Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tabellionages au Moyen Âge en Normandie

 | 
Jean-Louis Roch

Deuxième partie. De quelques domaines éclairés par les tabellionages

Apprentissage et allouement dans les registres de tabellionage rouennais

Philippe Lardin

Texte intégral

1Jusqu’au début du XVe siècle, les registres de tabellionage rouennais contiennent un certain nombre de contrats d’apprentissage et d’engagements de service appelés « allouements », qui nous donnent quelques informations sur le monde du travail sans doute intéressants, mais qui doivent être pris avec précaution, car leur représentativité reste difficile à apprécier, puisqu’on ne sait rien des raisons qui ont amené les différentes parties à avoir recours au tabellion royal plutôt qu’aux autres lieux d’enregistrement disponibles dans une ville comme Rouen. L’étude porte sur 74 contrats d’apprentissage et de louage de service datant des années 1363-1420, qui concernent plus particulièrement les métiers du bâtiment et les professions voisines.

L’apprentissage

  • 1 Raymond Lulle, Doctrine d’enfant, Armand Linarès (éd.), Paris, Klincksieck, 1969, p. 170.
  • 2 ADSM, 5 E/436. Étaimerie, étaimier : travail de l’étain, étameur.

2L’utilité de l’apprentissage était perçue depuis longtemps par les penseurs médiévaux. Dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, Raymond Lulle faisant l’éloge du travail et de l’apprentissage, écrivait : « plus seure richesse est enrichir son filz par aucun mestier que si l’en lessoit deniers ou possessions », et il précisait que les enfants devaient apprendre les « arts méchaniques [...] c’est assavoir laboreors de terres, fevres, charpentiers, cordouaniers et marcheanz1 ». On aimerait par conséquent connaître précisément les conditions dans lesquelles se faisait cet apprentissage. Malheureusement, les sources nous laissent un peu sur notre faim. Les statuts de métier fournissent parfois des informations intéressantes mais le caractère normatif de cette source ne nous permet pas toujours de suivre précisément la réalité des pratiques. Une trentaine de contrats ont été transcrits dans les registres du tabellionage rouennais, mais ils ne concernent certainement qu’une minorité des apprentis de la ville et les raisons de leur enregistrement n’apparaissent pas toujours clairement. Si pour les ouvriers de certaines professions sans statuts, comme les maçons, les cordonniers et, à un moindre degré, les cloutiers, il ne semble pas y avoir eu d’autres choix, par contre, pour les autres professions, la majorité des contrats étaient passés oralement devant les autorités locales ou royales en présence des gardes du métier et comportaient des clauses identiques et connues de tous. L’exceptionnel livre des gardes des métiers de plomberie-étaimerie enregistre bien les noms des nouveaux apprentis, mais ne donne pratiquement aucun renseignement sur le contenu de l’engagement2. Néanmoins, les renseignements qu’il contient, ajoutés à ceux provenant des actes du tabellionage et des ordonnances de métier permettent de faire quelques constatations non dénuées d’intérêt, corroborées parfois par certains articles des comptabilités.

Les parties présentes

  • 3 AMR, Y 218, art. 3.
  • 4 ADSM, 5 E/436, 21 juillet 1460.

3L’entrée en apprentissage était un acte officiel. Lorsque la profession avait des statuts, le jeune garçon était amené devant les autorités responsables du métier pour prêter serment. Les apprentis couvreurs et les apprentis étaimiers venaient devant le bailli3. Cette prestation de serment était considérée comme absolument indispensable et devait avoir lieu en présence des autres maîtres, particulièrement des gardes du métier. En 1460, comme l’étaimier Miquelot Marée avait fait prêter serment à son nouvel apprenti devant un juge « sans appelez ses compaignons ainsy que faire le devoit dont ils ne furent point contens et que l’un des gardes [...] disoit que n’avoit point baillé son signe en forme due ne fait tel devoir du mestier, toutes ces choses connues tant de l’un costé comme d’autre », il fut décidé de recommencer la cérémonie en présence des quatre gardes du métier4. Le contenu du serment n’est pas connu, mais on peut supposer que le jeune garçon s’engageait à rester au service de son maitre durant le temps prévu par les ordonnances du métier et sans doute aussi à respecter ces mêmes ordonnances. Lorsque le contrat était passé devant le tabellion, le maître était seul face aux parents de l’apprenti qui lui confiaient l’enfant. Le plus souvent, celui-ci était amené par son père, parfois accompagné de sa femme et, si les parents étaient morts, c’était en général le ou les frères aînés qui « allouaient » l’enfant.

