Version classiqueVersion mobile

Orientation et parcours des filles et des garçons dans l'enseignement supérieur

 | 
Christine Fontanini

Deuxième partie. Les orientations des filles et des garçons dans l’enseignement secondaire préfigurent les choix d’études dans l’enseignement supérieur

L’orientation scolaire et professionnelle

Texte intégral

Histoire de l’orientation1

  • 1 Elle s’appuie sur Danvers (1988) ; Caroff (2001) ; Guichard et Huteau (2005) et Solaux (1999).

1Pour Guichard et Huteau (2005), l’orientation désigne à la fois les modalités de production et de reproduction de la division sociale et technique du travail, et l’action de donner une direction déterminée à sa vie.

2Jusqu’au XIXe siècle, la profession et la position sociale des individus sont déterminées par la naissance. Ils exercent le même métier que leurs parents et grands-parents.

3La révolution industrielle change la structure du monde du travail. Il ne sera plus demandé à l’ouvrier de maîtriser l’ensemble du procédé de fabrication mais de n’en dominer qu’une petite partie. Cette spécialisation des tâches permet d’ouvrir le marché du travail à une main-d’œuvre moins expérimentée. La tâche n’est ainsi plus réservée à l’homme de métier qui a suivi un long apprentissage. Elle devient banale et donc accessible à tout le monde y compris les femmes et les enfants.

4Le taylorisme et le fordisme ont intensifié les formes de travail qui existaient préalablement. Taylor introduit la rationalisation du travail et Ford, la parcellisation des tâches. Au début du XXe siècle, en France, « l’idée d’orientation répond au souci de donner aux jeunes, et notamment à ceux qui deviendront ouvriers, les postes qui correspondent le mieux à leurs aptitudes et à leurs capacités ». « Cette idée […] naît d’une volonté de réforme éducative et sociale, à la jonction de la formation professionnelle et d’une nouvelle science en cours d’élaboration : la psychologie » (Prost, 1996, p. 188). En effet, au début des années 1900, Édouard Toulouse, l’un des fondateurs de la psychologie expérimentale avec Alfred Binet, pense que l’orientation doit être fondée sur la mesure scientifique des aptitudes qu’il estime héréditaires.

5En 1919, la loi Astier organise l’enseignement professionnel et réglemente l’apprentissage afin de répondre aux besoins importants des entreprises en main-d’œuvre qualifiée. Le décret du 26 septembre 1922 donne une première définition de l’orientation professionnelle : c’est l’« ensemble des actions qui précèdent le placement des adolescents dans le commerce et dans l’industrie et qui ont pour but de révéler leurs aptitudes physiques, morales et intellectuelles » (Andreani et Lartigue, 2006, p. 112). La loi du 13 juillet 1925 permet aux jeunes qui le désirent de bénéficier du service d’orientation.

6Henri Piéron fonde avec Henri Laugier et Julien Fontègne l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP) pour former des conseillers d’orientation professionnelle et mener des recherches dans le domaine de l’orientation. Le diplôme d’institut de conseiller d’orientation est créé en 1931. Il deviendra diplôme d’État en 1944.

7Piéron considère que le conseiller d’orientation doit établir, à l’aide d’une batterie de tests et d’un entretien portant sur les intérêts du jeune, un profil des aptitudes des jeunes à apprendre un métier à leur sortie d’école. Cette conception scientifique de l’orientation ne fait toutefois pas consensus auprès de praticiens de l’orientation et d’universitaires.

8Pour répondre aux difficultés de l’industrie à recruter de la main-d’œuvre, le décret du 24 mai 1938 instaure un secrétariat d’orientation professionnelle dans chaque département, qui doit coordonner les centres d’orientation professionnelle. Chaque jeune de moins de 17 ans est obligé(e) de consulter un centre avant d’être employé(e) dans une entreprise industrielle et commerciale.

