Version classiqueVersion mobile

Tabellionages au Moyen Âge en Normandie

 | 
Jean-Louis Roch

Deuxième partie. De quelques domaines éclairés par les tabellionages

Les conseillers de Rouen dans le tabellionage à la fin du XVe siècle

Philippe Levaudel

Texte intégral

1À la fin du XVe siècle, Rouen est administré par un conseil mixte, composé d’officiers du roi et de représentants de la ville dit « conseil des Vingt-Quatre », même si le nombre de participants est très variable et ne correspond jamais à vingt-quatre présents. Les délibérations de ce conseil sont rapportées par écrit par un secrétaire rétribué, le clerc-greffier, au moins en ce qui concerne les affaires principales. C’est ainsi que nous disposons de plusieurs registres au XVe siècle avec malheureusement de longues périodes de lacunes et pour la fin du XVe siècle, il faut se contenter d’un registre qui couvre environ une décennie, du 22 juillet 1491 au 4 février 1502. Les noms des différents participants au conseil nous sont bien connus, notamment ceux des représentants de la ville, pour lesquels l’usage à Rouen est alors de procéder à des élections tous les trois ans. On connaît bien aussi la part prise ainsi par chacun dans le fonctionnement du conseil, les opinions émises, les responsabilités exercées par les uns et par les autres. Mais pour les connaître de façon plus individuelle, identifier leur famille, leur milieu, leur niveau de richesse, leur cadre social, il faut se tourner vers d’autres sources dont la principale est le tabellionage rouennais. Nous souhaiterions donc montrer ici ce que peut apporter celui-ci dans ce domaine.

2Nous nous attacherons d’abord à présenter la manière dont on peut repérer les conseillers rouennais dans le tabellionage et accumuler des informations identitaires, puis nous évoquerons la façon dont on peut approcher leur fortune immobilière.

Comment identifie-t-on les conseillers rouennais dans les actes notariés ?

3Le nom de famille et le prénom sont les premiers éléments sur lesquels nous nous appuyons. Mais nous nous heurtons d’emblée à une première difficulté, celle de l’homonymie des noms et prénoms entre fils et pères, neveux et oncles, entre frères, entre cousins, entre des familles différentes, sur plusieurs générations, du fait de la faible variété de prénoms utilisée au Moyen Âge et de l’usage répandu de certains noms de famille. On trouve ainsi à Rouen des Auber, des Gombault, des Le Gras, des Aoustin, des Duhamel, des La Chesnaye pour reprendre des noms de conseillers, dans plusieurs paroisses de la ville. Des appellations comme « l’ancien », « le jeune » permettent bien de distinguer un père d’un fils ou deux frères, mais le plus souvent, cela ne suffit pas. Nous disposons heureusement d’autres informations.

  • 1 ADSM, 2 E 1/201, 8 janvier 1477 ns ; 2 E 1/202, 28 avril 1477 ; 2 E 1/203, 12 juin 1478.
  • 2 ADSM, 2 E 1/199, 6 mars 1473 ns.

4Les actes notariés précisent, par exemple, le rang ou le statut du personnage. Les épithètes honorifiques sont fréquentes : « honorable homme », « noble homme », « escuier », « maistre » ; l’office exercé est quelquefois précisé : « conseiller de la ville de rouen », « quartenier », « receveur des rentes et revenus de la ville », « advocat du roy »... L’utilité de telles épithètes est évidente car elles nous permettent de distinguer les conseillers que nous recherchons d’autres personnages aux noms et prénoms identiques. Nous trouvons, par exemple, trois ou quatre Guillaume Gombault à la fin du XVe siècle ! Il y a Guillaume Gombault, conseiller de la ville de 1499 à 1502 ; c’est un drapier qui vit paroisse Saint-Denis. Guillaume Gombault « le jeune » est son fils. Un autre Guillaume Gombault habite la paroisse de Saint-Laurent. Ce dernier est le fils d’un Guillaume Gombault qui fut vicomte de Rouen de 1450 à 1465 et qui est décédé autour de 1470. Ces épithètes nous sont donc indispensables, d’autant qu’elles peuvent aussi nous amener à faire des découvertes. Dans une période de lacune des registres de délibérations municipales et pour laquelle les conseillers de la ville nous sont inconnus, plusieurs actes font mention de Simon du Bosc, « conseiller de la ville1 ». Nous en déduisons que celui-ci exerça cette responsabilité du 4 juillet 1475 au 4 juillet 1478 (la mention de l’office n’apparaît jamais en dehors des périodes d’exercice). De même, c’est un acte notarié qui nous apprend que Guillaume Ango a été réélu en 14722.

  • 3 ADSM, 2 E 1/201, 6 et 28 décembre 1476.