L’apprenti

  • 5 ADSM, 2 E 1/157, 18 novembre 1397.

4Un seul contrat nous livre l’âge de l’apprenti au début de son engagement : en 1397, le jeune Raoullin le Houllier, « baillé à louage » pour huit ans par son père au maçon Jenson Salvart, était âgé de 17 ans, ce qui pourrait laisser penser que l’apprentissage commençait relativement tard5, mais il s’agissait en fait d’un contrat particulier plus proche d’un « allouement » que d’un véritable apprentissage et Jenson Salvart, qui devait certes « apprendre et monstrer le fait dudit mestier de machonneriez », disposait en réalité désormais d’un valet pour une durée assez longue.

5On connaît l’origine de vingt-huit des apprentis ayant fait enregistrer leur contrat devant le tabellion. Comme le montre la carte (fig. 5), leur recrutement était essentiellement local. Cinq d’entre eux étaient rouennais et deux autres étaient des environs immédiats (Darnétal et Dieppedalle), soit un total de 25 %. Les autres étaient originaires d’une zone qui entourait Rouen dans un rayon de 30 à 35 kilomètres. Quatre d’entre eux venaient des localités voisines de la Manche. Trois arrivaient d’assez loin : un verrier originaire d’Évreux et deux maçons, l’un d’Abbeville et l’autre de Doullens, à une trentaine de kilomètres au nord d’Amiens. On peut donc considérer que les apprentis venaient de la grande région de Rouen, sauf pour des formations très qualifiées, voire des perfectionnements ou des « allouements » plus ou moins déguisés en apprentissages. Phénomène qui serait sans doute encore amplifié si on disposait de tous les contrats d’apprentissage, car il était certainement plus courant d’enregistrer un contrat quand l’apprenti n’était pas rouennais.

  • 6 ADSM, 2 E 1/159, 9 septembre 1403.
  • 7 ADSM, G 6879, fol. 65.
  • 8 ADSM, G 2509, fol. 24 à 49 vo.
  • 9 Serge Lusignan, « La lettre et le travail : l’impossible point de rencontre des arts mécaniques au (...)

6L’instruction faisait partie de l’apprentissage. À partir du moment où le contrat était établi, le maître s’engageait à montrer à son apprenti « la science d’icellui mestier, bien et deuement ou au mieulx et plus diligemment qu’il pourra et saura faire6 ». Ces formules stéréotypées enregistrées par les tabellions ne nous renseignent pas vraiment sur les méthodes employées par les maîtres. La méthode la plus simple consistait à mettre le jeune garçon au travail. Les maçons, par exemple avaient pour habitude de travailler avec leur apprenti sur le chantier. Il était dans la loge avec eux, s’exerçait à tailler la pierre et participait ensuite à la pose. Ainsi, les maçons qui installaient les escaliers montant en haut du clocher de l’église Saint-Maclou, étaient accompagnés en permanence par celui que les trésoriers appelaient « l’apprenti7 ». De même, à la cathédrale, en 1478, le petit Thomas des Vignes participait aux travaux de la librairie en taillant la pierre dans la loge avec son père et les autres maçons confirmés. À Harfleur, en 1489, l’apprenti couvreur Sandrin Bourel, était au côté de son maître Colin Leclerc pour l’aider aux travaux de couverture de la porte de Montivilliers8. On peut donc supposer que, le plus souvent, les apprentis apprenaient leur métier sur le tas en imitant les gestes du maître ce qui signifie que les connaissances se transmettaient essentiellement selon un mode oral9.

Le prix de l’apprentissage

  • 10 Guillaume Des Marez, « L’apprentissage à Ypres », Revue du Nord, février 1911, p. 234.

7Il est difficile de mener pour les apprentis normands, l’enquête effectuée à Orléans par Françoise Michaud-Fréjaville parce que, comme le montre le tableau 6, les renseignements dont on dispose s’arrêtent pratiquement au début de l’occupation anglaise, et ne correspondent qu’à la période où les institutions professionnelles étaient désorganisées par les décisions royales. Ce qui existait à Ypres à la fin du XIIIe siècle, où le maître détenait une somme appartenant à l’apprenti, qui servait en quelque sorte de crédit industriel et lui était rendue au terme de l’apprentissage, ne se retrouve jamais dans les documents conservés dans les registres de tabellionage10. Il n’y avait, en fait, que deux cas possibles : soit l’apprenti, ou plutôt ses parents, payait le maître pour la formation qu’il allait dispenser, et, dans ce cas, c’était une sorte de fonds de roulement pour le maître, soit l’apprenti était payé à mesure qu’il avançait dans son apprentissage. Le choix entre les formules tenait à la nature de la profession et à celle du contrat. Le tableau 6 montre en effet que les apprentis étaimiers et huchiers (menuisiers) payaient toujours leur formation, ainsi que les maignants (chaudronniers), les serruriers et les bûcherons, bien que la rareté des informations sur ces trois professions ne permettent pas d’être absolument sûr de la pérennité du fait. Les étaimiers et les huchiers, on l’a vu plus haut, étaient relativement peu nombreux par rapport aux autres professions et leurs effectifs restaient assez stables, ce qui semble refléter un certain ralentissement de l’activité dans ces deux secteurs.

