Version classiqueVersion mobile

Vers une cartographie littéraire du Havre

 | 
Sonia Anton

Deuxième partie. Représentations littéraires du Havre : des origines à aujourd’hui

Bernardin de Saint-Pierre et la bibliothèque municipale du Havre ou la reconstitution d’un héritage littéraire

Dominique Rouet

Texte intégral

  • 1  Sur ce point, on se reportera à la communication de Gabriel Thibault. Voir également Malcolm Cook, (...)

1Né en 1737 au Havre, Bernardin de Saint-Pierre n’a finalement passé dans sa ville natale que ses années de jeunesse et n’est revenu qu’épisodiquement sur les lieux de son enfance. Si les souvenirs explicites du Havre dans l’œuvre de l’écrivain sont peu nombreux, il n’en demeure pas moins que les notions attachées à un port maritime, celui de son enfance, sous-tendent nombre des écrits de l’auteur1.

  • 2  « Constatons seulement, au sujet de l’auteur de Paul et Virginie, que ses compatriotes négligèrent (...)

2D’aucuns ont par ailleurs reproché au Havre, ville natale, son attitude teintée d’ingratitude du vivant de l’écrivain2. Bernardin de Saint-Pierre et son œuvre se trouvent paradoxalement aujourd’hui très concrètement associés au Havre, à travers l’existence d’un fonds documentaire conservé par la bibliothèque municipale. En effet, la majeure partie des manuscrits et de nombreuses correspondances adressées à Bernardin de Saint-Pierre s’y trouvent regroupés depuis le milieu du xixe siècle.

3La présente étude se propose d’évoquer les circonstances, le contexte et les raisons qui ont rendu possible les retrouvailles post mortem, si l’on peut dire, de Bernardin et de sa ville natale, dans le cadre d’une bibliothèque publique.

La bibliothèque du Havre

4Au moment où Bernardin de Saint-Pierre meurt, Le Havre voit se concrétiser les travaux du plan Lamandé, initié sous Louis XVI, qui dessine une nouvelle physionomie pour le port et la ville, annonce d’un essor que le xixe siècle confirmera, surtout à partir du milieu du siècle. Les premiers guides du touriste ou du voyageur au Havre se plaisent à mettre en valeur les atouts d’une ville qui attire de plus en plus de visiteurs de passage et de nouveaux habitants. Du point de vue culturel ou artistique, si l’on s’en tient à la culture académique traditionnelle, Le Havre brille moins, n’ayant pas véritablement connu durant l’ancien régime la solide tradition qu’une université, un évêché ou des institutions civiles majeures auraient pu lui apporter. C’est que le commerce et l’armement maritime ont plutôt favorisé le développement d’une culture technique en lien direct avec les activités des Havrais.

  • 3  Joseph Morlent, Guide du voyageur au Havre, Le Havre, S. Faure, 1827.

5Dans ces conditions, lorsqu’on évoque la bibliothèque municipale qui a ouvert ses portes en 1800, on cite volontiers le témoignage de Joseph Morlent, un horsain appelé à devenir un Havrais qui compte dans les sphères érudites locales. En 1827, dans l’une des premières éditions de son Guide, ce bourguignon d’origine décrit en termes peu flatteurs les fonds de la bibliothèque : « Ce n’est, à proprement parler, qu’un dépôt d’ouvrages enlevés aux abbayes et aux couvens [sic] des environs, à l’époque de nos troubles civils. Des douze mille volumes qui composent cette collection, les trois quarts ne sont bons à rien3. »

6Joseph Morlent n’est pas le seul à se lamenter sur l’intérêt considéré alors comme très relatif des collections de la bibliothèque municipale : son appréciation concorde avec l’analyse de l’écrivain Lhéritier de Brutelle. Sans doute apparenté au botaniste Charles-Louis Lhéritier de Brutelle, ce dernier est l’auteur d’un court roman d’anticipation intitulé Le Havre en 1860, conte fantastique, paru en 1836. Sous la forme d’une conversation visant à donner une description des lieux, l’auteur exprime sa vision de l’essor nécessaire de la ville et du même coup transcrit en filigrane les points faibles du Havre de son époque. Sous les mots du narrateur, un Havrais émerveillé de 1860, apparaît en contrepoint le constat moins enjoué de son devancier de 1836 :

  • 4  Charles-Louis Lhéritier de Brutelle, Le Havre en 1860, conte fantastique, Le Havre, Jehenne, p. 18 (...)

Nos bibliothèques publiques suffisent à peine aux nombreux lecteurs qui viennent s’y livrer à l’étude : l’une d’elle est spécialement consacrée à la marine et au commerce […]. Outre les collections publiques, Le Havre a bon nombre de collections et de bibliothèques particulières : nos négociants sont, comme tu sais, grands amateurs de littérature, de sciences et d’arts4.

7La situation offerte par la bibliothèque n’est donc pas à la hauteur des espoirs d’une élite intellectuelle et économique locale qui forge à la même époque les outils de sociabilité qui la font émerger. De fait, depuis 1833, les milieux intellectuels locaux ont trouvé dans la toute nouvelle Société havraise d’études diverses un lieu d’expression qui croise leurs affinités franc-maçonnes. C’est dans ce cénacle que prend corps la nécessité ressentie de mettre en valeur les gloires littéraires qui façonnent l’image de toute grande ville qui se respecte. Pouvait-on ne pas tirer parti des succès parisiens que le Havrais Casimir Delavigne remportait au même moment au point d’entrer à l’âge de 32 ans à l’Académie française ? Sa célébrité égale celle d’un Bernardin de Saint-Pierre, son aîné, dont il reste à se réapproprier l’héritage littéraire. Rouen avait bien son Corneille…

Deux figures tutélaires devant la bibliothèque

8En 1837, Charles-Louis Malapeau est chargé de dessiner et lithographier un frontispice pour une des œuvres historiques importantes que Joseph Morlent publie en collaboration avec « une société d’artistes et d’hommes de lettres » parmi lesquels il faut reconnaître notamment l’écrivain Léon Buquet, l’abbé Cochet, l’archéologue, et l’historien Augustin Labutte. Cette gravure fait figurer en bonne place, aux côtés du fondateur, François Ier, les bustes de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir Delavigne, nouvelles figures tutélaires du Havre. Le Havre et son arrondissement qui paraît finalement en 1840, puis en 1843, associe concrètement pour la première fois ces deux gloires littéraires à l’image du Havre.

