Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orientation et parcours des filles et des garçons dans l'enseignement supérieur

 | 
Christine Fontanini

Première partie. La massification de l’accès à l’enseignement supérieur en France

Une explosion des effectifs des bacheliers et des étudiants

Texte intégral

1Après la seconde guerre mondiale, « l’idéal d’égalité des chances et l’exigence d’une main-d’œuvre nombreuse et diplômée nécessaire à la reconstruction vont conjuguer leurs efforts et déboucher sur une véritable explosion scolaire » (Merle, 2012, p. 22). De plus, la croissance économique et l’augmentation du nombre de cadres et de personnes exerçant des professions intermédiaires, entre 1945 et 1973, vont favoriser, grâce au diplôme, une mobilité sociale ascendante. Ainsi, les parents vont espérer une vie meilleure que la leur pour leurs enfants grâce l’obtention d’un diplôme.

  • 1 « La proportion d’une génération titulaire du baccalauréat est la proportion de bacheliers d’une g (...)

2La proportion de bacheliers dans une génération1 s’est ainsi considérablement accrue entre 1961 et 1982 puisqu’elle est passée de 11 à 27 %, et plus encore, entre 1982 et 1992 où elle a atteint 51 % (Afsa, 2009). Cette forte augmentation du nombre de bacheliers est due à la diversification de l’accès au baccalauréat avec la création des baccalauréats technologiques en 1969 et des baccalauréats professionnels en 1985. L’objectif fixé de 80 % d’une génération au baccalauréat au milieu des années 1980, puis au milieu des années 2000, celui d’amener 50 % d’une classe d’âge à obtenir un diplôme dans l’enseignement supérieur, ont été également deux facteurs de croissance du nombre de bacheliers.

3De 1995 à 2008, la part des bacheliers dans une génération a évolué lentement, autour de 62 % puis elle a repris son essor pour atteindre 77,3 % en 2014 (Le Laidier et Thomas, 2014).

  • 2 28,1 % à 21 %.
  • 3 58,3 % à 49 %.

4Depuis 1995, suite à la réforme du baccalauréat où de nouvelles séries ont été mises en place, la répartition des bacheliers s’est transformée en faveur notamment des séries professionnelles. La part des bacheliers titulaires d’un baccalauréat professionnel a plus que doublé entre 1995 et 2014, passant de 13,6 à 30 % ; par contre, celle des bacheliers possédant un baccalauréat technologique a perdu 7 points dans la même période2 et celle des bacheliers du baccalauréat général a diminué de 9 points3. Ainsi, les jeunes titulaires d’un baccalauréat en 2014 sont répartis à 37,7 % en série générale, 15,9 % en série technologique et 23,8 % en série professionnelle (France métropolitaine, DOM hors Mayotte). Le taux de réussite au baccalauréat a atteint 87,9 % à la session 2014. Il est de 90,9 % en série générale, 90,6 % en série technologique et de 81,9 % en série professionnelle (Le Laidier et Thomas, 2014).

5Malgré cette démocratisation du baccalauréat, des disparités selon l’origine sociale et le sexe de l’élève subsistent. Les enfants de cadres décrochent plus un baccalauréat général qu’un baccalauréat technologique ou professionnel que les jeunes dont les parents font partie des autres catégories socioprofessionnelles (tableau no 1).

Tableau 1. Répartition par filières des bacheliers 2013 selon leur origine sociale (en %)

Tableau 1. Répartition par filières des bacheliers 2013 selon leur origine sociale (en %)

Lecture : en 2013, 58 % des bacheliers enfants d’agriculteurs ont obtenu un baccalauréat général, 20 % un baccalauréat technologique et 22 % un baccalauréat professionnel.
Champ : France métropolitaine + DOM.
Source : MESR-DEPP, 2014b, p. 71.