8Par ailleurs, les sommes versées par les parents des apprentis diminuent régulièrement de 1371 à 1396, comme s’il devenait plus difficile de trouver des familles prêtes à payer des sommes élevées. À trois reprises, d’ailleurs, on constate que le maître et les parents préférèrent payer une partie ou la totalité de l’apprentissage en livrant des produits agricoles, ce qui était au fond une sécurité en ces temps d’inflation. La remontée ultérieure du coût de l’apprentissage pour les étaimiers est difficile à établir dans la mesure où un seul contrat, peut-être exceptionnel ou lié à une baisse de la valeur de la monnaie, en fait état, alors qu’un autre confirme la baisse. Les sommes réclamées par les huchiers étaient nettement inférieures à celles payées aux maitres-étaimiers et seul un apprenti-mercier, indiqué à titre d’exemple et un apprenti-bûcheron, à une époque de très forte inflation, payaient plus qu’eux.

  • 11 ADSM, 2 E 1/163, 27 mai 1409.

9Au contraire, près de la moitié des contrats étaient gratuits (14 sur 33). Les verriers, les cloutiers, les couvreurs, les plâtriers et les maçons ne demandaient rien à leurs apprentis parce que ces secteurs étaient très affectés par la pénurie de main-d’œuvre. Les apprentis étaient donc rares et très vite utilisés comme valets par leurs maîtres. Il est probable que, comme pour le cas évoqué plus haut, il s’agissait plus d’adolescents que d’enfants, dont la force de travail était immédiatement utilisable. Dans plusieurs cas, l’apprenti était même payé au cours ou à l’issue de son contrat. Ainsi Guieffroy Bourdon, qui s’était alloué pour quatre ans au plâtrier Martin de Saunoy afin de « le servir en aprenant ledit mestier », devait toucher 25 sous la première année, 35 sous la seconde et 70 sous les deux dernières années, c’est-à-dire lorsque l’on pourrait estimer qu’il était suffisamment compétent11.

La durée de l’apprentissage

  • 12 Pierre Charbonnier (« Les entrées dans la vie au XVe siècle d’après les lettres de rémission », da (...)

10La durée de l’apprentissage était variable selon les métiers et les périodes. Le tableau 6 fait apparaître que la durée la plus fréquente entre 1365 et 1421 était de six ans (17 cas sur 33). C’était le cas pour les verriers, les étaimiers (sauf dans un cas), les cloutiers, les couvreurs et les maignants. Or, cette durée était, autant qu’on puisse l’affirmer, supérieure à celle qui était requise par les statuts, puisque ceux de 1315 pour les couvreurs n’imposaient, par exemple, que trois années d’apprentissage. Deux contrats étaient même établis pour 8 ans, ce qui traduisait la volonté des maîtres de s’assurer la disposition durable d’une main-d’œuvre bon marché12. Par contre, la durée de l’apprentissage des huchiers semble être passée de six ans à quatre ans entre 1391 et 1396, bien que le nombre très limité de contrats empêche toute véritable conclusion. Les plâtriers, les charpentiers et les bûcherons avaient eux aussi des apprentissages de quatre ans. Enfin, les trois contrats de maçons apparentés à des engagements de valets étaient d’une durée plus faible, assez semblable à celle des allouements.

11Les statuts rouennais ultérieurs montrent eux, incontestablement, une tendance à la diminution de la durée de l’apprentissage. Ainsi, pour les plâtriers, elle était théoriquement de cinq ans au début du XVe siècle (quatre pour un fils de maître) et de trois ans au moins en 1461. Pour les couvreurs, elle se limitait à trois ans, tout comme pour les cloutiers. Seuls, les étaimiers se maintinrent à six ans.

  • 13 ADSM, 5 E/436, passim ; AMR, tiroir 15, liasse no 7.

