducateurs de la Renaissance à la fois, à propos de la prise de parole par la femme. Après Aristote (Politique I, p. 37 ; p. 130, no 7), Plutarque – tout esprit libre qu’il fut – imposa aux femmes le silence : elle « doit cacher ses paroles comme son corps et elle ne doit parler qu’avec son mari ». Phidias, écrit-il, « a représenté l’Aphrodite d’Elide le pied sur une tortue ; cela signifie que la femme doit rester à la maison et garder le silence »37. Les dames des Roches y objectent et, ce faisant, contestent leurs inspirateurs et les surpassent. Ainsi la femme de la Renaissance sera aussi instruite en matière théologique, n’ignorera point le droit romain et pratiquera une troisième « science » accaparée par les hommes, la médecine.

  • 38 Camille Aubaud, op. cit., p. 30.
  • 39 Madeleine Lazard, op. cit., p. 245.

41Combien il est difficile, ayant éclairé le portrait de la femme moderne peint par les dames des Roches dans le Dialogue de Placide et Sévère, d’accepter l’avis de Camille Aubaud, selon qui les dames des Roches « n’ont pas remis en cause le système discriminatoire qui confine les femmes au foyer » ! Le ton apologétique, voir conciliatoire, du sonnet À ma quenouille, la promesse de ne jamais la renier, l’affirmation de la volonté de Catherine « d’écrire sans délaisser […] cette honnête coutume »38 – la divine Pallas ne dédaignait aucune de ces deux activités –, permettent d’entrevoir la femme neuve. Au contraire, nous dirons avec Madeleine Lazard que l’œuvre des dames des Roches « révèle un esprit contestataire […] par la volonté proclamée de s’affranchir des sévères lois des hommes »39. Empruntant les arguments misogynes d’Aristote, la forme dialoguée de Platon, adoptant les préceptes des traités d’économie domestique de Xénophon, les traités de morale de Plutarque, pour se limiter aux sources déclarées, elles parviennent, par une approche astucieuse qui évite tout heurt avec les traditions chrétienne et antique, à persuader Sévère de céder aux arguments de Placide. À l’issue du dialogue, il déclare son intention d’envoyer Iris, dès le lendemain, rencontrer Pasithée et de la faire instruire. La sagesse des Grecs permit à Madeleine et Catherine des Roches d’explorer des sentiers spirituels jusqu’alors interdits aux femmes. La rencontre de l’esprit antique les engagea à la chasse des préjugés contre la formation intellectuelle des femmes, contribuant ainsi à la complétion de la femme polymorphe de la Renaissance : à la femme de cour érudite, la femme mondaine et la femme chrétienne vient s’ajouter la féministe, l’intellectuelle imprégnée de la sagesse païenne.

Notes

1 Jean Névizan, professeur de droit à Turin. Cité par Victor du Bled dans La Femme dans la Nature. Les mœurs, la légende, la société. Tableau de son évolution physique et psychologique, Paris, Bong et Cie, t. IV.

2 Maria Miller, L’Éducation féminine d’après quatre traités du XVIe siècle, mémoire de maîtrise, Université de Paris III-Sorbonne nouvelle, 1981, sous la direction de Madeleine Lazard.

3 Guillaume Budé, Ramus, Jean Bodin, Jean Bouchet, Rabelais, Montaigne, Charron, etc.

4 Lettre aux magistrats et aux conseillers allemands, Wittenberg, 1558.

5 En 1526.

6 En 1523. Une traduction française fut publiée à Paris, chez G. Linocier, en 1587.

7 Les premières œuvres poétiques de M.D.R contenant un brief discours que l’excellence de la femme surpasse celle de l’homme, non moins recreatif que plein de beaux exemples, Paris, 1581 ; Instruction pour les ieunes dames, Lyon, 1573.

8 Madeleine et Catherine des Roches, Œuvres et Secondes Œuvres, éd. Anne Larsen, Genève, Droz, 1998.

9 Anne Larsen, « La réflexivité dans les dialogues de Catherine des Roches », dans J.-Ph. Beaulieu et D. Desrosiers-Bonin (dir.), Dans les miroirs de l’écriture. La réflexivité dans les textes des femmes écrivains sous l’Ancien Régime, Montréal, 1998, p. 68.

