Version classiqueVersion mobile

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

Villes et religions. Réflexions historiographiques et nouvelles perspectives

Christianisme et monde urbain en Occident entre le Xe et le XVe siècle : bilan historiographique et questions en suspens

Catherine Vincent

Texte intégral

  • 1 La contribution n’abordera que la seconde moitié du Moyen Âge, suivant en cela la coupure chronolo (...)
  • 2 Histoire de la France urbaine, op. cit., t. II, p. 335-339 (à partir notamment de l’étude de la po (...)
  • 3 Entre autres et par ordre chronologique de publication : B. CHEVALIER, Tours, ville royale : origi (...)
  • 4 La présence religieuse dans la ville médiévale est rarement abordée pour elle-même dans les ouvrag (...)

1Dès lors que l’on se penche sur l’espace urbain de la seconde moitié du Moyen Âge, la question de l’identité chrétienne pourrait apparaître de moindre intérêt, tant il est admis que la composante religieuse de ce monde va de soi1. Les édifices cultuels qui s’élevaient alors dans les villes en nombre considérable étaient rendus d’autant plus visibles que les autres constructions en pierre, de taille comparable, n’abondaient guère : un tel foisonnement donna naissance au cliché des « villes aux cent clochers » dont il serait amusant de rechercher l’origine. De plus, les clercs se montraient très présents au sein de la société urbaine : certes, leur nombre était variable d’une ville à l’autre, mais il semble avoir été en augmentation, pour l’ensemble de la période2. Bien des manifestations publiques liées au calendrier liturgique trouvaient leur fondement dans la culture chrétienne : processions, prédications, représentations théâtrales, entre autres. Pourtant, un riche ensemble de travaux récents invite à dépasser ces remarques générales pour les affiner. En effet, l’histoire urbaine de la période médiévale a connu depuis plus de trente ans de belles heures sous la forme d’études monographiques ou d’analyses de réseaux régionaux3. Elle se trouve désormais en mesure de s’ouvrir à des approches plus transversales, au nombre desquelles figure la dimension religieuse, curieusement quelque peu délaissée par les meilleurs connaisseurs du monde des villes4.

2Les trois concepts de « christianisme », d’« identité » et d’« espace urbain » eurent partie liée à l’époque médiévale, sur un mode toutefois différent de ce qu’il en fut pour des siècles et des lieux marqués par des affrontements religieux ou une pluriconfessionnalité fort limitée à l’époque. Leur combinaison n’exclut pas les affrontements, mais contribua également à définir les contours des communautés et assura la longévité de ces dernières. On se propose de présenter, sous bénéfice d’inventaire, dans quelle mesure et comment les travaux consacrés aux villes médiévales permettent d’aborder ces questions. Il conviendra tout d’abord de considérer s’il est légitime de dépeindre la ville médiévale comme cet espace christianisé que l’on se plaît à décrire dans une « légende dorée du Moyen Âge ». Puis, l’on envisagera selon quelles modalités le christianisme a pu contribuer à la construction de l’identité urbaine. Enfin, la réflexion s’achèvera sur le constat selon lequel cette identité, qui s’exprima pour une bonne part à travers un vocabulaire religieux, se révèle avoir été disputée et fractionnée.

La ville médiévale : un espace christianisé ou à christianiser ?

  • 5 N. GAUTHIER et J.-Ch. PICARD dir., Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au mi (...)
  • 6 S. ROUX, op. cit., p. 17-18.

3L’implantation d’une présence chrétienne dans les cités occidentales fut acquise au cours de la période qui précède celle qui nous retient. Qu’il suffise sur ce point de renvoyer à l’importante entreprise d’étude de la « topographie chrétienne des cités de la Gaule »5 … Or, même s’il est évident, comme le prouvent les têtes de chapitres de quasiment tous les manuels d’histoire urbaine, que la ville médiévale comporta une « dimension religieuse » et exerça, parmi d’autres, une « fonction religieuse », il n’en est pas moins vrai que les modalités de la vie religieuse urbaine enregistrèrent entre le Xe et le XVe siècle des renouvellements et une intensification. C’est en ces termes mêmes que s’exprime un récent ouvrage de synthèse consacré aux villes entre le XIe et le XVe siècle6.

4En dépit de l’importance des acquis venus de la période qui précède l’an mil, la présence religieuse au sein de la ville médiévale demeure inégale, dans l’intervalle des XIe-XVe siècles, d’une région à l’autre de l’Occident.

  • 7 Pour la France, voir le répertoire de plans de bourgs et de villes créés au Moyen Âge dans P. LAVE (...)

5En ce qui concerne la partie centrale de la « chrétienté », à savoir les royaumes de France et d’Angleterre, l’Italie et certaines parties du monde germanique, il faut incontestablement compter avec l’héritage des époques antérieures, principalement dans les noyaux urbains les plus importants : riche parure monumentale, institutions religieuses qui dominèrent la cité et la dominent encore à l’époque considérée, présence de gens d’Église de tout type dans la société urbaine, séculiers, réguliers, hommes et femmes consacrées. À ce legs majeur, s’ajoute dès le renouveau de la croissance urbaine le fait que chaque création de ville – comme celle de village d’ailleurs – prit en compte la composante religieuse de la communauté d’habitants : en effet, la fondation s’accompagna systématiquement de la construction d’un lieu de culte au moins7. Resterait, dans la mesure du possible, à cerner avec plus de précision l’ampleur et la chronologie du phénomène, ce qui permettrait de mettre en évidence la distance qui, éventuellement, sépara les anciennes cités, restées villes épiscopales, des villes « neuves ».

  • 8 Pour les régions du centre-est et du nord de l’Europe, se reporter à : Histoire du christianisme, (...)

6Le problème se pose en d’autres termes pour les confins de l’Occident, zones dites de « chrétienté nouvelle », où l’implantation plus récente du christianisme, grossièrement à partir du XIe siècle, suit en ville un rythme différent et des modalités accélérées8. De même, les zones reconquises sur l’Islam en péninsule ibérique ou en Sicile enregistrèrent à cet égard une évolution spécifique.

  • 9 L’expression « spatialisation du sacré » est empruntée au programme de recherches que développe ac (...)

7Mais, au-delà même de ces distinctions, convenons qu’il y a loin entre l’observation d’une présence religieuse dans un espace, au titre d’une « spatialisation du sacré », et la possibilité de qualifier celui-ci d’« espace christianisé »9.