6Le taux de réussite des élèves au baccalauréat varie aussi en fonction de leurs origines sociales. En 2013, 95,5 % des enfants de cadres ou d’enseignants ont obtenu leur baccalauréat général contre 88,7 % des enfants d’ouvriers, soit un écart de 7 points. Pour les séries technologiques et professionnelles, les différences sont moins fortes. Toutefois, les enfants d’ouvriers ont un taux de réussite au baccalauréat moins élevé quelle que soit la série présentée (MESR-DEPP, 2014b).

7En 2012, les filles, elles, représentent 50,5 % de l’ensemble des titulaires du baccalauréat. Elles sont davantage présentes dans les séries générales (56,4 %) et technologiques (52,5 %), par contre les garçons sont plus souvent détenteurs d’un baccalauréat professionnel (60 %) (MESR-DEPP, 2014c). Les filles ont également un taux global de réussite au baccalauréat plus élevé (93 %) que les garçons (90,7 %) quelle que soit la série présentée. De plus, la part des filles décrochant une mention « bien » ou « très bien » est supérieure (18 %) à celle des garçons (15 %) (MESR-DEPP, 2014c).

8Les trois quarts des bacheliers (75,4 %) s’inscrivent dans l’enseignement supérieur (hors formations en alternance) dès la rentrée suivante (MESR-DEPP, 2014a). Ainsi, la moitié (53 %) des jeunes d’une génération accède à l’enseignement supérieur. Néanmoins, ce taux passe de 89,8 % pour les enfants d’enseignant(e)s et 82,3 % pour les enfants de cadres supérieurs à 31,4 % pour les enfants d’ouvriers non qualifiés et 9,4 % pour les enfants d’inactifs/inactives (MESR-DEPP, 2012b). Parmi les étudiant(e)s d’origine populaire, ce sont ceux et celles dont les parents font partie des fractions les plus qualifiées du salariat d’exécution (ouvriers qualifiés et employés) qui prolongent le plus leurs études après le baccalauréat (Poullaouec et Hugrée, 2011).

9La quasi-totalité des bacheliers des séries générales accèdent immédiatement à l’enseignement supérieur ce qui est moins le cas des bacheliers technologiques et professionnels.

Tableau 2. Taux d’inscription des nouveaux bacheliers dans l’enseignement supérieur en 2013

Tableau 2. Taux d’inscription des nouveaux bacheliers dans l’enseignement supérieur en 2013

Source : MESR-DEPP, 2014a, p. 203-205.

10Un peu plus de la moitié des bacheliers des séries générales se dirigent vers l’université, hors institut universitaire de technologie (IUT). Ils s’orientent, quasiment à parts égales, vers les classes préparatoires aux grandes écoles, vers les écoles recrutant directement après le baccalauréat, vers les IUT et vers les sections de technicien supérieur (STS). Toutefois, les choix d’orientation des titulaires d’un baccalauréat général varient selon la série du baccalauréat obtenu. Les bacheliers littéraires se dirigent plus vers les études universitaires (68,4 %) que les bacheliers scientifiques (52,9 %) et en sciences économiques et sociales (51,5 %). Les bacheliers S s’orientent, dans la filière scientifique universitaire, davantage vers la première année commune aux études de santé (21,6 %) que vers les autres disciplines (16,2 %). Hors université, les titulaires du baccalauréat S optent plus pour les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) (18,1 %) que les lauréat(e)s du baccalauréat L (7,6 %) et ES (6,2 %). Les bacheliers littéraires choisissent moins les IUT (2,1 %) que les titulaires d’un baccalauréat ES (11,7 %) et S (11,8 %). Les STS attirent les élèves des trois filières générales dans des proportions assez proches (9,8 % de L, 10,6 % de ES et 6 % de S) ; de même les écoles recrutant après le baccalauréat (8,9 % de L, 12,7 % de ES et 12,9 % de S) (MESR-DEPP, 2014a).

