Version classiqueVersion mobile

Bernardin de Saint-Pierre : idées, réseaux, réception

 | 
Sonia Anton
, 
Laurence Macé
, 
Thibault Gabriel-Robert

Deuxième partie. Réception et rayonnement

Bernardin de Saint-Pierre et Le Havre, d’hier à aujourd’hui

Sonia Anton et Dominique Rouet

Texte intégral

  • 1  Sur la biographie de l’auteur et la place du Havre, voir par exemple Élisabeth Audoin, « Bernardin (...)
  • 2  « Je suis né en 1737, au Havre-de-Grâce, en Normandie, de parents qui me firent donner ce qu’on ap (...)

1Les relations qui se sont tissées entre la figure de Bernardin de Saint-Pierre et les acteurs de la vie culturelle et littéraire havraise au fil des époques soulèvent plusieurs paradoxes intéressants. L’auteur n’évoque pratiquement pas sa ville natale1 dans son œuvre2. Dans son Voyage de Normandie en 1775, publié tout récemment, on ne relève que deux occurrences du Havre :

  • 3  Gérard Pouchain (éd.), Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 50 et 65.

Arrivé à pied. Saint-Adrien, église bâtie dans la montagne. À gauche, jolies îles de la rivière où l’on pouvait communiquer avec des ponts à la chinoise. Grotte charmante qu’on pourrait faire dans la montagne marneuse, mêlée de cailloux, coupée à pic et blanche, qui s’étend jusqu’au Havre.
Même montagne de marne de Paris et au-dessus de Rouen, le long de la Seine. Tournant la mer, au Havre, Fécamp, Dieppe et au-dessus, cause de la fertilité du pays de Caux dont elle fait la base3.

  • 4  Gabriel-Robert Thibault, « La mer, la mer toujours recommencée », dans Sonia Anton (dir), Vers une (...)

2Si ce silence ne constitue pas une exception dans l’histoire des lettres, il est malgré tout assez spectaculaire pour mériter d’être interrogé. Gabriel R. Thibault, par exemple, a émis la séduisante hypothèse selon laquelle Le Havre s’inscrirait en creux dans toute l’œuvre de Bernardin, de façon sourde mais profonde, en tant qu’espace maritime. Et de rappeler que « les impressions géographiques de Bernardin, celles qui de manière ininterrompue pénètrent le corps, ont été pendant l’enfance celles d’un territoire mangé par les eaux et la mer4 ».

3Le second paradoxe tient au fait que l’on assiste au xixe siècle à un mouvement d’appropriation par les intellectuels havrais de Bernardin de Saint-Pierre, qui fait figure d’enfant du pays. Puis le mouvement s’essoufflera au xxe siècle, avant que le récent bicentenaire ne remette l’écrivain à l’honneur dans la cité océane.

De la mort de Bernardin à la fin du xixe siècle

  • 5  Sur la maison d’enfance de Bernardin, voir Gabriel-Robert Thibault, « Les demeures itinérantes », (...)
  • 6  Voir également Malcolm Cook, Bernardin de Saint-Pierre. A life of culture, Londres, Modern Humanit (...)
  • 7  « Inauguration, devant le Musée du Havre, des statues de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir D (...)

4Comme beaucoup de Havrais appelés à voyager, Bernardin de Saint-Pierre n’a finalement passé dans sa ville natale que ses années de jeunesse et n’est revenu qu’épisodiquement sur les lieux de son enfance5. Si les souvenirs explicites du Havre dans l’œuvre de l’écrivain sont fort rares, il n’en demeure pas moins que les notions attachées à un port maritime, celui de son enfance, sous-tendent nombre des écrits de l’auteur né en 17376. D’aucuns ont souligné l’attitude d’un Havre plus teinté, du vivant de l’écrivain, d’ingratitude que de grâce. Ainsi, avec le critique Janet, « constatons seulement, au sujet de l’auteur de Paul et Virginie, que ses compatriotes négligèrent un peu pendant sa vie l’écrivain qu’ils devaient si bien glorifier7 » plus tard. De fait, de son vivant, le désintérêt mutuel de l’écrivain et de sa ville natale semble tacitement accepté, comme en témoigne Joseph Morlent, bibliothécaire de la ville, en 1825 :

  • 8  Joseph Morlent, Le Havre et ses environs anciens et modernes, Le Havre, Chapelle, 1825, t. II, p.  (...)

Long-tems ses compatriotes semblèrent avoir oublié, après sa mort, l’homme justement célèbre qu’ils avaient négligé pendant sa vie. Nous tenons d’une personne qui associa son existence à celle de M. de Saint-Pierre l’anecdote suivante : en 1812, un habitant du Havre fit une visite à l’auteur de Paul et Virginie, à sa maison de campagne. Il fut accueilli avec une politesse froide et réservée qui le surprit d’abord ; en vain il se confondait en protestations de respect, d’estime, de vénération et d’admiration ; en vain il se disait l’organe des Havrais, fiers d’être nés dans une ville illustrée par un aussi grand écrivain ; son éloquence ne persuadait pas ; après quelques minutes de silence, M. de Saint-Pierre entre dans son cabinet, et en rapporte une énorme liasse de papiers qu’il dépose sur la table. « Voici, dit-il d’un ton sérieux, des lettres de félicitation venues de toutes les parties du monde ; faites-moi le plaisir de prendre lecture de celles qui sont datées du Havre. » Il ne s’en trouva pas une seule, et le visiteur se retira aussi confus que M. de Saint-Pierre semblait affligé de cet inexcusable oubli. On commence à rendre aujourd’hui, dans sa patrie, plus de justice à l’auteur des Harmonies de la nature, et son nom donné à une des rues neuves est un juste hommage que l’on devait à sa mémoire8.