8À la lumière de ce qui vient d’être présenté, on ne sera donc pas surpris de constater que le paysage religieux de la ville est loin d’être achevé au milieu de la période médiévale. Mieux encore, celui-ci devient partout plus dense entre le XIe et le XVe siècle.

  • 10 Aux monographies citées précédemment ou rassemblées dans les bibliographies signalées, on ajoutera (...)
  • 11 Un tel point de vue est exprimé par le père Joseph Avril dans un article où figure la bibliographi (...)

9Les villes ont alors vu se multiplier les fondations de collégiales, chapelles et autres oratoires, sans compter l’agrandissement de certains monuments anciens par reconstruction ou adjonction de parties nouvelles, telles ces chapelles latérales qui se nichèrent entre les contreforts des cathédrales gothiques pour satisfaire les besoins de la dévotion privée10. Comme dans l’ensemble du territoire, l’Église a enserré le monde urbain d’un maillage complexe de paroisses qui a accompagné la croissance de la population et ne s’est guère fixé avant le XIIIe siècle : ces circonscriptions font partie des éléments que l’on croit connaître mais dont l’étude précise demeure encore pour une part à mener11. Au réseau des paroisses, s’ajoutaient les monastères, hôpitaux, couvents et chapelles des cimetières qui complétaient l’équipement religieux urbain médiéval. La présence de ces institutions se repère dans le paysage urbain par les édifices qu’elles ont fait construire et qui multiplient les « clochers » au sein des murailles. En outre, a-t-on jamais dressé – mais est-on en mesure de le faire pour l’époque ? – la longue liste des autres signes religieux qui imprégnaient en profondeur l’espace urbain : statues, croix des places ou des carrefours et autres « images » qui jalonnaient les rues ?

  • 12 L’estimation de la « population cléricale » dans les villes médiévales peut varier du simple au do (...)
  • 13 Divers exemples de quartiers canoniaux sont cités dans A. ERLANDE-BRANDENBURG, op. cit., chapitre (...)
  • 14 L’exemple parisien montre qu’après la réorganisation des paroisses de la cité sous le gouvernement (...)

10Or, à tous ces édifices se trouvèrent affectés des clercs, en groupe ou à titre individuel. En conséquence, ceux-ci occupèrent dans la société urbaine une place dont l’influence fut proportionnellement plus importante que le volume qu’ils représentaient au sein de la population, sachant que celui-ci variait considérablement d’une ville à l’autre ; rappelons qu’à la fin du Moyen Âge, le « clerc » est aussi bien l’étudiant tout juste tonsuré que le desservant de paroisse, voire – abusivement – le moine12. L’installation des gens d’Église dans l’espace urbain peut se répartir de façon diffuse ou bien se traduire, notamment dans les chefs-lieux de diocèse, par leur concentration dans un quartier canonial qui ne vit pas replié sur lui-même13 : il abrite aussi bien des laïcs qui eurent, par exemple, leur propre paroisse dans l’île de la Cité, à Paris, desservie par les chapelains de la cathédrale14. Toutes les monographies urbaines ont également établi avec précision à quel point les grands établissements religieux, les évêques et les chapitres contrôlèrent de larges portions de l’espace urbain et exercèrent sur la ville un pouvoir temporel, judiciaire et fiscal, notamment. À cela s’ajoute l’activité économique générée pour l’entretien de la population cléricale et religieuse ainsi que par l’activité cultuelle, jusque dans ses dimensions les plus singulières, telle la vente de cierges aux portes des églises et, dans certaines cités, celle de souvenirs de pèlerinage.

  • 15 J. LE GOFF, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale : état de l’enquête », Ann (...)
  • 16 Exemples à Mâcon et Poitiers dans C. VINCENT, « Lieux de piété et lieux de pouvoir à Poitiers entr (...)

11La présentation de cette prolifération des institutions religieuses en ville ménage couramment une place particulière à l’action que les ordres mendiants ont déployé à partir du XIIIe siècle. De fait, l’implantation de ces derniers se trouva si étroitement associée au milieu des villes qu’elle devrait pouvoir constituer, en retour, pour l’historien, un critère propre à dresser la carte du « réseau urbain » médiéval en fonction de la présence ou de l’absence de couvents mendiants au sein d’un groupement d’habitants. Un tel critère, qui parut plus pertinent qu’un simple seuil quantitatif, fut à l’origine d’une enquête lancée en 1970 à l’initiative de Jacques Le Goff ; celle-ci s’est montrée féconde jusque dans les critiques et les mises au point qu’elle a suscitées. Elle a notamment mis en évidence la création d’une hiérarchie urbaine complexe, dotée d’unités intermédiaires entre les anciennes civitates et les villages15. Mais, on l’aura noté, son objectif était davantage centré sur la ville que sur la présence religieuse au sein de cette dernière. D’autres perspectives de recherche sont venues, depuis, confirmer les relations privilégiées qui s’instaurèrent à partir du XIIIe siècle entre les frères mendiants et les corps de ville : les seconds se réunirent à l’occasion chez les premiers, faute d’hôtels de ville, et allèrent même jusqu’à leur confier la garde de leurs archives16.

12La ville médiévale, comme la campagne, a donc connu une « sacralisation » de l’espace dont il n’est pas sûr que les rythmes et toutes les composantes aient été complètement élucidés pour la seconde moitié du Moyen Âge, ainsi qu’il pourrait paraître de prime abord. Mais, on l’a senti, la présence religieuse dans la ville médiévale va bien au-delà d’une parure monumentale et d’un maillage institutionnel adapté au rythme de l’expansion citadine. Édifiés pour répondre aux besoins de la pastorale, qui connaît elle-même une intensification au cours des trois derniers siècles du Moyen Âge, églises, couvents et oratoires se firent l’expression concrète des relations autrement plus complexes qui se sont tissées entre le monde urbain et le christianisme durant la seconde moitié du Moyen Âge et qui ont largement contribué, dans l’adversité comme dans la concorde, à forger l’identité urbaine.

Christianisme et construction de l’identité urbaine

13Couramment admis désormais, le principe serait à nuancer quant à son ampleur et sa chronologie entre les divers types de villes. Ce sont les unités les plus importantes qui présentent à cet égard les exemples les plus probants.

