Version classiqueVersion mobile

Tabellionages au Moyen Âge en Normandie

 | 
Jean-Louis Roch

Deuxième partie. De quelques domaines éclairés par les tabellionages

Les transactions commerciales à Rouen à la fin du Moyen Âge

Alain Sadourny

Texte intégral

1Cette communication repose sur le dépouillement intégral des registres du tabellionage rouennais (ADSM, 2 E 1/150, 151, 152) de 1360 à 1366 et de 1370 à 1373, soit dix ans.

2Les transactions commerciales ne représentent qu’une assez faible partie des actes soit pour les années dépouillées 1 255 actes qui concernent un assez grand nombre de produits. Quatorze ont retenu mon attention car beaucoup d’autres n’apparaissent qu’une fois ou deux. Les produits les plus commercialisés sont des produits que l’on pourrait qualifier de primaires destinés à la consommation courante. Les produits de l’artisanat sont très peu représentés.

Prédominance des produits destinés à la consommation courante

3Un produit l’emporte, c’est le blé (mesteil ou non) qui concerne 44,62 % des actes. Ils sont achetés dans la région rouennaise et sont bien sûr destinés à la consommation de tous les jours. Quand je parle de région rouennaise, il s’agit de la Haute-Normandie actuelle, l’Eure étant bien représentée. L’orge ne compte que pour 1 % des actes.

4Les vins viennent en second lieu (14,26 % des actes). Il s’agit le plus souvent de vins achetés en amont de Rouen notamment dans la région de Mantes. Certains sont consommés dans Rouen ou dans sa proche région ; d’autres sont exportés dans le nord de la France, notamment vers Étaples (le registres des délibérations communales de la fin du XIVe siècle donnent à cet égard de multiples renseignements).

5Les poissons, hareng compris, comptent pour 8,3 % des actes, mais nous n’avons aucune idée de leur provenance, car il s’agit d’achats intra muros.

6Les pois comptent pour 6,5 % des actes. Ils sont souvent qualifiés de pois blancs et accompagnent presque toujours les ventes de blé ; ils proviennent des mêmes régions autour de Rouen.

7Les autres produits n’apparaissent que de façon peu significative, comme l’orge, qui n’apparait que dans 3 % des transactions. Un seul acte concerne des pommes et trois l’avoine. Le sel qui joue un rôle essentiel dans l’alimentation en représente à peine 1 %.

Les produits de l’artisanat

8Les produits destinés à l’industrie textile, si importante à Rouen, sont aussi peu présents. La laine compte pour 4,2 % et les produits tinctoriaux pour 3,5 %. Il est impossible de définir la provenance de la laine, mais il est probable qu’elle vient du Pays de Caux (il y a quelques achats à des curés du diocèse de Rouen notamment dans cette région). La guède vient de la région d’Amiens. Quant à l’alun, indispensable dans l’industrie textile, il n’est mentionné que dans deux actes.

9Les produits manufacturés sont peu représentés. Les bateaux concernent 5,2 % des actes ; ce sont des bateaux naviguant pour l’essentiel sur la Seine et en général de petit tonnage : dans la plupart des cas, ils ne portent qu’une ou deux queues de vin, un seul est de quarante tonneaux. Ils sont vendus avec tous leurs « appareux ».

10Les draps représentent 5,1 % des actes ; mais nous n’avons aucune mention de leur provenance. Il en est de même pour la mercerie et les cuirs qui représentent 2,07 % des actes. On ne sait s’ils sont travaillés ou non. Le reste est négligeable.

11Le tabellionage, si utile pour l’étude du marché des biens immobiliers et des rentes, l’est moins pour celle de la vie du commerce à Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search