Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

L’éducation des filles aux XVIe et XVIIe siècles

Les premiers récits d’apprentissage féminins à la Renaissance

Anne Reach-Ngo

Résumé

Si, avec l’imprimerie, la diffusion des textes modifie profondément les moyens d’accès des jeunes filles et femmes de la Renaissance à l’écrit et à la culture de l’imprimé, certains traités populaires, loin de favoriser leur émancipation, tendent davantage à les enfermer dans des images stéréotypées. Or, à partir des années 1530-1540, la prose narrative vernaculaire semble proposer à ses lectrices de nouveaux outils d’éducation, dans un contexte éditorial où la querelle des amies a remis la question féminine au goût du jour et où se multiplient des ouvrages facétieux, dont le ressort comique est le plus souvent misogyne. Sur la scène narrative se rencontrent des femmes, dépeintes en posture d’auteur, qui revendiquent un nouvel accès à la parole et à « l’auto-formation », héroïnes – comme les conteuses de Jeanne Flore, la Flammette de Boccace ou la Lucenda de San Diego – ou auditrices, convoquées dans les multiples paratextes. Elles sont invitées à tirer « plaisir et profit » de ces récits, dont la visée didactique réside dans la transmission d’une expérience féminine qui fait notamment appel à l’identification. Ces récits de formation viennent enrichir l’éducation des jeunes filles du XVIe siècle, selon des pratiques de lecture, certes codifiées, mais qui suscitent une représentation de la femme qui se veut maîtresse de sa destinée, romanesque autant qu’intellectuelle. Il s’agira donc de se demander dans quelle mesure les premiers récits sentimentaux de la Renaissance peuvent être lus comme des récits d’apprentissage féminins.

With the emergence of the printing industry, text distribution significantly altered the ways young girls and women in Renaissance time could have access to written material and culture of printed texts. However some popular treaties aimed at restraining them to stereotyped clichés. Nevertheless, between from 1530-1540, vernacular narrative prose seems to offer new learning tools to female readers, within a publishing context where “la querelle des amies” raises the question of female condition again. In this context, more and more facetious books come out, but their comic part is misogynist most of the time. Women depicted with an author status meet on the narrative stage, heroines – such as Jeanne Flore’s female tale-tellers, Boccacio’s Flammette or San Diego’s Lucenda – or female auditors summoned up in multiple paratexts, calling for a new access to speech and “self-training”. They are invited to take “pleasure and profit” from these stories whose didactical goal lies in the transmission of a feminine experience, notably requiring identification. These “training narratives” enrich the education of young girls in the 16th century, through – though codified – reading habits generating the representation of women who are as romantic as intellectual and have their destiny in hand. Hence one can wonder to what extent early sentimental narratives in the Renaissance can be read as female education tales.

Texte intégral

  • 1 Les Évangiles des Quenouilles, Paris/Montréal, Vrin/Les Presses universitaires de Montréal, 1985, (...)
  • 2 Le projet se définit ainsi en opposition à ce type d’ouvrages : « Mes tres chieres voisines et com (...)

1Dans le célèbre recueil de sagesse populaire du XVe siècle intitulé Les Évangiles des Quenouilles, une assemblée de fileuses se charge de mettre en bon ordre les « parolles et auctoritez des femmes de jadis »1 dont la communauté féminine est la dépositaire. Le volume déclare s’opposer aux nombreux ouvrages facétieux que diffuse l’imprimerie naissante et dont le ressort comique est bien souvent misogyne2. À l’horizon de cette polémique, la prose narrative française des années 1530-1540 participe à la constitution d’un patrimoine culturel féminin : les récits d’expériences amoureuses fictionnelles procurent à l’ensemble des auditrices-lectrices des outils d’éducation destinés à « former, se former et être formée au féminin ». Qu’elles soient écrites par des hommes ou par des femmes, rédigées à la première ou à la troisième personne, en langue vernaculaire ou traduites de l’espagnol et de l’italien, ces narrations élaborent en effet des modèles d’héroïnes, davantage maîtresses de leurs actions, que la destinée romanesque dote d’une liberté d’expression nouvelle. Elles contribuent à promouvoir une image de la femme en voie d’émancipation, à travers la reconstitution d’un parcours qui suscite l’observation, mais également la collaboration des lectrices.

  • 3 Nous renvoyons à la définition qu’en donne Gustave Reynier dans Le roman sentimental avant l’Astré (...)
  • 4 Jeanne Flore, Comptes amoureux, [Lyon], [Denis de Harsy], c. 1531.
  • 5 Helisenne de Crenne, Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amours, Paris, Denis Janot, 1538.
  • 6 Jean Boccace, Flammette. Complainte des tristes amours de Flamette à son amy Pamphile, Lyon, Claud (...)
  • 7 Juan de Flores, La Deplourable fin de Flamete, Paris, Denis Janot, 1536.

2Il s’agira d’interroger ici quelques modalités didactiques des premières narrations sentimentales françaises3. Les remarques qui suivent voudraient montrer que ces œuvres, dont nous prendrons pour exemple les Comptes amoureux de Jeanne Flore4, Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amours d’Helisenne de Crenne5, La Complaincte des tristes amours de Flamette6 de Boccace et sa continuation intitulée La Deplourable fin de Flamete7 de Juan de Flores, constituent les prémisses d’un récit d’apprentissage au féminin. Après avoir souligné la complexité idéologique qui sous-tend la représentation des femmes en lectrices à la Renaissance, nous analyserons comment l’accès au statut de narrateur confère à l’identification des lectrices un espace d’auto-formation et de transmission spécifiquement féminin. Nous montrerons alors que le recours à la solidarité et la constitution d’un patrimoine commun n’entrave pas un processus d’individualisation qui nourrit l’entreprise didactique des récits.