14Les villes qui furent érigées en chefs-lieux de diocèse apportèrent à la constitution de l’identité locale une contribution de poids, dont les historiens n’ont sans doute pas encore analysé tous les éléments. En effet, en dépit de la construction d’une Église latine centralisée autour de Rome à partir de la réforme grégorienne, en un mouvement encore accentué par le progressif contrôle pontifical sur la dévolution des bénéfices et par l’implantation des ordres mendiants directement rattachés au pape, l’ecclésiologie antérieure, fondée sur la communion des Églises locales, ne s’effaça pas immédiatement ; des enquêtes récentes semblent même attester le contraire. Au sein de chaque diocèse, cette « église-mère » qu’est la cathédrale conserva jalousement ses coutumes et remit à l’occasion en vigueur, notamment au XVe siècle, des cultes anciens qui plongeaient dans les racines les plus lointaines de la christianisation de la région. À ce titre, les clercs du chef-lieu du diocèse conférèrent à la cité une part importante de son identité, partiellement relayés dans les paroisses du territoire placé sous son ressort par les desservants, convoqués régulièrement aux assemblées synodales annuelles et aux liturgies épiscopales, telle la messe chrismale du Jeudi saint.

  • 17 J. CHIFFOLEAU ménage au « foisonnement rituel » une partie entière de sa contribution à l’Histoire (...)
  • 18 Citons deux thèses qui ont mis en évidence l’importance des traditions locales pour des diocèses d (...)

15Il convient de garder présent à l’esprit l’importance de la place prise par la vie cultuelle dans les pratiques religieuses urbaines de la fin du Moyen Âge, pour comprendre le rôle joué par cette activité dans la définition d’une identité locale17. Parmi les divers éléments dont il serait intéressant de mieux cerner l’influence, on citera en premier lieu les traditions liturgiques. À considérer les calendriers ou le déroulement de certaines cérémonies, on constate que les usages étaient loin d’être unifiés d’une province ecclésiastique à l’autre, d’un diocèse à l’autre et d’un établissement religieux à l’autre. Sans porter atteinte à l’unité du culte, les différences intéressent quelques points particuliers auxquels les clercs n’étaient pas insensibles, voire, pour leur part, les fidèles lorsqu’il s’agissait du choix des fêtes chômées ou du culte de tel saint dont la célébration s’accompagnait de réjouissances propres18.

  • 19 Pour la France, voir : B. CHEVALIER, Les bonnes villes…, op. cit., p. 256-257 et pour l’Italie : A (...)
  • 20 S. ROUX, op. cit., p. 159-160.
  • 21 Pour les offrandes en luminaire, se reporter à A. VAUCHEZ, Les laïcs…, op. cit., p. 169-186 et J. (...)

16Ces traditions propres à chaque « église » se fondaient fréquemment sur la possession de reliques ou d’« ymages » vénérables, au sens littéral de l’adjectif : loin de s’atténuer à la veille de la Réforme, leur pouvoir d’attraction demeura une constante de la période19. Les croisades, du moins jusqu’au XIIIe siècle inclus, et l’avènement sur les autels de nouvelles figures masculines et féminines permirent un enrichissement du patrimoine des corps saints. Toute église pourvue d’une telle dépouille insigne ou de quelque objet entré en contact avec l’une ou l’autre relique devenait ainsi le centre de petits pèlerinages, dans une étroite association du lieu et de l’objet vénéré, au risque de repousser en second plan le respect dû au saint patron du sanctuaire, s’il était différent, ce qui pouvait être fréquemment le cas dans les paroisses. Ainsi, pour les rois de France, Paris est la ville des reliques de la Passion acquises par Saint Louis20. Les pouvoirs publics contribuèrent au culte des reliques ou « ymages » en portant devant elles des offrandes, soit régulièrement, soit en cas d’urgence ; parmi d’autres exemples, on citera ces dons en luminaires qui prirent parfois la forme curieuse de longues chandelles mesurées à la taille de l’enceinte urbaine et dont la lente combustion attirait la protection divine21.

  • 22 P. L’HERMITTE-LECLERCQ, « Le reclus dans la ville au Bas Moyen Âge », Journal des Savants, juil.-d (...)

17Divers travaux ont également mis en évidence le rôle majeur joué par les recluses dans les villes des derniers siècles du Moyen Âge. L’entretien de ces femmes incombait aux autorités qui intervenaient également pour leur désignation22. Enchâssées dans le lieu au sein de leurs cellules définitivement closes mais demeurées en communication avec l’extérieur par une fenestrelle, les recluses, dont la compagnie était recherchée, en vinrent en quelque sorte à se confondre avec leur cité. Par leurs prières, elles veillaient en permanence sur la vie urbaine.

18Énumérées parmi d’autres, ces données contribuèrent à forger durablement l’identité des communautés urbaines, d’autant que leur évocation était constamment ravivée par des célébrations qui contribuèrent à créer une mémoire commune.

  • 23 Sur l’histoire de la prédication durant la période considérée, consulter : N. BÉRIOU, L'avènement (...)

19Plus éphémères mais non moins visibles et marquantes pour les mémoires, les fêtes, les prédications extraordinaires et les autres célébrations religieuses dictées par l’événement investissaient à leur tour l’espace urbain, parmi lesquelles on aurait garde d’oublier l’organisation de représentations théâtrales qui, par leur durée et le nombre des acteurs mis en jeu, faisaient un moment vivre à leur rythme la cité entière23.

  • 24 C. BEAUNE, Naissance de la nation France, Paris, 1985.
  • 25 La religion civique…, op. cit. Le concept est défini par André Vauchez, dans l’introduction, comme (...)

20Il en va des villes médiévales comme du pouvoir monarchique dans le royaume de France : leur histoire s’est constituée en usant largement de références religieuses et elle fut entretenue par l’organisation régulière de réjouissances qui donnaient à la cité l’occasion de se mettre en scène pour elle-même et pour des regards extérieurs24. Ces célébrations ont marqué de manière temporaire l’espace urbain ; mais, qu’elles aient été réitérées d’une année sur l’autre ou qu’elles aient été purement ponctuelles, elles contribuèrent à ancrer profondément leur message dans les esprits, ne serait-ce que par l’introduction d’une nette distinction entre la culture urbaine et la culture rurale. Dans la mesure où elles furent ordonnées à l’initiative des autorités politiques et administratives, elles sont actuellement décrites à l’aide du concept de « religion civique », objet d’un récent colloque qui rassembla aussi bien médiévistes que modernistes25.

  • 26 Sur ce point, voir B. CHEVALIER, Les bonnes villes…, op. cit., p. 258-259 et J. CHIFFOLEAU, Histoi (...)

21L’une des manifestations les plus couramment citées à propos de la « religion civique » des deux derniers siècles du Moyen Âge n’est autre que la procession de la Fête-Dieu, dite aussi du Corpus Christi, dont les cortèges souvent fastueux réunissaient tous les corps constitués de la ville, corps religieux mais aussi corps municipaux : le fait a été bien étudié26.