9Ce n’est donc pas un hasard si en 1838, quelques habitants du Havre décident de constituer un comité en vue d’ériger une statue en l’honneur de Bernardin de Saint-Pierre, mort vingt-quatre ans plus tôt. Casimir Delavigne et Jacques Ancelot (1794-1854), lui aussi dramaturge et bientôt académicien (1841), tous deux écrivains nés au Havre, font partie de ce comité, tout comme le sculpteur David d’Angers, ami personnel de Bernardin. Cette proposition est adoptée par le Conseil municipal, et une souscription est ouverte dans ce but. Dans une lettre adressée de Paris, en février 1839, à un ami havrais David d’Angers évoque un souvenir de jeunesse à propos de Paul et Virginie :

Mon cher ami,
Dans le devis que je vous avais envoyé, j’avais porté le prix du modèle de la statue de Bernardin de St-Pierre à six mille francs ; c’était un prix très restreint car je voulais m’associer à l’acte de justice que rendent enfin, les habitans [sic] du Hâvre à la mémoire de leur célèbre compatriote.

10C’est une dette sacrée pour moi, car lorsque, pauvre enfant, j’étais obligé de consacrer toutes mes nuits à l’étude de mon art pour tâcher de remporter le prix de Rome, lorsque la fatigue et le sommeil appesantissaient mes yeux, la lecture de Paul et Virginie, ouvrage qui composait seul ma pauvre bibliothèque, m’arrachait des larmes d’attendrissement et le courage revenait à mon aide.

11C’est aussi dans ce contexte que la ville du Havre décide la création d’un musée des Beaux-Arts jumelé à la bibliothèque municipale, pour lesquels un bâtiment construit spécifiquement sur les plans de l’architecte Brunet-Desbaines voit le jour durant les années 1843-1847. Situé sur le grand quai, à l’entrée du port, il constituera un formidable décor, avec la tour François-Ier qui le jouxte pour accueillir au port des navires et leurs passagers en provenance du monde entier. C’était l’endroit idéal pour mettre en valeur la statue de Bernardin dont David d’Angers propose d’offrir gracieusement le modèle en plâtre. Cependant David d’Angers regrette le retard pris par le projet :

  • 5  Lettre du 29 août 1843 (Bibliothèque municipale du Havre – BMLH –, ms. 855).

[…] je ne puis que rappeler ce que j’ai dit bien souvent ; le désir que j’ai de faire ce monument est inspiré par mon admiration pour le grand littérateur ; l’honneur que je désire retirer du don que je fais à la ville de mon travail, est de pouvoir inscrire mon nom aux pieds du grand homme, et ma reconnaissance sera éternellement pour la ville qui aura bien voulu recevoir mon offrande. […] Il me tarde de commencer un ouvrage qui intéresse tant mon cœur, mais vous concevez que je ne le puis avant d’avoir la certitude qu’il sera consacré par le bronze qui est pour nous autres statuaires l’impression pour les littérateurs.
[…] Casimir Delavigne, Ancelot et beaucoup de Havrais, qui sont à Paris, ne peuvent concevoir cet inexplicable retard, ils sont disposés à aider de tout leur pouvoir l’exécution d’un si juste hommage et ils sont convaincus que la somme sera bientôt faite par des souscriptions – en grâce, cher ami, occupez vous chaudement de cela et que je puisse bientôt me livrer à l’inspiration qu’une si belle gloire est faite pour faire naitre dans l’âme d’un artiste5.

12Quand survient la mort de Casimir Delavigne, le 11 décembre 1843, des voix s’élèvent pour réclamer un second monument :

  • 6  Journal du Havre, 16 décembre 1843 (BMLH, PJ 2).

Il reste à ses compatriotes un autre devoir à remplir. Depuis longtemps Le Havre attend le monument qui doit perpétuer, dans ses murs, la mémoire illustre d’un de ses enfans [sic], la mort ne vient-elle pas de lui léguer une nouvelle dette6 ?

13Aussi le conseil municipal du Havre décide-t-il, sur proposition de la Société havraise d’études diverses, d’ériger une seconde statue qui jouxtera celle de Bernardin de Saint-Pierre et d’ouvrir une souscription, tant au Havre qu’à Paris. David d’Angers offre à nouveau sa gracieuse participation. Les fonds réunis permettront la fonte des deux statues, à Paris, chez Eck et Durand. Mme Aimé Martin, veuve de Bernardin de Saint-Pierre, offre d’ailleurs une somme importante qui est versée par son légataire, après son décès.

14Dans une nouvelle lettre au maire du Havre, David d’Angers approuve l’idée de placer les deux statues devant l’entrée principale de la bibliothèque, où « elles formeront un glorieux frontispice à ce monument dépositaire des connaissances humaines ». Il poursuit :

  • 7  Lettre du 9 janvier 1844, archives municipales du Havre (AMLH), Fonds moderne, M111-5.

