Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La professionnalisation en formation

 | 
Richard Wittorski

Conclusion générale

Texte intégral

1Nous l’avons dit en introduction, les textes rassemblés ici ne sauraient représenter l’ensemble des travaux disponibles dans le champ de la professionnalisation en formation. Leur sélection a été opérée en fonction de la variété des angles d’approche présents.

2Parler de professionnalisation en formation consiste à regarder ensemble et dans un même mouvement d’une part la volonté des organisations de mettre en place des situations (de travail et/ou de formation) pour « faire bouger » les professionnels (susciter le développement de compétences nouvelles) ; d’autre part le développement par les individus des compétences attendues par les milieux d’activité. Il s’agit là donc de s’intéresser doublement à l’offre de formation (comprise comme ne relevant pas seulement de la formation hors temps de travail et en salle) et aux apprentissages déployés par les individus et collectifs dans les situations de travail et/ou de formation qui leur sont proposées.

3À la fin de cet itinéraire le lecteur aura certainement eu confirmation que la professionnalisation relève indissociablement non seulement de la formation mais également du travail et de ses évolutions ainsi que des constructions sociales plus larges (dynamiques des institutions et des groupes sociaux). Pour mieux comprendre les évolutions des offres de professionnalisation (dispositifs de travail/formation) et les évolutions des modalités d’apprentissage des individus dans ces offres, nous faisons l’hypothèse qu’il convient de regarder de près les rapports entre quatre logiques qui ont leur temporalité propre (logique des environnements, logique des organisations, logique des groupes sociaux et logique des individus) :

  1. quels sont les intentions/enjeux et rhétoriques des environnements politiques et socio-économiques ainsi que les évolutions qui touchent ces environnements ?
  2. quels sont les enjeux/rhétoriques des organisations de travail et/ou de formation (dans ces environnements) ainsi que les évolutions qui touchent ces organisations et les dispositifs qu’elles proposent (notamment dispositifs de travail et de formation) ?
  3. quels sont les enjeux, rhétoriques et stratégies de positionnement des groupes sociaux (groupes professionnels ou groupes locaux) et les dynamiques de construction et d’évolution de ces groupes ?
  4. quelles sont les places revendiquées, attendues, prises, prescrites, données aux individus et les dynamiques individuelles de changement ?

4Ce sont moins les logiques prises une à une qui sont signifiantes mais bien les rapports qu’elles entretiennent les unes avec les autres. L’enjeu est probablement ici d’élaborer une conception des rapports et donc des transformations réciproques entre environnements, organisations, groupes et individus rendant compte des temporalités multiples, ce qui conduit à tenir ensemble des niveaux de réalité différents, subjectif et normatif, individuel/collectif et institutionnel.

5C’est certainement à cette condition qu’à la fois nous comprendrons mieux le champ de la professionnalisation et nous enrichirons nos pratiques de conception, pilotage et mise en œuvre de dispositifs.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540