Version classiqueVersion mobile

Formation, qualification, éducation, emploi

 | 
Thierry Dezalay
, 
Emmanuelle Annoot
, 
Sophie Devineau

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1Roland Pfefferkorn, Penser les rapports sociaux. Rapports de sexe, de classe, de racisation…

2Les rapports sociaux sont étroitement imbriqués et entremêlés. Articulés les uns aux autres, ils se construisent, se reproduisent et se transforment sans cesse. Une approche en termes de rapports sociaux permet de prendre en compte et de comprendre le changement puisque dans une perspective dialectique, il s’agit de penser en même temps comment les sujets, hommes et femmes, suivant leur place dans les rapports de production, suivant leur âge mais aussi leur « race », sont contraints structurellement et sont façonnés au niveau et dans l’espace où ils se trouvent, par les rapports sociaux ; et comment ces mêmes individus par leur activité, individuelle et surtout collective, par leurs interactions permanentes, peuvent construire des marges de liberté et d’action leur permettant de résister et de déplacer ces mêmes rapports.

3Mots clés : Rapports sociaux, genre, classes sociales, racisation, résistances.

4 The social relations are closely imbricated and mixed. Articulated some in the others, they build themselves, reproduce and are ceaselessly transformed. An approach in terms of social relations allows to take into account and to understand the change because in a dialectical perspective, it is a question of thinking at the same time how the subjects, the men and women, following their place in the relations of production, following their age but also according to their origin, are structurally forced and are trained for the level and in the space where they are, by the social relations; and how these same individuals by their activity, individual and especially collective, by their permanent interactions, can build margins of freedom and action allowing them to resist and to move these same social relations.

5 Keywords : social relations, gender, social classes.

6Clotilde Lemarchant, Adultes des CFA et lycées face aux garçons et filles atypiques : points de vue comparés

7De précédents travaux ont mis en évidence des trajectoires et modalités d’intégration différentes entre jeunes filles et garçons minoritaires dans les formations techniques courtes. Cette contribution s’écarte du point de vue de ces jeunes pour se centrer cette fois sur celui des adultes les encadrant le temps de la formation. Que pensent les enseignante-s, responsables d’établissements (lycées ou CFA), infirmières, COP, CPE… des filles en formation de mécanique et des garçons en formation de secrétariat ? Qu’en pensent, pour leur part, les employeurs, susceptibles de bénéficier de bonifications, c’est-à-dire de primes à l’embauche de jeunes atypiques en terme de genre ? Cette présentation des points de vue comparés se fera sur la base d’enquêtes qualitatives menées en Basse et Haute-Normandie – 20 entretiens d’employeurs et 90 entretiens auprès d’adultes de lycées publics et CFA.

8Mots-clés : atypisme, genre, formation technique, marché du travail, politiques publiques.

9 Previous researches allowed us to show that girls and boys in atypical fields of training have different modes of integration. The present research is based on adults points of view: what are thinking teachers, headmasters of high schools or CFA (Centres de formation d’apprentis), nurses, careers advisers… about girls in mechanics and boys in secretarial or beauty training? And what are thinking employers who can profit by allowance bonus when they engage atypical young people from a gender perspective? This presentation of comparative points of view is based on qualitative surveys led in Basse and Haute-Normandie – 20 interviews with employers and 90 interviews with adults from CFA and high schools.

10 Keywords : atypical trajectories, gender, vocational training, public policies.

11Sophie Devineau, Éduquer ses pair(e)s : les enseignantes féministes au travail

12Dans l’école, les enseignantes militantes féministes se chargent de l’éducation de leurs pair(e)s au concept de genre par la diffusion de ces nouveaux savoirs savants. Filant la thèse « savoir c’est pouvoir », elles poursuivent le projet de leurs aînées en défendant la parité dans leur propre profession et une éducation égalitaire des élèves. Leur projet ne prend réellement tout son sens qu’en regard du sentiment largement partagé dans la profession que l’inégalité des sexes est un problème réglé dans l’école et qu’il se pose ailleurs, d’abord dans la famille et dans l’entreprise. L’essentiel ici sera de restituer la méthode pédagogique que ces femmes développent, opposant leur l’inventivité opiniâtre aux rapports de pouvoirs dans l’institution et l’organisation syndicale majoritaire.

13Mots clés : travail, genre, éducation, profession, parité, enseignantes féministes.

14 At school, feminist teachers educate their peers in gender theory by disseminating these new knowledge types. Developing the thesis that knowledge is power, they continue their precursors’ defence of parity in their own profession and egalitarian education of pupils. Their project is only given meaning in the light of the widely-shared feeling in the profession that sexual disparity is a problem dealt with at school and that it arises elsewhere, first in the family and the workplace. The main object here will be to restore these women’s educational method, pitting their tenacious inventiveness against institutional and union power relations.

15 Key-words : work, gender, education, profession, parity, feminist teachers.

16Ali Azizi, Les obstacles institutionnels à la mobilité professionnelle des enseignants-chercheurs. La question du genre

17Cette contribution a pour objet d’analyser les obstacles institutionnels à la mobilité professionnelle des enseignants-chercheurs. L’inégalité sexuelle au sein de l’enseignement supérieur est un enjeu de débat. La représentation des femmes dans le corps des professeurs des universités est faible. La volonté des femmes maîtres de conférences de passer au stade du professorat, de privilégier la recherche et les responsabilités scientifiques est aussi élevée que chez leurs collègues masculins. Mais en réalité, elles sont peu nombreuses dans le champ du pouvoir scientifique. En nous appuyant sur les résultats de notre enquête, effectuée auprès d’un échantillon d’enseignants-chercheurs hommes et femmes de six universités françaises, nous avons mis en évidence qu’une partie de cette sous-représentation s’explique par l’effet de l’institution.