5Mais quand cette information fait défaut, comment distinguer des personnages qui portent les mêmes noms et prénoms ? Il y a plusieurs indices. D’abord, par les fiefs ou portions de fiefs qu’ils possèdent et qui sont, pour les principaux, précisés par le tabellion. Deux actes de décembre 1476 mentionnent « noble homme Jehan Mustel seigneur du fief et seigneurie de Panilleuse (à Fresquienne) » et « noble homme Jehan Mustel seigneur du Boscroger (entre Elbeuf et Pont-Audemer3) ». Dans ce dernier cas, la mention du fief principal possédé par l’intervenant sert d’élément d’identification à partir du moment où l’on sait que les deux fiefs en question n’appartiennent pas au même (et cela on l’apprend en confrontant les sources et les actes). C’est aussi une manière de différencier les frères lors des successions. La transmission du maître-fief au fils aîné marque l’avènement d’une nouvelle génération à la tête de la famille.

6Quelquefois c’est par la profession, celle-ci étant indiquée lorsqu’un métier est pratiqué, même pour ceux qui, pourtant, sont réputés nobles.

  • 4 ADSM, 2 E 1/203, 9 mars 1479 ns.
  • 5 Par exemple : ADSM, 2 E 1/203, 25 octobre 1478.
  • 6 ADSM, 2 E 1/200.
  • 7 ADSM, 2 E 1/202, 4 juillet 1477.

7Il est d’abord intéressant de découvrir des conseillers orfèvres, marchands ou hommes de loi. Jehan Thorel, conseiller en 1490-1493, est issu d’une famille d’orfèvres qui habite la paroisse de Saint-Herbland ; lui-même a appris le métier d’orfèvre à son neveu, qu’il a nourri pendant 8 à 9 ans, nous dit un acte4. Plusieurs conseillers de la fin du siècle, comme Nicolas Préère, conseiller en 1490-1493, Jacques Le Pelletier, conseiller en 1493-1496, le seigneur de Martainville, ou encore Jacques Dufour, sont des marchands cités comme tels à de nombreuses reprises dans les actes5. Un autre, Jacques Le Lieur, conseiller de 1475 à 1478 au moins et de 1490 à 1499 (c’est l’oncle de l’auteur du Livre des Fontaines), est cité comme marchand de Saint-Vincent le 28 novembre 14746, mais il semble abandonner ses activités commerciales par la suite. Guillaume Le Gras, conseiller de 1493 à 1496 et de 1502 à 1508, était un marchand drapier de Saint-Maclou7. On trouve un Jehan Mustel boucher : à coup sûr, celui-ci n’appartient pas à la famille des Mustel qui donne plusieurs conseillers.

  • 8 ADSM, 2 E 1/216, 3 avril 1493 ns.

8La paroisse de résidence, toujours mentionnée, est aussi un élément important de l’identification que le tabellion utilise. Les liens qui unissent une famille à sa paroisse sont souvent étroits et permanents dans le temps. Plusieurs générations d’Alorge se succèdent à Saint-Martin du Pont, de Dufour à Saint-Maclou, d’Ango à Saint-Patrice, de Deschamps à Saint-Éloi. Les Le Pelletier sont fixés à Saint-Candé le Jeune. Les exemples sont multiples. La mobilité interne à la ville semble relativement faible. Le Jacques Le Lieur, d’abord marchand de Saint-Vincent, vient ensuite résider à Saint-Martin du Pont, paroisse de ses parents et ancêtres. La demeure principale de la famille se transmet de génération en génération et reste le centre de la vie familiale à travers les ans. Les actes localisent de façon précise le domicile par la rue et les noms des voisins qui l’entourent, quelquefois par une enseigne ou un attribut associé à la maison habitée. Le lien avec l’église paroissiale reste aussi très fort. Les dons de rentes au trésor de la fabrique, les contrats de fondation le démontrent, même si des considérations de prestige interviennent aux côtés des motivations religieuses. Certaines églises paroissiales abritent les sépultures des membres de la même famille sur plusieurs générations (les Duréaume à Saint-André de la Porte aux Fèvres, les Dufour à Saint-Maclou, les Le Lieur à Saint-Martin du Pont...). Cet ancrage paroissial transparaît dans de nombreux actes. La fondation du conseiller Guillaume Du Feugueray8 prévoit la célébration, comme il se doit, de différentes messes, mais inclut aussi l’aménagement complet d’une chapelle à l’intérieur de l’église Saint-Vivien pour les célébrations et l’inhumation des deux époux. Ainsi c’est quelquefois la paroisse qui permet de distinguer des familles portant le même nom, les Auber de Saint-Herbland par exemple, se distinguent des autres Auber, répartis dans plusieurs paroisses ; les Gombault de Saint-Denis sont distincts des Gombault de Saint-Laurent ; ou bien la paroisse permet de différencier les branches d’une même famille, comme les Mustel de Saint-Denis et les Mustel de Saint-Éloi. Les Dubosc, très nombreux à Rouen, se différencient à la fois par le fief et la paroisse de résidence en ville.

  • 9 ADSM, 2 E 1/162, 11 avril 1407, Robert est maire en 1348 et 1372, Guillaume en 1375.
  • 10 ADSM, 2 E 1/228, 13 mars 1499.
  • 11 Pierre Cochon, Chronique normande, publiée par Charles de Beaurepaire, Rouen, Le Brument, 1876, p. (...)
  • 12 ADSM, 2 E 1/174, 13 septembre 1430, fol. 86 vo ; 2 E 1/180, 4 avril 1437, fol. 291.
  • 13 ADSM, 2 E 1/210, 18 octobre 1485, fol. 145, par exemple.