  • 27 À Beauvais, lors du fameux siège de 1472, Jeanne Hachette et les autres femmes de la cité se joign (...)
  • 28 C. VINCENT, « Fraternité rêvée et lien social fortifié : la confrérie Notre-Dame des Ardents à Arr (...)

22Cependant, cette fête du Corpus Christi, issue du puissant courant de dévotion eucharistique apparu en Occident vers le XIIIe siècle, ne doit pas éclipser d’autres célébrations. Ces dernières pouvaient être ordonnées en l’honneur du saint patron de la cité, comme la Saint-Romain, à Rouen, par exemple, ou pour la commémoration d’événements marquants relatifs à l’histoire locale : tel siège dont la ville était sortie victorieuse avec l’aide du Ciel – et plus spécialement celle de ce même saint patron – ou telle épidémie vaincue de la sorte27. Notons que le décor de la cathédrale, au financement duquel put participer une partie de la société citadine, voire celui d’une autre église marquante, gravait à l’occasion de manière plus durable le souvenir de ces événements. Parfois, certaines cités se dotèrent de véritables « mythes des origines », dont le récit fondateur de la confrérie Notre-Dame des Ardents d’Arras, l’une des plus prisées de la ville lorsque le texte fut composé, constitue un bel exemple. Celui-ci était lu chaque année à l’intention de la cité entière sur la place du Petit-Marché : sa teneur profondément marquée par l’idéal chrétien de pénitence et de pardon des ennemis se trouvait cautionnée par la présence des autorités municipales lors de cette manifestation annuelle28.

  • 29 C. VINCENT, « Lieux de piété et lieux de pouvoir à Poitiers entre le XIIIe et le XVe siècle… », La (...)

23À cet ensemble, peuvent enfin s’ajouter, sans prétendre clore la liste, les cérémonies de funérailles des membres du corps de ville dont le lustre se trouvait parfois rehaussé grâce à la contribution apportée par l’une de ces « grandes confréries » dans lesquelles se retrouvaient les édiles29.

  • 30 Le premier cas de figure peut être illustré par le culte de saint Antoine à Padoue : A. RIGON, « S (...)
  • 31 M. SOT, « La topographie religieuse et la référence aux origines de l’Église de Reims au Xe siècle (...)

24Certes, ces divers éléments ont dû connaître un relief éminemment variable d’une ville à l’autre en fonction de la taille de l’unité urbaine. Il est notoire que leur mise en place fut beaucoup plus précoce et développée en Italie, dans le contexte politique propre aux « républiques urbaines », que dans les bonnes villes du royaume de France qui se montrèrent plus rétives et ne donnèrent guère de signes probants à cet égard avant le XVe siècle. En outre, il est important de souligner que les modalités de la « religion civique » enregistrèrent de nombreuses mutations. Tel saint récent vint se joindre aux anciens protecteurs, au risque de les détrôner, bien que la tendance générale ait été davantage à l’accumulation ; tel autre fut promu à la faveur de l’accès au pouvoir d’un nouveau groupe dirigeant ou vit, au contraire, son culte se développer dans un contexte plus privé et constituer un refuge pour un groupe évincé30. Enfin, on ne saurait ignorer que les cités ne jouèrent pas uniquement sur le registre religieux pour élaborer leur mémoire collective : certaines n’hésitèrent pas à chercher leurs références dans le répertoire antique, grec ou romain, comme l’illustre le cas, singulier à plus d’un titre, de la ville de Reims31.

25Mais, en tout état de cause, la « religion civique », en raison de sa double dimension, semble avoir joué un rôle déterminant dans la constitution d’une identité urbaine. Le fait n’alla pourtant ni sans nuances ni sans limites.

Une identité religieuse disputée et fractionnée

  • 32 B. CHEVALIER, Les bonnes villes…, op. cit., p. 241-261 ; l’expression de « consensus religieux » a (...)

26Tout comme la « religion royale », la « religion civique » repose sur un équilibre menacé à terme. Incontestablement, les représentants municipaux et les membres du clergé urbain s’accordèrent, à la fin du Moyen Âge, dans la poursuite d’objectifs communs : Bernard Chevalier n’évoque-t-il pas, dans Les Bonnes villes de France, le « consensus religieux » qui règne dans la ville, lorsqu’il dépeint cette dernière « en prière »32 ? Pour fondé qu’il soit, un tel jugement ne peut cependant laisser dans l’ombre les tensions et les conflits qui existèrent dès l’époque médiévale. Les deux composantes, civique et religieuse, pouvaient-elles s’accommoder durablement l’une de l’autre ? L’une ne finirait-elle pas par tenter de l’emporter sur l’autre ? La réponse à cette question ne peut surgir que d’études menées sur la longue durée.

  • 33 A. LUCHAIRE, Les communes françaises, Paris, 1890 et Ch. PETIT-DUTAILLIS, Les Communes françaises. (...)
  • 34 Outre les pages de synthèse qui figurent dans les ouvrages généraux cités ci-dessus, on rappelle :(...)
  • 35 Des faits de cet ordre se trouvent décrits dans les monographies urbaines citées ci-dessus, auxque (...)
  • 36 À l’article présenté par Ch. de MÉRINDOL, « Iconographie du sceau de ville en France à l’époque mé (...)
  • 37 Alain Saint-Denis peut affirmer qu’il y eut des hôtels de ville dès le XIIIe siècle dans des ville (...)

