Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formation, qualification, éducation, emploi

 | 
Thierry Dezalay
, 
Emmanuelle Annoot
, 
Sophie Devineau

Première partie. Les enseignant(e)s des premiers degrés

Éduquer ses pair(e)s : les enseignantes féministes au travail

Sophie Devineau

Résumé

Dans l’école, les enseignantes militantes féministes se chargent de l’éducation de leurs pair(e)s au concept de genre par la diffusion de ces nouveaux savoirs savants. Filant la thèse « savoir c’est pouvoir », elles poursuivent le projet de leurs aînées en défendant la parité dans leur propre profession et une éducation égalitaire des élèves. Leur projet ne prend réellement tout son sens qu’en regard du sentiment largement partagé dans la profession que l’inégalité des sexes est un problème réglé dans l’école et qu’il se pose ailleurs, d’abord dans la famille et dans l’entreprise. L’essentiel ici sera de restituer la méthode pédagogique que ces femmes développent, opposant leur l’inventivité opiniâtre aux rapports de pouvoirs dans l’institution et l’organisation syndicale majoritaire.

At school, feminist teachers educate their peers in gender theory by disseminating these new knowledge types. Developing the thesis that knowledge is power, they continue their precursors’ defence of parity in their own profession and egalitarian education of pupils. Their project is only given meaning in the light of the widely-shared feeling in the profession that sexual disparity is a problem dealt with at school and that it arises elsewhere, first in the family and the workplace. The main object here will be to restore these women’s educational method, pitting their tenacious inventiveness against institutional and union power relations.

Texte intégral

1Deux faits majeurs servent à décrire la place des femmes dans l’école contemporaine, la bonne réussite scolaire des filles d’une part (Duru-Bellat, 1990 ; Baudelot, Establet, 1992), et d’autre part la forte féminisation du système d’enseignement (Le Feuvre, Latour, 2006). Un mouvement historique qui a conduit les filles à s’emparer du diplôme scolaire pour défendre des positions reconnues dans le salariat (Battagliola, 2000), où les rapports sociaux de sexe leur sont défavorables (Pfefferkorn, 2007). Ainsi, la progression des femmes au sein du marché du travail sur la longue durée s’est-elle réalisée notamment à travers l’accès aux différents degrés de l’enseignement, faisant de l’école une véritable affaire de femmes (Rogers, 2002) tant les lieux professionnels où elles pouvaient exprimer un pouvoir étaient rares, et alors qu’elles ont toujours travaillé (Schweitzer, 2002).

2Une révolution longtemps silencieuse car ce n’est que très récemment qu’une lecture des faits sociaux en termes de rapports sexués s’est imposée, y compris dans la recherche (Laufer, Marry, Maruani, 2001 ; 2003) grâce au dynamisme des chercheuses, et à l’impact de leurs publications assurant le passage d’un féminisme en actes à une conscience théorisée du changement anthropologique en jeu. De leur côté, les enseignantes militantes féministes vont se charger de l’éducation de leurs pair (e) s au concept du genre par la diffusion de ces nouveaux savoirs savants dans l’école. L’égalité entre les sexes dans les parcours scolaires des élèves, la parité professionnelle sont leurs sujets. Filant la thèse savoir c’est pouvoir, les enseignantes engagées ont toujours été partie prenante de l’émancipation des femmes, en témoigne leur présence au sein des mouvements féministes (Thébaud, Zancarini-Fourmel, 2003, Martin, 2010, 2011). Poursuivant le projet de leurs aînées, les militantes continuent de défendre aujourd’hui le droit des femmes à occuper une place à part entière dans la société, en commençant par la parité dans leur propre profession et une éducation égalitaire des élèves. L’essentiel ici sera de restituer la méthode pédagogique que ces femmes développent, avec comme figures centrales du féminisme, le travail et la politique, deux attributs absolument cruciaux qui relient leur démarche à celle des militantes d’hier (Buffard-Flavien, 1942-1943 ; Devineau, 2010).