De l’écoute à la parole : les lectrices en narratrices

3Il est fréquent que les récits de la Renaissance mettent en scène des figures de lectrices, présentes dans les paratextes qui leur sont adressés ou dédicacés, ou dans le corps de la narration. Mais si la lecture paraît pouvoir être envisagée comme un acte d’émancipation, la représentation de celle-ci renvoie à des stéréotypes qui en limitent la portée. Un seul exemple mettra en lumière cette ambivalence, celui du pacte de lecture qui s’établit à l’ouverture des Nouvelles Récréations et Joyeux Devis de Bonaventure des Périers.

4Dans la « première nouvelle en forme de préambule », le conteur convoque avec une certaine désinvolture ses futurs lecteurs. Il détourne, non sans ironie, l’évocation du lectorat féminin, au profit de la construction d’une véritable saynette, des plus pittoresques, où les lectrices sont immédiatement intégrées aux divers types littéraires qui peuplent le recueil de contes :

  • 8 Bonaventure des Périers, Nouvelles Récréations et Joyeux Devis (I-XC), Paris, Société des Textes F (...)

Lisez hardiment, dames et damoyselles : il n’y ha rien qui ne soit honneste : Mais si d’aventure il y en ha quelques unes d’entre vous qui soyent trop tendrettes, et qui ayent peur de tomber en quelques passages trop gaillars : je leur conseille qu’elles se les facent eschansonner par leurs freres, ou par leurs cousins : affin qu’elles mangent peu de ce qui est trop appetissant.
« Mon frere, marquez moy ceulx qui ne sont pas bon, et y faictes une croix.
– Mon cousin, cestuy cy est il bon ?
– Ouy.
– Et cestuy cy ?
– Ouy. »8

  • 9 Dans un article intitulé « Les femmes lectrices de la fiction au seizième siècle. Enjeux idéologiq (...)

5Si la mise en scène de ce premier geste critique, qui consiste à censurer les passages les plus grivois, désigne une pratique de lecture courante avec laquelle joue Bonaventure des Périers, il en fait dans le même temps un procédé de captatio qui vise à séduire le lecteur, y compris féminin9. Or, en érigeant ainsi les lectrices en personnage de papier, celui de la jeune femme pudique soumise à la tutelle masculine, le conteur introduit une distance entre la figure caricaturée, victime d’une forme d’asservissement socio-culturel, et la lectrice qui lit ce préambule, interpellée dans un second temps :

  • 10 Bonaventure des Périers, op. cit., ibid.

Ah mes filletes ne vous y fiez pas : ilz vous tromperont : ilz vous feront lire ung quid pro quod ! Voulez vous me croyre ? Lisez tout, lisez lisez. Vous faictes bien les estroictes. Ne les lisez donc pas. A ceste heure verra lon si vous faictes bien ce qu’on vous defend. O quantes dames auront bien l’eau à la bouche, quand elles orront les bons tours que leurs compagnes auront faictz. Et qu’elles diront bien qu’il n’y en ha pas à demy10.

6Ainsi, en confrontant les « compagnes » de la fiction et les auditrices qui se réjouiront de leur beffa (ou bon tour), Bonaventure des Périers dénonce la composition d’une posture, qui caractérise l’image littéraire des femmes-lectrices. Il propose alors une issue tout autre, celle de l’accès à la parole, même s’il s’agit encore de convoquer un stéréotype, l’assemblée des éternelles fileuses. Il conclut son adresse aux lectrices en ces termes :

  • 11 Ibid.

Mais je suis content que devant les gens elles facent semblant de couldre ou de filler : pourveu qu’en destournant les yeulx, elles ouvrent les oreilles : et qu’elles se reservent à rire quand elles seront à part elles. Eh mon Dieu, que vous en comptez de bonnes, quand il n’y ha qu’entre vous autres femmes, ou qu’entre vous fillettes […]11.

7La lectrice-auditrice, enfermée dans une représentation figée sur la scène comique du conte facétieux, se métamorphose donc en une lectrice-conteuse active, pour qui le récit est source de plaisir et d’enseignement. La distinction entre personnages de fiction et instances énonciatrices structure de la même manière les procédés didactiques des narrations sentimentales du deuxième tiers de la Renaissance.

  • 12 Le narrateur explique en effet : « Je me transportay en l’ostel d’une assez ancienne damoiselle as (...)

8Le passage de la timide écoute à la parole assumée nécessite néanmoins parfois le recours à un intermédiaire, comme dans les Évangiles des Quenouilles où l’assemblée féminine, manifestement illettrée, fait appel à un homme qui lui tient lieu de secrétaire. Si la qualité des propos échangés au cours de cette veillée n’est pas mise en doute12, l’échange entre voisines trahit toutefois un échec de la parole :

  • 13 Ibid., p. 79.

Mais pour ceste fois estoient illec les six dames assembleez qui moult fort estoient empeschies de diverses raisons, et souvent de la grant haste qu’elles avoient de dire leur propos, elles anticipoient l’une l’autre et parloient toutes ensemble13.

  • 14 Les Évangiles des Quenouilles, op. cit., p. 79-80.

9Le narrateur est alors invité à leur venir en aide afin de « mettre par escript un petit volume qui pour son nom prenderoit les Euvangiles des Quenoilles, en memoire et souvenance perpetuele d’elles et a l’adreschement de toutes celles qui aprés elles vendroient »14. La valeur commémorative de l’ouvrage est clairement énoncée ainsi que le souci de revendiquer son origine féminine ; mais sa mise en œuvre nécessite une autorité masculine qui en constitue la caution ainsi qu’une garantie de qualité. On retrouve cette ambiguïté inhérente à la représentation de l’émancipation des femmes : elle semble ne se réaliser que dans le cadre d’une représentation stéréotypée et toute relative de leur indépendance.