  • 9  Sur l’histoire de la statuaire autour de Bernardin, voir Élisabeth Audoin, « La statuaire de Berna (...)
  • 10  Joseph Morlent, Guide du voyageur au Havre, Paris, C. Béchet, 1827, p. 26.

5Ce n’est donc qu’après la mort de l’écrivain que certains Havrais commencent à véritablement s’intéresser à lui. Le même Joseph Morlent rapporte encore qu’en 1820 un buste de Bernardin de Saint-Pierre9 fut installé au fronton de la bibliothèque municipale, tandis que les rayonnages de la bibliothèque, en 1827, s’ornaient des « Œuvres complètes de Bernardin-de-Saint-Pierre, notre immortel compatriote, dont on a placé le buste en marbre, dans la salle même où se trouvent les poésies de MM. Delavigne et Ancelot, qui assurent à notre ville une nouvelle illustration10 ». Ce frémissement de reconnaissance inscrite dans la ville natale de Bernardin de Saint-Pierre est le prélude d’un intérêt croissant pour la figure de l’écrivain de la part d’une ville désireuse d’asseoir sur l’image de ses grands hommes le développement de son rayonnement.

6Grâce à l’action déterminée de Joseph Morlent et de l’élite négociante et intellectuelle locale, la ville du Havre engage alors un véritable programme de réappropriation de l’héritage littéraire de l’écrivain, durant le deuxième quart du xixe siècle, autour de la bibliothèque publique de la ville.

7Ce processus très concret consista d’abord à mettre en scène des représentations de l’écrivain, sur papier, dans la pierre et le bronze : on a évoqué le buste installé à la bibliothèque municipale, alors située dans l’ancien prétoire de la ville. En 1837, Charles-Louis Malapeau est chargé par Morlent de concevoir le frontispice lithographié de l’ouvrage intitulé Le Havre et son arrondissement qui paraît finalement en 1843. Cette gravure fait figurer en bonne place, aux côtés de François Ier, fondateur de la ville, les bustes de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir Delavigne, telles des figures tutélaires du Havre, associées pour la première fois comme représentatives du panthéon havrais.

Deux figures tutélaires devant la bibliothèque

8Du buste lithographié à la statue, il n’y a qu’un pas et la décision d’ériger une véritable statue en l’honneur de Bernardin suit de peu, en 1838 : à l’initiative de quelques habitants ou enfants du Havre, parmi lesquels Casimir Delavigne et Jacques Ancelot (1794-1854), lui aussi dramaturge et bientôt académicien (1841), il est prévu d’ériger une statue en l’honneur de Bernardin de Saint-Pierre, mort vingt-quatre ans plus tôt. Cette proposition est adoptée par le conseil municipal, tandis qu’une souscription est ouverte.

9La construction sur le Grand Quai du Havre d’un musée-bibliothèque, conçu sur les plans de l’architecte Brunet-Desbaines durant les années 1843- 1847 est un autre acte important qui accompagne le mouvement en faveur du rayonnement intellectuel et culturel de la ville. Situé sur le Grand Quai, à l’entrée du port, il constituera un formidable décor, avec la tour François Ier, qui le jouxte pour accueillir au port des navires et leurs passagers en provenance du monde entier. C’était l’endroit idéal pour mettre en valeur la statue de Bernardin dont David d’Angers propose d’offrir gracieusement le modèle en plâtre.

  • 11  Jules-Jacques Delaporte, Poème sur le Musée-bibliothèque du Havre, 15 août 1845, bibliothèque muni (...)

10Le « Poème sur le Musée-bibliothèque du Havre » imprimé au Havre en août 1845 de Jules-Jacques Delaporte11 précise que « le 1er mai 1846 aura lieu l’inauguration des statues de Bernardin-de-St-Pierre et de Casimir Delavigne, sur les deux piédestaux élevés devant la façade du Musée-Bibliothèque ». Il faudra en réalité attendre six années supplémentaires : les deux bronzes arrivent finalement au Havre, celle de Casimir par chaland en 1849, celle de Bernardin par le chemin de fer en 1851.

  • 12  Inauguration des statues de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir Delavigne au Havre, le lundi 9 (...)

11Le 9 août 1852, les deux monuments sont dévoilés au cours d’une grande fête populaire, en présence de nombreux invités. Des discours sont prononcés par les personnalités présentes, dont Alfred de Musset et Jacques Ancelot qui représentent l’Académie française. Le ministre de l’Instruction publique, Narcisse de Salvandy déclare : « L’étranger, que vous amènent de tous les coins du monde les vaisseaux de toutes les nations, demandera quels sont ces grands hommes qui l’attendent assis sur votre rivage. Il apprendra que ce sont deux représentants de la gloire littéraire qui lui ouvrent les portes de la France12. »

Figure 10 – Statue de Bernardin de Saint-Pierre par David d’Angers, Le Havre.

12Demeurées en place jusqu’en 1892, les statues sont jugées alors insuffisamment mises en valeur et transférées place Gambetta, face au grand théâtre. Ce n’est qu’en 1952 qu’elles sont finalement érigées devant le palais de justice. L’installation des statues est l’acte symbolique de réappropriation des figures de Bernardin et Casimir. Mais si la ville se dote de monuments, elle doit pour pouvoir légitimement se réclamer d’une gloire littéraire se doter de reliques qu’elle ne possède alors pas, si l’on excepte la maison natale de l’écrivain.