3Mais leur projet ne prend réellement tout son sens qu’en regard du sentiment largement partagé dans la profession que l’inégalité des sexes est un problème déjà réglé dans l’école et qu’il se pose ailleurs, d’abord dans la famille et dans l’entreprise. Il est d’ailleurs vrai que l’école a fait progresser cette question mieux que ces deux autres instances de socialisation (Establet, 2003). Tant du point de vue des différences de salaires entre les professionnels que du point de vue des structures de la scolarisation rendue mixte il y a quarante ans (1975), l’institution scolaire devance les autres secteurs de la société, et elle peut aujourd’hui se prévaloir d’une bonne réussite scolaire des filles (Duru-Bellat, 1990 ; Baudelot, Establet, 1992). Autrement dit, l’institution scolaire a quelques raisons de ne pas se sentir concernée au premier chef, dans la mesure également où ce ne sont, ni l’indifférence des enseignants pour le sujet comme on a pu le vérifier dans nos enquêtes précédentes (Devineau, 2007, 2010, 2012a), ni le manque d’outils intellectuels et encore moins un défaut de légitimité de la question instituée cette année à l’ONU par la création d’un secteur femmes qui freinent la dynamique innovante des militantes. De ce fait, les aspects plus subtils de la reproduction des schémas sexistes ont toute latitude pour perdurer dans des pratiques professionnelles au quotidien. Nous tâcherons ainsi de vérifier cette hypothèse à partir des résultats les plus significatifs de plusieurs enquêtes (index et méthodologie des enquêtes) menées dans l’univers enseignant. L’observation se focalise sur l’organisation syndicale au sein de laquelle les militantes vont forger leur modèle de diffusion des études sur le genre. Entre acquis et obstacles, deux parties seront dédiées à la pédagogie du genre mise en œuvre par les militantes féministes. En premier lieu nous observerons comment elles remplissent un rôle de sentinelles du genre dans la profession, en installant la parité comme problème central de la profession, en éditant, publiant et diffusant systématiquement les connaissances constituées dans le domaine par les chercheuses. En second lieu, on s’attachera à décrire le travail des militantes en direction de l’organisation syndicale elle-même où créer l’événement constitue un des nombreux aspects du lexique de travail stratégique mis en œuvre.

Des militantes sentinelles du genre dans la profession

Installer la parité dans le paysage professionnel

4Dans l’école d’aujourd’hui, l’éducation à un regard sensibilisé par la question du genre constitue un chantier énorme si l’on se penche sur l’orientation scolaire des filles et leurs carrières professionnelles. Car la dynamique féministe dans l’école se réalise dans un contexte conservateur des éducations sexuées destinant les femmes à des postes d’emplois parfaitement respectueux de la division sexuée du travail scolaire (Devineau, 2009). Il n’y a donc pas de lecture univoque possible de la relation de l’école à l’égalité des sexes. Les chemins de la mixité sont au contraire ambivalents à l’endroit des filles et des professionnelles de l’enseignement (Mosconi, 1989 ; 1994 ; Marry, 2004, 2006, 2007, 2010 ; Cacouault, 1987, 2001, 2007, 2008).

5Malgré tout, la légitimité des revendications féministes a progressé dans les structures institutionnelles. Ainsi, les politiques publiques mettent en place des missions académiques de l’égalité entre les sexes dans les régions, les départements, les villes, les rectorats et les universités. Par ailleurs, les élues ou fonctionnaires de l’éducation, des femmes le plus souvent, qui sont en charge ces projets disent rencontrer un bon accueil auprès des enseignants :

  • 1 Fonctionnaire, conseillère d’orientation, chargée de la mission rectorale « Mixité ».

C’est presque plus facile d’aborder ça avec eux (les enseignants), que d’aller dans une entreprise et de travailler ça avec les gens qui travaillent en entreprise. Je pense que c’est plus facile dans le milieu enseignant qu’à l’extérieur. […] Mais cela dit, je ne pense pas qu’il y ait une envie folle de faire bouger ça non plus. Moi à chaque fois que j’ai essayé de faire quelque chose sur un établissement avec des enseignants sur la question de l’égalité des chances, j’avais plutôt un bon écho, avec des gens qui allaient plus au bout, donc des gens avec qui j’allais pouvoir travailler, donc une coopération1.

  • 2 Élue, conseillère régionale, chargée de mission « Formation, emploi ».

