Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

L’éducation des filles aux XVIe et XVIIe siècles

Présentation

Jean-Claude Arnould

Texte intégral

1La Renaissance et la Contre-Réforme marquent une étape décisive de l’histoire des femmes et de leur éducation. Les quatre communications qui portent sur la période qui va du milieu du XVIe siècle au milieu du XVIIe témoignent des contradictions qui caractérisent le temps : alors que progresse la reconnaissance des différences génériques et que s’affirme une voix féminine, se renforcent aussi les résistances et se distinguent des spécificités minorantes ou réductrices. À la lecture des contributions qui suivent, le sentiment demeure cependant que la vigueur des résistances est la contrepartie d’une émancipation réelle. Les Lettres, et pour une part des œuvres de fiction, permettent de débattre de l’éducation des femmes mais la « question » féminine est de moins en moins un sujet ou un effet du discours masculin et des femmes, nombreuses, se saisissent de la plume et prennent en main leur destin et leur formation. Imaginer en ce siècle des plus tourmentés un progrès linéaire serait cependant illusoire : c’est la complexité des phénomènes qui frappe surtout dans cet itinéraire qui part de la fiction sentimentale en prose à la Renaissance, passe par un dialogue de la fin du temps des troubles et la formation d’une lettrée au tournant des deux siècles pour aboutir au débat sur l’éloquence au début du XVIIe siècle.

2Les récits sentimentaux publiés en France dans les années 1530-1540 sont, pour Anne Réach-Ngô, des récits d’apprentissage au féminin : issus d’un cadre où la parole féminine doit être, si elle se manifeste, autorisée par une instance masculine, ils affirment, par un dispositif particulier que révèle bien la comparaison avec des œuvres contemporaines, l’autonomie des femmes, personnages, narratrices ou auteures ; elles exercent par l’identification à laquelle elles invitent leurs auditrices-lectrices une pédagogie du jugement critique, tout en proposant des modèles et des contre modèles. Anne Réach-Ngô montre comment ces récits produisent une communauté féminine émancipatrice au sein de laquelle peut s’affirmer la singularité ; mais l’autonomie féminine qu’elles induisent par ce processus de formation et d’auto-formation reste marquée par l’ambivalence de l’écriture féminine à la Renaissance, entre apprentissage de la liberté et infériorité consentie.

3Maria Papapetrou Miller s’intéresse à Madeleine et Catherine des Roches, pour leur « Dialogue de Placide et Sévère ». La rencontre entre ce misogyne par misanthropie – ou misanthrope par misogynie ? – et son compagnon plein d’humanité permet l’affrontement des deux thèses opposées ; la position de chaque protagoniste s’explique par la nature, l’humeur, la conduite de leurs épouses et filles, ellesmêmes déterminées par l’ignorance des unes et la fréquentation que les autres ont des Lettres. La forme du dialogue offre la possibilité de parcourir, en cette fin d’un siècle où tant d’encre a été versée sur la question, les argumentaires pro et contra. M. Papapetrou Miller observe dans le « Dialogue » la présence des auteurs antiques, latins, et grecs plus encore (principalement Xénophon et Plutarque) qui non seulement fournissent un certain nombre d’arguments mais dont l’allégation fait autorité dans le débat sur l’éducation des femmes. Le recours à ces textes sera cependant plus qu’un simple réemploi, puisqu’en contestant les préceptes antiques concernant la conduite des femmes et leur rôle social, Madeleine et Catherine des Roches écrivent une œuvre novatrice.

4Au tournant des XVIe et XVIIe siècles, Marie de Gournay offre, suivant Mireille Habert, une relation au savoir digne d’intérêt. Les étapes de sa carrière, de la rencontre des Essais à la publication des Avis en 1641, révèlent les moyens qu’elle a mis en œuvre pour sa formation de traductrice, de linguiste et d’écrivain, parfois polémiste. La relation fondatrice avec Montaigne est aussi une formation à la « conférence », forme privilégiée d’apprentissage par l’échange intellectuel. Mais c’est plutôt sur le mode de la revendication – face à la misogynie contemporaine – et de la plainte – du fait de la disparition des interlocuteurs d’élection, et en tout premier lieu de son « père d’alliance » – que s’exprime, sous la plume de Marie de Gournay, l’invitation à trouver dans les Lettres les moyens de la liberté.

5Myriam Dufour-Maître s’interroge enfin sur la formation des femmes à l’éloquence au début du XVIIe siècle. Les fondements antiques de la rhétorique en restreignaient rigoureusement l’usage par les femmes. Mais les circonstances historiques donnent à cette époque aux femmes un rôle nouveau dans la société, et favorise une nouvelle conception éducative, qui fait une place de choix à la sociabilité et aux formes littéraires fictionnelles. Naît alors une rhétorique propre aux dames, répondant à des intentions politiques et religieuses spécifiques, qui posent la question du cadre de la formation qui lui sera assigné, cour, école ou ruelle. La querelle du Cid et plus généralement l’œuvre de Corneille témoignent des débats qui marquent ce moment singulier de l’histoire des femmes, celui de l’apparition d’un èthos féminin complexe dont l’importance donnée au corps, la croyance aux dons naturels et la représentation contemporaine de la langue viennent circonscrire les limites.

6Si cette période a été distinguée, parmi d’autres, dans le développement du colloque, c’est sans doute, comme le montrent ces communications, qu’elle est un moment décisif dans l’histoire de l’éducation des femmes : de la Renaissance au début des temps classiques, les controverses prennent davantage d’acuité, les problématiques s’approfondissent et s’affinent, l’affrontement quasi scolastique entre champions et détracteurs des dames est devenu un débat vital et des femmes, de plus en plus nombreuses, prennent la plume pour en devenir les actrices principales.

Auteur

Professeur des universités Université de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540