Version classiqueVersion mobile

Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme

 | 
Christiane Gohier
, 
Michel Fabre

Deuxième partie. Lectures

Chapitre VI. Généalogie de l’éthos néo-libéral : perspectives foucaldiennes

Michel Fabre

Texte intégral

  • 1 Sunday Times, 7 mai 1988, cité dans Dardot et Laval, 2009, p. 412.

1Je cherche à savoir pourquoi l’éthique de la performance, de la compétition, la « culture » du résultat ont réussi à s’imposer aussi facilement dans le monde de l’éducation (Laval, 2003 ; Laval et al., 2011), définissant une sorte d’éthos à peu près imperméable à toute critique et constituant ainsi une nouvelle figure de ce monde unidimensionnel dont Marcuse (1968) faisait jadis l’analyse. Est-ce une solution de facilité que d’attribuer cette éthique au néo-libéralisme envahissant ? Je suivrai ici Michel Foucault dans ses analyses du bio-pouvoir. Ce que j’appelle, à sa suite, « néo-libéralisme », n’est pas seulement un système économique, ni même seulement une idéologie, mais une pratique de pouvoir induisant un mode de gouvernement de soi, bref une éthique (Foucault, 2004a). Avec son cynisme habituel, Margaret Thatcher vendait la mèche quand elle assenait à qui voulait l’entendre que « Economics are the method. The object is to change the soul1 ».

2Comment comprendre cette fabrication d’un nouvel éthos ? En prolongeant les analyses de Foucault, j’analyserai d’abord les schèmes politico-économiques qui sous-tendent les formes contemporaines du capitalisme, du moins en Europe : 1) le schème de compensation par lequel l’ordo-libéralisme allemand entend procurer un contrepoids humaniste aux valeurs froides de la concurrence en invoquant les valeurs chaudes de l’esprit d’entreprise (Strassel, 2009) ; 2) le schème de convertibilité de toutes les valeurs qui est au fondement de la théorie du capital humain (Becker, 1983). Je fais l’hypothèse que ces deux schèmes sous-tendent les politiques d’éducation et de recherche en Europe et qu’en se combinant, ils créent un brouillage généralisé des significations et des valeurs qui rend difficilement attaquable l’éthos de la concurrence et de la performance. Ce brouillage est dû autant d’ailleurs à l’idéologie néolibérale qui se voit contrainte d’élaborer un grand récit de justification qu’aux résistances à cette idéologie.

3J’analyserai trois exemples d’un tel brouillage : 1) l’injonction à devenir « entrepreneur de soi-même » qui envahit la propagande patronale et la littérature de management en se présentant comme une nouvelle figure de la Bildung (Aubrey, 2000 ; Babeau, 2012) ; 2) l’idée de compétence, cet « attracteur étrange » (Le Boterf, 1994), qui sous-tend la nouvelle rationalisation des apprentissages ; 3) l’interprétation de l’excellence universitaire en termes de concurrence dans les politiques de recherches actuelles. Ces trois exemples sont d’ailleurs liés dans l’éthos néo-libéral, puisque l’esprit d’entreprise suppose la compétence et l’excellence. À travers ces trois exemples je tenterai de montrer comment les figures rhétoriques de l’amalgame, de la réduction de sens ou du « cache-cache sémantique » contribuent à accréditer une « nov-langue » managériale (Giroux, 2002) et, au-delà, à imposer une idéologie contestable et dont les effets pervers sont aujourd’hui patents.

4Parler d’éthos néo-libéral signifie que nous en sommes arrivés à ce point où l’éthique de la compétition et de la performance est devenue quelque chose de difficilement discutable, sans alternative possible, de sorte que toute contestation renvoie aux accusations de marginalité, d’utopie révolutionnaire ou plus modestement, de naïveté romantique. Bref, cet éthos semble relever du bon sens. Et, comme chacun, ainsi que l’observait Descartes, s’estime bien partagé en la matière, le monde unidimensionnel que craignait Marcuse n’est pas loin même si le discours techniciste qu’il dénonçait alors, est loin d’épuiser la rhétorique néo-libérale actuelle.

1. Les deux schèmes fondamentaux du bon sens néo-libéral en Europe

5Dans son Cours de 1978-1979 au Collège de France, Michel Foucault analyse les deux sources principales de la théorie néo-libérale telle qu'elle exerce son influence en Europe : l’ordo-libéralisme allemand et la théorie du capital humain. Cette analyse, désormais bien connue, a été reprise dans des travaux récents (Laval, 2011 ; Srassel, 2009). Je vais me borner ici à caractériser les schèmes qui sous-tendent ces logiques économiques et surtout leurs conséquences éthiques.