Euh ils peuvent aussi, certains le font, aborder euh […] le respect mutuel entre lycéens, ça veut dire aussi le respect entre les garçons et les filles et notamment dans certains lycées où il y a très peu de filles où c’est un peu plus difficile, donc certains enseignants le font, euh […] Par rapport à ça je me sens un peu soutenue mais moins que sur l’aspect formation et […] Et nécessité d’agir pour les jeunes, pour les former etcetera quoi, le fait qu’il y ait euh, comment on va dire, [blanc] beaucoup de choses à faire, des actions à mener pour euh favoriser l’accès des filles dans certaines filières pour les accompagner quand elles ont fait le choix d’aller dans certaines formations et qu’elles sont toutes seules parce qu’il y a que des garçons ou même dans un lycée où elles se retrouvent à 3 alors qu’il y a 400 garçons, euh ça parle pas à tous les enseignants, ça les interpelle pas quoi, donc là je pense qu’il y a encore du travail. […] Je me sens assez soutenue là, quand vous voulez, quand on dit de fait on ne peut pas laisser des jeunes sur le carreau sans formation, sans possibilité d’aller vers l’emploi, là oui il y a vraiment un écho auprès des enseignants2.

6Mais, on mesure l’ampleur de la tâche restant à accomplir au nombre d’initiatives prises par les enseignantes militantes féministes, et qui reposent dans la profession entièrement sur leur implication bénévole. Comme leurs aînées, elles doivent lutter pour maintenir des commissions « Femmes » dans le syndicat et faire vivre le débat dans les revues et les stages de formation. Le champ d’action des militantes balaie tout le spectre de l’éducation au genre, celle des élèves aussi bien que celle des collègues, qu’il s’agisse des contenus d’enseignement, des formes pédagogiques aussi bien que du fonctionnement de l’institution professionnelle ou de l’organisation syndicale. Nous évoquerons ici uniquement le travail effectué par le secteur « Femmes » de la FSU, que nous avons choisi d’étudier en raison de son statut de fédération syndicale majoritaire dans l’enseignement public, lui-même majoritaire en termes d’offre scolaire. Cette chronique de l’action féministe donne à voir le volontarisme des femmes responsables syndicales que l’on repère d’abord par le rôle d’alerte constante qu’elles jouent. Une des stratégies mises en œuvre vise notamment à retenir l’attention en créant l’événement. Surtout, dans leur rôle de pédagogues auprès des pair (e) s, elles assurent sans relâche la transmission et la diffusion des savoirs, peut-être parce qu’il s’agit là de compétences professionnelles qu’elles maîtrisent parfaitement.

7Ainsi, l’expérience d’une immersion dans le milieu syndical du secteur « Femmes » de la FSU, va-t-elle permettre de pénétrer un peu la fabrique du discours et de l’action féministe dans l’école. L’activité est très soutenue malgré des difficultés chroniques de moyens en personnes sollicitées par le syndicat sur d’autres actions : « Allez-y les filles, débrouillez-vous ! ». Et c’est bien là une marque distinctive de ce secteur, le surinvestissement dans le mandat syndical, ressort non négligeable du travail effectué dont une part importante est réalisée sur le temps libre de ces militantes. D’emblée, on est frappé par le rapport aux savoirs savants, la bonne connaissance des recherches scientifiques dans le domaine du genre et l’effort pédagogique mis en œuvre pour diffuser cette connaissance par l’organisation de stages de formation pour l’ensemble des enseignants. L’enjeu éducatif est ici compris au sens large d’éducation populaire, dépassant amplement ce qui pourrait ressortir d’un intérêt étroitement corporatif limité à une information pour le seul usage des professionnels de l’éducation scolaire. À plusieurs reprises, les syndicalistes enseignantes ont plaidé cette conception ouverte de l’éducation en posant l’école en tant qu’institution sociale obligatoire pour tous et dont l’effet touche le monde du travail en aval, mais aussi l’éducation familiale en amont. Un trait professionnel typique que l’on retrouve dans les biographies d’enseignants engagés : la curiosité intellectuelle permanente et l’action pédagogique en tout lieu et en toutes circonstances pour diffuser largement les connaissances.

Éditer, publier, diffuser le genre

8Le secteur « Femmes » constitue l’observatoire privilégié de la ligne revendicative pour la mixité professionnelle (Devineau, 2011, 2012b). L’analyse exhaustive de l’activité éditoriale récente (2005-2010) à travers les publications des numéros de Pour elles Info permet l’étude du développement politique du sujet de la mixité. Sur l’ensemble des numéros de Pour Info archivés et consultables sur le site de la FSU de 2005 à 2010, on relève que le thème de la mixité occupe une part de l’information professionnelle qui varie entre 21 % et 36 %. L’année 2007 fait exception, mais elle succède à un investissement très conséquent les deux années précédentes durant lesquelles des jalons importants vont être posés pour doter le thème de la mixité d’une véritable légitimité.