11Plus d’un tiers des bacheliers technologiques se dirige vers les STS. Les deux autres tiers se répartissent entre l’université, les IUT et diverses autres formations. Comme pour les bacheliers des filières générales, les choix d’orientation selon les filières technologiques diffèrent. Par exemple, les bacheliers en sciences et technologies de laboratoire (STL) s’orientent deux fois plus (25,2 %) vers l’université (hors IUT) que les bacheliers en sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (STI2D) (12,3 %) (MESR-DEPP, 2014a). Par contre, un vingtième des lauréat(e)s du baccalauréat STI2D (5,9 %) poursuivent leurs études en CPGE contre seulement 0,7 % des élèves en sciences et technologies du management et de la gestion (STMG). Environ un bachelier technologique sur dix s’oriente vers des écoles recrutant après le baccalauréat, cette proportion est semblable à celle des bacheliers généraux (Lemaire, 2005).

  • 4 Mardi 28 octobre 2014, séance de 16h30, http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-cedu/14-15/c141501 (...)

12Le baccalauréat professionnel a pour objectif premier de préparer les jeunes à une insertion professionnelle immédiate. Toutefois, en 2014, un tiers des titulaires d’un baccalauréat professionnel ont poursuivi des études supérieures (hors alternance) et ce taux ne cesse de progresser (Dauphin, 2014). En ajoutant les bacheliers professionnels en apprentissage et ceux qui poursuivent en contrat de professionnalisation dans le supérieur, le taux de poursuite d’études est de 42,3 %. La grande majorité des bacheliers titulaires d’un baccalauréat professionnel poursuivent, en formation initiale, leurs études en STS. La poursuite d’études des bacheliers professionnels en STS est largement favorisée depuis la mise en place du système de quotas par le décret du 9 juillet 2014. Toutefois, Doucet, rapporteur à la Commission des affaires culturelles et de l’éducation4 de l’Assemblée nationale, signale que seulement la moitié des bacheliers professionnels inscrits en STS ont obtenu un brevet de technicien supérieur (BTS) en trois ans alors que c’est le cas pour 73 % des bacheliers technologiques et 85 % de ceux des séries générales. Il ne suffit donc pas de favoriser la poursuite d’études des bacheliers professionnels mais il est également nécessaire de mieux les accompagner vers l’enseignement supérieur pour qu’ils y réussissent.

13Au total, on observe au cours de ces dix dernières années, un déplacement des choix d’orientation des nouveaux bacheliers du premier cycle universitaire vers des écoles dans des domaines divers : écoles de commerce, cycles préparatoires intégrés des écoles d’ingénieurs, écoles artistiques, culturelles, paramédicales ou sociales (ou des préparations à l’entrée dans ces écoles), quelle que soit leur série de baccalauréat (Lemaire, 2010).

14L’accroissement du nombre de bacheliers depuis les années 1960 a évidemment eu des répercussions sur les effectifs des étudiant(e)s. Le nombre des étudiant(e)s en France a été multiplié par sept entre le début des années 1960 et 2010 (Harfi, 2012). Toutefois, cette progression des effectifs n’a pas été linéaire durant ces cinquante années. Une première vague d’accroissement des étudiant(e)s s’est produite dans la période 1964-1969 puis une seconde, à partir de la fin des années 1980 (Galland et Oberti, 1996) alors qu’à partir de 1975 a eu lieu une baisse démographique des 18-25 ans (Harfi, 2012). Depuis 2005, les effectifs des étudiant(e)s augmentent grâce à un afflux de bacheliers professionnels qui sont de plus en plus nombreux, suite à la réforme de la voie professionnelle, grâce aussi à l’allongement de la durée des études et à l’arrivée d’étudiants étrangers (Dalous et al., 2014).