Les manuscrits de Bernardin de Saint-Pierre

  • 13  BMH, ms. 392.

13Dans ce contexte favorable à la constitution d’une mémoire havraise de l’écrivain, lorsque l’opportunité d’acquérir les papiers de la succession de Bernardin de Saint-Pierre survient en 1855, il n’est pas étonnant que Joseph Morlent, devenu bibliothécaire adjoint, manifeste auprès du maire du Havre l’intérêt que représenterait l’acquisition des manuscrits de l’écrivain. Ayant lui-même initié une collection d’autographes, de monnaies et médailles et un musée archéologique dépendant de la bibliothèque, Morlent conserve pieusement dans sa collection personnelle quelques autographes de Jacques Ancelot, de Casimir Delavigne et bien sûr de Bernardin de Saint-Pierre, que complètent des gravures et un dessin de la maison natale, signée du décorateur de théâtre du Havre, d’Herbes13.

  • 14  Auguste-Nicolas Laverdet (né le 13 mars 1807), libraire à Clichy (Seine, aujourd’hui Hauts-de-Sein (...)
  • 15  Inventaire des Manuscrits, Papiers & Correspondance de Bernardin de Saint Pierre, Classés par Mons (...)
  • 16  Voir archives municipales du Havre (AMH), R2 C3 L3.

14Avec l’appui de Victor Toussaint, adjoint au maire du Havre de 1849 à 1858 et membre de la Société havraise d’études diverses, l’achat des manuscrits, papiers et correspondances de Bernardin de Saint-Pierre réalisé en 1856, marque la création du fonds Bernardin de Saint-Pierre. Propriété de Virginie de Saint-Pierre, les manuscrits de l’écrivain avaient été mis en vente par le libraire parisien Auguste Laverdet14. Selon l’inventaire arrêté par le maire du Havre Édouard Larue le 24 janvier 1856, ces documents représentaient 8 045 pièces, formant un ensemble de 169 dossiers, où sont regroupés manuscrits et correspondances écrites ou reçues par l’écrivain15. L’achat de cette collection est réalisé pour la somme de 4 000 francs en quatre annuités échelonnées entre 1856 et 1859 par la ville du Havre, par délibération du conseil municipal datée d’octobre 185516.

  • 17  Marie-Joseph Gazan (1784-1849), baron en 1824.
  • 18  AMH, R2 C3 L4.

15Dix ans après la première acquisition, en 1866, en collectionneur averti, Victor Toussaint signale au maire du Havre la mise en vente d’un nouveau lot de 40 manuscrits de l’écrivain, distraits en 1856 du reste des papiers vendus à la ville du Havre. À la mort de Bernardin de Saint-Pierre, sa fille Virginie de Saint-Pierre, mariée en 1822 au général et baron Marie-Joseph Gazan17, hérita des papiers de son père. À la mort du général Gazan, en 1849, le libraire Techener fut chargé de vendre sa bibliothèque et les papiers de l’écrivain reclassés par Louis-Aimé Martin. Techener en fit deux lots : l’un fut vendu au libraire Laverdet qui l’a ensuite cédé à la ville en 1856, l’autre a été gardé par Techener18. Les manuscrits acquis en 1866 ont été classés à la suite de ceux achetés dix ans plus tôt : ils représentent aujourd’hui les manuscrits 170 à 209 du catalogue. Cette fois l’essentiel des papiers de la succession de Bernardin semblaient réunis au Havre. Il était alors évident pour l’Académie des sciences et belles lettres locales, la Société havraise d’études diverses, de retenir pour emblème le profil de Bernardin de Saint-Pierre associé à celui de Casimir Delavigne.

  • 19  Toussaint fait par exemple encarter une lettre de l’écrivain dans son exemplaire de Paul et Virgin (...)
  • 20  Voir à ce sujet Dominique Rouet, « Entre ex-libris et maroquin, les bibliophiles havrais », 2017  (...)

16Alors que les fortunes négociantes de la deuxième moitié du xixe siècle investissent dans l’art et dans la bibliophilie, les collectionneurs havrais peuplent les cercles affairistes et érudits : certains commencent à constituer bibliothèques, collections d’autographes et de manuscrits. Il est intéressant de noter que les documents liés à Bernardin de Saint-Pierre sont alors devenus incontournables dans toute collection qui se respecte. Celle de Victor Toussaint, dont il a été question plus haut, regroupe plusieurs fragments autographes, aujourd’hui réunis aux collections de la bibliothèque municipale19 ; il en fut de même pour Remi Chardey, Édouard Séguin ou encore André Mousset20. Plus près de nous, le journaliste Bernard Esdras-Gosse, dont les archives sont conservées à la bibliothèque municipale, possédait aussi plusieurs lettres de l’écrivain.

  • 21  Gérard de Nerval, « Un tour dans le Nord », Œuvres, Paris, Gallimard, 1961, t. II, p. 851.

17Au terme du xixe siècle, la figure de Bernardin est manifestement devenue consubstantielle à celle de la ville du Havre. Plusieurs hommes de lettres, d’ailleurs, associent naturellement Le Havre et Bernardin tant il ne fait pas de doute pour eux que cet auteur est havrais. Dans un récit de voyage, le poète Gérard de Nerval dit des côtes havraises qu’« elles ont inspiré de belles pages à Bernardin de Saint-Pierre et à Châteaubriand21 ».

