Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formation, qualification, éducation, emploi

 | 
Thierry Dezalay
, 
Emmanuelle Annoot
, 
Sophie Devineau

Introduction

Sophie Devineau

Texte intégral

  • 1 Observatoire des inégalités, INSEE, DARES.

1Les statistiques nationales nous informent régulièrement de l’état des différences sexuées en France1. Ainsi, les femmes continuent d’assumer 80 % « du noyau dur » du travail domestique (courses, cuisine et linge). Par conséquent, elles accumulent du temps de travail rémunéré et du temps de travail domestique au détriment des temps de loisirs et de repos. C’est ce qu’on appelle la double journée. En moyenne, les femmes consacrent 3 h 26 par jour aux tâches domestiques contre 2 h 01 pour les hommes. Les hommes bricolent et jardinent un peu plus, mais les femmes passent quatre fois plus de temps que les hommes à faire le ménage et deux fois plus à s’occuper des enfants ou d’un adulte à charge à la maison.

2Les inégalités dans la sphère domestique ont des répercussions pour les femmes dans bien d’autres domaines où elles sont freinées, de la vie professionnelle aux loisirs, en passant par l’engagement politique ou associatif notamment. C’est une des raisons qui expliquent l’essor du temps partiel, mais aussi leur faible représentation en politique ou dans les instances dirigeantes d’associations.

3En schématisant, les femmes prennent en charge le quotidien, les tâches les moins valorisées, quand les hommes se consacrent aux activités les plus reconnues socialement, « ce qui se voit et ce qui dure ». L’égalité dans la sphère domestique est en réalité beaucoup plus lointaine que dans l’univers professionnel. Les choses évoluent mais de façon très lente.

4On ne compte encore que 18,5 % de femmes à l’Assemblée nationale et 21,8 % au Sénat. Si l’on compte 48 % de femmes dans les conseils régionaux en 2010, seules deux femmes sont à la tête d’une région. Parmi les conseillers généraux élus en mars 2011, 13,8 % sont des femmes. Six femmes seulement sont présidentes de conseil général.

5L’arrivée d’un enfant accentue le déséquilibre du partage des tâches domestiques entre hommes et femmes, les ajustements touchant essentiellement les femmes : ce sont elles qui se mettent à l’écart du marché du travail, elles aussi qui prennent davantage en charge l’organisation du foyer. La maternité et l’éloignement de l’emploi jouent ici en synergie.

6Malgré une féminisation de la population active française, le taux d’activité des femmes en âge de travailler reste encore inférieur à celui des hommes. De plus, femmes et hommes sont différents quant à la durée du temps de travail : le temps partiel reste une affaire de femmes. En outre, le temps partiel en France est utilisé par les entreprises comme un moyen pour imposer une plus grande de flexibilité et comme une réponse politique pour lutter contre le chômage. Aucune politique publique d’envergure ne légifère au niveau du Code du travail afin que s’imposent à tous, hommes et femmes, les conditions de mieux concilier vie professionnelle et vie privée. Depuis quinze ans, les emplois créés en France ont été essentiellement à temps partiel et en horaire atypique dans les services et le commerce. Pour les organisations syndicales, le temps partiel est clairement identifié comme une forme inégalitaire de travail, de surcroît fortement subie par les salariés, et précisément par les femmes. En effet, 9 % des femmes salariées sont en situation de temps partiel subi, contre 2,5 % des hommes. Le taux atteint 13,9 % pour les femmes non-diplômées, 12,9 % pour celles de moins de 29 ans, 13,1 % pour les employées, et même 16,4 % pour les femmes étrangères. Dans la réalité, les 5,5 % d’actifs employés en temps partiel souhaiteraient travailler davantage, soit 1,25 million de personnes. Il s’agit à 75 % de femmes.

7Mais la situation inégalitaire ne se résume pas au seul accès à l’embauche, ni au type de contrat ou encore aux interruptions de carrières. À temps plein, les femmes gagnent 20 % de moins que les hommes. Tous temps de travail confondus, l’écart est de 27 %. L’écart mensuel moyen est de 445 euros, soit presque un demi Smic. Plus on progresse dans l’échelle des salaires plus l’écart entre les femmes et les hommes est important. Si l’on prend en compte les 1 % les mieux rémunérés, les femmes touchent au mieux un salaire équivalent à 63 % de celui des hommes.