Casimir Delavigne fut mon ami et mon collègue à l’institut. Lors de l’apparition des Messéniennes je fis son buste en marbre et le lui offris comme marque de ma sympathique admiration. Je viens maintenant, monsieur le maire, vous offrir le modèle de sa statue pour ma part de souscription et je vous renouvelle mon offre pour celle de Bernardin de St-Pierre, je serais heureux que les habitans [sic] du Havre voulussent bien accepter mon hommage à leurs illustres compatriotes. Plein d’admiration pour l’auteur de Paul et Virginie, Casimir Delavigne après avoir connu ma composition, comptait écrire quelques pages à ce sujet, mais sa mort prématurée n’a pas permis qu’il en fut ainsi7.

  • 8  Jules Jacques Delaporte, Poème sur le Musée-bibliothèque du Havre, 15 août 1845 (BMLH, N 1867).
  • 9  Victor-Amand Toussaint, Précis historique sur les statues de Bernardin de Saint-Pierre et de Casim (...)
  • 10  Dans le discours qu’il prononce ce jour-là, le ministre de l’Instruction publique, Narcisse de Sal (...)

15Un poème imprimé au Havre en 18458 précise que l’inauguration des statues est prévue pour le 1er mai 1846 : il faudra en réalité attendre six années supplémentaires. Victor-Amand Toussaint, avocat, adjoint au maire du Havre de 1849 à 1858 et membre de la Société havraise d’études diverses, fut le rapporteur de la commission chargée d’organiser la cérémonie d’inauguration des statues et l’un des acteurs qui ont mené à bien l’entreprise9. Après de nouveaux retards, provoqués par la Révolution de 1848, les statues arrivent finalement au Havre ; celle de Casimir par chaland en 1849, celle de Bernardin par le chemin de fer en 1851. Le 9 août 1852, les monuments sont dévoilés au cours d’une grande fête populaire, en présence de nombreux invités10 dont Alfred de Musset et Jacques Ancelot qui représentent l’Académie française. Le temps incertain empêche Millet Saint-Pierre, président de la Société havraise d’études diverses, de lire le sien et David d’Angers, exilé depuis l’avènement du Second Empire, en décembre 1851, est absent. Une médaille commémorative, frappée à l’effigie des deux héros du jour, est remise aux participants : « Tout le monde sait que dimanche dernier a été pour Le Havre une journée mémorable. La cité industrieuse et commerçante inaugurait dans ses murs l’image des deux poètes, ses plus glorieux enfants. »

Joseph Morlent… et les papiers de Bernardin de Saint-Pierre

  • 11  « Tout ce qui au Havre tenait une plume ou un pinceau, tout ce qui touchait l’art, littérateurs, p (...)

16L’acte décisif par lequel Le Havre se réapproprie l’héritage littéraire de Bernardin de Saint-Pierre intervient trois ans après l’installation des statues devant la bibliothèque, Victor Toussaint et Joseph Morlent11 en sont les promoteurs. Morlent est parvenu au poste de bibliothécaire adjoint qu’il occupe de 1847 à 1851, puis à celui de bibliothécaire en titre, jusqu’en 1861 ; on lui doit notamment la création d’une collection d’autographes, de monnaies et médailles et un musée archéologique dépendant de la bibliothèque.

  • 12  1780-1847, 19 novembre.
  • 13  1782-1847, 22 juin.
  • 14  Louis-Aimé Martin, Œuvres complètes de Jacques-Henri-Bernardin de Saint-Pierre, mises en ordre et (...)
  • 15  Correspondance de J.-H. Bernardin de Saint-Pierre, précédée d’un supplément aux mémoires de sa vie (...)
  • 16  « Auguste, Nicolas Laverdet (né le 13 mars 1807). Libraire à Clichy (Seine), breveté le 29 mai 182 (...)

17L’achat de manuscrits, papiers et correspondances de Bernardin de Saint-Pierre qui marque la création du fonds Bernardin de Saint-Pierre au Havre a lieu en 1856. Après la mort de l’écrivain en 1814, sa veuve et seconde épouse Marguerite-Charlotte-Désirée de La Fite-Pelleport12, de 43 ans sa cadette, épousa Louis Aimé-Martin13, élève, ami, secrétaire de Bernardin de Saint-Pierre et conservateur de la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris. Aimé Martin consacra une partie de son temps à la publication des œuvres complètes14 et d’une partie de la correspondance15 de Bernardin et opéra une réorganisation discutable des archives de son ami. La mort d’Aimé Martin, en 1847, est suivie de peu de celle de son épouse ; les manuscrits de Bernardin sont alors la propriété de Virginie de Saint-Pierre, fille de l’écrivain et se retrouvent dix ans plus tard sur le marché des autographes. C’est ainsi qu’un lot important de documents apparaît chez le libraire parisien Auguste Laverdet16, en 1855.

  • 17  AMLH, R2 C3 L3.

18Joseph Morlent est chargé de rédiger un « Apperçu [sic] des autographes de Bernardin de Saint-Pierre chez M. Laverdet, rue Saint Lazare, 24, Paris17 » qui conclut à une évaluation de 5 000 pièces environ, « le tout formerait environ 12 volumes dont 10 au moins in folio », répartis comme suit : « 1, des manuscrits publiés et inédits de l’auteur ; 2, sa correspondance avec sa femme ; 3, minutes de lettres à diverses personnes ; 4, lettres qui lui ont été écrites par sa sœur et un très grand nombre de personnes notables, au moins 400 lettres, vers en son honneur. »

  • 18  Voir ibid.
  • 19  Inventaire des Manuscrits, Papiers et Correspondance de Bernardin de Saint Pierre, Classés par Mon (...)