  • 22  Raymond Queneau, « Portrait littéraire de la France », dans Sonia Anton (dir), Le territoire litté (...)

18Au xxe siècle, plusieurs auteurs continuent à opérer ce rapprochement entre la ville et l’écrivain. En 1937, Louis-Ferdinand Céline rédige un argument pour la scène Voyou Paul. Brave Virginie, qui a Le Havre pour décor, à l’occasion du centenaire de l’écrivain. Raymond Queneau mentionne Bernardin dans son « Portrait littéraire du Havre » et fait se rencontrer le père de Paul et Virginie, Gustave Flaubert et Guy de Maupassant, qui ont eux aussi fréquenté Le Havre : « À la fin du xixe siècle, Le Havre ne pouvait guère citer, comme issus de sa Grâce dans le monde littéraire, que Bernardin de Saint-Pierre et Casimir Delavigne, Bernardin de Saint-Pierre, bien, les amis de Rousseau sont nos amis. Et Flaubert (et Maupassant) admiraient fort Paul et Virginie22. »

  • 23  Ville du Havre, Procès-verbaux des séances du conseil municipal et arrêtés d’intérêt général et de (...)

19La filiation entre Bernardin et Le Havre s’exprime encore de façon explicite lorsque le conseiller municipal Denis Guillot attire l’attention du maire du Havre lors de la séance du 23 novembre 1892, au sujet de la tombe de l’écrivain, située au cimetière du père Lachaise, à Paris : « j’estime que c’est à la ville du Havre une obligation morale de veiller à l’entretien de la tombe de l’un de ses plus illustres enfants23. » Guillot est en outre à l’origine du déplacement de la statue signée David d’Angers en raison de sa situation qui est désormais jugée non adaptée à sa grande taille.

  • 24  Directeur de la revue L’Art pour tous.
  • 25  Recueil de 47 lettres autographes de Bernardin de Saint-Pierre adressées à Félicité Didot, d’une l (...)

20Le bibliothécaire du Havre continue les acquisitions de son côté : finalement, le 3 mai 1914, la bibliothèque du Havre acquit pour 1 000 francs auprès de l’architecte parisien Pierre-Henri Gélis-Didot24 l’ensemble des lettres de Bernardin à sa première femme, Félicité Didot, et quelques lettres de cette dernière25. Cet achat constitue le dernier lot important de papiers de Bernardin de Saint-Pierre réuni au fonds conservé par la bibliothèque.

21L’enrichissement du fonds Bernardin de Saint-Pierre de la bibliothèque est une politique qui perdure et permet progressivement de réunir en un même lieu manuscrits et lettres au gré des opportunités en ventes publiques et des catalogues de libraires, grâce au soutien dont la ville du Havre bénéficie à travers le Fonds régional de restauration et d’acquisition des bibliothèques de Haute-Normandie, qui fédère l’État et de la région Haute-Normandie.

22Les acquisitions les plus récentes ont encore permis récemment d’élargir le fonds des lettres écrites et reçues par l’écrivain : ces correspondances furent échangées avec la romancière suisse Pauline de Montolieu, auteur du Robinson suisse, avec Julie de Lespinasse, connue pour son salon littéraire, avec l’écrivain Pierre-Augustin Guys, avec l’abbé Grégoire, ou encore avec le peintre Anne-Louis Girodet, auteur d’un célèbre portrait de l’écrivain.

23L’année du bicentenaire de la mort de Bernardin de Saint-Pierre a été celle de la mise en ligne des images numérisées des manuscrits sur le portail web de la bibliothèque municipale. Grâce à l’aide de la British Academy, la campagne de photographie des manuscrits réalisée par Malcolm Cook, puis leur microfichage et enfin leur numérisation permettent aujourd’hui de les rendre librement accessibles sur lireauhavre.fr.

Vers la célébration du bicentenaire de 2014

  • 26  Charles Le Goffic, Morceaux choisis des écrivains havrais, Le Havre, Imprimerie du Commerce, 1894.
  • 27  Alfred Touroude, Les écrivains havrais, études biographiques et littéraires, Le Havre, Librairie E (...)
  • 28  Ainsi, plusieurs historiographes de la ville installent l’idée – fausse – que Mme de La Fayette es (...)

24À l’exception de ces efforts entrepris par la bibliothèque, il nous semble que les institutions municipales et les habitants du Havre ont ensuite fait silence sur Bernardin de Saint-Pierre pendant tout le xxe et le début du xxie siècle. En 2013, alors que la mort de Bernardin s’apprête à être inscrite dans les célébrations nationales, très peu d’habitants savent qui est cet auteur et encore moins qu’il est né au Havre, même s’ils passent régulièrement devant sa statue (installée à côté de celle d’un autre « oublié », Casimir Delavigne), ou déambulent dans la rue piétonnière Bernardin de Saint-Pierre. On peut avancer plusieurs explications à cet oubli, à commencer par la disparition des érudits locaux comme Joseph Morlent, Charles Le Goffic26 ou Alfred Touroude27, qui se sont attachés à conserver, voire parfois à construire de toutes pièces28, une mémoire littéraire de la ville. On peut également invoquer l’histoire du Havre, et les relations particulières que la cité entretient avec la culture académique à laquelle elle a toujours privilégié la culture technique. Parce qu’elle n’a pas les assises archéologiques et humanistes d’autres cités normandes, la ville pâtit pendant longtemps d’une réputation d’inculture, réputation qui sera encore renforcée au xxe siècle par la forte industrialisation de la cité. Raymond Queneau fait lui-même sien ce préjugé, avec l’humour qu’on lui connaît, dans son roman Un rude hiver en 1939. Il y mentionne d’ailleurs cette « rue Bernardin-de-Saint-Pierre », qui n’a pas plus de signification pour le narrateur qu’un quelconque autre nom propre. Il est question de la bouquinerie de la rue Casimir-Périer :