8Par ailleurs, si avec la généralisation de l’emploi féminin et l’élévation de leur niveau de qualification, les écarts de salaires entre les femmes et les hommes se sont un peu réduits, depuis 15 ans la situation stagne. Dans les années 1950, les femmes employées à temps complet percevaient en moyenne les deux tiers des salaires masculins. À partir de 1994, elles ont dépassé les 80 %. Le processus s’est effectué essentiellement en une vingtaine d’années (de 1973 à 1993), et il est bloqué depuis le milieu des années 90 autour de 81 ou 82 %.

9Pourtant, les filles ont investi les bancs des universités ces cinquante dernières années passant de 42,8 % des effectifs en 1960-1961 à 57,57 % en 2009-2010. Mais les parcours universitaires demeurent nettement différenciés. Alors que les filles constituent 70 % des étudiants en lettres et sciences humaines, elles sont moins de 30 % dans les différents domaines des sciences physiques. Dans les classes préparatoires, elles sont majoritaires dans les prépas littéraires (75 %) mais ne représentent que 30 % des prépas scientifiques et seulement un quart des élèves en école d’ingénieurs. Pour autant, le couronnement d’un cursus littéraire par des récompenses prestigieuses ne se fait pas à leur profit mais à celui des hommes, puisque sur 648 prix littéraires décernés depuis le début du xxe siècle, 16 % ont été attribués à des écrivaines, soit 104 femmes lauréates.

10Les choses se construisent dès l’orientation dans les filières du lycée où les garçons sont beaucoup plus représentés dans la filière S (scientifique), qui conduit aux filières les plus sélectives de l’enseignement supérieur. Les filles réussissent mieux en français dans les petites classes, ont plus souvent leur bac et une licence, voire un master. Tout au long des parcours de formation, les filles ont de meilleurs résultats scolaires en français que les garçons, et sont plus présentes à l’université. Toutefois, si les garçons sont moins nombreux que les filles, ce sont eux qui accèderont plus souvent au grade le plus élevé, et ceci dans les filières les plus reconnues socialement. De sorte que les garçons sont plus nombreux à obtenir un doctorat.

11Cet ensemble de constats, point de départ incontournable pour aborder les différences sexuées, appelle des explications afin de comprendre quels mécanismes sociaux sont à l’œuvre pour produire une situation que l’on est en droit de juger surprenante dans un pays qui place l’égalité au rang de principe démocratique fondamental. Comme on peut s’en rendre compte, le sujet est toujours d’actualité et traverse tous les champs de la vie sociale, de la famille, au monde du travail en passant par l’école.

12Ainsi, au-delà du simple enregistrement de constats, tout l’enjeu réside dans l’interprétation de ces différences en termes d’inégalités sexuées. En effet, cela ne va pas de soi puisqu’il suffit d’enquêter auprès de groupes sociaux divers pour constater la prégnance toujours importante du recours à l’explication biologique laquelle en fait d’expliquer reprend de manière tautologique l’enregistrement des différences entre les hommes et les femmes, et les donne pour preuve de la prédétermination naturelle des individus, entendons par là l’effet mécanique des caractères physiologiques. Dans cette optique, il n’y a donc pas lieu d’interroger des mécanismes qui semblent aussi transparents à la compréhension, ou dit autrement, les différences entre les sexes n’ont pas à être expliquées puisqu’elles ont le statut de données de départ. Une idée du sens commun qui puise sa force de persuasion de manière constamment renouvelée dans la multitude des situations de la vie quotidienne immédiatement comprises comme autant de preuves spontanées d’un ordre sexué indépassable.

13À rebours de cette tentation constante, tout le travail des sciences sociales va entreprendre de poser un problème là où précisément il ne semble pas y en avoir. Le passage du constat de différences biologiques à une question d’inégalités élaborées socialement en constitue l’étape essentielle, puisqu’une telle rupture détruit les anciennes représentations découpant les activités sociales selon un mode dichotomique, hommes/femmes, et oblige à reconsidérer l’ensemble des institutions et des organisations humaines comme étant le résultat d’une construction sociale, qui s’est réalisée à travers un principe politique particulier, celui de la domination masculine (Bourdieu, 1998 ; Héritier, 1996 ; Woolf, 1977 [1929]). Dès lors, nulle nécessité « naturelle » ne résiste à l’examen d’une histoire de l’assignation à des rôles sociaux de sexes. Plus encore, il ressort que le groupe des femmes a été systématiquement discriminé de sorte qu’elles sont invariablement cantonnées aux tâches domestiques non rémunérées, et que ce schéma perdure dans le monde du travail. Et alors même qu’elles accédaient aux emplois salariés, elles ne l’ont pu qu’en empruntant les voies d’une orientation scolaire et professionnelle « de filles » (Baudelot, Establet, 1992 ; Duru-Bellat, 1990) canalisée vers les métiers du care (Molinier, Laugier, Paperman, 2009).