1.1. L'ordo-libéralisme et le schème de compensation

6L’ordo-libéralisme opère une refonte du libéralisme classique du laissez-faire, mis à mal par la crise de 1929. Il prend son essor au colloque Walter Lippman de 1938 sous l’influence des économistes allemands comme Walter Euken, Wilhelm Röpke, Alexander Rüstow, futurs animateurs de l’École de Fribourg. Ce n’est pourtant qu’après la deuxième guerre mondiale que l’ordo-libéralisme va inspirer la politique économique allemande, avec le développement du capitalisme rhénan.

7Selon Foucault, l’ordo-libéralisme répond à une double problématique. La première est la reconstruction de la société allemande sur les décombres d’un état qui, avec le nazisme, a perdu toute crédibilité. L’originalité de l’ordo-libéralisme va être de refonder l’État à partir de l’instance qui lui paraît la seule solide, à savoir l’économie de marché. Bien que les ordo-libéraux soient anti-keynésiens, ils pensent que le libéralisme d’Adam Smith a vécu. Les lois du marché ne sont plus conçues comme des lois naturelles, mais relèvent de déterminations socio-politiques. Comment alors articuler les sphères économiques et politiques ? Les ordo-libéraux vont distinguer, dans l’économie, le cadre et le processus. Autant l’État doit se garder d’intervenir dans les processus économiques, autant il lui faut maintenir le cadre juridique d’une concurrence juste. L’indépendance de la Bundesbank, en 1959, est la meilleure illustration de ce principe.

  • 2 La revue Ordo, sous-titre :Jahrbuch für die Ordnungvon Wirtschaft und Gesellschaft, est fondée en (...)

8La deuxième problématique de l’ordo-libéralisme est de constituer un « ordre juste », c’est-à-dire à la fois économiquement viable et digne de l’homme. L’expression d’« ordre juste » est empruntée à la philosophie politique de saint Augustin et de saint Thomas2. Il s’agit de compenser la froideur du marché et de la concurrence par des valeurs chaudes, humanistes, issues de la tradition chrétienne, celles de solidarité et de coopération, dans une Gesellschaftpolitik (une politique de la société) c’est-à-dire un capitalisme à visage humain. C’est la forme entreprise qui constitue la solution. En généralisant le modèle de l’entreprise, on fait plus que tisser un réseau industriel composé de petites et moyennes entreprises (PME) et de très petites entreprises (TPE), on reconstitue également le lien social. La Gesellschaftpolitik institue ainsi un nouvel éthos, « l’esprit d’entreprise » qui renferme à la fois des valeurs chaudes (esprit d’initiative, de responsabilité, de coopération) et des valeurs plus froides (efficacité, concurrence). L’ordo-libéralisme nous offre ainsi le premier schème d’un nouveau bon sens économique pour lequel le capitalisme ne s’oppose plus à l’humanisme. C’est ce schème synthétique de l’entreprise qui va se rallier progressivement les forces politiques allemandes (démocratie chrétienne et même social-démocratie) et s’infléchir dans une « économie sociale de marché » au point que beaucoup y verront une troisième voie entre capitalisme et socialisme et en tout cas une sorte de rempart face à l’ultralibéralisme anglo-saxon de Margaret Thatcher ou de Ronald Reagan (Dardot et Laval, 2010, p. 310). L’ordo-libéralisme va jouer un rôle conséquent dans la construction européenne en contrant avec succès le modèle interventionniste français (Strassel, 2009). Le schème de compensation promeut un style de gouvernement de soi qui intériorise les règles du fonctionnement des entreprises (Dardot et Laval, 2010, p. 217) et qui est censé instituer un individu sérieux, consciencieux, travailleur, responsable, incarnant les valeurs traditionnelles que l’on accorde volontiers à l’esprit allemand, valeurs qu’admire tant le patronat français.

1.2. La théorie du capital humain

9La théorie du capital humain de l’École de Chicago (Théodore Schultz, Gary Becker) constitue une version beaucoup plus radicale du néo-libéralisme, propre à satisfaire ceux qui, comme Hayek, pensaient que l’ordo-libéralisme trahissait l’orthodoxie libérale. L’idée fondamentale est d’élargir la notion de capital, issue de la théorie économique, aux savoirs et savoir-faire de l’individu. Dans une société post-industrielle, le capital humain est lié à l’innovation dont dépend la survie de l’économie de marché. C’est l’innovation qui – comme l’a montré Schumpeter – déjoue la prédiction marxiste de la baisse tendancielle du taux de profit qui devait sonner le glas du capitalisme. Cette théorie du capital humain sous-tend aujourd’hui l’économie de la connaissance et s’impose aux politiques publiques d’éducation et de recherche de la communauté européenne (Laval, 2011, p. 162 ; Trouvé, 2012 et ici même).