9Au premier abord, on peut déjà estimer que cette place est non négligeable comparativement au nombre des thèmes sociaux abordés, mais à l’examen elle paraît encore modeste relativement à la forte féminisation de la profession. En effet, les nombreuses réformes éducatives qui sont débattues et contestées par la FSU au fil des numéros du journal impliquent des effets sur les carrières, les rémunérations et les retraites majoritairement féminines. Et c’est là tout l’enjeu du volontarisme des responsables syndicales impliquées dans le secteur « Femmes » de la FSU qui assurent le développement de la thématique au niveau national. Une politique offensive est ainsi déployée ne laissant aucun sujet de société échapper à l’analyse de genre afin de réunir les conditions intellectuelles et d’opinions pour une progression de la mixité et de la parité dans l’école et au-delà de l’école. Le syndicat se fait le relais des colloques scientifiques consacrés à la mixité, la parité, les discriminations. Le travail, l’emploi, les salaires, les carrières, les retraites occupent une place centrale.

10De l’année 2005 à l’année 2010, les sujets traitant de la mixité ou de la parité s’imposent nettement dans l’activité éditoriale de la revue syndicale. Le nombre d’articles s’intensifie en même temps que les sujets se diversifient, allant du monde de l’école au monde du travail. Le thème de la lutte contre les discriminations en prenant appui sur les directives européennes donne une importance nouvelle à l’égalité entre les sexes. La problématique du genre acquiert peu à peu une véritable légitimité dans l’information syndicale.

Lexique du travail stratégique

Créer l’événement

  • 3 Enquête « 23 enseignants engagés du 1er et du 2nd degré public, CMH, PRO, 2010 ». Observation : une (...)

11On mesure le chemin parcouru à l’occasion du congrès de 2010. L’édition de l’hebdomadaire « POUR Info » de janvier 2010 présente pour la première fois des textes féminisés. Parmi les contributions aux différents thèmes, la mixité est largement présente : « Les femmes représentent la grande majorité de nos professions et pourtant… » ; « Favoriser la place des femmes par des mesures contraignantes » (pour Info, no 454). Au sein de cette large fédération qu’est la FSU, des militantes du syndicat national SNU-Pôle emploi, du syndicat national de l’éducation physique (SNEP), du syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et professeurs de l’enseignement général de collège (SNUIPP) soumettent un projet de féminisation des textes selon un plaidoyer érudit rappelant l’histoire de la langue, l’arbitraire des grammairiens conformant la norme linguistique à des rapports sociaux de classes et de sexes. La féminisation du salariat soumet les professions à un nouvel enjeu social que leurs organisations auront en charge de transformer en projet émancipateur : « Dans la FSU, il y a une montée en puissance du thème de la mixité parce qu’on a notamment une personne qui a évolué d’une façon positive au sein du comité de rédaction de la revue pour et donc il y a plus de sujets sur les femmes3 »

12Pourtant, l’éducation des militants au sein même de leur syndicat est un chantier qui n’est pas le plus facile. Les outils de cette pédagogie de la parité professionnelle sont là encore très démonstratifs. Le comptage des temps de parole selon le sexe de l’intervenant s’assortit de techniques de gestion de groupe afin de contenir la captation du débat par les orateurs, tant le modèle masculin du tenor charismatique au discours fleuve est défavorable aux femmes. L’analyse des interactions sexuées au sein des grandes assemblées motive de nombreuses innovations que les militantes vont réussir à imposer.

  • 4 Patrick Chamoiseau attribue à l’écrivain en pays dominé la fonction de « marqueur de paroles »

13Pour ces enseignantes engagées, l’analogie avec des « marqueuses de paroles4 » rend compte de leur volonté de se réapproprier un pouvoir sur la langue et une place dans l’organisation professionnelle par la maîtrise des mots. Elles endossent un rôle de « défenseuses » des dominé (e) s pour parler au lieu d’être parlées (Bourdieu, 1984, p. 17). Cette préoccupation leur a permis de définir plusieurs leviers de l’action, le premier étant le fonctionnement de la prise de parole égalitaire entre les sexes, le second visant la féminisation des textes et le troisième le contrôle du langage en situation pédagogique.

14Mais dans cette entreprise, il leur faut également apprendre à leurs pairs à compter systématiquement le nombre de femmes, un travail pédagogique entrepris dans l’organisation des délégations syndicales tant cela ne vient à l’idée de personne spontanément. Or, mettre en place des réflexes est d’autant plus nécessaire que l’objectif à atteindre dans l’urgence mobilise nécessairement toute l’attention.