  • 2 Projet, baptisé Genographic, financé notamment par la National Geographic Society et IBM dont l’ob (...)

14Dans le raisonnement sociologique, c’est donc bien d’inégalités qu’il s’agit et non de différences sexuées. La conséquence est de taille, puisque l’analyse porte sur un système classiste, sexiste et raciste et en démonte le fonctionnement injuste. Le recours au concept de discrimination va jouer un rôle essentiel dans l’analyse des inégalités sexuées, puisqu’il permet de décrypter les mécanismes propres au sexisme selon un processus identique à celui du racisme désormais mieux connu. Les deux phénomènes sont menacés des mêmes ornières faisant d’un caractère apparent comme la pigmentation de la peau et le sexe des facteurs explicatifs de compétences sociales. Cette logique simpliste cherche à justifier la place occupée par les uns et les autres dans l’échelle des professions et des positions de pouvoir, quand il s’agit au contraire d’affectations sociales hiérarchisées selon des principes discriminatoires à l’endroit de certains groupes comme les minorités ethniques et la majorité des femmes. L’arbitraire du mécanisme social à l’œuvre pour se maintenir ne peut évidemment pas se donner à voir comme tel, et tire des théorisations naturalisantes le bénéfice de l’apparente neutralité. La fausseté des échafaudages théoriques fondés sur des typologies de caractères apparents est pourtant illustrée chaque jour2, ceci quel que soit le domaine scientifique, et a fortiori en sciences humaines où l’objet d’étude est toujours une histoire sociale (Butler, 2007 [1990]).

  • 3 Concept d’intersectionnalité : prise en compte des effets concomitants des catégories sociales de (...)

15En revanche, le recours au paradigme des systèmes complexes, multifactoriels, multimodaux et multiniveaux est aujourd’hui la culture commune à tous les champs scientifiques. Désormais, il n’est plus possible de se représenter les structures sociales endehors des processus de division sexuée des rôles, ni même d’expliquer les organisations par l’effet unilatéral d’un seul facteur. La recherche s’est aujourd’hui tournée vers une modélisation croisant les rapports sociaux de classe, de sexe et de racisation (Pfefferkorn, 2007). La théorie de la domination masculine s’en trouve enrichie par une meilleure compréhension de la dialectique sociale, et par voie de conséquence il est possible de rendre compte des phénomènes de résistance tout autant que de l’historicité des organisations humaines. Le concept d’intersectionalité3 et l’approche systémique (Pfefferkorn, 2012) dans l’analyse sont donc les traits marquants de la recherche contemporaine.

16Les sciences humaines, en développant le concept de Genre, ont ainsi réalisé une révolution scientifique au sens de Kuhn (2008 [1962]). L’inégalité des sexes n’est plus un sujet de folklore féministe mais tout au contraire un champ de recherches académique reconnu mondialement. En France, cette reconnaissance scientifique des travaux menés en histoire, en littérature, en linguistique, en sociologie, en anthropologie, en sciences des activités physiques et sportives et dans bien d’autres domaines encore, trouve une illustration récente à travers la création par le CNRS de l’Institut du genre. Mais bien d’autres groupes de recherche comme l’institut Émilie-Du-Châtelet, et bien d’autres revues comme celle du MAGE, plus anciens témoignent aussi de la richesse et de la solidité des connaissances constituées en la matière.

  • 4 Lettre ouverte du 14 septembre 2011 : « Pourquoi cacher le genre, Monsieur le ministre ? » (http:/ (...)