10Ce qui m’intéresse ici, c’est l’extension sans limites de la théorie économique, dans la conception de Gary Becker (1983). Tous les choix, toutes les décisions de la vie, dans toutes les sphères de la société (la famille, l’éducation, la santé, la justice...) deviennent l’objet d’une analyse économique en termes de calcul, c’est-à-dire de rapports entre coûts et bénéfices. L’économie devient ainsi une théorie du comportement dans laquelle les sujets sont considérés comme des acteurs rationnels, supposés agir en fonction de leur intérêt bien compris. C’est là une résurgence de la philosophie utilitariste anglaise de Stuart Mill et de Bentham. Les utilitaristes compensaient toutefois l’individualisme du calcul par un sentiment de solidarité qui reliait l’individu aux autres et à la communauté. Dans la théorie du capital humain, les individus sont plutôt considérés comme des atomes sociaux libres de contacter entre eux. Margaret Thatcher vend une fois de plus la mèche quand elle proclame, en 1987 au Women’s Own Magazine : « la société n’existe pas. Il y a seulement des hommes, des femmes et des familles. » Bref, en dépit du couplet sur les familles – il faut bien un lieu où externaliser les coûts sociaux du marché –, l’individu est à lui-même son propre capital, son producteur, la source de ses revenus. Foucault voit dans cette conception de l’individu-entreprise le fondement de l’analyse économique du néo-libéralisme qui dissout les dualismes classiques entre production et consommation, entre salaire et revenu. Tout agent économique se conçoit comme un travailleur indépendant, libre de contracter et se vendant au plus offrant sur un marché concurrentiel.

11Ce que je retiens de la théorie du capital humain, c’est l’invention d’un deuxième schème du bon sens néo-libéral, celui de la convertibilité de toutes les valeurs. Si tout comportement humain peut être réduit à sa dimension économique, la valeur économique devient indiscernable de toutes les autres valeurs. Ou encore, puisque toutes les valeurs humanistes peuvent être traduites en valeurs économiques alors, inversement, les valeurs économiques peuvent être retraduites en valeurs humanistes. Bien que, dans le capital humain on ne puisse assimiler toute valeur économique à l’argent, le schème de convertibilité opère comme l’argent : il fait de la valeur économique un équivalent abstrait immédiatement convertible en biens matériels ou culturels, mais également – et c’est essentiel – immédiatement reconvertible en monnaie.

1.3. Les deux schèmes

12Le schème de compensation issu de l’ordo-libéralisme et le schème de convertibilité issu du capital humain sous-tendent des solutions économiques différentes. Ils ont toutefois une problématique en commun : celle de la relation entre les valeurs froides du marché et les valeurs chaudes de l’humanisme. L’un tente une synthèse par compensation, l’autre par convertibilité. Ma thèse est que ces schèmes, opérant en dehors de leur contexte d’origine, s’articulent et se renforcent l’un l’autre produisant ainsi un brouillage généralisé des significations et des valeurs. Et c’est à la faveur de ce flou que s’opère un divorce entre les discours de légitimation et les pratiques effectives. Si les discours promeuvent la polysémie, les pratiques et les dispositifs suivent la plus grande pente qui est celle de l’économisme ambiant et dans le capitalisme financier qui est le nôtre, la valeur suprême ne peut être que l’argent.

2. J’entreprends donc je suis !

13Le premier exemple de brouillage sémantique concerne l'éthos de l’entreprise. Dans son discours d’intronisation comme présidente du MEDEF, en 2005, Laurence Parisot présentait l’esprit d’entreprise comme la valeur éducative de notre temps. Elle n’hésitait pas à faire des entrepreneurs les nouveaux instituteurs de la société d’aujourd’hui. A l’instituteur de jadis, soucieux d’universel républicain, de promotion populaire, devrait se substituer l’entrepreneur chargé d’enseigner aux jeunes « la diversité de la mondialisation » et de promouvoir leur ascension sociale (Laval, 2008). Que révèle ce type de discours ?

2.1. L’éthos de l’entreprise

  • 3 Comme le souligne Alain Ehrenberg (1991, p. 315), « cette soudaine promotion de l’action d’entrepr (...)

14Parisot ne prétend pas remplacer l’école par l’entreprise, reste que c’est bien du pouvoir instituant de l’entreprise qu’il s’agit. Jusqu’à présent l’entreprise produisait de la valeur, mais c’était une valeur économique, marchande : des biens de consommation ou de services. On n’avait pas compris que l’entreprise était aussi chargée de produire un nouvel éthos, l’éthos du « Nouveau Monde » – et qu'elle seule pouvait le faire. Toutefois, on ne peut rire de tels propos sans les trouver, en même temps, crédibles. Autrement dit, l’entreprise semble désormais la seule instance capable de relayer l’État-éducateur et de proposer de nouvelles valeurs éducatives. Certes, le culte de l’entrepreneur est contemporain de la civilisation industrielle, comme on le voit bien chez Jules Verne qui s’entend à marier le modernisme du progrès et le romantisme de l’aventure dans son admiration pour les « chevaliers d’industrie ». Ce qui est nouveau, c’est la démocratisation de cet héroïsme3. Pourquoi s’étonner que prolifère une littérature populaire, difficile à situer entre le rayon économique et celui du développement personnel et visant à instaurer une nouvelle Bildung ?

