Version classiqueVersion mobile

Vers une cartographie littéraire du Havre

 | 
Sonia Anton

Introduction

Sonia Anton

Texte intégral

La géocritique du Havre

  • 1 Organisé sous l’égide du Groupe de recherches identités et cultures (EA 4314).
  • 2 Sonia Anton (dir), Le territoire littéraire du Havre dans la première moitié du xxe siècle, suivi d (...)
  • 3 Nous avons défini ce projet dans le texte « Vers une cartographie littéraire du Havre » qui introdu (...)
  • 4 Bertrand Westphal, La Géocritique, réel, fiction, espace, Paris, Minuit, 2007.
  • 5 Au sein de l’équipe Espaces humains et interactions culturelles (EHIC, EA 1087).
  • 6 Bertrand Westphal, La Géocritique, op. cit, p. 187.

1Les études réunies dans cet ouvrage rassemblent, pour partie, les contributions d’un colloque qui s’est tenu à l’université du Havre les 22 et 23 mars 20121. Il s’agissait du deuxième colloque consacré aux représentations littéraires de la ville. Le premier, en janvier 2011, avait donné lieu à la publication Le territoire littéraire du Havre dans la première moitié du xxe siècle2, initiant aux Presses universitaires de Rouen et du Havre la collection « Le Havre : territoire d’écriture ». Dans une certaine mesure, cet ouvrage en constitue donc le second volet. Il s’inscrit au cœur d’un projet scientifique visant à dresser « la géocritique » du Havre3. Initié par Bertrand Westphal4 à l’université de Limoges5, la « géocritique » définit une méthodologie comparatiste consistant à rassembler un corpus d’œuvres autour d’un lieu, qui devient le centre et le fil conducteur des rapprochements opérés, dans une dynamique « géocentrée », c’est-à-dire qui ne tourne plus autour d’un auteur, mais d’un lieu. C’est au lieu qu’il appartient d’imprimer une cohérence à l’analyse, laquelle peut porter sur une multitude d’œuvres et d’auteurs, ces œuvres pouvant à leur tour être considérées sous des angles méthodologiques divers. Ainsi, pour reprendre le développement de Bertrand Westhphal, « l’espace est arraché au regard isolé. Il se transforme en plan focal, en foyer6 ». Cette approche permet à la fois d’enrichir notre connaissance de chacun des écrivains et notre appréhension de l’espace considéré, perçu de façon diachronique, polyphonique et multifocale. Les interactions entre le référent et le texte littéraire deviennent l’objet même de l’étude. Il s’agit de considérer l’espace dans la diversité de ses représentations et dans l’infinité des strates qui le constituent.

  • 7 Yves Ouallet (dir.), Raymond Queneau, mystère des origines, Rouen, Presses universitaires de Rouen (...)
  • 8 Les actes sont parus : Les lieux de Pascal Quignard : actes du colloque du Havre, Paris, Gallimard, (...)

2Les directions empruntées pour dessiner la géocritique du Havre témoignent de cette diversité. L’ouvrage Le territoire littéraire du Havre dans la première moitié du xxe siècle avait ainsi porté sur plusieurs écrivains d’une même génération. En 2005, un livre avait été consacré aux relations unissant un seul auteur, Raymond Queneau, et sa ville natale, qui questionnait le thème des origines (Raymond Queneau, mystères des origines7). En 2013, un colloque s’est tenu sur les lieux de Pascal Quignard8, et Le Havre s’est inscrit dans un plus vaste réseau spatial. Le présent ouvrage a, quant à lui, l’ambition de considérer un champ chronologique très large, d’inclure des auteurs étrangers, d’aborder les représentations picturales et cinématographiques. Il s’agit aussi d’examiner comment la géocritique du Havre continue de se construire et d’évoluer, en donnant la parole à des romanciers contemporains, sous la forme justement vivante de l’entretien. Les parties qui subdivisent ce livre ont pour finalité de rendre compte de ces différents objectifs.

  • 9 Le Territoire littéraire du Havre, op. cit., propose également des études sur Georges Limbour et Je (...)
  • 10 Kay Boyle, Robert Mc Almon, Being Geniuses together, California, North Point Press, 1984 [1934, 196 (...)
  • 11 Olivier Rolin, Terminal Frigo, Paris, POL, 2005.
  • 12 Maylis de Kerangal, Réparer les vivants, Paris, Les Verticales, 2014.
  • 13 Louis Augustin Pinel, Le Barbier d’Ingouville ou le retour du Barbier de Séville, Hervé Chabannes e (...)
  • 14 Marie Le Masson Le Golft, Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre (1778), Hervé Chabannes (...)