27En amont de la période considérée, les origines du mouvement urbain en Occident, qui s’accompagnèrent de heurts parfois vifs entre les « bourgeois » et les « clercs », pourraient apporter la contradiction à l’idée d’une construction religieuse de l’identité urbaine. Sur la foi de l’histoire de quelques villes situées dans le nord du royaume, principalement, il a longtemps été de tradition, dans l’historiographie française, de considérer que l’affirmation du monde urbain s’était opérée contre le pouvoir ecclésiastique33. La perception de la naissance et du développement des villes – même dans le cas des villes de commune – est aujourd’hui beaucoup moins tranchée34. De plus, la contradiction soulignée ne serait, en fait, qu’apparente, puisque le heurt fut en l’occurrence celui de deux pouvoirs. On sait en effet comment, depuis l’époque carolingienne, les autorités religieuses avaient acquis dans un certain nombre de cités des prérogatives seigneuriales qui, ajoutées à la possession d’une partie du sol urbain, faisaient de l’évêque et, à un moindre degré, des chapitres les maîtres de la ville. Inutile de rappeler des faits connus dont le détail est pour partie hors de notre propos35. Parviendra-t-on à savoir dans quelle mesure ces conflits ont pu faire naître ou entretenir un courant d’anticléricalisme dans les cités concernées et contribuer à infléchir les modalités de l’expression identitaire urbaine ? L’étude de l’iconographie des sceaux de villes donnerait sur ce point de précieuses indications36. Il est vrai que quelques pouvoirs urbains eurent à cœur d’acquérir à leur tour une présence dans l’espace de la cité exprimée par l’édification d’hôtels de ville ou de beffrois qui concurrencèrent les monuments religieux. Le fait n’aurait d’ailleurs pas été le privilège des seules villes italiennes ou flamandes, où ces édifices sont encore visibles ; de récentes études menées en France permettent d’en déceler également la présence dans les villes de commune du nord du royaume37. Pourtant, ces rivalités de pouvoir ne semblent pas totalement incompatibles avec la reconnaissance par tous d’une identité locale exprimée en termes religieux, tel l’attachement à certaines reliques. L’hostilité envers le clergé aurait alors épargné l’une ou l’autre catégorie d’hommes d’Église ou favorisé le « repli » sur des cellules de vie religieuse plus librement choisies que la paroisse, tels les couvents des ordres mendiants ou les confréries, entre autres.

  • 38 S. ROUX, op. cit., p. 161 ; pour les exemples cités : M. FOURNIÉ, « Confréries, bassins et fabriqu (...)

28À la fin du Moyen Âge, le problème se pose en termes différents. Dans les villes d’Empire et d’Italie notamment, il est manifeste que les pouvoirs urbains ont souhaité contrôler plus étroitement les formes de la vie religieuse locale, en gérant eux-mêmes les patrimoines des établissements religieux et caritatifs, en favorisant l’implantation de communautés monastiques réformées ou en s’immisçant dans la nomination des desservants de paroisse. Le trait s’observe dans la ville allemande de Nuremberg, au début du XVIe siècle, mais également dès le XVe siècle dans les bourgs du sud-ouest du royaume de France étudiés par Michèle Fournié38 ; et bien d’autres exemples pourraient être développés à l’appui de l’affirmation. Le mouvement se présente comme l’une des facettes de la participation sans cesse plus active des laïcs à la vie des paroisses. Il traduit aussi, de la part des autorités municipales, la conviction qu’il leur incombe de veiller à la qualité de la vie religieuse de la cité. Ce principe se fonde non pas tant sur une volonté d’« instrumentalisation » du religieux que sur la conception alors partagée de la nature de la mission des corps de ville : à leur échelle, comme tout bon souverain à la sienne, ils doivent œuvrer à la cohésion de la communauté et se sentir responsables de son salut autant que de son bien-être.

  • 39 J. TRICARD, op. cit., p. 537-546 et P. DESPORTES, op. cit., p. 532-533, dont on ne partage pas tot (...)

29Mais, aux côtés du pouvoir municipal, il convient également de faire droit aux pouvoirs politiques supérieurs, détenus par les empereurs, les rois ou les princes. À leur manière, ils purent contribuer à forger l’identité de certaines villes, selon des modalités dont la dimension religieuse n’est pas absente. Citons, entre autres, les cités qui furent le lieu d’implantation de nécropoles impériales (Aix-la-Chapelle), royales (Saint-Denis) ou princières (Dijon, pour les ducs de Bourgogne). La présence de corps prestigieux entre leurs murs joua un rôle proche de celui qui vient d’être décrit pour les reliques. Une simple partie de la dépouille des souverains pouvait même suffire, comme J.-P. Leguay le démontre dans cet ouvrage pour Nantes à propos du cœur de la duchesse Anne et comme on pourrait le faire de manière analogue, peut-être, pour Rouen à propos de celui de Charles V. Pourtant, les études consacrées à ces modalités du « culte royal » tendent à prouver que celui-ci ne s’est pas introduit au détriment de l’attachement à la « petite patrie ». Le phénomène fut davantage marqué par une surimposition, à savoir l’introduction d’événements nationaux dans les commémorations locales, comme il apparaît pour plusieurs villes du royaume de France, dont Limoges et Reims où, dans cette dernière, il n’est pas sûr que le culte royal, pour important qu’il ait été, en soit venu à effacer celui du saint évêque Remi39.

30L’identité religieuse de la ville n’aurait donc pas encore été sérieusement disputée à l’époque médiévale. Son élaboration ne paraît pas incompatible avec d’éventuels affrontements entre pouvoirs urbains et seigneurs ecclésiastiques… ce qu’il serait totalement anachronique d’analyser en termes de « laïcisation » comme la tentation en fut forte il y a quelques générations. La menace la plus sérieuse viendrait, en revanche, de cette volonté de contrôle de la vie religieuse locale, observée dans certaines régions de la part des autorités municipales, si elle n’était contrebalancée par la recherche du salut commun suivant des voies dont la validité est encore très largement reconnue par tous.

31L’« identité religieuse urbaine » s’est trouvée jusqu’alors envisagée comme un tout. Pourtant, il convient de ne pas se laisser abuser par l’unanimité que laissent transparaître certaines sources. La réalité d’une définition identitaire religieuse a pu prendre corps à différentes échelles au sein de la société urbaine et au-delà.

32Tout porte à croire que la christianisation de la « cité » de l’évêque ne se limita pas à l’espace urbain au sens strict, tel que le définissait le « ban » de la ville. Fréquemment, on le sait, les habitants des campagnes voisines venaient se joindre aux célébrations du chef-lieu, comme il en allait à Reims, lors de la fête de saint Remi du 1er octobre, laquelle donnait lieu à l’organisation d’une foire. Était-ce pour ces ruraux l’occasion de mesurer la distance qui les séparait de la culture urbaine, jusque dans sa dimension chrétienne, ou bien, au contraire, l’occasion de se sentir partie prenante d’une véritable unité territoriale et politique, sur le mode de ce que les villes italiennes tentèrent de faire expérimenter aux populations de leur contado ? Dans le cas précis des cités épiscopales, il faudrait pouvoir observer mieux qu’il n’a été fait jusqu’alors la conscience d’une unité diocésaine, si tant est qu’elle ait existé. La cathédrale, on l’a rappelé, est l’« église-mère » de la circonscription. Des redevances périodiques venaient raviver ces liens, tout comme le déplacement des desservants de paroisses pour les synodes annuels et les célébrations épiscopales, dans la mesure où ces rassemblements étaient organisés ; leur réalité ne devait pas totalement échapper aux fidèles, du moins aux plus actifs d’entre eux, les fabriciens.

