Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formation, qualification, éducation, emploi

 | 
Thierry Dezalay
, 
Emmanuelle Annoot
, 
Sophie Devineau

Documents

Texte intégral

Document 1

Fac-similé de La Lettre de l’OVE, no 87, 2012

Fac-similé de La Lettre de l’OVE, no 87, 2012

Document 2. L’insertion professionnelle des apprentis haut-normands : une approche sexuée. Christèle Rebillon

1Cette approche de l’insertion professionnelle des apprentis est axée sous l’angle des parcours d’accès des femmes à l’emploi.

Quelques données de cadrage sur l’apprentissage en Haute-Normandie

2En Haute-Normandie, la structure de l’apprentissage se caractérise par un nombre important de CFA de taille modeste. 75 % des effectifs sont concentrés dans 16 CFA. Au 31 décembre 2010, 13 848 jeunes étaient inscrits dans un CFA, dont 6 718 en année terminale. Plus de 220 diplômes ou titres sont accessibles du niveau V au niveau I. La part de l’apprentissage a progressé de 15 % sur la période 2004-2009. L’objectif régional pour l’année 2011 est en forte augmentation par rapport à celui de 2010 (+ 1 000 contrats signés).

  • 1 GFE : outil d’analyse de la relation emploi formation qui permet le rapprochement de plusieurs nom (...)

3La population est aux deux tiers masculine et 80 % des jeunes suivent des formations de niveau V et IV. Au niveau V, seul un quart des effectifs sont féminins. Les formations sont très marquées selon le sexe et concentrées sur un nombre de GFE1 resserré. 5 GFE regroupent 85 % des femmes ; il en est de même pour 86 % des hommes dans 9 GFE, dont les femmes sont totalement absentes pour certains.

416 % des apprentis sont formés dans le GFE 16 « Production alimentaire ». 25 % sortent des 4 GFE du bâtiment. Les secteurs professionnels du bâtiment, du commercevente et de l’agro-alimentaire, alimentaire, cuisine sont les plus représentés. La majorité des structures employant des apprentis sont des TPE (très petites entreprises) : 64 % des apprentis ont été accueillis dans une entreprise de moins de 10 salariés.

L’enquête SEINE : une enquête de trajectoire de l’insertion des apprentis

5Les données présentées ci-après sont issues de l’enquête SEINE. Mise en place en 2009 à la demande du conseil régional de Haute-Normandie, cette enquête longitudinale vise à évaluer l’insertion dans la vie active des apprentis dans les dix-huit mois suivant la fin de leur contrat d’apprentissage. Les données sont recueillies par l’interrogation téléphonique des jeunes réalisée par les CFA. 7, 12 et 18 mois après leur départ. Démarrée en février 2010, l’enquête a permis d’interroger à trois reprises les sortants de 2009 et à deux reprises ceux de 2010. La troisième interrogation des sortants 2010 démarrera en janvier prochain. Cet article s’appuie essentiellement sur les résultats à dix-huit mois des sortants 2009, ainsi que sur les résultats à sept mois des sortants 2010 pour un zoom sur les poursuites de formation des apprentis.

6C’est une enquête exhaustive. 25,6 % des jeunes sont en poursuite d’études : ils sont exclus de ces travaux qui concernent les entrants sur le marché du travail. Dix-huit mois après la fin de l’apprentissage, les situations de trois jeunes sur quatre sont connues. Un redressement statistique est opéré sur le niveau de formation et le sexe.

Une population masculine aux deux tiers mais des femmes formées aux niveaux supérieurs

7Les sortants présentent les mêmes caractéristiques que la population totale : la part des femmes s’élève à 32 %. Plus de la moitié des sortants sont formés au niveau V, un quart au niveau IV et un peu moins d’un quart aux niveaux III et plus.

Graphique 17. Répartition des sortants par genre et par niveau de formation

Graphique 17. Répartition des sortants par genre et par niveau de formation

8Près de 60 % des femmes sortent avec un niveau supérieur ou égal au baccalauréat, contre 46 % des hommes. 70,7 % des sortants sont diplômés et la part des diplômés augmente avec le niveau. Les femmes réussissent plus fréquemment que les hommes (74 %, contre 69 %), hormis au niveau III. Au niveau V, 67 % des femmes obtiennent leur diplôme, contre 61 % des hommes.

Graphique 18. Répartition des sortants par type de formation

Graphique 18. Répartition des sortants par type de formation

9Les femmes se positionnent sur un nombre de formations restreint. 4 GFE sont très féminisés : GFE 16 « Coiffure, esthétique ; paramédical, social », 15 « Commerce, distribution », 14 « Tertiaire de bureau et spécialisé » et 17 « Hôtellerie, tourisme, sport ». Les deux premiers regroupent à eux seuls plus de 50 % des sortantes, avec des diplômes en majorité de niveaux V et IV. La part des femmes est plus élevée qu’en moyenne dans les formations du supérieur, mais on les retrouve essentiellement sur des masters, diplômes de grande école ou titres du secteur tertiaire des spécialités du commerce, de la vente, de la gestion. Elles sont très peu présentes dans les formations d’ingénieur.