19L’achat de cette collection est réalisé pour la somme de 4 000 francs en quatre annuités échelonnées entre 1856 et 1859, par délibération du conseil municipal datée d’octobre 185518. Selon l’inventaire arrêté par le maire du Havre Édouard Larue le 24 janvier 1856, ces documents, reclassés par Louis-Aimé Martin, représentent 8 045 pièces, formant un ensemble de 169 dossiers19. Le courrier du libraire Laverdet adressé au maire du Havre pour accompagner les manuscrits envoyés au Havre précise la transaction :

Monsieur le Maire,
J’ai reçu la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 30 octobre dernier, par laquelle vous m’annoncez que le conseil municipal du Hâvre vous ayant autorisé à acquérir, moyennant le prix de quatre mille francs, les manuscrits de Bernardin de St Pierre qui sont en ma possession, vous me mandez de vous les expédier, et qu’il me seront payés par la ville en quatre annuités, et dont le premier payement aura lieu aussitôt après l’approbation du budget de 1856, c’est-à-dire, vers le mois de février prochain. Le payement de ces annuités devra m’être fait à Paris et sans frais.
Acceptant les conditions de payement qui ont été réglées par le conseil municipal du Hâvre, je me suis empressé de déférer à votre intention, en faisant remettre aujourd’hui au chemin de fer du Hâvre, à votre adresse, en mairie, des paquets couverts de toile cirée, renfermant tous les manuscrits et la correspondance qui se trouvaient en ma possession ; j’y ai ajouté plusieurs lettres que j’ai retrouvées dans mes cartons. Pour mettre votre bibliothèque au courant des lettres et manuscrits de Bernardin de St Pierre qui ont passé dans les ventes, je vais faire en sorte de compléter une collection de catalogues de mon prédécesseur Charon, et des miens, et je les remettrai chez M. Jullien, correspondant de votre bibliothèque qui vous les fera parvenir à la premier occasion. Je suis allé ce matin chez M. Potier pour le manuscrit de Paul et Virginie. Ce volume a été adjugé 700 fr à un amateur dont je ne me rappelle plus le nom. Cet amateur l’a cédé au même prix à M. Victor Cousin, membre de l’Académie française (demeurant à la Sorbonne) qui le désirait vivement, et M. Cousin a ajouté au prix un exemplaire complet de ses ouvrages.
Veuillez agréer, monsieur le Maire, l’assurance du respect avec lequel j’ai l’honneur d’être, votre très humble et très obéissant serviteur.

20Comme le laisse entendre Laverdet, le fonds acquis en 1856 est loin d’être exhaustif : le reclassement des papiers de l’écrivain par son secrétaire et ami s’est traduit par la dispersion de nombreuses pièces qu’Alphonse Martin a données aux admirateurs de l’écrivain. Nombre de notes préparatoires, brouillons ou fragments d’œuvres retrouvées depuis comportent des mentions d’ex-dono et d’authentification de la main d’Aimé Martin.

  • 20  Bibliothèque interuniversitaire Sorbonne, MSVC 8.
  • 21  Voir Catalogue de cent un livres rares et précieux de la bibliothèque de la Sorbonne, Paris, 1991, (...)

21L’exemple du manuscrit de Paul et Virginie20, évoqué par Laverdet et recherché par le maire du Havre, est révélateur des circuits parfois détournés qu’ont suivi certains documents. En 1825, Louis-Aimé Martin cède ce manuscrit par don ou vente au collectionneur Antoine-Augustin Renouard (1765-1853). Un an après la mort du collectionneur, le catalogue de la vente qui disperse en 1854 la bibliothèque de ce dernier le signale au no 2036. Il est alors acquis pour 500 francs par le philosophe et professeur à la Sorbonne Victor Cousin21, qui à sa mort lègue sa bibliothèque à la Sorbonne, où le manuscrit se trouve aujourd’hui conservé. Constitué de 45 feuillets in folio sur papier, interfoliés de papier blanc, il est relié de cuir de Russie, protégé par un étui portant pour titre Histoire de Melle Virginie de La Tour, confectionné suivant les goûts du collectionneur.

  • 22  Maurice Souriau, Bernardin de Saint-Pierre d’après ses manuscrits, Paris, Société française d’impr (...)

22Les méfaits de Louis-Aimé Martin en termes de classement, de dispersion de pièces manuscrites, de falsification de la biographie de l’écrivain, de publication des œuvres ont été sévèrement mis en évidence par Maurice Souriau en 190522. Il faut cependant reconnaître à Aimé Martin le mérite de la publication des œuvres complètes, y compris les Harmonies de la nature, même si on peut lui reprocher d’avoir participé à la dispersion du fonds au terme de son travail de publication des œuvres complètes.

Un fonds qui continue de s’accroître

23Dix ans après la première acquisition réalisée par la ville du Havre, une nouvelle occasion s’offrit de compléter substantiellement le fonds. En 1866, l’avocat et historien Victor Toussaint, qui fut, on l’a vu un des promoteurs de l’installation devant la bibliothèque municipale des statues de David d’Angers signale au maire du Havre la mise en vente de manuscrits de l’écrivain. Lui-même adjoint au maire du Havre en charge de la bibliothèque municipale, à l’époque du premier achat des manuscrits, Toussaint est un collectionneur averti et demeure en contact avec les meilleurs pourvoyeurs d’autographes parisiens. L’ensemble de papiers de Bernardin de Saint-Pierre que Victor Toussaint présente à la ville lui a été confié par l’un des libraires parisiens les plus en vue, le bibliophile Jacques-Joseph Techener, installé depuis 1824 place du Louvre, qui se retire des affaires et vend une riche collection. En laissant alors la préséance à la ville pour cet achat, Victor Toussaint permet à 40 dossiers de venir avantageusement compléter la collection acquise en 1856.

  • 23  Marie-Joseph Gazan (1784-1849), baron en 1824.
  • 24  AMLH, R2 C3 L4.