  • 40 Le fractionnement de la société urbaine est notamment souligné pour la ville de Tours à la fin du (...)
  • 41 J. HEERS, op. cit., p. 252-256 : « Dévotion et culte des ancêtres : les églises de la gens ».

33Inversement, la perception de l’identité urbaine a pu souffrir de la concurrence que lui faisaient subir nombre de groupements de taille plus réduite dont la multiplication pouvait menacer l’unité recherchée par les pouvoirs municipaux : un quartier, une paroisse, une confrérie…40 De tels ferments de division s’observent jusqu’au sein des institutions ecclésiastiques. Dans sa synthèse sur la ville médiévale, Jacques Heers a mis en évidence la profonde cohésion qui, notamment dans les régions méditerranéennes, soudait les quartiers urbains autour des palais des puissants où se trouvait une « église privée » qui remplissait les fonctions de la paroisse41. Puis, au cours du XIIIe siècle, les villes occidentales ont résonné des conflits qui opposèrent les desservants de paroisses aux religieux mendiants, plus spécialement à propos de la question des sépultures. Ces heurts purent connaître une traduction spatiale manifeste, à la suite de transferts de sépulture entre les cimetières des mendiants et les cimetières paroissiaux.

  • 42 Les miséricordes des stalles de la collégiale de Bourg-en-Bresse présentent ainsi une succession d (...)

34Mais point n’était besoin des ordres mendiants pour développer un tel cloisonnement. Des « querelles de clochers » nourrirent les rivalités qui s’élevèrent entre paroisses d’une même cité et furent exacerbées, aux XIVe et XVe siècles, par l’investissement de plus en plus développé des fidèles dans la construction, l’entretien et l’embellissement des lieux de culte. L’église devenait ainsi « leur » église, celle de tel quartier, de tel groupe professionnel ou social, autour de laquelle on processionnait régulièrement, qui avait ses propres fêtes et abritait les signes aisément identifiables de la mémoire personnelle des paroissiens les plus prestigieux, sur les vitraux, les inscriptions ou autres monuments funéraires, parfois jusque sur les miséricordes des stalles42.

35Les groupes professionnels ou ceux qui rassemblèrent les jeunes classes d’âge, tout comme les confréries, contribuèrent également pour leur part à fractionner l’identité urbaine. Pourtant, à leur propos comme à propos de la religion royale, il semble que l’on puisse considérer qu’il n’y eut pas systématiquement incompatibilité entre la conscience de l’appartenance à la cité et la conscience de l’appartenance à une unité plus restreinte, ou plus large.

36Au cours des trois derniers siècles du Moyen Âge, la présence religieuse dans le monde urbain occidental a connu une intensification qui se fit tout d’abord l’expression du souci de poursuivre la christianisation de la ville, constamment considérée par les clercs médiévaux comme un monde « à convertir ». Mais la prolifération des lieux de culte et des manifestations qu’ils abritèrent illustre aussi la préoccupation communément partagée par les clercs et les laïcs de pourvoir à l’« augmentation du culte divin », une réalité qui ne se vivait pas uniquement à titre personnel mais intéressait toute la collectivité et, par conséquent, ses représentants, les pouvoirs municipaux. De plus, aux côtés des monuments et des institutions qui marquèrent durablement l’espace et la vie de la cité, fêtes, processions et autres jeux théâtraux ont entretenu la population dans la familiarité du discours chrétien, d’une manière sans doute plus éphémère mais qui ne fut pas la moins efficace pour contribuer à forger l’identité de la communauté urbaine. La fin du Moyen Âge aurait donc constitué un temps d’équilibre entre « identité chrétienne » et « monde des villes » où l’espace et le temps furent profondément structurés par la vie religieuse.

37Pourtant, en dépit de la forte empreinte laissée par le christianisme sur la ville médiévale, tant dans ses murs que dans sa conscience, il serait abusif d’imputer la construction de l’identité urbaine à cet unique facteur. De même, la christianisation de l’espace urbain n’alla pas sans introduire à d’autres échelles des cloisonnements qui purent nuire à l’unité citadine en instaurant des réalités identitaires différentes ou rivales.

Notes

1 La contribution n’abordera que la seconde moitié du Moyen Âge, suivant en cela la coupure chronologique établie par les synthèses les plus récentes consacrées aux villes médiévales, située autour du Xe siècle : Histoire de la France urbaine, tomes I et II, G. DUBY dir., Paris, 1980 et B. CHEVALIER, « Histoire urbaine en France, Xe- XVe siècle », L’histoire médiévale en France : bilan et perspectives, M. BALARD dir., Paris, 1991, p. 29-47.

2 Histoire de la France urbaine, op. cit., t. II, p. 335-339 (à partir notamment de l’étude de la population de la ville de Besançon).

3 Entre autres et par ordre chronologique de publication : B. CHEVALIER, Tours, ville royale : origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Paris, 1975 ; P. DESPORTES, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1979 ; J.-P. LEGUAY, Un réseau urbain au Moyen Age : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1981 ; A. SAINT-DENIS, Apogée d’une cité : Laon et le Laonnois aux XIIe et XIIIe siècles, Nancy, 1994 ; F. NEVEUX, Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, 1996. On complétera ces exemples des nombreuses références réunies dans M. BALARD dir., Bibliographie de l’histoire médiévale en France (1965-1990), Paris, 1992, p. 17-33 (« Histoire urbaine en France, Xe-XVe siècle ») ; prolongements en ligne : <www.mon.fr/shmes/>.

4 La présence religieuse dans la ville médiévale est rarement abordée pour elle-même dans les ouvrages de synthèse consacrés au sujet ; en revanche, elle est envisagée selon ses diverses modalités territoriales, sociales ou culturelles. Voir à ce sujet le rapport de B. CHEVALIER dans L’histoire médiévale en France, op. cit., qui n’y fait pratiquement pas allusion ; également J. HEERS, La ville au Moyen Âge en Occident : paysages, pouvoirs et conflits, Paris, 1990 ; démarche analogue dans : S. ROUX, Le monde des villes au Moyen Âge, XIe-XVe siècle, Paris, 1994, « Carré-Histoire ». Mais l’auteur consacre un chapitre entier à « La ville en prière » dans B. CHEVALIER, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982, p. 241-261.

5 N. GAUTHIER et J.-Ch. PICARD dir., Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, Paris, 1985 et suiv. (en cours).