Clairsemée en temps de paix, la clientèle devenait en temps de guerre quasiment inexistence. Le goût du moisi n’a jamais beaucoup possédé le Havrais ; les richards de l’endroit se fournissaient chez Gonfreville, rue Bernardin-de-Saint-Pierre, ou à la capitale ; les autres, ceux du commun, même avec un porte-monnaie se tenant debout, se satisfaisaient l’entendement avec les publications modernes, ou même quotidiennes.

25Puis sur la bouquiniste :

  • 29  Raymond Queneau, Un rude hiver, Paris, Gallimard, 1999, p. 19-20.

Arrivant d’outre-Seine et d’outre-Caux, elle avait toujours pris le Havrais pour une buse, un obtus, un grossier avec une comprenoire d’une très faible ouverture de compas. Elle ne lui lâchait sa marchandise qu’avec répugnance et lorsqu’elle encaissait quelques patards elle se disait toujours, autant de moins pour le bistrot du coin. […] Car les Havrais, Dieu, en qui elle ne croyait pas, pour ce qui était de l’intelligence, à son idée à elle, il les avait bien mal servis. Elle ne regorgeait pas d’intellectuels, la bonne ville franciscopolitaine, ça non, et le feu de sa salamandre n’en avait pas fait éclore beaucoup29.

26Ce préjugé se renforce aussi considérablement après les bombardements de 1944, qui détruisent 80 % de la cité, et « coupent » cette dernière, de façon très violente, de son passé et de son patrimoine.

  • 30  Voir les recherches menées par l’équipe Espaces humains et interactions culturelles (EHIC) de l’un (...)
  • 31  Sonia Anton (dir.), Vers une cartographie littéraire du Havre…, op. cit.
  • 32  Actes parus dans Agnès Cousin de Raver et Chantal Lapeyre (dir), Les lieux de Pascal Quignard, Par (...)
  • 33  Association dirigée par la bernardiniste Élisabeth Audoin. Voir le site : www. lireenmer.fr.

27Pourtant, en 2013, et avec l’approche du bicentenaire de la mort de l’écrivain, il semble que des retrouvailles ont eu lieu entre Le Havre et Bernardin de Saint-Pierre. Tout d’abord, la municipalité comme l’université décident, sans hésiter, de célébrer l’auteur, encouragées à la fois par la très active bibliothèque municipale et par les spécialistes de Bernardin, venus de tous les horizons pour fréquenter le fonds Bernardin. Pour ce faire, plusieurs actions se conjuguent et vont permettre une redécouverte de l’auteur par ses habitants, et peut-être une nouvelle réappropriation. L’exposition organisée par les musées historiques de la ville, Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, a très largement contribué à ce phénomène, et a, en quelque sorte, « donné le coup d’envoi ». Rappelons que cette exposition, organisée par Élisabeth Leprêtre, rassemble plusieurs dizaines d’objets appartenant aux Arts décoratifs inspirés par Paul et Virginie, exposés sur le site de la Maison de l’armateur. Elle est assortie d’une présentation des manuscrits et des éditions rares à l’hôtel Dubocage de Bléville. Les deux lieux vont accueillir respectivement 12 500 et 6 700 visiteurs tout au long de l’année, chiffres qui indiquent que l’intérêt soulevé par Bernardin a largement dépassé le seul public des érudits havrais. Le lancement de cette manifestation est accompagné d’une campagne de communication très dynamique. Aussi voit-on, dès l’automne 2013, se multiplier en très grands formats, plus précisément sur des panneaux Decaux, les affiches de l’exposition qui viennent littéralement décorer la ville et rappeler à sa mémoire l’enfant du pays. L’université du Havre se saisit également de ces célébrations, qui arrivent à un moment particulièrement favorable. En effet, depuis plusieurs années, un laboratoire de recherche, le « Groupe de recherche identités et cultures » (GRIC), s’attache à analyser les représentations littéraires du Havre, avec des méthodes empruntées à la géographie littéraire, plus précisément à la géocritique30. En 2012, un colloque avait été organisé, qui avait pour titre : « Vers une cartographie littéraire du Havre : de Bernardin de Saint-Pierre à Pascal Quignard31 ». En 2013, l’université avait accueilli l’écrivain Pascal Quignard, pour un colloque portant sur « Les lieux de Pascal Quignard32 ». C’est dans cette dynamique que les chercheurs du GRIC se penchent sur Bernardin de Saint-Pierre, considérant que les paradoxes entourant sa réception au Havre méritent d’être interrogés. Ils envisagent alors de programmer une journée d’étude sur la réception de l’œuvre. L’université de Rouen souhaitant quant à elle consacrer sa réflexion aux idées de l’auteur, les deux universités décident de travailler ensemble et construisent un seul et même colloque réparti sur les deux sites. Elles trouvent appui auprès de la ville et de l’association « Rayonnement culturel normand33 », très investie dans la valorisation de l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre. Plusieurs actions fleurissent alors autour de ces grands « pôles » fédérateurs, qui mobilisent des structures extrêmement diverses : les enfants de l’école Ferdinand Buisson chantent la comédie musicale Paul et Virginie de Jean-Jacques Debout, les adolescents du collège Montesquieu imaginent une suite à Paul et Virginie (« À la suite de Paul et Virginie »), 150 étudiants de l’IUT participent à un concours d’affiches publicitaires pour réaliser la promotion du roman (« Et si on lisait Paul et Virginie »). Des initiatives privées fleurissent également tout le long de l’année 2014 : une troupe de théâtre réalise une lecture-performance de Paul et Virginie, mise en scène par Aurélie Valetoux ; une galerie d’art expose des toiles autour du thème. Une autre exposition d’artistes est organisée dans la ville limitrophe de Sainte-Adresse portant sur le motif « Exotisme au xxie siècle ».