Les vertus didactiques d’une lecture de l’identification

  • 15 Pour une présentation générale de la querelle des femmes, nous renvoyons au chapitre intitulé « La (...)
  • 16 Jeanne Flore, op. cit., A ii.
  • 17 Ibid.
  • 18 Helisenne de Crenne, Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amours, op. cit., A 2 vo: « O tres (...)
  • 19 Comme nous l’avons montré dans notre thèse intitulée La mise en livre des narrations de la Renaiss (...)

10À cette ambivalence, la prose narrative française qui se renouvelle à partir des années 1530, alors que la querelle des amies connaît une nouvelle actualité15, semble présenter des réponses d’ordre énonciatif, mais également didactique : certaines héroïnes de narrations sentimentales accèdent pleinement, et sans porte-parole, au statut de narratrices. C’est le cas notamment de la Flammette de Boccace ou des multiples conteuses de Jeanne Flore. Il arrive également que ces narratrices endossent, au moins dans les représentations qu’en donne la fiction, le statut d’auteur, tel le personnage intra- et homo-diégétique dénommé Helisenne des Angoysses douloureuses qui procedent d’amours, dont on retrouve le prénom assorti d’un patronyme, de Crenne, sur les pages de titre des différentes parties de l’ouvrage. Si dans les Comptes amoureux, les histoires constituent une « chose tresagreable & plaisante aux jeunes Dames amoureuses »16, tel que le déclare Jeanne Flore, son auteur, qui a décidé de les « gecter en impression »17, l’épître initiale des Angoysses douloureuses précise la valeur exemplaire du récit18. L’auctorialité des ces deux figures féminines est exhibée par le paratexte, pour confirmer la légitimité de leurs conseils, même si cette position d’auteur relève parfois d’une construction qui émane de la fiction19.

11Les procédés énonciatifs des narrations sentimentales facilitent la transmission féconde d’une expérience : le plus souvent, l’histoire fictionnelle d’une ou de plusieurs héroïnes, menée à la première comme à la troisième personne, se double d’un discours enchâssant, fréquemment assumé dans les paratextes par des narratrices s’adressant à des auditrices, elles-mêmes intégrées à l’histoire-cadre. Elles sont souvent représentées dans les illustrations qui accompagnent ces récits, entourant une conteuse en majesté. Elles représentent le lectorat féminin extérieur à la fiction et servent d’intermédiaires dans ce dispositif des plus traditionnels, où la fable tient lieu de matière première à l’enseignement théorique. Mais la situation énonciative, à la différence de l’apologue ou du conte, fait appel à une participation nouvelle des lectrices qui sont invitées à s’identifier aux héroïnes, mais également aux narratrices et auditrices de ces récits. Quelques brefs exemples montreront comment une lecture de l’identification, par la mise en miroir de ces romans de formation que rend possible l’encadrement de la narration, offre de nouveaux outils d’éducation à la communauté féminine.

  • 20 Jean Boccace, op. cit., 2 vo.
  • 21 Juan de Flores, op. cit., a iii vo.

12Au seuil de ces œuvres, les lectrices sont invitées à adhérer à la fiction. Les procédés d’interpellation et le désir de compassion exprimé par les héroïnes comme par les narratrices constituent deux ressorts essentiels de cette implication. Ils permettent la transmission d’un enseignement féminin fondé sur le partage d’une expérience commune, qui s’enrichit des commentaires des auditrices-lectrices, parfois intégrés à l’œuvre. Ainsi, à l’ouverture de la Flammette, la narratrice met en garde ses lectrices en leur rappelant qu’elles peuvent partager son sort : « Trescheres dames, les dieux vous soient plus aydans en amours que a moy miserable/car ainsi que ma fortune a este variable et inconstante, aussi peuvent estre les vostres »20. De même, dans La Deplourable fin de Flamete, l’héroïne Gradisse prend pour modèle les personnages de la Flammette de Boccace et propose à Grimalte, son amant, de s’identifier à eux : « je suis certaine que vous me seriez ung’autre Pamphile a Flamette, et en ceste contemplation me seront plus legieres les peines a supporter »21.

  • 22 Helisenne de Crenne, op. cit., A 2.

13L’épître liminaire des Angoysses douloureuses, qui reprend celle de la Flammette, introduit également un pacte de lecture qui vise à impliquer au sein de l’espace fictionnel les lectrices, appelées à être spectatrices mais également consolatrices : « Les anxietez & tristesse des miserables (comme je peulx penser & coniecturer) se diminuent, quand on les peult declarer à quelque sien amy fidele »22, affirme la narratrice. Les procédés didactiques du roman de formation, qui reposent notamment sur une lecture de l’identification, s’enrichissent de cette relation qu’entretiennent narratrices et lectrices : le cadre énonciatif de la narration valorise la transmission d’un savoir, au détriment de son exposition proprement dite.

14L’identification peut également être encouragée lors d’interventions au sein du récit, comme le fait Madame Méduse, la conteuse de la troisième nouvelle de Jeanne Flore, qui imagine ses auditrices en victimes malheureuses de l’orgueil et du mal d’amour, après les avoir incitées d’abord à se mettre à la place de l’héroïne :

  • 23 Jeanne Flore, op. cit., E 5 v °.

Las moy cheres amyes miserable et afflicte si de mon temps tel malheureux et execrable inconvenient survenoit à aulcune de vous que j’ayme si cherement : Certes plus grande defortune ne me pourroit pas advenir23.