9La loi Berthoin de 1959 marque un tournant décisif. L’école devient obligatoire jusqu’à 16 ans et l’orientation n’est plus seulement professionnelle mais scolaire et professionnelle. De plus, un cycle d’observation des élèves en classes de sixième et de cinquième est créé pour permettre une orientation selon le mérite et non pas selon l’origine sociale. À la fin de la classe de cinquième, les élèves sont alors orienté(e)s, dans une des quatre sections de l’enseignement secondaire : collèges d’enseignement général (CEG), collèges modernes, collèges classiques, collèges d’enseignement technique. « Le mérite de la réforme Berthoin, c’est de faire placer théoriquement l’orientation au cœur du dispositif de la réforme scolaire. Mais en réalité, les dispositifs de l’orientation ont été mis en place dans le but de maîtriser l’arrivée en masse des élèves à l’école secondaire » (Stevanovic, 2008, p. 11).

10La réforme Fouchet-Capelle (1963) change la structure de l’enseignement secondaire. Les CEG deviennent des collèges d’enseignement secondaire (CES). Le cycle d’observation est prolongé de deux ans jusqu’en classe de troisième qui devient alors le palier d’orientation décisif.

11Dans les années 1960, l’orientation est donc explicitement au service de l’intérêt collectif déterminé par les planificateurs. Il s’agit, en effet, d’« assurer un développement harmonieux de l’appareil de formation et une répartition des élèves entre les différentes filières qui soit conforme au plan ». « L’information des élèves et des familles d’une part, une observation continue des élèves, s’appuyant notamment sur des outils psychotechniques (les tests) d’autre part, doivent permettre des prises de décision d’orientation et d’affectation adaptées à une carte scolaire prédéfinie » (Charpentier, Collin et Scheurer, 1993, p. 15).

12En 1970 est créé l’Office national d’information sur les enseignements et les professions (ONISEP) ayant pour mission de publier des brochures d’information scolaire et professionnelle. Le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (CEREQ) est également fondé pour mieux saisir les processus d’insertion professionnelle des jeunes en fonction des formations. Dans la foulée sont mis en place les centres d’information et d’orientation (CIO) en 1971.

13Le décret du 7 juillet 1971 définit les missions des services d’orientation au niveau local et national. Le niveau de recrutement des conseillers passe désormais à bac + 2 et leur mission est ainsi définie : les conseillers « concourent aux diverses actions d’information et d’orientation à tous les niveaux d’enseignement du second degré et des enseignements supérieurs […] ils participent à l’observation continue des élèves en vue de leur adaptation et de leur orientation » (Andreani et Lartigue, 2006, p. 120).

14La loi Haby du 11 juillet 1975 relative à l’éducation modifie les procédures d’orientation. L’information sur les métiers et les formations devient une mission de l’établissement scolaire. Le développement du dialogue avec les familles est désormais formalisé avec l’expression de vœux provisoires des familles et de propositions d’orientation du conseil de classe. Des pratiques de conseil en orientation se développent et doivent permettre à l’élève de construire ses choix d’orientation.

15Dès les années 1980, suite à la crise économique, les jeunes sont touché(e)s par le chômage à leur entrée dans la vie active, de même que certaines populations comme les seniors, les personnes non qualifiées ou handicapées (Borras et Romani, 2010). C’est à cette période qu’émerge la notion d’éducation à l’orientation. Les méthodes psychotechniques ont été remplacées par une approche centrée sur « la découverte de soi », en adoptant une position d’écoute non directive et en proposant aux jeunes une documentation importante sur les différents débouchés (Poulet, 2010).

L’éducation à l’orientation scolaire et professionnelle

16Avec la loi d’orientation sur l’éducation du 10 juillet 1989, « l’élève est placé au centre du système éducatif » et il devient « acteur de son orientation ». Dès l’article premier, la notion de projet est définie : « Les élèves et les étudiants élaborent leur projet scolaire, universitaire et professionnel en fonction de leurs aspirations et de leurs capacités avec l’aide des parents, des enseignants, des personnels d’orientation et des professionnels compétents » (Loi d’orientation sur l’éducation, 1989, p. 3). En 1991, les conseillers d’orientation deviennent psychologues et sont ainsi désignés conseillers d’orientation-psychologues.