  • 34  Voir la contribution d’Odile Jaffré-Cook supra.
  • 35  Le Havre Infos, no 161, 7-13 mai 2014.

28Comme on peut le voir, tous les arts ont été sollicités, de l’écriture à la musique en passant par la peinture, le théâtre et le graphisme publicitaire, et on a pu assister à un déploiement esthétique finalement comparable, dans sa diversité, à ce qui s’est produit du vivant et à la mort de Bernardin de Saint-Pierre34. Ajoutons à la liste des actions, « la promenade sur les pas de Bernardin », assortie d’une lecture de textes par un comédien, proposée par la ville. Cette action à la fois « culturelle et touristique », qui avait déjà été organisée autour de Pascal Quignard et correspond à de nouvelles pratiques de valorisation du patrimoine, a permis, en quelque sorte, de faire retentir la voix de Bernardin dans les rues mêmes de la ville. En mai 2014, un journal local à grand tirage reproduisait la statue de Bernardin de Saint-Pierre comme une et titrait « Bernardin de Saint-Pierre : l’auteur superstar35 », montrant combien on avait parlé de cet auteur dans la cité.

  • 36  Voir la liste chronologique des manifestations du bicentenaire au Havre, proposée à la fin de cet (...)
  • 37  21 janvier 2014, voir le compte rendu dans Le Havre-Presse, 23 janvier 2014.

29Si les colloques et les conférences savantes36 se sont adressés à un public lettré, il faut constater que beaucoup des actions menées ont eu un rayonnement beaucoup plus large et ont touché des publics de tout âge et issus de différents milieux. La dimension festive du bicentenaire mérite également d’être soulignée, car elle a perpétué des pratiques du xviiie et xixe siècles autour de Bernardin. Certains événements de 2014 ont en effet ressemblé à des fêtes, comme celui qui a consisté à décorer la statue de l’auteur d’une feuille de latanier le jour de la date anniversaire37. Nous pensons aussi au concert de musique du xviiie siècle, accompagné de lectures de textes de Bernardin et d’un somptueux « son et lumière », qui fut donné à l’abbaye de Graville.

  • 38  Voir le site dédié à cette entreprise : www.promenadelitteraire-lehavre.fr.

30Nous manquons encore de recul pour mesurer très précisément les causes de cette réussite. De toute évidence, des désirs émanant de la ville, de l’université et des associations se sont opportunément rencontrés et unis. Ces célébrations mobilisent des questions touchant au patrimoine culturel de la ville, et à la façon dont les Havrais et leurs institutions investissent leur histoire, définissent leur identité. Nous pensons également que Le Havre, presque dix ans après son classement au patrimoine mondial, était enfin en mesure de se réconcilier avec une partie de son passé et de se réapproprier tout un pan de sa culture longtemps effacé ou nié, en l’occurrence celle du xviiie siècle. À l’autre extrémité de la chronologie, c’est ce même mouvement qui a permis récemment de rappeler l’origine havraise de Jean Dubuffet, et de l’inscrire dans la ville en tant qu’écrivain, à travers l’installation d’une signalétique38 consacrée à « Jean Dubuffet écrivain ».

31Nous conclurons en évoquant quelques « rêveries littéraires » auxquelles invite la récente parution du Voyage de Normandie. En termes de géocritique, cet ouvrage donne toute sa place à Bernardin de Saint-Pierre dans le paradigme stratigrafique des représentations du Havre. L’auteur rejoint tout d’abord la longue liste des écrivains qui ont évoqué Le Havre comme lieu de l’origine, même si c’est sans nommer la ville, dans ce magnifique développement sur l’enfance :

  • 39  Voyage de Normandie, op. cit., p. 50.

Joies à la vue des meubles de mon enfance. Forme de berceau. Les mêmes que celui où j’avais été élevé. Pochon de cuivre jaune où l’on fait bouillir le lait. Paniers. Rien n’avait changé, que les gens que j’avais connus, vieillis, affaiblis. Les meubles avaient resté. Meubles de la nature ne changent point : soleil, lune, mer mangeant les côtes39.

  • 40  Sur cette question de la relation entre Pascal Quignard et Le Havre, voir Sonia Anton, « Pascal Qu (...)

32La géocritique s’alimente aussi, rappelons-le, de la rêverie du lecteur/ chercheur autour du « génie du lieu » pour reprendre la terminologie de Michel Butor, qui tisse des relations imaginaires entre les œuvres et les auteurs. Aussi, comment ne pas penser à Pascal Quignard, né à Verneuil-sur-Avre et qui grandit au Havre40, à la lecture de la relation que fait Bernardin de son passage à Verneuil ?