3Nous savons le projet ambitieux, car le champ chronologique brassé est vaste. D’évidentes différences apparaissent dans les modalités de représentations de la ville en fonction des époques. Les chercheurs qui ont contribué à cet ouvrage viennent aussi d’horizons différents, empruntent des méthodes diverses, entretiennent chacun un type de relation particulier avec la ville (certains venaient de la découvrir à l’occasion du colloque, d’autres ne la connaissent qu’à travers les livres, d’autres encore y demeurent). Mais l’une des richesses de la géocritique est de pouvoir accueillir, autour d’un socle méthodologique commun, toute cette diversité. Les deux limites chronologiques proposées – Bernardin de Saint-Pierre et Pascal Quignard – ne demandent qu’à être dépassées. On trouve des écrits sur Le Havre avant Bernardin, et la ville compte de jeunes auteurs contemporains, après Pascal Quignard pourrions-nous dire. Nous avons fait figurer ces deux noms prestigieux car ils constituent des repères connus, mais ceux-ci n’ont rien de limitatif naturellement. Dans notre première partie, nous parlerons de « représentations » en usant d’une formule indéfinie, pour signifier la dimension incomplète de ce que nous proposons (ne serait-ce que parce qu’un certain nombre d’auteurs, déjà évoqués dans le précédent ouvrage, ne figurent pas ici : Louis-Ferdinand Céline, Jean-Paul Sartre, Michel Leiris, pour ne parler que des plus célèbres9). Entre 2012, date à laquelle a été dressée la première bibliographie, et aujourd’hui, j’ai découvert d’autres titres, qui m’avaient échappé (un écrit autobiographique de Kay Boyle10, un roman d’Olivier Rolin11 notamment), de nouveaux livres ayant Le Havre pour décor sont parus (Réparer les vivants de Maylis de Kerangal par exemple12). Cet ouvrage propose donc une bibliographie complétée par rapport à celle de 2012, elle aussi naturellement provisoire. À l’heure même où je rédige cette introduction, de nouveaux manuscrits ont été exhumés et auront sans doute parus quand cet ouvrage sortira. Sont ainsi en préparation l’édition du Barbier d’Ingouville ou le retour du Barbier de Séville de Louis-Augustin Pinel13, pièce de 1776 proposant une réécriture de la célèbre pièce de Beaumarchais, et celle du Coup d’œil sur Le Havre14, de la femme de lettres des Lumières Marie Le Masson Le Golft. En dépit de sa volonté de proposer un panorama assez complet de la question, ce livre s’inscrit donc dans un travail dynamique, qui s’est poursuivi après le colloque.

4Il propose un certain nombre d’images, pour tenter de donner à voir la ville telle qu’elle est évoquée par les écrivains et les artistes en fonction des époques.

  • 15 Véronique Maleval, Marion Picker, Florent Gabaude (dir.), Géographie poétique et cartographie litté (...)
  • 16 Le site s’appelera « promenadelitteraire » et devrait être mis en ligne en juin 2014, sur le serveu (...)
  • 17 Le site a été mis en ligne en septembre 2014 : www.promenadelitteraire-lehavre.fr.
  • 18 Véronique Maleval, Marion Picker, Florent Gabaude (dir.), Géographie poétique et cartographie litté (...)
  • 19 Thierry Joliveau, Sébastien Caquard, « Instrumenter et analyser les liens entre espace et fiction à (...)

5J’ai choisi de faire figurer le mot « cartographie » dans le titre de l’ouvrage. Il ne s’agit pas simplement d’une métaphore facile, dans la mesure où il prend en compte les réflexions actuellement menées sur l’usage des cartes en géographie15. Dans la continuité du présent livre et des travaux produits sur la géocritique du Havre, qui juxtaposent des études là où il faudrait idéalement les faire se croiser et se superposer, je travaille à la construction d’un site, en collaboration avec des informaticiens, des géomaticiens et des graphistes, alors même que je rédige cette introduction16. Il s’agira d’une cartographie littéraire web, qui s’ouvrira sur une carte de la ville et rassemblera des extraits littéraires, des images et des sons. Elle aura pour finalité de reproduire le caractère dynamique et multifocal de la géocritique. À l’intérieur de la carte, le site proposera 20 étapes renvoyant à des lieux de la ville. Pour chaque lieu, le visiteur sera invité à découvrir d’autres textes, d’époques différentes. Il y aura ainsi plus de 50 écrivains cités, et 150 extraits. Aux lieux seront associées des images, fixes et mobiles, et le site contiendra près de 150 ressources iconographiques de genres divers : peintures, gravures, photographies, photogrammes. Ce site constituera un travail d’édition à part entière, susceptible d’être complété en permanence, en fonction des découvertes ou des nouvelles parutions. Il aura également pour vocation d’être un outil de recherche documentaire sur le sujet, et permettra au visiteur plusieurs types de navigation, notamment par « lieux », « époques », « genres », « auteurs » et « œuvres ». Il permettra aux arts de se croiser en faisant se rencontrer des textes et des images autour d’un même lieu17. La réflexion sur la cartographie en littérature a fait l’objet d’un ouvrage collectif18 précieux, dressant l’état des lieux de la question. Les contributions de Thierry Joliveau et Sébastien Caquard, « Instrumenter et analyser les liens entre espace et fiction à l’ère numérique19 » résument notamment les enjeux de cette question à l’ère numérique.