15La croissance des effectifs étudiants est également due en partie à la progression soutenue de la scolarisation des filles dans l’enseignement supérieur qui démarre dans la première moitié du XXe siècle. Dès 1950, elles représentent 33,6 % des étudiants alors qu’en 1900, leur part était de 3,3 % (Merle, 2002). Cette progression s’est poursuivie puisqu’en 1980 la proportion de femmes dans les effectifs de l’enseignement supérieur atteint 50,6 % (Lixi et Theulière, 2004) et dépasse donc celle des hommes. Entre 1990 et 1995 où la croissance du nombre d’étudiants a été très forte (+ 27 %), « plus de six étudiants sur dix étaient des femmes » (Lixi et Theulière, 2004, p. 23). Depuis dix ans, la proportion d’étudiantes a peu progressé. En 2013, elles représentent 55,3 % des étudiants (MESR-DEPP, 2014a).

16L’université (y compris les IUT) continue actuellement d’accueillir la majorité (60 %) des étudiant(e)s bien que sa part dans les formations de l’enseignement supérieur ait baissé de 9 points par rapport aux années 1960. Cette évolution est la conséquence du développement et du succès des formations professionnelles hors universités, comme les STS (créés en 1962) et les autres établissements de formation (tableau no 3).

Tableau 3. Répartition des étudiant(e)s hors université, IUT et STS en 2011-2012

Formations paramédicales et sociales

5,85 %

Formations d’ingénieurs

5,58 %

Écoles de commerce, gestion, vente et comptabilité

5,39 %

Grands établissements*

3,72 %

CPGE

3,42 %

Écoles supérieures artistiques et culturelles

2,87 %

Autres écoles et formations**

1,80 %

Établissements privés d’enseignement universitaire

1,21 %

INP et universités de technologie

0,53 %

Écoles juridiques et administratives

0,38 %

Formations comptables non universitaires

0,37 %

Écoles normales supérieures

0,20 %

Préparations intégrées

0,17 %

* Regroupent les grands établissements délivrant des formations du supérieur tels que : l’Institut d’études politiques de Paris, l’École des chartes, l’École pratique des hautes études, l’École des hautes études en sciences sociales…
** Écoles vétérinaires, autres écoles dépendant d’autres ministères.
Source : MESR-DEPP, 2012a, p. 169.

17Les IUT, créés en 1966, ont été les premiers à offrir au sein de l’université des formations professionnelles courtes. L’université a ensuite proposé, à partir des années 1970, de nouvelles filières professionnelles non sélectives telles que le diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) et la maîtrise de sciences et techniques (MST). L’augmentation des poursuites d’études supérieures des jeunes à la fin des années 1980 et l’aggravation du marché du travail ont amené les pouvoirs publics à professionnaliser davantage les formations (loi du 26 janvier 1984) en créant de nouvelles filières et diplômes : le diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques (DEUST) en 1984, les instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) en 1989, et intégrés depuis 2008 aux universités, les instituts universitaires professionnalisés (IUP) en 1991, la licence professionnelle en 2000 et le master professionnel en 2002 (Harfi, 2012).

18Les formations professionnelles accueillent, en 2010, les deux tiers des effectifs de l’enseignement supérieur (67,1 %). Le nombre d’étudiant(e)s dans les formations supérieures professionnelles a connu une croissance de plus de 11 points par rapport à 1996 (56,4 %). Cette forte professionnalisation de l’enseignement supérieur s’est effectuée au détriment des formations générales et grâce à la croissance des flux d’étudiant(e)s attiré(e)s par ce type de formation.

  • 5 Écoles d’ingénieurs (indépendantes des universités), écoles de commerce, gestion et comptabilité, (...)

19Près de la moitié des étudiant(e)s inscrit(e)s dans des formations professionnelles (46,2 %) le sont à l’université (y compris les IUT), 15,5 % en STS et le reste dans diverses formations professionnelles5. La professionnalisation à l’université n’a toutefois pas le même poids selon les spécialités. En effet, les trois spécialités « lettres-arts », « sciences sociales, commerce et droit » et « sciences » accueillent les deux tiers des effectifs des étudiant(e)s à l’université hors IUT (71,4 %) mais ne représentent que la moitié (48,3 %) des effectifs dans les formations professionnelles (Harfi, 2012).

