Version classiqueVersion mobile

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

Villes et religions. Réflexions historiographiques et nouvelles perspectives

Identité chrétienne et cyberespace : vers de nouveaux espaces religieux ?

Paul Paumier

Texte intégral

  • 1 Cette communication est dédiée à Michel Lagrée, récemment disparu. Dans son ouvrage La bénédiction (...)

1Cette communication1 sur « Identité chrétienne et cyberespace » a bien sa place dans ce colloque. En effet, le réseau internet est avant tout un phénomène urbain même si par essence l'espace virtuel est présent partout.

  • 2 Lustiger (Jean-Marie), « L'Église, experte en mondialisation », La Croix, jeudi 4 novembre 1999, p (...)
  • 3 ibidem.
  • 4 La globalisation est définie comme « une vision des problèmes à l'échelle du Monde, en jouant sur (...)

2À l'heure de la mondialisation, les Églises s'interrogent sur leur place dans l'évolution du monde. Lors d'un colloque organisé à l'occasion des vingt ans de l'Institut français des relations internationales, le cardinal archevêque de Paris, Jean-Marie Lustiger déclarait : « l'Église, “experte en humanité”, disait le Concile Vatican II, est aussi experte en mondialisation »2. Cette mondialisation, si elle s'affirme essentiellement économique et commerciale, dépasse « toute frontière géographique, toute limite historique et toute caractéristique sociologique, elle tend à englober la totalité des corps sociaux dans une seule entité »3. On parlera alors de globalisation4.

  • 5 Vettraino-Soulard (Marie-Claude), Les enjeux culturels d'Internet, Paris, Hachette, 1998.

3Ainsi le monde de la culture5 et celui des religions n'échappent pas à ce phénomène. Aujourd'hui de nouveaux espaces – des espaces virtuels – émergent dans notre vie. Les Églises, les groupes religieux les plus divers ne sont pas absents de cette nouvelle réalité. Ce sont ces nouveaux territoires religieux virtuels que je vais tenter de vous présenter. Que se soient les Églises chrétiennes ou les groupes religieux dissidents, chacun affirme son identité sur le réseau Internet. Nous mèneront tout d'abord une réflexion sur l'espace virtuel et les nouveaux critères de territorialisation, ensuite nous verrons comment les Églises communiquent sur le web, enfin nous constaterons que les minorités chrétiennes et les groupes religieux dissidents bénéficient d'une audience élargie.

L'espace virtuel : de nouveaux critères de territorialisation

Crise du territoire religieux

  • 6 On consultera avec profit la synthèse bibliographique de Daniel Dory, « Introduction bibliographiq (...)
  • 7 Hébrard (Monique), « Pluralité des lieux de référence dans le Catholicisme », dans Jean-René Bertr (...)
  • 8 Un numéro du magazine international de la ville, Urbanisme, novembre-décembre 1996, no 291 est con (...)
  • 9 Brunet (R.), Les mots de la géographie, op. cit., p. 480 : « La notion de territoire est donc à la (...)
  • 10 Steck (Benjamin), « Crise du territoire, crise de la paroisse », La Revue d'ici, 1998/1, no 17, p. (...)
  • 11 Mercator (Paul), La fin des paroisses ? Recomposition des communautés, aménagement des espaces, Pa (...)
  • 12 Boutry (Philippe), « Le clocher », dans Pierre Nora (sous la dir.), Les lieux de mémoire, t. 3 : l (...)
  • 13 Code de droit canonique, 1983, canon 515 et Patrick Valdrini, Jacques Vernay, Jean-Paul Durand et (...)
  • 14 Piveteau (Jean-Luc), « Foi chrétienne et relation de l'homme au territoire », Hérodote, juillet-se (...)
  • 15 Hébrard (Monique), « Pluralité des lieux de référence dans le catholicisme », Religions et territo (...)
  • 16 Journées Mondiales de la Jeunesse.

4Les travaux des géographes6, des sociologues7, des urbanistes8 depuis une dizaine d'années évoquent la crise du territoire9, montrent le déplacement de certaines frontières. Le territoire religieux10 n'échappe pas à cette remise en cause. À l'heure du déclin du clergé et de son vieillissement, de la diminution des pratiquants réguliers, la recomposition des paroisses est à l'ordre du jour11. Même si ce redécoupage est parfois difficile – il faut vaincre l'esprit de clocher12 – le Code de droit canonique rappelle que le découpage essentiel n'est pas celui de la paroisse mais celui du diocèse, Église particulière13. Au plan théologique la paroisse est d'abord une communauté avant d'être une structure, un édifice ou un territoire. Cette notion de communauté est essentielle dans l'Église et le géographe Jean-Luc Piveteau rappelle que l'Église, au cours de son histoire, a oscillé « entre deux grandes tendances : celle d'une territorialisation de type “quadrillage” (les paroisses, les diocèses, etc.) et celle d'une territorialisation de type “sectoriel”. Dans ce second cas, l'inscription spatiale est tout aussi concrète mais elle est discontinue, parce que se spécialisant dans l'approche d'un groupe social ou d'un problème particulier »14. Cette approche sectorielle a été particulièrement celle des mouvements d'action catholique au cours du XXe siècle. Ces dernières décennies ont vu naître de nouveaux groupes : des groupes et des structures à géométrie variable, des communautés d'affinité. Comme le souligne la sociologue Monique Hébrard : « À côté des groupes institutionnels […] on a vu depuis 25-30 ans se multiplier des groupes difficiles à recenser et à classer, car ils sont à géométrie variable dans l'espace, le temps et les relations avec l'Institution. Parfois ponctuels (pour une formation, une « opération » à réaliser…), et parfois durables, en lien avec l'Institution et parfois marginaux : ce sont souvent des groupes de proximité que l'on choisit pour des raisons affectives ou idéologiques »15. Groupes de cheminement (autour des synodes diocésains, autour du rapport Dagens, Proposer la foi dans la société actuelle, autour d'Évreux sans frontières et de l'affaire Gaillot), groupes de jeunes pour les JMJ16, les pèlerinages, les communautés de vie charismatiques ou traditionnelles autant de communautés nouvelles ponctuelles ou durables.