Disputer le pouvoir dans le syndicat

15L’analyse de discours met en évidence l’usage d’un lexique particulier qui s’articule autour d’un certain nombre de mots clés. On relève la récurrence des verbes signifiant une action dynamique : trouver, s’investir, participer. L’action est également offensive : battre, se battre, combattre, émanciper, s’émanciper, lutter, se bagarrer, briser les barrières, demander, réclamer, trouver les moyens, bousculer, avancer, obtenir gain de cause, faire avancer les choses, manifester, défendre, intervenir, prendre la parole, aller chercher, féminiser, proposer, faire appliquer, exiger :

Je me suis battue au BDFN pour avoir une lettre envoyée au ministre de l’éducation suite aux états généraux de la sécurité pour l’emploi où il n’y avait pas de femmes, nulle part, dans aucune des tables rondes. J’ai obtenu gain de cause au BDFN, on a fini par faire la lettre, mais la lettre n’est pas partie ! Donc « loupé », et après c’était trop tard, donc on n’a pas envoyé de lettre ! Et c’est tout le temps comme ça.
La deuxième difficulté qu’on rencontrait c’était qu’il fallait des analyses chiffrées pour convaincre.
Il faut inviter notre secrétaire générale qui est une femme. Même si notre combat est un combat avec les hommes, ce n’est quand même pas eux qui nous émanciperont, donc le fait que ce soit une femme peut faire avancer les choses vraiment. En fait, elle a même une responsabilité particulière sur cette question en tant que femme justement. Il faut lui dire, il faut qu’elle l’entende.

16L’action est aussi pédagogique envers les autres mais également pour soi : faire entendre, faire admettre, diffuser, communiquer, expliquer, dire, donner, convaincre, transmettre, se faire violence. Parmi les substantifs, on rencontre de nombreux dérivés des verbes cités précédemment : émancipation, lutte, manifestation, féminisation, défense, intervention, propositions, thèmes, déclarations publiques, diffusion. Enfin l’action est stratégique ainsi que l’attestent les mots clés des argumentaires : difficultés, obstacles, barrières, enjeux, conséquences, force de propositions, poids, écho, matériel, droits, articles, revues, bonne séquence, textes féminisés, une grande victoire, un grand pas en avant.

Animer de nouveaux projets

17La liste des actions projetées pour 2011 met en lumière l’entreprise stratégique des militantes du secteur « Femme » qui allie la créativité et la pérennisation d’acquis toujours fragiles :

Dans le groupe « Femmes » du SNES il y a un projet « Travail et genre » qu’on aimerait bien mettre en place et élargir au SNEP, SNUEP. Chaque année on sort un quatre pages pour la journée du 8 mars et l’année prochaine on aimerait faire quelque chose sur l’égalité filles-garçons.

Au SNUIPP on est en train de travailler sur un questionnaire au sujet de la place des femmes dans le syndicat parce que dans le primaire c’est quand même 82 % de femmes dans le métier et au congrès il n’y a plus que 42 % de femmes, donc notre problématique c’est la visibilité des femmes.

Au SNCS, à la commission « femmes » relancée cette année nous sommes deux pour le moment, quelques-unes sont intéressées, mais on a toutes le nez dans le guidon parce qu’on est dans la compétition tous azimuts et qu’en plus de cela on supprime des postes ce qui fait que les femmes sont en première ligne puisque ce sont elles qui font des enfants – nous avons la parité au niveau des élections, mais qu’on a du mal à maintenir parce que justement les jeunes femmes ne sont pas là. On essaie de relancer cette commission qui n’a jamais vraiment bien marché, sachant que on est un tout petit syndicat en nombre aussi, on est 1 500 parce qu’on représente que le secteur « chercheurs » donc environ 11 000.

Conclusion

18La présence des enseignantes militantes au sein du mouvement féministe et leur ténacité sur les terrains difficiles de la lutte politique sont peu connus. Pourtant, véritables Pygmalions de leur profession, elles impriment les valeurs de l’école publique sur la longue durée. Et le travail accompli dans et par l’école est loin d’être négligeable même si beaucoup reste à faire.

19Contre la violence des éducations féminines, l’exercice du savoir est le moyen qu’elles privilégient pour mettre à distance les automatismes sociaux qui ont été déposés dans toutes les catégories de la pratique quotidienne. L’efficacité de la formation à un regard vigilant a d’ailleurs été démontrée dans une enquête récente à propos des jugements des enseignants et des représentations liées aux différences de sexe et d’appartenance sociale des élèves (Jarlegan, Tazouti, 2007).