20Les étudiant(e)s en première année d’études supérieures souhaitent de plus en plus poursuivre des études longues : près de la moitié d’entre eux/elles (48 %) indiquent, en 2008, souhaiter accéder au moins au niveau bac + 5 (35 % en 2002). En parallèle, les intentions de sortie d’études à bac + 2 baissent considérablement, notamment pour les bacheliers inscrits en STS et en IUT. Il en est de même pour les souhaits de sortie à bac + 4. Ces évolutions du nombre d’années souhaitées dans l’enseignement supérieur sont corrélées à l’harmonisation européenne des diplômes (licence-master-doctorat), probablement aussi à la masterisation de la formation des enseignant(e)s et à la situation du marché du travail (Lemaire, 2010).

21À l’heure actuelle, les étudiant(e)s inscrit(e)s à l’université sont plus nombreux/nombreuses en cursus licence (60,1 %) qu’en master (35,7 %) et en doctorat (4,1 %). Les femmes représentent 56,9 % des effectifs universitaires, elles sont majoritaires en licence (56,2 %) et en master (59,1 %) mais légèrement moins nombreuses en doctorat (48,1 %). Toutefois, la part des femmes dans chaque cursus varie fortement selon la discipline universitaire. Elles sont majoritaires en licence et master sauf en STAPS, en sciences fondamentales et applications, et en plurisciences en licence (tableau no 4).

Tableau 4. Part des femmes à l’université selon le cursus et la discipline en 2012 (en %)

Tableau 4. Part des femmes à l’université selon le cursus et la discipline en 2012 (en %)

Source : MESR-DEPP, 2014c, p. 30.

22À cette ségrégation horizontale entre les sexes dans l’enseignement supérieur (répartition sexuée des disciplines) s’ajoute une ségrégation verticale : plus on avance dans le cursus, plus les étudiantes, qui pourtant réussissent mieux que les étudiants – elles redoublent moins, ont plus de mentions à leurs examens –, s’évaporent au niveau doctorat. En effet, quelles que soient la filière suivie et la part des filles dans les effectifs de chaque filière, elles sont presque toujours moins nombreuses en doctorat qu’en master (sauf en sciences fondamentales et applications, et en STAPS). Néanmoins, selon les filières, il existe de grandes disparités dans l’écart entre la part des filles en master et en doctorat. L’écart oscille entre 16 points en sciences humaines et sociales et 5 points en sciences de la vie et de la nature.

23Nous suggérons ici une interprétation à cette évaporation féminine au niveau doctorat. A priori, les doctorantes bénéficient d’un nombre d’allocations de recherche similaire aux doctorants. Toutefois, elles sont probablement pénalisées par l’absence d’autres financements, souvent nécessaires, à cause de « leur présence majoritaire dans les disciplines où cette absence de financement est la plus fréquente, sciences humaines et sociales » (Le Pors et Milewski, 2003, p. 87). Une autre explication peut être avancée pour les filières de lettres, sciences du langage, sciences humaines et sociales, et langues, c’est le fort attrait des diplômé(e)s – qui sont essentiellement féminines – de ces filières pour les métiers de l’Éducation nationale. Or, la plupart de ces métiers ne nécessitent pas une poursuite d’études en doctorat (Jugnot, Épiphane et Calmand, 2010).

  • 6 Première année commune aux études de santé qui conduit les étudiant(e)s aux quatre filières médica (...)

