Version classiqueVersion mobile

Orientation et parcours des filles et des garçons dans l'enseignement supérieur

 | 
Christine Fontanini

Troisième partie. Les choix d’orientation des filles et des garçons dans l’enseignement supérieur

Les choix d'orientation des filles et des garçons dans l'enseignement supérieur

Texte intégral

1L’orientation post-baccalauréat est le seul palier d’orientation où les jeunes et leurs familles sont « libres » de choisir le type d’études qu’ils envisagent de poursuivre. Néanmoins, hormis l’accès à une licence 1 à l’université, les autres formations post-baccalauréat sont sélectives (concours d’entrée ou sélection sur dossier). De plus, certaines écoles sont privées et donc payantes. Ainsi, certain(e)s élèves peuvent ne pas être accepté(e)s ou ne pas avoir suffisamment de moyens financiers et donc devoir opter pour une autre filière. L’orientation post-baccalauréat est « l’un des moments où l’inégalité des chances entre les nantis et les démunis est la plus criante […] le talon d’Achille d’un dispositif d’orientation à la fois inégalitaire et peut-être en décalage avec la qualification prévalent dans les nouvelles formes d’organisation du travail » (Guichard, 1999, p. 602).

2Suite à la décision du Conseil européen de Lisbonne en 2000 et face à l’échec important des étudiant(e)s dans le premier cycle universitaire, un nouveau système d’orientation post-baccalauréat dite « active » est inscrit dans la loi du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités. Ce dispositif vise à mieux « informer » et « accompagner » les élèves de terminale. Le conseil de classe du second trimestre en classe de terminale émet un avis sur le ou les choix d’orientation post-baccalauréat des élèves qui restent finalement les décisionnaires lors de l’émission de leurs vœux.

3En 2008, 13 % des nouveaux/nouvelles étudiant(e)s déclarent ne pas être finalement inscrit(e)s dans la formation supérieure souhaitée. Les principales explications avancées sont leur non-admission (56 % des réponses), le manque d’information (15 %) et le fait de ne pas avoir trouvé d’entreprise pour effectuer une formation en alternance (11 %). Le coût des études, l’absence d’offre de formation à proximité de leur domicile ou l’évolution récente de leur projet professionnel sont peu mis en avant (Lemaire, 2010). C’est en première année de licence à l’université (L1) que les étudiant(e)s inscrit(e)s « par défaut » sont les plus nombreux et nombreuses (25 % de l’ensemble des étudiant(e)s poursuivant leurs études en L1) (Jaggers, 2012).

  • 1 Newsletter Vousnousils du 2 mai 2014, l’e-mag de l’éducation, voir : http://www.vousnousils.fr/201 (...)

4Depuis 2010, la plupart des demandes d’inscription dans l’enseignement supérieur sont formulées, au cours du deuxième trimestre, à travers le site internet du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche « Admission Post-Bac » (APB) permettant aux bacheliers d’effectuer leurs préinscriptions dans un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur en fonction de leurs projets. Le portail APB est également ouvert depuis 2014 aux étudiant(e)s de première année inscrit(e)s dans l’enseignement supérieur qui souhaitent se réorienter. Parmi les candidat(e)s ayant formulé un choix en 2014, 78 % étaient en terminale, 13 % étaient déjà inscrit(e)s dans l’enseignement supérieur en France ou à l’étranger, 6 % n’étaient pas scolarisé(e)s, 1 % provenaient d’établissements secondaires à l’étranger et 1 % suivaient un cursus particulier1.

5Le premier objectif d’APB est de faire connaître la totalité des formations accessibles après le baccalauréat : toutes les formations relevant des ministères de l’Enseignement supérieur et de l’Agriculture y sont présentées ainsi que toutes les autres formations publiques et privées ayant souhaité adhérer au dispositif. Certaines formations relevant des arts, des secteurs paramédicaux et sociaux ne relèvent pas encore d’APB. La deuxième visée d’APB est de permettre aux candidat(e)s de formuler tous leurs choix d’orientation post-baccalauréat en une seule démarche. En général, chaque élève indique à la fin de sa liste de vœux une formation non sélective si les souhaits précédents sont soumis à une sélection. Le troisième but d’APB est de fournir la liste de leurs candidat(e)s (avec leurs notes et résultats) aux établissements dans le cadre des commissions d’admission pour les filières sélectives. À la dernière étape, APB informe les candidat(e)s de leur admission ou non dans les filières demandées.

6Un rapport de l’inspection générale de l’Éducation nationale (Henriet et Pietryk, 2012) met en évidence que la procédure d’affectation APB est globalement appréciée par les lycéen(ne)s mais celle-ci ne concerne que 63 % des futurs bacheliers. En effet, 10 % des bacheliers généraux et technologiques ne s’inscrivent pas ou ne finalisent pas leurs vœux. 13 % des élèves ayant suivi la procédure APB et ayant été reçus au baccalauréat ne donnent pas suite à la proposition d’APB. Les rapporteurs ne savent pas ce qu’est devenu ce quart de bacheliers. La moitié seulement des futurs bacheliers professionnels s’inscrit sur APB et après l’obtention de leur baccalauréat, 22 % ne donnent pas suite à leurs vœux.

7Ce rapport relève également que la procédure APB demeure relativement opaque. Les critères de classement des élèves pour les filières sélectives ne sont, en général, pas connus des candidat(e)s. Par ailleurs, l’accompagnement des lycées dans la procédure APB est variable. Les enseignant(e)s du second degré connaissent mal les différentes formations de l’enseignement supérieur qui ont bien souvent évolué depuis la fin de leurs études. Le rapport préconise que l’orientation soit intégrée dans les missions des enseignant(e)s.

8Le bilan de la procédure APB de 2014 montre que près de la moitié des candidat(e)s (47 %) a choisi comme premier vœu l’université et l’IUT, un tiers les STS (34,6 %) ; le reste se répartit entre les classes préparatoires aux grandes écoles (7,9 %), les écoles d’ingénieurs, de commerce, d’architecture (4 %) et diverses formations (5 %).

  • 2 Constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe et de filière après stratifi (...)

9Une étude menée auprès d’un échantillon2 de 504 lycéen(ne)s de terminale met en évidence que parmi les élèves souhaitant poursuivre leurs études dans l’enseignement supérieur, 9 sur 10 ont une idée du type d’études souhaité et du métier envisagé à la fin de leur formation. Pour les lycéen(ne)s le critère le plus important dans le choix de leurs études post-baccalauréat concerne les débouchés de la formation et la probabilité de décrocher un emploi à la sortie. Les trois autres critères essentiels sont : les chances de pouvoir sortir diplômé(e)s à la fin des études, la réputation de la formation ou l’image de l’établissement et l’accessibilité financière. La possibilité d’effectuer des stages, des formations à l’entrepreneuriat ou l’alternance en entreprise ainsi que l’accessibilité géographique sont deux autres critères de choix mais qui sont moins mentionnés par les élèves que les trois précédents.

Notes

1 Newsletter Vousnousils du 2 mai 2014, l’e-mag de l’éducation, voir : http://www.vousnousils.fr/2014/05/02/apb-la-fac-premier-voeu-dorientation-des-futurs-etudiants-55.

2 Constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe et de filière après stratification par académie ; échantillon interrogé en ligne sur système Computer Assistance for Web Interview (CAWI) entre le 28 mars 2014 et le 2 avril 2014 ; étude menée par Opinionway suite à une commande du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, voir : http://www.opinion-way.com/pdf/opinionway_lyceens_et_orientation_post_bac_ministere_de_l_enseignement_superieur_avril_2014.pdf.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search