2.2. « Réussir » sa vie

15Donnons-en un exemple, déjà cité par Pierre Dardot et Christian Laval (2010). L’ouvrage d’Olivier Babeau, universitaire et consultant, s’intitule : Devenez stratège de votre vie. Gérer votre vie comme une entreprise. L’auteur y défend un mélange de darwinisme social et d’utilitarisme selon lequel homo sapiens, s’il veut survivre doit devenir homo calculator. Comme dans la théorie du capital humain, il y a une extension de la rationalité économique à tous les comportements. L’esprit d’entreprise apparaît alors comme la dernière figure d’une histoire de la stratégie dont l’auteur rappelle les variantes guerrières (le Chinois Sun Tsu, maître ès duperie), politique (le prince machiavélien opportuniste et arriviste), et enfin courtisane (Castiglione, expert en dissimulation). Ce que je voudrais souligner c’est la rhétorique de l’amalgame qui sous-tend un tel ouvrage difficilement classable entre manuel de management et traité de morale puisqu’il s’agit de conseils pour « réussir sa vie ». Une telle éthique s’édifie toute entière sur la polysémie du terme « entreprise », pris tantôt littéralement comme entité de production de valeur strictement économique (le substantif « entreprise ») et tantôt métaphoriquement comme conduite de la vie (le verbe « entreprendre »).

16Dans cette dispersion de sens, les schèmes de compensation et de convertibilité jouent à plein. Ce que les anciens appelaient « le soin de l'âme » se traduit ici dans un vocabulaire militaire, politique et gestionnaire : faire œuvre de sa vie, c’est désormais la gérer, la manager en fin stratège, pour la réussir. Inversement, le calcul gestionnaire se dit dans l’éthique aristotélicienne du bien vivre. L’auteur fait du « connais-toi toi-même » de Socrate l’anticipation de la théorie stratégique, mobilise le « deviens ce que tu es » de Nietzsche pour illustrer la manière dont le groupe Danone a soudain la vision de sa vocation et, comble de culot, récupère le cynique Diogène, pour en faire un champion de la concurrence au motif qu’il dispute à l’empereur Alexandre sa place au soleil. Le schème de compensation joue également quand l’auteur s’aperçoit qu’il va décidément trop loin dans le cynisme. Il en appelle alors à l’esprit d’entreprise censé véhiculer des valeurs de responsabilité envers la société et de respect mutuel. Un pas de plus dans l’humanisme : la stratégie d’accord, mais pour quel but ? Maximiser le profit ne veut rien dire. Il faut avoir un projet, un horizon de sens : « Une stratégie n’est pas seulement la concrétisation d’un projet, c’est aussi la manifestation permanente de l'âme qui anime un être » (Babeau, 2012, p. 92). Finale sur l’humaniste de service, ce bon Saint-Exupéry : « L’essentiel est invisible pour les yeux. » (ibid., p. 353).

17Ainsi se développe une éthique de « l’entreprise de soi » qui phagocyte tous les thèmes humanistes du souci de soi, de l’éthique antique et chrétienne, au profit d’un nouveau « management de l'âme ». Le slogan « devenir entrepreneur de soi-même » peut alors se diffracter sur un spectre sémantique allant de l’idéal humaniste d’autonomie au plus étroit calcul utilitariste, dans une rhétorique « attrape-tout » sans doute issue des classes de culture générale des écoles de commerce. Désormais la formule de la Bildung ne serait plus « deviens ce que tu es », comme le voulait Goethe, ou encore « faire œuvre de soi-même » comme le voulait Pestalozzi, mais bien « devenir entrepreneur de soi-même ». Boltanski et Thévenot (1999) ont bien montré comment le capitalisme s’y entendait pour récupérer la critique artiste.

3. Soyez compétents !

18L’idée de compétence me fournira mon deuxième exemple. Elle est d’ailleurs liée à l’esprit d’entreprise. Que penser de l’irrésistible ascension des compétences dans les politiques publiques de l’OCDE, dans les référentiels de formation et d’apprentissage, dans les évaluations internationales ? Je voudrais montrer que cette notion se répand de plus en plus, dans sa pire acception béhavioriste et managériale, à la faveur du flou qu'elle projette sur la logique des apprentissages et l’organisation du travail. C’est même probablement à travers les controverses qu'elle génère, qui sont marquées par le malentendu et le quiproquo, qu'elle parvient à s’imposer tranquillement dans l’ingénierie de l’éducation et de la formation.