Méthodologies

  • 20 Bertrand Westphal, Le Monde plausible, espace, lieu, carte, Paris, Les Éditions de Minuit, 2011.

6L’un des apports de cet ouvrage est de nourrir et d’enrichir la réflexion méthodologique initiée dans Le territoire littéraire du Havre. La première partie du livre rassemble deux études traitant de théorie littéraire. Bertrand Westphal nous a fait l’honneur de porter son attention sur notre entreprise havraise. C’était la première fois qu’il venait dans la cité à l’occasion du colloque et c’est un regard exogène qui a été proposé, nous permettant de mesurer ce qu’un « étranger » connaît de cet espace. Ainsi, c’est par le cinéma qu’il est entré en matière, en mentionnant Le Havre d’Aki Kaurismäki, qui a de toute évidence fait connaître la ville au-delà de ses frontières. Puis Bertrand Westphal a utilisé une anecdote – l’arbre et l’écureuil – pour proposer sa lecture géocritique de la ville, celle-ci constituant une troisième façon d’aborder la cité, entre un Havre référentiel et un Havre poétique. Il insiste sur la porosité fondamentale caractérisant les différentes façons d’appréhender l’espace, que celui-ci soit référentiel, fictionnel, imaginaire ou réel, et insiste sur la dimension infinie de l’exploration. La ville, comme l’écureuil sur l’arbre, est quelque chose que l’on aperçoit, mais dont on ne s’empare jamais. Si le texte de Bertrand Westphal part du Havre, il propose une réflexion beaucoup plus large. Je me demande si le fil rouge qui traverse l’ensemble de l’ouvrage ne repose pas sur un processus de déterritorialisation du Havre. En effet, plus on entre dans l’exploration de la ville, plus les contours la définissant dans les représentations et les imaginaires s’élargissent. Son propos s’achève sur une réflexion qui est au cœur de son dernier essai Le monde plausible20 et interroge la théorie des représentations des villes. Qu’est-ce qu’une ville littéraire ? Existe-t-il des villes non littéraires ? Qu’en est-il de cette question au-delà du seul modèle occidental ? Et Bertrand Westphal de proposer l’exemple de la représentation de l’espace chez les Aztèques. Parce qu’il est l’érudit que nous connaissons, Bertrand Westphal enrichit également notre réflexion en livrant d’abondantes références critiques européennes, que je fais figurer dans la bibliographie.

  • 21 Muriel Rosemberg est géographe à l’université de Picardie – Jules-Verne d’Amiens, chercheur à Géogr (...)
  • 22 Jean-Claude Izzo, Total Kheops, Paris, Gallimard, 1995.

7Muriel Rosemberg propose un regard de géographe sur la question des représentations de l’espace en littérature21. Elle définit les contours du projet « géolittéraire » qu’elle mène, pour reprendre précisément le terme dont elle use. En s’appuyant sur l’exemple d’un roman policier22 de Jean-Claude Izzo, elle analyse l’éclairage décisif que les œuvres littéraires peuvent apporter à la compréhension de la spatialité, démontrant qu’il y a un « savoir de la littérature », qui rencontre le savoir géographique scientifique, « en dépit de ce qui dissocie le référent et la fiction, dans une réflexivité permanente et indissociable ». Sa réflexion nous fait constater que l’entreprise menée au Havre rejoint d’autres champs d’investigations plus généraux, en l’occurrence celui qui porte sur les récits urbains (Muriel Rosemberg parle plus spécifiquement de « l’expérience spatiale d’un citadin fictionnel »), et sur les intrigues policières. Elle nous plonge aussi dans l’univers des écrivains géographes, ceux qui, par profession ou par goût, ont placé les représentations de l’espace au cœur de leur production romanesque, dont Julien Gracq.

8Il va de soi que la réflexion méthodologique ne se limite pas à ces essais liminaires, mais traverse en filigrane tout l’ouvrage. Yvan Leclerc, dans sa contribution sur Pierre et Jean, se pose la question de savoir si le fait d’associer une œuvre et un lieu peut faire sens, et si oui lequel ? Il propose ce constat sur Pierre et Jean, qui ouvre des perspectives pour l’analyse d’autres œuvres : « Le Havre n’est pas le lieu où se passe Pierre et Jean, mais la condition d’existence d’un drame qui se passe à travers Le Havre. » Puis il montre combien la ville et le texte s’épousent, dans une binarité de la cité mimant celle des deux frères, et évoque le « système complexe de haute interprétation qui ne joue pas sur des termes fixes (un lieu, un personnage), mais sur des structures (la dualité), des rapports (sociaux, familiaux) et sur l’itinéraire tâtonnant d’une quête inachevée qui se termine dans la “brume” ».