15Aux moments de grande intensité dramatique, il arrive que la narratrice effectue un aparté et demande l’avis des auditrices, afin de les impliquer davantage dans le récit de ses propres malheurs. Ainsi, lorsque la Flammette de Boccace se voit séduite par la longue tirade d’Amour, elle s’adresse également aux lectrices, comme le rappelle finalement la narratrice qui s’est laissé convaincre :

  • 24 Jean Boccace, op. cit., 16 v °.

Dames pitoyables si dieu vous dont accomplissement de voz desirs, dictes moy que je debvoys, ou pouvoys dire ou respondre a telles et grandes parolles dune telle deesse, sinon dire soit faict ainsi quil te plaist24.

  • 25 Juan de Flores, op. cit., e 7.

16Il s’agit d’offrir à la considération des lectrices des postures auxquelles elles puissent s’identifier, tout en les mettant à distance. Le risque réside alors dans la contamination des auditrices-lectrices, comme en témoigne le monologue de la « malheureuse Flammette » : « Quelles griefves peines justement te peuvent briefvement pugnir ? Puis que tes erreurs offendent, non seulement toy, mais les nobles dames, qui en souffrent pour tes honteuses vergoignes (…) »25. Un tel danger demeure néanmoins restreint au cadre de la narration : il dessine l’espace d’une expérience fictive, hautement pédagogique ; les narratrices et auditrices constituent un intermédiaire entre les héroïnes et les lectrices.

  • 26 Helisenne de Crenne, op. cit., A 6.
  • 27 Citons par exemple le début de la Flammette de Boccace où la narratrice précise à ses lectrices : (...)
  • 28 Helisenne de Crenne, op. cit., A 6.

17Le mouvement d’appropriation que nécessite la lecture se manifeste notamment dans les narrations sentimentales par l’emploi du verbe « considérer ». On le rencontre par exemple dans l’adresse d’Helisenne à ses lectrices, alors qu’elle relate le premier regard qu’elle jette sur Guenelic : « O mes dames, je vous exore et prie, que vueillez considerer, la grande puissance d’amours, veu que jamais je n’avois veu ce personnage »26. L’autonomie intellectuelle des lectrices, mise en valeur par la présence des verbes de jugement27, est alors soulignée par l’évocation d’une éventuelle objection qu’elles pourraient émettre : « Vous pourriez trouver cela fort estrange, car le plus souvent amours viennent par continuelle fréquentation »28.

  • 29 Ibid., K ii.

18Le verbe « considérer » peut aussi être employé en conclusion des histoires. C’est le cas par exemple à la fin de la première partie des Angoysses douloureuses où la narratrice déclare : « J’imposeray fin à ma doloreuse complainte, vous priant mes dames que veuilez considerer quel est ou peult estre mon mal, moy estant prisonniere en la fleur de ma jeunesse »29. De même, la clôture des histoires de Jeanne Flore semble parfois imposer aux lectrices des injonctions et préceptes moraux, comme à la troisième nouvelle :

  • 30 Jeanne Flore, op. cit., F 6.

Gardez vous donc soingneusement cheres dames, doffenser le vray Amour, ne desprisez les celestes dispositions, et causes ordonnées, lesquelles sont en temps opportun, et deu eschauffer les jeunes creatures en amours30,

  • 31 Voici la strophe qui se trouve au verso de la page de titre de l’édition lyonnaise, Jeanne Flore, (...)

19qui fait écho au huitain qui ouvre le recueil31 et tient lieu de mot d’ordre.

20Aussi le verbe « considérer » renvoie-t-il aux différentes attitudes des lectrices, tout à la fois observatrices, interprètes et moralistes, de même qu’il traduit le souci des narratrices de ne pas clore l’histoire par une morale figée : ces dernières invitent davantage les auditrices-lectrices à poursuivre l’apprentissage engagé. Proposant un avertissement aussi bien qu’un exercice sans véritable danger, les situations de tentation, de faute ou de victoire morale constituent autant d’épreuves que la lectrice vit par procuration, désormais habitée par ses multiples doubles fictionnels. Cette construction sert dès lors un projet pédagogique inductif qui cherche à provoquer le jugement critique des lectrices.

  • 32 Juan de Flores, op. cit., a 5 v °.
  • 33 Témoigne également de ce dispositif théorique sous-jacent l’appareil paratextuel de certains récit (...)

21Demeure néanmoins inscrit, à l’horizon d’une telle démarche, un discours qui s’apparente à ceux des traités d’éducation et autres romans didactiques, mais enrichi de l’épaisseur de la représentation fictionnelle. La trame de ces récits relève en effet de situations que les manuels de vertu et autres outils pédagogiques présentent davantage à l’état de préceptes. Selon une conception de l’éducation qui en appelle à la participation active de la lectrice, c’est à cette dernière de construire ses propres outils didactiques. Ainsi, dans la Deplourable fin de Flamete, l’héroïne éponyme, érigée en figure exemplaire, nourrit la réflexion de son double, Gradisse, qui appartient à l’histoire-cadre et représente de ce fait les lectrices de la Renaissance : « elle me sera ung myroir de doctrine, avecque lequel je voys ce que j’ay d’accomplir avecque vous »32. La référence au genre didactique du « myroir de doctrine » qui caractérise bon nombre de publications en vogue à la Renaissance, souligne la parenté qui unit ces fictions aux traités théoriques visant à éduquer les jeunes filles et femmes du XVIe siècle33.

  • 34 Le personnage d’Helisenne s’érige elle-même en exemple auprès des lectrices : « je croys que cesto (...)
  • 35 Juan de Flores, op. cit., b 5 v °.
  • 36 Ibid.