9Surtout, la multiplication des apparitions des personnages appartenant à la même famille dans les actes permet de reconstituer des généalogies car les liens de parenté (père, mère, enfants, frères, sœurs, oncles, neveux) sont généralement précisés. Mais pour arriver à des généalogies fiables et relativement complètes, il faut étudier les actes sur plusieurs décennies : c’est l’une des difficultés majeures en raison de l’ampleur de la recherche. Prenons l’exemple des Alorge, une famille riche et influente. Au XIVe siècle, on trouve deux maires de Rouen, Robert Ier, et Guillaume, deux frères9. À la fin du XVe siècle, on retrouve un Robert Alorge, procureur de la ville avant 1484 et jusqu’à sa mort en 1501, et de ce fait membre régulier du conseil de ville. Il a épousé Alips Lambert, fille de Guillaume Lambert, sieur du Londé10. Le fils aîné du couple, Nicolas, deviendra lieutenant général du vicomte de Rouen. Grâce au tabellionage, le lien peut être fait avec les Alorge du XIVe siècle. Robert, le procureur de la ville, est l’arrière-petit-fils du maire Sire Guillaume Alorge. Robert II, fils de Guillaume, est conseiller au début du XVe siècle. D’un premier mariage de Robert II, naît Robert III, décapité par les Anglais en 142111. D’un second mariage avec Alips Le Tourneur, Robert II a trois enfants, dont Guillaume et Jehan qui sont tour à tour conseillers de la ville12. C’est ce Jehan Alorge, conseiller de 1458 à 1466, mort vers 1476 qui est le père de Robert IV, procureur de la ville13. De même, il a été possible de relier le conseiller Jehan Mustel, conseiller de la ville dans les dernières années du XVe et au début du XVIe siècle aux deux maires du milieu du XIVe siècle et particulièrement à sire Roger Mustel, maire de Rouen en 1341 et 1351. Entre ces deux personnages, la famille Mustel donne à la ville six autres conseillers dont quatre de la même branche et un vicomte de l’Eau. Aucun autre exemple n’est aussi pertinent pour illustrer la permanence de certaines familles à la tête de l’administration municipale. La plupart du temps cependant, nos généalogies ne sont pas aussi complètes, faute d’une étude qui oblige à couvrir l’ensemble des registres du tabellionage. Pour les Le Lieur, les Maromme ou les Le Tourneur par exemple, des chaînons manquent entre les conseillers de la fin du XVe siècle, dont on connaît seulement quelques parents, et leurs ancêtres prestigieux du XIVe siècle. Il existe certes des généalogies établies par des historiens comme celles de Frondeville, dans son recueil sur Les conseillers du Parlement de Normandie au XVIe siècle, mais une lecture approfondie du tabellionage montre que ces listes sont bourrées d’erreurs et ne sont absolument pas fiables, surtout lorsqu’elles prétendent remonter assez haut dans le temps.

  • 14 ADSM, 2 E 1/200, 13 août 1474, 2 E 1/201, 30 octobre 1476.

10Outre le nom de jeune fille des épouses en premières ou en secondes noces (rarement plus), il est possible de situer approximativement la date de décès des personnages. Il n’est pas d’usage d’indiquer l’âge des intervenants ; nous avons seulement des informations sur les minorités, puisqu’un mineur est juridiquement placé sous la tutelle d’un adulte agissant en son nom ; les diminutifs et les attributs « l’ancien » ou « le jeune », « aisné fils » permettent de classer plus ou moins les fils, mais nous pouvons surtout situer approximativement les dates de décès de certains individus entre les derniers actes qui témoignent de leur vivant et les premiers actes qui évoquent leur trépas. Le conseiller Guérould Naguet, conseiller de 1466 à 1469, meurt entre le 13 août 1474 et le 30 octobre 1476 sans enfants ; sa succession échoit aux Dubosc et aux Dubust et avec lui s’achève l’histoire d’une famille qui avait donné trois maires au XIIIe siècle14.

11Ainsi les actes notariés du tabellionage nous permettent de constituer des sortes de fiches identitaires des conseillers de la ville de Rouen. Nous le devons au fait qu’il était nécessaire aux contemporains d’identifier les acteurs des transactions. C’est le contenu de ces transactions que nous allons aborder maintenant.

Comment estimer la fortune des dirigeants rouennais ?

12L’élite dirigeante rouennaise a assis sa puissance en investissant des gains, généralement acquis dans le commerce et la prise à ferme des revenus commerciaux, dans des biens immobiliers. Les registres du tabellionage rouennais présentent de multiples transactions qui montrent les conseillers, achetant des rentes et des maisons en ville, des terres ou des fiefs à la campagne. Les actes répertoriés nous permettent ainsi d’approcher la fortune de ces dirigeants sans prétendre dresser des inventaires exhaustifs de leurs patrimoines (ampleur de la recherche, juridictions concurrentes, lacunes) ou distinguer de façon très nette les avoirs d’un membre de la famille de ceux des autres membres (dispersion ou recouvrement de biens lors des successions, interventions conjointes dans les actes, lacunes).