  • 23 Maupassant, dans Pierre et Jean, associe plusieurs fois la brume à une odeur pestilentielle. Les br (...)

9Par rapport à Territoire littéraire du Havre, cet ouvrage propose de nouvelles grilles de lecture. Ainsi, c’est vers Gaston Bachelard que se tourne Bernard Alavoine lorsqu’il évoque les représentations que Georges Simenon propose du Havre. Il dessine une poétique de la description de l’espace chez cet auteur, qu’il associe par certains aspects à la technique impressionniste. Il convoque le sens de l’odorat parmi les modes d’appréhension de la ville, qui reste largement à explorer, car il est bien souvent question d’odeurs dans les textes évoquant Le Havre23. Il rappelle la dichotomie Simenonienne entre intérieurs (des maisons, des cafés) et extérieurs, qui mérite d’être explorée chez d’autres auteurs.

10La contribution de Gabriel Thibault sur Bernardin de Saint-Pierre interroge le motif de la mer dans l’œuvre de l’écrivain. Ceci constitue une autre façon de considérer le lieu, qui explore le non-dit, interroge l’imaginaire et le fantasme. Gabriel Thibault rappelle que Bernardin fut ingénieur géographe, et esquisse les contours d’une géographie sensorielle : « On peut faire l’hypothèse, dans le cadre d’une réflexion anthropologique sur l’être de l’écrivain, d’un conglomérat de mémoires ayant pour assise les perceptions d’une géographie sensorielle […] Ainsi conçue, la matière géographique représente l’étendue intériorisée, l’être dans sa genèse mentale, magma d’émotions au devenir aléatoire, embryon d’un destin lié au langage. Les impressions géographiques de Bernardin, celles qui de manière ininterrompue pénètrent le corps, ont été pendant l’enfance celles d’un territoire mangé par les eaux et la mer. »

  • 24 Voir notamment Guy Saupin (dir.), Ville atlantique dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au xxe si (...)

11Cet ouvrage témoigne aussi de l’inscription de la littérature dans le patrimoine institutionnel d’une ville, par les interventions d’acteurs des bibliothèques et des archives municipales. La façon dont Bernardin de Saint-Pierre a été saisi comme figure tutélaire du Havre au xixe siècle est analysée. L’existence d’hommes de lettres qui furent des « passeurs de la mémoire havraise » au fil des siècles, également mentionnée dans Territoire littéraire du Havre, fait l’objet d’une contribution. On constate à nouveau l’exceptionnelle cohérence de l’entreprise menée par les hommes de lettres depuis les origines de la ville jusqu’au xixe siècle, pour préserver et transmettre une mémoire de la ville. On attend que soient menées des études comparatives qui pourraient nous révéler si ce phénomène est exclusivement havrais, ou si l’on peut rattacher Le Havre à d’autres cités, notamment les « villes atlantiques », pour user d’un concept emprunté aux historiens24.

Les modes de représentations

  • 25 Le 23 avril 2013, au Théâtre de l’hôtel de ville du Havre. Voir l’article qu’a consacré Jules Joffr (...)
  • 26 Élisabeth Chauvin, Agnès Cousin de Ravel, Dominique Rouet (dir.), Pascal Quignard, une enfance havr (...)

12Cet ouvrage permet de confirmer et d’asseoir certains constats réalisés dans Territoire littéraire du Havre. On retrouve notamment toute la palette de « critères » qui nous avaient servi à « classer » les modes de représentations : les critères techniques de référenciation (ville nommée, anonyme, rebaptisée), le degré d’importance de la ville, le type de regard porté (exogène, endogène), la figuration socio-politique de l’espace, la posture affective avec laquelle l’auteur ou le narrateur évoque la cité, l’analyse par lieux-clés, la question du mouvement lorsque la ville ne figure que comme le lieu où l’on « passe », etc. La place qu’occupe la cité dans l’œuvre de Pascal Quignard nous rappelle le motif de l’origine, qui unissait toute une génération d’auteurs dans la première moitié du xxe siècle. L’origine est à la fois autobiographique et littéraire, dans la mesure où Pascal Quignard considère les années passées au Havre comme déterminantes pour son écriture. Cet auteur, dont peu de Havrais connaissaient la relation avec la ville, illustre exemplairement la dimension dynamique de la figuration de la cité, qui évolue et se construit en même temps que nous tentons de la saisir. Pascal Quignard est en effet venu au Havre en 2013 où il a donné le spectacle Medea25 ; il a également permis que soit réalisée une promenade dans la ville autour des lieux de son enfance, ce qui a donné naissance à un livre, Pascal Quignard, une enfance havraise26, venant enrichir notre perception de la ville.

13Cet ouvrage propose dans le même temps des représentations nouvelles.