20Mais la structure des rapports de classe et de sexe menace de manière constante les avancées féministes qui, pour incontestables qu’elles soient (Rogers, Thébaud, 2010), demeurent fragiles. Les obstacles de la division sexuée du travail (Kergoat, Hirata, 2008) contre lesquels se battent les enseignantes engagées restent nombreux malgré la féminisation forte et ancienne de la profession qui n’a pas été une condition suffisante pour régler la division sexuée du travail scolaire (Cacouault-Bitaud, 2008), ni la formation des jeunes à des rôles sociaux de sexe (Duru-Bellat, 1990). Femmes érudites, les enseignantes engagées mettent à profit leurs compétences professionnelles pour faire de la pédagogie du genre auprès de leurs collègues une seconde nature dans le sens où elles recherchent le contrôle des habitus sexués. Cela suppose d’extérioriser de manière constante la part la plus inconsciente des comportements, tout ce qui est le moins perçu des automatismes et des attitudes réflexes. Le projet de ces militantes réclame par conséquent une véritable stratégie de la mixité dont elles sont elles-mêmes leurs propres sujets d’expérience.

21Or, la particularité de la situation actuelle réside dans le fait que les résistances ne sont pas toutes immédiatement frontales, et ce n’est pas la moindre de leurs difficultés. Comme nous en faisions l’hypothèse, les obstacles qui demeurent ont changé d’aspects : à la forme hostile et fataliste du déni « C’est la nature, les hormones, on n’y peut rien », s’est substituée la forme incrédule du devoir accompli « Mais, de quoi tu nous parles ? Les filles réussissent mieux que les garçons à l’école ! », « Ce n’est pas un métier en bute au machisme, on a le même salaire que les hommes. »

22Partout elles exercent leurs compétences de pédagogues pratiquant le dévoilement systématique des situations sexistes. Au sens littéral, elles assument le travail du genre (Laufer, Marry, Maruani, 2003) en mettant la profession enseignante à l’épreuve des différences de sexe poursuivant dans leur domaine le programme des chercheuses en sciences sociales qu’elles lisent assidûment.

23La méthodologie mise en œuvre dans le cadre de cette observation n’a permis que l’enregistrement du travail féministe dans ses contenus et ses modes de fonctionnement, laissant ouvert le chantier de la mesure des effets sur la pratique pédagogique ordinaire comme sur le développement de la parité professionnelle.

Bibliographie

Bibliographie

Bourdieu Pierre, « L’art de résister aux paroles », dans Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1984.

Cacouault Marlaine, « Prof… c’est bien pour une femme », Le Mouvement social, juillet-septembre 1987, no 140, p. 107-119.

—, « La féminisation d’une profession signifie-t-elle une baisse de prestige ? », Travail, genre et sociétés, no 5, p. 93-115, 2001.

Cacouault-Bitaud Marlaine, Professeurs… mais femmes. Carrières et vie privée des enseignantes du secondaire au XXe siècle, Paris, La Découverte, 2007.

—, La direction des collèges et des lycées, une affaire d’hommes : genre et inégalités dans l’éducation nationale, Paris, L’Harmattan, 2008.

Chamoiseau Patrick, Écrire en pays dominé, Paris, Gallimard, 1997

Delphy Christine, L’ennemi principal. Penser le genre, Paris, Syllepse, 2009.

Devineau Sophie, « Le choix d’enseigner : l’affirmation de valeurs sociales », Empan, no 65, avril 2007, p. 87-91.

—, « L’école et les femmes : quel enjeu éducatif ? », Actes en ligne du colloque « Femmes, travail, métiers de l’enseignement : rapports de genre et rapports de classe », Espaces Marx, 2009, http://espacesmarxbordeaux.apinc.org/article.php3?id-article=481.

—, « Teachers and Humanism », Review of European Studies, vol. 2, no 1, juin 2010, p. 29-38.

—, « Lecture sociologique des écrits personnels et professionnels en dialogue avec celle, historique, de Christian Langeois dans son ouvrage Marguerite Buffard-Flavien (1912-1944) », Journée d’étude « Écritures de femmes au travail », samedi 5 juin 2010, http://fht.hypotheses.org/713.

—, « Les marqueuses de paroles : la pédagogie du genre, arme des enseignantes engagées pour la mixité », Diversité Mixité filles garçons. Enjeux contemporains, no 165, juin 2011, p. 100-106.

