Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orientation et parcours des filles et des garçons dans l'enseignement supérieur

 | 
Christine Fontanini

Conclusion

Texte intégral

1Jusqu’à présent, les recherches menées en France sur l’orientation, notamment dans l’enseignement supérieur, se sont essentiellement polarisées sur les filles car leur meilleure réussite scolaire depuis les années 1980 a permis un élargissement de leurs choix d’orientation scolaire et professionnelle sauf dans la plupart des filières scientifiques et techniques. Peu de recherches ont été conduites sur les mutations éventuelles des choix d’orientation des garçons dans l’enseignement supérieur. Nous ne savons pas, par exemple, si les parts des garçons dans les filières largement dominées par les filles ou à prévalence féminine sont en augmentation, en régression ou stables sur une durée de deux ou trois décennies. Des recherches ont montré qu’ils désertent certaines filières comme la médecine humaine et vétérinaire, la magistrature et les écoles d’ingénieurs en agronomie mais nous ne savons pas précisément quelles études supérieures intéressent plus les garçons et surtout pour quelles raisons. Des travaux mettent néanmoins en évidence des filières très prisées par les garçons, comme l’informatique, les STS et IUT industriels et les écoles d’ingénieurs, car elles sont peu briguées par les filles. Ainsi, les connaissances actuelles sur les choix d’orientation des garçons se font bien souvent en s’appuyant sur des recherches dont l’objectif premier est la meilleure compréhension des choix d’études des filles.

2Certaines études ne comparent pas toujours les étudiants et les étudiantes, ce qui ne nous permet pas de savoir si les motivations des uns et des autres pour une même filière tendent, à l’heure actuelle, à se rapprocher ou non. Nous ne disposons pas non plus de recherches sur les motivations des garçons dans leur choix de suivre des filières traditionnellement convoitées par eux, comme par exemple les sciences fondamentales à l’université, de même pour les filles, les filières universitaires en sciences humaines et sociales ou les formations dans le secteur social par exemple. Ces études permettraient sans doute de mieux comprendre pourquoi ces formations sont davantage recherchées par un sexe plus que par l’autre. Il existe également peu de recherches sur les orientations dans l’enseignement secondaire et supérieur qui prennent en compte simultanément différentes variables tels que le sexe, les origines sociales et les origines géographiques des parents.

3Par ailleurs, bien que les données sexuées dans les rapports de jury soient recommandées dans les deux dernières conventions interministérielles, les président(e)s de jury semblent avoir toute latitude de les fournir ou non, notamment en ce qui concerne ceux du ministère de l’Éducation nationale. Les rapports de jury datant de trois ou quatre ans ne sont plus disponibles sur les sites de certaines écoles. Le ministère de l’Éducation nationale ne fournit plus, depuis de nombreuses années, les statistiques sexuées des classes étoilées dans les préparations mathématiques-physique. Il est donc bien difficile de travailler sur les orientations et les parcours des filles et des garçons dans l’enseignement supérieur sans toutes ces données.

4Les formations et professions supérieures qui tentent de plus en plus les filles, ces dernières décennies, sont liées à la santé humaine et animale, au droit, au journalisme, à l’architecture et à la comptabilité. Cet investissement féminin est bien sûr lié à leur réussite scolaire mais aussi à l’évolution de ces professions et de leur exercice. Elles évitent encore les filières scientifiques (hors biologie et agronomie) et techniques.

5Quel que soit le taux de féminisation des filières étudiées, les filles sont presque toujours mieux dotées scolairement et socialement que les garçons. Elles ont donc besoin d’atouts supplémentaires pour s’engager dans de nombreuses filières de l’enseignement supérieur.

6Cette synthèse des recherches met en évidence tous les obstacles que les filles doivent surmonter pour arriver à obtenir certains diplômes de l’enseignement supérieur. Tout d’abord, après la seconde, lorsque les filles demandent une orientation en deçà de leurs résultats scolaires (par exemple bonnes en mathématiques mais pas de demande de première S), les professeur(e)s ne corrigent pas leurs vœux en conseil de classe, ni les parents d’ailleurs. Pour les choix post-baccalauréat, les professeur(e)s encouragent peu les filles vers les classes préparatoires scientifiques à dominante mathématiques-physique et vers les STS et IUT production car ils/elles considèrent bien souvent que les filles ne sont pas suffisamment douées dans les principales matières propres à ces filières. Les parents poussent également moins leurs filles vers les préparations scientifiques de type mathématiques-physique car ils les laissent libres de choisir, considérant probablement qu’il est moins fondamental pour une fille de s’engager dans ce type d’études.