5Le choix qui s'offrait en ville de choisir sa communauté, sa liturgie est aujourd'hui démultiplié. Le nomadisme paroissial est complété aujourd'hui par la navigation sur la toile. Les espaces virtuels permettent à des groupes institutionnels (diocèses, paroisses, communautés religieuses) mais aussi aux groupes sectoriels ou d'affinité de communiquer avec le monde entier, à l'exemple du bateau chapelle « Je sers » de la paroisse des bateliers. À propos de l'importance du territoire on assiste dans la communication à un renversement de perspective. Dans les années 80, n'avait-on pas parfois reprocher à l'Église catholique d'avoir un seul évêque médiatisé : celui de Rome ? Aujourd'hui, sur le web, le local s'exprime au monde entier au même titre que l'échelon diocésain ou pontifical. Les limites sont remises en cause. La nouvelle frontière est d'abord linguistique.

Une nouvelle frontière linguistique : la francophonie

  • 17 Lévy (Pierre), Cyberculture, Paris, Odile Jacob, 1997, 107 : rapport au Conseil de l'Europe dans l (...)

6Le mot « cyberespace », inventé en 1984 par William Gibson dans le roman de science-fiction Neuromancien désigne « l'univers des réseaux numériques » et est défini par Pierre Lévy comme « l'espace de communication ouvert par l'interconnexion mondiale des ordinateurs et des mémoires informatiques »17. Ce nouveau territoire virtuel est d'abord limité par la connaissance des langues. Comme le rappelle un des sites du réseau Internet, Babelweb, la toile se présente comme une gigantesque tour de Babel. Toutes les langues y sont parlées, même si les pages web écrites en anglais restent très largement prédominantes.

  • 18 url : http://annuaire-frs.com (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). (...)
  • 19 url : < http://assoc.wanadoo.fr/entraide-reseau > (page consultée le 29 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 20 url : < http://www.catholiens.org > (page consultée le 8 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 21 url : < http://www.eklesia.net > (page consultée le 29 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 22 url : < http://www.megaphone.ch/webring/ > (page consultée le 6 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). Cf. Dossier p. 21.
  • 23 url : < http://www.megaphone.ch/top/ > (page consultée le 6 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 24 url : < http://www.ekklesia.ch/aquarium/ > (page consultée le 25 novembre 1999) devenu < http://www.laquarium.ch/ > (lien vérifié le 15 mars 2002).

7Aujourd'hui sur le réseau, les moteurs de recherche généralistes permettent de filtrer les réponses par langue et sont apparus depuis plusieurs années des moteurs de recherche spécialisés dans le domaine religieux. Ces moteurs sont souvent appelés « francophones ». Il y a l'Annuaire de la Francophonie Religieuse et Spirituelle18, créé à l'initiative de chrétiens de différentes confessions réunis dans l'association Entraide-réseau19 et qui existe depuis février 1997. Les moines bénédictins de l'abbaye de Clerlande, en Belgique, ont créé le site Catholiens20 qui donne accès à un grand nombre de pages validées pour leur intérêt religieux. Les webmestres – maîtres de la toile – des sites chrétiens francophones ont créé leur site intitulé Eklesia.net21 sur lequel figurent les statuts de l'association, le règlement intérieur, la liste des membres du Conseil d'administration. Le webring des chrétiens francophones22 est un site suisse qui s'est fixé pour but d'augmenter la fréquentation des sites et de souder les liens de la « famille chrétienne sur le web ». Hébergées par le même serveur, les pages d'Estelle Martin et d'Eric Célérier dresse le top chrétien francophone23, c'est-à-dire le classement en temps réel en fonction du nombre de connexions des 100 sites chrétiens les plus visités. Enfin l'aquarium24 affirme être le premier moteur de recherche des sites chrétiens francophones. Puisque les recherches d'information sont filtrées d'après la langue française, les moteurs suisses donnent autant d'informations sur la Suisse que sur la France, la Belgique ou le Québec (Canada). Ils indexent un grand nombre d'adresses électroniques sans se préoccuper des limites traditionnelles (nationale, diocésaine ou paroissiale).

  • 25 url : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap04.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org. >).
  • 26 url : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap03.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org >).

8L'adresse postale des sites web ne tient plus compte non plus des frontières traditionnelles. Par exemple, le site Port Saint-Nicolas25 est un site hébergé au Luxembourg parce que le webmestre, Jim Wanderscheid, habite dans le Grand Duché. Pourtant à l'origine, il concerne une paroisse de la banlieue parisienne, la paroisse Saint-Nicolas à la Queue-en-Brie, comme le rappelle l'historique de ce site web26.

  • 27 url : http://www.vatican.va (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). E (...)
  • 28 url : < http://www.partenia.org > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

9L'enjeu linguistique sera essentiel dans les années à venir sur le réseau. Dominique Wolton, spécialiste de la sociologie de la communication, appelle de ses vœux des armées de traducteurs pour rendre accessible à chacun le contenu du réseau. Actuellement peu de sites religieux sont multilingues. C'est le cas des sites internationaux (Vatican, Fides)27 et également du site de Partenia28 qui est consultable outre le français, en anglais, allemand, italien, espagnol, portugais et néerlandais.

Peut-on mesurer l'audience des sites religieux virtuels ?

10Pour l'instant on manque de statistiques. Néanmoins grâce aux outils mis en place sur les sites web, on peut mesurer le nombre de connexions.

