Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La professionnalisation en formation

 | 
Richard Wittorski

Introduction générale

Texte intégral

1Le thème de la professionnalisation fait l’objet d’une forte valorisation dans les secteurs du travail et de la formation.

2Son étude renvoie à plusieurs champs de recherche : d’abord et de façon « historique », la sociologie des professions puis la sociologie des groupes professionnels qui s’intéressent respectivement à la constitution des professions et des groupes professionnels ; ensuite et plus récemment, les travaux conjointement menés en analyse du travail, éducation et formation des adultes qui s’intéressent à la façon dont l’offre d’éducation et de formation se professionnalise au sens où elle vise à articuler plus étroitement situation de formation et situation de travail via par exemple le développement accru de l’alternance et de l’analyse de pratiques.

3Ce projet de publication s’intéresse au deuxième groupe de travaux qui cherche à faire en sorte que l’éducation et la formation préparent mieux les publics visés à l’exercice professionnel en arrimant davantage situation d’éducation/formation et situation de travail en formation initiale ou continue, universitaire ou non. Ces travaux et expérimentations introduisent ce que nous pourrions appeler une « culture particulière » qui se traduit par un lexique (compétence, référentiel, accompagnement, expérience, évaluation…) et une sémantique (intérêt pour l’activité et son efficacité) spécifiques.

4À regarder de près les dispositifs relevant de la professionnalisation dans le champ de la formation, on constate une « solidarité forte » entre les enjeux de ces dispositifs (former des professionnels, développer une efficacité accrue du travail, formaliser des savoirs collectifs…) et les formes qu’ils prennent (formation par alternance, formation en situation de travail, analyse de pratiques…). Bien plus, la « professionnalisation-formation » semble toujours étroitement articulée à des enjeux de « professionnalisation-efficacité du travail » (côté entreprises) et de « professionnalisation-profession » (au sens de la constitution des professions). Dès lors, parler de la professionnalisation dans le champ de la formation c’est nécessairement évoquer dans le même temps et de façon indissociable les transformations du travail et des environnements plus larges, c’est chercher à comprendre des rapports de transformations réciproques des individus, des collectifs, des organisations et des environnements. L’hypothèse générale pourrait être la suivante : les processus de formation et d’apprentissage, ainsi que leurs transformations, ne peuvent être compris que situés dans des « espaces-temps » (environnements socio-politique, organisationnel et collectif [groupes professionnels constitués et micro-collectifs locaux], individus) eux-mêmes caractérisés par des transformations croisées/conjointes/mutuelles/réciproques mues/pilotées par des enjeux inséparables de changement continu des organisations, des collectifs, des individus. Par ricochet, pour comprendre ces dynamiques, cela nécessite de croiser des traditions de travaux rarement mises en lien : approches sociologiques (transformations des environnements, des organisations, des collectifs…) et approches de l’activité, de l’expérience déployée par les individus et des identités qu’ils portent et vivent. L’ambition est bien de faire le lien entre des « lunettes théoriques » aujourd’hui peu articulées de manière à éclairer un champ, celui de la professionnalisation-formation de façon globale.

Quelle est l’intention de cet ouvrage ?

5D’évidence et pour les raisons précédemment mentionnées, nous constatons que les travaux sur la professionnalisation dans le domaine de la formation sont relativement éclatés au double plan de leur ancrage disciplinaire (sociologie, éducation et formation, analyse du travail…) et de leur origine géographique (États-Unis, Angleterre, Suisse, Belgique, France, Australie…).

6L’ambition de cet ouvrage est précisément de réunir pour la première fois une sélection des textes significatifs français et étrangers dans une même publication. Cette entreprise, au vu du seul constat de la dispersion actuelle des travaux, apparaît donc socialement et scientifiquement utile. Elle présente en effet selon nous un intérêt à la fois pour les étudiants et les chercheurs (disposer de repères théoriques dans une même publication) et pour les praticiens (envisager l’utilisation de ces travaux pour penser leurs pratiques professionnelles).

7Bien entendu, puisqu’il s’agit d’un recueil choisi, les textes réunis ne sauraient traduire la richesse des nombreux travaux existants mais ils témoignent d’abord de la variété des angles d’approche disponibles en lien avec ce que nous écrivions plus haut à savoir que l’étude de la professionnalisation dans le champ de la formation ne peut se faire indépendamment des enjeux liés aux évolutions du travail et des environnements plus larges…

8L’ouvrage est composé de trois parties, chacune faisant l’objet d’une brève introduction. La première partie s’intéresse à l’offre de formation à visée professionnalisante, ce que nous pourrions appeler les dispositifs de formation proposés par les institutions (entreprises et organismes de formation). La seconde partie s’intéressera au volet des apprentissages professionnels développés par les individus au fil des activités de travail, signifiant ainsi clairement que la professionnalisation croise les contributions du champ de la formation et du champ du travail et peut être regardée sous l’angle des dynamiques des institutions ou des dynamiques des sujets « destinataires » des dispositifs. La troisième partie abordera quelques questions vives s’agissant des liens entre professionnalisation et formation : par exemple, quelle est la place des organisations ? Quelle est la contribution des collectifs de travail ? Quelles sont les spécificités de la professionnalisation dans l’enseignement supérieur ?

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540