  • 15 ADSM, 2 E 1/234, 18 mai 1503 ; Alain Sadourny, dans Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir.), Toulo (...)
  • 16 ADSM, 2 E 1/222, 18 février 1496 ns.
  • 17 ADSM, 2 E 1/228, 24 juillet 1500 ; ADSM, G 6270, 24 juillet 1500.
  • 18 ADSM, 2 E 1/203, 23 mai 1478.
  • 19 ADSM, 2 E 1/202, 1er octobre 1477.

13L’achat de maisons constitue un placement prestigieux et de bon rapport, surtout quand il s’agit d’un tènement de maisons ou de maisons avec dépendances. Les premiers investissements concernent souvent la demeure ancestrale, héritée des parents : les maisons des parents se transmettent souvent sur plusieurs générations. On cherche alors à les agrandir ou à les aménager. Nicolas Alorge, fils aîné du procureur de la ville, reçoit encore au début du XVIe siècle, l’ensemble résidentiel de Saint-Martin du Pont acheté par un ancêtre en 138115. Le cas est fréquent (Ango, Batencourt, Dufour...). Mahieu Duréaume, conseiller de la ville de 1478 à 1481 au moins, réside dans une demeure, paroisse Saint-André de la Porte aux Fèvres, qu’un acte qualifie de « palaiz16 » ; Mahieu concède lui-même dans un acte postérieur « que de grant temps et d’ancienneté luy et ses prédécesseurs avaient toujours été résidens et demourans en la dite paroisse S. André et en de beaux et grans héritages de bonne grande valleur et revenue17 ». En 1478, il avait d’ailleurs contribué à l’agrandir en achetant une maison contiguë à la sienne18. Les possessions voisines sont aussi recherchées car elles peuvent être louées. Le conseiller Jacques de Bresmes (1466-1469) habite l’hôtel du « Plat d’Etain », rue de la Vicomté. Lorsque sa fille se marie, il lui fait don de l’hôtel voisin des « Boursetez » qui contient plusieurs louages19.

  • 20 ADSM, 2 E 1/198, 20 janvier 1472 ns ; 2 E 1/199, 9 avril 1472 ; 2 E 1/201, 11 juin 1476 ; 2 E 1/20 (...)
  • 21 ADSM, 2 E 1/200, 27 septembre 1474.
  • 22 ADSM, 2 E 1/215, 22 juin 1492 ; 2 E 1/228, 24 janvier 1500 ns.
  • 23 Anne Bourrienne-Savoye, « Saint-Vincent de Rouen, une paroisse de marchands au XVe siècle », Bulle (...)
  • 24 Jean-Pierre Leguay, « Un aspect essentiel de l’histoire urbaine : la propriété et le marché de l’i (...)
  • 25 ADSM, 2 E 1/221, 7 mai 1495, l’acte indique 35 sous tournois pour un écu.
  • 26 ADSM, 2 E 1/201, 29 mai 1476.

14On peut essayer de repérer les grandes concentrations immobilières urbaines à l’exemple de celles qui sont connues pour la fin du XIVe siècle, pour les Alorge, les Deschamps ou les Mustel. Dans la seconde moitié du XVe siècle, Robert Le Cornu, conseiller de 1451 à 1466, possède au moins sept maisons : trois à Saint-Vincent, dont l’une est baillée pour 5 livres de rente à héritage par an, une à Saint-Nicolas, une à Notre-Dame-la-Ronde qu’il achète 300 livres tournois en 1476, une à Saint-Lô qu’il achète également 300 livres en 1478, une autre à Saint-Vivien sur le Robec qu’il baille pour 18 livres. Il achète aussi le « manoir et hostel des heaulx » à Bois-Guillaume pour 180 livres en 1478. Il avait aussi un hôtel à Neufchâtel qu’il vend la même année pour 300 livres. Il possède en outre quelques jardins et pièces de terre à l’intérieur de Rouen20. Pour la fin du XVe siècle, on connaît aussi l’ensemble rassemblé par les Leclerc. Le conseiller Pierre Leclerc, fils d’un riche marchand de Saint-Vincent, possède une énorme fortune immobilière urbaine. Le noyau initial consiste en deux hôtels contigus, l’hôtel du Heaulme qu’il habite, et l’hôtel voisin que son père a acheté en 1474 pour 275 livres tournois21, une somme qui révèle un bâtiment très confortable, mais non exceptionnel. En 1492, Pierre agrandit cet ensemble par l’achat d’une maison touchant à l’hôtel du Heaulme pour 800 livres, puis il fait l’acquisition en 1500 de l’hôtel des « Maillotz », tout proche du Heaulme pour 350 livres22. Ce sont des sommes, surtout pour la première, fort importantes qui traduisent une aisance supérieure. Mais c’est avec l’hôtel d’Harcourt que Pierre Leclerc achète en 1498 pour l’énorme somme de 1 400 livres qu’on atteint l’exception. Cet hôtel est l’un des plus gros hôtels de la paroisse Saint-Vincent et de la ville. Loué, il lui rapportait 85 livres par an et 65 livres 1 sou de rentes annuelles23. De telles concentrations immobilières sont peu nombreuses, comme c’est le cas ailleurs. Dans un article sur la propriété immobilière à la fin du Moyen Âge, Jean-Pierre Leguay avait remarqué que les dix habitations par famille étaient rares dans le royaume de France, la plupart des familles aisées en possédant entre 5 et 10, voire moins24. Il conseillait donc de s’attacher, plutôt qu’au nombre, à la valeur des maisons. Les maisons dépassant 1 000 livres sont tout à fait exceptionnelles. Outre l’hôtel d’Harcourt, il y a l’exemple de la maison à l’enseigne du Lion vert, vendue par le conseiller Jacques Daniel (1499-1502) 1 050 écus d’or soit 1 837 livres 10 sous à Alonce de Civille en 149525. D’autres exemples peuvent sans doute être retrouvés. Plus communes sont les transactions qui concernent des maisons valant environ 300 livres comme celles achetées ou vendues par Robert Le Cornu. La plupart des achats de maisons correspondent à des sommes comprises entre 100 et 200 livres, soit la valeur d’une maison ordinaire à Rouen. Là, les exemples sont nombreux : citons seulement Pierre Dufour, conseiller entre 1472 et 1481, qui achète un hôtel à Saint-Sauveur pour 100 livres et un autre à Saint-Maclou pour 160 livres26. Voilà les achats les plus courants.