  • 41  Voyage de Normandie, p. 180 et 190.

Je laissai toujours la rivière d’Avre qui sépare le Perche de la Normandie sur ma gauche. […] On compte deux lieues et demie de Tillières à Nonancourt, mais je n’en compterai que deux.
On compte vingt lieues de poste de Nonancourt à Paris.
À Nonancourt, commerce de bonneterie.
Grande épaisseur de terre argileuse et poreuse.
À Verneuil je vis une petite gueuse de douze ans appeler un enfant qui s’arrêtait, puis demander : « Viens, disait-elle, ou je te tuerai. »
L’extrême indigence déprave le sexe et l’âge41.

Annexes

Annexe

Chronologie des manifestations du bicentenaire au Havre

2013
28 et 29 novembre
Colloque « Écrire sur l’esclavage », organisé dans le cadre du programme Normandie-Esclavage sous la direction d’Éric Saunier, Université du Havre et Hôtel Dubocage de Bléville, Le Havre. Actes à paraître.

30 novembre-18 septembre 2014
Exposition Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, sous la direction d’Élisabeth Leprêtre, Maison de l’armateur et Hôtel Dubocage de Bléville, Le Havre. Catalogue d’exposition paru en 2014 aux éditions Chauvin, édition en collaboration avec Élisabeth Audoin et Dominique Rouet.

2014
21 janvier
Décoration de la statue de Bernardin de Saint-Pierre organisée par l’association « Rayonnement culturel normand ».

14 février
Lectures théâtralisées d’extraits de Paul et Virginie, par la troupe Dawaî, avec Aurélie Valetoux, théâtre Le Satellite Brindeau, Le Havre.

14 mars
Conférence « Paul et Virginie, la vogue de la littérature exotique », par Catriona Seth, Hôtel Dubocage de Bléville.

2-18 avril
Exposition « Paul et Virginie et l’exotisme au xxie siècle », espace Claude Monet, Sainte-Adresse, Le cercle des artistes havrais.

6 avril
conférence « Bernardin de Saint-Pierre, de l’exotisme au Jardin des Plantes », par Élisabeth Audoin, Maison de l’armateur.

25 avril-18 mai
Exposition de peinture « Paul et Virginie, sur les traces d’Othon Friesz », galerie d’art Éric-Baudet, Le Havre (toiles de Boscherel, Corti, Corvaisier, Derivery, Dubuc, Ronet et Torelli).

22 mai
Les enfants de l’école Ferdinand-Buisson de Soquence chantent la comédie musicale Paul et Virginie de Jean-Jacques Debout, sous la direction musicale de Marylène Jouen, professeur au conservatoire du Havre (81 choristes, 13 flûtes et un piano), à l’abbaye de Graville.

15 et 16 mai
Colloque « Bernardin de Saint-Pierre : idées, réseaux, réception », organisé par Sonia Anton, Laurence Macé et Gabriel R. Thibault, universités de Rouen et du Havre.
Exposition des affiches publicitaires lauréates du concours « Et si on lisait Paul et Virginie », Maison de l’étudiant, organisée par Sonia Anton, avec le soutien du Service culturel de l’université.

16 mai
« Parcours dans la ville sur les pas de Bernardin de Saint-Pierre », lectures par Jean-Pierre Guiner, Service ville d’art et d’histoire, Le Havre.
Nuit des métamorphoses, concert piano et voix, Dominique Bes et Vincent Delaforge, sons et lumières, création Olivier Agid-Laboratoire muséal, abbaye de Graville, musées d’Art et d’Histoire du Havre.

6 juin
Vernissage de l’exposition « À la suite de Paul et Virginie », textes et illustrations, au collège Montesquieu du Havre, sous la direction d’Évelyne Poteau.

Notes

1  Sur la biographie de l’auteur et la place du Havre, voir par exemple Élisabeth Audoin, « Bernardin de Saint-Pierre, portrait de l’aventurier de la Porte Océane », dans Élisabeth Leprêtre (dir.), Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, Le Havre, Musées historiques de la ville du Havre, 2014, p. 12-44.

2  « Je suis né en 1737, au Havre-de-Grâce, en Normandie, de parents qui me firent donner ce qu’on appelle en Europe une bonne éducation. À douze ans, j’en fus si dégoûté, que, profitant de l’amitié d’un oncle qui commandait un navire de commerce, je fis un voyage à la Martinique. » (« Vie de Bernardin de Saint-Pierre écrite par lui-même », avant-propos à Paul et Virginie, édition de 1806, Jean-Michel Racault éd., Paris, Librairie générale française, « Le Livre de poche », 1999.)

3  Gérard Pouchain (éd.), Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 50 et 65.

4  Gabriel-Robert Thibault, « La mer, la mer toujours recommencée », dans Sonia Anton (dir), Vers une cartographie littéraire du Havre : de Bernardin de Saint-Pierre à Pascal Quignard, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014.

5  Sur la maison d’enfance de Bernardin, voir Gabriel-Robert Thibault, « Les demeures itinérantes », Paul et Virginie, un exotisme enchanteur, op. cit., p. 118-136.

6  Voir également Malcolm Cook, Bernardin de Saint-Pierre. A life of culture, Londres, Modern Humanities Research Association, 2006.