22De même, les personnages se présentent souvent comme des modèles ou des contre-modèles34, ainsi l’affirme Flamete, dans La Deplourable fin de Flamete, qui s’adresse aux lecteurs par le biais de Grimalte, son interlocuteur : « car possible sera que aucuns y prendront exemple a l’advenir, pour estre plus saiges a scavoir eviter les tromperie des hommes »35. Et la jeune femme de poursuivre : « O quel bien se m’eust este, si ung autre devant que moy m’eut donne exemple, comme je fais aux autres »36. La constitution du modèle est alors délibérément soulignée, comme si le texte était balisé d’aides à la lecture. Le personnage de fiction constitue ainsi un sujet de démonstration, manié par les instances narratoriales, au service de la formation des lectrices.

  • 37 On rencontre néanmoins, dans les discours moralisateurs de certains personnages, les accents du ro (...)

23La narration sentimentale utilise donc le détour de la fiction pour mettre en scène non seulement l’acquisition d’une expérience qui s’élabore au gré des aventures d’une ou de plusieurs héroïnes, mais également ses modalités de transmission au sein d’une communauté plus spécifiquement féminine. L’auto-formation du personnage nourrit donc profondément l’entreprise didactique du narrateur. Mais l’art de la narration sentimentale consiste aussi à refuser l’allégorisation du personnage37, afin de conserver l’épaisseur existentielle qu’a provoquée sa conversion, d’un type littéraire non singularisé en héroïne d’un roman de formation. La valeur pédagogique de certains procédés narratifs, en particulier les jeux d’enchâssement discursif ou le dédoublement des figures féminines en personnages, narratrices, auditrices et lectrices, n’atténue pas le souci du delectare qui préside aux règles de sociabilité de la communauté féminine. La nature récréative de ces récits contribue bien au contraire à célébrer une nouvelle forme d’émancipation féminine, qui se communique et trouve plaisir à s’énoncer. Elle rend alors possible un mouvement d’individualisation des lectrices, qui participe à leur émancipation.

Émancipation et singularisation

  • 38 Comme le formule Flammette au moment de succomber à l’amour : « Dames pitoyables si dieu vous dont (...)

24Nous l’avons vu, la médiation des savoirs trouve sa pleine valeur dans le cadre d’une complicité féminine qui sert de toile de fond à la diégèse proprement dite. En effet, la narratrice traverse les expériences de l’existence accompagnée de ses comparses38 et souhaite faire partager à ses lectrices les fruits d’un apprentissage le plus souvent douloureux. Si l’efficacité de ces nouveaux outils d’éducation féminins réside dans le procédé d’identification, l’exposition de cette casuistique amoureuse se déroule au sein d’une communauté féminine véritablement solidaire. Le partage des enseignements propose ainsi à la lectrice un patrimoine dans lequel elle peut venir puiser, selon ses besoins propres, comme le proposaient déjà les Évangiles des Quenouilles. Néanmoins, les narrations sentimentales étudiées se différencient de certains recueils, où les récits exposés au cours des journées ou veillées se réduisent parfois à des exempla, suivant une visée pragmatique qui limite l’investissement des lectrices.

  • 39 Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, Paris, Dunod, 1996, p. 34.
  • 40 Pollie Bromilow, « Les femmes lectrices de la fiction au seizième siècle. Enjeux idéologiques d’un (...)

25Dès lors la présence d’une communauté, mise en valeur par le procédé de l’histoire-cadre et collectivement prise à témoin, ne favorise pas toujours l’autonomie des lectrices, soumises à des ouvrages dont la morale est parfois imposée. Le dédoublement de la scène narrative par un procédé énonciatif d’encadrement engage, certes, un dialogue entre les devisants, mais la finalité n’en est pas nécessairement émancipatrice. En attestent des ouvrages tels le Décaméron et l’Heptaméron qui recourent à la cornice, sans en faire le ressort d’une réflexion proprement féminine. Le cheminement pédagogique peut davantage y apparaître clos. Comme le formule la quatrième nouvelle du volume de Marguerite de Navarre : « Si à quelqu’une de vous advenoit pareil cas, le remede y est ja donné »39. Ainsi présentée, la nouvelle ne témoigne pas nécessairement du souci de singulariser la lectrice en lui proposant de s’identifier à une héroïne unique, comme le rend possible la structure narrative des premiers récits d’apprentissage. Il s’agirait plutôt, comme le fait remarquer Pollie Bromilow, de représenter une lectrice renaissante encore soumise au modèle boccacien, qui ne recherche pas une intervention active de la femme, « mais représente la femme soumise aux valeurs misogynes et confinée aux marges du texte »40.

26Les narrations sentimentales qui nous intéressent, pour leur part, ne proposent pas une résolution définitive (on pense à la Flammette de Boccace dont l’inachèvement autorise Juan de Flores à rédiger une continuation) ou aussi radicale. En outre, la narration longue se prête plus que la nouvelle à l’ouverture interprétative. Ainsi, Grimalte, le narrateur de la Deplourable fin de Flamete, invite le lecteur à un jugement critique personnel :

  • 41 Juan de Flores, op. cit., b iii v °.

Toutefoys j’aurois bien desir d’estre le juge d’entre Pamphile et elle. Car par advanture lon pourra trouver que les angoisses d’elles sont injustes, ou peult estre qu’elle [sic] seront legitimement grandes41.

  • 42 Naturellement, c’est également le cas d’un certain nombre de nouvelles du Décaméron ou de l’Heptam (...)
  • 43 Juan de Flores, op. cit., s.d., a i vo.