  • 27 Je remercie ici mes étudiants de la licence Tourisme de l’IUT du Havre qui, année après année, me r (...)

14Tout d’abord, le livre accueille des auteurs étrangers, dont l’Américain Henry Miller. Amy Wells, dans l’analyse qu’elle consacre à Tropique du Cancer, insiste sur les parallélismes unissant Le Havre et New York. Les relations entre Le Havre et l’Amérique se rencontrent ailleurs, et parfois là où on s’y attend le moins. Ainsi, David Charles nous rappelle que Zola a choisi de situer La Bête humaine au Havre, et non à Dieppe, parce qu’on peut y embarquer vers l’Amérique. Plus on approfondit l’analyse du Havre, plus les frontières du territoire apparaissent poreuses, et convoquent d’autres lieux. Regarder les représentations du Havre n’enferme pas sur la ville en définitive, mais ouvre vers d’autres espaces. La question du nom de la ville, déjà évoquée dans le précédent volume, continue à interroger. Bertrand Westhphal nous apprend qu’il y a un « Havre de Grace » en Amérique, entre Aberdeen et Oxford. Il y a également une ville de ce nom au Mexique. À Helsinski, un restaurant a été appelé « Le Havre », en référence au film de Kaurismäki27. Ainsi, chez Simenon, Le Havre et Fécamp, où l’auteur avait une maison, sont indissociablement liés. La contribution de Véronique Bui surprend en nous révélant que Le Havre peut être associé à la Chine dans Modeste Mignon. Elle convoque aussi d’autres villes de province chez Balzac, dans le réseau desquelles Le Havre s’inscrit (Angoulême, Issoudin, Saumur, etc.). Muriel Rosemberg fait porter son analyse sur Marseille, dont elle égrène les noms de rues, qui finissent par occuper une part non négligeable dans l’index de l’ouvrage. Les espaces sont mouvants, et Pascal Quignard en témoigne peut-être avec le plus d’évidence, en associant Le Havre à la rivière Avre, près de laquelle il est né, puis même à toutes les berges et cours d’eau de sa vie. Dans Abîmes par exemple, l’Avre et la Jagst, en Allemagne, fusionnent dans un même souvenir d’enfance :

  • 28 Pascal Quignard Abîmes, Dernier Royaume, Paris, Gallimard, « Folio », p. 54.

Je songe à mon père. Nous vivions à Bergheim. Il était organiste. La nuit nous pêchions au miroir sur la Jagst ou l’Avre. Je ne sais plus précisément le nom de la rivière qui coulait au bas de la colline. J’invente la colline ; et la mémoire déniche la rive28.

15On rencontre des imaginaires uniques et singuliers, tel celui de Pascal Quignard accordant une place prépondérante au motif des ruines. Certaines visions nous apparaissent inédites, comme celle d’Henry Miller, qui associe la ville à l’homosexualité. Ainsi Amy Wells démontre-t-elle que « l’homosexualité au Havre est représentée comme faisant partie du décor de la ville, dans ses bars de marins, mais aussi comme une véritable expérience humaine parmi ses habitants » : « de cette façon, la codification de la ville du Havre en tant qu’elle abrite des espaces homosexuels est confirmée dans les mythes littéraires du lieu. » Certaines analyses surprennent et perturbent aussi. Par exemple, David Charles parle du Havre dans La Bête humaine comme d’un « non-lieu ». La ville n’est pas un lieu dans ce roman, mais une destination ou un point pris dans un réseau, dans une mobilité du roman mimétique de la mobilité ferroviaire.

  • 29 Édouard Philippe a co-écrit deux romans avec Gilles Boyer : L’Heure de vérité, Paris, Flammarion, 2 (...)
  • 30 Voir le site dédié au dispositif : http://lireauhavre.fr/
  • 31 François Vallejo, Vacarme dans la salle de bal, Paris, Viviane Hamy, 1998.
  • 32 Michel Bussi, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, PTC, 2006.