24Victor Toussaint retrace dans un courrier au maire du Havre l’histoire de ces papiers : à la mort de Bernardin de Saint-Pierre, sa fille Virginie de Saint-Pierre, mariée en 1822 au général et baron Marie-Joseph Gazan23, hérita des papiers de son père. À la mort du général Gazan, en 1849, le libraire Techener fut chargé de vendre sa bibliothèque et les papiers de l’écrivain reclassés par Aimé Martin. Techener en fit deux lots : l’un fut vendu au libraire Laverdet qui l’a ensuite cédé à la ville en 1856, l’autre a été gardé par Techener24. Le 7 juin 1866, du prix initial de 1 000 francs, Techener accepte de baisser à 800 francs. Les manuscrits acquis en 1866 ont été classés à la suite de ceux achetés dix ans plus tôt : ils représentent aujourd’hui les manuscrits 170 à 209 du catalogue des manuscrits. Cette fois l’essentiel des papiers de Bernardin semblaient réunis au Havre.

  • 25  BMLH, ms. 903-13. Aucun renseignement sur la provenance des documents n’est précisé.

25Quelque temps plus tard, cependant, le 2 mars 1882, la vente de manuscrits de Bernardin de Saint-Pierre est encore signalée à la bibliothèque. Le comité d’acquisition institué en 1877 pour statuer sur le bien-fondé des projets d’achat en faveur de la bibliothèque se prononce de façon incompréhensible, sinon justifiée par une restriction budgétaire ou par de courtes vues, contre l’acquisistion des manuscrits, sans même prendre la peine de les examiner : parmi ceux-ci figurait en particulier un « carnet de voyage de Bernardin de Saint-Pierre25 ».

  • 26  Ville du Havre, Procès-verbaux des séances du conseil municipal et arrêtés d’intérêt général et de (...)

26Ce rendez-vous manqué ne trahit pour autant pas un désintérêt durable pour l’écrivain ; en 1892, alors que la ville décide le déplacement des statues de David d’Angers en raison de leur situation qui n’est pas adaptée à leur grande taille, l’adjoint au maire Denis Guillot attire l’attention du conseil municipal, lors de la séance du 23 novembre 1892, sur la tombe de l’écrivain, située au cimetière du père Lachaise, à Paris : « j’estime que c’est à la ville du Havre une obligation morale de veiller à l’entretien de la tombe de l’un de ses plus illustres enfants26. »

  • 27  BMLH, ms. 441.

27Sans doute à la même époque, mais à une date non encore élucidée (mais avant 1902), un ensemble d’autographes très important, eu égard à son contenu, est à nouveau acquis : tous ces feuillets sont dotés d’un onglet, preuve qu’ils ont été un temps conservés dans un recueil constitué par un collectionneur, après avoir été distraits du reste des papiers de Bernardin de Saint-Pierre. Une recherche spécifique dans les archives municipales n’a pas permis d’en savoir plus sur leur provenance. Ne s’y trouve rien de moins que les manuscrits de L’Arcadie, La Chaumière indienne, Le Café de Suratte, des fragments des Études de la nature, le Voyage en Silésie, Un parallèle de Voltaire et Rousseau, un morceau de roman dont la scène se passe dans les mers polaires, l’apologie de l’écrivain adressée à madame Necker et l’Étude historique de mon ami27.

  • 28  Catalogue de l’importante collection d’autographes, concernant la Lorraine et composant le cabinet (...)
  • 29  AMLH, R2 C3 L4, lettre du 17 février 1887. Bailliard n’obtient qu’une lettre de Saint-Pierre à M. (...)
  • 30  BMLH, ms. 898, 10 février 1887.

28Le hasard des ventes et l’éparpillement des papiers de l’écrivain devaient encore réserver une belle surprise. Le 15 février 1887, fut dispersée la collection de l’érudit nancéen Édouard Meaume. Cette vente28 à Paris fit réapparaître une quarantaine de lettres de Bernardin et de Félicité Didot. Le comité d’acquisition de la bibliothèque accepta alors de consacrer 300 francs à cette éventuelle acquisition, sans se faire trop d’illusion quant à l’issue de la vente, craignant que le manuscrit ne soit acquis par la maison Didot, comme papier de famille. De fait le bibliothécaire Jules Bailliard ne put remporter que deux lots29, le principal lot étant adjugé pour 900 francs à la famille Didot30. Mais l’histoire des lettres ne s’arrête pas là. Jean Ruinat de Gournier qui étudia cette correspondance échangée par Bernardin et Félicité rapporte avoir consulté ces lettres dans la collection Didot :

  • 31  Amour de philosophe. Bernardin de Saint-Pierre et Félicité Didot, Paris, Hachette, 1905, p. 31-32.

Aimé Martin fut pendant longtemps dépositaire de ces dernières lettres ; elles appartenaient à Mlle Virginie de Saint-Pierre, fille de Bernardin, qui avait épousé le général de Gazan. Lorsque Mme de Gazan fut morte, le général les conserva, et quand, en 1849, il succomba au choléra, elles furent vendues avec sa bibliothèque et achetées par un collectionneur dont j’ignore le nom. Paul de Saint-Pierre ne se porta pas acquéreur à cette vente ; il ne pouvait, étant fou, songer à la mémoire de son père. Je retrouve ces lettres à Nancy, en 1856, entre les mains de M.É. Meaume, avocat, puis juge, auteur de diverses brochures et président de l’Académie de Stanislas. Comment les a-t-il eues ? « par un heureux hasard », voilà tout ce qu’il dit. Je perds alors la trace de ces lettres et ne les retrouve que chez M. Pierre Gélis-Didot, l’architecte bien connu, qui est le petit-neveu de Bernardin ; il acheta une partie de ces lettres dans une vente publique, en février 1887, et compléta cette très belle collection, dont il est demeuré, depuis lors, l’heureux propriétaire31.

  • 32  Gélis-Didot fut architecte à Paris, directeur de la revue L’Art pour tous.
  • 33  AMLH, R2 C6 L13
  • 34  Recueil de 47 lettres autographes de Bernardin de Saint-Pierre adressées à Félicité Didot, d’une l (...)