7  « Inauguration, devant le Musée du Havre, des statues de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir Delavigne », L’Illustration, 14 août 1852.

8  Joseph Morlent, Le Havre et ses environs anciens et modernes, Le Havre, Chapelle, 1825, t. II, p. 117.

9  Sur l’histoire de la statuaire autour de Bernardin, voir Élisabeth Audoin, « La statuaire de Bernardin », Paul et Virginie un exotisme enchanteur, op. cit., p. 168-174.

10  Joseph Morlent, Guide du voyageur au Havre, Paris, C. Béchet, 1827, p. 26.

11  Jules-Jacques Delaporte, Poème sur le Musée-bibliothèque du Havre, 15 août 1845, bibliothèque municipale du Havre (BMH), no 1867.

12  Inauguration des statues de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir Delavigne au Havre, le lundi 9 août 1852, Paris, typographie de Firmin-Didot frères, 1852.

13  BMH, ms. 392.

14  Auguste-Nicolas Laverdet (né le 13 mars 1807), libraire à Clichy (Seine, aujourd’hui Hauts-de-Seine), breveté le 29 mai 1829, no 2929 (Patrick Laharie, Liste générale des brevetés de l’Imprimerie et de la Librairie. Ier Empire et Restauration. 3e vol. : L-Q, Paris, Archives nationales, 2003, p. 249). Auguste Laverdet est installé plus tard 24 rue Saint-Lazare à Paris.

15  Inventaire des Manuscrits, Papiers & Correspondance de Bernardin de Saint Pierre, Classés par Monsieur Aimé-Martin & achetés par la ville du Havre, [Le Havre], [1856], 4 f. (BMH, ms. 976). Ces dossiers forment aujourd’hui les 169 premiers nos du catalogue des manuscrits de la bibliothèque.

16  Voir archives municipales du Havre (AMH), R2 C3 L3.

17  Marie-Joseph Gazan (1784-1849), baron en 1824.

18  AMH, R2 C3 L4.

19  Toussaint fait par exemple encarter une lettre de l’écrivain dans son exemplaire de Paul et Virginie, édition de 1806.

20  Voir à ce sujet Dominique Rouet, « Entre ex-libris et maroquin, les bibliophiles havrais », 2017 & plus, no 4, p. 108-133.

21  Gérard de Nerval, « Un tour dans le Nord », Œuvres, Paris, Gallimard, 1961, t. II, p. 851.

22  Raymond Queneau, « Portrait littéraire de la France », dans Sonia Anton (dir), Le territoire littéraire du Havre dans la première moitié du xxe siècle, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013, p. 219.

23  Ville du Havre, Procès-verbaux des séances du conseil municipal et arrêtés d’intérêt général et de police, année 1892, Le Havre, 1892, p. 904-905.

24  Directeur de la revue L’Art pour tous.

25  Recueil de 47 lettres autographes de Bernardin de Saint-Pierre adressées à Félicité Didot, d’une lettre de Bernardin de Saint-Pierre à la citoyenne Didot mère et de 6 lettres également autographes de Félicité Didot à Bernardin de Saint-Pierre, précédées de considérations morales par Aimé Martin sur les calomnies répandues contre Bernardin de Saint-Pierre (ms. 494).

26  Charles Le Goffic, Morceaux choisis des écrivains havrais, Le Havre, Imprimerie du Commerce, 1894.

27  Alfred Touroude, Les écrivains havrais, études biographiques et littéraires, Le Havre, Librairie E. Touroude, 1865.

28  Ainsi, plusieurs historiographes de la ville installent l’idée – fausse – que Mme de La Fayette est née au Havre.

29  Raymond Queneau, Un rude hiver, Paris, Gallimard, 1999, p. 19-20.

30  Voir les recherches menées par l’équipe Espaces humains et interactions culturelles (EHIC) de l’université de Limoges, sous la direction de Bertrand Westphal.

31  Sonia Anton (dir.), Vers une cartographie littéraire du Havre…, op. cit.

32  Actes parus dans Agnès Cousin de Raver et Chantal Lapeyre (dir), Les lieux de Pascal Quignard, Paris, Gallimard, 2013.

33  Association dirigée par la bernardiniste Élisabeth Audoin. Voir le site : www. lireenmer.fr.

34  Voir la contribution d’Odile Jaffré-Cook supra.

35  Le Havre Infos, no 161, 7-13 mai 2014.

36  Voir la liste chronologique des manifestations du bicentenaire au Havre, proposée à la fin de cet article.

37  21 janvier 2014, voir le compte rendu dans Le Havre-Presse, 23 janvier 2014.

38  Voir le site dédié à cette entreprise : www.promenadelitteraire-lehavre.fr.

39  Voyage de Normandie, op. cit., p. 50.

40  Sur cette question de la relation entre Pascal Quignard et Le Havre, voir Sonia Anton, « Pascal Quignard et la géocritique du Havre », dans Les lieux de Pascal Quignard, colloque du Havre, Paris, Gallimard, 2013, p. 21-25.

41  Voyage de Normandie, p. 180 et 190.

Table des illustrations

Légende Figure 10 – Statue de Bernardin de Saint-Pierre par David d’Angers, Le Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/16307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteurs

Maître de conférences à l’université et à l’IUT du Havre. Elle est spécialisée en géographie littéraire et a publié plusieurs travaux sur les formes de représentations du Havre en littérature. Elle dirige aux Presses universitaires de Rouen et du Havre la collection « Le Havre : territoire d’écriture ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search