Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tabellionages au Moyen Âge en Normandie

 | 
Jean-Louis Roch

Introduction

Texte intégral

  • 1 Actes publiés sous le titre : Tabellions et tabellionages de la France médiévale et moderne (Paris (...)

1Le tabellionage est au Nord ce que le notariat est au Sud. Les tabellions sont revenus sur le devant de la scène avec les passionnantes journées d’études organisées par Mathieu Arnoux et Olivier Guyotjeannin, à Paris en 2005 et 20071. Mais ils n’ont pas livré encore tous leurs secrets. Ce sont des notaires et ce ne sont pas des notaires. Ces derniers valident leurs actes par leur simple signature et gardent précieusement leurs registres. Les tabellions doivent faire valider les actes qu’ils enregistrent par l’autorité judiciaire dont ils dépendent. Ils gardent ainsi des liens étroits avec la justice ; juridiction gracieuse et juridiction contentieuse sont étroitement liées, c’est même là l’une des originalités du tabellionage face au notariat du midi.

2Dans certaines régions, ces actes ont été conservés dès le XIVe siècle dans de gros registres, en Normandie, en Bourgogne, dans l’Orléanais et le Dunois. Les historiens disposent là d’une source exceptionnelle, qui va leur permettre de pénétrer dans la vie des familles, la vie économique, le comportement des élites, éclairer les pratiques religieuses, le rôle de la femme ou les décalages entre la pratique et les coutumes successorales. Depuis plusieurs années, de nombreux chercheurs ont exploré le tabellionage rouennais, 80 registres, des milliers d’actes. Le GRHIS a entrepris de réaliser une base de données, afin de faciliter l’accès à cette source exceptionnelle. Le tabellionage normand présente cependant des caractères particuliers, il ne contient guère de testament, ni d’inventaire après décès ; il sépare le meuble (prêts, apprentissages, transactions commerciales) et l’immeuble (héritages, mariages, immobilier, rentes) et il oublie souvent de conserver précieusement le premier. Nous avons voulu ici poursuivre l’étude engagée lors des journées « Tabellionages » de Paris sur le rôle du tabellion, mais aussi montrer l’intérêt de ces archives dans les domaines les plus variés possibles. Une journée d’étude a donc été organisée par le GRHIS, le 14 novembre 2012, à l’université de Rouen, rassemblant les recherches récentes sur les tabellionages de l’ensemble de la Normandie. Une étude sur les pays de Loire permet la comparaison avec une autre terre à registres. Ce sont les interventions des participants qui sont reproduites ici. On a cru utile d’y ajouter une bibliographie de l’ensemble des travaux concernant les tabellionages de la moitié nord de la France. Car la Normandie n’est pas seule.

Notes

1 Actes publiés sous le titre : Tabellions et tabellionages de la France médiévale et moderne (Paris, Éditions de l’École des Chartes, 2011).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540