29Pierre-Henri Gélis-Didot32 s’est plus tard défait de cette collection ; contact pris avec la ville du Havre, Didot proposa de les vendre pour 2 000 francs33. Finalement, le 3 mai 1914, la bibliothèque du Havre les acquit pour 1 000 francs sous la forme d’un recueil somptueusement reliées par un maroquin signé de Jean-Édouard Niédrée que lui avait commandé Édouard Meaume34. Cet achat constitue le dernier lot important de papiers de Bernardin de Saint-Pierre réuni au fonds conservé par la bibliothèque.

30On peut dire que la ville du Havre, se sentant redevable à la mémoire de Bernardin de Saint-Pierre, n’a pas ménagé sa bourse pour réparer sa dette.

Au xxe siècle

31Depuis ce moment, la bibliothèque municipale du Havre n’a cessé d’enrichir le fonds en réalisant des acquisitions régulières auprès de libraires et en ventes publiques. Aujourd’hui ces achats de documents isolés sont rendus possibles grâce au soutien de l’État et de la région Haute-Normandie à travers le Fonds régional de restauration et d’acquisition des bibliothèques de Haute-Normandie (FRRAB), dont la ville du Havre bénéficie.

32Avec l’aide du FRRAB, les acquisitions récentes se répartissent en trois principaux types de documents :

  • les éditions de Paul et Virginie et des autres écrits de Bernardin de Saint-Pierre publiés ;

  • les correspondances, lettres écrites ou reçues par Bernardin de Saint-Pierre ;

  • des fragments manuscrits d’œuvres, des notes préparatoires.

  • 35  Collection acquise en deux temps avec l’aide du FRRAB de Haute-Normandie, auprès de la librairie M (...)
  • 36  Dans la lettre à l’écrivain Pierre-Augustin Guys (1721-1799), auteur d’un Voyage littéraire de la (...)

33Ainsi a-t-il été possible d’acquérir par ce biais en 1996-1997 la collection réunie par Paul Toinet, qui regroupe près de 102 éditions rares de Paul et Virginie35. Plus récemment, la correspondance adressée au peintre Girodet, au sujet de l’illustration de l’édition de Paul et Virginie parue en 1806, ou encore un fragment du préambule de cette même édition. Les dernières acquisitions, réalisées en 2011 avec l’aide du FRRAB de Haute-Normandie, sont une lettre à Julie de Lespinasse (Paris, 29 juillet 1774) et une seconde adressée à Pierre-Augustin Guys, (Paris, 27 mars 178636.)

34En 2012, provenant de la collection Victor Toussaint, deux nouvelles pièces seront réunies au fonds : une pièce en vers sur les attraits de la campagne, non datée, ainsi qu’une lettre au sujet de Barras, adressée au citoyen Grandjean (1797, 17 octobre – An VI, 26 vendémiaire). Pour finir, insérée dans un exemplaire de l’édition des Études de la nature parue en 1792 et acheté tout récemment, figure une dernière lettre de Saint-Pierre au citoyen Le Prevost au sujet de la maison de Dieppe appartenant à l’écrivain.

35Mais est-ce à dire que, cette fois, il n’existe plus en mains privées de manuscrit important de Bernardin de Saint-Pierre ? À l’évidence la réponse est non : le journal de voyage non acquis en 1877 par la bibliothèque, est peut-être le manuscrit intitulé Campagne et voyage à Malte en 1761 (7 pages et demie sur papier vergé, in folio), mis en vente en mai 2004 par l’étude Pierre Bergé. Par ailleurs le manuscrit sur « L’Amazone » (97 pages in folio), constituant le lot no 2 de la vente Beaussant-Lefèvre du 13 novembre 2009 était estimé 45 000 à 50 000 euros...

Annexe

Inventaire non exhaustif des dernières acquisitions du fonds Bernardin de Saint-Pierre

Bibliothèque municipale du Havre

Les correspondances

36Ms. 670 : Bernardin de Saint-Pierre, correspondance, iconographie et notes biographiques

371. Lettre à un général de [l’Île Maurice], 22 février 1770 (1 f.) ;

382-3. Lettre à M. Salins de Lisle. Port-Louis, 14 septembre 1770 (2 f.) ;

394. Lettre à Hennin. 18 juin 1778 (2 f.) ;

405-6. Lettre au docteur Joyand. 29 mars 1788 (1 f.) ;

417. Lettre autographe. 25 messidor an IX (1 f.) ;

428. « Maison de Bernardin de Saint-Pierre », gravure anonyme (1 f.) ;

439-14. Lettre à Madame Necker. Paris, 26 janvier 1780 (6 f.) ;

4415-16. Lettre à M. Trouvé. Paris, 1er décembre 1791 (2 f.) ;

4517-18. Lettre à M. Trémolières. Paris, 7 frimaire an XI (2 f.) ;

4619-20. Lettre à M. Déterville. Paris, 7 prairial an XII (2 f.) ;

4721-22. Lettre à M. Thuinon. 2 brumaire an XIV (2 f.) ;

4823. Lettre à M. Fourcray. 10 juillet 1808. (1 f.) ;

4924-25. Lettre à son épouse. 6 juillet 1809 (2 f.) ;

5013. Minute d’une lettre adressée à Bonaparte, 1er consul de la République. s. d. (1 f.) ;

5114-19. Iconographie : portraits et lieux familiers de Bernardin de Saint-Pierre.