  • 27 ADSM, 2 E 1/200, 2 juillet 1474 ; 2 E 1/218, 13 février 1493.
  • 28 ADSM, 2 E 1/207, 25 ou 26 avril 1482.
  • 29 ADSM, 2 E 1/235, 1er janvier 1504 ns.
  • 30 ADSM, 2 E 1/216, 14 et 27 février 1493 ns.
  • 31 ADSM, 2 E 1/201, 16 janvier 1477 ns ; 2 E 1/203, 17 avril 1478.
  • 32 Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen-Âge, Paris, Plon, 1952, p. 486-497.
  • 33 ADSM, 2 E 1/203, 17 avril 1478.

15Les propriétés des conseillers de la ville sont aussi rurales. Nombreux sont ceux qui possèdent des fiefs ou portions de fiefs et qui en acquièrent pour en posséder davantage ou obtenir l’anoblissement en vertu de l’ordonnance des francs-fiefs. La possession de fiefs est d’abord liée à des acquisitions ancestrales. Robert Alorge a hérité de son père, avant 1474, du fief et du manoir de Saineville, dans l’Eure, près d’Amfreville-sous-les-Monts, (un fief acheté 600 livres à la fin du XIVe siècle par le grand-père de Robert). Il hérite aussi du quart de fief noble des Cateliers et de celui des Cent-acres dans la région d’Auffay27. C’est peu pourtant, à côté de ce que possédaient les Alorge au début du XVe siècle. Très souvent, des fiefs sont acquis par mariage. Jacques Le Lieur, par exemple, obtient le fief du Bosc-Bénard-Commin, près de Bourgtheroulde dans l’Eure, grâce à son mariage avec Colette Le Cornu28, la fille de Robert, mais le couple meurt sans enfant et ce fief est transmis au neveu de Jacques, le futur conseiller et auteur du Livre des Fontaines29. Les plus riches cumulent les fiefs ou en achètent de fort coûteux. Pierre Leclerc achète le fief du Croisset pour 3 500 livres30. Robert Surreau, conseiller entre 1472 et 1490, achète aux Ango la seigneurie de Bondeville en 1476 pour 1 800 livres31. Les fortunes les plus récentes se constituent de vastes ensembles fonciers. Le plus important, à la fin du XVe siècle, est celui constitué par Jacques Le Pelletier (1493-1496), décrit par Michel Mollat32. À l’inverse, les successions dispersent le patrimoine familial. Même si la meilleure part est destinée à l’aîné, qui reçoit le fief principal de la famille, l’habitude est souvent de laisser aussi quelques propriétés aux fils suivants, à l’exemple des Surreau : Robert Surreau a hérité de son père, le vicomte de l’Eau Jehan Surreau, de la seigneurie de Malaunay, tandis que le frère de Robert, Thomas, lui aussi conseiller de la ville (mais plus tard que son frère, de 1493 à 1496 et de 1502 à 1505), a reçu le fief de Farceaulx, dans le Vexin normand33.