3.1. Un attracteur étrange

19La fortune de l’idée de compétence fait de celle-ci un « attracteur étrange » (Le Boterf, 1994), c’est-à-dire en réalité un fourre-tout. Cela tient d’abord à l’histoire de la notion et aux sédimentations de sens qu'elle charrie. Juridiquement, la compétence définit la légitimité d’une instance à opérer dans telle région ou tel type d’affaires. Au point de vue scientifique, l’idée de compétence se développe dans la linguistique de Chomsky, où elle désigne l’aptitude innée à comprendre et à émettre une infinité de phrases dans une langue donnée, les performances attestant de cette compétence sous-jacente. Pour la psychologie, l’idée de compétence sous-tend aussi bien le behaviorisme centré sur l’évaluation des comportements observables découpés en tâches simples que le cognitivisme centré sur la mobilisation de ressources en vue de la résolution de problèmes complexes. Enfin, dans la sociologie du travail, la compétence se distingue de la qualification voire s’oppose à elle et engage un certain type de management du travail. Lorsque les compétences sont introduites dans les référentiels scolaires ou de formation, c’est avec toute cette épaisseur sémantique.

20Prenons par exemple deux textes de Philippe Meirieu qui témoignent bien de la difficulté de dépasser le flou de l’idée de compétence. Meirieu en écrit en 2005, dans la revue EPS un article intitulé : « Si la compétence n’existait pas, il faudrait l’inventer ». Il insiste sur les trois dimensions des compétences : 1) l’effectivité du savoir : être compétent c’est mettre en œuvre effectivement une habileté ; 2) la contextualisation de ce savoir : être compétent c’est mettre en œuvre cette habileté à l’intérieur d’une famille de situations identifiées ; 3) le caractère opératoire de ce savoir : être compétent c’est résoudre des problèmes. Pour Meirieu, cependant, cette notion de compétence, aussi intéressante qu'elle puisse être du point de vue pédagogique, s’enlise dans une psychologie béhavioriste et une idéologie du management. Le behaviorisme se centre sur les performances effectives en termes de comportement observable, mais émiette les tâches et rend illisible le sens de l’activité. D’autre part, la logique du management conçoit les formations professionnelles en termes de référentiels de compétences ce qui tend à invalider la logique des diplômes. Autrement dit, si l’idée de compétence implique une réflexivité de la pratique (comme le souligne Perrenoud), celle-ci se voit annexée à une logique managériale souvent suspecte de camoufler sous un langage moderniste une gestion des ressources humaines centrée sur la flexibilité et la précarité du travail. Appliquée à l’enseignement, cette conception « réduit le rôle des enseignants à celui de prestataires de services » et transforme « l’instruction en conditionnement » (Le Goff, 1999). Pourtant, dans ce texte, Meirieu pense pouvoir arracher la compétence à la fatalité, en la replaçant dans l’histoire de la pédagogie et dans l’effort pour concevoir l’apprentissage en termes de résolution de problèmes. Bref, malgré le flou qui entoure la notion de compétences, il serait dommage de s’en passer. Cet optimisme s’atténue cependant dans Un pédagogue dans la cité. Meirieu y rappelle la position qui a toujours été la sienne : reconnaissance de l’intérêt de la compétence, mais condamnation d’une dérive béhavioriste. Bref, les compétences sont utiles au pédagogue, mais ne font pas une pédagogie. Ce qui est nouveau, c’est que cette dérive, Meirieu la voit désormais émerger un peu partout. C’est en effet une dérive qui se prête à une utilisation « économiste » de la formation initiale et continue avec la tentation de ne plus prendre en compte, en formation, que ce qui sera immédiatement utilisable, négociable, mesurable et monnayable (Meirieu, 2012). Autrement dit, l’idée de compétence est devenue à ce point polysémique qu'elle amène à confondre savoir opératoire et savoir utile et même immédiatement rentable, ce qui montre bien que l’esprit du capitalisme pénètre désormais l’école (Lamarche, 2006 ; Laval et al., 2011).

3.2. À la faveur du flou...

21Si l’on prend au sérieux le feuilletage de la notion de compétences et le flou qu'elle génère, on peut parier sur la longévité des controverses qu'elle suscite dans le monde de l’éducation et dans le monde du travail. Les débats s’engluent, en effet, dans une polysémie qui rend à peu près impossible, non seulement tout consensus sur la question, mais même une claire compréhension des interlocuteurs entre eux. Ainsi Jean-Pierre Le Goff peut-il faire de Philippe Meirieu le chantre d’une pédagogie behavioriste, tandis que Jean-Claude Brighelli, contempteur virulent des pédagogies nouvelles, peut faire semblant de croire que Meirieu rejoint son camp (Meirieu, 2012). Inversement, les amis pédagogues de Meirieu ne comprennent plus ce qui leur semble être un renoncement, voire une trahison. On conçoit que ces fausses alliances puissent, en retour, servir d’alibi aux technocrates qui peuvent alors dénoncer comme conservatrice toute forme de critique contre une prétendue modernisation du système éducatif.

  • 4 Ces compétences sont : 1) la communication dans la langue maternelle ; 2) la communication en lang (...)