17Mais les idéologies réactionnaires menacent toujours les conquêtes égalitaires partout en Europe et dans le monde. Encore très récemment en France, des chercheurs ont dû écrire une lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale devant la demande de députés et sénateurs de supprimer des manuels scolaires les références au genre dans les enseignements. Taxé d’idéologie, dangereuse de surcroît, le concept de genre devait à nouveau être défendu : « Les 80 députés s’appuient sur une conception bien partiale de la science : d’un côté, les sciences bio-génétiques, les seules scientifiquement légitimes, d’un autre, la “théorie du genre” qui relèveraient d’un “discours extra-scientifique”. Aucun scientifique sérieux ne songerait aujourd’hui à faire reposer le caractère féminin ou masculin sur les seules données biologiques4. »

18Par ailleurs, la mixité tout en ayant marqué un grand progrès depuis 1975 instaure un nouveau cadre légal de l’éducation des jeunes qui a dans le même temps alimenté dans l’institution l’idée que l’égalité entre les sexes était une affaire réglée dans l’école. D’une certaine manière, on peut situer à ce niveau un des obstacles pour penser le genre à l’école, notamment chez les professionnels. Or, beaucoup reste faire (Mosconi, 1989 ; 1994), car en réalité de nombreuses embûches au progrès de l’égalité entre les sexes perdurent. Un autre obstacle réside dans le fait que des trois instances de socialisation que sont la famille, l’école et l’entreprise, l’école a mieux réussi (Establet, 2003) puisque toutes les études démontrent une meilleure réussite des filles que des garçons, y compris lorsque les autres caractéristiques sociodémographiques sont identiques. On peut dès lors comprendre que le sujet ne soit pas perçu comme prioritaire dans le milieu éducatif.

19Or, le droit condamne les discriminations sexuées, et en France La HALDE instruit de nombreux dossiers de plaintes. Il faut donc aussi souligner que le système de formation, au même titre que toute autre institution, et pas moins que toute entreprise, ne peut ignorer la loi.

20La problématique qui unit l’ensemble des textes présentés ici est celle de la construction du genre lors de l’éducation scolaire et supérieure. La formation initiale comme la formation professionnelle, les enseignants autant que les jeunes constituent autant d’angles d’observation qui complètent l’étude en multipliant les niveaux d’analyse. Les usages du concept de genre dans les différents travaux imposaient qu’une présentation théorique du genre fût faite. Roland Pfefferkorn ouvre ainsi la réflexion par un article dédié à la genèse et principalement à la qualité heuristique de cette approche. Ainsi autrement armée, l’analyse sociologique peut ensuite aborder les résultats empiriques des différents travaux présentés. L’exposition des études successives propose de suivre une logique toute durkheimienne en partant des institutions de socialisation avec leurs professionnels et leurs cadres organisationnels, pour aller vers la compréhension des modes de socialisation des jeunes générations dans le système d’éducation.

21Tout d’abord, une première partie s’intéresse aux premiers degrés de l’enseignement, et plus spécifiquement aux adultes qui incarnent une certaine norme sexuée devant les élèves. La force des modèles dominants, qui s’exerce autant parmi les lycéens que chez leurs professeurs et leurs employeurs, est ainsi révélée par l’étude des orientations atypiques (Clotilde Lemarchant). Des archaïsmes institutionnels contre lesquels des enseignantes féministes du premier et du second degré de l’école publique agissent avec opiniâtreté pour faire advenir la parité dans l’univers éducatif (Sophie Devineau).

22Une deuxième partie poursuit l’observation dans l’enseignement supérieur cette fois. L’étude des trajectoires universitaires des enseignantes met en lumière les verrous institutionnels qui freinent les femmes et produisent une situation inégalitaire (Ali Azizi), que les changements récents des normes professionnelles semblent recycler au profit de différenciations sexuées dans les parcours et les activités des enseignants-chercheurs (Emmanuelle Annoot).

23Une troisième partie s’intéresse aux projets des étudiants et montre que la relation à l’avenir professionnel prend des formes particulières selon le genre et l’appartenance sociale (Thierry Dezalay). Un constat également établi lorsque l’enquête analyse le moment particulier de l’insertion dans l’emploi, et ceci avec une acuité d’autant plus grande qu’il s’agit de jeunes de nationalité chinoise ayant poursuivi un cursus de formation en France (Yong Li).

24À la fin du volume, deux contributions proposent un ensemble de données statistiques complémentaires à celles exploitées dans les études sociologiques. La première décrit un panorama sexué des orientations des étudiant-e-s à partir du cas de l’université de Rouen (Yannick Le Long), et la seconde livre une photographie de l’entrée des jeunes apprenti-e-s dans l’emploi en Haute-Normandie, qui se révèle typée selon le sexe (Christelle Rebillon).