  • 34 ADSM, 2 E 1/199, 10 et 20 juin, 25 juillet, 22 octobre, 11 novembre 1472, 9 et 24 février, 1er avr (...)
  • 35 ADSM, 2 E 1/199-203.
  • 36 ADSM, 2 E 1/200, 25 mai, 23 novembre 1474, 7 mars 1475 ns ; 2 E 1/201, 26 juillet 1476, 6 mars 147 (...)
  • 37 ADSM, 2 E 1/214, 12 et 17 juin 1491 ; 2 E 1/216, 27 août 1493, 14 janvier 1494 ns.
  • 38 AMR, A 9, 28 février 1495 ns.

16L’achat de rentes assises sur un bien foncier constitue un autre type d’investissements avantageux et toujours attractif à la fin du XVe siècle. Les conseillers rouennais sont, dans l’ensemble, actifs sur le marché des rentes. Il est difficile cependant d’évaluer les sommes globales investies, il faudrait pouvoir étendre l’étude sur toute une génération pour un individu et sur plusieurs pour une famille. Tout au plus, pouvons-nous faire quelques remarques pour de courtes périodes, par exemple pour les années 1470. Robert Le Cornu est alors l’un des plus gros acheteurs de rentes : sur cinq années étudiées, entre 1472 et 1478, il dépense plus de 1 500 livres pour couvrir l’achat de 143 livres 17 sous 3 deniers de rentes et s’il en vend, c’est dans des proportions nettement plus faibles : 49 livres de rentes cédées pour un total de 490 livres34. À côté, Robert Osmont, père du receveur de la ville Nicolas Osmont et sans doute aussi du conseiller Simon Osmont (1496-1499), multiplie les transactions sans jamais conclure de grosses affaires. L’ensemble finit par constituer une somme imposante : la valeur globale des rentes achetées atteint 84 livres 10 sous 12 deniers pour un prix de 914 livres 5 sous35. À titre de comparaison pour la même période, l’avocat du roi Robert Le Lieur, un des hommes les plus importants du conseil de ville dans les deux dernières décennies du siècle, achète 39 livres 10 sous de rentes pour 385 livres36. Au début des années 1490, celui-ci est plus actif car il en achète alors pour de grosses sommes : 20 et 50 livres en juin 1491 acquises pour 700 livres, deux rentes de 10 livres en 1493 payées 300 livres au total37. Il achète également avec son frère, le conseiller Jacques Le Lieur, à la ville une rente fort importante de 200 livres pour 2 000 livres38.

  • 39 ADSM, 2 E 1/199, 12 juin 1472, 4 janvier 1473 ns ; 2 E 1/200, 25 janvier 1475 ns ; 2 E 1/201, 18 a (...)

17Enfin, des conseillers rouennais investissent dans des terres qu’ils baillent à héritage contre des rentes en monnaie complétées par des rentes en nature, de manière à s’assurer un approvisionnement régulier en produits agricoles. Le cas est fréquent. Le conseiller Guéroult de Maromme (1490-1492 et 1499-1502) baille plusieurs pièces de terre, de 1472 à 1478, pour 12 livres 12 sous, 9 chapons et une poule de rentes39.

18Les conseillers de la ville de Rouen sont sans aucun doute à la fin du XVe siècle des personnages riches et influents, dotés d’un patrimoine foncier conséquent, acquis au long d’une vie ou développé sur plusieurs générations. Dans ce dernier cas, une étude du tabellionage rouennais sur le long terme se révèle particulièrement intéressante.

  • 40 AMR, A 9, 3 juin 1497, fol. 233 ro -234 vo.
  • 41 Alfred Cerné, Les anciennes sources et fontaines de Rouen, leur histoire à travers les siècles, Ro (...)
  • 42 Charles de Beaurepaire, De la Vicomté de l’Eau de Rouen et de ses coutumes aux XIIIe et XIVe siècl (...)
  • 43 AMR, A 9, 4 juillet 1499, fol. 312 ro -313 vo.

19Une lecture du tabellionage en amont et en aval a pour avantage de suivre l’évolution des familles dirigeantes sur plusieurs décennies et sur plusieurs générations. Les conseillers Le Tourneur, Maromme, Le Lieur..., appartiennent à des familles qui ont donné des maires au XIVe siècle ou des conseillers à la fin du XIVe et au début du XVe siècle. Les bases de la fortune familiale sont ainsi, pour de nombreux dirigeants, relativement anciennes. Il s’agit donc, pour la plupart, de la maintenir et de la consolider (en favorisant l’aîné dans la transmission successorale ou en évitant un trop grand morcellement successoral). Certaines d’entre elles comme les Le Lieur semblent poursuivre leur ascension et étendre une fortune déjà notable. Robert, avocat du roi au bailliage, à la sénéchaussée40 et au parlement de Normandie lors de sa création en 1499, personnalité dominante du conseil de ville dans les dernières années du XVe siècle, est d’après le tabellionage un riche propriétaire urbain de rentes et de biens-fonds. Il cumule plusieurs fiefs et portions de fiefs. Il meurt en 1501, laissant deux fils dont Jacques, qui, devenu conseiller, offrira à sa ville Le Livre des Fontaines et achèvera l’ascension de la famille41. De même, les Mustel gardent leur influence. Ils s’accommodent plutôt bien de la période anglaise. Roger Mustel est vicomte de l’Eau entre 1418 (1423 au plus tard) et 144242. Après la guerre, ils donnent encore trois conseillers, dont Jehan Mustel, seigneur du Bosc-Roger (dans l’Eure, entre Elbeuf et Pont-Audemer), élu en 149943. À l’inverse, les Alorge, compromis dans un complot contre les Anglais, y perdent une partie de leurs biens. S’ils parviennent à garder un rang honorable à la fin du XVe siècle, ils n’ont pas retrouvé leur lustre passé. Les autres vieilles familles dirigeantes, les Des Essars, les Lallemant, les Deschamps, les Maromme, ont une histoire peu connue. Elles semblent subir les effets des crises politiques et économiques et tiennent difficilement leur rang avant de reparaître à la tête des affaires municipales avec le début de l’expansion à partir de Louis XI.