22La tentation serait de distinguer une conception pertinente de la compétence de ses usages sociaux que l’on pourrait alors comparer et évaluer. Mais je doute qu’il soit possible d’isoler la pureté de la notion des contextes socio-politiques et idéologiques dans lesquels elle fonctionne, ce qui d’ailleurs laisserait intacte la question de sa polysémie irréductible. Et c’est précisément dans ce flou que le schème de compensation joue à plein. Ainsi au sociologue qui ne voit dans les compétences qu’une expression de la logique libérale d’employabilité, le technocrate peut toujours répondre que, dans les textes de l’Union européenne, seule une compétence sur les sept mentionne « l’esprit d’entreprise » et encore est-elle accolée à « l’esprit d’initiative », selon un schème de compensation4. Les six autres compétences se présentent d’ailleurs sous les couleurs d’un humanisme de bon aloi. Ainsi, malgré quelques expressions malheureuses, que l’on peut trouver néanmoins symptomatiques, comme « le portefeuille de compétences », le promoteur des compétences peut toujours se réfugier derrière une rhétorique que ne pourraient renier les philosophes de l’éducation les plus sourcilleux. Olivier Reboul (1980), qui ne semble pas suspect de néo-libéralisme, ne faisait-il pas du « s’y connaître » l’expression de l’apprendre véritable ? Le schème de compensation permet ainsi un jeu de cache-cache sémantique entre signification humaniste et marchande de la compétence. Et, en vertu du schème de convertibilité, les valeurs humanistes et culturelles peuvent se traduire immédiatement en valeurs marchandes et réciproquement. L’école, sommée de préparer à des emplois (puisque c’est à peu près la seule mission qu’on lui reconnaisse aujourd’hui, tout en l’accusant d’ailleurs de ne pas la tenir), il est à craindre effectivement que l’idée de compétence ne suive la plus grande pente qui est celle d’une alliance de behaviorisme et d’économisme, surtout quand sévit une culture des résultats à base d’évaluations internationales comme outils de régulation des politiques publiques (Trouvé, ici même). Dans un tel contexte, être compétent devient une injonction éthique. Le jour n’est pas loin où toute tentative de critiquer la logique des compétences sera comprise comme un éloge de l’incompétence.

4. Soyez excellents, c’est-à-dire compétitifs !

23Comment cette compétence s’évalue-t-elle ? Je vais délaisser les évaluations internationales (PISA, etc.) qui sont beaucoup étudiées en ce moment, pour m’intéresser à l’évaluation de la recherche universitaire qui s’effectue désormais dans le cadre général d’une société de la connaissance (Foray, 2000), revendiquée par les instances européennes et dans laquelle le capital humain est censé être le fondement de l’innovation et partant, de la croissance.

24Comme on le sait, le système de recherche universitaire français s’est profondément transformé en l’espace de quelques années. Désormais la recherche est à la fois encadrée par des politiques publiques qui visent à l’orienter et à l’évaluer (les successives agences de la recherche) et sommée de se plier à la logique du marché : ce qui signifie répondre à des appels d’offres émanant d’organismes publics ou privés dans une logique de contractualisation (Laperche et Uzunidis, 2011). Bien qu’il semble y avoir, en la matière une tension bien française entre guidage centralisé et laissez-faire, on peut observer que, quelle que soit la forme de pilotage, c’est bien la logique de l’appel d’offres et du contrat qui prévaut.

4.1. Épreuve, performance et compétition

25En France, on s’est plaint régulièrement du caractère superficiel des évaluations nationales de la recherche fondées sur des critères le plus souvent quantitatifs (nombre de productions, voire impact factor...). On s’est querellé, dans le secteur des sciences humaines et sociales, au sujet de la valeur respective à accorder à tel ou tel aspect du travail du chercheur : ouvrage, article, communication de colloque. Ces discussions étaient certes justifiées et dans certains cas, elles ont, semble-t-il, entraîné quelques prises de conscience. Elles sous-estimaient cependant le changement radical qui s’opérait dans la conception de l’excellence.