25Comme le lecteur pourra le constater, l’ensemble présente des études qui vont à contre-courant de la croyance dans les effets quasi-naturels du sexe biologique sur les parcours des individus. Toutes les observations empiriques démontrent à quel point la construction des identités est soumise tout au long des parcours à une succession de contraintes sociales qui assurent la survie du modèle patriarcal continuellement recyclé dans le système capitaliste contemporain. Se pencher sur la manière dont se constituent les identités, passer derrière le miroir en décrivant la fabrique sociale des inégalités sexuées, telle est l’ambition de cet ouvrage.

Bibliographie

Éléments bibliographiques

Baudelot Christian, Establet Roger, Allez les filles !, Paris, Seuil, 1992.

Bilge Sirma, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, no 225, Paris, PUF, p. 70-88, 2009.

Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

Butler Judith, Trouble dans le Genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2007 [1990].

Duru-Bellat Marie, L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ?, Paris, L’Harmattan, 1990.

Establet Roger, « Filles et garçons à l’école : un changement social à suivre », dans Jacqueline Laufer, Catherine Marry, Margaret Maruani (dir.), Le travail du genre, Paris, La Découverte-MAGE, 2003.

Héritier Françoise, Masculin, féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

Kuhn Thomas S., La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 2008 [1962].

Molinier Pascal, Laugier Sandra, Paperman Patricia, Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Payot, « Petite Bibliothèque », 2009.

Mosconi Nicole, La mixité dans l’enseignement secondaire : un faux-semblant ?, Paris, PUF, 1989.

—, Femmes et savoir. La société, l’école et la division sexuelle des savoirs, Paris, L’Harmattan, 1994.

Pfefferkorn Roland, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute, 2007.

—, Genre et rapports sociaux de sexe, Lausanne, Page 2, 2012.

Woolf Virginia, Une chambre à soi, C. Malraux (trad.), Paris, Denoël, 1977 [1929].

Notes

1 Observatoire des inégalités, INSEE, DARES.

2 Projet, baptisé Genographic, financé notamment par la National Geographic Society et IBM dont l’objectif est de retracer les grandes migrations humaines. Les résultats scientifiques obtenus par des équipes pluridisciplinaires associant les spécialistes du décryptage de l’ADN à des démographes travaillant sur l’histoire des migrations des populations, démontrent la proximité du patrimoine génétique chez deux individus en apparence pourtant très dissemblables, et à l’inverse la distance entre deux individus de phénotype très ressemblant.

3 Concept d’intersectionnalité : prise en compte des effets concomitants des catégories sociales de race, de classe et de genre (Bilge, 2009).

4 Lettre ouverte du 14 septembre 2011 : « Pourquoi cacher le genre, Monsieur le ministre ? » (http://blogs. mediapart. fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/140911/).

Auteur

Sociologue de l’éducation, MCF HDR, unité de recherche Dynamiques sociales et langagières, et coordinatrice de l’axe Travail, emploi, formation de l’Institut de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (IRIHS) de l’université de Rouen. Ses principaux thèmes de recherche portent sur les rapports sociaux de classes et de sexes à l’école, à travers notamment l’emprise libérale dans les cadres institutionnels du système éducatif. Dans la période récente, ses travaux se sont intéressés aux enseignantes syndicalistes qui militent pour l’égalité entre les sexes.
Elle a publié notamment :
- Norme scolaire et valeurs féminines : le cas des candidats à l’IUFM », Trames, « Éducations féminines », no 12, avril 2005, p. 131-140.
- L’école pour les femmes : rapports sexués aux savoirs professionnels chez les candidats à l’IUFM », LOrientation scolaire et professionnelle, mars 2006, p. 29-55.
- Teachers and Humanism », Review of European Studies, Canadian Center of Science and Education, vol. 2, no 1, juin 2010, p. 29-38.
- Les marqueuses de paroles : la pédagogie du genre, arme des enseignantes engagées pour la mixité », Revue Diversité mixité filles garçons, « Enjeux contemporains », no 165, juin 2011, p. 100-106.
- Le genre à l’école des enseignantes : embûches de la mixité et leviers de la parité, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales, série Genre », 2012.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540