18Mots clés : enseignants-chercheurs, institution, mobilité professionnelle, inégalité sexuelle, carrière.

19 This contribution has for object to analyze the institutional obstacles to the professional mobility of the teachers-researchers. The sexual disparity within the higher education is a stake in debate. The representation of the women in the body of university professors is low (weak). The will of the women lecturers to cross (spend) at the stage of the teaching profession, to privilege the search (research) and the scientific responsibilities is also high as at their male colleagues. But in reality, they are little numerous in the field of the scientific power. By pressing us on the results (profits) of our survey (investigation), made with teachers-researchers’ sample men and women of six French universities, we highlighted that a part (party) of this sub-representation is understandable by the effect of the institution.

20 Keywords : teachers-researchers, institution, professional mobility, sexual disparity, career.

21Emmanuelle Annoot, Enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses face aux transformations du métier : vers une analyse des parcours et des activités

22Le processus de Bologne, la massification de l’enseignement supérieur et la récente loi sur l’autonomie des universités introduisent des changements dans les activités des enseignants-chercheurs, en particulier dans le domaine pédagogique. Traditionnellement, ces acteurs doivent arbitrer leur temps de travail entre trois types d’activités : l’enseignement, la recherche, l’administration. Après avoir décrit les changements institutionnels en cours et défini la place des enseignantes chercheuses dans le paysage de l’enseignement supérieur, cette contribution s’interroge sur la manière dont les enseignants-chercheurs et les enseignantes-chercheuses organisent leurs parcours professionnels au regard de l’ensemble des activités dans lesquelles ils sont impliqués et sur l’impact du genre dans le choix de leurs activités.

23Mots clés : politiques d’enseignement supérieur, enseignant (e)-chercheur (se), genre, activités, parcours professionnel.

24 The Bologna process, the massification of higher education and the recent legislation on the autonomy of universities generate a number of evolutions in the professional activities of academics, especially in the pedagogical field. Academics must traditionally organize their working time along three main activities: teaching, research and administration. The author will first describe the nature of present institutional changes and define the place of academics in the general context of higher education. She will then comment on the way these academics organize their career in relation to the various fields in which they are involved and on how their choices impact their professional activity.

25 Keywords : Politics of higher teaching education, teacher-researcher, gender, activities, career.

26Thierry Dezalay, Les projets professionnels des étudiants : quelles différences selon le genre et le milieu social ?

27Comment, dans un contexte de profondes mutations sociales (émancipation des femmes, allongement de la jeunesse, individuation, scolarisation de masse, mutations du travail et de l’emploi, etc.) les étudiants construisent-ils un projet professionnel ? On tente d’éclairer cette question à partir de l’exploitation de plusieurs enquêtes quantitatives et qualitatives, en s’intéressant particulièrement aux différences selon le genre et le milieu social.

28Mots-clés : travail, projet professionnel, genre, classes sociales.

29 From high-school on, young people are subject to a strong injunction: to define a career plan. After showing the instability of students’ career plans throughout their university curriculum, we will look for the reasons of this instability by bringing into light the different elements that form a career plan. We will then pay attention to the resources students have to project themselves in a professional future. To conclude, we will wonder about the linear, rational and personal aspect of the career plan as it appears in the approach favored by the institutional instances. Two sociological variables will be privileged to analyze the differences among students: social background and gender.

30 Key-words : work, gender, social classes.

31Yong Li, La construction sexuée du parcours d’insertion professionnelle des diplômés chinois en France

32Depuis la fin des années 1990, l’immigration étudiante chinoise vers la France a augmenté considérablement en même temps qu’elle s’est féminisée. Aujourd’hui, les étudiantes sont majoritaires dans la population étudiante chinoise à l’université française (57 % des effectifs totaux). La présence massive des filles chinoises dans la migration pour études semble s’expliquer par l’égalisation des sexes en marche face aux études supérieures dans la société chinoise contemporaine. Néanmoins, un certain nombre d’indices nous laissent penser que le genre, à côté des autres déterminants sociaux, reste une variable significative pour rendre compte des formations différentielles des biographies des filles et des garçons en mobilité et de leurs expériences subjectives. De plus, la situation d’immigration tend à reproduire, voire à renforcer les identités sexuées des migrants. Notre hypothèse considère que la migration pour études, plus qu’un simple investissement dans le capital humain, représente un enjeu émancipateur particulièrement important pour les filles chinoises de couches moyennes urbaines.

33Mots-clés : diplômés chinois, genre, marché du travail, migration, insertion professionnelle, carrière professionnelle, mobilité spatiale.

34 Since the late 1990’s, the Chinese student immigration to France has increased dramatically at the same time it has become feminized. Nowadays, females are the majority among the Chinese student in the French higher education system (57% of the total). The massive presence of Chinese girls in overseas studies may be explained by the equalization between the sexes in progress with regard to higher education in contemporary Chinese society. Nevertheless, a number of indices suggest that gender, along with other social determinants, remains a significant variable to account for different biographical patterns of girls and boys in mobility and their subjective experiences. In addition, the immigration situation tends to remodel gender relations and gender identities of migrants. Our hypothesis considers that migration experiences, more than an investment in human capital, is of particular importance for the emancipation of middle-class Chinese girls.

35 Keywords : chinese graduates, gender, labor market, migration, professional insertion, professional career, spatial mobility.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search