16Les auteurs contemporains interrogés permettent d’aborder la question de la littérature et du Havre sous des angles divers. Nous avons voulu faire parler ceux et celles qui écrivent aujourd’hui sur leur ville, voire dans leur ville, dans des cas de figure très différents les uns des autres. Ainsi, la parole est donnée au maire du Havre, Édouard Philippe, qui a pour particularité d’être aussi romancier29. L’intervention du maire de la ville permet d’aborder les enjeux politiques que peut prendre l’inscription de la littérature au Havre, dans la mesure où le Maire est à l’initiative d’un plan de lecture « Lire au Havre30 », décliné sous plusieurs formes. Philippe Huet a vécu au Havre, qui est au centre de plusieurs de ses récits. François Vallejo réside au Havre mais la ville est rarement le lieu de l’action. Quand elle l’est, l’écrivain s’attache à brouiller les repères spatiaux, à désorienter, déboussoler le lecteur, à mélanger allègrement les points cardinaux, dans une littérature qui privilégie l’imaginaire et la rêverie sur le réalisme. Dans Vacarme dans la salle de bal31, l’écrivain fait du Havre une ville tortueuse où l’on se perd (ce qui ne correspond guère à l’image traditionnelle). Dans l’entretien accordé, il affirme aimer la neutralité qu’autorise Le Havre, commode pour déployer l’intrigue d’un roman, et c’est un élément que l’on retrouvera au cinéma. Michel Bussi propose un troisième cas de figure. Dans Code Lupin32, les personnages traversent tous les lieux parcourus dans les romans de Maurice Leblanc en Haute-Normandie, et ce roman est assurément un roman géographique dans la mesure où la carte de la vallée de la Seine alimente l’intrigue. Il introduit également une autre géographie, la géographie ésotérique telle qu’elle a été exploitée dans le Da Vinci Code. Michel Bussi est enfin et surtout doublement concerné par le thème du livre puisqu’il est professeur de géographie à l’université de Rouen et romancier. Il invite à se demander si la recherche menée au Havre pourrait s’appliquer à d’autres villes, si l’on peut imaginer une géo-critique de Rouen par exemple ?

17Cet ouvrage accueille des études portant sur la peinture et le cinéma, qui permettent de mettre en relation d’autres arts mimétiques. Le traitement du Havre au cinéma présente un certain nombre de points communs avec ce que l’on rencontre en littérature. Certains critères utilisés pour classer les types de représentation en littérature fonctionnent au cinéma. Ainsi, il y a les films dans lesquels Le Havre est le lieu principal de tournage (Disco de Fabien Onteniente, 38 témoins de Lucas Belvaux), d’autres qui ne contiennent que quelques scènes tournées dans la cité (Tournée de Mathieu Amalric). La ville est parfois nommée, elle peut être anonyme, ou rebaptisée. Elle est parfois censée représenter un autre lieu que Le Havre, et la cité est un prétexte pour raconter une histoire qui se passe à New York (Le Cerveau de Gérard Oury) ou en Pologne (Le Complot d’Agneszka Holland). Le cinéma a parallèlement son système de fonctionnement propre, qui inclut par exemple d’importants critères financiers. Le statut de « pôle cinéma » de la région, qui octroie des subventions pour les tournages au Havre, légitime parfois le choix du lieu. Comme en littérature, il y a enfin les hasards qui font se rencontrer un créateur et cet espace, comme c’est le cas pour Le Havre d’Aki Kaurismäki. Dans un entretien du réalisateur :

  • 33 Cité dans Antoine Rabaste, LH confidential, Le Havre fait son cinéma, Paris, Magellan et Cie, 2011.

Cela fait trois ans que j’ai cette idée d’enfant africain qui vient en Europe. J’ai parcouru les ports d’Espagne, du Portugal et même celui de Marseille, mais je n’ai pas trouvé mon bonheur. Le Havre était ma dernière chance et la ville est absolument parfaite. C’est un très bon endroit pour travailler et Le Havre est un nom parfait pour un film33.

18Sont propres au genre cinématographique les considérations portant sur la cinégénie de la ville, sur laquelle insistent de nombreux cinéastes, dont Joseph Morder :

  • 34 Ibid., p. 201.

Le Havre est une des villes les plus cinématographiques que je connaisse. Elle possède une beauté particulière, une architecture moderne cohérente qui côtoie des quartiers plus anciens, des grands espaces et une lumière assez magique. Bref, c’est l’une des trois ou quatre villes que j’aime le plus au monde. […] Depuis le début je voulais que le film se déroule dans une ville indéterminée pour qu’elle ait une portée plus symbolique. Le Havre me fait penser à des villes comme Berlin ou Madrid, qui n’ont pas une beauté immédiate, mais une vraie dimension intérieure34.

19Deux traitements se dessinent, le premier est réaliste, il donne à voir la ville dans son âpreté portuaire (Le Havre du Quai des brumes de Marcel Carné). Le second exploite le rêve et la poésie auxquels la ville semble inviter, si l’on en croit le témoignage de plusieurs réalisateurs, dont Juliet Berto :

  • 35 Ibid., p. 189.

Si j’ai choisi Le Havre pour cadre, ce n’est pas pour réaliser un film dans la tradition néo-réaliste, mais au contraire pour utiliser à des fins poétiques ce magnifique décor du port du Havre, qui est pour moi fantastique, dans toutes les acceptions du terme35.

20Sébastien Bertin, dans sa contribution, s’interroge, comme l’a fait l’historien Hervé Chabannes, sur la question de l’identité de la ville. La jeunesse de la cité, sa destruction en 1944, auraient permis de construire un territoire vierge, « vide » pour reprendre la terminologie d’Alain Corbin, justement en mesure d’accueillir tous les possibles. Pour lui, l’abondance de tournages de films au Havre depuis la fin de 2000 n’est pas simplement liée à une mode, mais renvoie à des motifs plus profonds qui ont trait à la gestation et à la naissance d’une nouvelle mémoire havraise. Et de constater que le cinéma a progressivement reconstruit les contours d’une identité esthétique et imaginaire de la ville.