27S’apparentant davantage au genre des « histoires tragiques » qui connaîtra un grand succès dans la deuxième partie du siècle, le parcours de certaines héroïnes leur confère une grandeur singularisante42. Le récit de la traversée des épreuves contribue à l’individualisation de l’héroïne, désormais pourvue d’une destinée romanesque. Aussi est-ce l’épaisseur existentielle du personnage de Boccace, Flammette, qui incite l’auteur de la Deplourable fin à en poursuivre l’achèvement, comme le formule l’« epistre proemiale » qui, s’adressant aux « lecteurs benivoles », évoque « le regret quavez de la non finie histoire de Flammette, qui vous tient en desir suspenduz »43.

  • 44 Jeanne Flore, op. cit., Lyon, Denis de Harsy, s.d., D 5.

28Dans ces récits, certains procédés concourent à individualiser les lectrices, afin de les laisser libres de poursuivre isolément leur apprentissage. Ainsi, dans les Comptes amoureux de Jeanne Flore, les conteuses invitent parfois les auditrices, par quelques commentaires métadiscursifs, à s’émanciper des seules descriptions offertes à la collectivité pour user de leur propre imagination. Décrivant la beauté du visage de son héroïne, la conteuse prénommée Andromeda se refuse à poursuivre et déclare : « De ce que je vous en ay ja dict, amoureuses Dames, poves à part vous considerer la perfection de tout le demeurant du corps »44. Si le propos de la narratrice vise à provoquer des émotions et réflexions au sein de la communauté féminine, il cherche également à toucher personnellement chacune des auditrices-lectrices. Le parcours herméneutique engagé par les commentaires didactiques demeure ainsi suspendu et en appelle à l’autonomie des lectrices.

29Certaines figures tendent également à se singulariser par la relation qu’elles entretiennent à la parole. Le monologue intérieur, particulièrement employé dans les Angoysses douloureuses d’Helisenne de Crenne, constitue ainsi un procédé d’individualisation de l’héroïne. Les scènes de confidence à une nourrice ou une servante, que l’on rencontrait fréquemment dans la Flammette de Boccace qui lui sert de modèle, se trouvent ainsi converties en soliloque et recentrées sur la solitude de la figure féminine. Elles favorisent le déploiement d’une rhétorique des passions et une éloquence féminine renouvelée. La tournure « et disoye en moymesmes », qui structure la première partie du roman, souligne ce mouvement d’intériorisation qui caractérise l’expression des sentiments de l’héroïne. Elle encourage également l’intimité d’une lecture qui tend, au cours de la deuxième partie de la Renaissance, à devenir plus souvent individuelle et silencieuse.

  • 45 Helisenne de Crenne, op. cit., FFF 8 : « S’ensuyt une ample et accomodee narration, faite par le m (...)
  • 46 Évelyne Berriot-Salvadore, Les femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1 (...)

30Le mouvement d’individualisation des personnages se manifeste dès lors dans la maîtrise du discours, comme en atteste le sous-titre de la dernière partie des Angoysses douloureuses : « ce qui se declarera avec decoration du delectable stile poeticque »45. Il rend possible la mise en valeur d’une auctorialité féminine. Si la troisième partie du roman d’Helisenne de Crenne s’achève par la mort des deux amants, celle-ci ne fait pas obstacle à la position auctoriale qui accompagne la publication du récit des amours malheureuses, représentée dans la dernière partie de l’ouvrage. Le plaisir de la narration traduit une forme d’émancipation féminine, dont rend compte la référence à la « délectation » qu’occasionne, pour la narratrice-héroïne, l’écriture de ses aventures. Selon Évelyne Berriot-Salvadore, en effet, « le seul mobile de l’écriture est le plaisir intellectuel que la femme revendique au même titre que la sensualité : plaisir de se confier, comme elle l’explique dans la dédicace ; plaisir de tenir la plume qui l’entraîne dans la création remplie de “délectation infatigable”… »46.

31L’apprentissage de la narration sentimentale résiderait aussi, et peut-être surtout, dans le pouvoir des femmes à se prendre pour objet d’introspection, en un langage qui s’invente à cette fin.

  • 47 Jeanne Flore, op. cit., A ii.
  • 48 Helisenne de Crenne, op. cit., K ii vo.
  • 49 Nombreux ont été les débats concernant l’identité réelle et féminine de Jeanne Flore, probable tra (...)

32L’identification dont font preuve les lectrices ne se réduit donc pas à s’associer à des personnages de fiction, mais également à des figures féminines qui accèdent à une parole d’auteur, tout en respectant les conventions sociales et l’espace qui leur est consacré sur la scène littéraire. La nature féminine de cette écriture, revendiquée par certaines narratrices, légitime l’expérience qu’elles désirent transmettre, même si celle-ci s’accompagne d’une humilité attendue qui montre bien les ambiguïtés de la parole féminine au XVIe siècle. Jeanne Flore ouvre ainsi le recueil de ses Comptes amoureux en s’excusant de son « rude & mal agencé langaige » qu’elle justifie ainsi : « Cest oeuure de femme, dou ne peult sortir ouuraige si limé, que bien seroit dung homme discretz en ses escriptz »47. De même, Helisenne de Crenne clôt la première partie de son roman en précisant : « mais en cela me doibt seruir d’excuse, que nostre condition foeminine n’est tant scientificque que naturellement sont les hommes »48. Par ces formules topiques, dont la genèse obscure des œuvres peut nous conduire à penser qu’elles sont en réalité masculines, l’image de la femme dépeinte en auteur, et non plus en simple auditrice-lectrice ou en conteuse, se restreint à une posture figée. La transmission des expériences féminines, assumée par un auteur féminin, s’intègre alors à l’espace de la narration : la femme-auteur apparaît comme un personnage de fiction49.