7Au moment de la sélection des élèves pour leur entrée en première année d’études supérieures, nous avons relevé que les filles sont 80 % à être candidates pour entrer aux Beaux-Arts mais seulement 60 % à être acceptées. Pourtant, les étudiantes dans les écoles d’art postulent en général avec un meilleur parcours scolaire que les garçons. C’est à l’épreuve d’admissibilité que les filles sont davantage éliminées. Cette moindre réussite est justifiée dans les rapports de jury par un manque d’assurance à l’oral. Il semble plutôt que les membres du jury favoriseraient – consciemment ou inconsciemment – les candidats afin d’éviter que les filles ne soient trop nombreuses dans cette école prestigieuse.

8Lorsque les filles désirent intégrer une classe préparatoire aux grandes écoles, elles peuvent en être empêchées pour deux raisons : le manque de places pour le sexe féminin dans les internats de la plupart des lycées et le besoin de travailler pour financer leurs études, car les filles sont moins soutenues financièrement par leurs parents et une préparation n’est pas compatible avec un travail même à temps partiel.

9Quand les filles accèdent à des classes préparatoires scientifiques à dominante mathématiques-physique, elles sont confrontées – comme souvent dans l’enseignement secondaire – à des professeur(e)s qui considèrent que les mathématiques ne sont pas une discipline « féminine » et que ces préparations ne seraient pas faciles pour elles. Les professeur(e)s reconnaissent que les filles sont sérieuses et qu’elles travaillent plus que les garçons, mais elles manquent d’assurance. Ces perceptions professorales, souvent renforcées par celles des parents et de la société en général, sur les moindres compétences des filles en mathématiques peuvent les faire douter de leurs capacités et donc les amener à moins postuler pour des classes étoilées qui préparent aux écoles d’ingénieurs les plus prestigieuses et à l’École normale supérieure.

10En STS et IUT industriels, les étudiantes peuvent également être confrontées à des enseignant(e)s qui doutent de leurs compétences dans les disciplines techniques, pouvant les amener à avoir moins confiance en elles.

11Pendant leur scolarité à l’École nationale supérieure des beaux-arts, les étudiantes bénéficient moins du soutien de leurs professeur(e)s et de femmes artistes que leurs homologues masculins. Bien que la scolarité des filles soit meilleure et plus linéaire, les étudiantes tirent moins profit de leur passage aux Beaux-Arts car l’accès à un réseau social est plus important que le diplôme dans leur réussite professionnelle ultérieure. De plus, les pratiques artistiques féminines seraient soupçonnées d’amateurisme et auraient donc moins de valeur que celles des hommes.

12Au moment des concours d’entrée dans certaines écoles à la suite d’une classe préparatoire, les candidates ne sont pas toujours traitées de la même manière que les candidats. À l’École normale supérieure, les filles sont favorisées lors des épreuves orales d’admission en mathématiques et en physique, et les garçons dans les disciplines littéraires. Les examinateurs et examinatrices corrigent consciemment ou inconsciemment le sexe minoritaire dans leurs disciplines. Au concours d’entrée à HEC, les candidates sont davantage évincées proportionnellement aux candidats suite aux épreuves écrites d’admissibilité et également après les épreuves orales d’admission. Les examinateurs et examinatrices font-ils une sélection inconsciente des écritures féminines ? Les notes féminines, lors de la délibération des jurys d’admission, font-elles l’objet d’une baisse concertée ? Sont-elles considérées comme moins performantes à l’oral ?

13Par contre, dans les concours d’entrée aux écoles d’ingénieurs en agronomie et vétérinaires, les parts des filles inscrites, admissibles et admises suite à une classe préparatoire biologie, chimie, physique, sciences de la terre fluctuent très peu.

14Dans les concours post-études universitaires, les candidates sont discriminées négativement à l’École nationale d’administration lors des épreuves orales d’admission. Les candidates au concours de commissaire de police sont pratiquement toujours moins nombreuses à l’admissibilité puis à l’admission comparativement aux candidats. On peut se poser les mêmes questions que pour HEC. Les candidates étant de plus en plus nombreuses, s’agit-il de limiter l’entrée des femmes dans cette profession ? Au concours d’entrée en médecine, les filles sont globalement moins bien classées que les garçons suite aux épreuves écrites.

15Des rapports de jury expliquent la moins bonne réussite des filles aux épreuves orales d’admission (à l’ENA et aux Beaux-Arts) en évoquant leur manque de confiance en elles. Des chercheurs et chercheuses se demandent si les épreuves écrites des concours seraient moins adaptées aux filles qu’aux garçons (faut-il comprendre que les filles résisteraient moins bien au stress des concours ?). Mais alors, comment expliquer que pour certains concours, les filles réussissent moins bien à l’oral ou à l’écrit et que pour ceux des écoles d’agronomie et de vétérinaires, elles ne manquent pas de confiance en elles ? N’existeraient-ils pas plutôt des attentes stéréotypées des examinateurs et examinatrices de certains concours ? N’y aurait-il pas une volonté de limiter les admises à certains concours pour éviter qu’ensuite les professions soient trop occupées par les femmes ? Dans le rapport de jury de la magistrature de 2014, le président précise que l’établissement de quotas de candidats et candidates admissibles et admis(e)s n’était pas envisageable, ce qui signifie que certaines personnes y seraient favorables.