17La circulaire du 31 juillet 1996 avec « la mise en œuvre de l’expérimentation sur l’éducation à l’orientation » justifie l’éducation à l’orientation à cause d’un « système de formation aux articulations complexes et variées, [un] monde professionnel en mutation rapide ».

18La loi d’orientation et de programme pour l’avenir du 23 avril 2005 prône l’égalité des chances et la réussite de chaque élève. Tous les élèves doivent sortir du système éducatif avec une qualification reconnue leur permettant de s’insérer dans la vie active. Elle maintient l’objectif de 80 % d’une génération au baccalauréat et fixe aussi celui d’en amener 50 % vers l’obtention d’un diplôme de l’enseignement supérieur.

19L’orientation devient pour la première fois une discipline d’enseignement à part entière dans cette loi qui propose une nouvelle option en classe de troisième, à tous les élèves, la « découverte professionnelle de trois heures » (DP3). Elle « vise à apporter aux élèves une meilleure connaissance du monde professionnel par une découverte des métiers, du monde professionnel et de l’environnement culturel, scientifique, économique et social ». Un module de découverte professionnelle de six heures (DP6) est offert « à des élèves volontaires, scolairement fragiles qui veulent mieux connaître la pratique des métiers » (BO, no 11, 17 mars 2005). La séquence d’observation en milieu professionnel a été mise en place également pour tous les élèves de troisième. Elle a pour objectif de les amener à commencer à réfléchir sur leur avenir professionnel.

20Le parcours de découverte des métiers et des formations, généralisé, depuis la rentrée 2009 (BO, no 29, 17 juillet 2008) concerne tous les élèves de la classe de cinquième à la classe de terminale des lycées d’enseignement général et technologique, et professionnel. Ce parcours de découverte vise à découvrir des métiers, des formations, à s’évaluer et à se connaître soi-même. Il est aussi un moyen « de mieux contribuer au principe d’égalité des chances non seulement entre milieux sociaux d’origine, mais aussi entre jeunes gens et jeunes filles » (BO, no 29, 17 juillet 2008). Ce parcours de découverte est destiné à faire travailler les élèves sur leurs représentations des métiers et sur la féminisation des noms de métiers.

21La réforme du lycée, mise en place en seconde à la rentrée 2010 (BO spécial, no 1, 4 février 2010), propose en seconde un accompagnement personnalisé dont un des trois volets est la découverte des métiers et des formations. En classe de première, les élèves peuvent passer une journée dans une université pour découvrir un cours et visiter un IUT afin de faire la distinction entre enseignement supérieur court et long. Une visite peut aussi avoir lieu dans une classe préparatoire aux grandes écoles afin de rencontrer et de discuter avec des élèves de première ou deuxième année. Chaque élève de première doit avoir la possibilité d’avoir un entretien avec un conseiller/une conseillère d’orientation-psychologue ou un(e) professeur(e), comme en classe de troisième.

22Depuis 2010, la plupart des demandes d’inscription dans l’enseignement supérieur sont formulées par l’intermédiaire de l’interface « admission post-bac » (APB) qui est un site internet du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche permettant aux bacheliers d’émettre des vœux pour l’inscription dans un grand nombre de formations de l’enseignement supérieur.

23Suite à la décision du Conseil européen de Lisbonne en 2000 et face à l’échec important des étudiant(e)s dans le premier cycle universitaire, un nouveau système d’orientation post-baccalauréat dit « active » est inscrit dans la loi du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités. Ce dispositif vise à mieux « informer » et « accompagner » les élèves de terminale. Le conseil de classe du second trimestre en classe de terminale émet un avis sur le ou les choix d’orientation post-baccalauréat des élèves qui restent finalement les décisionnaires pour l’émission de leurs vœux.

24Choisir son orientation scolaire et professionnelle devient de plus en plus complexe pour les jeunes car « l’activité de s’orienter repose ainsi désormais sur la capacité de l’individu de faire retour sur ses propres expériences, de les analyser et de les mettre en perspective, d’une part, en fonction des normes économiques et sociales et contemporaines de “l’employabilité” et, d’autre part, en relation avec la définition de certaines anticipations qui importent pour lui » (Guichard, 2013, p. 189).