20L’étude des actes montre aussi l’apparition de quelques personnages nouveaux qui commencent à investir avec profit en ville et à la campagne et qui parviennent, parallèlement, au conseil de ville : les Le Pelletier, les Dufour, les Auber, les Le Gras, les Ango. Ce conseil n’est pas fermé et permet un renouvellement mesuré. À l’inverse, d’autres familles qui avaient dominé la ville aux XIIIe et XIVe siècles, les Val Richer, les Duchastel, les Orbec, les Filleul, ont complètement disparu de l’administration municipale. On ne les rencontre plus dans les actes du tabellionage ni dans les registres des délibérations municipales.

  • 44 AMR, A8, fol. 121 ro ; ADSM, 2 E 1/210, fol. 168 vo.
  • 45 AMR, A 9, 13 janvier 1492 ns ; Marie-Christiane de La Conté, « La création », dans Nicolas Plantro (...)
  • 46 AMR, A 9, A 11.
  • 47 AMR, A 9, fol. 79 ro, fol. 312 vo -313 ro.
  • 48 Par exemple ADSM, 2 E 1/216, 3 avril 1492.

21À vrai dire, les renseignements manquent encore pour de nombreuses familles, qui donnent des conseillers ou des officiers municipaux importants à la fin du XVe siècle, pour la plupart entrées dans la noblesse de robe, mais dont les origines sont assez mal connues en dehors des Surreau. Robert de La Fontaine, seigneur de Pissy, avocat pensionnaire et conseiller clerc à l’Échiquier, est le fils d’un lieutenant général du bailli, Guillaume de La Fontaine44. De même, Laurent de La Perreuse, pensionnaire et conseiller laie à l’Échiquier, seigneur de Fresquiennes, avait pour père un serviteur du roi, commis à la recette générale de Normandie, cité dans la liste des nobles et noblement tenans du 3 décembre 144045. Les Quièvremont, Pierre et son fils Louis, seigneurs de Heudreville-sur-Eure, forment une famille d’hommes de loi, avocats à l’Échiquier où ils se succèdent46. À Rouen, ils habitent la paroisse Saint-Laurent. On connaît encore très peu les Duhamel ou les Du Feugueray, pourtant très présents aux assemblées des XXIV du conseil. Un Robert Duhamel, avocat, a été conseiller au lendemain de la Harelle, pendant sept ans. Mais on perd la trace de cette famille jusqu’à Jacques, élu conseiller avant 1491 et en 149947. Guillaume Du Feugueray est un riche bourgeois de Saint-Vivien, qualifié de « noble homme » dans les actes notariés48. Le tabellionage a beaucoup encore à livrer sur ces familles dont le succès est couronné par l’accès au conseil de ville. À la fin du XVe siècle, devenir conseiller reste une consécration comme l’était le fait de devenir maire au XIVe siècle.

Notes

1 ADSM, 2 E 1/201, 8 janvier 1477 ns ; 2 E 1/202, 28 avril 1477 ; 2 E 1/203, 12 juin 1478.

2 ADSM, 2 E 1/199, 6 mars 1473 ns.

3 ADSM, 2 E 1/201, 6 et 28 décembre 1476.

4 ADSM, 2 E 1/203, 9 mars 1479 ns.

5 Par exemple : ADSM, 2 E 1/203, 25 octobre 1478.

6 ADSM, 2 E 1/200.

7 ADSM, 2 E 1/202, 4 juillet 1477.

8 ADSM, 2 E 1/216, 3 avril 1493 ns.

9 ADSM, 2 E 1/162, 11 avril 1407, Robert est maire en 1348 et 1372, Guillaume en 1375.

10 ADSM, 2 E 1/228, 13 mars 1499.

11 Pierre Cochon, Chronique normande, publiée par Charles de Beaurepaire, Rouen, Le Brument, 1876, p. 134.

12 ADSM, 2 E 1/174, 13 septembre 1430, fol. 86 vo ; 2 E 1/180, 4 avril 1437, fol. 291.

13 ADSM, 2 E 1/210, 18 octobre 1485, fol. 145, par exemple.

14 ADSM, 2 E 1/200, 13 août 1474, 2 E 1/201, 30 octobre 1476.

15 ADSM, 2 E 1/234, 18 mai 1503 ; Alain Sadourny, dans Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 111.

16 ADSM, 2 E 1/222, 18 février 1496 ns.

17 ADSM, 2 E 1/228, 24 juillet 1500 ; ADSM, G 6270, 24 juillet 1500.

18 ADSM, 2 E 1/203, 23 mai 1478.

19 ADSM, 2 E 1/202, 1er octobre 1477.

20 ADSM, 2 E 1/198, 20 janvier 1472 ns ; 2 E 1/199, 9 avril 1472 ; 2 E 1/201, 11 juin 1476 ; 2 E 1/203, 7 avril 1478, 17 septembre 1478, 22 mars 1479 ns.

