Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formation, qualification, éducation, emploi

 | 
Thierry Dezalay
, 
Emmanuelle Annoot
, 
Sophie Devineau

Conclusion. Vers une égalité réelle ?

Emmanuelle Annoot et Thierry Dezalay

Texte intégral

1Le programme FQE2 a réuni des chercheurs et des chercheuses en sciences humaines et sociales et des professionnel (le)s appartenant tous au domaine de l’éducation et de la formation. Ils se sont exprimés dans leur diversité sur les mutations et les pratiques à l’œuvre dans ce champ. Parmi l’ensemble des paramètres qui agissent sur le fonctionnement des institutions éducatives, le genre est apparu comme une dimension essentielle, et il a été décidé de l’utiliser comme clé de compréhension des systèmes en le positionnant comme analyseur de leur fonctionnement sans pour autant nier la complexité des facteurs qui les déterminent. En effet, d’autres mécanismes sociaux s’imbriquant les uns dans les autres influencent les modes d’organisation des institutions et les pratiques des acteurs. Si le genre peut constituer un obstacle à l’égalité réelle des femmes et des hommes dans leur rapport au travail, à l’école ou à la famille, les déterminants sociaux et ethniques pèsent aussi de tout leur poids dans la définition des parcours. Pourtant, les textes des auteur(e)s montrent que les femmes aspirent à des positions nouvelles dans la société. Les mobilités sociales, professionnelles ou géographiques constituent à la fois les moyens et les fins de cette conquête. Il est toutefois important de ne pas céder aux illusions du progrès en considérant que la cause des femmes est en marche dans tous les pays, dans tous les secteurs et aux mêmes degrés. Ces changements constituent des processus lents et semés d’obstacles à franchir, de nature objective et subjective. Les degrés de différenciation selon le genre varient aussi selon le contexte ou le milieu social. Dans l’étude de ces parcours, nous remarquons que certains domaines sont plus avancés que d’autres. Ainsi la sociologie des enseignants du secondaire est plus développée que celle du supérieur ; dans les recherches sur les inégalités scolaires, les déterminants sociaux ont été jusqu’à présent plus étudiés que les déterminants de sexe. Les différentes approches ont mis en évidence des dynamiques qui se croisent, s’enchevêtrent et perturbent parfois le fonctionnement des organisations. Si les discriminations sociales et ethniques, tant dans le domaine de l’école que du travail, ont fait l’objet de publications, l’étude des discriminations selon le genre devient un enjeu supplémentaire pour nos sociétés contemporaines en quête de démocratie. Le rôle des chercheurs et chercheuses est de produire de la connaissance sur ces phénomènes pour en comprendre les enjeux et pour mettre en lumière les facteurs qui encouragent les femmes dans leurs aspirations à plus de liberté : évolution des représentations, solidarités féminines et configuration de réseaux, soutiens professionnels ou familiaux. En se mettant quelques heures à distance de leurs pratiques quotidiennes pour y porter un regard réflexif, la lecture d’un tel ouvrage peut alors contribuer à changer le regard des femmes et des hommes sur leurs rôles sociaux. Souhaitons aussi qu’elle encourage des prises d’initiatives visant à l’émancipation des femmes à l’école, à l’université et dans leur univers de travail.

Auteurs

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en sciences de l’éducation à l’université du Havre (laboratoire UMR CNRS 6266, IDEES-CIRTAI). Elle est chercheuse associée au LIRDEF (laboratoire de sciences de l’éducation, universités Montpellier II et Montpellier III) et au CIVIIC (laboratoire de sciences de l’éducation, université de Rouen). Ses principaux thèmes de recherche portent sur l’enseignement supérieur, les dispositifs d’aide à la réussite à l’université et sur la professionnalisation des enseignants-chercheurs.
Elle a publié notamment :
- La réussite à l’université, du tutorat au plan licence, Bruxelles, De Boeck, 2012.
- Accompagnement pour l’orientation et l’insertion à l’université : le changement dans la continuité ? », dans S. Devineau et A. Léger (dir.), Formation, qualification, emploi en Normandie, Presses universitaires de Caen, 2012, p. 153-167.
- dir., avec Richard Étienne) : « Égalité des chances, universités et territoires » et « Varia », Cahiers du CERFEE, no 31, 2012.
- Nouveaux modèles de formation et enseignement supérieur : l’exemple du tutorat à l’université », Cahiers du CERFEE, no 29, 2011, p. 81-94.

Maître de conférences en sociologie à l’université du Havre, CIR-TAI-UMR IDEES. Ses recherches portent sur l’accès aux services collectifs, les expériences et les représentations du travail chez les jeunes, la construction de projets professionnels.
Il a publié notamment :
« Mobilité du projet professionnel des étudiants », dans S. Devineau et A. Léger (dir.) Formation, qualification, emploi en Normandie, Presses universitaires de Caen, 2012, p. 141-152.
« Placement et déplacement des demandeurs d’emploi : les effets discriminants de la mise en ligne des offres d’emploi de l’ANPE sur internet », communication au 18e congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française, Istanbul, 7-11 juillet 2008, Actes des travaux du groupe de travail Sociologie de la communication, http://www.aislf.univ-tlse2.fr/gtsc/DOCS_SOCIO/stambul/Actes_AISLF_GT13_Istambul_2008.pdf
(avec A. Gueissaz et C. Maillet) « Réalité et perception des dimensions spatiales et socio-culturelles de l’accessibilité des services collectifs », EspacesTemps.net, Textuel, 2 juillet 2007, http://espacestemps.net/document2621.html

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540