Un taux d’emploi inférieur à celui des hommes aux niveaux V et IV

10Dix-huit mois après leur sortie, 71,3 % des sortants sont en emploi et 86,0 % y ont accédé. Le niveau de formation et l’obtention du diplôme sont les variables les plus discriminantes face à l’emploi.

11Le taux d’emploi s’élève avec le niveau, atteignant 87 % pour les niveaux I et II, contre 60 % pour les niveaux V, loin derrière les niveaux IV (80 %).

12L’échec à l’examen impacte le taux d’insertion, en particulier pour les niveaux V. Même lorsqu’elles ont obtenu leur diplôme, les femmes sont moins fréquemment en emploi que les hommes, soit 74 %, contre 79 %.

13Le taux d’emploi des femmes est inférieur à celui des hommes (69,2 % pour les femmes, 72,5 % pour les hommes), mais il varie selon le niveau.

14Alors qu’elles sont plus diplômées que les hommes au niveau V, les femmes s’insèrent avec plus de difficultés que ces derniers (52 %, pour 63 % pour les hommes). Cet écart se resserre au niveau IV. Au niveau III, les taux d’emploi s’élèvent à 84 %. Au-delà, le taux d’emploi des femmes dépasse celui des hommes de trois points (89 %, pour 86 % pour les hommes). Dans les GFE 00 « Formations du supérieur » et 14 « Tertiaire de bureau et spécialisé », où les formations de niveau III et au-delà sont majoritaires, les résultats sont élevés, et légèrement en faveur des femmes. En revanche, dans trois GFE, dont un où les femmes prédominent (le GFE 17 « Hôtellerie-tourisme-sport »), leur taux d’insertion présente un écart très fort en faveur des hommes. Dans le GFE 01 « Agriculture », 47,5 % des femmes sont en poste, contre 71 % en moyenne tous sexes confondus.

Prédominance des CDI, mais davantage de temps partiel pour les niveaux V

1561,7 % des jeunes sont employés en CDI mais là encore, l’accès à ce contrat diffère selon le niveau : 53 % pour les niveaux V, 73 % pour les niveaux I et II.

Tableau 19. Répartition des jeunes en CDI par niveau et par sexe

Niveaux

Hommes

Femmes

Total

V

54,6 %

49,2 %

53,0 %

IV

66,7 %

71,0 %

68,2 %

III

61,6 %

62,4 %

61,9 %

I et II

76,4 %

68,2 %

73,2 %

Total

62,3 %

61,3 %

61,7 %

16La part des femmes en CDI est supérieure à celle des hommes (62,3 %, contre 61,3 % pour leurs homologues masculins), mais là encore, les résultats observés présentent des différences considérables. Au niveau IV, 71 % des sortantes sont en CDI (66,7 % des hommes). À ce niveau, l’emploi présente une forte stabilité, plus importante qu’au niveau III, où l’accès à l’emploi se fait majoritairement par l’embauche en CDD (et en intérim pour les hommes). Aux niveaux I et II, bien que les femmes accèdent plus souvent à l’emploi que les hommes, les emplois trouvés s’avèrent plus fréquemment en CDD que ces derniers : 30 % des femmes sont en CDD ou en intérim, contre 19 % des hommes.

1779,5 % des jeunes en emploi occupent un poste de six mois et plus : CDI, fonction publique, armée, à son compte, CDD de six mois et plus. Les femmes occupent davantage des emplois de plus longue durée (82,8 %, contre 78 % des hommes). Au niveau V, ces emplois concernent trois femmes sur quatre, soit un peu plus que pour les hommes ; néanmoins, des CDD de plus de six mois leur sont plus fréquemment proposés qu’aux hommes.

18À noter que 3,5 % des femmes ont créé ou repris une entreprise, dans le GFE 16 « Coiffure, esthétique ; paramédical, social » en particulier (2,9 % des hommes).

19Une personne sur dix travaille à temps partiel (moins de 32 heures hebdomadaires), à savoir 17 % des femmes et 3,5 % des hommes. Le temps partiel concerne avant tout les sortantes de niveau V des métiers des services, puisque 32 % d’entre elles occupent un emploi de moins de 32 heures par semaine. Les postes ont été trouvés dans les GFE 17 « Hôtellerie tourisme », 15 « Commerce distribution » (vendeurs) et 16 « Coiffure, esthétique ; paramédical, social » (coiffeur, esthéticien, assistant maternel), avec respectivement 31 %, 22 % et 20 % de temps de travail inférieur à 32 heures.