21La contribution de Bruno Delarue a porté sur les gravures et les marines représentant Le Havre, et qui forment tout un pan de la production artistique un peu négligé, notamment par rapport à l’impressionnisme ou à l’avant-garde que la ville a accueillis. L’un des apports de l’approche géocritique est de donner une place à des œuvres peu étudiées, car jugées mineures, ici les marines et les gravures, dans la mesure où l’on change de perspective d’analyse : ce n’est plus le prestige associé à un peintre ou à un genre qui retient l’intérêt, mais le lieu représenté. La peinture obéit à ses propres impératifs socio-économiques, lorsqu’elle a pour rôle d’illustrer l’histoire, de refléter le pouvoir en place (les visites du Roi), de faire rayonner une famille (les portraits de bateaux commandés par les armateurs) et donne à comparer d’autres modalités de représentations.

En friche…

  • 36 Voir Guy Saupin, op. cit.

22Cet ouvrage montre aussi les manques qui restent à combler dans le travail entrepris. Il reste une analyse comparative à mener sur d’autres villes de province, notamment portuaires, plus spécifiquement peut-être sur les « villes atlantiques », tels que les définissent certains historiens36. Ce qui se joue au Havre est-il propre à celle ville, où bien certains phénomènes observés sont-ils applicables à d’autres cités ?

  • 37 Frédéric Cousinié (dir), L’impressionisme : du plein air au territoire, Rouen, Presses universitair (...)
  • 38 Gérard Gengembre, Yvan Leclerc et Florence Naugrette (dir.), Impressionnisme et littérature, Rouen, (...)

23Ces dernières années, plusieurs études ont proposé des analyses extrêmement innovantes sur la question de la peinture et du lieu. On pense à l’ouvrage L’impressionnisme en littérature : du plein air au territoire37 dirigé par Frédéric Cousinié, ou à Impressionnisme et littérature38, qui interroge également le lieu de production des œuvres. Des réflexions sur la mise en relation possible entre la peinture et un territoire s’amorcent, qui n’ont pas pu trouver encore leur place dans cet ouvrage, mais ouvrent des pistes. Y-a-t-il une peinture spécifique à un territoire, en l’occurrence Le Havre, et quels en seraient les contours ?

  • 39 De Paris au Havre au fil de la Seine. 90 sites incontournables, Paris, Ouest-France, « Ballades et (...)

24Enfin, il reste un ouvrage à écrire ou un colloque à organiser sur les récits de voyages pittoresques, produits en abondance au xixe siècle, et qui narrent des voyages entre Rouen, Paris et Le Havre. Les analyses sur les premiers guides imprimés ont été initiées, mais personne ne s’est encore saisi de façon exhaustive et systématique de la place du Havre dans ces guides. Dans le même esprit, une réflexion sur les représentations du Havre comme ville balnéaire reste à mener. À l’autre extrémité de la chronologie, les guides touristiques sur Le Havre se multiplient depuis plusieurs années. Est même paru en 2012 un guide de voyage de Paris jusqu’au Havre en passant par la Seine39, qui reprend le modèle des premiers itinéraires imprimés.

Notes

1 Organisé sous l’égide du Groupe de recherches identités et cultures (EA 4314).

2 Sonia Anton (dir), Le territoire littéraire du Havre dans la première moitié du xxe siècle, suivi de Raymond Queneau, « Portrait littéraire du Havre », Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Le Havre : territoire d’écriture », 2012.

3 Nous avons défini ce projet dans le texte « Vers une cartographie littéraire du Havre » qui introduit Le territoire littéraire du Havre, op. cit., p. 9-55.

4 Bertrand Westphal, La Géocritique, réel, fiction, espace, Paris, Minuit, 2007.

5 Au sein de l’équipe Espaces humains et interactions culturelles (EHIC, EA 1087).

6 Bertrand Westphal, La Géocritique, op. cit, p. 187.

7 Yves Ouallet (dir.), Raymond Queneau, mystère des origines, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005.

8 Les actes sont parus : Les lieux de Pascal Quignard : actes du colloque du Havre, Paris, Gallimard, « Les Cahiers de la NRF », 2014.

9 Le Territoire littéraire du Havre, op. cit., propose également des études sur Georges Limbour et Jean Dubuffet écrivain.

10 Kay Boyle, Robert Mc Almon, Being Geniuses together, California, North Point Press, 1984 [1934, 1968 pour des chapitres supplémentaires].

11 Olivier Rolin, Terminal Frigo, Paris, POL, 2005.

12 Maylis de Kerangal, Réparer les vivants, Paris, Les Verticales, 2014.

13 Louis Augustin Pinel, Le Barbier d’Ingouville ou le retour du Barbier de Séville, Hervé Chabannes et al. (éd.), Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014.