6 S. ROUX, op. cit., p. 17-18.

7 Pour la France, voir le répertoire de plans de bourgs et de villes créés au Moyen Âge dans P. LAVEDAN et J. HUGENEY, L’urbanisme au Moyen Âge, Paris, 1974 ; pour le monde germanique, entre autres : Ch. HIGOUNET, Les Allemands en Europe centrale et orientale au Moyen Âge, Paris, 1989, spécialement p. 313 où l’auteur montre comment l’église est située le plus fréquemment à l’écart du tumulte de la place du marché, dans un lieu plus calme et propice au recueillement.

8 Pour les régions du centre-est et du nord de l’Europe, se reporter à : Histoire du christianisme, tome 6, Un temps d’épreuves (1274-1449), Paris, 1990, v. p. 795-797 ; on attend sur ce point la publication prochaine de la thèse de M.-M. de CEVINS, L’Église dans les villes hongroises aux XIVe et XVe siècles, soutenue en 1995 sous la direction de H. Dubois à l’Université de Paris-Sorbonne, Paris IV.

9 L’expression « spatialisation du sacré » est empruntée au programme de recherches que développe actuellement l’U.M.R. 5594 du C.N.R.S., du Ministère de la culture et de l’Université de Bourgogne, en collaboration avec le Collegium de Budapest. Centré sur des périodes antérieures à celle qui nous retient ici (IVe-XIIIe siècle), ce projet demeure pourtant très suggestif pour notre réflexion ; ses grands axes ont été précisés dans : « La spatialisation du sacré dans l’Occident latin (IVe-XIIIe siècle) », Études et travaux, 1998-1999, Centre d’Études médiévales d’Auxerre, 1, p. 44-57.

10 Aux monographies citées précédemment ou rassemblées dans les bibliographies signalées, on ajoutera pour l’étude des cathédrales et des quartiers canoniaux : A. ERLANDE-BRANDENBURG, La cathédrale, Paris, 1989.

11 Un tel point de vue est exprimé par le père Joseph Avril dans un article où figure la bibliographie la plus neuve : J. AVRIL, « Paroisses et clergé paroissial du haut Moyen Âge à la Révolution française : quelques réflexions à partir de publications récentes », Revue d’Histoire de l’Église de France, tome 84 (no 213), juil.-déc. 1998, p. 349-370.

12 L’estimation de la « population cléricale » dans les villes médiévales peut varier du simple au double. Elle aurait été de 10 %, en Angleterre d’après R. FOSSIER, La société médiévale, Paris, 1991, p. 330 et de 5 % à Besançon, exemple cité dans Histoire de la France urbaine, op. cit., t. II, p. 339.

13 Divers exemples de quartiers canoniaux sont cités dans A. ERLANDE-BRANDENBURG, op. cit., chapitre VIII « L’enclos canonial ». Voir aussi J.-CH. PICARD dir., Les chanoines dans la ville : recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, Paris, 1994.

14 L’exemple parisien montre qu’après la réorganisation des paroisses de la cité sous le gouvernement de l’évêque Maurice de Sully, durant la seconde moitié du XIIe siècle, c’est l’église Saint-Jean-le-Rond qui devint la paroisse des laïcs logés au cloître ; cet édifice était accolé à la façade de la cathédrale, au nord ; B. DUMOUCHEL, « L’église Saint-Jean-le-Rond », Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1991, p. 17-33.

15 J. LE GOFF, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale : état de l’enquête », Annales E. S. C., 1970, p. 924-946 ; Les mendiants en pays d’Oc, Cahiers de Fanjeaux, 8, Toulouse, 1973 ; A. GUERREAU, « Analyse factorielle et analyses statistiques classiques : le cas des ordres mendiants dans la France médiévale », Annales, E. S. C., 1981, p. 869-912.

16 Exemples à Mâcon et Poitiers dans C. VINCENT, « Lieux de piété et lieux de pouvoir à Poitiers entre le XIIIe et le XVe siècle : la confrérie du Corps de Ville dite aussi du Cent », dans La religion civique à l'époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), A. VAUCHEZ dir., Rome, 1995, p. 429-444 ; à Flavigny (Côte-d’Or) dans Id., « Le culte de sainte Reine du XIIIe siècle au début de l'âge moderne : quand la martyre devient thérapeute », Reine au Mont Auxois. Le culte et le pèlerinage de sainte Reine des origines à nos jours, Ph. BOUTRY et D. JULIA dir., Dijon, Paris, 1997, p. 102.

17 J. CHIFFOLEAU ménage au « foisonnement rituel » une partie entière de sa contribution à l’Histoire de la France religieuse, tome II, J. LE GOFF et R. RÉMOND dir., Paris, 1988, p. 63-127.

18 Citons deux thèses qui ont mis en évidence l’importance des traditions locales pour des diocèses du nord du royaume de France : J.-M. MATZ, Les miracles de l'évêque Jean Michel et le culte des saints dans le diocèse d'Angers (v. 1370-v. 1560), thèse de doctorat d'histoire dirigée par A. Vauchez, Université de Paris X-Nanterre, 1993 ; R. LE BOURGEOIS-VIRON, Le « coutumier » de l'église Saint-Étienne de Beauvais (1460-1510). Édition critique et commentaire historique, thèse de doctorat d’histoire dirigée par A. Vauchez, Université de Paris X-Nanterre, 1997.

19 Pour la France, voir : B. CHEVALIER, Les bonnes villes…, op. cit., p. 256-257 et pour l’Italie : A. VAUCHEZ, Les laïcs au Moyen Âge, Paris, 1987 (spécialement p. 169-186 : « Patronage des saints et religion civique dans l’Italie communale »).

20 S. ROUX, op. cit., p. 159-160.

21 Pour les offrandes en luminaire, se reporter à A. VAUCHEZ, Les laïcs…, op. cit., p. 169-186 et J. GÉLIS, « Procession enveloppante et fil de cire : une protection symbolique de l'espace urbain », Savoirs des lieux, Géographie en histoire, Saint-Denis, 1996, p. 49-58.

22 P. L’HERMITTE-LECLERCQ, « Le reclus dans la ville au Bas Moyen Âge », Journal des Savants, juil.-déc. 1988, p. 219-262 et J. TRICARD, « Le roi dans la mémoire officielle d’une ville : les notes du calendrier consulaire de Limoges », Saint-Denis et la royauté, Paris, 1999, p. 537-546, spécialement p. 544-546 : la mort de la recluse de la ville et le choix de celle qui doit lui succéder constituent, avec les consécrations d’églises, les deux types d’événements religieux cités dans le calendrier consulaire de Limoges au XVe siècle, aux côtés des événements politiques ou militaires marquants.