33Fondée sur une lecture de l’identification, la construction de ces instances auctoriales féminines témoignerait ainsi de la valeur didactique de la représentation des femmes, du personnage à l’auteur, au sein de la narration, quand bien même le dispositif pédagogique émanerait d’un montage masculin. Elle jouerait des stéréotypes socioculturels, en une modernisation du topos des fileuses devenues femmes-auteurs, pour proposer aux lectrices un cheminement pédagogique singularisant, qui les invite à réfléchir sur leur propre condition. Mais elle rendrait également compte de la persistance de cette ambivalence idéologique qui préside à l’écriture féminine : présentés comme linguistiquement inférieurs, ces récits seraient destinés à un lectorat avant tout féminin, parce qu’ils témoigneraient d’une didactique de l’oralité et de la solidarité, où l’expérience amoureuse se présente encore comme un « remède de bonne femme ».

Notes

1 Les Évangiles des Quenouilles, Paris/Montréal, Vrin/Les Presses universitaires de Montréal, 1985, p. 78.

2 Le projet se définit ainsi en opposition à ce type d’ouvrages : « Mes tres chieres voisines et compaignes, en ceste vocation, vous voyez, et aussi il est tout notoire comment les hommes du temps present ne cessent de escripre et faire libelles diffamatoires et livres contagieux poingnans l’onneur de notre sexe », ibid., p. 80. Nous renvoyons à l’ouvrage d’Anne Paupert, Les fileuses et le clerc. Une étude des Évangiles des Quenouilles, Paris, Champion, 1990, p. 227-262.

3 Nous renvoyons à la définition qu’en donne Gustave Reynier dans Le roman sentimental avant l’Astrée, Paris, Armand Colin, 1908, Genève, Slatkine Reprints, 1969.

4 Jeanne Flore, Comptes amoureux, [Lyon], [Denis de Harsy], c. 1531.

5 Helisenne de Crenne, Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amours, Paris, Denis Janot, 1538.

6 Jean Boccace, Flammette. Complainte des tristes amours de Flamette à son amy Pamphile, Lyon, Claude Nourry, 1532. Nous résumons le titre en Flammette. D’une occurrence à l’autre, chez Boccace comme chez Juan de Flores, le prénom de l’héroïne connaît des variantes graphiques que nous conservons dans nos citations.

7 Juan de Flores, La Deplourable fin de Flamete, Paris, Denis Janot, 1536.

8 Bonaventure des Périers, Nouvelles Récréations et Joyeux Devis (I-XC), Paris, Société des Textes Français Modernes, 1997, p. 17.

9 Dans un article intitulé « Les femmes lectrices de la fiction au seizième siècle. Enjeux idéologiques d’un lieu commun », Pollie Bromilow soulève l’ambiguïté qui préside à la représentation des femmes lectrices de nouvelles : « les dangers de l’immoralité que l’on voit à travers ces représentations du goût féminin pour la narration brève sont issues d’un milieu où la misogynie était une valeur dominante. Derrière ce lieu commun de la femme gourmande des récits ne pourrait-il pas se cacher une façon parmi d’autres de représenter une vision de la femme conforme à des valeurs masculines ? », Lectrices d’Ancien Régime, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 264.

10 Bonaventure des Périers, op. cit., ibid.

11 Ibid.

12 Le narrateur explique en effet : « Je me transportay en l’ostel d’une assez ancienne damoiselle assez prez ma voisine, ou j’avoie acoustumé d’aler souvent deviser, car pluiseurs des voisines d’environ venoient illec filer et deviser pluiseurs menus et joyeux propos dont je prenoie grant solas et plaisir », Les Évangiles des Quenouilles, op. cit., p. 79.

13 Ibid., p. 79.

14 Les Évangiles des Quenouilles, op. cit., p. 79-80.

15 Pour une présentation générale de la querelle des femmes, nous renvoyons au chapitre intitulé « La querelle des femmes au XVIe siècle », de l’Histoire du féminisme français, vol. 1, Éditions des femmes, 1977 de Maïté Albistur et Daniel Armogathe. Concernant plus précisément son inscription poétique à la cour, à travers la querelle des amies, voir l’introduction à L’Amie de court (1542) de Bertrand de La Borderie, publiée par Danielle Trudeau dans son édition critique, Paris, Champion, 1997.

16 Jeanne Flore, op. cit., A ii.

17 Ibid.

18 Helisenne de Crenne, Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amours, op. cit., A 2 vo: « O tres cheres dames, quand je considere qu’en voyant comme j’ay esté surprinse, vous pourrez eviter les dangereulx laqs d’amours, en y resistant du commencement, sans continuer en amoureuses pensées. Je vous prie de vouloir eviter ociosité, et vous occupez à quelques honnestes exercices ».

19 Comme nous l’avons montré dans notre thèse intitulée La mise en livre des narrations de la Renaissance : écriture éditoriale et herméneutique de l’imprimé (thèse dactylographiée, Paris IV-Sorbonne, décembre 2005), Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amours construisent une figure d’auteur féminin par les artifices de la fiction et l’illusion référentielle des procédés éditoriaux.