24Après le baccalauréat, les filles ne choisissent pas les mêmes filières sélectives que les garçons. Elles optent moins pour les classes préparatoires aux grandes écoles (42 %), pour les cycles préparatoires polytechniques (45 %) et les IUT (39,2 %) mais elles se dirigent plus vers la PACES6 (63,7 %), les écoles d’architecture (57 %), les formations paramédicales et sociales (84 %) ou l’École nationales des beaux-arts (60 %). Après une préparation aux grandes écoles ou quelques années d’études universitaires, les étudiantes poursuivent moins leurs études dans les écoles d’ingénieurs (hors agronomie : 28,2 %) et dans les Écoles nationales supérieures (43 %) mais plus dans les écoles vétérinaires (75 %), dans les écoles d’ingénieurs en agronomie et agriculture (65 %) et dans celles de la magistrature (86,9 %), pour ne citer que quelques exemples. Dans certaines filières sélectives, les filles sont désormais majoritaires depuis une trentaine d’années (tableau 5).

Tableau 5. Évolution de la part des étudiantes dans certaines filières sélectives

Filières

« Avant »

« Maintenant »

L’École nationale de la magistrature

35 % en 1972 (Boigeol, 1993)

86,9 % en 2012 (Conseil supérieur de la magistrature, 2012)

Médecine-odontologie

26 % en 1975 (Hardy-Dubernet, 2005)

61,1 % en 2013 (MESR-DEPP, 2014a)

Les écoles vétérinaires

35 % en 1986 (Hubscher, 1999)

75 % en 2012 (Dauphin, 2014)

Les écoles juridiques et administratives

48,2 % en 2000 (Dauphin, 2014)

58 % en 2012 (Dauphin, 2014)

Les écoles d’architecture

43 % en 1993 (Chadoin, 1998)

57 % en 2012 (Dauphin, 2014)

25La féminisation de ces filières et professions est liée à plusieurs facteurs : la bonne réussite scolaire des filles permettant l’obtention des diplômes nécessaires à l’exercice de ces professions, le développement de ces professions depuis vingt ans et la forte croissance de l’activité professionnelle des femmes (Maruani, 2011). Les diplômes ont, certes, joué un rôle essentiel de levier dans l’accès des femmes aux professions qualifiées, comme le montrent les exemples de la médecine humaine et vétérinaire, de la fonction publique et de la magistrature. Les femmes sont beaucoup plus présentes dans les métiers dont l’accès est conditionné par une formation supérieure particulière (Gauthier, 2008). À notre avis, ces analyses ne suffisent pas à expliquer la féminisation de ces filières car si c’était le cas toutes les études supérieures verraient leur part de filles, si ce n’est égaler celle des garçons, du moins s’en approcher. Or, ce n’est pas le cas. Nous étudierons en détail dans la troisième partie de ce livre les facteurs ayant favorisé une entrée massive des femmes vers ces filières et professions.

26La notion de féminisation est définie par « l’augmentation du nombre des femmes dans une activité déterminée » mais il faut préciser que « cette notion est utilisée quand la participation féminine reste limitée (mais sa progression constitue un changement notable) et lorsqu’elle s’accroît au point que les hommes, à leur tour, deviennent minoritaires » (Cacouault-Bitaud, 2001, p. 95). Lorsqu’une profession « se féminise », elle est souvent considérée comme perdant de son prestige. Toutefois, si on prend l’exemple d’enseignant(e) du primaire, on se rend compte que la dévalorisation supposée de cette profession ne correspond pas historiquement à sa féminisation. Les hommes sont déjà peu présents dans cette profession en 1923 (38 %) et ce n’est qu’à partir des années 1960 qu’on parle de la dévalorisation de cette profession (Baudelot et Establet, 1971). En fait, ce n’est pas le fort taux de féminisation qui est en cause mais plutôt la place de l’enseignement primaire qui a évolué avec l’allongement des études et l’augmentation générale des diplômé(e)s dans la population. Il est donc nécessaire d’être prudent dans l’interprétation de la dévalorisation de certaines professions, notamment celles qui attirent de plus en plus de femmes.