23 Sur l’histoire de la prédication durant la période considérée, consulter : N. BÉRIOU, L'avènement des maîtres de la parole : la prédication à Paris au XIIIe siècle, Paris, 1998 et H. MARTIN, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge, 1350-1520, Paris, 1988. Un groupe de recherche sur le théâtre médiéval a été constitué par D. SMITH, dans le cadre de l’UMR 8589 du CNRS et de l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne (LAMOP).

24 C. BEAUNE, Naissance de la nation France, Paris, 1985.

25 La religion civique…, op. cit. Le concept est défini par André Vauchez, dans l’introduction, comme « l’ensemble des phénomènes religieux – cultuels, dévotionnels ou institutionnels – dans lesquels le pouvoir civil joue un rôle déterminant, principalement à travers l’action des autorités locales et municipales » (p. 1).

26 Sur ce point, voir B. CHEVALIER, Les bonnes villes…, op. cit., p. 258-259 et J. CHIFFOLEAU, Histoire de la France religieuse, op. cit., t. II, p. 94 et M. RUBIN, Corpus Christi, the eucharist in late medieval culture, Cambridge, 1991.

27 À Beauvais, lors du fameux siège de 1472, Jeanne Hachette et les autres femmes de la cité se joignirent aux combattants en portant les reliques d’une sainte locale, Angadrême. Aussi, à la demande de Louis XI, chaque année, une célébration solennelle en l’honneur de la sainte commémorait l’événement : messe par les chanoines de la cathédrale en l’église Saint-Michel où ses reliques étaient conservées ; procession solennelle des reliques de Saint-Michel à la cathédrale et retour ; R. LEBOURGEOIS-VIRON, op. cit., t. I, p. 265-266 et 330.

28 C. VINCENT, « Fraternité rêvée et lien social fortifié : la confrérie Notre-Dame des Ardents à Arras (début du XIIIe-XVe siècle) », Revue du Nord, t. 82, no 337, oct.- déc. 2000, p. 659-679.

29 C. VINCENT, « Lieux de piété et lieux de pouvoir à Poitiers entre le XIIIe et le XVe siècle… », La religion civique… op. cit., p. 437.

30 Le premier cas de figure peut être illustré par le culte de saint Antoine à Padoue : A. RIGON, « S. Antonio da pater patria a patronus civitatis », La religion civique… op. cit., p. 65-76 ; le second, à Rome, par celui de sainte Françoise Romaine : G. BARONE, « Le culte de Françoise Romaine : un exemple de religion civique ? », Ibid., p. 367-373.

31 M. SOT, « La topographie religieuse et la référence aux origines de l’Église de Reims au Xe siècle », La religion civique…, op. cit., p. 9-19 et P. DESPORTES, op. cit., p. 530 et suiv.

32 B. CHEVALIER, Les bonnes villes…, op. cit., p. 241-261 ; l’expression de « consensus religieux » a été placée par l’auteur en sous-titre de son chapitre.

33 A. LUCHAIRE, Les communes françaises, Paris, 1890 et Ch. PETIT-DUTAILLIS, Les Communes françaises. Caractères et évolution des origines au XVIIIe siècle, Paris, 1947 (première édition).

34 Outre les pages de synthèse qui figurent dans les ouvrages généraux cités ci-dessus, on rappelle : Les origines des libertés urbaines, Actes du XVIe congrès de la Société des Historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Rouen, 7-8 juin 1985), Rouen, 1990.

35 Des faits de cet ordre se trouvent décrits dans les monographies urbaines citées ci-dessus, auxquelles on peut ajouter l’ouvrage au titre éloquent de O. GUYOT-JEANNIN, Episcopus et comes : Affirmation et déchéance de la seigneurie épiscopale au nord du royaume de France (Beauvais – Noyon ; Xe-début XIIIe siècle), Genève, 1987.

36 À l’article présenté par Ch. de MÉRINDOL, « Iconographie du sceau de ville en France à l’époque médiévale et religion civique », La religion civique…, op. cit., p. 415-428 où il apparaît que les thèmes religieux ne sont retenus que par 20 % des sceaux de villes principalement situées dans le Midi, on ajoutera la présentation des sceaux de la commune de Laon (un « chevalier » prêtant serment et tenant une épée en main ; le maire à cheval dirigeant la milice communale) dans A. SAINT-DENIS, op. cit., p. 483-484.

37 Alain Saint-Denis peut affirmer qu’il y eut des hôtels de ville dès le XIIIe siècle dans des villes de commune du nord du royaume de France : A. SAINT-DENIS, op. cit., p. 483 et Id., « L’exercice de la juridiction gracieuse par les autorités municipales dans les villes de commune du nord de la France aux XIIe et XIIIe siècles », Stadt und Recht im Mittelalter ; La ville et le droit au Moyen Âge, Rencontre organisée par le Max-Planck Institut für Geschichte et la Mission Historique Française en Allemagne (Göttingen), 3-4 décembre 1999 ; à paraître dans la collection : Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, Vandenhoeck & Ruprecht.

38 S. ROUX, op. cit., p. 161 ; pour les exemples cités : M. FOURNIÉ, « Confréries, bassins et fabriques dans le Sud-Ouest de la France : des œuvres municipales » et M. STAUB, « Eucharistie et bien commun… », La religion civique…, op. cit., respectivement p. 254-263 et 445-470.

39 J. TRICARD, op. cit., p. 537-546 et P. DESPORTES, op. cit., p. 532-533, dont on ne partage pas totalement l’analyse : y eut-il véritablement une totale substitution du « culte royal » au culte de saint Remi ?

40 Le fractionnement de la société urbaine est notamment souligné pour la ville de Tours à la fin du Moyen Âge : B. CHEVALIER, Tours, ville royale…, op. cit.

41 J. HEERS, op. cit., p. 252-256 : « Dévotion et culte des ancêtres : les églises de la gens ».

42 Les miséricordes des stalles de la collégiale de Bourg-en-Bresse présentent ainsi une succession de portraits d’hommes et de femmes, donateurs à l’origine de cet ensemble ; C. VINCENT, « Le mobilier religieux en France au XVe siècle (armoires de sacristie, lutrins, stalles, boiseries…) », Arts et société en France au XVe siècle, Ch. PRIGENT dir., Paris, 1999, p. 615.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search