20 Jean Boccace, op. cit., 2 vo.

21 Juan de Flores, op. cit., a iii vo.

22 Helisenne de Crenne, op. cit., A 2.

23 Jeanne Flore, op. cit., E 5 v °.

24 Jean Boccace, op. cit., 16 v °.

25 Juan de Flores, op. cit., e 7.

26 Helisenne de Crenne, op. cit., A 6.

27 Citons par exemple le début de la Flammette de Boccace où la narratrice précise à ses lectrices : « je mefforceray ad ce que jay permis de descrire mes amoureuses fortunes plus heureuses que constantes, ad ce que par comparaison de cette felicite amoureuse et malheureux estat, me puissiez cognoistre et juger plus que nul autre malheureuse/et ainsi en plourant pour cause raisonnable, poursuivray descrire en piteulx et larmoyant stille tel que je pourray, mes douloureux cas et afflictions », op. cit., 2 vo.

28 Helisenne de Crenne, op. cit., A 6.

29 Ibid., K ii.

30 Jeanne Flore, op. cit., F 6.

31 Voici la strophe qui se trouve au verso de la page de titre de l’édition lyonnaise, Jeanne Flore, op. cit., A i vo : « Gardez vous bien du Vray amour offendre, / Lequel nest pas comme on le painct, aueugle : / Sinon en tant que les Cruelz aueugle, / Qui nont le cueur entier, piteux, & tendre. / Le voila ia tout prest de son arc tendre / Contre qui nayme vsant du malefice / De Cruaulté : Doncques au sainct seruice / Damour vueillez de bon vouloir entendre. »

32 Juan de Flores, op. cit., a 5 v °.

33 Témoigne également de ce dispositif théorique sous-jacent l’appareil paratextuel de certains récits, comme l’illustre l’un des titres de chapitre de La Deplourable fin de Flamete qui indique « Comment Grimalte remontre a Gradisse quelle a tort de luy donner de si longz travaulx, et qu’il ne faut qu’elle prenne exemple a Pamphile », Juan de Flores, op. cit., a 6.

34 Le personnage d’Helisenne s’érige elle-même en exemple auprès des lectrices : « je croys que cestoit predestination divine, par ce que je congnois, que serviray d’exemple aux aultres », op. cit., A 5. La fin de la première partie en reprend l’idée : « car par lexperience de ma furieuse follie, vous puis adviser et donner conseil qui vous sera utile et profittable pour de tel embrasement vous conserver », op. cit., K ii vo.

35 Juan de Flores, op. cit., b 5 v °.

36 Ibid.

37 On rencontre néanmoins, dans les discours moralisateurs de certains personnages, les accents du roman ou du traité didactique et la rhétorique de la condamnation qui les accompagne le plus souvent, comme en cette formule manichéenne de la Deplourable fin de Flamete : « O miserable. Tu estois le ornement de honneste mariage. Tu t’es faicte larronnesse de l’honneur de ton mary, qui ne l’avoit merite », Juan de Flores, op. cit., f 2.

38 Comme le formule Flammette au moment de succomber à l’amour : « Dames pitoyables si dieu vous dont accomplissement de voz desirs, dictes moy que je debvoys, ou pouvoys dire ou respondre a telles et grandes parolles dune telle deesse, sinon dire soit faict ainsi quil te plaist », ibid., 16 vo.

39 Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, Paris, Dunod, 1996, p. 34.

40 Pollie Bromilow, « Les femmes lectrices de la fiction au seizième siècle. Enjeux idéologiques d’un lieu commun », Lectrices d’Ancien Régime, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 267.

41 Juan de Flores, op. cit., b iii v °.

42 Naturellement, c’est également le cas d’un certain nombre de nouvelles du Décaméron ou de l’Heptaméron, d’une certaine ampleur, et dont les héroïnes se voient encore enrichies de la tradition narrative qui leur a donné naissance.

43 Juan de Flores, op. cit., s.d., a i vo.

44 Jeanne Flore, op. cit., Lyon, Denis de Harsy, s.d., D 5.

45 Helisenne de Crenne, op. cit., FFF 8 : « S’ensuyt une ample et accomodee narration, faite par le magnanime Quezinstra, pour exhiber la mort immaturée de son compaignon fidele le gentil Guenelic : en comprenant ce qu’il intervint du predict Guenelic, et de sa dame Helisenne apres leurs deplourables fins, ce qui se declarera avec decoration du delectable stile poeticque ».

46 Évelyne Berriot-Salvadore, Les femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1990, p. 450.

47 Jeanne Flore, op. cit., A ii.

48 Helisenne de Crenne, op. cit., K ii vo.

49 Nombreux ont été les débats concernant l’identité réelle et féminine de Jeanne Flore, probable transposition du nom de Juan de Flores, et Helisenne de Crenne, dont le patronyme est également un pseudonyme. Sur ce sujet, nous renvoyons aux deux ouvrages collectifs Helisenne de Crenne. L’écriture et ses doubles, Paris, Champion, 2004 et Actualités de Jeanne Flore, Paris, Champion, 2004, ainsi qu’aux préfaces des éditions récentes des Angoisses douloureuses qui procèdent d’amours, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005, par Jean-Philippe Beaulieu et des Comptes amoureux, ibid., par Régine Reynolds-Cornell.

Auteur

ATER à l’université Paris IV. Elle a consacré sa thèse de doctorat à l’étude de La mise en livre des narrations de la Renaissance : écriture éditoriale et herméneutique de l’imprimé (2005). Elle a été chercheuse associée à la BnF où elle a participé, à la Réserve des livres rares, à l’Inventaire chronologique des éditions parisiennes (1541-1545) de Philippe Renouard. Cofondatrice du groupe GEST (Geste Éditorial Situations Théories) qui interroge les enjeux de l’acte de publication de la littérature et des sciences humaines, elle a co-organisé un colloque consacré à « L’acte éditorial à la Renaissance et aujourd’hui ». Elle s’intéresse tout particulièrement à la définition des genres littéraires en fonction de leur contexte de production éditorial et de l’horizon d’attente de leurs divers lectorats.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540