12Malgré les limites des sources dont on dispose, on peut donc constater que, comme à Orléans, l’apprentissage qui était, dans un contexte de pénurie, un moyen de s’attacher une main-d’œuvre bon marché pour une assez longue durée, redevient ensuite, à mesure que la croissance démographique permet de disposer plus facilement des valets indispensables aux ateliers, un moyen de formation dont il n’est plus nécessaire d’accroître démesurément la durée. Sans doute une évolution analogue eut-elle lieu pour le coût de l’apprentissage, qui redevint systématiquement payant et de plus en plus cher, mais la transformation des registres du tabellionage nous empêche de la suivre précisément. On peut toutefois remarquer que les apprentis-étaimiers, qui payaient jusqu’alors une hanse de 15 sous à l’organisation professionnelle, furent astreints à payer le double par les statuts de 148513.

Les obligations du maître

  • 14 ADSM, 2 E 1/157, 2 mai 1399.

13La principale obligation du maître, outre la formation de l’apprenti, consistait « à luy trouver toutes ses nécessités », autrement dit à pourvoir à son entretien. Le plus souvent, il s’agissait de lui fournir, selon une formule qui revient fréquemment, « le boyre, mangier, feu, lit, ostel selon son estat ». Dans certains cas, le maître devait également le vêtir, mais cette obligation apparemment plus coûteuse était en général précisée : le maître ne s’engageait à fournir qu’une seule « coste hardie », une « houppelande », les chausses ou une paire de souliers pendant la durée de l’apprentissage. Par contre, les apprentis étaimiers devaient toujours se vêtir à leurs frais, ce qui augmentait encore le coût de l’apprentissage de cette profession. En ce qui concerne les outils, dont l’apprenti se servait pour apprendre le métier, on ignore en général qui les lui fournissait, mais il est probable qu’il utilisait ceux que son maître lui prêtait. Par contre, certains contrats prévoyaient de payer le service de l’apprenti en lui donnant à la fin de son contrat « les outilz nécessaires à faire ledit métier14 ».

14La plupart des statuts de métiers limitaient le nombre d’apprentis, sans doute pour éviter le monopole de quelques-uns en période de pénurie de main-d’œuvre. Il était toutefois en général permis d’engager un deuxième apprenti, lorsque le premier commençait la dernière année de son contrat. Les statuts postérieurs à l’occupation anglaise étaient moins draconiens. Ceux de 1478 permettaient aux plâtriers d’avoir autant d’apprentis qu’ils le désiraient et ceux des cloutiers de 1501 les autorisaient à en avoir deux, sans compter le fils du maître qui n’était pas astreint à faire un apprentissage.

Résiliation du contrat, fuite de l’apprenti

  • 15 ADSM, 2 E 1/169, 8 juillet 1421. À l’issue de cette période, les lettres de l’obligation devaient (...)

15Au début de la période qui nous intéresse, à cause de la pénurie de main-d’œuvre, les maîtres étaient évidemment très attachés à faire respecter la durée des contrats. Les actes enregistrés indiquent tous que l’engagement est définitif et que si l’apprenti venait à quitter le maître, son père était tenu de le ramener ou de payer des dommages. Mais les maîtres devaient tenir compte de la situation et accepter des compromis comme le fit par exemple, le sculpteur Jehan Totfiz qui avait engagé, en mars 1412, Colin du Porche pour le servir en tant qu’apprenti pendant sept ans. Les événements politiques et en particulier le siège, puis la prise de Rouen par les Anglais, vinrent bouleverser le déroulement du contrat que le jeune Colin n’acheva pas. Son employeur ne l’avait pourtant pas oublié et dès juillet 1421, Jehan Totfiz rappela à son serviteur que « l’obligation demourait dans toute sa force ». Or, Colin n’avait visiblement plus envie de reprendre son service et son ancien maître dut accepter de le remplacer par son frère Robin, « tailleurs d’ymages » lui aussi, qui « se submist et obligea envers ledit Totfiz semblablement pour le servir de son mestier bien et deuement » pendant les quinze mois qui restaient à effectuer sans pouvoir, durant cette période « prendre ne encommenchier aultre service ou besongne15 ».

  • 16 AMR, tiroir 15, liasse no 6, pièce no 11 : statuts de 1485, art. 4.
  • 17 Ibid. : statuts de 1501, art. 6.

16La résiliation de l’apprentissage était parfois prévue par les statuts professionnels. Les apprentis plombiers-étaimiers avaient le droit de quitter le métier au cours de la première année ; ensuite, le maître devait être dédommagé « au taux de justice » et l’apprenti n’avait « aucune franchise » d’exercice de la profession16. Par contre, d’autres professions comme celle des cloutiers n’admettaient pas l’interruption du contrat d’apprentissage, mais luttaient en fait essentiellement contre la subtilisation de maind’œuvre et prévoyaient de punir autant l’apprenti en fuite que le maître qui l’accueillerait17.