52s. d. 6 cartes ;

5320-32. Notes manuscrites sur Bernardin de Saint-Pierre. xxe siècle. 12 f.) ;

5433. Lettre à un responsable de l’administration du contrôle général des finances. 23 avril 1793. (1 f.) ;

5534. Lettre à Madame Panckoucke, relative à la nouvelle édition de Paul et Virginie. 9 mars 1789 (2 f.) ;

5635. Brouillon concernant la souscription pour l’édition illustrée de Paul et Virginie [1805] (2 f.).

57Ms 671 : correspondance adressée à Bernardin de Saint-Pierre

581-2. Lettre du comte de Modave. Paris, 21 février 1768. (2 f.) ;

593-4. Lettre de M. Moucherat de Longprés. Isle de France, 23 janvier 1771. (2 f.) ;

605-6. Lettre de Pierre Poivre. Isle de France, 26 janvier 1771. (2 f.) ;

617-8. Lettre de P.-F. Didot. 7 messidor an IX. (2 f.) ;

629-10. Lettre de Joseph Bonaparte. Mortefontaine, 18 vendémiaire an XII. (2 f.) ;

6311. Lettre de condoléances autographe de M. Denormandie à la veuve de Saint-Pierre. 24 janvier 1814 (2 f.) ;

6412. Ensemble de documents divers sur Bernardin de Saint-Pierre ;

6513. Lettre de Madame de Knidner. Jeudi 22 (2 f.).

66Ms 953 : correspondances

671. Lettre à Pierre-Augustin Guys. 1786, 27 mars (2 f., acqu. 2011) ;

682. Lettre à Julie de Lespinasse, 1774, 29 juillet (2 f., acqu. 2011).

Les fragments manuscrits d’œuvres

69Ms 669 : fragments autographes divers

701. « Objection contre l’attraction des marées » (1 f.) ;

712. « Après le to. 13 et 14, page 241. Observation » (1 f.) ;

723-4. « Voyage de l’Amazone, suite de ma maladie » (2 f.) ;

735. Premier essai autographe de la conversation de Paul et du vieillard (1 f.) ;

746. Fragment de la préface de Paul et Virginie. Variation sur la phrase : « Ce n’est pas que les femmes aient reçu du ciel plus de perfection… » (1 f., acqu. 11 déc. 1991, vente pub. Drouot, no 244-246) ;

757. Fragment autographe d’Empsael (1 f.) ;

768. Fragment non identifié (1 f.) ;

779. « Sur l’opinion » et « Harmonies morales composées » (3 f.) ;

7810. « Harmonies des animaux avec les plantes » et « engrais » (2 f.).

79Ms 951 : fragments des Harmonies de la nature

801. Harmonie sphérique ; harmonie générique ; harmonies phisiques ; harmonies maternelles (5 f., acqu. mars 2003 – vente pub. Paris, Piasa) ;

812. « Lois de la nature », « Puissance du soleil et des planètes » (7 f., acqu. nov. 2003 – vente pub. Paris, Piasa) ;

823. « Fragment autographe des Harmonies de la nature offert à Madame Dauzon » (1 f., acqu. juin 2005 – vente pub., Paris, Sotheby’s) ;

834. « Reflexion et suite de ma maladie » (2 f., acqu. Paris, vente pub., Piasa, 23 mars 2009).

84Ms 952 : fragments pour les Études de la nature

851. Long fragment pour les Études de la nature : « les grecs de qui nous tenons les éléments des sciences… »

86Ms 954 : fragments pour Paul et Virginie

87Fragments manuscrits pour Paul et Virginie, [vers 1806], 4 f.

Figure 4. Statue de Bernardin de Saint-Pierre, Le Havre, 2014

Figure 4. Statue de Bernardin de Saint-Pierre, Le Havre, 2014

© EC.

Notes

1  Sur ce point, on se reportera à la communication de Gabriel Thibault. Voir également Malcolm Cook, Bernardin de Saint-Pierre. A Life of Culture, Oxford, Legenda, 2006.

2  « Constatons seulement, au sujet de l’auteur de Paul et Virginie, que ses compatriotes négligèrent un peu pendant sa vie l’écrivain qu’ils devaient si bien glorifier » (Janet, « Inauguration, devant le musée du Havre, des statues de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir Delavigne », dans L’Illustration, 14 août 1852).

3  Joseph Morlent, Guide du voyageur au Havre, Le Havre, S. Faure, 1827.

4  Charles-Louis Lhéritier de Brutelle, Le Havre en 1860, conte fantastique, Le Havre, Jehenne, p. 18-19.

5  Lettre du 29 août 1843 (Bibliothèque municipale du Havre – BMLH –, ms. 855).

6  Journal du Havre, 16 décembre 1843 (BMLH, PJ 2).

7  Lettre du 9 janvier 1844, archives municipales du Havre (AMLH), Fonds moderne, M111-5.

8  Jules Jacques Delaporte, Poème sur le Musée-bibliothèque du Havre, 15 août 1845 (BMLH, N 1867).

9  Victor-Amand Toussaint, Précis historique sur les statues de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir Delavigne, érigées au Havre le 9 août 1852, Le Havre, Imprimerie de Carpentier, 1853 (BMLH, NM 306).

10  Dans le discours qu’il prononce ce jour-là, le ministre de l’Instruction publique, Narcisse de Salvandy déclare : « L’étranger, que vous amènent de tous les coins du monde les vaisseaux de toutes les nations, demandera quels sont ces grands hommes qui l’attendent assis sur votre rivage. Il apprendra que ce sont deux représentants de la gloire littéraire qui lui ouvrent les portes de la France » (Inauguration des statues de Bernardin de Saint-Pierre et de Casimir Delavigne au Havre, le lundi 9 août 1852, Paris, typographie de Firmin-Didot frères, 1852).