27Malgré cette massification de l’accès à l’enseignement supérieur, les étudiant(e)s issu(e)s des catégories sociales les plus favorisées sont surreprésenté(e)s comparativement aux étudiant(e)s issu(e)s des catégories sociales plus modestes. De plus, les étudiant(e)s, selon leurs origines sociales, ne sont pas réparti(e)s dans les mêmes types de formation. Les enfants de cadres et de parents exerçant des professions intellectuelles supérieures sont fortement présents dans les Écoles normales supérieures, les écoles supérieures artistiques et culturelles, les CPGE et les formations d’ingénieurs. Les enfants d’ouvriers sont surreprésentés en STS, en IUT (14,5 %) et dans les formations paramédicales et sociales. Ceux dont les parents exercent des professions intermédiaires et sont employés sont répartis de façon plus homogène entre les filières (tableau 6).

Tableau 6. Origine sociale des étudiants français en 2013-2014 (en %), France métropolitaine et DOM

Tableau 6. Origine sociale des étudiants français en 2013-2014 (en %), France métropolitaine et DOM

1) Y compris les formations d’ingénieur en partenariat et les formations d’ingénieur universitaires.
2) Y compris écoles supérieures d’architecture, de journalisme et de communication.
3) Les données concernant les écoles paramédicales et sociales sont celles de 2007.
Source : MESR-DEPP, 2014a, p. 195.

28À l’université, un tiers des étudiant(e)s ont des parents exerçant des professions libérales ou cadres supérieurs, notamment dans les filières de santé et de droit. À l’opposé, les enfants d’ouvriers ne constituent qu’un dixième des effectifs universitaires et ils se dirigent plus particulièrement vers les IUT et les filières d’économie, des sciences et des lettres (tableau no 7).

Tableau 7. Origine sociale des étudiants français dans les principales filières universitaires (y compris IUT) en 2013-2014 (en %), France métropolitaine et DOM

Tableau 7. Origine sociale des étudiants français dans les principales filières universitaires (y compris IUT) en 2013-2014 (en %), France métropolitaine et DOM

Source : MESR-DEPP, 2014a, p. 195.

29Les étudiant(e)s dont les parents exercent des professions libérales ou sont cadres supérieurs sont les plus nombreux/nombreuses à poursuivre des études longues à l’université, jusqu’au doctorat. La part des femmes en cursus doctorat est légèrement supérieure à celle des hommes chez les professions intermédiaires, les employés, les retraités et les inactifs ; pour les autres catégories socioprofessionnelles, elle est légèrement inférieure.

Tableau 8. Origine sociale des étudiants français dans les universités par sexe et par cursus LMD en 2013-2014 (en %), France métropolitaine et DOM

Tableau 8. Origine sociale des étudiants français dans les universités par sexe et par cursus LMD en 2013-2014 (en %), France métropolitaine et DOM

Source : MESR-DEPP, 2014a, p. 195.

30Parmi les jeunes ayant fini leur formation initiale en 2008, 2009 et 2010, ceux de parents cadres et exerçant des professions intermédiaires sont plus nombreux (61 %) que ceux de parents ouvriers et employés (31 %) à posséder, pour plus haut diplôme, un diplôme de l’enseignement supérieur (MESR-DEPP, 2014b).

31Depuis vingt ans, les jeunes femmes ont un niveau de formation plus élevé que celui des jeunes hommes. Parmi les jeunes ayant fini leurs études en 2008, 2009 et 2012, 47 % des filles sont diplômées de l’enseignement supérieur contre 35 % des garçons (MESR-DEPP, 2012b). « À âge, filière et options équivalents, les filles ont 1,6 fois plus de chances de réussir leur première année universitaire » (Lafontaine, Dupriez, Van Campenhoudt et Vermandele, 2012, p. 44). La réussite des filles à l’université s’élève au fur et à mesure du niveau des études supérieures atteint par les parents et ce dernier est plus déterminant pour les filles. Le diplôme du père est lié à la réussite des filles comme à celle des garçons. Par contre, le diplôme de la mère n’a pas d’influence sur la réussite des garçons mais en a sur celle des filles. Par conséquent, les filles qui ont un père et une mère diplômés de l’enseignement supérieur réussissent mieux que les filles ayant un père diplômé mais une mère ne détenant pas de diplôme du supérieur (Lafontaine, Dupriez, Van Campenhoudt et Vermandele, 2012).