14 Marie Le Masson Le Golft, Coup d’œil sur l’état ancien et présent du Havre (1778), Hervé Chabannes (éd.), en préparation (PURH).

15 Véronique Maleval, Marion Picker, Florent Gabaude (dir.), Géographie poétique et cartographie littéraire, Presses universitaires de Limoges, 2012.

16 Le site s’appelera « promenadelitteraire » et devrait être mis en ligne en juin 2014, sur le serveur de l’université du Havre. Il fera l’objet d’une description technique et d’une analyse.

17 Le site a été mis en ligne en septembre 2014 : www.promenadelitteraire-lehavre.fr.

18 Véronique Maleval, Marion Picker, Florent Gabaude (dir.), Géographie poétique et cartographie littéraire, op. cit.

19 Thierry Joliveau, Sébastien Caquard, « Instrumenter et analyser les liens entre espace et fiction à l’ère numérique », ibid., p. 347.

20 Bertrand Westphal, Le Monde plausible, espace, lieu, carte, Paris, Les Éditions de Minuit, 2011.

21 Muriel Rosemberg est géographe à l’université de Picardie – Jules-Verne d’Amiens, chercheur à Géographie-cités, équipe EHGO (UMR 8504 CNRS). Elle a soutenu une habilitation à diriger les recherches portant précisément sur les relations entre géographie et littérature : Le géographique et le littéraire. Contribution de la littérature aux savoirs de la géographie, Paris 1, 2012.

22 Jean-Claude Izzo, Total Kheops, Paris, Gallimard, 1995.

23 Maupassant, dans Pierre et Jean, associe plusieurs fois la brume à une odeur pestilentielle. Les brumes « portent dans leur épaisseur insaisissable quelque chose de mystérieux et d’impur comme le souffle pestilentiel de terres malfaisantes et lointaines » (Paris, Gallimard, « Folio », 1982, p. 204). Les rues du Havre sont « ensevelies sous le brouillard qui rendait pesante, opaque, nauséabonde la nuit » (ibid., p. 121). Francis Carco parle de « l’âpre odeur des adieux. Nous longerons les morutiers ancrés dans le port : ils sentent la saumure et le goudron » (Poèmes en prose, Paris, Albin Michel, 1958, p. 43).

24 Voir notamment Guy Saupin (dir.), Ville atlantique dans l’Europe occidentale du Moyen Âge au xxe siècle, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2006.

25 Le 23 avril 2013, au Théâtre de l’hôtel de ville du Havre. Voir l’article qu’a consacré Jules Joffrin à la représentation, Le Nouvel Observateur, 26 mai 2013.

26 Élisabeth Chauvin, Agnès Cousin de Ravel, Dominique Rouet (dir.), Pascal Quignard, une enfance havraise, précédé d’un texte de Pascal Quignard, Le Havre, L’Écho des Vagues, 2013.

27 Je remercie ici mes étudiants de la licence Tourisme de l’IUT du Havre qui, année après année, me révèlent l’existence de villes appelées « Le Havre » dans des contrées éloignées.

28 Pascal Quignard Abîmes, Dernier Royaume, Paris, Gallimard, « Folio », p. 54.

29 Édouard Philippe a co-écrit deux romans avec Gilles Boyer : L’Heure de vérité, Paris, Flammarion, 2007 ; Dans l’ombre, Paris, J.-C. Lattès, 2011. Si son deuxième roman ne se passe pas au Havre, l’auteur révèle que son personnage de Caligny porte ce nom parce qu’il vivait lui-même rue de Caligny au Havre. Ce même Caligny dit aimer la septième circonscription.

30 Voir le site dédié au dispositif : http://lireauhavre.fr/

31 François Vallejo, Vacarme dans la salle de bal, Paris, Viviane Hamy, 1998.

32 Michel Bussi, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, PTC, 2006.

33 Cité dans Antoine Rabaste, LH confidential, Le Havre fait son cinéma, Paris, Magellan et Cie, 2011.

34 Ibid., p. 201.

35 Ibid., p. 189.

36 Voir Guy Saupin, op. cit.

37 Frédéric Cousinié (dir), L’impressionisme : du plein air au territoire, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013.

38 Gérard Gengembre, Yvan Leclerc et Florence Naugrette (dir.), Impressionnisme et littérature, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012.

39 De Paris au Havre au fil de la Seine. 90 sites incontournables, Paris, Ouest-France, « Ballades et circuits », 2012.

Auteur

Maître de conférences en littérature française (xxe siècle) à l’université et à l’IUT du Havre, membre du Groupe de recherche Identités et cultures (GRIC). Elle dirige la collection « Le Havre : territoire d’écriture » aux Presses universitaires de Rouen et du Havre.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search