—, « Le volontarisme des politiques territoriales dans l’orientation des jeunes : l’égalité à l’échelon local », dans S. Devineau, A. Léger (dir.), Formation, qualification, emploi en Normandie : la construction des parcours, Symposia, Presses universitaires de Caen, p. 33-55, 2012.

—, « Le genre à l’école des enseignant-e-s : embûches de la mixité et leviers de la parité », Paris, L’Harmattan, 2012

Duru-Bellat Marie, L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ?, Paris, l’Harmattan, 1990.

Establet Roger, « Filles garçons à l’école : un changement social à suivre », dans Jacqueline Lauffer, Catherine Marry, Margaret Maruani, Le travail du genre, Paris, La Découverte, p. 181-189, 2003.

Jarlégan Annette, Tazouti Youssef, « Jugements des enseignants et représentations liées aux différences de sexe et d’appartenance sociale des élèves », Actualité de la recherche en éducation, p. 28-31, 2007.

Kergoat Danièle, Hirata Helena, « Division sexuelle du travail professionnel et domestique. Brésil, France, Japon », dans Maragaret Maruani, Helena Hirata, Maria Rosa Lombardi (dir.), Travail et genre. Regard croisés France-Europe-Amérique latine, Paris, La Découverte, p. 197-209, 2008.

Laufer Jacqueline, Marry Catherine, Maruani Margarette (dir.), Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris, PUF, 2001.

—, Le travail du genre : les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte, 2003.

Le Feuvre Nicky, Latour Emmanuelle, « Understanding Women’s Academic Careers in France », dans Renata Siemienska et Annette Zimmer (dir.), Gendered Career Trajectories in Academia in Cross-National Perspective, Varsovie, Scholar, 2007, p. 43-74.

Marry Catherine, Les femmes ingénieurs : une révolution respectueuse, Paris, Belin, 2004.

—, « Pour en finir avec le plafond de verre », dans Les mille visages de l’inconscient, CNRS Le Journal, no 194, mars 2006, http://www2.cnrs.fr/journal/2724.htm.

—, « Les carrières des femmes dans le monde académique : l’exemple de la biologie », Séminaire « Marché du travail et genre : comparaisons internationales Brésil-France », Centre Maurice-Halbwachs, 2007, http://www.fcc.org.br/seminario/MARRY.pdf.

—, « Le plafond de verre dans le monde académique, l’exemple de la biologie », dans Farinaz Fassa et Sabine Kradolfer, Le plafond de fer dans l’université. Femmes et carrières, Zürich, Seismo, 2010, p. 171-191.

Martin Jane, Making Socialists: Mary Bridges Adams and the Fight for Knowledge and Power, 1855-1939, Manchester University Press, 2010.

— et Goodman Joyce, Women and Education: major themes in education, vol. I-IV, London, Routledge, 2011.

Mosconi Nicole, La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblant ?, Paris, PUF, 1989.

—, Femmes et savoir, La société, l’école et la division sexuelle des savoirs, Paris, L’Harmattan, 1994.

Pfefferkorn Roland, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute, 2007.

Rogers Rebecca, « La féminisation de l’enseignement, une histoire de femmes ? », dans Histoire de l’éducation, no 93, 2002, http://histoire-education.revues.org/index320.html

Rogers Rebecca, Thébaud Françoise, La fabrique des filles, de l’éducation de Jules Ferry à la pilule, Paris, Textuel, 2010.

Schweitzer Sylvie, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes, Paris, Odile Jacob, 2002.

Thébaud Françoise, Zancarini-Fourmel Michelle, « Éditorial », Coéducation et mixité, Clio. Histoire, femmes et sociétés, no 18, 2003, p. 11-19.

Annexes

Index et méthodologie des enquêtes

1. Enquête 2010, 23 enseignants militants et responsables syndicaux.
Entretiens : « Enseignants engagés du 1er et du 2nd degré public ». Rapport : Sophie Devineau, CMH-Dyreso, MRSH de Caen, 2009, http://fqe2.free.fr/​
Entretiens biographiques auprès d’un échantillon bas-normand de 23 responsables de syndicats enseignants pour les deux degrés et appartenant à la fédération majoritaire, la FSU.

2. Enquête 2010, réunion du secteur « Femmes » de la FSU : « Les responsables syndicales et la mixité ». Rapport : Sophie Devineau, CMH-PRO, Paris, 2010. http://fqe2.free.fr/​
Observation directe lors de la journée nationale de bilan annuel de l’activité de ce secteur : 12 participant(e)s pour 6 syndicats d’enseignants représentés.