  • 18 Ibid. : statuts de 1485, art. 9.

17Le contrat d’apprentissage était aussi remis en cause par la mort du maître avant la fin du temps normalement prévu. Les statuts des plâtriers et des couvreurs ne disaient rien de cette éventualité ; ceux des plombiersétaimiers étaient plus précis : la veuve du maître pouvait garder l’apprenti « pourveu qu’elle eust un varlet ouvrier pour montrer ledit mestier audit aprenty ». Dans le cas contraire, l’apprenti était placé auprès d’un autre maître par les gardes du métier, mais « le prouffit qui viendroyt de son service appartiendroit à ladite veufve », ce qui semble signifier qu’elle pourrait l’engager comme valet à l’issue de son temps d’apprentissage18.

Les buts de l’apprentissage

  • 19 Il quitta son maître parce que, disait-il, celui-ci le traitait trop durement. Après une errance d (...)

18Les parents qui plaçaient un enfant en apprentissage lui assuraient des conditions d’existence convenables pour une durée plus ou moins longue, mais cherchaient aussi à améliorer son sort dans la société. Ainsi, le jeune Sandrin Bourel, dont le père était couvreur de chaume dans la région de Montivilliers, fut placé vers l’âge de 13 ans auprès du plâtrier Colin le Clerc pour apprendre le métier de couvreur de tuiles, plus rémunérateur, ce qui permettait de disposer d’une compétence plus étendue19.

  • 20 AMR, tiroir 264, Police générale des pauvres valides et de l’Hospital general de la ville de Rouen(...)

19Au cours du premier tiers du XVIe siècle, l’apprentissage fut par ailleurs, de plus en plus considéré par les autorités municipales comme un moyen de lutter contre la pauvreté et la mendicité qui avaient pris une ampleur particulière, ce qui les amena à modifier la législation. À partir de 1534, il fut recommandé aux maîtres de prendre « des fils ou filles estans de l’aumosne pour estre leurs apprentis ». Cela leur permettait d’en avoir un de plus que prévu dans les ordonnances et de les garder une année supplémentaire. Les maîtres devaient s’engager à apprendre à ces jeunes gens « à craindre et servir Dieu, à aller à l’Eglise, les garder de suivre mauvaise compagnie ». Les vêtements de ces apprentis, « neufs et de même couleur » étaient fournis par les officiers du Bureau des Pauvres. Vers 1534, selon les responsables, cette opération aurait été un succès et aurait permis à six cents fils de pauvres de devenir « bons ouvriers gagnant bien leur vie20 ».

Les valets

20L’« allouement » d’un ouvrier à un maître consistait en un engagement d’une durée précise, éventuellement renouvelable. À la différence des travaux à la tâche ou des engagements journaliers, ces contrats assuraient aux deux parties une stabilité très recherchée, surtout pour les maîtres en ces temps de pénurie de main-d’œuvre.

Répartition professionnelle

  • 21 Philippe Didier, « Les contrats de travail en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles d’après les archiv (...)
  • 22 Philippe Lardin, « La domination de Rouen sur la production normande de fer et de produits ferreux (...)

21En un demi-siècle, de 1371 à 1420, comme on peut le voir sur le tableau 7, les registres de tabellionage contiennent seulement 41 contrats d’allouements concernant les professions du bâtiment ou des professions voisines, liant un maître à un ouvrier plus ou moins formé du même métier21. La rareté relative de ces contrats (moins d’un par an en moyenne) n’a rien pour surprendre car il n’était pas indispensable de passer devant les tabellions pour enregistrer une embauche. Certains ouvriers n’y tenaient pas, car il leur fallait alors payer quelques deniers au tabellion, ce qui leur semblait inutilement coûteux. La plupart des maîtres n’avaient pas à faire enregistrer les contrats puisque les valets engagés devaient prêter serment devant les gardes du métier qui, de ce fait, en devenaient les garants. Il est d’ailleurs remarquable que l’on ne dispose d’aucun contrat d’allouement pour les métiers d’étaimiers-plombiers et de verriers qui, on l’a vu, utilisaient de longs contrats d’apprentissage pour se procurer les serviteurs dont ils avaient besoin. Par contre, en dehors des plâtriers-couvreurs qui faisaient surtout appel à des hommes de bras pour cuire et battre le plâtre ou leur apporter les tuiles, toutes les autres professions du bâtiment et les professions voisines sont représentées au moins une fois. Toutefois, les cloutiers (16 contrats), les maçons (10 contrats) et les dinants (6 contrats) dominent nettement ce corpus. Pour les cloutiers, cette surreprésentation est le reflet de leur situation de dépendance financière22. Pour les dinants, ces contrats étaient la conséquence de la pénurie de main-d’œuvre dans une profession particulièrement fermée, puisque la maîtrise était réservée aux fils de maîtres. Les maîtres, et surtout l’un d’entre eux Jehan Roussel dit Chahote, cherchaient ainsi à se réserver une main-d’œuvre compétente pour une durée limitée.

