Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Genre & Éducation

 | 
Paul Pasteur
, 
Marie-Françoise Lemmonier-Delpy
, 
Martine Gest
, 
et al.

Avant-propos

Texto completo

1Les textes réunis dans ce volume ont été présentés lors du colloque international Genre et éducation : former, se former, être formée au féminin organisé conjointement par l’université de Rouen et l’IUFM de l’Académie de Rouen qui s’est tenu, à Mont-Saint-Aignan, les 9 et 10 mars 2006.

  • 1 TRAMES, no 12, « Éducations féminines », 2005.

2Ce colloque a été la prolongation du numéro 12 de TRAMES, la revue d’histoire, géographie, arts et lettres de l’IUFM de l’Académie de Rouen paru en 2005 dont le titre était Éducations féminines1. L’afflux de propositions de contributions qui n’avaient pas pu être retenues en raison des normes éditoriales avait incité Martine Gest et Marie-Françoise Lemonnier-Delpy à prolonger cette recherche collective et pluridisciplinaire en l’élargissant aux collègues de l’université qui travaillaient sur ces mêmes thèmes. Ainsi un conseil scientifique regroupant Jean-Claude Arnould, Bernard Bodinier, Rémi Dalisson, Martine Gest, Jean-Paul Haghe, Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, Betty Mercier-Lefevre, Paul Pasteur, Gabriel Thibault, Françoise Simonet-Tenant a été mis en place. Il a choisi de rester fidèle à une approche pluridisciplinaire mais d’inscrire la recherche dans la longue durée de la Renaissance à nos jours et d’élargir l’espace à l’Europe et à la francophonie.

  • 2 Françoise Mayeur, Enseignement secondaire des jeunes filles 1867-1924, Paris, PFNSP, 1977.
  • 3 Colloque organisé par l’association Mnémosyne les 8 et 9 mars 2005 à Lyon : « Histoire des femmes (...)
  • 4 Parmi les très nombreux colloques organisés ces dix dernières années rappelons : « Les femmes en A (...)

3En 1975, Françoise Mayeur a soutenu la première thèse d’État consacrée à l’enseignement secondaire des jeunes filles 1867-19242. Bien que se défendant d’être une féministe, Françoise Mayeur souligne le rôle essentiel des éducatrices, ce travail légitime aujourd’hui encore une approche conjointe des deux thématiques. Ces dernières années, le rapport entre genre et éducation a été l’objet de plusieurs rencontres ou approches disciplinaires3. Ainsi cette recherche s’inscrit dans une double filiation, celle de l’histoire de l’éducation et celle de l’histoire des femmes et du genre qui depuis une dizaine d’années a été fort présente à l’université de Rouen4. « La recherche obstinée d’une relation à l’autre sexe et à l’histoire globale » a été défendue dès le départ comme l’une des problématiques de l’histoire des femmes comme l’écrivait déjà Michelle Perrot il y a trente ans.

4Par ailleurs, nous adhérons aux propos de Philippe Lejeune qui, présentant « Le Journal d’Annick 7 ans et demi », s’interrogeait : « Il pourrait être instructif d’examiner comment un enfant se met à écrire “je” comment il apprend à construire une image du présent ou à figurer sa vie comme un récit. Peut-être l’enfance de l’individu éclairerait-elle celle de l’humanité et l’origine des genres », on pourrait ajouter autant littéraires que sexuels.

5Cette notion de genre, introduite par l’historienne américaine Joan Scott en 1988 et longtemps controversée en France, désigne la construction culturelle de la différence de sexes et défie ainsi les dichotomies féminin/masculin, dominée/dominant, intégrée/exclue. Littéraires, historien-ne-s, sociologues, nous avons accepté la polysémie du genre et admis que certain-e-s puissent parfois en donner une définition presque ambiguë, mais nous l’avons conservé en tant que concept fédérateur qui témoigne d’une étape de la recherche, le genre permettant de mieux décrypter les mécanismes et les processus à l’œuvre dans l’entreprise de formation.

6Les littéraires et les historien-ne-s étant à l’initiative et surrepresentée-s dans ce volume, nous avons jugé utile de laisser une historienne et une spécialiste de littérature faire le point sur l’état des recherches dans ces deux disciplines. Le volume se divise ensuite en huit grandes parties consacrées précédées d’une courte introduction : l’éducation des filles aux XVIe et XVIIe siècles, corps et éducation, activités artistiques et l’éducation, la fillette dans le discours éducatif, discours et pratiques au siècle des lumières, religion, éducation et novations, femmes éducatrices, éducations européennes.

7Enfin rappelons que la publication du présent ouvrage qui réunit la majeure partie des communications présentées lors du colloque a été possible grâce au soutien financier des équipes de recherche et institutions suivantes, auxquelles nous adressons nos plus vifs remerciements : le Groupe de recherche d’histoire (GRHis), le Centre d’étude et de recherche éditer-interpréter (CÉRÉdI) et le Conseil scientifique de l’université de Rouen, l’IUFM de l’Académie de Rouen, le Groupe de recherche en éducation de Haute-Normandie (GREHN), le Pôle universitaire normand (PUN), le Conseil régional de Haute-Normandie, le Conseil général de Seine Maritime, la ville de Rouen, la CASDEN. Que les membres du comité scientifique qui se sont engagés dans l’organisation scientifique et matérielle du colloque soient ici chaleureusement remerciés. Enfin, nous exprimons notre gratitude à Yvan Leclerc et François Bessire, ancien et actuel directeurs des Publications des universités de Rouen et du Havre (PURH) qui ont bien voulu accueillir ce volume dans le cadre de leurs publications, et à Florence Labeau qui a réalisé le travail de mise en pages.

8Les éditrices et éditeurs

Notas

1 TRAMES, no 12, « Éducations féminines », 2005.

2 Françoise Mayeur, Enseignement secondaire des jeunes filles 1867-1924, Paris, PFNSP, 1977.

3 Colloque organisé par l’association Mnémosyne les 8 et 9 mars 2005 à Lyon : « Histoire des femmes et du genre : enseignements et transmissions des savoirs ».

4 Parmi les très nombreux colloques organisés ces dix dernières années rappelons : « Les femmes en Autriche au vingtième siècle », « Une histoire sans les femmes est-elle possible ? », « Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone après 1945 », « L’écriture de l’histoire par les femmes jusqu’en 1800 », sans compter les colloques ou journées d’étude consacrés à des écrivaines, ainsi que les initiatives de la mission « Égalité des Chances » de l’Université.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540