3. Enquête 2010, archives de l’ensemble des numéros de Pour Info consultables sur le site de la FSU de 2005 à 2010 du secteur Femmes : « Les responsables syndicales et la mixité ». Rapport : Sophie Devineau, CMH-PRO CNRS-EHESS-ENS, Paris Campus Jourdan, 2010.
Analyse de contenu thématique d’un corpus de 141 numéros Pour Info.

4. Enquête 2008-2010 : « 24 responsables des politiques volontaristes locales d’orientation des jeunes », CMH-Dyreso, MRSH de Caen, 2010.
Entretiens auprès de 24 chargés de mission rectorale, ou d’élus des conseils généraux et régionaux de Basse et Haute-Normandie, et analyse thématique de contenu de 57 articles parus de 2006 à 2008 et disponibles sur le site officiel de l’association des régions de France (ARF).

5. Enquête 2010 : mise en place d’un projet d’établissement pour la mixité. Rapport : Sophie Devineau, CMH-PRO.
Observation participante au sein de l’équipe constituée du principal, du principal adjoint et de l’enseignante auteure d’un suivi statistique.

Tableau 1. Le thème de la mixité dans Pour Info

Année

Nombre de nos archivés

Nos consacrés (ou consacrant une rubrique) au thème de la mixité

2010

14

5 (36 %)

2009

26

9 (35 %)

2008

28

6 (21 %)

2007

14

1 (7 %)

2006

33

7 (21 %)

2005

26

9 (35 %)

Effectif = 141
Corpus analysé : Pour Info/ site de la FSU, où sont archivés depuis janvier 2005 les nos de Pour Info, http://pourinfo.fsu.fr/​spip.php?rubrique6.

Observation directe : Une journée au secteur Femmes de la FSU, réunion du 2 juin 2010

Participants : 12 (femme, CPE, représentante du SNES ; femme, CPE, représentante du SNUEP ; femme, fondatrice du site Égalité ; femme, professeur d’EPS, représentante du SNEP ; femme, conseillère à l’emploi, représentante SNU Pôle emploi ; femme, ingénieure de recherche CNRS, représentante du SNCS ; homme, CPE, représentant du SNUEP ; femme, professeure des écoles, représentante du SNUIP ; femme, professeure des écoles, représentante du SNUIPP ; femme, professeure des écoles, représentante du SNUIPP ; femme, professeur, représentante du SNES ; femme, CPE, représentante du SNUEP).

Notes

1 Fonctionnaire, conseillère d’orientation, chargée de la mission rectorale « Mixité ».

2 Élue, conseillère régionale, chargée de mission « Formation, emploi ».

3 Enquête « 23 enseignants engagés du 1er et du 2nd degré public, CMH, PRO, 2010 ». Observation : une journée au secteur « Femmes » de la FSU.

4 Patrick Chamoiseau attribue à l’écrivain en pays dominé la fonction de « marqueur de paroles »

Auteur

Sociologue de l’éducation, MCF HDR, unité de recherche Dynamiques sociales et langagières, et coordinatrice de l’axe Travail, emploi, formation de l’Institut de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (IRIHS) de l’université de Rouen. Ses principaux thèmes de recherche portent sur les rapports sociaux de classes et de sexes à l’école, à travers notamment l’emprise libérale dans les cadres institutionnels du système éducatif. Dans la période récente, ses travaux se sont intéressés aux enseignantes syndicalistes qui militent pour l’égalité entre les sexes.
Elle a publié notamment :
- Norme scolaire et valeurs féminines : le cas des candidats à l’IUFM », Trames, « Éducations féminines », no 12, avril 2005, p. 131-140.
- L’école pour les femmes : rapports sexués aux savoirs professionnels chez les candidats à l’IUFM », LOrientation scolaire et professionnelle, mars 2006, p. 29-55.
- Teachers and Humanism », Review of European Studies, Canadian Center of Science and Education, vol. 2, no 1, juin 2010, p. 29-38.
- Les marqueuses de paroles : la pédagogie du genre, arme des enseignantes engagées pour la mixité », Revue Diversité mixité filles garçons, « Enjeux contemporains », no 165, juin 2011, p. 100-106.
- Le genre à l’école des enseignantes : embûches de la mixité et leviers de la parité, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales, série Genre », 2012.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540