10 Anne Larsen, art.cité, p. 62.

11 Pour une biographie complète voir Anne Larsen, « Madeleine and Catherine des Roches », « Marie de Cotteblanche », « Renaissance Women and the Bible », dans Eva Sartori (éd.), The Feminist Encyclopedia of French Literature, v. 54, no 5, Westport, Greenwood Press, 1999.

12 Camille Aubaud, Lire les femmes de lettres, Paris, Dunod, 1993, p. 30.

13 Klitos Ioannides, Le philosophe et le musicien dans l’œuvre de Platon, Centre de recherches de Kykkos, Nicosie, 1990, p. 127.

14 Robert Flacelière et Jean Irigoin, Plutarque, Œuvres morales. De la vertu morale, 3, Paris, Les Belles Lettres, 1987.

15 Voir notamment 727b et 765b.

16 Madeleine Lazard, Les avenues de Fémynie, Les femmes et la Renaissance, Paris, Fayard, 2001, p. 17.

17 Ibid.

18 De la génération des animaux, Livre Ι, 716a. Voir texte établi et traduit par Pierre Louis, Paris, Les Belles Lettres, 1961.

19 Anne Bignan, « Essai sur Hérode », dans Les Petits Poèmes grecs, L. Aimé-Martin (éd.), Paris, Desrez, 1850, p. 113 et 120-121.

20 Aristote, L’Économique, texte établi par B.-A. van Groningen et André Wartelle, Paris, Les Belles Lettres, 1968, Introduction, p. xi.

21 Eva Kushner, Le Dialogue à la Renaissance, Droz, « Histoire et Poétique », 2004, p. 39-40.

22 Texte établi et traduit par Pierre Chantraine, Paris, Les Belles Lettres, 1971, notice, p. 7.

23 Selon Robert Flacelière et Jean Irigoin, Plutarque, Œuvres morales, t. I, 1re partie, Introduction générale, Paris, Les Belles Lettres, 1987, p. vii.

24 Ibid., p. cclxxxv.

25 Ibid., p. vii.

26 Plutarque, Œuvres morales, op. cit., t. II, Traités 10-14, Notice, p. 144.

27 Ibid., p. 149.

28 Ibid., p. 150.

29 Plutarque, Œuvres morales, op. cit., p. 165.

30 Plutarque, Œuvres morales, op. cit., notice, p. 140.

31 Robert Flacelière, L’amour en Grèce, p. 205-208, cité par Ibid., p. 142.

32 Ibid., p. 141, note 3.

33 Anne Larsen, « La Réflexivité… », art. cité, p. 62.

34 Étienne Pasquier. Voir sa lettre à M. Pithou (1597), citée par Anne Larsen, « Legitimising the Daughter’s Writing: Catherine des Roches, proverbial good wife », The Sixteenth Century Journal, v. 21, n. 4, Kirksville, MO, Winter 1990, p. 561.

35 Étienne Pasquier, op. cit., p. 560.

36 Anne Larsen, « Catherine des Roches’s “La Femme Forte descritte par Salomon” » (1579), Allegorica : A Journal of Medieval and Renaissance Literature, v. 12, College Station, t. X, 1991, p. 45.

37 Plutarque, op. cit., Préceptes 31 et 32, p. 157.

38 Camille Aubaud, op. cit., p. 30.

39 Madeleine Lazard, op. cit., p. 245.

Auteur

Maître de conférences. Université de Chypre. A étudié les lettres modernes et l’anglais à l’université Paris III-Sorbonne nouvelle. En 1988, elle a soutenu une thèse consacrée à « La tragédie biblique à l’âge baroque en France entre 1610-1650 ». Elle s’intéresse au théâtre baroque et au théâtre français du XVIIe siècle et à leurs rapports avec le théâtre antique grec. Par ailleurs, elle étudie l’éducation féminine en France et les personnages féminins dans le théâtre. Elle a enseigné, entre autres, la littérature du Moyen Âge, de la Renaissance et du XVIIe siècle, à l’université de Chypre.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540