26Le domaine du sport est ici très éclairant, comme l’a bien montré Alain Ehrenberg dans Le Culte de la performance. Le sport fournit des modèles symboliques à l’excellence. Mais quel sport ? Bernard Jeu (1977) propose une classification des sports en trois types : 1) l’épreuve qui vise à surmonter l’obstacle : c’est par exemple le tour du monde en solitaire, ou le chef d’œuvre du compagnon effectué sans esprit de record ni de compétition ; 2) la performance qui vise à reculer les limites et dont la visée est le record ; 3) la compétition ou la lutte réglée entre des adversaires pour remporter le prix. Constatons que globalement, l’évaluation de la recherche est passée, en quelques années, d’un modèle de l’épreuve à un modèle de la compétition. Certes la compétition a toujours existé à l’université ne serait-ce que par le système des concours et de la concurrence pour les postes. Mais symboliquement, l’excellence universitaire s’exprimait dans la thèse de doctorat d’Etat, qui avait le sens à la fois d’un chef d’œuvre et d’une course en solitaire. Il est vrai que le docteur d’Etat ayant produit son chef-d’œuvre pouvait alors mourir d’épuisement. Mais l’importance attribuée à cette thèse d’Etat contribuait à faire de l’excellence la maîtrise d’un domaine, d’une spécialité que le docteur était bien souvent, du reste, le seul à dominer. Aujourd’hui, la thèse d’université garde quelque chose de l’épreuve, comme du reste l’acceptation d’un article dans une revue ou d’une communication dans un colloque. Ici, l’aspect concurrence n’est pas tout à fait absent (le nombre des revues n’est pas infini, pas plus que la place libre dans des numéros thématiques), mais il reste subordonné à l’évaluation du produit en lui-même et non par rapport à d’autres produits de même genre. Le modèle de la compétition tend à dominer lorsque la recherche devient un marché avec ses appels d’offres et ses contrats. La thèse elle-même semble désormais sur le point de se subordonner à cette logique quand l’obtention d’une bourse ou d’un contrat devient une condition sine qua non d’entrée en doctorat. Les chercheurs sont ainsi mis en concurrence et le meilleur projet se voit sélectionné. Obtenir un contrat est en passe de devenir le seul mode possible de financement des laboratoires de sorte que la valeur d’un chercheur va se mesurer bientôt au nombre de contrats qu’il apporte avec lui. Et principe de convertibilité oblige, qui dit contrat dit financement. Il suffirait de modifier légèrement les règles d’acceptation des articles ou des communications de colloques pour que cette conception de l’excellence devienne totalement hégémonique : en n’admettant que les textes émanant d’une recherche contractualisée, preuve indéniable de leur excellence.

27L’excellence est donc désormais interprétée en termes de compétition. Exceller c’est remporter le prix ! Comme disait Montherlant dans les Olympiques : « Voici ce que je peux et voici ce que je ne peux pas. Voici X qui m’est inférieur et voici Y qui m’est supérieur. Tout cela est sans contestation possible... Voici un univers extrêmement net et coupant, et pur et intelligible. » En effet ! Je ne m’attarderai pas sur la critique du marché de la recherche. On pourrait y dénoncer le gaspillage qu'elle produit : dix projets de recherche proposés pour un seul retenu ! Combien d’heures dépensées en vain, en rédaction de documents bureaucratiques, au détriment de la recherche ! On pourrait également déplorer la transformation irréversible des laboratoires de recherche en cabinets d’expertise et le peu de place laissé à la recherche fondamentale... (Freitag, 1995 ; Servais, 2011). Je me borne à noter le changement de conception de l’excellence. On passe du superlatif absolu (ce chercheur est très bon, c’est un très grand spécialiste du domaine) au superlatif relatif : c’est le meilleur, c’est lui qui a gagné le plus de prix, c’est lui qui a remporté le plus de contrats.

  • 5 Il fut un temps où l’on évaluait les revues scientifiques en s’efforçant d’estimer la qualité intr (...)

28Le principe de convertibilité opère ici à plein : l’excellence de la recherche se mesure en dollars ou en euros rapportés par les contrats. L’universitaire n’est plus seulement un enseignant-chercheur, il est sommé d’être un enseignant-chercheur-entrepreneur qui doit savoir se vendre sur le marché des appels d’offres, voire savoir exploiter ses brevets. La compétence communicationnelle, voire commerciale de l’enseignant-chercheur-entrepreneur est désormais en passe de devenir aussi importante que sa compétence scientifique. L'éthos néo-libéral de l’esprit d’entreprise atteint désormais l’université. Le principe de compensation vient à la rescousse pour justifier cette nouvelle conception de l’excellence. Le métier d’enseignant-chercheur est bien un sport de combat. Mais le sport a ses noblesses. La compétition sportive, comme le souligne Ehrenberg, est le symbole de la juste concurrence. C’est cette supposée juste concurrence qui légitime le nouveau mode d’excellence compétitive. D’où l’attention portée aux procédures d’expertise, de sélection, de recrutement. On s’en réjouirait si ce n’était souvent au détriment des contenus5. Le schème de compensation permet, là comme ailleurs de contrebalancer les valeurs froides du marché par les valeurs chaudes de l’humanisme sportif décliné dans l’éthique de Coubertin : impartialité, mais aussi esprit de responsabilité de solidarité, d’équipe. Il faudra sans doute un certain temps – mais pas trop – pour que ces naïvetés humanistes soient déniaisées par un véritable management de la recherche qui lance les enseignants-chercheurs-entrepreneurs, devenus intermittents universitaires, dans une concurrence permanente et sans garanties statutaires, sur le modèle du privé.