32La réussite des filles à l’université s’explique, du moins en partie, par leur investissement et leur organisation dans leur travail universitaire. En effet, elles consacrent plus de temps à leur travail personnel que les étudiants, elles le font plus régulièrement, elles utilisent davantage un agenda et tiennent mieux les échéances fixées pour leur travail. En outre, les étudiantes revoient plus souvent leurs cours même si elles les ont suivis et font moins leur travail personnel à la dernière minute que les garçons. Elles assistent également plus souvent aux cours. Ainsi, les filles font mieux leur « métier d’étudiant-e » que les garçons, probablement parce qu’elles avaient déjà plus intériorisé les exigences de l’école auparavant (Dendani, 2010). L’engagement soutenu des étudiantes révèle également une plus grande mobilisation de leur part en ce qui concerne leur devenir professionnel.

33En quarante ans, des changements importants ont donc marqué l’enseignement supérieur en France : la forte augmentation du nombre d’étudiants, notamment d’étudiantes et la diversification des filières.

Notes

1 « La proportion d’une génération titulaire du baccalauréat est la proportion de bacheliers d’une génération fictive d’individus qui auraient, à chaque âge, les taux de candidature et de réussite observés l’année considérée. Ce nombre est obtenu en calculant, pour chaque âge, le rapport du nombre de lauréats à la population totale de cet âge, et en faisant la somme de ces taux par âge » (Afsa, 2009, p. 34).

2 28,1 % à 21 %.

3 58,3 % à 49 %.

4 Mardi 28 octobre 2014, séance de 16h30, http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-cedu/14-15/c1415011.asp.

5 Écoles d’ingénieurs (indépendantes des universités), écoles de commerce, gestion et comptabilité, écoles supérieures artistiques et culturelles, écoles paramédicales et sociales, écoles d’architecture, écoles de journalisme…

6 Première année commune aux études de santé qui conduit les étudiant(e)s aux quatre filières médicales : médecine, dentaire (odontologie), pharmacie et maïeutique (sage-femme), au terme d’un concours très sélectif.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition par filières des bacheliers 2013 selon leur origine sociale (en %)
Légende Lecture : en 2013, 58 % des bacheliers enfants d’agriculteurs ont obtenu un baccalauréat général, 20 % un baccalauréat technologique et 22 % un baccalauréat professionnel.Champ : France métropolitaine + DOM.Source : MESR-DEPP, 2014b, p. 71.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau 2. Taux d’inscription des nouveaux bacheliers dans l’enseignement supérieur en 2013
Légende Source : MESR-DEPP, 2014a, p. 203-205.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Tableau 4. Part des femmes à l’université selon le cursus et la discipline en 2012 (en %)
Légende Source : MESR-DEPP, 2014c, p. 30.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1563/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Tableau 6. Origine sociale des étudiants français en 2013-2014 (en %), France métropolitaine et DOM
Légende 1) Y compris les formations d’ingénieur en partenariat et les formations d’ingénieur universitaires.2) Y compris écoles supérieures d’architecture, de journalisme et de communication.3) Les données concernant les écoles paramédicales et sociales sont celles de 2007.Source : MESR-DEPP, 2014a, p. 195.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1563/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Tableau 7. Origine sociale des étudiants français dans les principales filières universitaires (y compris IUT) en 2013-2014 (en %), France métropolitaine et DOM
Légende Source : MESR-DEPP, 2014a, p. 195.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1563/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Tableau 8. Origine sociale des étudiants français dans les universités par sexe et par cursus LMD en 2013-2014 (en %), France métropolitaine et DOM
Légende Source : MESR-DEPP, 2014a, p. 195.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1563/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540