20Moins d’un jeune sur deux reste dans l’entreprise dans laquelle il a signé son contrat d’apprentissage (45,7 % en moyenne, soit 46 % pour les hommes et 44,5 % pour les femmes). Les employeurs majoritaires sont les PME de moins de 50 salariés : 64 % des sortants s’y insèrent. Toutefois, la taille de l’entreprise est fortement corrélée à la spécialité et au niveau de formation et les TPE de moins de 10 salariés des services emploient près de la moitié de la population féminine. Les postes trouvés se concentrent dans les métiers du commerce, de la coiffure et de la restauration.

Des emplois dans le métier de formation, sauf pour les niveaux supérieurs

21Le lien entre métier de formation est d’emploi est direct pour plus de deux jeunes sur trois : 66 % des sortants en emploi travaillent dans leur GFE de formation ; c’est particulièrement vrai pour les sortantes (69,5 %). Le niveau de formation et le GFE sont déterminants. Toutefois, dans les formations très majoritairement féminines, la fuite vers d’autres GFE est très faible : 84 % des personnes formées dans le GFE 16 « Coiffure esthétique – Paramédical social » y demeurent ; il en est de même pour 80 % dans le GFE 14 « Tertiaire de bureau et spécialisé », 77 % dans le GFE 15 « Commerce Distribution » et 71 % dans le GFE 17 « Hôtellerie tourisme ». Le constat est pertinent aux niveaux IV et III.

Graphique 20. Taux d’emploi à 18 mois dans le GFE de formation

Graphique 20. Taux d’emploi à 18 mois dans le GFE de formation

22En revanche, la moitié des femmes formées dans le GFE 00 sont en emploi dans les GFE 14 et 15 dix-huit mois après la fin de l’apprentissage : les emplois trouvés ont un lien direct avec la formation, mais à un niveau de qualification inférieur. Les postes relèvent d’emplois de techniciens supérieurs plus fréquemment que de cadres. Cette forme de déqualification à l’embauche n’apparait pas chez leurs homologues masculins.

23Deux sortantes sur trois du GFE 9 « Production alimentaire » trouvent un emploi dans le GFE 15 « vente alimentaire ».

Des difficultés d’insertion accrues pour les femmes de niveaux V

24En conclusion, il apparait que malgré les campagnes de diversification de l’emploi féminin qui ont pu être menées ces dernières années, l’orientation vers l’apprentissage reste encore très marquée entre les sexes.

25La difficulté de l’analyse réside dans les caractéristiques des populations masculines et féminines qu’il est particulièrement difficile de comparer, puisqu’on peut rarement le faire à diplôme égal.

26Les femmes ne représentent qu’un tiers des apprentis mais elles sortent avec un niveau de formation supérieur et obtiennent plus fréquemment leur diplôme que leurs homologues masculins.

27Elles s’orientent vers un nombre de formations nettement plus restreint que les hommes, vers des métiers « traditionnellement féminins » et se privent de certains débouchés qui leur permettraient d’accéder plus rapidement et plus durablement à l’emploi.

28Face à l’emploi, l’échec à l’examen et le niveau de formation sont des variables plus discriminantes que le sexe. Sortant de niveaux supérieurs, plus diplômées, les femmes ont un taux d’emploi global inférieur à celui des hommes, mais qui varie selon le niveau. Il rejoint celui des hommes au niveau III et le dépasse aux niveaux I et II.

29Néanmoins, bien que les diplômées des niveaux supérieurs soient davantage en emploi que les hommes, il apparait que les postes sont à un niveau de qualification inférieur et plus fréquemment en CDD.

30Aux niveaux IV et III, l’emploi est stable et en lien direct avec la formation suivie, en particulier dans le commerce, la coiffure et l’esthétique et chez les assistantes maternelles.

31Les femmes rencontrent d’autant plus en difficultés pour trouver un l’emploi qu’elles sortent avec un diplôme de niveau V : secteurs peu attractifs aux rémunérations faibles, temps partiels, délais plus longs pour accéder à un poste, choix d’emplois plus éloignés du métier de formation (en particulier de la production alimentaire au commerce).

Notes

1 GFE : outil d’analyse de la relation emploi formation qui permet le rapprochement de plusieurs nomenclatures existantes – professions et catégories socio-professionnelles (PCS) de l’Insee pour l’emploi, Répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME) de Pôle Emploi pour le marché du travail, Nomenclature des spécialités de formation (NSF) de l’Éducation nationale pour la formation –, fondé sur une entrée métier qui propose d’élargir les perspectives en matière d’emploi et de formation au-delà des besoins stricts des secteurs d’activité économique.

Table des illustrations

Titre Fac-similé de La Lettre de l’OVE, no 87, 2012
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1695/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1695/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1695/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Graphique 17. Répartition des sortants par genre et par niveau de formation
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1695/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 18. Répartition des sortants par type de formation
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1695/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Graphique 20. Taux d’emploi à 18 mois dans le GFE de formation
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1695/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540