Conclusion

29J’ai tenté de montrer sur les trois exemples de l’esprit d’entreprise, de l’idée de compétence et de l’excellence compétitive, comment le schème de compensation issu de l’ordo-libéralisme et le schème de convertibilité, issu de la théorie du capital humain, convergeaient pour produire un véritable brouillard sémantique rendant à peu près inefficace toute contestation frontale de l’éthos néo-libéral. C’est ce brouillage qui accrédite petit à petit les exigences de la performance, de la compétence et de la compétition, quitte à les travestir quand il le faut sous des habits humanistes, pour ne pas trop choquer ce qui reste d’idéalisme dans la culture européenne. À ce discours technocratique et fonctionnaliste que Marcuse (1968) dénonçait se superpose une rhétorique attrape-tout, culturellement indigente, mais terriblement efficace. Comme l’écrit Laval : « La France est traditionnellement un pays où le néo-libéralisme ne s’avoue pas franchement, où il se déguise généralement sous des euphémismes, où il emprunte ses formes et son lexique à d’autres domaines ou à d’autres courants de pensée » (Laval, 2003. p. 203).

30Lyotard se trompait quand il diagnostiquait la fin des grands récits. Le néo-libéralisme est bien contraint de légitimer et d’accréditer son bio-pouvoir en l’enracinant dans le fond humaniste de la vielle Europe. Puisque toutes les valeurs sont convertibles, la logique de l’efficacité peut devenir l’objet d’un culte humaniste et inversement, l’humanisme se monnayer. La Bildung, comme entreprise de soi, débouche tout naturellement sur le statut d’auto-entrepreneur. Ce qui fait de tout individu un capitaliste puisque la matière grise est désormais la ressource la plus valorisée. À qui conteste la logique des contrats, on répondra qu’il faut bien de l’argent pour faire de la recherche, ne serait-ce que pour acheter des livres et se rendre à des colloques, qu’il faut bien d’ailleurs que la recherche contribue à la croissance... Et qui voudrait faire l’éloge de l’incompétence ?

31Se crée alors une sorte de bon sens éthique difficilement contestable. Le brouillage sémantique qui le produit ne peut se dissiper que lorsque les lois de l’économie de marché, surtout par temps de crise, désarticulent les valeurs promues, à tel point qu’aucune valeur chaude ne semble alors pouvoir venir compenser la logique implacable des affaires qui sous-tend le capitalisme financier, lequel reste, tout de même, le bailleur de fonds des entreprises. Le schème de compensation éclate alors, tandis que surgit en pleine lumière la schizophrénie d’un discours idéaliste et d’une pratique mercantile et violente. À son tour, le schème de convertibilité des valeurs se polarise dans le sens de sa plus grande pente, à savoir l’économisme. Les masques tombent alors et la rhétorique humaniste du néo-libéralisme ne peut plus donner le change.

32La crise économique qui sévit aujourd’hui ouvre les chances d’une nouvelle critique qui peut s’opérer dans deux directions. La première est rhétorique : il s’agirait non pas d’opposer frontalement une indignation humaniste aux valeurs froides du marché, mais plutôt d’opérer une déconstruction ironique de la rhétorique indigente du grand récit néo-libéral. La seconde consisterait à prendre au mot le néo-libéralisme et à explorer les contradictions qui le grèvent. Il s’agirait, par des études empiriques, de montrer par exemple que le management moderne (celui des ressources humaines, celui de la recherche universitaire...) ne peut prétendre en un semblant d’efficacité qu’en externalisant les coûts sociaux sur la collectivité, la famille et l’État et en ignorant délibérément l’immense gaspillage de tous ordres qu’il produit.

Notes

1 Sunday Times, 7 mai 1988, cité dans Dardot et Laval, 2009, p. 412.

2 La revue Ordo, sous-titre :Jahrbuch für die Ordnungvon Wirtschaft und Gesellschaft, est fondée en 1948 par les économistes allemands Walter Eucken et Franz Böhm. L’expression « d’ordre juste » est reprise de nos jours par Benoît XVI dans l’encyclique Deus caritas de 2006, ainsi d’ailleurs que par Ségolène Royal dans sa campagne présidentielle de 2007.

3 Comme le souligne Alain Ehrenberg (1991, p. 315), « cette soudaine promotion de l’action d’entreprendre comme valeur et principe d’action, tant dans le domaine de la vie privée que dans celui de la vie professionnelle, fait de la réussite entrepreneuriale, à l’instar du sport-aventure, un véritable système de normes qui s’adresse à tous, quelle que soit la place de chacun dans la hiérarchie sociale ».

4 Ces compétences sont : 1) la communication dans la langue maternelle ; 2) la communication en langues étrangères ; 3) la compétence mathématique et les compétences de base en sciences et en technologies ; 4) la compétence numérique ; 5) apprendre à apprendre ; 6) les compétences sociales et civiques ; 7) l’esprit d’initiative et d’entreprise ; 8) la sensibilité et l’expression culturelle (« Recommandation du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2006 sur les compétences clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie », Journal officiel de l’Union européenne, L 394/10, 30 décembre 2006).

5 Il fut un temps où l’on évaluait les revues scientifiques en s’efforçant d’estimer la qualité intrinsèque des articles publiés. Aujourd’hui on les classe en fonction de la rigueur de leur procédure de sélection.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search