Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La professionnalisation en formation

 | 
Richard Wittorski

Troisième partie. Quelques questions posées à la professionnalisation-formation

Quelques questions posées à la professionnalisation-formation

Texte intégral

1Cette troisième partie est composée de cinq textes qui abordent quatre questions importantes :

  • Quels sont les rapports entre organisation et professionnalisation ? Le texte de Philippe Zarifian propose la notion d’« organisation qualifiante » pour suggérer la façon dont une entreprise peut contribuer à développer et reconnaître les apprentissages des individus en situation de travail. L’enjeu est bien ici celui difficile de la reconnaissance de ces apprentissages demeurés souvent tacites et implicites car très incorporés aux situations de travail.
  • Quelle est la contribution des collectifs à la professionnalisation ? Dans son texte, Jean Lave montre que des communautés de pratiques peuvent être le support, à certaines conditions, d’apprentissages collectifs participant ainsi de la professionnalisation des individus.
  • Quels rapports entretiennent les individus avec les projets de professionnalisation ? Mokhtar Kaddouri a particulièrement travaillé la question des continuités ou des ruptures entre les projets identitaires des individus et les projets portés par les dispositifs qui leur sont proposés. Il montre ainsi que des désaccords peuvent exister entre projets de professionnalisation poursuivis par les individus et projets de professionnalisation prescrits par les institutions à ces mêmes individus.
  • Quelle est la place et quelles sont les spécificités de la professionnalisation dans l’enseignement supérieur ? Le texte de Claude Lessard et Raymond Bourdoncle, comme celui de Marie-Christine Combes, insiste sur les conditions historiques et sociales du développement d’une préoccupation plus grande pour la professionnalisation à l’université et sur les ingrédients d’une formation universitaire professionnelle, ils montrent également qu’il ne peut y avoir de professionnalisation sans prise en compte du lien formation-emploi.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540