  • 23 ADSM, 2 E 1/149, 21 avril 1404.

22Le même phénomène se retrouve chez les maçons, surtout à partir de 1404. Alors que le maçon Guillaume de Bresvedent s’était alloué seulement pour quatre mois afin de rembourser une dette qu’il avait contractée à l’égard de l’entrepreneur Thomas Gaignet, les contrats ultérieurs beaucoup plus longs sont presque tous des contrats d’apprentissage sans le dire, concernant des adultes qui s’allouaient pour se perfectionner dans le métier, répondant par la même aux désirs de leurs maîtres – parmi lesquels Jenson Salvart jouait un rôle prédominant – de se pourvoir en maçons compétents capables de devenir appareilleurs ou même maîtres des œuvres. Ce n’est pas donc un hasard si, parmi les maçons qui s’allouèrent par ce genre de contrats, on trouve Jehan Audis, qui devint par la suite maître des œuvres de la cathédrale d’Évreux et Jehan Quesnel qui assura la reconstruction du château de Gaillon au lendemain de l’occupation anglaise23.

Durée de l’allouement

  • 24 Pour tout ce passage, voir les références dans le tableau 6.

23Ces engagements étaient tous rédigés sur le même modèle et commençaient par la formule stéréotypée : « Untel, du mestier de..., confesse soy estre alloué à Untel », suivie de la profession du maître et des conditions générales du contrat. Celles-ci semblent, à première vue, extrêmement diverses et sans véritable point commun. Les dispositions concernant la durée de l’engagement sont apparemment totalement arbitraires, mais une observation attentive permet de marquer quelques éléments d’explication. En 1380, l’engagement d’un charpentier pour quinze jours était un symptôme de la pénurie de main-d’œuvre qui régnait alors dans ce secteur. Le maître qui devait achever une commande dans des délais précis, engagea un valet pour l’aider et se protégea contre la concurrence possible de ses collègues par un contrat en bonne et due forme, sans doute assez impressionnant pour ce valet qui arrivait tout juste de Vascœuil. On peut supposer que les engagements d’un maignant pour quatre mois en 1392 et de scieurs pour six mois en 1404 répondaient à la même nécessité. Les engagements de dinants étaient, eux, habituellement d’une durée classique d’un an permettant d’éventuelles modifications à la fin du contrat. La seule exception en 1372 correspond à un engagement assez particulier puisque l’ouvrier qui l’avait accepté, était à la fois un spécialiste de la soudure des poêles et, par l’intermédiaire de sa femme, vendeur de produits finis qu’il achetait parfois à ses employeurs. La durée de quatre ans pour ce contrat était donc due aux intérêts convergents des deux parties : le groupe de dinants qui l’avait engagé, se réservant le concours d’un spécialiste pour une durée. assez longue et l’ouvrier s’assurant un approvisionnement en matière première et en produits finis pour la même durée. Pour les autres professions, cloutiers ou maçons, la tendance était à l’augmentation de la durée des contrats, pour répondre à la pénurie croissante de main d’œuvre, particulièrement chez les maçons très demandés partout à cause de la « frénésie de fortifications » qui ne cessait de s’amplifier à mesure que la menace anglaise se faisait davantage sentir. Enfin, certaines durées étaient fixées en fonction du temps nécessaire à l’ouvrier qui s’allouait pour rembourser une dette. Le contrat du cordier engagé en 1407 était de six mois, parce qu’il lui fallait environ vingt semaines pour rembourser 50 sous à raison de 2 sous 6 deniers par semaine et parce qu’au cours de son engagement, il y aurait plusieurs semaines écourtées par les fêtes religieuses pendant lesquelles il ne rembourserait sans doute rien. Enfin, le maçon Colin le Long, qui s’engagea en 1420 à travailler pour Jenson Salvart « es besongnes du roy », autrement dit à la construction du palais d’Henry V, ne connaissait pas la durée de son engagement puisque celle-ci dépendait en fait de la somme qu’il aurait à payer à la suite de « certaines mallefaçons de corps que l’on disoit par lui avoir esté faictes aux personnes de Jaquet Chemin, Colin Mordant et Simonnet Féron24 ».