16Quand on examine le vécu des étudiantes dans des filières où elles sont peu nombreuses (STS industriels, préparations mathématiques-physique, l’École des arts et métiers Paris Tech et l’École polytechnique), on se rend compte que, hormis à l’X, les filles ont besoin de prendre de la distance avec les « autres » filles pour être reconnues comme « différentes » et être acceptées par les garçons. Ces derniers, dans des filières où ils sont minoritaires, n’adoptent pas le même comportement ; ils essaient plutôt de montrer qu’ils n’ont pas perdu leurs caractères masculins. Dans l’exercice des professions, ils adoptent plutôt des pratiques professionnelles neutres.

17Les écarts d’orientation entre filles et garçons n’expliquent toutefois pas toutes les inégalités professionnelles vécues par les femmes. En effet, lorsque les filles détiennent les mêmes diplômes de l’enseignement supérieur que les garçons, les recherches soulignent qu’elles ne rentabilisent pas autant leurs diplômes en termes d’insertion professionnelle, de salaire, de statut… Quand les garçons se tournent vers des professions traditionnellement féminines, ils connaissent souvent une meilleure carrière alors que les femmes lorsqu’elles intègrent des professions traditionnellement masculines ont une progression moins forte et sont en général, à terme, « bloquées » par le plafond de verre. De plus, quel que soit leur niveau d’études, les femmes sont toujours plus nombreuses que les hommes à occuper un emploi à temps partiel et ce quel que soit le type d’exercice (salarié ou libéral). Cependant, pourquoi en serait-il autrement puisque les rôles sociaux différenciés entre les femmes et les hommes sont largement appris dans la sphère familiale, à travers les médias, auprès des professionnel(le)s de la petite enfance et ensuite auprès des enseignant(e)s, de la maternelle à l’enseignement supérieur, et des pairs ? Régulièrement, les magazines féminins donnent des conseils aux femmes pour concilier « l’inconciliable ». Les arrangements conjugaux pour la prise en charge des tâches familiales sont rarement en faveur des femmes qui bien souvent sont amenées à désinvestir leur activité professionnelle pour faciliter la carrière de leurs conjoints. Les employeurs considèrent d’ailleurs les femmes, dès leur entrée dans la vie active, comme des mères potentielles et donc moins investies au niveau professionnel. Les employeurs choisissent alors plus souvent des hommes et les rémunèrent mieux, à qualification et expérience égales.

18Cette anticipation des contraintes familiales, si elle ne pèse pas forcément dans le choix des études post-baccalauréat pour les filles, semble les « rattraper » au cours de leur cursus ou en début de vie professionnelle. Nous avons vu par exemple que les filles choisissent plutôt certaines fonctions dans la magistrature, celles leur permettant plus facilement d’avoir une liberté dans la gestion de leur temps de travail. Nous pouvons donc nous demander si les filles avaient déjà anticipé ces orientations professionnelles dès la fin de la terminale ou si elles ont décidé de faire des études de droit et si ces orientations professionnelles sont apparues au cours de leur formation à l’École nationale de la magistrature. L’orientation des filles en première année de médecine est liée à l’anticipation des contraintes familiales. Est-ce aussi le cas pour les autres filières ? Nous pouvons également nous demander si les orientations traditionnellement prisées par les filles permettent toujours une gestion harmonieuse de leur temps de travail et de leur temps personnel car peu d’études existent sur ce sujet. Il semble que ce ne soit pas forcément le cas comme par exemple pour les infirmières (Fusulier, Sanchez et Ballatore, 2013) ce qui signifie à nouveau que la recherche d’une gestion harmonieuse de leur temps de travail et de leur temps personnel ou familial n’explique pas complètement les choix scolaires et professionnels des filles. Dans cet exemple, n’est-ce pas plutôt un attrait pour une profession nécessitant des qualités présupposées naturelles pour les femmes ?

19Il apparaît donc que les choix d’orientation des filles et des garçons dans l’enseignement supérieur sont principalement liés aux disciplines étudiées, aux qualités présupposées d’un sexe et d’un autre pour leur futur exercice professionnel et à l’anticipation de leurs futures contraintes familiales (du temps disponible pour les femmes et une rentabilité financière de leurs études pour les hommes).

20S’il est difficile d’agir directement sur la socialisation des enfants dans la sphère familiale, il serait par contre possible d’agir sur la transmission des rôles sociaux sexués par les médias, les professionnel(le)s de la petite enfance, les enseignant(e)s et toutes les personnes travaillant auprès des enfants et des adolescent(e)s. Mais qui le souhaite ?

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540