  • L'Annuaire de la Francophonie Religieuse et Spirituelle : lors de ma visite sur le site le 15/11/99, j'étais le 24 136e visiteurs du site depuis février 1997. Ce site donnait quelques statistiques de fréquentation et d'audience en précisant que 50 visites/jour correspondent à 18 000/an. Des courbes29 montrent l'évolution avec un pic de fréquentation pour l'opération « Prions pour les Balkans » en mai 1999.
  • Le Top chrétien francophone permet d'avoir un classement en temps réel des sites par ordre de fréquentation. J’ai pris en compte les 10 premiers sites recensés lors de ma connexion du 6 décembre. Cela ne me semble pas entièrement représentatif de la fréquentation. Certains grands sites manquent à l'appel. Le résultat est sans doute largement fonction des sites suisses.
  • Le site de Port Saint-Nicolas nous offre également ses statistiques30 (dossier p. 39). Le site de PSN est particulièrement fréquenté puisqu'il est plus visité que celui de la Conférence des Évêques de France31. Par rapport au nombre de connectés, PSN indique le nombre de visiteurs uniques par mois ou par année. C'est bien sûr plus intéressant qu'un simple compteur dans la mesure où ce sont souvent des habitués qui se connectent de nombreuses fois dans l'année.
  • Le site de Partenia32 a eu 114 000 visiteurs en 1998 avec une moyenne mensuelle de 9 500 connexions.

11On regrette bien évidemment de ne pas avoir de statistiques pour tous les sites. Certains ne s'empressent pas de les publier étant donné leur faible audience.

Évangéliser grâce à internet : une nouvelle chaire urbi et orbi

La communication sur le réseau est la moins coûteuse des mass media

  • 33 Hébrard (Monique), « Pluralité des lieux de référence dans le catholicisme », dans Religions et te (...)
  • 34 Entretien entre Jean-Michel Di Falco et Sylvie Kerviel, Le Monde Télévision, dimanche 5-lundi 6 dé (...)
  • 35 Boulic (Hervé), « Le pavé kto dans le Paf », La Vie, n ° 2828, 11 novembre 1999, p. 70-73.
  • 36 Milot (Olivier), « kto, première chaîne catholique française : le denier du câble », Télérama, n ° (...)

12Le succès des sites religieux sur le web est avant tout une question de coût. En effet, les moyens de communication sociale coûtent très cher, que cela soit la radio – avec RCF ou Radio Notre-Dame pour les catholiques – ou plus encore la télévision. « La télévision, avec l'émission “Jour du Seigneur” le dimanche matin est un rendez-vous régulier, et la seule paroisse (notamment pour les malades) pour 800 000 à un million de téléspectateurs »33. L'annonce d'une chaîne de télévision catholique KTO sur le câble parisien le 13 décembre 1999, sous la présidence de Jean-Michel Di Falco34, évêque auxiliaire de Paris, a fait quelques vagues. Au moment où l'épiscopat français, « ayant étudié la faisabilité d'une chaîne de télévision catholique en France, [avait] conclu qu'il était urgent d'attendre »35. « Les responsables du Jour du Seigneur […] ont exprimé leurs craintes que le lancement de KTO ne donne des arguments à ceux qui remettent en cause le principe même des émissions religieuses sur le service public »36. Les enjeux – notamment financiers – ne sont pas les mêmes en ce qui concerne internet. L'investissement pour créer un site web est modeste, ce qui explique la multiplication des sites paroissiaux, de mouvements, d'aumôneries à côté des grands sites institutionnels, comme ceux du Vatican ou de l'épiscopat français.

Les signes de reconnaissance

  • 37 Un navigateur est un logiciel permettant d'afficher les pages web sur l'écran. Les anglo-américain (...)
  • 38 URL : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap03.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org >).
  • 39 URL : < http://www.portstnicolas.org > (page consultée le 8 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 40 Lemaître (Nicole), Quinson (Marie-Thérèse) et Sot (Véronique), Dictionnaire culturel du christiani (...)

13Traditionnellement le réseau Internet est comparé à un océan sur lequel on surfe ou on navigue, le net évoque la toile d'araignée ou le filet du pêcheur… La métaphore maritime est présente partout. Un des principaux navigateurs37, Netscape, arbore une magnifique barre de navigation comme logo. Aussi les chrétiens du réseau n'hésitent pas à être comme un poisson dans l'eau – si l'on peut dire – avec ce vocabulaire et ces symboles maritimes. Le site de la Paroisse Saint-Nicolas à la Queue-en-Brie est devenu en novembre 1998 Port Saint-Nicolas38. Tout le graphisme39 des pages (drapeaux, mouettes) et les titres des rubriques (le phare, les pontons, la plage, le pont, le rocher, les quais, le chantier naval, l'accastillage, le catamaran, la capitainerie) rappellent le monde maritime. Le poisson est un symbole chrétien très apprécié des internautes. Ce signe de reconnaissance est un des symboles des premiers temps de l'Église. Le poisson, en grec ichtus, rappelait par les initiales les cinq mots grecs Iesous Christos Theou Uios Sôter qui signifiait « Jésus-Christ, Fils de Dieu Sauveur »40, le monogramme du Christ. Aujourd'hui un portail des sites chrétiens s'appelle wphg Ichtus, le site suisse s'appelle l'aquarium et le site de la Conférence des évêques de France arbore un poisson stylisé surmonté d'une croix. Souvent ce logo est un signe de qualité et plus ou moins de reconnaissance institutionnelle d'un site web chrétien. En effet, devant la multiplication des sites personnels à consonance religieuse il devient nécessaire de valider les sites, par des moteurs de recherche spécialisés tels Catholiens ou l'Annuaire de la Francophonie Religieuse et Spirituelle. Les webmestres des sites chrétiens francophones ont créé une association, Eklesia. net, afin de fédérer les sites religieux les plus dignes d'intérêt. Cette association a publié sur le réseau ses statuts, son règlement intérieur, la liste des membres de son conseil d'administration.

Que font les Églises sur Internet ?

  • 41 Pangon (Gérard), « Michel Meunier, prêtre », Internet et moi, et moi et nous, Télérama hors série, (...)
  • 42 Avec le moteur de recherche de Wanadoo, on trouve 391 réponses avec le mot « paroisse » et 466 ave (...)
  • 43 URL : < http://www.ifrance.com/Par-St-G-Ch/ > cité dans le Télérama hors série, p. 84 (lien vérifi (...)

14De nombreuses paroisses à l'initiative d'un curé « branché »41 ou d'un paroissien internaute ont créé leur site web42. Souvent on y trouve quelques photos de l'église, la liste des membres de l'équipe paroissiale, les horaires des messes. Mais cette affirmation identitaire est-elle suffisante pour inciter l'internaute à revenir visiter le site ? Certainement non. L'information purement locale montre vite ses limites pour le réseau… À quoi cela sert-il à l'internaute de l'île de la Réunion d'avoir les horaires des messes à la paroisse Saint-Germain de Charonne43 dans le 20e arrondissement de Paris ?

  • 44 URL : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap03.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org >).
  • 45 URL : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap02.htm > (page consultée le 10 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org >).
  • 46 Ibid.

15C'est toute la réflexion poussée par l'équipe de Port Saint-Nicolas. Ce site, un site pionnier en la matière, est né en 1995. À partir de 199744 s'amorce une réflexion sur l'avenir du serveur paroissial. À partir d'octobre 1997, la décision est prise de dissocier le serveur de la Paroisse Saint-Nicolas de la Queue-en-Brie. Dans son livre de bord (27 juin 1999), l'équipe de Port Saint-Nicolas « se propose de devenir désormais un lieu ecclésial d'information, de réflexion et de stimulation pastorale clairement ouvert à tout le monde francophone »45. Quant à son contenu le serveur privilégie « les textes à portée générale et les expériences locales susceptibles de présenter un intérêt bien au-delà des limites et de leur contexte géographique d'origine […] une certaine vulgarisation de questions théologiques ou exégétiques, quelques repères éthiques sur des questions d'actualité, des outils liturgiques pour l'animation des communautés locales, un échange d'expériences pastorales à la base »46. Aujourd'hui ce site web catholique est une réussite et a obtenu de nombreuses fois les honneurs de la presse, le parrainage de Chrétiens-Médias et est en partenariat avec le site de la Conférence des Evêques de France.

  • 47 URL : < http://www.vatican.va > (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 48 URL : < http://www.cef.fr/FR/html/detail.htm > (page consultée le 25 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002).
  • 49 url : < http://www.domuni.org > (page consultée le 30 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 50 Cf. sur ce site l'article du prieur provincial de Toulouse, Michel Van Aerde, « Domuni, l'enseigne (...)
  • 51 url : < http://www.jesuites.com > (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 52 url : < http://www.abbayes.net > (page consultée le 29 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 53 Émission « Combien çà coûte » de Jean-Pierre Pernaud, TF1, mercredi 1er décembre 1999, de 20h50 à (...)
  • 54 Site de la trappe de Chambarand : http://www.chambarand.com (page consultée le 9 décembre 1999, (...)

16 Port Saint-Nicolas en est venu à afficher sur les écrans ce que font les grands sites institutionnels : diffuser de l'information (actualité…), diffuser de la documentation (documents pastoraux, textes de spiritualité), permettre des forums de discussion (c'est la culture de l'internet). Le site du Vatican47 présente toutes ces caractéristiques : une rubrique « Actualité », une rubrique « le Saint-Père » sur les différents papes, la curie romaine, les services d'information, l'État de la Cité du Vatican, la Bibliothèque et les Archives secrètes et les musées du Vatican. Le site des évêques de France48 présente l'épiscopat français (conseil permanent, secrétariat général, 4 comités permanents, le conseil national de la solidarité, 10 commissions épiscopales, la commission doctrinale des évêques de France), les grands événements (JMJ 2000, l'année jubilaire…), les forums de discussion, les communiqués (nominations, textes, discours…), les actualités (calendrier liturgique, « tu notes », le calendrier prévisionnel français et international, les saints du jour), une rubrique « Vivre en Église » et une rubrique « les chrétiens à travers le monde ». Les dominicains ont l'idée sur le réseau Domuni49 d'enseigner la théologie par le biais d'Internet50. Les jésuites51 donnent sur leur serveur des informations sur la Compagnie de Jésus, l'histoire des fondateurs et toute une série de liens sur d'autres serveurs concernant les jésuites. Enfin les abbayes52 utilisent le réseau pour vendre parfois leurs produits, comme l'a montré récemment un reportage53 télévisuel concernant la vente de fromage sur internet par les cisterciennes de la trappe de Chambarand54 en Isère.

Minorités religieuses et groupes religieux dissidents bénéficient d'une audience élargie

Affirmer son credo

17Les confessions minoritaires plus systématiquement que les institutions majoritaires sont présentes en bonne place sur le réseau et y affirment leur identité.

  • 55 < http://perso.wanadoo.fr/fpf/theolog/index.html > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 56 < http://perso.wanadoo.fr/fpf/theolog/sixaffirm.html > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

18C'est le cas par exemple de la Fédération Protestante de France qui intitule l'une de ses rubriques « Être protestant ? »55 Sous la forme de « questions-réponses », le site propose six affirmations, signe de ralliement des protestants. La page web précise : « Outre les convictions communes à tous les chrétiens, exprimées dans les credos de l'Église primitive, les protestants rassemblés dans la Fédération Protestante de France se reconnaissent dans les six affirmations suivantes : “À Dieu seul la gloire”, “L'essentiel, c'est la foi”, “Se réformer sans cesse”, “La grâce seule”, “La Bible seule”, “Le sacerdoce universel” »56.

  • 57 < http://www.orthodoxpress.com/decouverte.html > (page consultée le 24 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.orthodoxpress.com >).
  • 58 Ibid.

19L'Église orthodoxe présente également sur son serveur ses convictions. Le théologien Michel Evdokimov vous invite au dialogue57. Dans une rubrique intitulée « Orthodoxes ou non, des questions se posent, souvent des questions de vie… », le père Michel Evdokimov répond à des questions sur Dieu, sur l'homme, sur l'Église et sur le monde58.

  • 59 http://www.gallican.org/eglise.htm (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2 (...)
  • 60 < http://www.gallican.org/index.htm > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

20Les sites dissidents, qui s'affirment de la tradition doctrinale, tel celui de l'Église gallicane59, n'en ont pas moins l'usage de la modernité technologique. Thierry Teyssot, webmestre du site et dernier évêque gallican d'Aquitaine ordonné en 1987, rappelle que pour adhérer à cette Église, « il faut avoir reçu le baptême ou désirer le recevoir […], admettre l'un des credos suivants […] : des Apôtres, de Nicée-Constantinople, de saint Athanase […], admettre les sept sacrements… »60

21Mais à côté de l'affirmation des croyances, les sites des minorités chrétiennes ou des groupes religieux dissidents font une large place à leur histoire.

Relire son histoire

  • 61 Ibid.

22Le site de l'Église gallicane est à cet égard éloquent. La page d'accueil est celle de l'historique de cette Église et l'essentiel du site est consacré à ce « mouvement de résistance [qui] fut emmené par le Révérend Père Hyacinthe Loyson qui obtint par décret du Président de la République l'autorisation d'ouvrir un lieu de culte au nom de l'Église gallicane le 3 décembre 1883 »61. Le reste des pages présente la succession des évêques à la tête de cette Église, le but étant de montrer la succession apostolique ininterrompue avec comme évêque consécrateur, Mgr Agostinho du Portugal.

  • 62 < http://www.orthodoxpress.com/monde/centre_orthomonde.html > (page consultée le 24 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.orthodoxpress.com >).
  • 63 < http://www.orthodoxpress.com/monde/effectif.html > (page consultée le 24 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.orthodoxpress.com >).

23Le site orthodoxe de presse (SOP) évoque aussi largement l'histoire de l'orthodoxie et rappelle d'emblée que « l'Église orthodoxe constitue, avec le catholicisme romain et les communautés issues de la Réforme, l'une des trois expressions majeures du christianisme historique »62. Notamment le site permet de suivre la mise en place des autocéphalies. Cet historique se termine par l'estimation du nombre d'orthodoxes dans le monde (entre 125 et 180 millions) sous forme d'un tableau par aires géographiques63.

  • 64 < http://perso.wanadoo.fr/fpf/theolog/index.html > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 65 < http://perso.wanadoo.fr/fpf/theolog/figures.html > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 66 < http://www.chez.com/sdg/index.html > (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 67 On consultera également le site « Réformés OnLine » qui fédère trois sites réformés ( http://www.t (...)

24Les sites web protestants mettent en avant également l'histoire de leurs Églises. La rubrique « Être protestant » après avoir proposé son credo présente « plusieurs visages, plusieurs confessions »64 du protestantisme. L'internaute visiteur du site peut se documenter sur les Églises luthériennes, réformées, baptistes et pentecôtistes. Un portrait65 de trois grands réformateurs (Luther, Zwingli et Calvin) termine cette partie historique du site. Pour plus d'informations sur les origines des Réformes, l'internaute est invité à consulter le lien vers le site Soli Deo Gloria. Ce « site protestant réformé »66 expose une galerie de portraits assez bien documentée sur les précurseurs (Pierre Valdès, John Wyclif et Jan Hus) et sur les réformateurs du XVIe siècle (Oecolompade, Luther, Zwingli, Farel, Bucer, Melanchthon, Calvin, Bullinger, Castellion et de Bèze). Les principales confessions de foi67 sont également disponibles sur le serveur.

  • 68 < http://www.partenia.org/ilya.htm > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 69 Ibid.
  • 70 Elizabeth Coquart et Philippe Huet, avant-propos à Jacques Gaillot, Église virtuelle, Église de l' (...)
  • 71 < http://www.partenia.org/lettre.htm > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 72 < http://www.partenia.org/actu.htm > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).
  • 73 < http://www.partenia.org/cate_f.htm#cate_top > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

25C'est aussi par son histoire (rubrique « Rétrospective ») que le site de Partenia68 de Jacques Gaillot s'ouvre. La page du serveur rappelle que « le 13 janvier 1995, Jean-Paul II retirait à Jacques Gaillot la charge du diocèse d'Évreux. Il le nommait à Partenia, diocèse disparu sous les sables du Sahara depuis le Ve siècle. Jacques Gaillot a relevé le défi de cette nomination. Partenia a repris vie, en devenant virtuel et planétaire »69. Suivent ensuite le texte du communiqué de presse de l'ex-évêque d'Évreux (13 janvier 1995), sa dernière homélie dans la cathédrale d'Évreux (22 janvier 1995) et une bibliographie. « Le premier diocèse virtuel de l'histoire est né, et jamais traversée du désert ne sera plus peuplé »70 affirment Elizabeth Coquart et Philippe Huet en avant-propos de l'ouvrage de Jacques Gaillot consacré à cette aventure, Église virtuelle, Église de l'an 2000. Un évêque au royaume d'Internet. Ce site ne s'est pas fossilisé, au cours du temps. Il s'est enrichi d'une lettre71 mensuelle depuis le 13 janvier 1996 – jour anniversaire de la révocation – d'un carnet de route72 très en prise sur l'actualité et depuis janvier 1998 d'un catéchisme73 électronique. Les pages de liens sont classées en cinq rubriques : exclusion-sida, religions-spirituel, information, humanitaires et divers. Par les participants au forum, par les différentes langues proposées et par les adresses électroniques, la dimension internationale est très présente sur le serveur.

26Affirmation des croyances et relecture de leur histoire sont des constantes de ces sites qui bénéficient d'une audience élargie grâce à internet. Une bonne indexation dans les moteurs de recherche leur permet une large diffusion.

Un saint patron des internautes

  • 74 « El Vaticano busca un patrón para Internet » (« Le Vatican cherche un patron pour l'internet ») : (...)
  • 75 Santa Tecla (sainte Tècle) est invoquée en espagnol à cause du jeu de mot « tecla » qui signifie « (...)

27Preuve de la prise au sérieux par l'Église du réseau internet, le débat pour attribuer un saint patron aux internautes a été tranché par le Vatican. De nombreux prétendants74 étaient en compétition pour avoir l'honneur de veiller sur le réseau : sainte Tècle75, sainte Urnieta, saint Raphaël, saint Gabriel ou St Michel, les gardiens de l'internet du Vatican. Les plus sérieux compétiteurs étaient saint Pierre Regalado et saint Isidore de Séville.

  • 76 http://diaroti.com/noticias/1999/ene99/15191661.htm (page consultée le 13 décembre 1999, lien in (...)

28La candidature de saint Pierre Regalado76 (1390-1456) était avancée par les Internautes castillans en raison de l'un de ses miracles : celui d'ubiquité. En effet, ce franciscain, alors supérieur de deux couvents distants de quatorze lieues (presque 80 km), celui de La Aguilera (province de Burgos) et celui d'El Abrojo (province de Valladolid), présida le chapitre des frères à sept heures du matin à La Aguilera et, la réunion se terminant à huit heures, il sortit du couvent en toute hâte et se trouva au couvent d'El Abrojo avant que les huit heures ne sonnent. Il n'avait pas mis plus d'un quart d'heure… « les anges l'accompagnaient et le servaient ».

  • 77 « Saint Isidore de Séville, futur patron des adeptes d'Internet » (article du site de l'Agence de (...)
  • 78 Ibid.
  • 79 < http://www.bnf.fr/web-bnf/pedagos/dossitsm/b-isidor.htm > (page consultée le 13 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002), devenu < http://classes.bnf.fr/dossitsm/b-isidor.htm >.
  • 80 < http://www.cath.ch/presse/apic/19990203.html > (page consultée le 13 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002).
  • 81 < http://www.bnf.fr/web-bnf/pedagos/dossitsm/b-isidor.htm > (page consultée le 13 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002 devenu < http://classes.bnf.fr/dossitsm/b-isidor.htm >).

29Malgré ses nombreux soutiens hispaniques, le Vatican semble lui préférer Isidore de Séville77 (v. 530-636). La dépêche de l'Agence de presse internationale catholique de Fribourg (Suisse) précise qu'« à la demande du Conseil pontifical pour les communications sociales, le Service d'observation de l'Internet (SOI) a entrepris une recherche pour trouver le saint qui représente le mieux les intérêts des utilisateurs de l'internet. […] : le saint qui représentait le mieux l'idéal des cybernautes n'était autre que saint Isidore, évêque de Séville, dans le sud de l'Espagne »78. Ce docteur de l'Église a constitué une véritable banque de données avec son ouvrage Étymologies sur l'origine des choses en vingt livres79. Isidore donne la première somme médiévale, les Étymologies embrassent les sept arts libéraux, le droit, la médecine, les savoirs sacrés, les sciences naturelles, les techniques. Enfin d'après le Service d'Observation de l'Internet (Vatican), « D'autres motifs rapprochent Isidore des cybernautes : l'évêque de Séville représente en effet un pont entre une époque et la suivante »80 : « C'est sans doute parce qu'il fait entrer la culture antique dans une mise en forme médiévale qu'Isidore aura un tel rayonnement dans la civilisation hispano-arabe. Son œuvre connaîtra une diffusion extraordinaire aux siècles suivants dans l'Europe entière »81 nous précise le serveur de la bnf.

30Isidore de Séville nous aura-t-il épargné le bogue de l'an 2000, tant redouté par les informaticiens ? Toujours est-il que les Églises, bien présentes dans le cyberespace, ont investi ce nouveau mode de communication.

Notes

1 Cette communication est dédiée à Michel Lagrée, récemment disparu. Dans son ouvrage La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie (Paris : Fayard, 1999) cet historien avait évoqué dans son épilogue « Le vieux pape et l’ordinateur », p. 384-385.

2 Lustiger (Jean-Marie), « L'Église, experte en mondialisation », La Croix, jeudi 4 novembre 1999, p. 27.

3 ibidem.

4 La globalisation est définie comme « une vision des problèmes à l'échelle du Monde, en jouant sur les mots globe et global : devient à la mode, à la mesure de l'extension du système Monde » par le dictionnaire critique de Roger Brunet, Les Mots de la géographie, Montpellier-Paris, Reclus-La Documentation française, 3e éd. revue et augmentée, 1993, p. 242.

5 Vettraino-Soulard (Marie-Claude), Les enjeux culturels d'Internet, Paris, Hachette, 1998.

6 On consultera avec profit la synthèse bibliographique de Daniel Dory, « Introduction bibliographique à la géographie des religions », Social Compass, 1993, vol. 40, 2, p. 291-300 et les travaux des membres du groupe de travail sur les comportements et les structures spatiales du religieux de l'umr 6590 du cnrs sur les Espaces géographiques et les Sociétés (eso). Ces travaux ont été publiés dans la revue Norois (avril-juin 1997, no 174) sous le titre « Sociétés et religions », dans un ouvrage collectif sous le pseudonyme de Paul Mercator, La fin des paroisses ? Recompositions des communautés, aménagement des espaces, Paris, Desclée de Brouwer, 1997 et dans un récent ouvrage sous la direction de Jean-René Bertrand et Colette Muller, Religions et territoires, Paris, L'Harmattan, 1999, coll. Géographie sociale.