Les salaires

24Les conditions de paiement des ouvriers étaient, elles aussi, assez hétéroclites. Les salaires à la journée se trouvent dans dix-sept contrats soit 41 % du total. Toutefois, on constate qu’ils disparaissent après 1406 sauf pour les dinants et un maçon. Ces salaires sont généralement inférieurs à ceux que l’on connaît habituellement sur les chantiers, mais ils ne correspondaient pas à la totalité des revenus des ouvriers alloués puisque d’autres avantages étaient prévus par les contrats. Le plus fréquent (onze contrats) était le versement d’une somme d’argent globale en plusieurs termes qui s’ajoutait par conséquent au salaire quotidien. D’autres contrats prévoyaient éventuellement un cadeau, sous la forme d’un vêtement ou le paiement des « despens », ce qui procurait par conséquent à l’ouvrier un revenu global supérieur à ce que pourrait laisser supposer la seule observation du salaire journalier. À partir du début du XVe siècle, surtout pour les maçons, les gages furent fixés à l’année ou pour la durée totale du contrat, ce qui leur permettait d’échapper aux variations plus ou moins accentuées provoquées par les aléas du travail sur les chantiers. De plus, ces contrats procuraient à ces ouvriers une sécurité d’emploi appréciable tandis que le maître échappait aux conséquences de la pénurie de maind’œuvre. Néanmoins, un grand nombre de ces contrats étaient la conséquence de l’endettement de l’ouvrier à l’égard d’un artisan qui profitait de la situation pour se garantir une main d’œuvre stable pour une durée plus ou moins longue.

  • 25 ADSM, 2 E 1/158, 7 juin 1402.

25En effet, tous ces « allouements » n’étaient pas aussi intéressants pour les ouvriers, Dans treize contrats, le maître a choisi de payer l’ouvrier en fonction de sa production, Cette méthode lui assurait un rendement maximum et des profits considérables car les prix d’achat étaient largement inférieurs à ceux pratiqués sur le marché. Or, dans douze cas, soit un peu moins d’un sur trois, l’ouvrier qui s’allouait, devait travailler pour rembourser les sommes empruntées, selon une méthode assez classique consistant à prélever une somme relativement modique sur le salaire, chaque samedi, au moment de son versement. En 1402 par exemple, le maçon Guillaume de Brèvedent, qui devait un peu plus de 50 sous à l’entrepreneur Thomas Gaignet, dut s’engager à travailler pour lui en ne recevant que la moitié de son salaire quotidien et 5 sous par semaine pour ses « despens » jusqu’à ce qu’il ait remboursé sa dette, ce qui représentait pour l’employeur une main-d’œuvre gratuite pour un temps plus ou moins long25.

26Ces contrats étaient donc, au fond, la manifestation de l’absence réelle de statut pour les ouvriers ayant fini leur apprentissage, mais n’étant pas encore devenus maîtres. Les ordonnances concernant les plâtriers et les plombiers-étaimiers considéraient que c’était en tant qu’apprenti qu’un ouvrier faisait un chef-d’œuvre pour devenir maître. S’il échouait dans cette tentative, il restait apprenti jusqu’à une nouvelle tentative. La place de « compagnon » ou de « valet » était donc considérée, contre toute réalité, comme provisoire, dans l’attente du passage à l’état de maître autorisé à avoir des apprentis. Dans certains cas, pour des travailleurs qualifiés tels les maçons, les peintres ou les sculpteurs, l’allouement présentait de nombreux avantages, mais pour les plus faibles, il en résultait une dépendance encore plus grande.

27On le voit les registres du tabellionage rouennais, au moins dans les premiers registres, contiennent des informations extrêmement intéressantes pour la connaissance de la vie économique de la fin du XIVe et du début du XVe siècle. Ils demandent évidemment à être recoupés avec les autres sources et, en particulier, avec les comptabilités, mais ils confirment l’aspect très largement formel des statuts de métier, trop souvent utilisés sans recul par les chercheurs des générations précédentes. De ce fait, on ne peut que regretter qu’ils ne contiennent presque plus que des données financières, autrement dit des rentes, à partir des années 1420. Les causes de cette transformation sont mal connues, mais elles supposent que d’autres lieux d’enregistrement des contrats d’apprentissage ou d’allouement ont été utilisés par des organismes dont, malheureusement, les archives ne sont pas parvenues jusqu’à nous.