21 ADSM, 2 E 1/200, 27 septembre 1474.

22 ADSM, 2 E 1/215, 22 juin 1492 ; 2 E 1/228, 24 janvier 1500 ns.

23 Anne Bourrienne-Savoye, « Saint-Vincent de Rouen, une paroisse de marchands au XVe siècle », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1958-1970, p. 144-145 (d’après ADSM, G 7741).

24 Jean-Pierre Leguay, « Un aspect essentiel de l’histoire urbaine : la propriété et le marché de l’immobilier à la fin du Moyen Âge dans le royaume de France et dans les grands fiefs périphériques », dans Jean-Claude Maire-Vigueur (dir.), D’une ville à l’autre. Structures matérielles et organisation de l’espace dans les villes européennes, XIIIe-XVIe siècles. Actes du colloque de Rome (1986), École française de Rome, 1989, p. 175-176.

25 ADSM, 2 E 1/221, 7 mai 1495, l’acte indique 35 sous tournois pour un écu.

26 ADSM, 2 E 1/201, 29 mai 1476.

27 ADSM, 2 E 1/200, 2 juillet 1474 ; 2 E 1/218, 13 février 1493.

28 ADSM, 2 E 1/207, 25 ou 26 avril 1482.

29 ADSM, 2 E 1/235, 1er janvier 1504 ns.

30 ADSM, 2 E 1/216, 14 et 27 février 1493 ns.

31 ADSM, 2 E 1/201, 16 janvier 1477 ns ; 2 E 1/203, 17 avril 1478.

32 Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen-Âge, Paris, Plon, 1952, p. 486-497.

33 ADSM, 2 E 1/203, 17 avril 1478.

34 ADSM, 2 E 1/199, 10 et 20 juin, 25 juillet, 22 octobre, 11 novembre 1472, 9 et 24 février, 1er avril 1473 ns ; 2 E 1/200, 6 et 20 août, 13 octobre, 1er décembre 1474 ; 2 E 1/201, 21 mai, 20 juillet 1476, 4 et 25 janvier, 7, 8, 11 et 12 février 1477 ns ; 2 E 1/202, 2 E 1/203.

35 ADSM, 2 E 1/199-203.

36 ADSM, 2 E 1/200, 25 mai, 23 novembre 1474, 7 mars 1475 ns ; 2 E 1/201, 26 juillet 1476, 6 mars 1477 ns ; 2 E 1/203, 10 juin, 25 août, 5 octobre, 25 novembre 1478, 13 mars 1479 ns.

37 ADSM, 2 E 1/214, 12 et 17 juin 1491 ; 2 E 1/216, 27 août 1493, 14 janvier 1494 ns.

38 AMR, A 9, 28 février 1495 ns.

39 ADSM, 2 E 1/199, 12 juin 1472, 4 janvier 1473 ns ; 2 E 1/200, 25 janvier 1475 ns ; 2 E 1/201, 18 avril, 13 octobre 1476 ; 2 E 1/202, 26 mai, 25 juin, 25 juillet 1477 ; 2 E 1/203, 13 juin 1478.

40 AMR, A 9, 3 juin 1497, fol. 233 ro -234 vo.

41 Alfred Cerné, Les anciennes sources et fontaines de Rouen, leur histoire à travers les siècles, Rouen-Paris, Lestringant, 1930, p. 351.

42 Charles de Beaurepaire, De la Vicomté de l’Eau de Rouen et de ses coutumes aux XIIIe et XIVe siècles, Évreux, A. Hérissey, 1856, p. 247.

43 AMR, A 9, 4 juillet 1499, fol. 312 ro -313 vo.

44 AMR, A8, fol. 121 ro ; ADSM, 2 E 1/210, fol. 168 vo.

45 AMR, A 9, 13 janvier 1492 ns ; Marie-Christiane de La Conté, « La création », dans Nicolas Plantrou (dir.), Du Parlement de Normandie à la Cour d’appel de Rouen, 1499-1999, Paris, Imprimerie Nationale, 1999, p. 59 ; Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise au XVe siècle, Rouen, Legrand, 1840, t. II, p. 127 ; ADSM, 2 E 1/205, fol. 31 ro.

46 AMR, A 9, A 11.

47 AMR, A 9, fol. 79 ro, fol. 312 vo -313 ro.

48 Par exemple ADSM, 2 E 1/216, 3 avril 1492.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search