11  « Tout ce qui au Havre tenait une plume ou un pinceau, tout ce qui touchait l’art, littérateurs, poètes, peintres, musiciens étaient de ses amis » (Louis Fournier, Joseph Morlent, né à Beaune. Bibliothécaire de la ville du Havre 1793-1861, Beaune, Henri Lambert fils, 1891, p. 11). Originaire de Beaune, arrivé en 1822 au Havre comme membre de l’administration des douanes, il fonde la même année L’Abeille du Havre, feuille contenant les menus faits locaux. Révoqué de l’administration à la suite d’une critique publiée contre les abus des employés des douanes, Morlent a tout loisir, dès lors, de se consacrer aux lettres et devient imprimeur-libraire. C’est à lui qu’on doit l’établissement d’un premier cabinet de lecture des journaux en juillet 1830, place de la Comédie, sous les arcades de Tortoni (Philippe Manneville, « Les Cabinets de lecture et la diffusion des journaux en Seine-Inférieure dans la première moitié du xixe siècle », dans Recueil de l’Association des amis du vieux Havre, 1984, no 41, p. 163-177).

12  1780-1847, 19 novembre.

13  1782-1847, 22 juin.

14  Louis-Aimé Martin, Œuvres complètes de Jacques-Henri-Bernardin de Saint-Pierre, mises en ordre et précédées de la vie de l’auteur, Paris, Méquignon-Marvis, 1817-1819, 12 vol.

15  Correspondance de J.-H. Bernardin de Saint-Pierre, précédée d’un supplément aux mémoires de sa vie par L. Aimé-Martin..., Paris, Ladvocat, 1826.

16  « Auguste, Nicolas Laverdet (né le 13 mars 1807). Libraire à Clichy (Seine), breveté le 29 mai 1829, no 2929. Remplacé par Alexandre, Louis Brabant le 20 nov. 1838 » (Patrick Laharie, Liste générale des brevetés de l’Imprimerie et de la Librairie. 1er Empire et Restauration. 3e volume : L-Q, Paris, Archives nationales, 2003, p. 249). Auguste Laverdet est installé plus tard 24 rue Saint-Lazare à Paris. Entre 1847 et 1865, il dirige le cabinet d’autographe du libraire Chavaray (Michel Nortier, « Les archives dispersèes de la chambre des comptes », dans BEC, Paris, 1966, 2e livraison, no 123, p. 535.

17  AMLH, R2 C3 L3.

18  Voir ibid.

19  Inventaire des Manuscrits, Papiers et Correspondance de Bernardin de Saint Pierre, Classés par Monsieur Aimé-Martin et achetés par la ville du Havre, [Le Havre], [1856], 4 f. (BMLH, ms. 976). Ces dossiers forment aujourd’hui les 169 premiers numéros du catalogue des manuscrits de la Bibliothèque.

20  Bibliothèque interuniversitaire Sorbonne, MSVC 8.

21  Voir Catalogue de cent un livres rares et précieux de la bibliothèque de la Sorbonne, Paris, 1991, no 98. Sur le prix de vente divergent de celui avancé par Laverdet, voir la lettre de Victor Toussaint au maire du Havre qui témoigne : « le manuscrit de Paul et Virginie a été vendu environ 500 F à la vente de M. Renouard. C’est d’ailleurs le seul manuscrit qui ait passé dans les ventes depuis bien des années » (AMLH, R2 C3 L3).

22  Maurice Souriau, Bernardin de Saint-Pierre d’après ses manuscrits, Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, 1905.

23  Marie-Joseph Gazan (1784-1849), baron en 1824.

24  AMLH, R2 C3 L4.

25  BMLH, ms. 903-13. Aucun renseignement sur la provenance des documents n’est précisé.

26  Ville du Havre, Procès-verbaux des séances du conseil municipal et arrêtés d’intérêt général et de police, année 1892, Le Havre, 1892, p. 904-905.

27  BMLH, ms. 441.

28  Catalogue de l’importante collection d’autographes, concernant la Lorraine et composant le cabinet de feu M. Édouard Meaume, ancien avocat à la cour d’appel de Nancy, ancien professeur à l’école forestière, membre de l’Académie de Stanislas, chevalier de la Légion d’honneur, Paris, Charavay, 1887. Édouard Maume est l’auteur d’une Étude sur la vie privée de Bernardin de Saint-Pierre (1792-1800), Mémoires de l’Académie de Stanislas, Nancy, 1855.

29  AMLH, R2 C3 L4, lettre du 17 février 1887. Bailliard n’obtient qu’une lettre de Saint-Pierre à M. Robin et une lettre à sa seconde femme. À ce sujet, il écrit au maire : « Je viens de recevoir ces pièces et les trouverais un peu chères si l’opinion publique ne nous obligeait à cet hommage envers l’auteur des Harmonies de la nature. »

30  BMLH, ms. 898, 10 février 1887.

31  Amour de philosophe. Bernardin de Saint-Pierre et Félicité Didot, Paris, Hachette, 1905, p. 31-32.

32  Gélis-Didot fut architecte à Paris, directeur de la revue L’Art pour tous.

33  AMLH, R2 C6 L13

34  Recueil de 47 lettres autographes de Bernardin de Saint-Pierre adressées à Félicité Didot, d’une lettre de Bernardin de Saint-Pierre à la citoyenne Didot mère et de 6 lettres également autographes de Félicité Didot à Bernardin de Saint-Pierre. Précédées de considérations morales par Aimé Martin sur les calomnies répandues contre Bernardin de Saint-Pierre (ms. 494).

35  Collection acquise en deux temps avec l’aide du FRRAB de Haute-Normandie, auprès de la librairie Michel Bouvier, à Paris : 57 volumes en 1996 et 102 éditions en octobre 1997.

36  Dans la lettre à l’écrivain Pierre-Augustin Guys (1721-1799), auteur d’un Voyage littéraire de la Grèce ou lettres sur les Grecs anciens et modernes..., paru en 1783, Saint-Pierre évoque longuement la 2e édition de ses Études de la nature et les problèmes de contrefaçon dont elle est l’objet (BMLH, ms. 953).

Table des illustrations

Titre Figure 4. Statue de Bernardin de Saint-Pierre, Le Havre, 2014
Crédits © EC.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/15567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search