Figure 5. Lieux d’origine des apprentis (1363-1421)

Figure 5. Lieux d’origine des apprentis (1363-1421)

Tableau 6 : Les contrats d’apprentissage d’après les registres du tabellionage de Rouen (1361-1421)

Tableau 6 : Les contrats d’apprentissage d’après les registres du tabellionage de Rouen (1361-1421)

Tableau 7. Les contrats d’allouement d’après les registres du tabellionage de Rouen (1403-1420)

Tableau 7. Les contrats d’allouement d’après les registres du tabellionage de Rouen (1403-1420)

Notes

1 Raymond Lulle, Doctrine d’enfant, Armand Linarès (éd.), Paris, Klincksieck, 1969, p. 170.

2 ADSM, 5 E/436. Étaimerie, étaimier : travail de l’étain, étameur.

3 AMR, Y 218, art. 3.

4 ADSM, 5 E/436, 21 juillet 1460.

5 ADSM, 2 E 1/157, 18 novembre 1397.

6 ADSM, 2 E 1/159, 9 septembre 1403.

7 ADSM, G 6879, fol. 65.

8 ADSM, G 2509, fol. 24 à 49 vo.

9 Serge Lusignan, « La lettre et le travail : l’impossible point de rencontre des arts mécaniques au Moyen Âge », dans Jacqueline Hamesse et Colette Muraille-Samaran (dir.), Le travail au Moyen Âge. Une approche interdisciplinaire. Actes du colloque de Louvain-la-Neuve (21-23 mai 1987), Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales1987, p. 129-139.

10 Guillaume Des Marez, « L’apprentissage à Ypres », Revue du Nord, février 1911, p. 234.

11 ADSM, 2 E 1/163, 27 mai 1409.

12 Pierre Charbonnier (« Les entrées dans la vie au XVe siècle d’après les lettres de rémission », dans Les entrées dans la vie. Initiations et apprentissages. Actes du 12e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Nancy, 1981), Presses universitaires de Nancy, 1982, p. 85) constate que les durées d’apprentissage réelles étaient parfois inférieures à celles qui étaient prévues par les réglementations corporatives.

13 ADSM, 5 E/436, passim ; AMR, tiroir 15, liasse no 7.

14 ADSM, 2 E 1/157, 2 mai 1399.

15 ADSM, 2 E 1/169, 8 juillet 1421. À l’issue de cette période, les lettres de l’obligation devaient être rendues à l’un des deux frères. On ne les possède malheureusement pas.

16 AMR, tiroir 15, liasse no 6, pièce no 11 : statuts de 1485, art. 4.

17 Ibid. : statuts de 1501, art. 6.

18 Ibid. : statuts de 1485, art. 9.

19 Il quitta son maître parce que, disait-il, celui-ci le traitait trop durement. Après une errance de quelques années pendant laquelle il ne quitta pas la région, il fut pendu pour avoir tenté de voler un aubergiste : Charles de Beaurepaire, « Un procès criminel à la haute-justice de l’abbaye de Montivilliers », Précis analytique des travaux de l’Académie des arts, sciences et belles-lettres de Rouen, 1891-1892 (1893), p. 299-313 ; et ADSM, 54 H 129, passim.

20 AMR, tiroir 264, Police générale des pauvres valides et de l’Hospital general de la ville de Rouen, Rouen, 1701 (copie d’un document de 1534), p. 1-2.

21 Philippe Didier, « Les contrats de travail en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles d’après les archives notariales », Revue historique du droit français et étranger, t. 50, 1972, p. 13-69.

22 Philippe Lardin, « La domination de Rouen sur la production normande de fer et de produits ferreux », dans Noël Coulet et Olivier Guyotjeannin (dir.), La ville au Moyen Âge. I : Ville et espace. Actes du 120e congrès national du CTHS (Aix-en-Provence, 23-29 octobre 1995), Paris, CTHS, 1998, p. 247-264. « Dinant », dinandier, chaudronnier de cuivre.

23 ADSM, 2 E 1/149, 21 avril 1404.

24 Pour tout ce passage, voir les références dans le tableau 6.

25 ADSM, 2 E 1/158, 7 juin 1402.

Table des illustrations

Titre Figure 5. Lieux d’origine des apprentis (1363-1421)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau 6 : Les contrats d’apprentissage d’après les registres du tabellionage de Rouen (1361-1421)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1490/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Tableau 7. Les contrats d’allouement d’après les registres du tabellionage de Rouen (1403-1420)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1490/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 494k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter