Version classiqueVersion mobile

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

Villes et religions. Réflexions historiographiques et nouvelles perspectives

« Histoire des villes » et histoire religieuse dans la France contemporaine. L’historiographie d’une entreprise éditoriale

Bruno Dumons

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation historiographique plus générale : Bruno DUMONS, « Histoire sociale et histoi (...)
  • 2 Jean-Luc PINOL, Le monde des villes au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1991 ; Florence BOURILLON, Le (...)
  • 3 Maurice CRUBELLIER, « Une nouvelle culture dans le premier XXe siècle », Maurice AGULHON (dir.), H (...)
  • 4 Le volume 5 ne consacre qu’une seule page au fait religieux dans la ville contemporaine : Marcel R (...)

1L’histoire urbaine et l’histoire religieuse ont-elles des points communs dans l’historiographie de la France contemporaine ? L’évolution des traditions historiographiques de chacune d’entre elles peut en effet soulever une telle interrogation1. Des synthèses comme celles de Jean-Luc Pinol et de Florence Bourillon soulignent avec force la persistance de l’éloignement de ces deux champs de la discipline historique2. Pourtant, le quatrième volume de l’Histoire de la France urbaine, dirigé par Maurice Agulhon, avait ouvert des pistes de recherches et des voies de collaboration sous la plume de Maurice Crubellier3. En revanche, le volume suivant, consacré à la ville contemporaine, ignorait le fait religieux urbain4.

  • 5 Fernand BOULARD (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français (XIXe-XXe siècle),(...)
  • 6 Claude LANGLOIS, « Le catholicisme dans la ville », Le Courrier du CNRS, « Villes », ne 82, juin 1 (...)

2À l’inverse, les synthèses établies par les historiens du religieux sembleraient davantage prendre en compte la dimension religieuse de la ville. Ainsi, à la suite de l’effort quantitatif produit par l’utilisation des matériaux Boulard, l’observation d’une géographie de la pratique et des structures paroissiales urbaines a régulièrement retenu l’attention des collaborateurs aux différentes synthèses d’histoire religieuse depuis plus d’une dizaine d’années5. Malgré cela, l’espace de la ville apparaît comme un territoire relativement méconnu pour ce qui participe aux processus de christianisation ou de sécularisation au sein de la nation française. Comme l’a récemment observé Claude Langlois, l’histoire religieuse de la ville contemporaine reste donc largement à écrire6. Cependant, celle-ci ne part pas de rien. Des initiatives éditoriales l’ont déjà quelque peu fait progresser au cours de ces trente dernières années.

  • 7 En raison de sa plus grande visibilité au sein de l’espace urbain, cette approche historiographiqu (...)

3En effet, les éditions Privat de Toulouse ont lancé, au cours de la décennie 1970, une collection intitulée « Histoire des villes » qui rassemble aujourd’hui une soixantaine de titres. Il s’agit là d’une importante entreprise éditoriale pour l’histoire urbaine en France. Comment l’histoire religieuse a-t-elle été prise en compte dans ces approches historiques de villes françaises ? C’est à cette interrogation à laquelle nous tenterons de répondre, en recourant notamment à un bilan historiographique au regard de ces trente ans de collection d’histoire urbaine. Si celui-ci dépend fortement des directeurs d’ouvrages et des auteurs, il est néanmoins possible de dresser un inventaire des thèmes et des axes qui ont été approchés sur le champ du religieux dans ces nombreuses « histoires des villes »7. Ce projet éditorial aura donc été audacieux dans sa démarche permettant ainsi la constitution d’un espace de rencontre entre l’histoire urbaine et l’histoire religieuse pour la France contemporaine.

« Une opération de rénovation historiographique »

  • 8 Philippe WOLFF, Commerces et marchands de Toulouse (1350-1450), Paris, Plon, 1954. Il publie en co (...)
  • 9 Henri-Jean MARTIN et Roger CHARTIER (dir.), Histoire de l’édition française, tome 3, Paris, Promod (...)
  • 10 Philippe WOLFF (dir.), Histoire du Languedoc, Toulouse, Privat, 1967.
  • 11 Édouard BARATIER (dir.), Histoire de la Provence, Toulouse, Privat, 1969 ; Jean DELUMEAU (dir.), H (...)
  • 12 Michel MOLLAT (dir.), Histoire de l’Ile de France et de Paris, Toulouse, Privat, 1971.
  • 13 La collection “Histoire de la France urbaine” aux éditions du Seuil a été menée à partir de 1980 g (...)

4Cette vaste entreprise éditoriale trouve ses origines en la personne d’un médiéviste, Philippe Wolff, professeur à l’Université de Toulouse et membre de l’Institut, ayant consacré certains de ses travaux à l’histoire urbaine de la cité médiévale toulousaine8. Un grand éditeur régional, la maison Privat, installée dans la « ville rose » depuis 1839, inaugure dans les années 1960 une collection portant sur « l’Histoire des Provinces »9. La première livraison concerne l’Histoire du Languedoc (1967), dirigée par Philippe Wolff10. Un autre médiéviste, Edouard Baratier, et un moderniste, Jean Delumeau, assurent respectivement en 1969 la direction d’un volume sur l’histoire de la Provence et de la Bretagne11. Deux ans plus tard, Michel Mollat, médiéviste lui aussi, a dirigé une Histoire de l’Ile de France et de Paris au sein de laquelle la part prise par la ville de Paris est déterminante tandis que son histoire contemporaine est écrite par un démographe, Marcel Reinhard, et deux géographes, Jean Bastié et Jacqueline Beaujeu-Garnier12. L’histoire urbaine du Moyen Âge témoigne ici de son avancée historiographique sur les autres périodes de la discipline historique13.

  • 14 Jean MEYER (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972 ; Édouard BARATIER (dir.), Histoire (...)
  • 15 André LATREILLE (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, Toulouse, Privat, 1975.
  • 16 Louis TRÉNARD, Lyon de l’Encyclopédie au préromantisme, Paris, PUF, 1958 ; Yves LE GALLO, Clergé, (...)

5Le principe d’une collection sur « l’Histoire des villes » est alors acquis. Au cours des quatre années qui suivent, deux médiévistes et trois modernistes assurent la direction d’un volume consacré à une grande capitale régionale ou à une vieille cité provinciale : Edouard Baratier et Philippe Wolff pour Marseille (1973) et Toulouse (1974), Jean Meyer, François Lebrun et François Dornic pour Rennes (1972), Angers (1975) et Le Mans (1975)14. Pour la première fois, l’année 1975 consacre la publication de trois volumes et une direction scientifique assurée par un historien du contemporain. Il s’agit en particulier d’un historien du religieux, André Latreille, avec l’Histoire de Lyon15. En ce milieu de décennie, sept volumes ont ainsi été publiés. Sept autres le seront au cours de la seconde moitié des années 1970 dont trois auront un contemporanéiste comme directeur d’ouvrage : Yves Le Gallo pour Brest (1976), Louis Trénard pour Lille (1977) et Paul Bois pour Nantes (1977), les deux premiers ayant produit des recherches en histoire religieuse16.

  • 17 Jean-Luc PINOL, Le monde des villes au XIXe siècle, op. cit., p. 8-9 ; Florence BOURILLON, Les vil (...)
  • 18 Peut-être, les cités industrielles de Clermont-Ferrand et Cherbourg, classées respectivement vingt (...)

6Quatorze volumes sont ainsi parus durant la décennie 1970. L’élan le plus considérable se produit, de manière incontestable, au cours de la décennie 1980, celle correspondant à l’apogée de l’histoire urbaine française, dans l’historiographie contemporaine notamment17. Ce sont trente-neuf titres qui sortent alors des presses de la maison Privat de Toulouse pendant cette décennie, soit plus de deux fois et demie la production des années 1970. Le rythme annuel de sorties avoisine quatre titres en moyenne avec une pointe de six volumes parus en 1983 et une cadence de cinq titres en 1984, 1987 et 1988. L’élan se ralentit fortement au cours de la décennie 1990 pour revenir à quatorze titres, un nombre identique aux années 1970, avec une pointe de trois ouvrages sortis en 1992. Les deux dernières parutions ont été livrées en 1996 avec Foix et Saumur. Depuis trois ans, aucun titre n’est venu enrichir la collection alors qu’aucune interruption n’avait été observée depuis 1971. Le gisement urbain semblerait donc se tarir. En effet, la plupart des cinquante premières grandes villes françaises ont fait l’objet d’un volume de la collection. L’absence de certaines d’entre elles dans le catalogue de la maison Privat s’explique par la publication d’ouvrages dans d’autres éditions locales concurrentes comme Horvath avec Roanne (1975), Orléans (1982-1983) et Bourges (1983), Cetre avec Besançon (1981-1982), Edisud avec Aix-en-Provence (1977), Avignon (1979) et Nîmes (1982). Outre ces manques d’origine commerciale, il n’y a guère de villes d’importance qui ait échappé au tamis des responsables de la collection de la maison toulousaine18.

  • 19 Serge CHASSAGNE, « L’histoire des villes : une opération de rénovation historiographique ? », Vill (...)
  • 20 La chronologie révolutionnaire n’a pas toujours été retenue dans la mesure où le découpage opéré p (...)

7La distribution par période chronologique fait ressortir le poids de l’histoire contemporaine. Déjà, à une vingtaine d’années de distance, Serge Chassagne et Jean Sagnes ont respectivement souligné l’importance de l’histoire contemporaine dans l’historiographie de la collection Privat19. Sur les soixante-cinq volumes existants, la moyenne générale consacre plus du tiers (37 %) de l’ouvrage à la période contemporaine qui s’étend de la Révolution à nos jours20. Avec plus de la moitié des chapitres consacrés à l’histoire contemporaine, les volumes les plus conséquents appartiennent aux histoires de Toulon (8 chapitres sur 12), Dunkerque (5 sur 9), Le Havre (6 sur 11), Chambéry (6 sur 11) et Colmar (8 sur 15). À l’inverse, les moins fournis, avec un quart seulement des chapitres, se distinguent pour les histoires de Chartres (3 sur 14), Agen (2 sur 9), Albi (3 sur 12), Paris (5 sur 20) et Toulouse (3 sur 12). Cette grande variété s’explique en partie par la liberté totale que l’éditeur et les directeurs de la collection ont laissé aux différents directeurs de volumes. Plus significative encore est la proportion du nombre de pages consacrées à l’histoire contemporaine par rapport à celui de l’ensemble de l’ouvrage. La moyenne étant sensiblement identique (36 %), les volumes les plus prolixes sur la période contemporaine se remarquent dans les histoires de Lourdes et d’Angers (56 %), Toulon (54 %), Dunkerque (53 %) et Rodez (52 %).

  • 21 Jean SAGNES, « Écrire l’histoire des villes », art.cit., p. 28-29.
  • 22 Si de nombreux chapitres privilégient le découpage chronologique autour des dates classiques de 18 (...)
  • 23 Les deux derniers chapitres d’histoire contemporaine ont été confiés à David Bohbot, secrétaire gé (...)

8D’autre part, un long XIXe siècle, de la Révolution à la Grande Guerre, constitue plus de la moitié du corpus d’histoire contemporaine tandis que le XXe siècle n’en représente que 43 %21. Pour certaines villes, le siècle dernier fournit environ les trois quarts du corpus comme dans les cas de Narbonne (82 %), Rodez (80 %), Lourdes (78 %), Toulouse (75 %) et Angers (74 %)22. Inversement, le XXe siècle se taille la part la plus importante avec une proportion des deux tiers à Saint-Denis (65 %), Amiens (64 %), Bordeaux (63 %), Dunkerque, Le Mans et Nantes (57 %). Souvent, l’écriture consacrée au second XXe siècle, en particulier le très contemporain, revient à des géographes comme à Paris (Jacqueline Beaujeu-Garnier), Brest (Jean Bienfait), Caen (Pierre Brunet) et Perpignan (Robert Ferras) ou à des élus locaux tels qu’à Metz (François Reitel) et à Rennes (Henri Fréville), voire même à des journalistes comme à Tours23. Il faut attendre la décennie 1990 pour que des spécialistes d’histoire du temps présent soient chargés d’écrire sur cette période récente de l’histoire contemporaine avec Monique Luirard à Saint-Etienne et Christian Bougeard pour Saint-Brieuc. Une telle distribution dans les périodes et les collaborateurs n’est pas sans influer sur les manières d’aborder le fait religieux urbain.

Identité religieuse et espace urbain

  • 24 Jean Sagnes est le seul contemporanéiste à avoir dirigé deux ouvrages : Béziers (1986) et Sète (19 (...)
  • 25 Parmi les juristes, s’affirment des historiens du droit comme Stéphane Baumont (Agen, Montélimar, (...)
  • 26 Maurice AGULHON, Une ville ouvrière au temps du socialisme utopique. Toulon de 1815 à 1851, Paris, (...)
  • 27 Jean SAGNES, « Écrire l’histoire des villes », art. cit., p. 26.
  • 28 Rémy CAZALS, Avec les ouvriers de Mazamet dans la grève et l’action quotidienne (1909-1914), Paris (...)

9La prise en compte de la dimension religieuse dans la collection « Histoire des villes » des éditions Privat dépend alors fortement du choix des directeurs de volumes et de leurs collaborateurs. Parmi eux, vingt sont des historiens contemporanéistes (29 %)24. Les autres sont modernistes (32 %) et médiévistes (29 %). Quelques-uns sont juristes, géographes, ethnologue et préhistorien25. Si certains se distinguent par leurs connaissances en histoire urbaine comme les médiévistes Jean-Louis Biget (Albi), Pierre Desportes (Reims) et Bernard Chevalier (Tours), les modernistes Jean Ganiage (Beauvais), Claude Nières (Lorient et Saint-Brieuc) et Josette Pontet (Bayonne) ainsi que le contemporanéiste Maurice Agulhon (Toulon), la majorité des directeurs de volumes ne sont pas explicitement des spécialistes de l’urbain26. L’histoire de la ville n’apparaît pourtant pas comme périphérique à leurs recherches personnelles27. Souvent, elle trouve, de manière indirecte, une place non négligeable dans les travaux antérieurs menés par les directeurs d’ouvrages à l’image de ceux effectués par Jean Sagnes et Rémy Cazals sur le mouvement ouvrier languedocien28.

  • 29 Parmi les modernistes d’histoire religieuse : Alain Cabantous (Dunkerque), François Lebrun (Angers (...)
  • 30 Devenu inspecteur d’académie, Paul Wagret a toutefois mené des recherches en histoire religieuse c (...)
  • 31 François LEBRUN (dir.), Le diocèse d’Angers, Paris, Beauchesne, 1981 ; Francis RAPP (dir.), Le dio (...)
  • 32 Philippe WOLFF (dir.), Le diocèse de Toulouse, Paris, Beauchesne, 1983.
  • 33 Louis PEROUAS (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, tome 7 : Le Li (...)

10Cependant, une douzaine d’entre eux s’affirment comme historiens du religieux dont la moitié sont des contemporanéistes29. Il s’agit alors de Gérard Cholvy (Montpellier), André Latreille (Lyon), Yves Le Gallo (Brest), Louis Pérouas (Limoges), Christian Sorrel (Chambéry) et Paul Wagret (Vendôme)30. Parmi les spécialistes d’histoire religieuse, se distinguent également des historiens d’autres périodes comme les médiévistes Francis Rapp, Robert Favreau et le moderniste François Lebrun qui ont respectivement dirigé les histoires des diocèses de Strasbourg, de Poitiers et d’Angers aux éditions Beauchesne31. De même, Philippe Wolff, sans être historien du religieux, a lui aussi assuré la direction de l’histoire du diocèse de Toulouse32. Parmi les contemporanéistes du religieux, seul Gérard Cholvy a participé aux deux collections respectives de Beauchesne (1976) et de Privat (1984) dans le cadre d’ouvrages sur Montpellier. Par ailleurs, Louis Pérouas et Christian Sorrel ont chacun dirigé un volume biographique du Dictionnaire du Monde Religieux dans la France Contemporaine chez l’éditeur parisien Beauchesne qui fait la part belle aux élites religieuses urbaines33.

  • 34 Gérard CHOLVY, Religion et société au XIXe siècle : le diocèse de Montpellier, Lille, Service de r (...)
  • 35 Jean-Rémy PALANQUE (dir.), Le diocèse de Marseille, Paris, Beauchesne, 1975 ; Nadine-Josette CHALI (...)

11Quant aux auteurs des chapitres d’histoire contemporaine, ils présentent des origines assez diverses, la plupart étant universitaires ou enseignants du secondaire. Lorsqu’ils sont directeurs du volume, ils assurent le plus souvent eux-mêmes l’écriture des parties consacrées au contemporain. Parfois, il est fait appel à des historiens du religieux comme Pierre Bolle (Grenoble) et Gérard Cholvy (Rodez) ou assez proches tels que Jean Faury (Albi) et Christian Baechler (Strasbourg)34. À d’autres occasions, certains directeurs de volume recourent à un même collaborateur pour écrire les chapitres relatifs à l’histoire contemporaine dans les ouvrages de Privat et de Beauchesne. Dirigeant les deux volumes sur l’Histoire d’Angers (1975) et Le diocèse d’Angers (1981), François Lebrun confie alors à un même historien du social, Serge Chassagne, plusieurs parties relatives à l’histoire contemporaine de la ville et du diocèse. Écrire un ou plusieurs chapitres dans chacun des volumes des deux collections « Histoire des villes » et « Histoire des diocèses de France » n’est pas chose exceptionnelle. C’est ainsi que Pierre Guiral, Jean-Pierre Chaline, Georges Clause et Paul Guichonnet offrent leurs plumes respectives dans les deux collections pour les ouvrages relatifs à Marseille, Rouen, Reims et Annecy35.

  • 36 Jean SAGNES, « Écrire l’histoire des villes »,… art. cit., p. 9.
  • 37 Sur la géographie de la France ecclésiastique : René RÉMOND (dir.), Atlas historique de la France (...)
  • 38 Toulon est associé au siège de Fréjus en 1852 de même que Lourdes à celui de Tarbes en 1912.

12Enfin, le choix des villes opéré par les directeurs successifs de la collection a conduit à privilégier la cité comme un « lieu de pouvoirs »36. La dimension religieuse de ces pouvoirs n’a pas été occultée. Ainsi, sur les soixante-cinq villes qui ont fait l’objet d’un volume de la collection Privat, quarante-quatre sont des sièges épiscopaux dont onze possèdent la qualité d’archevêché37. Seul, l’archevêché de Sens n’a pas fait l’objet d’un ouvrage parmi les différentes collections des principales maisons d’édition se partageant le marché de l’histoire locale et régionale. Certains sièges sont de création récente comme Lille, érigé en évêché en 1913, mais aussi Saint-Denis en 1966 et Saint-Étienne en 197038. De même, Marseille devient archevêché en 1948 comme Strasbourg en 1988. Si les deux tiers des villes sont dotées d’un siège épiscopal, le tiers restant ne constitue pas ou plus un lieu de pouvoir pour le catholicisme comme l’avaient été Narbonne et Béziers, dépossédés de leurs évêchés en 1790. Des villes importantes telles que Brest, Caen, Le Havre et Pau, forgent alors leur pouvoir et leur attraction en dehors de la sphère proprement religieuse. Malgré cela, la prise en compte du fait religieux n’est pas totalement absente des volumes concernant ces villes. Tous ces différents facteurs ont ainsi permis de contribuer à poser les premiers jalons d’une histoire religieuse de la ville.

Premiers pas vers une histoire religieuse de la ville

  • 39 Serge CHASSAGNE, « L’histoire des villes : une opération de rénovation historiographique ? »,… art (...)
  • 40 Deux chapitres sont écrits par un spécialiste de l’histoire des pèlerinages, le chanoine Henry Bra (...)

13Tout d’abord, un premier constat s’impose. C’est la faiblesse de la prise en compte de la dimension religieuse au sein de cette historiographie des villes françaises en rapport avec celle de nature économique, sociale et politique39. En effet, sur les 8 700 pages consacrées à l’histoire contemporaine dans les soixante-cinq volumes existants de la collection Privat, 8 % seulement d’entre elles (692) contiennent au moins un paragraphe significatif sur le fait religieux. Cette faible proportion varie néanmoins beaucoup entre chaque ville, suivant l’auteur des chapitres d’histoire contemporaine et le directeur du volume. Il faut mettre à part le cas de la ville de Lourdes puisque plus de la moitié des pages d’histoire contemporaine consacrées à la cité de Bernadette Soubirous sont consacrées à la dimension religieuse (57 %) qu’il s’agisse du récit des apparitions ou du développement du pèlerinage avec le déploiement de toutes les infrastructures qui en découlent dans le domaine hôtelier, hospitalier et ferroviaire40.

14La prise en compte du fait religieux apparaît le plus fortement à Angers avec paradoxalement un historien du social, Serge Chassagne (22 %). Par ailleurs, ce sont des historiens du religieux qui offrent les contributions les plus étoffées avec Gérard Cholvy pour Rodez (16,5 %), Louis Pérouas pour Limoges (16 %), Georges Clause et Maurice Crubellier pour Reims (15 %), à nouveau Gérard Cholvy pour Montpellier (14 %) ainsi que Louis Trénard et André Latreille pour Lille et Lyon (13 %). Des contributions non négligeables à l’histoire religieuse sont néanmoins apportées par des historiens non spécialistes, davantage orientés vers le politique ou le social, comme Rémy Cazals pour Castres-Mazamet (12 %), Jacques Godechot pour Toulouse (11 %), Jean Faury pour Albi (10 %), Pierre Guillaume pour Bordeaux (10 %) ainsi que François Roth, Pierre Barral et Michel Papy respectivement pour Metz, Nancy et Pau (9 %).

  • 41 Il s’agit de Stéphane Baumont (Agen), François Dornic (Le Mans), Roger Bourderon (Saint-Denis).
  • 42 Nadine-Josette CHALINE (dir.), Le diocèse de Rouen, Paris, Beauchesne, 1976.

15Inversement, les histoires d’Agen, Le Mans et Saint-Denis ne comportent aucune approche du fait religieux contemporain. Cela peut être compris comme une volonté délibérée des auteurs de chapitres41. D’autres villes ne présentent qu’une très faible dimension religieuse (1 %) à l’image d’Amiens, Carcassonne, Lorient et Rouen. Le fait qu’il s’agisse d’auteurs peu spécialistes de l’histoire religieuse, semblerait fournir des éléments d’explication. Dans le cas d’Amiens, la contribution de Ronald Hubscher privilégie avec force sa spécialité de l’histoire sociale. Pour Carcassonne, l’écriture se partage entre deux historiens du social, Rémy Pech et Rémy Cazals, et un ethnologue Daniel Fabre. À propos de Lorient, les chapitres de la période contemporaine sont distribués entre deux modernistes, Roger Dupuy et Claude Nières, et deux autres historiens, Gérard Le Bouëdec et René Estienne, l’un spécialisé dans l’histoire industrielle et l’autre dans l’histoire militaire. Quant à Rouen, le primat offert à l’histoire économique et sociale ainsi que l’absence de propos conséquents sur l’histoire religieuse de la capitale normande peuvent s’expliquer à la fois par le rayonnement de l’histoire sociale en France et par l’importante contribution que Jean-Pierre Chaline avait déjà fournie pour l’histoire du diocèse rouennais, parue trois ans plus tôt chez Beauchesne42. Quoi qu’il en soit, malgré des raisons d’origines diverses, nombre de villes françaises présentent une historiographie contemporaine au sein de laquelle le fait religieux ne dépasse pas 2 à 3 %. Signalons en particulier les cas de Dunkerque, Narbonne, Nice, Pau, Perpignan, Saintes, Saint-Malo (2 %) et Brest, Caen, Colmar, Provins, Vendôme, Verdun (3 %).

  • 43 Gérard CHOLVY, « Ville catholique ou anticléricale ? », Henri ENJALBERT (dir.), Histoire de Rodez, (...)

16Cependant, il faut souligner l’importance de certaines contributions en volume de pages sur le champ du religieux. Hormis le cas particulier de Lourdes, l’apport le plus conséquent est celui de Gérard Cholvy pour Rodez avec un chapitre complet de vingt-huit pages uniquement consacré au fait religieux de la ville43. Il s’agit là d’une véritable exception. Viennent ensuite Lille (27) avec Louis Trénard et Félix-Paul Codaccioni, Angers (25) avec Serge Chassagne, Montpellier (22) avec Gérard Cholvy, Reims (21) avec Georges Clause et Maurice Crubellier, Lyon (21) avec André Latreille, Quimper avec Marie-Thérèse Cloître et Claude Geslin puis Chambéry (18) avec André Palluel-Guillard et Christian Sorrel, Grenoble (17) avec Pierre Bolle, Limoges (16) avec Louis Pérouas, Strasbourg (16) avec Christian Baechler. La moyenne du nombre de pages consacrées au fait religieux est alors d’environ onze pages. C’est en particulier sur cette base que se présentent les contributions d’historiens du social tels que Maurice Agulhon et Michel Vovelle pour Toulon (12), Michel Papy pour Pau (12), Pierre Guillaume pour Bordeaux (13), Rémy Cazals pour Castres-Mazamet (13), Pierre Lévêque pour Dijon (13), Pierre Guiral et Antoine Olivesi pour Marseille (13).

  • 44 Serge CHASSAGNE, « La Révolution et l’Empire (1787-1815) », François LEBRUN (dir.), Histoire d’Ang (...)
  • 45 Louis TRÉNARD (dir.), Histoire d’une métropole : Lille, Roubaix, Tourcoing, Toulouse, Privat, 1977 (...)

17Cette approche religieuse de la ville concerne principalement le XIXe siècle (84 %) au détriment du siècle suivant (16 %). Les paragraphes consacrés au choc révolutionnaire et à ses conséquences viennent rapidement grossir les propos sur le fait religieux au XIXe siècle, cela d’autant plus qu’il s’agit d’historiens spécialistes de la période. Serge Chassagne accorde quinze pages aux bouleversements qui ont transformé le catholicisme au cours de la Révolution et de l’Empire dans la capitale angevine44. De même, Louis Trénard en rédige onze pour Lille tandis que Jacques Godechot et Roger Dupuy en écrivent chacun cinq et quatre pour Toulouse et Vannes45. À l’autre borne chronologique, il reste que le XXe siècle fait bien pâle figure, surtout après 1950. Vingt-huit villes (43 %) ne possèdent pas de paragraphes sur le fait religieux au XXe siècle. Ainsi, Marseille, Nice, Paris mais également Amiens, Chartres, Poitiers, Saint-Denis, Vannes, pourtant fortes d’une profonde et vieille identité religieuse, ne présentent aucun élément religieux susceptible de marquer l’histoire de la ville au XXe siècle. Seules, trois contributions accordent environ dix pages à l’histoire religieuse urbaine du XXe siècle : Christian Baechler pour Strasbourg, Félix-Paul Codaccioni pour Lille et Pierre Bolle pour Grenoble. Quant à André Latreille, il consacre six pages au XXe siècle à Lyon sur les vingt-et-une qu’il a rédigées dans le domaine du religieux.

Présence religieuse et paysage urbain

  • 46 André LATREILLE, « La vie politique et le mouvement des idées de 1815 à 1905 » et « Le “principat” (...)
  • 47 Serge CHASSAGNE, « La Révolution et l’Empire (1787-1815) », François LEBRUN (dir.), Histoire d’Ang (...)
  • 48 Jacques MICHAUD et André CABANIS (dir.), Histoire de Narbonne, Toulouse, Privat, 1981, p. 257 ; An (...)

18À propos des différentes thématiques abordées, l’histoire religieuse des villes françaises de la collection Privat est restée largement dépendante de l’histoire politique. Très souvent, les rapports au fait religieux sont intégrés dans les chapitres consacrés à la vie politique de la cité à l’image de l’approche suggérée par André Latreille pour Lyon46. Cela est particulièrement significatif dans les pages qui traitent de la période révolutionnaire. En effet, nombre d’auteurs évoquent les multiples atteintes aux institutions et aux pratiques du catholicisme dans la ville au travers des événements politiques inhérents à la Révolution. Vente des biens ecclésiastiques, mise en place de la constitution civile du clergé, problème des réfractaires, velléités déchristianisatrices, actes anticatholiques, retour à une paix civile et religieuse, il s’agit là des thèmes les plus récurrents à partir desquels le fait religieux urbain est pris en compte durant les moments difficiles de la Révolution et de l’Empire. La contribution de Serge Chassagne dans l’Histoire d’Angers (1975) constitue pour cela un modèle du genre47. Comme beaucoup d’autres auteurs, André Cabanis, Jean-Claude Farcy, Claude-Albert Bouhours, Claude et Michel Seyve ainsi que Daniel Collet suivent respectivement la même approche dans les histoires de Narbonne (1981), Chartres (1983), Angoulême (1989), Montélimar (1992) et Quimper (1994)48.

  • 49 Charles HIGOUNET (dir.), Histoire de Bordeaux, Toulouse, Privat, 1980, p. 278-282.
  • 50 René TAVENEAUX (dir.), Histoire de Nancy, Toulouse, Privat, 1978, p. 347-348 et 385-389 ; Jean GAN (...)
  • 51 Pierre DESPORTES (dir.), Histoire de Reims, Toulouse, Privat, 1983, p. 293-294, 302-303 et 325-326
  • 52 Maurice AGULHON (dir.), Histoire de Toulon, Toulouse, Privat, 1980, p. 221-222.
  • 53 Vital CHOMEL (dir.), Histoire de Grenoble, Toulouse, Privat, 1991, p. 379-382.

19Sur le XIXe siècle restant, nombreuses sont les approches du fait religieux urbain qui sont établies à partir des politiques ecclésiastiques déployées par l’évêque du lieu. À Bordeaux, Pierre Guillaume déroule successivement les différentes stratégies diocésaines des archevêques de la ville jusqu’à celle du cardinal Lecot, alors en place à la Belle Epoque49. De même, Jean-Alain Lesourd et Pierre Barral s’attardent sur l’analyse des épiscopats nancéens de Mgr Forbin-Janson et de Mgr Turinaz tout comme Jean Ganiage à Beauvais avec Mgr de Lesquen, Mgr Feutrier, Mgr Gignoux et Mgr Fuzet50. Georges Clause procède également à un bilan des politiques épiscopales menées par les archevêques de Reims tels que Mgr de Coucy, Mgr Gousset et Mgr Langénieux51. Maurice Agulhon restitue lui aussi les vicissitudes du catholicisme toulonnais à partir des épiscopats de Mgr Michel et Mgr Wicart52. Quant à Pierre Bolle, il évoque avec détails le long épiscopat de Mgr Caillot à Grenoble53.

  • 54 Maurice BORDES (dir.), Histoire de Nice et du pays niçois, Toulouse, Privat, 1976, p. 266-267 et 2 (...)
  • 55 Paul GUICHONNET (dir.), Histoire d’Annecy, Toulouse, Privat, 1987, p. 258-259 ; Rémy CAZALS (dir.) (...)
  • 56 Paul BOIS (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 311-312 ; Philippe WOLFF (dir.), (...)
  • 57 Philippe WOLFF (dir.), Histoire de Toulouse, op. cit., p. 511 ; Louis TRÉNARD (dir.), Histoire d’u (...)

20Autre lien important avec le champ du politique, c’est la question scolaire et congréganiste qui est régulièrement abordée à l’image de la contribution d’Yves Denis pour Blois, de Jean-Claude Farcy pour Chartres, de Paul Gonnet pour Nice et de Jean Merley pour Saint-Étienne54. Chargé d’une forte visibilité politique, l’anticléricalisme qui découle souvent de la querelle de l’école et des congrégations, constitue alors un thème récurrent à de nombreuses histoires des villes, figurant parfois comme un baromètre des relations entre les citadins et la religion catholique. Paul Guichonnet y consacre plusieurs paragraphes pour Annecy alors que Rémy Cazals s’y attarde sur plusieurs pages, assimilant l’Église à une forteresse conservatrice à la solde du baron Reille, retranchée derrière ses écoles, ses congrégations et ses organisations politiques comme l’Action Libérale Populaire et les ligues féminines55. Jacques Fiérain, Étienne Frenay et Christian Bougeard insistent eux aussi sur le poids de l’anticléricalisme dans des villes comme Nantes, Perpignan ou Saint-Brieuc ainsi que sur les heurts politiques qui s’en suivent au moment de la guerre scolaire et des « inventaires »56. Parfois, ce sont des personnalités catholiques de premier plan qui sont mises en avant, à propos notamment de leurs attitudes politiques pendant ce premier XXe siècle, qu’il s’agisse de prélats comme Mgr Moussaron à Albi, Mgr Théas à Montauban, les cardinaux Saliège à Toulouse et Liénart à Lille, de prêtres tels que le chanoine Kir à Dijon et l’abbé Péan à Tours, ou de laïcs démocrates chrétiens à l’image de Léon Harmel à Reims, d’Edmond Michelet à Brive ou de Robert Schuman à Metz57.

  • 58 Georges LIVET (dir.), Histoire de Colmar, Toulouse, Privat, 1983, p. 178 ; Gérard CHOLVY (dir.), H (...)
  • 59 Vital CHOMEL (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 380-382 ; Pierre GUILLAUME, Histoire de Bo (...)
  • 60 André LATREILLE (dir.), Histoire de Lyon, op. cit., p. 384-385 ; Pierre GUILLAUME, Histoire de Bor (...)
  • 61 Michel MOLLAT (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 361 ; Jean SAGNES (dir.), Hist (...)

21Si le fait religieux urbain a donc souvent été fondu dans des pages d’histoire politique, il a été néanmoins fait une place non négligeable à la vie religieuse à partir de la vitalité des œuvres et de la fidélité à une pratique. Les patronages et les sociétés charitables sont précisément évoqués à Bayonne, Colmar, Montpellier et Saint-Étienne avec en particulier les jardins ouvriers du père Volpette58. Le scoutisme et le sport font l’objet d’une attention à Bordeaux, Vannes et Quimper tandis que les mouvements de jeunesse et d’Action Catholique rencontrent un certain succès à Albi, Caen, Grenoble, Le Havre, Metz et Saumur59. De même, des pages conséquentes s’attardent sur les milieux du catholicisme social bordelais et lyonnais60. Les attitudes devant la pratique du culte retiennent également l’attention de nombreux auteurs. C’est entre autres le cas de Jean Sagnes à Béziers, Michel Papy à Pau, Michel Veissière à Provins et Jean-Pierre Chaline à Rouen61.

  • 62 Édouard BARATIER (dir.), Histoire de Marseille, op. cit., p. 351 ; André LATREILLE (dir.), Histoir (...)
  • 63 Robert FAVREAU (dir.), Histoire de Poitiers, Toulouse, Privat, 1985, p. 338.
  • 64 Claudine PAILHÈS (dir.), Histoire de Foix et de la Haute-Ariège, Toulouse, Privat, 1996, p. 188.
  • 65 Jean SAGNES (dir.), Histoire de Sète, Toulouse, Privat, 1987, p. 172 et 205.
  • 66 Yves LE GALLO (dir.), Histoire de Brest, Toulouse, Privat, 1976, p. 212 ; André LESPAGNOL (dir.), (...)
  • 67 Paul GUICHONNET (dir.), Histoire d’Annecy, op. cit., p. 272.

22D’autres formes de pratique religieuse sont abordées, en particulier celles qui mettent en scène une extériorité populaire à l’image des processions et des fêtes assurant une certaine visibilité de l’Église dans la ville. Louis Pérouas s’attache à souligner l’importance des processions dans la capitale du Limousin tout comme André Latreille s’attarde sur celle du 8 décembre à Lyon et Pierre Guiral sur celle de la Fête-Dieu à Marseille62. Gérard Jarrousseau décrit les nombreuses fêtes et processions qui animent régulièrement la ville de Poitiers au XIXe siècle63. Claudine Pailhès évoque les traditionnels feux de la Saint-Jean à Foix64. Jean Sagnes restitue pour la cité portuaire de Sète le souvenir de la mission de 1824 et le vœu marial de 186565. Yves Le Gallo rappelle également la reconquête religieuse de la ville dans les années 1830 par le recours aux missions tandis que Jacqueline Sainclivier stigmatise la création d’un pardon à Saint-Malo en plein XXe siècle66. Paul Guichonnet retrace les fastueuses manifestations liées au tricentenaire de la fondation de l’ordre de la Visitation à Annecy en 191067.

  • 68 François-Yves LE MOIGNE (dir.), Histoire de Metz, op. cit., p. 354 et s.
  • 69 Maurice AGULHON (dir.), Histoire de Toulon, op. cit., p. 321 ; Ronald HUBSCHER (dir.), Histoire d’ (...)
  • 70 Claude NIÈRES (dir.), Histoire de Lorient, Toulouse, Privat, 1988, p. 199.
  • 71 Jean SAGNES (dir.), Histoire de Béziers, op. cit., p. 261 ; Jean SAGNES (dir.), Histoire de Sète, (...)
  • 72 Vital CHOMEL (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 271 ; Jean MERLEY (dir.), Histoire de Sain (...)
  • 73 Jean GANIAGE (dir.), Histoire de Beauvais, op. cit., p. 244 ; Michel BUR (dir.), Histoire de Laon (...)
  • 74 Claude NIÈRES (dir.), Histoire de Saint-Brieuc, op. cit., p. 261.
  • 75 Pierre GRAS (dir.), Histoire de Dijon, op. cit., p. 405 ; André CORVISIER (dir.), Histoire du Havr (...)
  • 76 Alain GIRARDOT (dir.), Histoire de Verdun, Toulouse, Privat, 1982, p. 272.
  • 77 Gabriel DÉSERT (dir.), Histoire de Caen, op. cit., p. 289.

23La visibilité du religieux dans la ville s’affirme également par les restructurations paroissiales et les constructions de nouvelles églises. L’architecture et le bâtiment religieux urbain retiennent régulièrement l’attention des auteurs, faisant même parfois l’objet d’une sous-partie comme sous la plume de François Roth pour la ville annexée de Metz68. Ronald Hubscher restitue pour le XIXe siècle à Amiens la création des églises Saint-Remi et du Sacré-Cœur, Paul Gonnet Saint-Antoine de Padoue en 1898 et l’Immaculée-Conception en 1908 pour Toulon, de même que Jean-Paul Jourdan rappelle la fondation à Bayonne des paroisses Saint-Étienne en 1836 et Saint-Bernard en 191269. Gérard Le Bouëdec précise la construction des églises Saint-Louis et de Kérentrech à Lorient en 184970. Jean Sagnes évoque l’instauration de la paroisse Saint-Jude à Béziers en 1865 et celle du Sacré-Cœur à Sète71. Robert Chagny signale la création de cinq nouvelles paroisses à Grenoble à l’heure de la reconstruction concordataire tout comme Jean Merley à Saint-Étienne72. Si Engracia Dorel présente la restauration de la cathédrale de Laon en 1807, Claude Geslin insiste sur la rénovation de la cathédrale Saint-Corentin à Quimper dans les années 1850 puis celle du palais épiscopal et des églises de Locmaria en 1857 et Saint-Matthieu en 1897 tandis que Jean Ganiage s’attarde pour la fin du siècle sur la construction de nouveaux bâtiments religieux abritant le grand séminaire et l’évêché à Beauvais73. Parfois, la nouveauté architecturale d’un édifice religieux est l’occasion de souligner l’effort d’adaptation des structures ecclésiales à la modernité urbaine comme à propos de la construction de l’église Sainte-Thérèse de Gouédic à Saint-Brieuc en 193174. De même, l’apparition de banlieues et de nouveaux quartiers populaires amène à bâtir de nouvelles églises comme Sainte-Cécile au Havre en 1929, Sainte-Bernadette dans la ZUP des Grésilles à Dijon en 1949 et Sainte-Thérèse, la même année, à Limoges sous la conduite d’un prêtre de la Mission de France, le père Joseph Rousselot75. D’autre part, les guerres ont défiguré le paysage urbain et provoqué la nécessité de reconstruire des édifices religieux. Verdun a mis près de vingt-ans à rebâtir sa cathédrale qui est réintégrée par Mgr Ginisty en 193576. Plus tard, à la Libération, c’est la ville de Caen qui procède à la réfection de ses églises détruites par les bombardements de 1944 comme Saint-Jean, Saint-Pierre et Saint-Michel77.

  • 78 Charles HIGOUNET (dir.), Histoire de Bordeaux, op. cit., p. 277-278 ; Gérard CHOLVY, Histoire de M (...)
  • 79 Vital CHOMEL (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 427-428 ; Louis PÉROUAS (dir.), Histoire d (...)
  • 80 Jean-Louis BIGET (dir.), Histoire d’Albi, op. cit., p. 278 ; Alain CABANTOUS (dir.), Histoire de D (...)
  • 81 Daniel LIGOU (dir.), Histoire de Montauban, Toulouse, Privat, 1984, p. 249, 269-271 et 288.
  • 82 Marcel DELAFOSSE (dir.), Histoire de la Rochelle, Toulouse, Privat, 1985, p. 242 et 249.
  • 83 Jean SAGNES (dir.), Histoire de Sète, op. cit., p. 271.

24La visibilité des confessions minoritaires suscite également quelques propos suggestifs. Jean-Paul Jourdan évoque les minorités protestantes et juives dans le Bayonne du XIXe siècle comme le font Pierre Guillaume pour Bordeaux et Gérard Cholvy pour Montpellier78. La présence des réformés est alors davantage mise en valeur grâce à Pierre Bolle pour Grenoble et Louis Pérouas pour Limoges79. Certains signalent dans le paysage urbain la construction d’un temple à Dunkerque en 1867, à Albi en 1880 ainsi qu’en plein cœur de Metz annexé80. À Montauban, il est rappelé le rôle de la faculté de théologie protestante et la vitalité de sa communauté réformée autour de responsables comme le pasteur Dautheville-Guibal81. De même, à la Rochelle, la visibilité de la communauté protestante est forte que ce soit dans les affaires de la ville ou au sein des milieux bourgeois82. À Sète, Jean Sagnes rappelle la réalité d’une communauté réformée vigoureuse avec son temple construit en 1886, ses familles de négociants et sa première femme pasteur Elisabeth Schmidt83.

  • 84 Édouard BARATIER, Histoire de Marseille, op. cit., p. 344-345 ; Maurice BORDES (dir.), Histoire de (...)
  • 85 Georges LIVET et Francis RAPP (dir.), Histoire de Strasbourg, Toulouse, Privat, 1987, p. 390-392, (...)
  • 86 Ibid., p. 471 et 500-501 ; André LATREILLE (dir.), Histoire de Lyon, op. cit., p. 386-387 ; Vital (...)

25Pour d’autres villes, l’importance des communautés israélites conduit à les sortir du silence en évoquant leur dynamisme dans la cité. C’est le cas à Marseille et à Nice où la présence juive est fortement marquée dans les activités économiques et industrielles avec de puissants réseaux familiaux84. À Strasbourg, l’identité israélite constitue un marqueur religieux particulièrement fort, partagé avec les solides communautés protestantes, qui s’expriment autour de leurs responsables et de leurs lieux de culte85. Dans leurs pages respectives, Bernard Vogler et Christian Baechler dévoilent combien la capitale alsacienne est ainsi imprégnée dans son paysage urbain et ses composantes sociales par le pluralisme religieux. Cela va en particulier donner lieu à la création d’espaces de rencontres au cœur de la cité strasbourgeoise avec d’importantes initiatives œcuméniques au cours du second XXe siècle que l’on retrouve également, sous la plume de Pierre Bolle et d’André Latreille, au sein des cercles intellectuels grenoblois et des milieux théologiques lyonnais86.

  • 87 Gérard CHOLVY (dir.), Histoire de Montpellier, op. cit., p. 326-328, 335-342, 410-412 ; Christian (...)

26Par conséquent, le paysage urbain qui est décrit dans les différents volumes de la collection Privat, présente de nombreuses facettes du champ religieux. Les pages conséquentes que Gérard Cholvy et Christian Sorrel ont consacrées à l’histoire religieuse des villes de Montpellier et Chambéry, à partir de chapitres à dominante culturelle, ouvrent ainsi de réelles perspectives d’analyse. Dans le cas des capitales languedocienne et savoyarde, l’importance des différentes communautés est mesurée, les structures paroissiales sont détaillées, les pratiques cultuelles sont évaluées, les manifestations extérieures à travers les processions et les rituels sont évoquées, les activités des congrégations, des mouvements et des œuvres sont présentées87.

  • 88 Henri ENJALBERT (dir.), Histoire de Rodez, op. cit., p. 275-302.
  • 89 Ibid., p. 275-283.
  • 90 Ibid., p. 283-293.
  • 91 Ibid., p. 292-302.

27À propos de la cité aveyronnaise, l’existence d’un chapitre entièrement consacré à son histoire religieuse contemporaine suscite en soi un modèle88. Empruntant une approche chronologique, Gérard Cholvy commence son propos par les processus successifs de laïcisation puis de rechristianisation du paysage urbain rodézien pendant les événements révolutionnaires et les années de restauration89. Vient alors le temps d’une « Église triomphante », visible par ses écoles, ses congrégations, ses œuvres, ses églises restaurées, ses nouveaux séminaires inaugurés, ses processions et ses pèlerinages retrouvés, ses sacrements revisités et davantage pratiqués90. Si les secousses liées aux attaques anticléricales de la Belle Epoque croisent à nouveau les méandres de l’histoire politique, notamment à travers la personnalité des évêques sur le siège de Rodez et l’attitude des élites catholiques de la ville face à la Séparation, aux inventaires et au Cartel des Gauches, des pages suggestives sur le XXe siècle abordent des questions relatives à la sociologie religieuse, l’adaptation des œuvres, l’évolution des structures paroissiales et à la présence plus explicite de la communauté protestante avec l’inauguration du temple en 194791.

  • 92 Mené sur les trente dernières années, ce bilan recense 165 titres (no 1588-1753) dans une rubrique (...)
  • 93 Georges LIVET (dir.), Histoire de Colmar, op. cit., p. 289.
  • 94 Jean MERLEY (dir.), Histoire de Saint-Étienne, op. cit., p. 191.

28Finalement, à partir du bilan établi sur près de trente ans d’histoire des villes de la collection Privat, il convient de conclure à une approche ambivalente du fait religieux dans la France urbaine contemporaine. En effet, force est de constater la faible part que représente la dimension religieuse au sein de l’historiographie contemporaine des villes françaises. Cela est d’ailleurs corroboré par un récent bilan bibliographique mené sur l’histoire urbaine en France92. Une telle situation invitait déjà Georges Livet à lancer en 1983 un appel en direction d’une meilleure prise en compte du fait religieux dans l’histoire urbaine. Ainsi, écrivait-il dans la postface de l’Histoire de Colmar : « Resterait, dans un esprit de fidélité à Gabriel Le Bras, à pénétrer derrière les signes, les symboles, les comportements, les contestations, les faits de représentation, pour apprécier les réalités, plus délicates à saisir, des valeurs intimes de la foi religieuse »93. À l’orée de la décennie suivante, l’histoire religieuse de la ville reste encore à faire comme le reconnaît Jean Merley à propos de Saint-Étienne au XIXe siècle94. Héritage d’une situation historiographique qui accordait le primat à l’histoire économique et sociale au sein de laquelle l’histoire urbaine était partie prenante, un tel constat pourrait s’avérer toujours identique aujourd’hui.

  • 95 Philippe BOUTRY, « Industrialisation et déstructuration da la société rurale », Jacques LE GOFF et (...)
  • 96 Étienne FOUILLOUX, « Du côté du religieux », Écrire l’histoire du temps présent, Paris, CNRS Editi (...)

29Toutefois, les données de l’historiographie actuelle prouvent que les choses changent quelque peu. En premier lieu, il faut reconnaître que l’histoire religieuse de la ville contemporaine ne part pas de rien. Même peu conséquents, les 8 % qui lui ont été consacrés au sein de la collection Privat, constituent un réel terreau sur lequel il y a lieu de s’appuyer pour envisager une approche de plus grande envergure. Le XIXe siècle figure déjà comme une période davantage privilégiée. Philippe Boutry a même suggéré les premiers éléments d’une synthèse dans le troisième volume de l’Histoire de la France religieuse95. Par contre, le XXe siècle apparaît véritablement comme un désert historiographique ou une « terre de mission » à conquérir. Pour les années postérieures à 1950, on peut reprendre les réflexions d’Étienne Fouilloux sur les difficultés engendrées par une possible histoire religieuse du temps présent à partir du cadre urbain96.

  • 97 Jean RÉMY et Liliane VOYE, La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, L’Harmattan, 1992 ; J (...)
  • 98 Pierre-Yves SAUNIER, « L’Église et l’espace de la grande ville au XIXe siècle : Lyon et ses parois (...)
  • 99 Régis BERTRAND, « De la toponymie à la statuaire : les formes de la christianisation du paysage ma (...)

30L’émulation et parfois la fascination suscitée par les sciences sociales des religions ouvrent des perspectives nouvelles. Ainsi, sociologues et géographes appréhendent aujourd’hui davantage l’espace urbain comme un territoire où le fait religieux présente une certaine visibilité et participe à des constructions identitaires. Les travaux menés sous la houlette de Jean Rémy et de Colette Muller illustrent une approche au sein de laquelle une interdisciplinarité peut s’établir et la dimension religieuse apparaître comme l’un des creusets importants de l’identité urbaine97. La redéfinition de l’espace paroissial en milieu urbain face au changement social interroge en particulier l’historien du religieux et celui de l’urbain comme en témoignent les études suggestives de Pierre-Yves Saunier et de Jean-Luc Marais menées sur l’évolution des paroisses dans des villes comme Lyon et Angers aux XIXe et XXe siècles ainsi que de Geneviève Massard-Guilbaud sur la formation de l’identité religieuse dans la construction du nouveau quartier de la gare à Clermont-Ferrand avant 191498. Le marquage religieux dans le paysage urbain et ses transformations au cours des siècles, l’appropriation de la ville comme espace religieux pendant le temps d’une fête ou d’une procession, l’identification progressive d’une grande métropole à une capitale religieuse, toutes ces recherches respectivement élaborées pour le XIXe siècle par Régis Bertrand sur Marseille, Paul d’Hollander sur Limoges et Jacques-Olivier Boudon sur Paris, illustrent combien l’approche historique du religieux dans la ville contemporaine est en voie de progresser de manière conséquente99.

  • 100 Claude LANGLOIS, « Trente ans d’histoire religieuse. Suggestions pour une future enquête », Archiv (...)

31Certes, le XIXe siècle apparaît encore comme la période privilégiée pour une histoire religieuse de la ville contemporaine. Néanmoins, histoire religieuse et histoire urbaine sont appelées à collaborer sur des problématiques semblables et à inventer ensemble en vue d’un travail commun sur des « interfaces historiques »100. À cette tâche prometteuse, l’œuvre entamée par la collection « Histoire des Villes » de Privat aura été pionnière et précurseur.

Les « Histoires des villes » parues aux éditions Privat jusqu’en 1999

1971

Paris (Michel Mollat)

1972

Rennes (Jean Meyer)

1973

Marseille (Edouard Baratier)

1974

Toulouse (Philippe Wolff)

1975

Angers (François Lebrun)

1975

Le Mans (François Dornic)

1975

Lyon (André Latreille)

1976

Brest (Yves Le Gallo)

1976

Grenoble (Vital Chomel)

1976

Nice (Maurice Bordes)

1977

Lille-Roubaix-Tourcoing (Louis Trénard)

1977

Nantes (Paul Bois)

1978

Nancy (René Taveneaux)

1979

Rouen (Michel Mollat)

1980

Bordeaux (Charles Higounet)

1980

Toulon (Maurice Agulhon)

1981

Caen (Gabriel Désert)

1981

Dijon (Pierre Gras)

1981

Narbonne (Jacques Michaud et André Cabanis)

1981

Rodez (Henri Enjalbert)

1982

Verdun (Alain Girardot)

1983

Albi (Jean-Louis Biget)

1983

Chartres (André Chedeville)

1983

Colmar (Georges Livet)

1983

Dunkerque (Alain Cabantous)

1983

Le Havre (André Corvisier)

1983

Reims (Pierre Desportes)

1984

Carcassonne (Jean Guilaine et Daniel Fabre)

1984

Montauban (Daniel Ligou)

1984

Montpellier (Gérard Cholvy)

1984

Saint-Malo (André Lespagnol)

1984

Vendôme (Paul Wagret)

1985

La Rochelle (Marcel Delafosse)

1985

Perpignan (Philippe Wolff)

1985

Poitiers (Robert Favreau)

1985

Tours (Bernard Chevalier)

1986

Amiens (Ronald Hubscher)

1986

Béziers (Jean Sagnes)

1986

Metz (François-Yves Le Moigne)

1987

Annecy (Paul Guichonnet)

1987

Beauvais (Jean Ganiage)

1987

Sète (Jean Sagnes)

1987

Strasbourg (Georges Livet et Francis Rapp)

1988

Blois (Yves Denis)

1988

Lorient (Claude Nières)

1988

Provins (Michel Veissière)

1988

Saint-Denis (Roger Bourderon et Pierre de Peretti)

1988

Vannes (Jean-Pierre Leguay)

1989

Angoulême (Pierre Dubourg-Noves)

1989

Limoges (Louis Pérouas)

1987

Laon (Michel Bur)

1989

Pau (Pierre Tucoo-Chala)

1989

Saintes (Alain Michaud)

1990

Saint-Étienne (Jean Merley)

1991

Agen (Stéphane Baumont)

1991

Bayonne (Josette Pontet)

1991

Brive (Jean Charbonnel)

1991

Saint-Brieuc (Claude Nières)

1992

Castres-Mazamet (Rémy Cazals)

1992

Chambéry (Christian Sorrel)

1992

Montélimar (Stéphane Baumont)

1993

Lourdes (Stéphane Baumont)

1994

Quimper (Jean Kerhervé)

1996

Foix (Claudine Pailhès)

1996

Saumur (Hubert Landais)

Notes

1 Pour une présentation historiographique plus générale : Bruno DUMONS, « Histoire sociale et histoire religieuse, deux sœurs ennemies ? Un essai de relecture historiographique pour la France contemporaine », Colloque “Un siècle d’histoire du christianisme en France”, Université Rennes II, 15 au 17 septembre 1999, (à paraître) ; Bruno DUMONS, « Villes et ouvriers. Des territoires pour l’histoire sociale et religieuse de la France contemporaine », Revue d’Histoire de l’Église de France, (à paraître).

2 Jean-Luc PINOL, Le monde des villes au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1991 ; Florence BOURILLON, Les villes en France au XIXe siècle, Gap, Ophrys, 1992.

3 Maurice CRUBELLIER, « Une nouvelle culture dans le premier XXe siècle », Maurice AGULHON (dir.), Histoire de la France urbaine, tome 4, Paris, Seuil, 1983, p. 444-457.

4 Le volume 5 ne consacre qu’une seule page au fait religieux dans la ville contemporaine : Marcel RONCAYOLO (dir.), Histoire de la France urbaine, tome 5, Paris, Seuil, 1985, p. 527.

5 Fernand BOULARD (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français (XIXe-XXe siècle), tomes 1 à 3, Paris, EHESS-FNSP-CNRS, 1985-1992 ; L’Observation quantitative du fait religieux, Villeneuve d’Ascq, CHRN, 1992. Parmi les synthèses les plus conséquentes sur la France religieuse contemporaine : François LEBRUN (dir.), Histoire des catholiques en France du XVe siècle à nos jours, Toulouse, Privat, 1980 ; Gérard CHOLVY et Yves-Marie HILAIRE (dir.), Histoire religieuse de la France contemporaine, 3 volumes, Toulouse, Privat, 1985-1988 ; Jean-Marie MAYEUR, (dir.), Histoire du christianisme, tomes 11 et 12, Paris, Desclée-Fayard, 1990 et 1995 ; Philippe JOUTARD et René RÉMOND (dir.), Histoire de la France religieuse, tomes 3 et 4, Paris, Seuil, 1991 et 1992 ; Gérard CHOLVY, La religion en France de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Hachette, 1991 ; François LEBRUN (dir.), Être chrétien en France, tomes 3 et 4, Paris, Seuil, 1997 et 1998.

6 Claude LANGLOIS, « Le catholicisme dans la ville », Le Courrier du CNRS, « Villes », ne 82, juin 1996, p. 147-149 ; Claude LANGLOIS, « Les croisades du XIXe siècle », Urbanisme, no 291, novembre-décembre 1996, p. 56-59.

7 En raison de sa plus grande visibilité au sein de l’espace urbain, cette approche historiographique aborde surtout le catholicisme au détriment des confessions minoritaires protestantes et juives, peu mentionnées dans la plupart des volumes.

8 Philippe WOLFF, Commerces et marchands de Toulouse (1350-1450), Paris, Plon, 1954. Il publie en collaboration avec un autre médiéviste Philippe Dollinger, professeur à l’Université de Strasbourg : Bibliographie d’histoire des villes de France, Paris, Klincksieck, 1967.

9 Henri-Jean MARTIN et Roger CHARTIER (dir.), Histoire de l’édition française, tome 3, Paris, Promodis, 1985, p. 162.

10 Philippe WOLFF (dir.), Histoire du Languedoc, Toulouse, Privat, 1967.

11 Édouard BARATIER (dir.), Histoire de la Provence, Toulouse, Privat, 1969 ; Jean DELUMEAU (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1969.

12 Michel MOLLAT (dir.), Histoire de l’Ile de France et de Paris, Toulouse, Privat, 1971.

13 La collection “Histoire de la France urbaine” aux éditions du Seuil a été menée à partir de 1980 grâce à l’initiative d’un médiéviste de renom, Georges Duby.

14 Jean MEYER (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972 ; Édouard BARATIER (dir.), Histoire de Marseille, Toulouse, Privat, 1973 ; Philippe WOLFF (dir.), Histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, 1974 ; François DORNIC (dir.), Histoire du Mans et du pays manceau, Toulouse, Privat, 1975.

15 André LATREILLE (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, Toulouse, Privat, 1975.

16 Louis TRÉNARD, Lyon de l’Encyclopédie au préromantisme, Paris, PUF, 1958 ; Yves LE GALLO, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Paris, Éditions Ouvrières, 1991.

17 Jean-Luc PINOL, Le monde des villes au XIXe siècle, op. cit., p. 8-9 ; Florence BOURILLON, Les villes en France au XIXe siècle, op. cit., p. 175-176.

18 Peut-être, les cités industrielles de Clermont-Ferrand et Cherbourg, classées respectivement vingt-quatrième et trente-et-unième villes françaises en 1911, auraient-elles mérité un volume spécifique.

19 Serge CHASSAGNE, « L’histoire des villes : une opération de rénovation historiographique ? », Villes et campagnes (XVe-XXe siècle), Lyon, PUL, 1977, p. 218-227 ; Jean SAGNES, « Écrire l’histoire des villes », Jean SAGNES (dir.), La ville en France aux XIXe et XXe siècles, Perpignan, PUP, 1997, p. 25-26.

20 La chronologie révolutionnaire n’a pas toujours été retenue dans la mesure où le découpage opéré par les auteurs est très variable, insérant parfois la Révolution à la fin d’un chapitre consacré au XVIIIe siècle.

21 Jean SAGNES, « Écrire l’histoire des villes », art.cit., p. 28-29.

22 Si de nombreux chapitres privilégient le découpage chronologique autour des dates classiques de 1848, 1870, 1914 et 1944, des difficultés d’évaluation existent provenant du choix de chapitres thématiques englobant parfois un siècle et demi de mutations économiques, sociales, culturelles ou politiques.

23 Les deux derniers chapitres d’histoire contemporaine ont été confiés à David Bohbot, secrétaire général de La Nouvelle République du Centre.

24 Jean Sagnes est le seul contemporanéiste à avoir dirigé deux ouvrages : Béziers (1986) et Sète (1987).

25 Parmi les juristes, s’affirment des historiens du droit comme Stéphane Baumont (Agen, Montélimar, Lourdes), Jacques Michaud et André Cabanis (Narbonne).

26 Maurice AGULHON, Une ville ouvrière au temps du socialisme utopique. Toulon de 1815 à 1851, Paris, Mouton, 1970 ; Claude NIÈRES, La reconstruction d’une ville au XVIIIe siècle : Rennes (1720-1760), Paris, Klincksieck, 1972 ; André CHÈDE-VILLE, Chartres et ses campagnes (XIe-XIIIe siècles), Paris, Klincksieck, 1973 ; Bernard CHEVALIER, Tours, ville royale (1356-1520), Louvain, Vander, 1975 ; Pierre DESPORTES, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Picard, 1979 ; Josette PONTET, Bayonne, un destin de ville moyenne à l’époque moderne, thèse de doctorat, Université Paris IV, 1986 ; Jean-Louis BIGET, Albi et l’albigeois (Ve-XVe siècle), thèse de doctorat d’État, Université Toulouse II, 1993 ; Jean GANIAGE, Beauvais au XVIIIe siècle. Population et cadre urbain, Paris, CNRS Éditions, 1999.

27 Jean SAGNES, « Écrire l’histoire des villes », art. cit., p. 26.

28 Rémy CAZALS, Avec les ouvriers de Mazamet dans la grève et l’action quotidienne (1909-1914), Paris, Maspero, 1978 ; Jean SAGNES, Le mouvement ouvrier en Languedoc. Syndicalistes et socialistes de l’Hérault. De la fondation des bourses du travail à la naissance du parti communiste, Toulouse, Privat, 1980.

29 Parmi les modernistes d’histoire religieuse : Alain Cabantous (Dunkerque), François Lebrun (Angers), René Taveneaux (Nancy), Michel Veissière (Provins).

30 Devenu inspecteur d’académie, Paul Wagret a toutefois mené des recherches en histoire religieuse contemporaine : Claude LANGLOIS et Paul WAGRET, Structures religieuses et célibat féminin au XIXe siècle, Lyon, Centre d’Histoire du Catholicisme, 1972.

31 François LEBRUN (dir.), Le diocèse d’Angers, Paris, Beauchesne, 1981 ; Francis RAPP (dir.), Le diocèse de Strasbourg, Paris, Beauchesne, 1982 ; Robert FAVREAU (dir.), Le diocèse de Poitiers, Paris, Beauchesne, 1988.

32 Philippe WOLFF (dir.), Le diocèse de Toulouse, Paris, Beauchesne, 1983.

33 Louis PEROUAS (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, tome 7 : Le Limousin, Paris, Beauchesne, 1994 ; Christian SORREL (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, tome 8 : La Savoie, Paris, Beauchesne, 1996.

34 Gérard CHOLVY, Religion et société au XIXe siècle : le diocèse de Montpellier, Lille, Service de reproduction des thèses, 1973 ; Jean FAURY, Cléricalisme et anticléricalisme dans le Tarn (1848-1900), Toulouse, PUM, 1980 ; Christian BAECHLER, Le parti catholique alsacien (1890-1939), Paris, Ophrys, 1982 ; Pierre BOLLE et Jean GODEL (dir.), Spiritualité, théologie et résistance : Yves de Montcheuil, théologien au maquis du Vercors, Grenoble, PUG, 1987.

35 Jean-Rémy PALANQUE (dir.), Le diocèse de Marseille, Paris, Beauchesne, 1975 ; Nadine-Josette CHALINE (dir.), Le diocèse de Rouen-Le Havre, Paris, Beauchesne, 1976 ; Henri BAUD (dir.), Le diocèse de Genève-Annecy, Paris, Beauchesne, 1985 ; Georges CLAUSE (dir.), Le diocèse de Châlons, Paris, Beauchesne, 1989.

36 Jean SAGNES, « Écrire l’histoire des villes »,… art. cit., p. 9.

37 Sur la géographie de la France ecclésiastique : René RÉMOND (dir.), Atlas historique de la France contemporaine, Paris, Colin, 1966, p. 140-142 ; Claude LANGLOIS, Timothy TACKETT et Michel VOVELLE (dir.), Atlas de la Révolution Française, Paris, EHESS, 1996, p. 60-61.

38 Toulon est associé au siège de Fréjus en 1852 de même que Lourdes à celui de Tarbes en 1912.

39 Serge CHASSAGNE, « L’histoire des villes : une opération de rénovation historiographique ? »,… art.cit., p. 227 et s.

40 Deux chapitres sont écrits par un spécialiste de l’histoire des pèlerinages, le chanoine Henry Branthomme : Stéphane BAUMONT (dir.), Histoire de Lourdes, Toulouse, Privat, 1993, p. 149-245.

41 Il s’agit de Stéphane Baumont (Agen), François Dornic (Le Mans), Roger Bourderon (Saint-Denis).

42 Nadine-Josette CHALINE (dir.), Le diocèse de Rouen, Paris, Beauchesne, 1976.

43 Gérard CHOLVY, « Ville catholique ou anticléricale ? », Henri ENJALBERT (dir.), Histoire de Rodez, Toulouse, Privat, 1981, p. 275-302.

44 Serge CHASSAGNE, « La Révolution et l’Empire (1787-1815) », François LEBRUN (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 133-197.

45 Louis TRÉNARD (dir.), Histoire d’une métropole : Lille, Roubaix, Tourcoing, Toulouse, Privat, 1977, p. 283-316 ; Philippe WOLFF (dir.), Histoire de Toulouse, op. cit., p. 389-443 ; Jean-Pierre LEGUAY (dir.), Histoire de Vannes et de sa région, Toulouse, Privat, 1988, p. 179-202.

46 André LATREILLE, « La vie politique et le mouvement des idées de 1815 à 1905 » et « Le “principat” d’Édouard Herriot », André LATREILLE (dir.), Histoire de Lyon, op. cit., p. 340-347 et 384-387.

47 Serge CHASSAGNE, « La Révolution et l’Empire (1787-1815) », François LEBRUN (dir.), Histoire d’Angers, op. cit., p. 155-158, 161-163, 177-180, 187-188.

48 Jacques MICHAUD et André CABANIS (dir.), Histoire de Narbonne, Toulouse, Privat, 1981, p. 257 ; André CHÉDEVILLE (dir.), Histoire de Chartres et du pays chartrain, Toulouse, Privat, 1983, p. 247 ; Pierre DUBOURG-NOVES (dir.), Histoire d’Angoulême et de ses environs, Toulouse, Privat, 1989, p. 208 et 213-216 ; Stéphane BAUMONT (dir.), Histoire de Montélimar, Toulouse, Privat, 1992, p. 231-232 ; Jean KERHERVÉ (dir.), Histoire de Quimper, Toulouse, Privat, 1994, p. 180-182 et 193-194.

49 Charles HIGOUNET (dir.), Histoire de Bordeaux, Toulouse, Privat, 1980, p. 278-282.

50 René TAVENEAUX (dir.), Histoire de Nancy, Toulouse, Privat, 1978, p. 347-348 et 385-389 ; Jean GANIAGE (dir.), Histoire de Beauvais et du Beauvaisis, Toulouse, Privat, 1987, p. 185-186, 212 et 233.

51 Pierre DESPORTES (dir.), Histoire de Reims, Toulouse, Privat, 1983, p. 293-294, 302-303 et 325-326.

52 Maurice AGULHON (dir.), Histoire de Toulon, Toulouse, Privat, 1980, p. 221-222.

53 Vital CHOMEL (dir.), Histoire de Grenoble, Toulouse, Privat, 1991, p. 379-382.

54 Maurice BORDES (dir.), Histoire de Nice et du pays niçois, Toulouse, Privat, 1976, p. 266-267 et 269-270 ; André CHÉDEVILLE (dir.), Histoire de Chartres et du pays chartrain, op. cit., p. 282-283 ; Yves DENIS (dir.), Histoire de Blois, Toulouse, Privat, 1988, p. 263-265 ; Jean MERLEY (dir.), Histoire de Saint-Étienne, Toulouse, Privat, 1990, p. 194-196.

55 Paul GUICHONNET (dir.), Histoire d’Annecy, Toulouse, Privat, 1987, p. 258-259 ; Rémy CAZALS (dir.), Histoire de Castres, Mazamet, la Montagne, Toulouse, Privat, 1992, p. 231-238.

56 Paul BOIS (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 311-312 ; Philippe WOLFF (dir.), Histoire de Perpignan, Toulouse, Privat, 1985, p. 208 et 217 ; Claude NIÈRES (dir.), Histoire de Saint-Brieuc et du pays briochin, Toulouse, Privat, 1991, p. 208.

57 Philippe WOLFF (dir.), Histoire de Toulouse, op. cit., p. 511 ; Louis TRÉNARD (dir.), Histoire d’une métropole, op. cit., p. 499 ; Pierre GRAS (dir.), Histoire de Dijon, Toulouse, Privat, 1981, p. 381-385 ; Jean-Louis BIGET (dir.), Histoire d’Albi, Toulouse, Privat, 1983, p. 311 ; Pierre DESPORTES (dir.), Histoire de Reims, op. cit., p. 357-358 ; Daniel LIGOU (dir.), Histoire de Montauban, Toulouse, Privat, 1984, p. 288 ; Bernard CHEVALIER (dir.), Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. 361-362 ; François-Yves LE MOIGNE (dir.), Histoire de Metz, Toulouse, Privat, 1986, p. 381 ; Jean CHARBONNEL (dir.), Histoire de Brive et de sa région, Toulouse, Privat, 1991, p. 240-242.

58 Georges LIVET (dir.), Histoire de Colmar, Toulouse, Privat, 1983, p. 178 ; Gérard CHOLVY (dir.), Histoire de Montpellier, Toulouse, Privat, 1984, p. 339-342 ; Jean-Pierre LEGUAY (dir.), Histoire de Vannes, op. cit., p. 231-232 ; Jean MERLEY, Histoire de Saint-Étienne, op. cit., p. 191-193 ; Josette PONTET (dir.), Histoire de Bayonne, Toulouse, Privat, 1991, p. 257-258.

59 Vital CHOMEL (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 380-382 ; Pierre GUILLAUME, Histoire de Bordeaux, op. cit., p. 347-348 ; Gabriel DÉSERT (dir.), Histoire de Caen, Toulouse, Privat, 1981, p. 249 ; Jean-Louis BIGET (dir.), Histoire d’Albi, op. cit., p. 295 et 307 ; André CORVISIER (dir.), Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Toulouse, Privat, 1983, p. 236-237 ; François-Yves LE MOIGNE (dir.), Histoire de Metz, op. cit., p. 380-381 ; Jean KERHERVÉ (dir.), Histoire de Quimper, op. cit., p. 283-284 ; Hubert LANDAIS (dir.), Histoire de Saumur, Toulouse, Privat, 1996, p. 303-305.

60 André LATREILLE (dir.), Histoire de Lyon, op. cit., p. 384-385 ; Pierre GUILLAUME, Histoire de Bordeaux, op. cit., p. 278-282.

61 Michel MOLLAT (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 361 ; Jean SAGNES (dir.), Histoire de Béziers, Toulouse, Privat, 1986, p. 267-268 ; Michel VEISSIÈRE (dir.), Histoire de Provins et de sa région, Toulouse, Privat, 1988, p. 263-264 ; Pierre TUCOO-CHALA (dir.), Histoire de Pau, Toulouse, Privat, 1989, p. 215.

62 Édouard BARATIER (dir.), Histoire de Marseille, op. cit., p. 351 ; André LATREILLE (dir.), Histoire de Lyon, op. cit., p. 347 ; Louis PÉROUAS (dir.), Histoire de Limoges, Toulouse, Privat, 1989, p. 239-240 et 273.

63 Robert FAVREAU (dir.), Histoire de Poitiers, Toulouse, Privat, 1985, p. 338.

64 Claudine PAILHÈS (dir.), Histoire de Foix et de la Haute-Ariège, Toulouse, Privat, 1996, p. 188.

65 Jean SAGNES (dir.), Histoire de Sète, Toulouse, Privat, 1987, p. 172 et 205.

66 Yves LE GALLO (dir.), Histoire de Brest, Toulouse, Privat, 1976, p. 212 ; André LESPAGNOL (dir.), Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, Toulouse, Privat, 1984, p. 266.

67 Paul GUICHONNET (dir.), Histoire d’Annecy, op. cit., p. 272.

68 François-Yves LE MOIGNE (dir.), Histoire de Metz, op. cit., p. 354 et s.

69 Maurice AGULHON (dir.), Histoire de Toulon, op. cit., p. 321 ; Ronald HUBSCHER (dir.), Histoire d’Amiens, Toulouse, Privat, 1986, p. 206 ; Josette PONTET (dir.), Histoire de Bayonne, op. cit., p. 228-229.

70 Claude NIÈRES (dir.), Histoire de Lorient, Toulouse, Privat, 1988, p. 199.

71 Jean SAGNES (dir.), Histoire de Béziers, op. cit., p. 261 ; Jean SAGNES (dir.), Histoire de Sète, op. cit., p. 270.

72 Vital CHOMEL (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 271 ; Jean MERLEY (dir.), Histoire de Saint-Étienne, op. cit., p. 191-193.

73 Jean GANIAGE (dir.), Histoire de Beauvais, op. cit., p. 244 ; Michel BUR (dir.), Histoire de Laon et du Laonnais, Toulouse, Privat, 1987, p. 232-234 ; Jean KERHERVÉ (dir.), Histoire de Quimper, op. cit., p. 241-243.

74 Claude NIÈRES (dir.), Histoire de Saint-Brieuc, op. cit., p. 261.

75 Pierre GRAS (dir.), Histoire de Dijon, op. cit., p. 405 ; André CORVISIER (dir.), Histoire du Havre, op. cit., p. 237 ; Louis PÉROUAS (dir.), Histoire de Limoges, op. cit., p. 275.

76 Alain GIRARDOT (dir.), Histoire de Verdun, Toulouse, Privat, 1982, p. 272.

77 Gabriel DÉSERT (dir.), Histoire de Caen, op. cit., p. 289.

78 Charles HIGOUNET (dir.), Histoire de Bordeaux, op. cit., p. 277-278 ; Gérard CHOLVY, Histoire de Montpellier, op. cit., p. 335 ; Josette PONTET (dir.), Histoire de Bayonne, op. cit., p. 229-230.

79 Vital CHOMEL (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 427-428 ; Louis PÉROUAS (dir.), Histoire de Limoges, op. cit., p. 231.

80 Jean-Louis BIGET (dir.), Histoire d’Albi, op. cit., p. 278 ; Alain CABANTOUS (dir.), Histoire de Dunkerque, Toulouse, Privat, 1983, p. 170 ; François-Yves LE MOIGNE, Histoire de Metz, op. cit., p. 348.

81 Daniel LIGOU (dir.), Histoire de Montauban, Toulouse, Privat, 1984, p. 249, 269-271 et 288.

82 Marcel DELAFOSSE (dir.), Histoire de la Rochelle, Toulouse, Privat, 1985, p. 242 et 249.

83 Jean SAGNES (dir.), Histoire de Sète, op. cit., p. 271.

84 Édouard BARATIER, Histoire de Marseille, op. cit., p. 344-345 ; Maurice BORDES (dir.), Histoire de Nice, op. cit., p. 267-268.

85 Georges LIVET et Francis RAPP (dir.), Histoire de Strasbourg, Toulouse, Privat, 1987, p. 390-392, 432.

86 Ibid., p. 471 et 500-501 ; André LATREILLE (dir.), Histoire de Lyon, op. cit., p. 386-387 ; Vital CHOMEL (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 428-429.

87 Gérard CHOLVY (dir.), Histoire de Montpellier, op. cit., p. 326-328, 335-342, 410-412 ; Christian SORREL (dir.), Histoire de Chambéry, Toulouse, Privat, 1992, p. 230-240.

88 Henri ENJALBERT (dir.), Histoire de Rodez, op. cit., p. 275-302.

89 Ibid., p. 275-283.

90 Ibid., p. 283-293.

91 Ibid., p. 292-302.

92 Mené sur les trente dernières années, ce bilan recense 165 titres (no 1588-1753) dans une rubrique « Vie quotidienne, vie religieuse » dont la quasi-totalité des références concerne les périodes médiévale et moderne : Isabelle BACKOUCHE, L’histoire urbaine en France (Moyen Âge-XXe siècle). Guide bibliographique (1965-1996), Paris, L’Harmattan, 1998, p. 69-76.

93 Georges LIVET (dir.), Histoire de Colmar, op. cit., p. 289.

94 Jean MERLEY (dir.), Histoire de Saint-Étienne, op. cit., p. 191.

95 Philippe BOUTRY, « Industrialisation et déstructuration da la société rurale », Jacques LE GOFF et René RÉMOND (dir.), Histoire de la France religieuse, tome 3, op. cit., p. 284-292.

96 Étienne FOUILLOUX, « Du côté du religieux », Écrire l’histoire du temps présent, Paris, CNRS Editions, 1993, p. 275-281.

97 Jean RÉMY et Liliane VOYE, La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, L’Harmattan, 1992 ; Jean RÉMY, « Villes, espaces publics et religions : récits d’espérance et pratiques quotidiennes », Social Compass, 1998, vol. 45, no 1, p. 23-42 ; Jean-René BERTRAND et Colette MULLER (dir.), Religions et territoires, Paris, L’Harmattan, 1999.

98 Pierre-Yves SAUNIER, « L’Église et l’espace de la grande ville au XIXe siècle : Lyon et ses paroisses », Revue Historique, octobre-décembre 1993, ne 584, p. 321-348 ; Jean-Luc MARAIS, « Bâtir des lieux : les paroisses et leurs œuvres dans l’espace urbain. L’exemple d’Angers du Concordat à nos jours », Jean-René BERTRAND et Colette MULLER (dir.), Religions et territoires, op. cit., p. 65-76 ; Geneviève MASSARD-GUILBAUD, « The Genesis of Urban Identity. The Quartier de la Gare in Clermont-Ferrand (1850-1914) », Journal of Urban History, september 1999, vol. 25, no 6, p. 779-808.

99 Régis BERTRAND, « De la toponymie à la statuaire : les formes de la christianisation du paysage marseillais à l’époque contemporaine », Annales du Midi, 1986, tome 98, no 173, p. 95-120 ; Jacques-Olivier BOUDON, Paris et l’Église de France sous le Second Empire, habilitation à diriger des recherches, Université Paris IV, 1997, notamment la première partie sur « Paris, capitale religieuse » ; Paul d’HOLLANDER, « L’Église dans la ville. Les processions à Limoges au XIXe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1999, tome 46-3, p. 478-513.

100 Claude LANGLOIS, « Trente ans d’histoire religieuse. Suggestions pour une future enquête », Archives de Sciences Sociales des Religions, 1987, no 63-1, p. 89.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search