7 Hébrard (Monique), « Pluralité des lieux de référence dans le Catholicisme », dans Jean-René Bertrand et Colette Muller (sous la dir.), Religions et territoires, Paris, L'Harmattan, 1999, coll. Géographie sociale, p. 89-101 et Claude Legrand, « Du catholicisme social à la civilité chrétienne », Urbanisme, novembre-décembre 1996, no 291, p. 60-63 (synthèse d'une étude inédite de février 1995 du laboratoire d'étude et de recherche sociales de l'Institut de Développement Social de Canteleu/Rouen intitulé Cité des citoyens et communauté paroissiale : catholicisme et nouvelles formes de gestion de l'espace public dans les quartiers de développement social).

8 Un numéro du magazine international de la ville, Urbanisme, novembre-décembre 1996, no 291 est consacré au thème « Ville et religions ».

9 Brunet (R.), Les mots de la géographie, op. cit., p. 480 : « La notion de territoire est donc à la fois juridique, sociale et culturelle, et même affective. Le territoire implique toujours une appropriation de l'espace : il est autre chose que l'espace ».

10 Steck (Benjamin), « Crise du territoire, crise de la paroisse », La Revue d'ici, 1998/1, no 17, p. 16-21.

11 Mercator (Paul), La fin des paroisses ? Recomposition des communautés, aménagement des espaces, Paris, Desclée de Brouwer, 1997.

12 Boutry (Philippe), « Le clocher », dans Pierre Nora (sous la dir.), Les lieux de mémoire, t. 3 : les France, vol. 2 : Traditions, Paris, Gallimard, 1997, coll. Quarto, vol. 3, p. 3081-3107.

13 Code de droit canonique, 1983, canon 515 et Patrick Valdrini, Jacques Vernay, Jean-Paul Durand et Olivier Echappé, Droit canonique, Paris, Dalloz, 1989, p. 204.

14 Piveteau (Jean-Luc), « Foi chrétienne et relation de l'homme au territoire », Hérodote, juillet-septembre 1986, p. 145.

15 Hébrard (Monique), « Pluralité des lieux de référence dans le catholicisme », Religions et territoires (sous la dir. de Jean-René Bertrand et Colette Muller), op. cit., p. 93-94.

16 Journées Mondiales de la Jeunesse.

17 Lévy (Pierre), Cyberculture, Paris, Odile Jacob, 1997, 107 : rapport au Conseil de l'Europe dans le cadre du projet « Nouvelles Technologies : coopération culturelle et communication ».

18 url : < http://annuaire-frs.com > (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). Ce site a cessé ses activités ; cf. url : < http://huguenots.net/la_FRS/ >.

19 url : < http://assoc.wanadoo.fr/entraide-reseau > (page consultée le 29 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

20 url : < http://www.catholiens.org > (page consultée le 8 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

21 url : < http://www.eklesia.net > (page consultée le 29 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

22 url : < http://www.megaphone.ch/webring/ > (page consultée le 6 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). Cf. Dossier p. 21.

23 url : < http://www.megaphone.ch/top/ > (page consultée le 6 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

24 url : < http://www.ekklesia.ch/aquarium/ > (page consultée le 25 novembre 1999) devenu < http://www.laquarium.ch/ > (lien vérifié le 15 mars 2002).

25 url : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap04.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org. >).

26 url : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap03.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org >).

27 url : < http://www.vatican.va > (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). Et URL : < http://www.fides.org > (page consultée le 19 novembre 1998, lien vérifié le 15 mars 2002).

28 url : < http://www.partenia.org > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

29 url : < http://annuaire-frs.com/906_statistics.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://annuaire-frs.com >).

30 url : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap05.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org >).

31 url : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap03.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org >) et url : < http://www.cef.fr/ > (page consultée les 15 novembre 1999 et 25 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

32 url : < http://www.partenia.org/actu.htm > (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

33 Hébrard (Monique), « Pluralité des lieux de référence dans le catholicisme », dans Religions et territoires, sous la dir. de Jean-René Bertrand et Colette Muller, Paris, L'Harmattan, coll. Géographie sociale, 1999, p. 101.

34 Entretien entre Jean-Michel Di Falco et Sylvie Kerviel, Le Monde Télévision, dimanche 5-lundi 6 décembre 1999, p. 3.

35 Boulic (Hervé), « Le pavé kto dans le Paf », La Vie, n ° 2828, 11 novembre 1999, p. 70-73.

36 Milot (Olivier), « kto, première chaîne catholique française : le denier du câble », Télérama, n ° 2606, 22 décembre 1999, p. 76 et 78.

37 Un navigateur est un logiciel permettant d'afficher les pages web sur l'écran. Les anglo-américains parlent de surfeurs, les Québécois disent butineurs.

38 URL : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap03.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org >).

39 URL : < http://www.portstnicolas.org > (page consultée le 8 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

40 Lemaître (Nicole), Quinson (Marie-Thérèse) et Sot (Véronique), Dictionnaire culturel du christianisme, Paris, Cerf-Nathan, 1994, p. 149.

41 Pangon (Gérard), « Michel Meunier, prêtre », Internet et moi, et moi et nous, Télérama hors série, 1999, p. 84.

42 Avec le moteur de recherche de Wanadoo, on trouve 391 réponses avec le mot « paroisse » et 466 avec le mot « église ». Le moteur de recherche Yahoo donne 104 sites pour le mot « paroisse ». Les répertoires validés de Catholiens classent 44 sites dans la rubrique « Diocèse ».