25Actuellement, la fin de la classe de troisième est le premier grand moment des phases d’orientation scolaire. Plusieurs possibilités s’offrent aux élèves : seconde générale et technologique, seconde professionnelle, seconde spécifique, apprentissage, redoublement ou sortie du système scolaire si l’âge de la fin de la scolarité obligatoire est atteint.

26Pour les élèves en seconde spécifique ou professionnelle, la classe de première est située dans la continuité de la seconde. Par contre, la fin de la classe de seconde est une autre grande étape pour les autres, qui doivent choisir leur série de baccalauréat avec des options qui vont conditionner leur poursuite d’études supérieures.

27Le fonctionnement actuel de l’orientation dans l’enseignement secondaire est basé sur le principe du respect des demandes des familles dans la limite « des possibles » et des « places » disponibles.

28Pour autant, l’orientation n’est pas seulement le résultat de choix individuels car elle s’insère dans des cadres institutionnellement contraints (Berthet, Grelet et Romani, 2008). Tout d’abord, le poids de la norme scolaire est lourd. Les élèves en réussite scolaire peuvent envisager de nombreux choix et sont fréquemment soutenu(e)s par leurs parents qui, bien souvent, développent des stratégies scolaires. A contrario, des résultats faibles entraînent des orientations professionnelles qui sont souvent vécues comme un échec par les élèves (Berthet, Grelet et Romani, 2008). Guichard (2013) fait remarquer que ces orientations secondaires techniques et professionnelles sont considérées généralement en France comme des choix par défaut alors qu’elles sont très recherchées dans des pays voisins comme l’Allemagne et la Suisse. Cette dépréciation est liée au fait que l’orientation en France est fortement corrélée aux résultats scolaires des élèves et si ces résultats sont modestes au regard des normes scolaires, les élèves se sentent finalement « sans compétences » et contraint(e)s d’accepter une orientation non désirée.

29Les choix d’orientation des élèves sont conditionnés par la structure de l’offre éducative pour chaque territoire. Ainsi, les élèves n’ont pas les mêmes possibilités d’orientation et de formation selon les régions (Haut Conseil de l’Éducation, 2008). Les jeunes en milieu rural sont ainsi plus touché(e)s par le déséquilibre entre l’offre et la demande (Caille, 2005) que ceux et celles habitant dans les grandes villes. Le rapport du Haut Conseil de l’Éducation (2008) pointe également le fait que les places par spécialités dans les lycées professionnels sont contingentées et ne peuvent donc pas accueillir toutes les demandes, surtout pour les spécialités très briguées. Ainsi, certain(e)s élèves se trouvent affecté(e)s dans une spécialité non désirée et/ou se voient contraint(e)s de quitter leur secteur géographique.

30Les élèves sont aussi limité(e)s par l’offre de filières et de places au sein de l’établissement où ils/elles sont affecté(e)s par le biais de la carte scolaire et « seulement 3,8 % d’entre eux demandent une orientation au sein d’une série non préparée dans l’enceinte de leur établissement » (Chevallier, Landrier et Nakhili, 2009, p. 48).

31Les facteurs sociaux tels que l’origine sociale des jeunes et leur sexe sont des facteurs déterminants de l’orientation. Nous les présentons en détail dans les deux chapitres suivants.

32Les vœux d’orientation des élèves sont également liés à des facteurs subjectifs tels que l’estime de soi – ou l’image de soi –, l’expérience scolaire et le rapport entretenu avec le savoir (Chevallier, Landrier et Nakhili, 2009). Par conséquent, le projet personnel de l’élève « est une rationalisation par laquelle le sujet se donne l’illusion d’avoir prise sur une décision qui en réalité lui échappe » (Convert, 2008, p. 46).

Notes

1 Elle s’appuie sur Danvers (1988) ; Caroff (2001) ; Guichard et Huteau (2005) et Solaux (1999).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search