43 URL : < http://www.ifrance.com/Par-St-G-Ch/ > cité dans le Télérama hors série, p. 84 (lien vérifié le 15 mars 2002).

44 URL : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap03.mv > (page consultée le 29 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org >).

45 URL : < http://www.portstnicolas.org/cap/cap02.htm > (page consultée le 10 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.portstnicolas.org >).

46 Ibid.

47 URL : < http://www.vatican.va > (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

48 URL : < http://www.cef.fr/FR/html/detail.htm > (page consultée le 25 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002).

49 url : < http://www.domuni.org > (page consultée le 30 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

50 Cf. sur ce site l'article du prieur provincial de Toulouse, Michel Van Aerde, « Domuni, l'enseignement de la théologie par Internet », traduction française de son article précédemment paru en allemand sous le titre « Domuni, Theologische Wissensvermittlung über Internet » inWort und Antwort, april-juni 1999, p. 79-83.

51 url : < http://www.jesuites.com > (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

52 url : < http://www.abbayes.net > (page consultée le 29 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

53 Émission « Combien çà coûte » de Jean-Pierre Pernaud, TF1, mercredi 1er décembre 1999, de 20h50 à 23h10.

54 Site de la trappe de Chambarand : < http://www.chambarand.com > (page consultée le 9 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002).

55 < http://perso.wanadoo.fr/fpf/theolog/index.html > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

56 < http://perso.wanadoo.fr/fpf/theolog/sixaffirm.html > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

57 < http://www.orthodoxpress.com/decouverte.html > (page consultée le 24 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.orthodoxpress.com >).

58 Ibid.

59 < http://www.gallican.org/eglise.htm > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). < http://perso.infonie.fr/eglise.st.marie/ > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

60 < http://www.gallican.org/index.htm > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

61 Ibid.

62 < http://www.orthodoxpress.com/monde/centre_orthomonde.html > (page consultée le 24 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.orthodoxpress.com >).

63 < http://www.orthodoxpress.com/monde/effectif.html > (page consultée le 24 novembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le portail < http://www.orthodoxpress.com >).

64 < http://perso.wanadoo.fr/fpf/theolog/index.html > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

65 < http://perso.wanadoo.fr/fpf/theolog/figures.html > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

66 < http://www.chez.com/sdg/index.html > (page consultée le 15 novembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

67 On consultera également le site « Réformés OnLine » qui fédère trois sites réformés (< http://www.theolib.com/rol/accueil.htm >). (Lien invalide le 15 mars 2002. Reprendre le page d’accueil < http://www.theolib.com >).

68 < http://www.partenia.org/ilya.htm > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

69 Ibid.

70 Elizabeth Coquart et Philippe Huet, avant-propos à Jacques Gaillot, Église virtuelle, Église de l'an 2000. Un évêque au royaume d'Internet, Paris, Albin Michel, p. 13.

71 < http://www.partenia.org/lettre.htm > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

72 < http://www.partenia.org/actu.htm > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

73 < http://www.partenia.org/cate_f.htm#cate_top > (page consultée le 9 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

74 « El Vaticano busca un patrón para Internet » (« Le Vatican cherche un patron pour l'internet ») : < http://www.grupocorreo.es/grupo/cibernauta/art/99061602.htm > (page consultée le 13 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002).

75 Santa Tecla (sainte Tècle) est invoquée en espagnol à cause du jeu de mot « tecla » qui signifie « touche de clavier d'ordinateur ».

76 < http://diaroti.com/noticias/1999/ene99/15191661.htm > (page consultée le 13 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002). « Saint Pierre Regalado, patron des internautes » (en espagnol). Article sur le site d'El Mundo de Valladolid. < http://www.elmundo.es/navegante/diario/98/diciembre/14/sanpedro.html > (page consultée le 13 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). « Saint Pierre Regalado contre saint Isidore de Séville » (en espagnol). Article sur le site d'El Mundo de Valladolid < http://el-mundo.es/navegante/diario/99/junio/16/patron.html > (page consultée le 13 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). « Prières à saint Pierre Regalado, patron des usagers de l'Internet » par Miguel Pérez Subias (en espagnol) < http://aui.es/biblio/articu/Articulos/san_pedro_regalado.htm > (page consultée le 13 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). « Saint Pierre Regalado, patron des internautes » (en espagnol) < http://www.dirtecdirac.com/san-pedro > (page consultée le 13 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002). < http://servicato.com/_santoral/marzo/30marzo.htm > (page consultée le 13 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002). Serveur franciscain : < http://www.franciscanos.org/bac/pregalado.html > (page consultée le 13 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

77 « Saint Isidore de Séville, futur patron des adeptes d'Internet » (article du site de l'Agence de presse internationale catholique de Fribourg, en Suisse) < http://www.cath.ch/presse/apic/19990203.html > (page consultée le 13 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002) et < http://www.catholic-forum.com/saints/sainti04.htm > (en anglais ; page consultée le 13 décembre 1999, lien vérifié le 15 mars 2002).

78 Ibid.

79 < http://www.bnf.fr/web-bnf/pedagos/dossitsm/b-isidor.htm > (page consultée le 13 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002), devenu < http://classes.bnf.fr/dossitsm/b-isidor.htm >.

80 < http://www.cath.ch/presse/apic/19990203.html > (page consultée le 13 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002).

81 < http://www.bnf.fr/web-bnf/pedagos/dossitsm/b-isidor.htm > (page consultée le 13 décembre 1999, lien invalide le 15 mars 2002 devenu < http://classes.bnf.fr/dossitsm/b-isidor.htm >).

Auteur

GRHIS Université de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search